AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Autres petites citations
Aujourd'hui à 14:24 par ninnenne

» Autres poèmes de différents auteurs
Aujourd'hui à 14:22 par ninnenne

» Les bienfaits de la levure de bière+ autres
Aujourd'hui à 13:50 par ninnenne

» Julienne en brick
Aujourd'hui à 13:30 par ninnenne

» Cheese pie à la moutarde en feuilles de brick
Aujourd'hui à 13:27 par ninnenne

» Crumble d'aubergines au cheddar
Aujourd'hui à 13:21 par ninnenne

» Crumble au kiwi
Aujourd'hui à 13:17 par ninnenne

» Crumble d'agneau aux citrons confits
Aujourd'hui à 13:12 par ninnenne

» Crumble de saumon
Aujourd'hui à 13:07 par ninnenne

» Nouvelles petites astuces (+ autres???)
Aujourd'hui à 12:17 par ninnenne

» Sport, que manger avant ? (passeportSANTE.net) + autres demain
Aujourd'hui à 12:05 par ninnenne

» 5 aliments rassasiants à mettre au menu pour une jolie silhouette !(passeportSANTE.net)+ autres
Aujourd'hui à 11:53 par ninnenne

» Photos d'animaux divers
Aujourd'hui à 11:41 par ninnenne

» Un peu d'humour!!!
Aujourd'hui à 11:40 par ninnenne

» Sante (suite,un peu de tout)
Aujourd'hui à 11:25 par ninnenne

Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Années 50 - Christian Dior -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21902
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Années 50 - Christian Dior -   Jeu 31 Juil - 13:11

 
 
La première collection de Dior, le 12 février 1947, baptisée " new look" par Carmel Snow, rédactrice en chef de Harper’s Bazaar, teintée d’historicisme, avec ses épaules rondes, sa taille de guêpe et ses jupes longues, est en nette rupture avec la mode de guerre.Dans une France exsangue d’après-guerre, un jeune créateur impose sa vision de la femme et de l’élégance au monde entier. Christian Dior est un homme simple. Il n’avait pas prévu de devenir couturier et était extrèmement mal à l’aise vis à vis de son double mondain, faiseur de rêve de la haute société et patron d’une grande maison avec plus de 900 personnes dépendant de ses créations. La presse, propulse cet homme réservé sur le devant de la scène et contribue à rehausser la place des grands couturiers dans le champ de la mode et de la culture et à redonner à la mode française la place prédominante qu’elle avait avant le conflit.

[size=18]


Christian Dior 1947 (à gauche le tailleur "Bar")


Né en 1905 en Normandie dans une famille d’industriels , Christian Dior grandit dans une ambiance très Belle-Époque.Lors d’une kermesse en Normandie en 19119, une chiromancienne lui prédit un bel avenir auprès des femmes: "C'est par elles que vous réussirez. Vous en tirerez de gros profits..." Ce que l'intéressé commente avec humour dans son autobiographie (Christian Dior et moi) : "L'équivoque est aujourd'hui dissipée, mais je crois bien qu'à l'époque elle était aussi obscure pour mes parents que pour moi, car ils se trouvaient certainement aussi mal renseignés sur les bénéfices de la traite des Blanches que sur ceux de la haute couture."
 



Au lendemain de la Première Guerre mondiale, à Paris il se lie d’amitié avec les artistes des Années Folles : Gaxotte, Bérard, Sauguet, le poète Max Jacob et Jean Cocteau. Sa mère veut qu'il suive une carrière diplomatique, et Christian Diors'inscrit à l’Ecole des Sciences Politiques, qu’il quitte en 1926 sans le moindre diplôme. Il ouvre alors une galerie d'art dans laquelle il expose des toiles de Picasso, Matisse ou encore Dali. Mais Sa mère meurt brusquement en 1931 et son père est ruiné par la crise ; et Christian Dior découvre en même temps le dénuement et la liberté. Soutenu par quelques amis artistes, il crée, comme lors de son enfance, des costumes pour le cinéma et le théâtre. Il fait également le siège des grandes maisons de l'époque, et parvient à vendre certains de ses croquis à Nina Ricci, Balenciaga ou encore Claude Saint-Cyr.

En 1938, il est engagé par Robert Piguet en tant que modéliste et signe d’entrée trois collections. Le tailleur en pied-de-poule noir et blanc est son premier best-seller. On commence à parler de lui lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. Il passe alors un an sous les drapeaux, puis, démobilisé, il entre chez Lucien Lelong. En 1945 il fait la connaissance de Marcel Boussac, le roi du coton, qui croit immédiatement en son talent. Boussac investit 60 millions de francs et lui accorde tout : une maison à son nom; l'hôtel du 30, avenue Montaigne dont il rêvait avant même qu'il ne se libérât, une équipe de familiers, des boiseries blanches, des tentures grises, une minuscule boutique tapissée de toile de Jouy, des montagnes de fleurs et des kilomètres de tissu.



1) Brigitte Bardot en Dior 1950 - 2) Irène Dunne (actrice américaine) chez Dior en 1951

En février 1947, Christian Dior enflamme littérale- ment la mode d’après- guerre avec son premier défilé, fruit d'un intense travail de collaboration avec son équipe, dont Pierre Cardin en est le premier tailleur. C’est la naissance d’une nouvelle femme, d’une conception radicalement avant-gardiste : taille cintrée, poitrine haute et ronde, épaules étroites, jambes découvertes jusqu’à 30 cm au-dessus du sol. Pour le tailleur intitulé «bar» du «New Look», la jupe descendait à 30 cm du sol et utilisait 40 mètres de tissu ! En ces périodes de restriction de l’après guerre, ce fut un véritable scandale mais aussi un tournant radical et un vent frais pour la mode après les années d’austérité de la guerre. Pour la petite histoire, en fait il s’agissait d’un stock de tissu de toile de parachute fabriqué par la société Boussac pendant la guerre, les parachutes étaient alors en soie. Jamais une mode n’a déclenché un pareil mouvement d’opinion.



Aux actualités cinématographiques, on voit des scènes de femmes qui se battent en plein Paris et s’arrachent leurs vêtements. Ce sont des ménagères de la rue Lepic qui entrent en furie quand elles voient les premières robes new look , s’en prennent à celles qui les portent, empoignent leurs corsages et les déchirent en morceaux.

La carrière de christian Dior fut de courte durée: 10 ans de 1947 à 1957. Soit 22 collections en tout. A chaque saison il lançait une nouvelle ligne: H, A,Y, 8, verticale, oblique, profilée...Il n’hésite pas à se démoder lui-même pour surprendre, notamment avec sa ligne "haricot vert"où il efface les volutes des collections précédentes. Dans les années 1950, il libère la taille des femmes avec Ligne H. Il lance, en même temps que sa maison de couture et sa première collection, une société de parfum.



Christian Dior - 1950

Il pose les fondations d'un véritable empire en institutionnalisant la licence et le dépôt de marque en louant son nom pour griffer des articles fabriqués en gros par des industriels qui lui reversent des royalties. Il ouvre des bureaux de relations publiques à travers le monde, organise des défilés à l'échelle planétaire, il est le couturier des stars. En 1957, sa maison assure plus de la moitié des exportations de la couture française, et Time Magazine le consacre à sa Une. En onze ans, son activité s'étend dans quinze pays et assure l’emploi de plus de deux mille personnes.

En octobre 1957, il est foudroyé en Italie, où il y séjournait quelques jours pour se remettre en forme. D’aucuns diront qu’il a été rappelé par Dieu pour rhabiller les anges. C'est Yves Saint Laurent qui prendra sa succession pour la collection de 1958.


Carolle ou NewLook ?

La première collection de Christian Dior, en février 1947, s'intitulera la Ligne Carolle. L’expression "New Look » est l’œuvre de Carmel Snow, rédactrice en chef du Harper's Bazaar, qui en voyant les nouveaux modèles de Dior s’exclama : « Dear Christian, your dresses have such a new look ! »

"On sortait de la guerre et de ses horreurs; on était toujours dans les privations. Les femmes portaient elles aussi une sorte d'uniforme: une jupe courte, un chemisier, une veste à épaules carrées. En plus, elles taillaient leurs vêtements dans les vieux costumes de leurs maris. Imaginez le retour à une poitrine et des hanches naturelles, de petites épaules et une taille de guêpe. Et des jupes dont l'enver- gure demandait parfois 40 mètres de tissu... Tout le monde voulait être habillé comme ça. Les femmes qui n'avaient pas beaucoup de moyens cousaient un grand volant écossais à leur jupe courte, pour lui donner la bonne longueur et un peu d'ampleur." André Levasseur, modéliste de Dior.



Ligne H -1954



Ligne Y -1955



Automne hiver -1955-56
[/size]




 bonne après midi 1   Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Années 50 - Christian Dior -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Années 50 - Christian Dior -
» Années 50 - Les "Combines" de Robert Rauschenberg- l'Ericofon -Christian Dior -et autres (textes,photos)
» Gene et ses amies a la mode Dior 1957
» [Signol, Christian] Une année de neige
» Dans une année, il y a quoi?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: