AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26706
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux    Mer 6 Aoû - 14:03


Lion, du 23 juillet au 23 août

Les symboles et mythes du Lion



Ayant toujours été perçu comme le roi des animaux, on comprend que le lion fut choisi par nos ancêtres pour être le symbole solaire de la force, de la puissance, de la souveraineté, de la royauté. Ce qui plus est, sa crinière majestueuse a souvent été comparée aux rayons du soleil. Ainsi, le lion est une figure dominante dans le panthéon mythologique Égyptien. Rê ou Râ, le dieu du Soleil, était figuré par un lion, sur la tête duquel reposait le soleil. « Jadis, sur le sombre océan du dieu Noun (la voûte céleste), était apparu, tout au début des temps primordiaux, le dieu solaire Rê, qui s’était emparé de la souveraineté du monde. (...)



À partir de ce moment, il régna en paix, pour longtemps, en qualité de roi sur les hommes et les dieux ensemble, et nul ne porta atteinte à sa domination, tant qu’il se maintint en pleine possession de ses forces. » (Adolf Erman, Hermann Ranke : La civilisation Égyptienne, éditions Payot, 1952). En face de ce dieu solaire suprême, représenté par un lion, se trouvait Sekhmet, la déesse de la Guerre et de la Médecine, figurée par une lionne, dite déesse du Nord, car son Temple le plus réputé se trouvait à Thèbes, au nord de l’Égypte. On lui attribuait des pouvoirs prodigieux de destruction et de violence, mais aussi de régénération, d’où sa double nature de déesse de la Guerre et de la Médecine.



A propos de l’ancienne Égypte, je me dois encore de faire allusion à Héliopolis, la cité du Soleil, où se trouvait « le Temple solaire de Ramsès, souverain d’Héliopolis, dans la maison de Rê », pour reprendre la formule consacrée, écrite en hiéroglyphes, sur ce sanctuaire. Mais en ce qui concerne le symbole mythique du lion, il faut surtout fixer notre attention sur l’image du Sphinx, bien sûr. Lion accroupi, pourvu d'un visage humain, dont le regard scrute en permanence le point de l’horizon où le soleil se lève, comme pour rappeler aux hommes que, si un nouveau jour ne succédait pas à la nuit, et si le soleil ne l’annonçait pas chaque matin, nulle vie ne serait possible sur Terre.



C’est ainsi que le Sphinx fut considéré comme un symbole de régénération, de force, de maîtrise absolue des éléments de la vie et de la matière, car chaque soir, le Soleil meurt et disparaît pour renaître et réapparaître le lendemain matin, et c’est sur ce fait précis, ce principe éternel, que le Sphinx a fixé son regard et attire notre attention.



Un autre mythe, égyptien toujours, est à rapprocher du lion et du sphinx : le phénix. Cet oiseau sacré en Égypte, d’origine éthiopienne, que l’on nommait l’oiseau Benou vivait plus longtemps que les autres oiseaux de ce pays. Sentant sa mort venir, il gagnait la ville d’Héliopolis, la cité du Soleil, à tire d’ailes, pour y rendre son dernier souffle. Selon Hérodote, au Vème siècle avant notre ère, et Plutarque, au Ier siècle avant Jésus-Christ, on lui attribuait le pouvoir de renaître de ses cendres après s’être consumé sur un bûcher. De là est née la légende mythique du phénix qui renaît de ses cendres. C’est un peu la même symbolique que l’on retrouve plus tard, à l’époque médiévale et au Moyen Age, où le Christ était souvent comparé au lion, figurant ainsi la sagesse, la force maîtrisée, la connaissance, le pouvoir de régénération et la justice.



De même, à l’instar du phénix qui renaît de ses cendres, Jésus est mort crucifié, et le Christ est ressuscité. Enfin, La Force, le onzième arcane majeur du Tarot divinatoire, est en analogie avec le signe du Lion, en ce sens qu’elle symbolise le triomphe de la force maîtrisée, du courage et de la vérité sur la violence, la lâcheté et la tyrannie, qui sont leurs opposées.



Les décans



Trois lions superbes et généreux, majestueux et dominateurs, sauvages ou apprivoisés règnent dans le cinquième signe du zodiaque.



Le Lion du premier décan, dit décan d'Extrémisme, dont le maître est Saturne
du 23 juillet au 2 août



La première image symbolique montre un lion dégageant une force tranquille, mais aussi une certaine pesanteur et de la tristesse. Il est beau, mais pas brillant. Solitaire, il marche dans la savane, la patte droite légèrement au-dessus de la terre ferme, ses trois autres pattes solidement posées à même le sol, ce qui indique qu'il avance sûrement d'un pas pesant.



 

Pourtant, son corps ne présente aucun aspect lourd ou massif. Son allure empreinte de noblesse n’inspire pas vraiment la crainte, mais suggère plutôt une puissance contenue, intériorisée. Sa belle crinière tombe en quatre vagues distinctes sur sa nuque, débordant largement sur son dos, dégoulinant en longues boucles sur son corps et sous sa tête, balayant presque le sol. Et pourtant, on perçoit dans son attitude une impression de masse, de lourdeur.



Sur sa tête penchée en avant, on discerne comme une moue triste, une sorte de grimace ou de crispation, et curieusement de paix, comme si ce lion portait tout le poids des dures réalités de la vie sur ses épaules, mais qu'il se résignait à son fardeau. Il s’agit bien d’un Lion saturnien, pouvant se révéler dominateur et égocentrique, le plus introverti des natifs de ce signe qui, sous un calme apparent, peut se comporter en allant jusqu'aux extrêmes.



Le Lion du deuxième décan, dit décan d'Orgueil, dont le maître est Jupiter
du 3 août au 12 août



Après la figure d’un lion triste et concentré, voici celle d’un lion joyeux, jouisseur, joueur, jupitérien pour tout dire. Ce lion respire la joie de vivre. Son besoin de paraître, d'attirer l'attention, de susciter l'admiration se dégage de toute son attitude.



 

En effet, il donne une impression de légèreté semblable à celle d’un grand chien faisant le beau pour obtenir la friandise qu'il convoite. Il se tient à demi dressé sur ses pattes arrière, les deux pattes avant levées et repliées, tout le corps tendu en avant, avec souplesse et dynamisme, sa queue levée formant un S parfait, pourvue d'un beau panache de poils à son extrémité.



Sa superbe crinière, telle une étole, se compose de nombreuses vagues entourant sa tête, s'enroulant les unes aux autres et recouvrant tout son poitrail. Bien qu’il figure de profil, on sait que ses yeux sont grand ouverts, dirigés droit devant lui, comme s'il fixait une personne en particulier, ou un objectif précis. Et cet œil unique qu’il expose suffit pour percevoir l’intensité de son regard plus humain que félin.



Enfin, un autre signe distinctif renvoie au chien faisant le beau pour attirer l’attention, il s'agit de sa langue émergeant de sa gueule pourtant fermée. Ce lion apparaît sous un aspect plutôt sympathique et enjoué. Il n'a rien du lion féroce, mais tout de l'animal apprivoisé, à l’instar du natif de ce décan, souvent plus docile ou plein de bonne volonté qu’on ne croit.



Le Lion du troisième décan, dit décan de Pouvoir, dont le maître est Pluton
du 13 août au 22 août



Voici sans conteste le plus mystérieux, et sans doute le plus puissant des trois lions figurant les décans de ce signe d’été. Il se tient debout, immobile, la tête tournée vers la personne qui regarde ce dessin, comme s’il posait devant un photographe. Son regard semble à la fois fixer, scruter et interroger son spectateur. Toutefois, son corps se trouve dans la direction inverse des deux lions présents dans les deux précédents décans.



 

En effet, il semblait se diriger vers la droite, juste avant de se figer dans cette attitude au regard fixe. Ses deux pattes avant écartées, sa patte arrière gauche presque centrée sous son corps, sa patte arrière droite loin derrière son arrière-train, toutes les quatre solidement implantées sur la terre ferme pour seul décor, il ne semble ni surpris, ni apeuré, mais intimidant. Sous son corps svelte et musclé, digne d’un félin, sa queue passe entre ses deux pattes arrière, semblant s’enrouler autour de son corps, formant ainsi une boucle dont l'extrémité empanachée s'élève fièrement vers le ciel.



Quant à sa crinière, elle donne une impression surnaturelle. Constituant une espèce de bloc compact autour de sa tête, elle ressemble au masque réalisé par Jean Cocteau pour Jean Marais dans son film « La Belle et la Bête ». Ses yeux, son nez, sa bouche plutôt que sa gueule confèrent à ce lion un double aspect humain et animal, aussi fascinant qu’inquiétant, une physionomie étrange. Jusqu’au bas de sa crinière qui ressemble à s’y méprendre à une barbe bouclée. Cet animal fantastique semble sortir tout droit de l'univers plutonien de la bête humaine, du pouvoir et de la domination des instincts à l’état brut.



Chez lui, la limite qui sépare l'homme de l'animal est mince, très mince.


Astrologie - Signe - Lion - Présentation -
Liondu 23 Juillet au 23 Août



Présentation du Lion



Le Lion, cinquième signe du zodiaque, est un signe masculin, fixe, c'est-à-dire celui qui apparaît en deuxième position au cours d'une saison, en l'occurrence, ici, le deuxième signe de l’été, coïncidant avec la période de l’année où les fruits de la nature abondent. Le Soleil fait son entrée dans ce signe le 22 ou le 23 juillet. Il y séjourne jusqu’au 22 ou 23 août, selon les années.

Sa saison est l’été. Le soleil rayonne, illumine, domine. C’est la période la plus chaude de l’année, celle des blés dorés, gorgés de soleil, mûrs pour la récolte. La nature, aux couleurs chatoyantes, est généreuse, riche, foisonnante. Tout n’y est qu’abondance.



 

Son élément est le Feu. Il s’agit du feu ardent du Soleil, générateur de toute vie sur Terre. Mais là, le feu est maîtrisé, dominé, employé à bon escient. C’est un feu généreux, car le soleil est une étoile qui produit sa propre énergie, aux rayons duquel, toutefois, il n’est pas bon de s’exposer imprudemment, car ils peuvent brûler, consumer, dessécher, rendre la terre stérile.



 

Son maître est le Soleil, symbolisé par Apollon, le dieu grec, qui conduit le char du soleil.



 

Ses couleurs sont le jaune orangé des levers et couchers de soleil en été, et le jaune d’or des blés, dont le méteil illumine les campagnes.



 

Ses pierres sont le rubis, l’ambre jaune, et la chrysolite.



 

Rubis



 

Ambre jaune



Son métal est l’or.



 

Son signe opposé et complémentaire est le Verseau.



 

Ses correspondances anatomiques sont le cœur, la colonne vertébrale, le plexus solaire.



 

Les pays en analogie avec le signe du Lion sont la Bosnie, la France, l’Italie, la Roumanie, la Sicile. Les villes, qui lui correspondent sont Bombay, Bristol, Chicago, Crémone, Damas, Philadelphie, Prague, Rome.



Ses mots clés sont domination, maîtrise de soi, force, générosité, chaleur humaine, franchise, sincérité, confiance en soi, ambition, ardeur. Le Lion aspire à la suprématie, au pouvoir, à diriger, à dominer. Il ne peut se satisfaire d’une situation médiocre. Il a besoin de jouer un rôle de premier plan.



Les grandes caractéristiques du Lion



[size=16][/size]



Vous avez un tempérament ardent, passionné, dominateur. A priori, vous êtes pourvu d'une grande confiance en soi qui peut vous rendre présomptueux parfois, ambitieux toujours, et qui vous permet d’accomplir ou d’obtenir avec aisance et simplicité, du moins en apparence, ce qui semble compliqué ou impossible aux autres.



Votre difficulté fondamentale à vous adapter aux circonstances, et à réagir opportunément sont compensés par votre volonté forte, affirmée, votre goût prononcé du pouvoir et une constante maîtrise de soi. Votre caractère est franc, loyal, autoritaire, audacieux et orgueilleux, magnanime ou intransigeant, selon le cas.



Vous êtes parfaitement conscient de vos possibilités et de vos capacités, et vous avez un penchant naturel et spontané à les exploiter sans scrupule, en profitant pleinement de tous les atouts dont vous disposez. Vous pouvez même avoir tendance à vous approprier les richesses extérieures, dont vous prenez possession sans vergogne, ou auxquelles vous vous identifiez sans aucun complexe.



Psychologiquement, le signe du Lion correspond au rayonnement et à la suprématie de la conscience, et à la manifestation de la volonté. Votre esprit est tourné vers les grandes idées, les sentiments nobles et généreux. Vous êtes très sensible aux concepts et aux théories qui élèvent l'esprit, que vous appliquez et incarnez si parfaitement, qu’on vous en attribue alors la création ou l'initiative. Vous avez besoin de paraître, de vous sentir aimé, admiré, estimé, approuvé inconditionnellement. Vous avez aussi le goût du luxe, du confort, de l’aisance matérielle.
 
L’amour, en ce qui vous concerne, est vécu comme un sentiment réciproque, fondé sur une estime mutuelle et indéfectible. Plus exclusif que possessif, vous ne laissez aucune marge de manoeuvre à l’autre. Vous avez un sens aigu de votre territoire.




Astrologie - Signe - Gémeaux - Mythes - Décans -
 
Gémeaux du 21 mai au 20 juin 
 
 
Les symboles et mythes des Gémeaux 
 
Les Gémeaux sont évidemment les jumeaux du zodiaque. Ils sont d’ailleurs souvent figurés par deux enfants d’une ressemblance parfaite, se tenant par la main, affectueusement, et se promenant, insouciants, dans la nature, dans une sorte de jardin d'Éden d'avant la Chute d'Adam et Ève, selon la Bible. Cette image n’est pas sans nous faire penser à celle figurant sur le dix-neuvième arcane du Tarot divinatoire, le Soleil. Avoir un jumeau engendre une certaine plénitude. Ce qui plus est, pouvoir grandir en ayant sous les yeux son jumeau, c’est un peu avoir d’emblée le privilège d’être le spectateur de soi-même. 
 
 

[size=18]
 [/size]
 
 
Ainsi, le signe des Gémeaux, symboliquement, traite bien plus d’une identification à son double, que d’une dualité. On ne s’oppose pas à son semblable ou à l’autre, mais on doit apprendre à s’en différencier pour se forger son identité propre, singulière, unique. D’une certaine manière, on pourrait dire que le natif des Gémeaux étant habité par la nostalgie de son double, il est animé par une volonté inconsciente de s’identifier à l’autre pour retrouver cette fusion primordiale qu’il a connue avec son jumeau, dans la vie intra-utérine. Cette absence de différenciation entre soi et son double, son autre soi-même, contraire et complémentaire, mais pas opposé ni contradictoire, est parfaitement bien représenté par le mythe de l’androgyne primordial, à la fois homme et femme, l’être aux deux sexes indifférenciés, semblable à la Terre et au Ciel avant qu’ils ne furent séparés, selon de nombreuses légendes cosmogoniques universelles. 
 
 
En effet, aux quatre coins du globe, quelles que soient les cultures et les civilisations, les mythes antiques de Création du monde sont unanimes pour raconter qu’au commencement des temps, il existait un être originel à la fois homme et femme, un androgyne primordial, qui fut divisé en deux êtres distincts d’une grande ressemblance, mais dont l’un devint homme, et l’autre femme. Par exemple, selon la Kabbale et diverses légendes juives, Adam, caractère masculin, était aussi Adamah, élément féminin, tous deux indifférenciés, bien avant qu’Ève ne soit extraite de sa côte ou, plus exactement du « côté » féminin d'Adam, et ne devienne l’incarnation du féminin, totalement différencié du masculin, séparé de lui. 
 
 
Le mythe de l’androgyne se retrouve dans la légende des Dioscures, Castor et Pollux, les enfants de Léda. Selon cette légende, de ses amours simultanées avec son mari, Tyndare, et avec Zeus déguisé en cygne, Léda enfanta deux couples de jumeaux, Castor et Clytemnestre dont Tyndare était le père, et Pollux et Hélène, les enfants de Zeus, qui naquirent tous quatre dans deux œufs. Castor et Clytemnestre, du fait de leurs gènes humains, avaient une nature instinctive, primaire, terrestre, tandis que Pollux et Hélène, par la grâce de leurs gènes divins, étaient pourvus d’un caractère plus spirituel, pur, léger.
 
 
[size=18] [/size]
 
Castor et Pollux 
 
 
Ce sont des composantes que l’on retrouve souvent chez le natif des Gémeaux, partagé entre l’instinct et l’esprit, ou vivant sur ces deux registres à la fois, passant de l’un à l’autre selon son humeur ou son état d’âme. 
 
 
Les Décans 
 
 
Il y a trois doubles Gémeaux aux multiples facettes. Mais chacun d’entre eux est unique en son genre, comme l’illustre chacune des trois figures symboliques de ce signe. 
 
 
Les Gémeaux du premier décan, dit décan d'Intuitions, dont le maître est Neptune
du 21 mai au 31 mai
 
 
 
Les deux personnages représentant les premiers jumeaux du zodiaque sont nus, côte à côte, étroitement enlacés. Il s’agit d’un couple, l’homme à droite, la femme à gauche, le bras droit de cette dernière entièrement dissimulé par le corps de son compagnon, le bras gauche de l’homme caché derrière le corps de la femme, de sorte que les bras droit de l’homme et gauche de la femme, pliés et levés vers les ciel formant un angle à quatre-vingt dix degrés, donnent l’impression que, ensemble, ils ne sont qu’un seul corps pourvu de deux têtes.
 
 
[size=18] [/size]
 
 
Ils sont presque siamois. Ce qui les distingue toutefois tient à la force qui se dégage de la tête de l’homme, et à la douceur qui émane du visage de la femme. Cela résulte également du fait que l’homme tient sa jambe droite, le genou légèrement replié, un peu dans l’attitude du Pendu du douzième arcane majeur du Tarot, tandis que la femme tient ses jambes droites. 
 

Debout, soudés l’un à l’autre, leurs deux corps inclinés vers la droite forment un angle de soixante-dix ou quatre-vingts degrés environ, tant et si bien qu’il semble incompréhensible qu’ils ne tombent pas, tant leur position paraît inconfortable, intenable.
 
 
De fait, à l’instar de Neptune, le maître de ce décan, ils sont portés par les flots, suivant les courants des pensées et des idées se rattachant à Mercure, le maître de ce signe. Ils semblent ainsi indifférenciés, ne vivant pas encore dans l’univers de la dualité. Cette image symbolique figure de vrais jumeaux, collés l’un à l’autre dans le même œuf originel. 
 
 
Les Gémeaux du deuxième décan, dit décan d'Idéalisme, dont le maître est Mars
du 1er juin au 10 juin
 
 
 
La dualité apparaît dans le deuxième décan. Plus qu’une dualité, il s’agit d’une opposition, d’une lutte, d’un combat ou d’une danse rituelle dont l’issue sera sans doute mortelle. En effet, les jumeaux figurant ce deuxième décan, sont clairement deux hommes jeunes, d’une égale ressemblance, luttant ensemble. 
 
 

[size=18]
 [/size]
 
 
Celui de droite est sur le point de tomber à terre, et son compagnon, penché au-dessus de lui, le retient ou le précipite à terre, on ne sait trop, tant l’ambiguïté du dessin laisse planer de doute à ce sujet.
 
 
S’agit-il de violence et de lutte, ou de connivence et de bienveillance ? Sommes-nous en présence de frères ennemis, tels Abel et Qaïn, dont l’histoire contient une plus grande portée symbolique que celle d’un simple récit illustrant une querelle fratricide, ou du combat de Jacob avec l’ange qui, symboliquement toujours, en se confrontant avec le messager de Dieu, se rencontre, se combat lui-même, et s’unifie ou s’individualise.
 
 
Dans le récit originel de la Bible relatant le combat de Jacob avec l’ange en effet, le mot hébreu employé pour décrire cette lutte signifie aussi étreinte. Dès lors, on comprend mieux l’ambiguïté qui se dégage du dessin figurant le deuxième décan du signe des Gémeaux, dont on se demande si les deux personnages se combattent ou s’étreignent, s’ils luttent ou dansent étroitement enlacés, au point de ne faire qu’un. 
 
 
Les Gémeaux du troisième décan, dit décan de Discernement, dont le maître est le Soleil
du 11 au 20 juin
 
 
 
L’image symbolisant le troisième décan figure dans la plupart des représentations conventionnelles de ce signe. Il s’agit d’un jeune homme et d’une jeune fille, se tenant debout, la main gauche du premier posée sur l’épaule droite de la seconde, la main droite de la jeune fille posée sur la hanche droite du jeune homme. Bien sûr, ils se ressemblent étonnement. Le dessin représentant ce jeune couple, ou ces deux enfants, présente de nombreux points communs avec l’image figurant sur le dix-neuvième arcane majeur du Tarot divinatoire, Le Soleil, dont les interprétations offrent certaines analogies avec ce décan du zodiaque nommé Discernement.
 
 
En effet, les deux enfants représentés sur cet arcane qui se tiennent debout sous un soleil resplendissant symbolisent la raison et la folie s’accordant, se rejoignant, puis s’unissant. De cette union des contraires, naîtra la Sagesse Divine. Cette Sagesse est pure folie pour l’homme qui ne l’intègre pas en lui, qui n’en fait pas sa règle de vie. Elle se présente souvent à lui sous des aspects et selon des principes sans rapport avec les critères auxquels il se réfère pour vivre. Elle procède de l’innocence, de la pureté, de la réceptivité, de la légèreté de l’être, de la joie appartenant au monde de l’enfance.
 
 
L’image figurant le troisième décan du signe des Gémeaux, la main du jeune homme, posée sur l’épaule de la jeune fille qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau, renvoie au symbolisme de l’épaule : le but de l’homme, la Terre promise, la Connaissance révélée, la nouvelle aurore ! Quant à la jeune fille, sa main tenant la hanche du jeune homme fait allusion au récit biblique du combat de Jacob avec l’ange. L’emboîture de sa hanche ayant été démise dans sa lutte avec son adversaire, Jacob, figure de l’homme, boite. Il lui manque une partie de lui-même. Ainsi, ce qui est symbolisé par l’épaule chez la femme l’est chez lui par la hanche. 

[size=24]Astrologie - Signe - Gémeaux - Présentation -
Gémeaux du 21 mai au 20 juin
 
 
Présentation des Gémeaux
 
 
Les Gémeaux sont le troisième signe du zodiaque. Il s’agit d’un signe mutable, c'est-à-dire le signe qui clôt une saison, ici, en l'occurrence, le cycle printanier, correspondant à la période de la floraison. Le Soleil fait son entrée dans ce signe le 20 ou le 21 mai. Il y séjourne jusqu’au 20 ou 21 juin, selon les années. 
 
 
Sa saison est le printemps. C’est la période du développement des branches et des feuilles, de l’apparition des fleurs, des fruits verts et des oisillons dans les nids. Les abeilles et les papillons butinent. Les jours sont plus longs. L’air est plus doux. Tout nous pousse à vivre en communion avec la nature, à l’insouciance, à la légèreté. 
 
 
 
 
 
 
Son élément est l’Air. Il s’agit de l’air qui fait bruire les feuilles, qui caresse la terre, qui s’infiltre dans les maisons, chargé des effluves printanières des herbes et des fleurs, provoquant des courants d’air. Insaisissable, mobile, diffus, mais très agréable et léger, l’air que l’on respire vers la fin du mois de mai ou juste au début du mois de juin est en analogie avec les caractéristiques du signe des Gémeaux. 
 
 
 
 
 
Son maître est Mercure, l’Hermès grec, le dieu aux chevilles ou aux sandales ailées, symboles de l’esprit et de l’intelligence. 
 
 
 
 
 
Sa couleur n’est pas une, mais multiple. En effet, en cette époque de l’année, la nature nous en fait voir de toutes les couleurs, si j'ose dire, les Gémeaux aussi. S’il fallait attribuer un costume à ce signe, celui de l’Arlequin lui conviendrait bien. 
 
 
 
 
 
Ses pierres sont le Béryl et le Grenat. 
 
 
 
 
Différentes variantes de béryl, dont 1. or cristaux de béryl, 2. HELIODORE. 3. émeraude, 4. aigue-marine, 5. morganite 
 
 
 
 
Grenat 
 
 
Son métal est le mercure. 
 
 
 
 
 
Son signe opposé et complémentaire est le Sagittaire. 
 
 
 
 
 
Ses correspondances anatomiques sont les mains, les bras, et les poumons. 
 
 
 
 
 
Les pays en analogie avec le signe des Gémeaux sont la Belgique, le Canada, la basse Égypte, les États Unis d’Amérique, le Pays de Galles. Les villes du monde qui lui correspondent sont Bruges, Londres, Mayence, Melbourne, Metz, Nuremberg, San Francisco, Versailles. 
 
 
 Ses mots clés sont échange, communication, mobilité, adaptabilité, agilité, curiosité, vivacité de l’intelligence, nervosité, sens relationnel très développé, non-conformisme. Le natif des Gémeaux est un communicateur, un intermédiaire ou un médiateur. Il échange, transmet, informe, adapte, vend et joue. 
 
 
Les grandes caractéristiques des Gémeaux 
 
 
 
 
 
Vous avez un tempérament nerveux et émotif, soumis à une vive agitation mentale stimulant votre curiosité et votre intelligence, vous inclinant parfois à vous disperser. Insouciant et léger, votre personnalité peut disposer de mille facettes, qui font de vous un être au comportement non-conformiste, avec une tendance plus ou moins prononcée à jouer sa vie plus qu’à ne la vivre, à ne pas vous prendre au sérieux, à vivre comme un éternel adolescent.
 
 
Dès lors, par mimétisme, par jeu ou dans l’espoir de découvrir votre véritable personnalité, vous vous identifiez à l’autre, vous devenez l'autre, son jumeau virtuel. Vous avez besoin de sympathies, de contacts et d’échanges variés, nombreux, stimulants. Votre caractère est souple, changeant, adaptable, influençable. Votre esprit est ouvert, mobile, critique, parfois instable ou hésitant, sollicité par de multiples centres d'intérêt.
 
 
Vous avez le sens de l’humour, du présent immédiat, de l’instant qui passe. Psychologiquement, votre signe correspond à l’intégration relationnelle et sociale dans son milieu naturel, qui favorise la recherche de son identité. Dès lors, plus que tout autre, le natif des Gémeaux a besoin des regards des autres pour savoir qui il est. Vous devenez ainsi, simultanément, l’acteur et le spectateur de votre propre vie.
 
 
L’amour, chez le natif des Gémeaux, relève plus du domaine du fantasme ou de l’imaginaire, que de l’émotion pure. Jamais tout à fait dupe des sentiments que vous éprouvez ni de ceux que l’on ressent pour vous l’amour est, selon vous, une quête narcissique de soi. Vous êtes plus habile aux jeux de l’amour et du hasard, aux rencontres et découvertes, qu’aux engagements affectifs profonds. 


[/size]
 -

Taureau du 21 avril au 20 mai  
 
 
 Les Symboles et mythes du Taureau 
 
 
Le symbole du signe du Taureau fut aussi utilisé parfois pour marquer l’exercice du pouvoir dans un royaume ou dans un empire. En effet, les cornes, dont la forme rappelle un croissant de lune posé à l’horizontal, figurent aussi la couronne d’un roi ou d’un empereur.
 
 
Malgré le tempérament calme et paisible, et l’absence d’ambition qui sont des caractéristiques fondamentales de ce signe, les symboles de la royauté ou d’un pouvoir temporel ne lui sont pas antinomiques. Ils révèlent la stabilité, la continuité, la persistance et, d’une certaine manière, la pérennité d’un état de fait, le roi, dans les sociétés primitives et les civilisations antiques, ayant toujours eu une nature plus ou moins immortelle, qui le rapprochait en cela des dieux. Par ailleurs, c’est aussi ce symbole qui fut employé pour désigner le Aleph, la première lettre de l’alphabet hébraïque, ancêtre du a minuscule de notre alphabet. En effet, en s’inclinant de 45 degrés vers la droite, le symbole du signe du Taureau et du Aleph est devenu la lettre a minuscule.
 
 
 
 
 
On objectera que, pourtant, le signe du Taureau n’est pas le premier signe du zodiaque. Certes, mais c’est le premier signe de Terre et le premier signe fixe du zodiaque, c'est-à-dire fixé au cœur d'une saison. Le mythe de Dionysos, appelé aussi Bacchus, se rattache à plus d’un titre au signe du Taureau. C’est Dionysos qui naquit de la cuisse de Zeus - Jupiter où il l’avait cousu, après l’avoir arraché du sein de Sémélé, sa mère, qui tomba foudroyée à la vue des éclairs qui environnaient son amant.
 
 
 
 
Sémélé 
 
 
L’expression « être tombé de la cuisse de Jupiter », si elle a un caractère ironique et légèrement péjoratif aujourd’hui, puisqu’elle fait allusion à une certaine naïveté (trait de caractère qui s’accorde d’ailleurs très bien au signe du Taureau) ou à une forme de vanité, n’en recèle pas moins un privilège, celui d’être né coiffé, comme l’est le Taureau avec sa couronne de cornes. Dionysos, dieu du vin, de l’inspiration, des génies de la terre et de la fécondité, fut souvent représenté avec une tête de Taureau, trônant sur un char orné de pampres de vignes, de lierres et de figuiers, entouré par les Bacchantes et les Satyres.
 
 
À Athènes, des groupes de jeunes filles et d’hommes travestis en Bacchantes et Satyres, célébraient Dionysos. À Rome, en 185 avant Jésus-Christ, le Sénat romain fut contraint d’interdire les fameuses Bacchanales ou Mystères de Dionysos, cérémonies au cours desquelles les femmes et les hommes s’adonnaient à l’orgie et à l’ivresse, le plus souvent au printemps. 
 
 
Les décans  
 
 
 
Le Taureau du premier décan, dit décan de Bon sens, dont le maître est Mercure 
 
 
du 21 avril au 30 avril 
 
 
Le premier taureau du signe apparaît couché, la moitié du corps et l’arrière-train dissimulés derrière un buisson, l’autre moitié du corps en émergeant, la tête orientée vers la droite, autrement dit vers le signe du Bélier qui précède le signe du Taureau dans le zodiaque.
 
 
 
 
 
Toutefois, sa tête est aussi légèrement penchée vers la droite, semblant entamer un mouvement, tandis que ses yeux sont toujours dirigés vers la droite, vers l’avant pour l’animal, dans le sens inverse du mouvement des astres à l’intérieur du zodiaque.
 
 
La patte gauche légèrement pliée en avant, le sabot posé à terre, ce taureau s’apprête à se redresser, tandis que sa patte droite est repliée sur le côté. Si sa stature ne laisse planer aucun doute sur sa force et sa puissance, tel qu’il figure dans cette image, celles-ci semblent passives, contenues. La paix, le calme, la tranquillité se dégagent de son attitude.
 
 
Ses cornes très espacées, orientées sur chaque côté de sa tête, ne laissent présager aucune agressivité. Il s’agit d’un animal paisible qui, à l’instar du natif du premier décan de ce signe, aspire à la quiétude, à la sécurité, dégageant une force paisible, ne quittant sa position de repos que pour satisfaire ses désirs ou s’assurer son minimum vital, ne faisant jamais plus d’effort qu’il n’est nécessaire. Bien qu’entamant un mouvement de la tête, son regard reste fixe.
 
 
Cette attitude fait allusion au fait que le natif du Taureau du premier décan, réputé plein de bon sens, n’en est pas moins enclin à nourrir des idées fixes. 
 
 
Le Taureau du deuxième décan, dit décan de Fertilité, dont le maître est la Lune
 
du 1er mai au 11 mai 
 
 
Le deuxième taureau correspondant au deuxième décan du signe du même nom, apparaît debout, dans une attitude assez fière, tout en puissance, la tête légèrement levée vers le ciel, coiffée de deux cornes qui, ensemble, forment un superbe croissant de Lune renversé. Il marche en plein jour, de droite à gauche, suivant la course des astres dans le zodiaque, dans une prairie verdoyante, la patte avant droite repliée, d’un pas sûr apparemment, la queue dirigée vers le ciel.
 
 
 
 
 
Ce taureau semble pleinement intégré dans son milieu. Il fait corps avec le paysage qui l’entoure. Il est dans son élément. Il sait où il va, ce qu’il veut, ce qu’il fait. Toutefois, malgré la puissance qui se dégage de lui, son attitude suggère une certaine légèreté. Cette dernière figure un état de réceptivité, son osmose avec son milieu naturel, son environnement, le fait qu’il s’abandonne aux pulsions instinctives qui règnent en cette période de l’année consacrée à la procréation.
 
 
Ici, les symboles conjugués de la Lune et de la terre verdoyante de caractère féminin, et du taureau solidement implanté dans ce paysage dont le principe est masculin, représentent à eux trois la fertilité. Au moment où, dans le zodiaque, le Soleil traverse ce décan, on assiste à la rencontre des polarités psychiques et sexuelles du féminin et du masculin qui s’apprêtent à s’unir.
 
 
Ce taureau n’est pas sans rappeler Apis, le grand dispensateur de vie de la mythologie égyptienne, en qui Menès, le premier pharaon historique, vit l’unificateur de la Basse et de la Haute - Égypte vers 3200 avant Jésus-Christ, environ. 
 
 
Le Taureau du troisième décan, dit décan de Réalisme, dont le maître est Saturne 
 
du 12 au 20 mai 
 
 
Le troisième animal se présente dans une attitude pour le moins surprenante. Elle correspond pourtant bien aux caractéristiques se rattachant au troisième décan de ce signe. Il s’agit d’un taureau dont le corps semble moins robuste, moins tout en muscle et en puissance que le taureau figurant dans le décan précédent, donnant plutôt une impression de lourdeur, de masse, de force écrasante, de pesanteur.
 
 
 
 
 
Il se tient debout sur ses pattes arrière, tandis que ses pattes avant sont repliées sous lui. Il se trouve ainsi à moitié couché, l’avant de son corps pesant de tout son poids sur la terre. Autour de lui, le paysage semble moins luxuriant que dans le décor entourant le taureau du deuxième décan, comme pour attirer l’attention sur lui, exclusivement.
 
 
Sur sa tête dont les yeux fixent le sol, les pointes de ces deux cornes très rapprochées s’orientent nettement vers le ciel. La masse imposante de son corps, sa posture qui le présente comme affalé sur la terre, ses pattes arrière dressées et solidement posées sur le sol, révélant la puissance de ses reins, constituent autant d’éléments en rapports avec la pesanteur et l’intensité de Saturne.
 
 
En effet, le maître de ce troisième décan, confère au natif de ce décan une réputation de réalisme, de sens du concret, de puissance de réalisation, de certitudes, de convictions inébranlables.
 
 

 


Voilà,je crois que je n'ai pas oublié de signes???
J'ai dû supprimer la "présentation du taureau" par manque de place!!! je ferai la suite demain!!!

 bonne après midi 1   Ninnenne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Josiane
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 7721
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux    Mer 6 Aoû - 21:39

plume Bonsoir ma petite NINNENNE,

je découvre cet article que tu viens de poster sur le forum de J.Claude -
il est très intéressant -
je crois me souvenir que tu es du signe du LION -
ma soeur Annie est du signe des GEMEAUX -
cela correspond bien à son caractère -
comme il est très tard, je te souhaite une bonne nuit -
 bisous 6 de ton amie Josie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26706
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux    Ven 8 Aoû - 12:24

bonjour  Josie,

Moi,je suis du signe de la vierge et François aussi!!!

Je suis très contente que cela te plaise

J'ai énormément de problèmes avec la maison de repos de François...pour le domicile!!!!

En plus,je ne savais plus me connecter à internet depuis avant-hier!!

J'ai le moral très bas

Gros bisous  de ton amie  Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Josiane
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 7721
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux    Ven 8 Aoû - 14:45

rose b coucou ma petite NINNENNE,

je réponds à ton message un peu en retard, car nous sommes allés chercher
notre fils Julien sur son lieu de travail, il est en vacances pour 3 semaines, ça va
lui faire du bien de souffler un peu -
ah bon, tu es du signe de la Vierge, je croyais que tu étais du signe du Lion,
je me suis trompée, rires !! -
je suis désolée que tu aies toujours des problèmes avec la maison de repos
de François - j'espère que ça va s'arranger -
essaie de garder le moral, il y a des choses beaucoup plus graves -
heureusement que tu arrives de nouveau à te connecter à Internet -
bonne fin d'après-midi -
gros  bisous7 de ton amie Josie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux    

Revenir en haut Aller en bas
 
Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -+ gémeaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CC 55 - Honneur aux Gemeaux !!!
» Numb3rs - montages de Stéphanie - différents parings - G
» signe astrologique version naruto!!!
» Talisman pour chaque signe astrologique
» L'astrologie s'emmêle les signes

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: