AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Deltas et estuaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18911
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Deltas et estuaires   Ven 5 Déc - 13:09

Deltas et estuaires - Delta - Introduction -

Delta du Nil
 
Un delta est un type d'embouchure qu'un cours d'eau peut connaître à l'endroit où il se jette dans un océan, une mer ou un lac.
 
Dans certaines conditions liées à la turbulence de la mer et à la quantité d'alluvions charriées par le cours d'eau, il peut se former un amas de dépôts. Ceux-ci divisent le cours d'eau en plusieurs bras dont le tracé avec la côte est souvent triangulaire, ressemblant à la lettre grecque ? (Delta), d'où son nom. La première division du cours d'eau à l'entrée du delta est appelé l'apex. par extension, on parle parfois de Delta d'étang ou de lac  .
L'activité alluvionnaire intense amène la forme même du delta à changer au cours du temps.
 
Il existe deux grands types de delta : de type Gilbert, et marins. Le delta de type Gilbert est le plus courant et le plus simple. Il possède un éventail abrupt et des dépôtssédimentaires basaux, frontaux et sur les sommets. Les deltas marins sont plus complexes dans leur architecture, car ils possèdent une partie deltaïque aérienne et une sous-marine.
 
[size=16][/size]
Le delta du Gange


Un delta très connu est celui formé par le Nil lorsqu'il se jette dans la mer Méditerranée par deux bras : celui de Damiette et celui de Rosette.


[size=16][/size]


Comme les estuaires, les deltas constituent des écosystèmes particuliers. le bouchon vaseux et le mélange d'eaux de densité, salinité et températures et turbidité différentes y crée des conditions et habitats uniques, exploités par certaines espèces tout ou partie de leur cycle de vie.


[size=16][/size]
Delta du Danube


Là où le courant ralentit et au gré de phénomènes de bioconcentration et de sédimentation, des "poches" de sédiments pollués peuvent apparaître, plus ou moins remobilisés lors des tempêtes, curages et crues saisonnières, voire lors d'actions de chalutage. En France, le projet « CAROL » (Camargue-Rhône-Languedoc) a ainsi mis en évidence des poches de sédiments très radioactifs au droit de l’embouchure du grand Rhône, contaminés par du césium 137, fixé sur des sédiments.


[size=16][/size]

[size=24]Deltas et estuaires - Estuaire - Introduction -

[/size]

Estuaire de la Gironde

 
Un estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible. Pour certains, il correspond à toute la portion du fleuve où l'eau est salée ou saumâtre, pour d’autres, c'est la présence de l’effet dynamique de la marée sur les eaux fluviales qui le définit. Par convention, on ne parle pas d'estuaires pour les fleuves qui se jettent dans des mers fermées qui n'ont pas de marée.

 
L’estuaire est un écotone (zone de transition écologique entre deux écosystèmes) mouvant dont les limites sont d’appréciation délicate. Elles s’apprécient généralement sur l'analyse du mouvement des masses d’eau douces et salées, sur la base du flot principal ou moyen de la marée.

 
[size=16][/size]

Estuaire de la Loire

 
Chaque estuaire est un système physique et écologique dynamique et unique, incluant des zones humides, des méandres sans cesse remodelés au gré des courants, des charges de matières en suspension apportées par le fleuve, et selon la nature du contexte géologique et du bassin versant, le climat, les vents et les interventions humaines historiques et contemporaines. L’estuaire est aussi le lieu où la force du fleuve est ralentie. Certains polluants s’y sédimentent préférentiellement et peuvent s’y concentrer.

 
L’Homme a cherché à maîtriser les estuaires en fixant les berges et les chenaux, en y construisant de coûteuses digues, parfois immergées. Pour ce faire il a mobilisé les sciences naturalistes, comme les mathématiques (modélisation) et la physique (dynamique des fluides et des matériaux). Depuis quelques décennies, les sciences sociales et économiques sont également appelées par les aménageurs, notamment pour y résoudre les conflits d’usages (chasse, pêche, tourisme, promenade, loisirs, nautisme, plongée sous-marine, pêche à pied, activités portuaires, etc.).

 
C’est le seul écosystème où la modification altimétrique de la ligne d’eau biquotidienne varie dans le temps et dans l’espace, en même temps que la salinité et la turbidité. On y trouve des espèces marines, des espèces d’eau douces et des espèces endémiques aux estuaires. Quand la pollution et la surpêche ne la surexploitent pas, la biomasse produite y est exceptionnellement importante. Les estuaires sont à l’origine de nombreuses chaînes alimentaires, et sont une zone de reproduction et de nourrissage irremplaçable pour nombre d’espèces. Parfois, les riches deltas sédimentaires ont été dédiés à la culture (delta du Nil,Bengladesh, Camargue en France…).

 
[size=16][/size]

Marais de Camargue

 
Tous travaux d’aménagement en aval ou amont peuvent avoir un impact différé dans l’espace et dans le temps, sur les flux, sur les courants, sur les vasières, sur la sédimentation, sur le mouvement et l’importance ou la qualité du bouchon vaseux et parfois sur la sécurité des usagers.

 
[size=16][/size]

Vasière

 
Issu du latin aestuarium (« lieu où le flux pénètre », mais aussi « étang maritime où l'on nourrissait du poisson ») de aestus (« flux de la mer »). Le mot apparaît en France au XVesiècle, mais il ne figure dans les dictionnaires qu’au XVIIIe siècle. De la même racine latine est issu étier .

 
Le mot espagnol estuario se traduisait non par estuaire mais par « barre », mot désignant la vague créée par la rencontre de l’onde du fleuve descendant et de la marée.

 
Le bouchon vaseux est créé par la rencontre des eaux douces chargées de matière en suspension et de nutriments en solution et des eaux marines salées. Zone de turbidité maximale, il migre au rythme des marées. Sa taille et sa position évoluent selon les conditions hydrodédimentologiques propre à l'estuaire et selon des facteurs tels que température, ensoleillement, débits, cycles de marée, pollutions, et en fonction des pratiques humaines ou de l'évolution naturelle du bassin hydrographique, très en amont (fonte des neiges, pluies intenses, renaturation ou au contraire imperméabilisation, pratiques agricoles érosives et forestières (labours, désherbage, coupes rases…), pollutions, travaux de curage… qui exacerbent la teneur de l'eau en nutriments, matière organiques, matières en suspension, etc.).

 
[size=16][/size]

Les eaux des estuaires sont généralement turbides, caractérisées par un bouchon vaseaux (estuaire de la Gironde, Sud-Ouest de la France)

 
Le bouchon vaseux constitue un (éco)système tout à fait particulier, souvent gravement perturbé par les activités humaines, en raison d'une quantité excessive d'eutrophisants, de matière organiques, de pesticides et d'autres polluants adsorbés sur les particules en suspension ou solubilisés dans l'eau, pour partie protégés d'une décomposition rapide par la lumière ou l'oxygène natif produit par le phytoplancton.

 
Le bouchon vaseux a été peu étudié jusque dans les années 1980. Depuis, de nombreuses études ont montré qu'il était naturellement important pour la productivité biologique des estuaires, très élevée, mais qu'en raison de perturbations humaines notamment, il peut devenir une zone dégradée et contribuer aux zones mortes marines, et devenir une source très importante d'émission de CO2 et de CH4, deux gaz à effet de serre d'importance majeure.

 
Les milieux estuariens caractérisés par des marnages (technique agricole consistant à rendre un sol plus calcaire en y ajoutant de la marne) importants, des courants parfois violents sont néanmoins riches en biomasse (ex : jusqu’à 1 million de larves de coques par m² en baie de Somme) et une productivité globale estimée à au moins 30 tonnes/hectare pour les petits estuaires en climat tempéré. Ils peuvent être soumis à diverses pollutions qui dégradent ces ressources (pesticides, métaux lourds ou nitrates par exemple).

 
La protection des estuaires implique une gestion quantitative et qualitative de l’eau à l’échelle des bassins versants entiers. Certaines activités y ont été interdites (exemple : le pétardage des armes chimiques, non-explosées ou stockées des deux premières guerres mondiales). Plusieurs dizaines de petits estuaires européens sont concernés par la proximité de dépôts anciens de munitions immergées susceptibles de les polluer par les nitrates, le mercure, le plomb, le cuivre, etc., si ce n’est pas des toxiques de guerre de type Ypérite, chloropicrine.

 
Les milieux intertidaux sont des écotones particuliers, dont slikke et schorre sont les deux principales composantes en zone continentale, remplacées par la mangrove en zone tropicale.

 
La slikke est l’étage le plus bas : exposée à la mer, zone vaseuse immergée à chaque marée, apparemment pauvre, elle abrite une vie intense, essentiellement des macroinvertébrés et micro-organismes. La basse-slikke, gorgée d’eau, accueille des plantesphanérogames rare (réduite aux zostères). La haute-slikke est, elle, couverte de salicornes et de spartines (graminées dures résistantes au sel).

 
[size=16][/size]

Salicorne

 
[size=16][/size]

Spartine

 
Le schorre n’est submergé qu’aux grandes marées et lors des tempêtes, mais il est exposé aux embruns. Il abrite des graminées constituant les prés salés et une végétation d’autant plus variée que l’eau douce est présente.

 
[size=16][/size]
[size]
Prés salés

Le bas-schorre est un milieu de transition accueillant encore des espèces de la haute slikke qui se mélangent à la glycérie maritime (Puccinellia maritima) et à l’aster maritime.

Glycérie maritime


Le moyen-schorre accueille l’obione faux-pourpier (sous-arbrisseau aux feuilles persistantes) évoluant vers le haut schorre enrichi de statice maritime (lavande de mer), plantain maritime, avec encore l’aster et la glycérie maritime.


Lavande de mer


Coléoptères, diptères, collemboles complètent la faune des crustacés des bords de slikke, qui nourrissent de nombreux oiseaux laridés (mouettes et goélands), limicoles, oies bernaches, canards, hérons à marée basse et oiseaux plongeurs piscivores (grèbes) ou malacophages (eiders, macreuses) à marée haute.


Bernaches



[/size]
Comme les deltas, les estuaires, par mélange d'eaux de densité, salinité et températures et turbidité différentes créent des conditions et habitats uniques, exploités par certaines espèces tout ou partie de leur cycle de vie. Les estuaires sont par exemple des lieux de ponte ou de grossissement uniques et vitaux pour certain poissons (sole et plie). Certaines espèces végétales terrestres ou aquatique sont endémiques d'estuaires (Ex : L'Angélique des estuaires, dans l'ouest de la France).


 



Angélique des estuaires



Remarque: La plupart des amphibiens fuient les zones salées, sauf en Europe lepélodyte ponctué et le crapaud calamite qui fréquentent volontiers les rivages estuariens, avec la Rainette.


 



Crapaud calamite


 

En Europe, le mot «estuaire» figure dans les cahiers d'habitats naturels définis en application de la directive Habitats. Parmi les habitats côtiers (toujours au sens de la Directive), trois habitats sont dits estuariens. Un estuaire est défini comme la « partie aval d’une vallée fluviale soumise aux marées, à partir du début des eaux saumâtres. Les estuaires fluviaux sont des anses côtières où, contrairement aux « grandes criques et baies peu profondes ». L’interaction des eaux douces avec les eaux marines ainsi que la réduction du flux des eaux dans l’estuaire provoquent le dépôt de fins sédiments sous forme de larges étendues de replats boueux et sableux. Lorsque l’écoulement du fleuve est plus lent que le flot, les dépôts de sédiments forment un delta à l’embouchure de l’estuaire »


 



Pélodyte ponctué


 

En aval de zones polluées (ce qui est le cas de très nombreux estuaires), là où le courant ralentit et au gré de phénomènes de bioconcentration et de sédimentation, des "poches" de sédiments pollués peuvent apparaître, plus ou moins remobilisés lors des tempêtes, curages et crues saisonnières, voie lors d'actions de pêche au chalut. En France, le projet « CAROL » (Camargue-Rhône-Languedoc) a ainsi mis en évidence des poches de sédiments très radioactif au droit de l’embouchure du Grand-Rhône, contaminés par du césium 137, fixé sur des sédiments.
[size]

Deltas et estuaires - Delta du Rhône (Camargue) -


[/size]

Vue aérienne du delta du Rhône

 
La Camargue (Camarga ou Camargo en occitan provençal) est une zone humide paralique formée par le delta du Rhône.

 
Constamment soumis au jeu de la mer et du fleuve, le delta du Rhône n’a pas permis l’implantation d’importantes populations. Celles-ci se sont fixées surtout en périphérie : à Arles depuis l’époque romaine, à Saint Gilles et Aigues-Mortes depuis le Moyen Age.

 
[size=16][/size]

Camargue

 
D'après la plupart des sédimentologues, géologues et scientifiques, le delta de la Camargue se serait formé il y a 5000 ans environ. Il est le fruit de la rencontre des eaux du Rhône, chargées de sédiments et de la Méditerranée. Les dépots successifs d'alluvions fluviatiles, marines et palustres en ont façonnés le sous-sol.

 
Chaque année le Grand Rhône apporte 20 millions de mètres cubes de graviers, sable et limons à la Mediterranée. Une partie de ces matériaux vont s'accumuler, d'un côté sur la côte du Bas-Languedoc et de l'autre sur le golfe de Fos.

 
[size=16][/size]

Golfe de Fos

 
Toutefois, la mer progresse sur d'autres points, notamment sur l'embouchure du Petit Rhône. Le littoral est régulièrement démoli par les tempêtes venant du Sud-Est. Pour exemple : le phare de Faraman construit en 1840 à 700 mètres à l'intérieur des terres a été englouti en 1917. Depuis un autre phare a été reconstruit mais l'avance de la mer se poursuit. A l'heure actuelle, on est obligé de protéger par des digues la commune des Saintes-Maries-de-la-Mer ; au Moyen Âge celle-ci se trouvait à plusieurs kilomètres de la côte.

 
[size=16][/size]

Phare de Faraman

 
D'après la plupart des scientifiques, ce phénomène serait dû à deux actions conjuguées :

 
- l'accroissement du niveau des mers ;

- l'affaissement du niveau du sol, en cette zone.

 
Depuis la plus haute antiquité, la Camargue représente une porte ouverte sur la Gaule pour toutes les influences étrangères. Mais comme tous les deltas connus alors, il appelé par Hésiode l'une des trois bouches de l'enfer avec le Rhin et le Pô.

 
[size=16][/size]

Les Saintes Marie de la Mer (vue aérienne)

 
L'occupation de la Camargue est antérieure à celle des Romains. Les Grecs et les Ligures ont colonisé les lieux bien avant. Les Sarrasins se seraient installés au IXème siècle mais aucune trace historique ne subsisterait de leur passage. Après cette période, on atteste d'une population de 170 chefs de familles à la Villa de Mar (les Saintes Maries de la Mer), en 1286. Toutefois, le village construit en bois aurait brûlé au XIVème siècle.

 
La Camargue est un espace terrestre de 145.300 ha au sud de la France, situé géographiquement entre les deux bras principaux du delta du Rhône et de la merMéditerranée. On peut l'étendre à l'Est jusqu'à la plaine de la Crau, à l'ouest jusqu'à Aigues-Mortes et au nord jusqu'à Beaucaire. La Camargue s'étend donc sur les départements des Bouches-du-Rhône et du Gard.

 
[size=16][/size]

 
On distingue ainsi 3 parties :

 
la Petite Camargue à l'ouest du Petit-Rhône ;

la Grande Camargue, entre les deux bras du Rhône ;

le Plan du Bourg, à l'est du Grand-Rhône.

 
En son centre se trouve l'étang du Vaccarès, la partie située le long de la mer est bordée d'étangs salés.

 
La Camargue se trouve essentiellement dans le territoire des communes d'Arles, la plus étendue commune de France métropolitaine, des Saintes-Maries-de-la-Mer, la deuxième plus étendue après Arles et de Port Saint Louis du Rhône.

 
[size=16][/size]

Etang du Vaccarès

 
Cette région est composée de deux parties : le nord avec des terres agricoles et le sud composé de marais et de plans d'eau salée qui forment un écosystème particulier.

 
Cet écosystème présente une végétation principalement composée de salicornes et de plantes halophiles (c'est-à-dire des plantes qui supportent l'eau salée) comme la saladelle.

 
[size=16][/size]

Saladelle

 
[size=16][/size]

Salicorne

 
C'est également un domaine d'élevage de chevaux et de taureaux, de culture du riz et d'exploitation du sel (marais salant).

 
[size=16][/size]

 
Cette faune et flore particulière a entrainé la création d'une réserve naturelle nationale sur 13 117 hectares (1927) et d'un parc naturel régional sur 30 000 hectares (1970).
L'évaporation annuelle est plus importante que l'apport pluvieux, le fleuve apporte la différence évitant ainsi à la région d'être brûlée par le sel.

 
[size=16][/size]

Salicornia rouge d'automne dans les marais salants de Camargue

 
La Camargue compte environ 10.000 habitants essentiellement concentrés sur la commune des Saintes-Marie-de-la-Mer (2317 habitants), le quartier d'Arles "Trinquetaille" (5748 habitants) et le village de Salin-de-Giraud (2080 habitants) appartenant également à la commune d'Arles. La densité de population est de 10 hab/km².

 
La Camargue est un site d'importance européenne et nationale majeure pour les oiseaux locaux, pour les migrateurs et particulièrement pour les hivernants puisqu'il s'agissait en 2000-2005 du premier site français en nombre d'hivernants accueillis chaque année (122 000 oiseaux, devant le Bassin d'Arcachon qui en accueille 105 000). La Camargue est aussi connue pour accueillir le flamant rose . les taureaux.

 
[size=16][/size]

Flamants roses en Camargue

 
En 1928 fut créée la réserve botanique et zoologique.

 
L'arrêté ministériel en date du 24 avril 1975 classe officiellement la Camargue en Réserve Naturelle Nationale. Elle est placée sous la protection de la Société Nationale de Protection de la Nature. La zone protégée, essentiellement celle de l'étang du Vaccarés, couvre 13117 hectares. C'est l'une des plus grandes réserves humides d'Europe. Son habitat regroupe 276 espèces d'oiseaux dont 258 d'intérêt patrimonial.

 
La végétation est dominée par le sel, imprégnant la terre et l'eau. Les plantes halophiles (friandes de sel) sont dominantes, telles que la lavande de mer (appelée saladelle en Camargue) et la salicorne ; elles passent du vert au printemps, au gris à l'été et au rouge à l'hiver. D'autre part, dans la flore, luxuriante, on dénombre le chardon bleu, le tamaris, la marguerite et le zinérium sauvage, le genévrier de Phénicie et le narcisse et l'asphodèle au printemps.

 
[size=16][/size]

 
Le parc naturel régional de Camarguea été créé en 1970 par des acteurs privés.

Les manadiers sont attachés à promouvoir la race du cheval Camargue et l'AOC du Taureau Camargue; en Camargue on trouve, entre autres fruits de l'élevage, la mise en valeur de deux races bovines : le taureau Camargue et le toro Bravo (dans l'acception littérale espagnole). La riziculture fait partie intégrante de l'agriculture "Camargue".

 
[size=16][/size]

Mise en eau d'une rizière en Camargue

 
En 2004 le parc est institutionnalisé (acteurs publics), suite à un recours administratif (Conseil d'Etat 17 février 2007) Il fait l'objet de la loi n° 2007-1773 du 17 décembre 2007 relative au parc naturel régional de Camargue .

 
Les côtes de Camargue subissent une transformation intense et contrastée, avec des zones d'érosion maritime autour des Saintes-Maries-de-la-mer et en face de Faraman, et des zones d'engraissement principalement vers l'embouchure du Grand Rhône, Beauduc et le phare de l'Espiguette (Grau-du-Roi). Il faut également ajouter que tout le delta avec ses basses terres commence à subir les effets du réchauffement climatique : remontée du sel liée à la hausse du niveau marin, etc.

 
La Camargue est aussi un enjeu pour de nombreux intérêts politiques et économiques relevant de multiples interlocuteurs : parc naturel régional de Camargue, ministères, promoteurs immobiliers, aménageurs du territoire, Salins du Midi, éleveurs, agriculteurs, chasseurs, professionnels du tourisme, organismes de protection contre le Rhône, municipalités d'Arles et des Saintes-Maries-de-la-Mer, pouvoir régional, etc.
Riziculteurs et saliniers imposent une hydrologie du delta inverse au régime naturel, qui ne favorise pas la conservation des espèces les plus originales. Mais une chose est sûre : quelles que soient les activités - préservation du milieu, chasse, coupe du roseau, croissance du riz -, et leurs besoins en eau, la Camargue est désormais au centre de toutes les convoitises.

 
Ainsi, si l'avenir de la Camargue dépend à moyen terme des impacts liés au réchauffement, à court terme son destin est entre les mains d'acteurs qui n'ont pas tous la sauvegarde de cet espace comme objectif. La Camargue et en particulier la ville des Saintes-Maries-de-la-Mer sont très vulnérables à court ou moyen terme à la montée du niveau marin (« submersion marine »),





Ninnenne    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18911
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Deltas et estuaires   Ven 5 Déc - 13:14

Deltas et estuaires - Estuaire de la Gironde -

 
L'estuaire de la Gironde ou Gironde (en occitan : Gironda, en saintongeais : Ghironde) est un estuaire du sud-ouest de la France dont les eaux baignent deux régions : l'Aquitaine (département de la Gironde avec Blayais sur la rive droite et Médoc sur la rive gauche) et le Poitou-Charentes (Charente-Maritime, avec la Haute-Saintonge et le Royannais, sur la rive droite).
 
[size=16][/size]
 
La Gironde est l'estuaire commun de deux fleuves : la Garonne et la Dordogne , qui joignent leur cours au bec d'Ambès. Il a donné son nom au département de la Gironde.
 
Cet estuaire long de 75 kilomètres et large de 12 kilomètres à son embouchure est le plus vaste d'Europe occidentale, couvrant une superficie de 635 km2.
 
[size=16][/size]
Le Bec d'Ambès
 
L'estuaire de la Gironde a une histoire riche grâce à l'importance du commerce maritime qui s'est beaucoup développé. L'influence du port de Bordeaux fut pendant longtemps avérée et attirait de nombreux bateaux. Aujourd'hui encore, la Gironde permet le passage de nombreux navires dont l'immense navire servant de transporteur aux ailes de l'Airbus A380.
 
[size=16][/size]
Barge transportant une aile d'A380.
 
La Gironde et ses rives détiennent un patrimoine culturel important. Les paysages sont variés et les traditions encore présentes grâce notamment à la pêche. D'autres économies sont présentes dans cet estuaire comme l'économie pétrolière ou électrique avec les dépôts de pétrole du bec d'Ambès ou la centrale nucléaire du Blayais.
 
[size=16][/size]
Centrale nucléaire du Blayais
 
L'estuaire de la Gironde commence au bec d'Ambès, point où se rencontrent deux cours d'eau, la Dordogne et la Garonne. Il se termine à la pointe de la Négade sur la rive gauche, point d'embouchure dans l'océan Atlantique et à la pointe de la Coubre sur la rive droite. Toutefois, le domaine maritime commence à l'ouest de la pointe de Grave sur la rive gauche, et la pointe de Suzac sur la rive droite .
 
[size=16][/size]
Pointe de Grave
 
[size=16][/size]
Pointe de Suzac
 
L'embouchure peut être délimitée précisément par trois points :
 
[size=16][/size]
 
-La Pointe de la Négade
 
[size=16][/size]
 
-Le Phare de Cordouan
 
[size=16][/size]
 
-La Pointe de la Coubre
 
L'estuaire arrose d'un côté les vignobles du Médoc et de l'autre les vignobles de Blaye, célèbres vignobles bordelais. La Gironde arrose les départements et les villes suivantes :
 
- Gironde : Blaye, Pauillac, Le Verdon-sur-Mer
 
-Charente-Maritime: Royan, Meschers-sur-Gironde, Mortagne-sur-Gironde
 
Les paysages entre la rive gauche et la rive droite sont totalement différents. Sur la rive gauche de Macau à la pointe de Grave, on retrouve une plaine alluviale et de graves provenant des Pyrénées où domine un paysage viticole.
 
[size=16][/size]
 
Près de la mer, les vignes cèdent leur place aux dunes et quelques marais sont présents ça et là. Sur la rive droite, le paysage est beaucoup plus marqué et plus diversifié. On retrouve de grandes falaises et de grandes collines. Les vignes sont moins présentes que sur l'autre rive. Enfin, vers le nord, on trouve de grands marais près de Saint-Ciers-sur-Gironde, de Braud-et-Saint-Louis et de Saint-Thomas-de-Conac.
 
[size=16][/size]
Marais de la Vergne
 
Enfin, on retrouve des falaises mortes contenant des habitations troglodytes près de Mortagne-sur-Gironde.
 
[size=16][/size]
 
Plusieurs îles sont présentes dans l'estuaire de la Gironde entre le bec d'Ambès et l'embouchure. Ces îles ont subi de nombreuses modifications au cours des temps et suivant les courants et le déplacement des bancs de sable. Du nord au sud de l'estuaire, les plus grandes sont :
 

  • L'île sans nom, à l'est de Cordouan


 
[size=16][/size]
 

  • L'île de Patiras est la plus ancienne de l'estuaire. Elle abrite des parcelles de maïs et de vignes ainsi qu'un phare. Cette île servait de quarantaine pour les bateaux avant d'accoster dans les différents ports de l'estuaire.


 
[size=16][/size]
 

  • L'île Nouvelle est une réserve naturelle depuis 1991.


 
[size=16][/size]
 

  • L'île Paté abrite le fort Paté, un édifice fortifié construit par Vauban en 1690 afin de préserver le port de Bordeaux d'éventuelles attaques.


 
[size=16][/size]
 

  • L'île Verte, l'île du Nord et l'île Cazeau sont un groupe insulaire de 790 hectares. L'île Verte conserve les ruines d'un village. 40 hectares de l'île forment une réserve naturelle depuis 2001.


 
[size=16][/size]
 

  • L'île Margauxest une petite île de 25 hectares. Très proche de la rive du Médoc, on y cultive 14 hectares de vigne.


 
[size=16][/size]
 

  • L'île Macau.


 
[size=16][/size]
 
L'estuaire se trouve sur un plateau calcaire du crétacé, déposé il y a 140 à 150 millions d'années. La surrection des Alpes et des Pyrénées, il y a 60 à 65 millions d’années, froissa les couches de calcaire. Il y eut alors un soulèvement du Saintongeois avec l'anticlinal de Jonzac, ce qui forma les falaises entaillées de conches sur la rive nord de l'estuaire et la plaine du Médoc au sud. Les eaux viendront buter contre cette falaise et former l’estuaire de la Gironde. Pendant cette période, la mer envahit tout le bassin aquitain et ce n'est qu'à la fin du Tertiaire que les eaux se retirèrent.
 
Pendant le Quaternaire, des périodes de grands froids et de chaleur se succèdent. Les eaux de la mer se retirent pendant les ères glaciaires ce qui provoque un creusement du lit de la Gironde. Des terrasses alluvionnaires se forment sur la rive gauche. Mais avec la fonte des glaces, la mer remonte et la Gironde comble son lit avec des alluvions et les pentes au bord de l'estuaire s'adoucissent.
 
Il y a 2 000 ans les marais se forment sur les deux rives de l'estuaire, puis des dunes et des conches apparaissent vers l'an 1000. Aujourd'hui, les marais ont été asséchés et l'estuaire évolue toujours. En 1999, l'île de la Croute a disparu sous les eaux et Bourg-sur-Gironde se retrouve en face de la Dordogne au lieu de la Gironde.
 

Deltas et estuaires - Estuaire de la Gironde - suite -

 
L'estuaire de la Gironde est le plus grand estuaire d’Europe occidentale, avec 75 km de long et jusqu’à 12 km de large et une superficie de 635 km2.
 
La Garonne et la Dordogne apportent de 800 à 1 000 m3 d'eau douce chargée de sédiments ; en même temps, deux fois par jour, la marée montante apporte 15 000 à 25 000 m3 d'eau de mer, ce qui favorise la formation de bancs de sable, de vasards et d'îles. La rencontre de l'eau douce, riche en alluvions, avec l'eau salée fait floculer les particules argileuses qui forment un « bouchon vaseux » caractéristique des eaux estuariennes. La Gironde charrie chaque année de deux à huit millions de tonnes de particules en suspension. Une partie des matières en suspension (1,5 à 3 millions de tonnes par an) se dépose, formant des bancs de sable, des vasards et des îles. L'estuaire de la Gironde est fortement soumis au flux et au reflux des marées. Cette marée dynamique remonte très en amont dans l'estuaire (jusqu'à150 km de l'embouchure) : Casseuil sur la Garonne, Castillon-la-Bataille sur la Dordogne et Laubardemont sur l'Isle. Lors des grandes marées, le phénomène du mascaret peut survenir et remonter le fleuve sur une grande distance. Il est surtout visible plus en amont, sur la Dordogne et la Garonne. Cette vague est souvent surfée par les amateurs.
 
[size=16][/size]
 
L'estuaire est un important axe de navigation et de transport de marchandises avec le passage de cargos, de porte-conteneurs, de bateaux de pêche et de tourisme. Le transport de gros gabarits pour la construction aéronautique est utilisé pour le transport d'une partie du fuselage de l'Airbus A380 de Saint-Nazaire à Pauillac. Il est de là transbordé sur une barge ou une péniche d'Airbus remontant la Garonne jusqu'à Langon, activité que l'on nomme « chenalage » .
 
[size=16][/size]
Un remorqueur assiste un vraquier sur la Gironde dans son approche d'un des sites du port autonome de Bordeaux.
 
Dans l'ensemble de l'estuaire et de la Garonne, le service de pilotage aux navires est assuré par les Pilotes de la Gironde, syndicat réglementaire et obligatoire de service aux navires. Les pilotes assurent la prise en charge des navires au large de l'estuaire depuis la bouée BXA jusqu'au sept ports hauturiers du fleuve et les raccompagnent depuis les ports vers la haute mer .
 
La navigation de la Gironde commence durant l'âge de Bronze avec le commerce de l'étain en provenance de Cornouailles et le commerce du cuivre en provenance d'Espagne. Novioregum devient un port très développé. Ce trafic va permettre l'émergence et la fondation de Burdigala par les Bituriges Vivisques, c'est-à-dire la future ville de Bordeaux. Au IXe siècle, les Vikings sillonnent les eaux de l'estuaire et pillent les bateaux de commerce.
 
Mais le trafic maritime dans l'estuaire s'amplifie avec l'arrivée au trône des rois d'Angleterre en Aquitaine au XIIe siècle. En 1152, le roi d'Angleterre Henri II Plantagenêt épouse Aliénor d'Aquitaine et perçoit en dot les terres bordelaises. L'estuaire devient la voie d'accès aux terres bordelaises du roi d'Angleterre et le commerce du vin explose. Au XIIIe siècle, la tour de Cordouan est construite et permet de faciliter l'accès à l'estuaire. Le trafic maritime est perturbée par les conflits entre le roi d'Angleterre et le roi de France. Des batailles navales s'y déroulent en 1406, 1442 et 1451.
 
[size=16][/size]
Tour de Cordouan
 
À partir du XVIe siècle, les destinations et les échanges se diversifient. Le goudron, le blé et la résine transitent par la Gironde. Des bateaux de pêche partent pour Terre-Neuve pêcher la morue. Bordeaux devient un centre de traitement et d'expédition de la morue pour le reste de l'Europe. Les Anglais sont remplacés par les Hollandais. Le trafic est important et le commerce du vin florissant. Les Hollandais s'installent dans la ville de Bordeaux. C'est aussi le début de la fabrication de navires et l'implication de bordelais dans la vie de l'estuaire.
 
[size=16]
[/size]
Au XVIIIe siècle, l'estuaire devient un axe de passage très fréquenté. Le port de Bordeaux devient le premier port français. Le phare de Cordouan est construit pour aider les bateaux à passer les passes de la Gironde réputée dangereuse. Des pilotes de l'estuaire à bord de cotres étaient formés pour guider les bateaux dans la Gironde jusqu'aux différents ports. C'est durant cette période qu'apparaît la gabare, navire dédié au transport des marchandises.
 
[size=16][/size]
Gabares
 
Le commerce colonial et le commerce du vin attirent de nombreux pillards et ennemis. En 1662, le roi Louis XIV autorise l'armement des bateaux pour se défendre. Les corsaires envahissent l'estuaire et protègent le commerce. Au cours du siècle, les corsaires bordelais détruisent de nombreux navires anglais et assurent le commerce maritime lors de parcours en mer pour faire du pillage que l'on appelle des courses. Le port de Bordeaux fait aussi partie du commerce négrier avec notamment le commerce triangulaire qui rend de nombreuses familles bordelaises riches. Au total, en ayant assuré 11,4 % du trafic négrier français, Bordeaux a été le deuxième port négrier de France, à égalité avec celui de La Rochelle, mais loin derrière les 41,3 % du port de Nantes .
 
Mais au XIXe siècle, Le Havre devient le premier port de France supplantant celui de Bordeaux et le commerce dans l'estuaire diminue.
 
Vauban, le commissaire général des fortifications du roi Louis XIV, fait construire un système de défense sur l'estuaire à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle. L'objectif est de protéger l'estuaire de la menace des flottes anglaises et hollandaises. Blaye devient le point d'appui de son système de défense avec la construction de la citadelle de Blaye. Mais ce fort n'est pas suffisant et ne permet pas de contrôler l'autre rive de la Gironde : la portée de l'artillerie n'est pas suffisante.
 
[size=16][/size]
 
[size=16][/size]
Photos de la Citadelle de Blaye
 
Entre 1690 et 1693, Vauban fait construire Fort Médoc sur la rive gauche et Fort Paté sur un îlot au milieu de la Gironde. L'édifice est construit sur un réseau de poutres servant de fondation solide sur un sol très mouvant. À la fin du XVIIe siècle, le verrou mis en place sur la Gironde est enfin prêt. Il sera mis à l'épreuve par les Anglais en 1814 avec le siège de la citadelle et la capitulation de Napoléon.
 
[size=16][/size]
Fort Medoc - La Porte Royale
 
[size=16][/size]
Entrée du Fort paté
 
Le « verrou Vauban » a été classé en 2008 au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Deltas et estuaires - Estuaire de la Gironde - fin -

 
Il existe une quarantaine de ports : des ports industriels en minorité mais le plus souvent visibles, des ports de plaisance et des ports de pêche naturels. Ces ports sont le plus souvent en retrait dans les terres pour être à l'abri des courants. Ils prennent place dans les anciens marais de la Gironde.
 
[size=16]
[/size]
Le port de Blaye est un port de pêche et de plaisance se trouvant au pied de la citadelle.
 
[size=16]
[/size]
Le port de Lamarque sur la rive gauche est un port d'embarquement et de débarquement du bac assurant la liaison avec le port de Blaye sur la rive droite.
 
[size=16][/size]
Le port de Mortagne-sur-Gironde est un port de pêche et de plaisance. Il était autrefois le cinquième port pour l'importance de son trafic.
 
[size=16][/size]
Terminal pétrolier de Pauillac
 
Le port de Pauillac est le premier port de l'estuaire.
 
[size=16][/size]
Le port de Saint-Fort-sur-Gironde est un port de pêche et de plaisance.
 
[size=16][/size]
Le port Médoc au Verdon-sur-Mer est un port de plaisance moderne. Il est le premier port vert de l'Atlantique.
 
Plus loin, après l'estuaire, on trouve d'autres ports plus importants en capacité d'accueil mais pas en tirant d'eau comme :
 
[size=16][/size]
Le port de Bassens est le port le plus important de Gironde.
 
[size=16][/size]
Le port de Lormont, un port de plaisance.
 
[size=16][/size]
Le port de la Lune, le grand port de Bordeaux qui peut recevoir des paquebots de280 mètres de long.
 
Sur les deux rives de l'estuaire existent aussi bon nombre de petits ports, appelés « esteys » ou « estiers », suivant que l'on se trouve sur la rive gauche ou la rive droite. Il s'agit plutôt de haltes nautiques. Certains ont pourtant joué un rôle important dans le transport du vin, du bois ou des céréales. Ils constituent aujourd'hui un patrimoine typique de l'estuaire.
 
Trois passages de bacs permettent de traverser la Gironde :
 
tout au nord, un bac relie Royan au Verdon-sur-Mer (véhicules et passagers)
 
[size=16][/size]
tout au sud, un autre bac relie Lamarque à Blaye(véhicules et passagers)
 
Entre les deux, un bateau-passeur permet de relier Pauillac à Port-Vitrezay(Saint-Bonnet-sur-Gironde) (passagers uniquement).
 
Dans l'estuaire de la Gironde, deux types de bateaux traditionnels existent :
 
La gabare qui permet le transport de marchandises, notamment les tonneaux de vin exportés depuis Bordeaux.
 
[size=16]
[/size]
Gabare 
 
La filadière qui est un bateau de pêche à voile qui a une forme de navette d'où son nom. Dès le XVIIe siècle, ce bateau permettait de pêcher avec des filets dérivants. Deux modèles séjournent à Port-Maubert (Saint-Fort-sur-Gironde).
 
[size=16][/size]
Filadière
 
La pêche dans l'estuaire de la Gironde est surtout une activité centrée sur les poissons migrateurs : aloses, maigre, anguille, lamproies et sur les petites crevettes blanches caractéristiques des estuaires.
 
[size=16][/size]
Lamproie
 
La pêche de la pibale ou civelle est une grande tradition dans l'estuaire, c'est aussi la plus lucrative. Ces alevins d'anguilles sont pêchés dans l'estuaire grâce à des chalutiers portant de grands filets latéraux, les « pibalours ». Ces embarcations sont aussi nommées « bateaux libellules ». Depuis les années 1980, la pibale est vendue sur les marchés asiatiques et bénéficie d'une forte valeur ajoutée. Mais la ressource s'épuise et de moins en moins de pibales remontent l'estuaire de la Gironde.
 
[size=16][/size]
Civelles
 
La lamproie et l'alose se pêchent au printemps. La lamproie est cuisinée à la bordelaise dans son sang et du vin. Enfin, la pêche au maigre est très prisée et insolite dans l'estuaire. Ce poisson se reproduit dans l'embouchure de la Gironde au niveau du Banc des Marguerites. Le mâle pousse des grognements qui alertent les pêcheurs : c'est une pêche « à l'écoute ».
 
La pêche au carrelet est très répandue le long de l'estuaire. On retrouve de nombreuses cabanes sur pilotis le long des rives permettant de descendre un filet carré (le carrelet) à l'eau. Le terme de carrelet s'applique également à la cabane de pêche. C'est une pêche au hasard (on remonte régulièrement le filet et on n'utilise aucun appât) pratiquée par les amateurs.
 
[size=16][/size]
 
La pêche de l'esturgeon est totalement interdite depuis 1982. À partir des années 1920, l'esturgeon - appelé localement créa ou créac - était pêché afin de récupérer le précieux caviar. Mais, du fait de la destruction des lieux de ponte (gravières de Dordogne et de Garonne) et d'une pêche excessive, l'espèce est en danger de disparition.
 
[size=16][/size]
L'esturgeon européen (Acipenser sturio), en danger critique d'extinction.
 
Depuis les années 1980, un effort de sauvegarde de l'espèce a été mis en place dans l'estuaire ; mais sans grand succès. Des élevages d'esturgeons sont présents en Charente-Maritime et en Gironde mais l'espèce élevée n'a rien à voir avec l'esturgeon européen. En effet, il s'agit d'un poisson d'eau douce, plus petit, qui appartient à l'espèce Acipenser baerii(esturgeon sibérien) alors que l'espèce autochtone, l'esturgeon européen (Acipenser sturio) est un migrateur amphihalin qui vit en mer et se reproduit en eau douce. Actuellement, l'estuaire de la Gironde est le seul estuaire au monde qui voit passer l'esturgeon européen pour se reproduire en Dordogne ou en Garonne. L'estuaire de la Gironde représente une zone de nourricerie indispensable pour les juvéniles.


bon week-end bonne après midi 1      Ninnenne      
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Deltas et estuaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deltas et estuaires
» Les deltas Hellènes [Hasegawa Convair F-106 Delta Dart]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: images et PPS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: