AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Mythologie scandinave -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18844
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Mythologie scandinave -   Lun 15 Déc - 12:52

Mythologie scandinave - Beowulf

[size=16]Grendel[/size]
 
[size=16]1° Histoire de Beowulf –[/size]
 
   [size=16]Beowulf est un poème d’origine anglo-saxonne, écrit approximativement entre le VII° et le X° siècle.[/size]
 
Cependant, il ne faut pas oublier qu’à cette époque, l’île était fréquemment ‘visitée’ par les habitants des régions du nord de l’Europe : les vikings. Peut être importèrent ils la légende de Beowulf lors de leurs fréquents voyages ?
 
   [size=16]Par contre, ce que l’on ne sait toujours pas aujourd’hui, c’est comment ce poème fut conçu : s’agit il d’une légende d’inspiration scandinave, couchée sur le papier par des érudits chrétiens quelques siècles plus tard ; ou bien s’agit il d’un seul auteur chrétien qui inventa cette légende, inspiré par l’héritage scandinave ?[/size]
 
   [size=16]Ce texte est en quelque sorte le reflet de cette volonté qu’eut l’Église de christianiser les mythes païens d’origine scandinaves. Cette légende en est le parfait exemple : Beowulf, le héros, est l’image parfaite du héros de la mythologie scandinave, mais le texte est cependant parsemé de références à Dieu et à la bible.  La seule trace écrite que nous ayons pu conservé de ce poème, est une copie qui en a été faite, au cours du X° siècle.[/size]
 
 
   [size=13][size=16][/size][/size]
   
La première page du poème de Beowulf, X° siècle.
 
 
   [size=16]Cependant, ce manuscrit fut gravement endommagé au début du XVIII° siècle, date à laquelle la bibliothèque qui abritait le poème fut la proie des flammes. Finalement, ce ne fut qu’à la fin de ce siècle que l’on se décida à faire une copie de l’ouvrage.[/size]
 
 
   [size=16]2° Beowulf –[/size]
 
 
   [size=16]À cette époque reculée, le royaume du roi Hrothgar, dans la péninsule de Jutland, était en proie à la terreur. En effet, une terrible créature aquatique nommé Grendel semait la mort et la désolation. Le monstre, bien qu’ayant une apparence humaine, avait un aspect repoussant.[/size]
 
 
[size=16]Vivant dans les marais, le Grendel était d’une force incroyable, et pénétrait chaque nuit àHeorot, le palais du roi, afin d’y dévorer quelques gardes assoupis.   En effet, le roi et ses hommes passaient leur temps à chanter et à boire, ce qui mettait en colère le Grendel, qui avait été rejeté par le monde des humains.[/size]
 
 
   [size=16]Hrothgard avait tenté de faire tuer la créature, faisant appel aux meilleurs guerriers du royaume, mais ils avaient tous échoué. Alors, Hrothgard, la mort dans l’âme, dut se résoudre à quitter Heorot.  C’est alors qu’apparut un jeune homme du nom de Beowulf.[/size]
 
 
[size=16]D’ascendance royale, sa famille avait participé aux guerres contre Attila, et était parvenue à mettre fin aux prétention du roi des Huns.  Par la suite, Beowulf était rentré en possession de l’épée Hrunting, forgée par le forgeron Wieland, qui avait été formé auprès des Nains et des Elfes noirs.  Le jeune homme, auquel le roi exposa la triste situation, décida de mettre un terme aux exactions du Grendel.[/size]
 
 
[size=16]Il décida alors de tendre un piège au monstre : s’installant dans la salle principale du palais de Hrothgard avec ses compagnons, il fit semblant de dormir et attendit que le Grendel arrive.  La créature, comme à son habitude, quitta son marais humide à la nuit tombée. Elle pénétra alors dans le palais, se dirigea vers un des hommes de Beowulf, et le dévora. C’est alors que le jeune homme ouvrit les yeux et sauta sur le Grendel. Se passant de son épée, il attrapa la créature par le bras, l’empêchant de fuir.[/size]
 
 
 
[size=16]Les compagnons, réveillés par les hurlements de la créature, tirèrent leurs épées, et tentèrent de la terrasser. Cependant, le Grendel était protégé par une sorte de magie qui empêchait les armes de lui faire du mal. Le monstre, apeuré par la force du jeune homme, et ne voulant pas être capturé, décida donc de sacrifier son bras afin de pouvoir s’échapper.  [/size]
 
 
 
   [size=16]Le Grendel, poussant des hurlements, blessé à mort, regagna alors le marais dans lequel il vivait.Le roi Hrothgard décida alors de fêter la mort du monstre en célébrant un grand banquet. Le bras du Grendel fut alors fièrement exposé comme trophée, accroché au plafond de la salle. Après avoir bien bu, Hrothgard et ses hommes s’endormirent dans Heorot.[/size]
 
 
 
   [size=16][size=16]Mais au petit matin, le meilleur guerrier du roi fut retrouvé mort. Ce fut alors la consternation, car tous pensaient que Beowulf les avaient débarrassé du monstre. Mais ce dernier apprit que la menace ne venait plus de Grendel, mais bien de la mère de la créature.[/size][/size]
 
 
[size=16]Cette dernière avait décidé de se venger de ce qu’avait fait Beowulf à son fils.Beowulf décida alors de se rendre là où vivaient les monstres, bien décidé à en découdre. Il plongea alors dans le sombre marais, et nagea jusqu’à une grotte de cristal immergée sous les eaux.[/size]
 
 
 
   [size=16][size=16]Pénétrant dans la grotte, parsemée de cadavres de soldats du roi, Beowulf tomba alors nez à nez avec la mère de Grendel, qui fonça sur lui sans attendre. Cependant, l’épée du jeune homme n’était d’aucune utilité, car la mère de Grendel était, tout comme son fils, immunisée contre les armes.[/size][/size]
 
 
 
[size=16]Jetant son épée au loin, Beowulf trouva peu de temps après une autre épée à proximité des cadavres. Grâce à cette puissante arme, le jeune homme parvint alors à terrasser la mère de Grendel d’un coup d’estoc.Puis, il s’approcha de Grendel, qui était en train de mourir, et lui trancha la tête.Beowulf remonta alors à la surface, et retourna au palais. Là, il demanda à des soldats du roi de se rendre dans la grotte immergée, et de rapporter la tête de Grendel.[/size]
 
 
 
[size=16]Par la suite, Beowulf exposa fièrement son trophée dans le palais du roi Hrothgard. Ce dernier félicita chaudement le jeune homme, et le couvrit d’or.Par la suite, Beowulf, riche et célèbre, décida de retourner sur ses terres natales.[/size]
 
 
 
[size=16]Lorsque Hygelac, son père, mourut,  il lui succéda naturellement sur le trône de Scanie.Bien des années après, un voleur déroba une tasse d’or faisant partie du trésor que protégeait un dragon. Lorsque la créature s’en aperçut, elle quitta son antre, et incendia toute la contrée.Beowulf, bien que désormais très âgé, décida néanmoins de s’attaquer à la malfaisante créature. Accompagné par douze compagnons, le roi marcha donc à la rencontre du dragon.[/size]
 
 
 
[size=16]Une fois arrivés à proximité de l’antre de la créature, cette dernière fit tant peur aux compagnons de Beowulf, que tous préférèrent s’enfuir (à l’exception du jeune Wiglaf.).Les deux hommes ne baissèrent néanmoins pas les bras, et partirent à l’assaut. Beowulf, armé de son épée magique, attaqua courageusement le dragon.[/size]
 
 
[size=16]Finalement, à l’issue d’un combat épique, les deux adversaires se portèrent l’un l’autre un coup mortel.Wiglaf décida alors d’enterrer le trésor du dragon dans la tombe du vieux roi.[/size]
 
 
 
[size=16][size=16]Ainsi se termine la légende de Beowulf.[/size][/size]

Mythologie scandinave - La légende des Nibelungen

 
 
La légende des Nibelungen 
 
 
  
  
1° Histoire de la légende des Nibelungen –
  
  
  
Il existe deux versions de la légende des Nibelungen. La première, la plus ancienne, est d’origine scandinave (elle nous fut rapportée grâce aux Eddas.) ; la seconde est datant du XIII° siècle, est d’origine allemande. Cette dernière nous est narrée dans la Chanson des Nibelungen(Nibelungenlied en allemand.). 
 
 
En effet, au XIII° siècle, des textes datant du VIII° siècle furent retrouvés en Allemagne. Les textes composant cette épopée composée de 39 aventures furent alors restaurés, puis furent recopiés 34 fois (le récit des troubadours comptait 33 heures, dans son intégralité.). 
 
 
[size=16] [/size]
 
La première page du manuscrit racontant la légende des Nibelungen, XIII° siècle. 
 
 
Cependant, il existe des différences notables entre la saga scandinave et l’œuvre allemande (en effet, la chanson réécrite au XIII° siècle est influencée par le christianisme, alors que les auteurs de l’Edda originelle étaient des païens.).   
 
 
Cette légende est une des bases de la culture allemande. Par son ancienneté, l’on pourrait la comparer à la Chanson de Roland, cependant, la Chanson des Nibelungen fut largement plus popularisée : elle fut à l’origine de centaines d’œuvres littéraires et musicales. Par exemple, elle inspira le compositeur allemand Richard Wagner, qui consacra à cette légende une œuvre composée de quatre opéras : L’Anneau du Nibelung. Le réalisateur allemand Fritz Lang réalisa en 1924 le film Les Nibelungen : La Mort de Siegfried.    
 
 
[size=16] [/size]
 
Affiche du film Les Nibelungen : La Mort de Siegfried, 1924 (Fritz Lang s'est inspiré du récit wagnérien pour faire ce film. C'est pour cette raison que l'affiche présentée ici montre Siegfried transpercé d'une lance, contrairement à ce qui est raconté dans la saga scandinave.).    
 
 
2° La légende des Nibelungen – 
 
 
Odin, Loki et Hoenir se promenaient alors dans Midgard, le monde des hommes. C’est alors que Loki, apercevant une loutre qui mangeait un saumon, décida de la tuer. Lui lançant une pierre sur la tête, il la tua sur le coup. Loki était bien content : il avait réussi à s’emparer de deux repas. Par la suite, ils se rendirent dans la maison de Hreidmar, un puissant magicien, et lui demandèrent l’hospitalité (en échange de la loutre.). Cependant, Hreidmar resta interdit en apercevant le ‘cadeau’ que lui faisaient les Ases : en effet, l’animal que le dieu avait tué n’était autre que Otter, le fils du magicien. Hreidmar demanda alors à Fafnir et Regin, ses deux autres fils, de s’emparer des trois dieux et de les emprisonner. Les trois dieux proposèrent alors un marché au magicien : la liberté contre une rançon que Hreidmar devrait fixer. Ce dernier leur annonça alors qu’ils devaient lui apporter autant d’or que l’on pouvait en étaler sur la peau de loutre. 
 
 
Odin et Hoenir restèrent alors chez le magicien comme otages, alors que Loki fut chargé de trouver assez d’or pour libérer ses compagnons. Se rendant dans le Nidavellir, le monde des Nains. Ces derniers possédaient de grandes richesses qu’ils tiraient de leurs mines, en dessous des montagnes. Loki, après avoir traversé un long labyrinthe, parvint à capturer le nainAndvari[1], le plus riche nain du Nidavellir. Ce dernier, sous les menaces de Loki, dut alors abandonner toutes ses richesses. Loki aperçut alors que le nain portait un anneau à son doigt, bien qu’Andvari tentait de le dissimuler sous sa manche. Le dieu obligea alors le nain à lui remettre le bijou. Cependant, Andvari décida de se venger, et lança alors une malédiction sur cet anneau : quiconque porterait cette bague serait maudit à jamais. Mais Loki ne porta guère attention à cette malédiction, sachant que le trésor était destiné à Hreidmar… 
 
 
Retournant dans Midgard avec le trésor d’Andvari, Loki remit ensuite toutes ces richesses à Hreidmar. Cependant, Odin s’empara de l’anneau magique avant que le magicien ne s’en aperçoive. Hreidmar déposa donc l’or sur la peau de loutre, et ce dernier sembla satisfait. Seulement, une des moustaches de l’animal n’était pas recouverte par le trésor d’Andvari. Odin, la mort dans l’âme, se résigna à déposer l’anneau magique afin de s’acquitter de son serment. Les Ases furent alors libérés, et ils retournèrent à Asgard. 
 
 
Fafnir et Regin comptaient pouvoir profiter du trésor, eux aussi. Cependant, Hreidmar, qui avait mis l’anneau magique à son doigt, décida de garder l’or pour lui seul. Furieux, ses deux fils décidèrent de tuer leur père : Regin tua donc Hreidmar, pendant que Fafnir s’emparait du trésor. Regin demanda alors la moitié du trésor à son frère, mais ce dernier refusa : l’épéeHrotti à la main, et coiffé du heaume Tarnhelm (qui permettait à son détenteur de se transformer à volonté et d’insuffler la peur dans le cœur de ses ennemis.), il se transforma en dragon et s’enfuit 
 
 
Les années passèrent, et de nombreux héros tentèrent de s’emparer du trésor. Cependant, ils ne réussirent pas et se firent tous tuer par Fafnir.  
 
 
Mais Regin n’acceptait pas la trahison de son frère, qui l’avait privé du trésor. Devenu l’orfèvre du roi du Danemark, il reçut alors la tâche d’éduquer le jeune Sigurdr[2]. Avec le temps, Regin parvint à exciter la convoitise du jeune homme en lui parlant des trésors de Fafnir. Sigurdr, intéressé, demanda à ce que Regin lui confectionne une arme. Cependant, le jeune homme était trop puissant, et parvenait à briser les épées que Regin lui confectionnait. Sigurdr se rendit alors auprès de sa mère Hjordis, afin de récupérer les morceaux de Gramr, l’épée brisée de son défunt père, Siegmund. Regin parvint alors à forger une épée exceptionnelle, avec laquelle Sigurdr pourrait défier Fafnir. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Sigurdr dans la forge de Regin, fresque réalisée par W. Von HANSCHILD, 1880. 
 
 
Sigurdr, montant Grani (un des fils de Sleipnir, le cheval octopode d’Odin.), accompagné par Regin, se dirigèrent vers Gnitaheidr, où se trouvait l’antre du dragon. Regin, après avoir dit à Sigurdr que le point faible du dragon était son ventre mou, décida de partir se cacher. Le jeune homme, quant à lui, prépara une embuscade en creusant un trou dans le sol. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Sigurdr tuant le dragon Fafnir, sculpture sur bois, XIII° siècle. 
 
 
 
Lorsque Fafnir sortit de son antre, Sigurdr brandit son épée, et perça le cœur du dragon. Avant de mourir, ce dernier prévint le jeune homme de la malédiction qui pesait sur l’anneau magique, mais ce dernier n’y prêta pas attention. 
 
 
Sortant de sa cachette, Regin, après avoir bu du sang du dragon, proposa d’ôter le cœur du dragon afin de le cuire et de le manger. Sigurdr obtempéra, et Regin décida alors de faire un somme. Le jeune homme arracha alors le cœur du dragon et le fit cuire. Au bout d’un moment, Sigurdr décida de toucher le cœur afin de voir si ce dernier était assez cuit. Un peu de sang en ébullition tomba sur le doigt du jeune homme, qui le porta à sa bouche. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Sigurdr léchant son doigt, recouvert de sang de dragon, sculpture sur bois, XIII° siècle. 
 
 
C’est qu’il reçut la faculté de comprendre les oiseaux, qui lui racontèrent que Regin comptait l’éliminer. Ce dernier étant assoupi, Sigurdr en profita pour se diriger vers lui et lui coupa la tête d’un coup d’épée. Le jeune homme mangea alors un morceau du cœur du dragon et conserva le reste. Puis, il posa le trésor sur le dos de Grani, s’en alla vers la cour du roi Gjuki, comme les oiseaux le lui avaient indiqué. 
 
 
Quelque temps après, Sigurdr rencontra la Walkyrie Brynhild, qui était prisonnière d’un cercle de feu magique, au sommet d’un rocher nommé Hindarfjall. Sigurdr pénétra alors à l’intérieur du cercle de feu et réveilla la jeune femme. C’est alors que cette dernière lui révéla qu’elle était une Walkyrie qui avait désobéi à Odin (elle avait tué un guerrier qui n’aurait pas du mourir.), et que ce dernier avait donc décidé de la bannir. Sigurdr, tombant amoureux de la jeune femme, lui donna l’anneau des Nibelungen en gage d’amour. 
 
 
Par la suite, Sigurdr se rendit au palais du roi Gjuki, de la lignée des Nibelungen. L’épouse de ce dernier, la reine Grimhild, était une redoutable magicienne. Cette dernière avait trois fils (Hogni[3], Gunnar et Guttorm.) et une fille, Gudrun. Elle se rendit vite compte l’avantage de l’avantage qu’il y avait à unir sa fille à un héros tel que Sigurdr. Grimhild fit alors boire de l’hydromel magique au héros, qui oublia alors son amour pour Brynhild. Envoûté, Sigurdr épousa alors Gudrun, et lui offrit le cœur du dragon. Cette dernière en mangea un morceau, et devint aussi savante que cruelle. Au cours de leurs noces, Sigurdr passa une alliance avec ses beaux frères, Hogni et Gunnar. 
 
 
Mais, peu de temps après, Gunnar voulut lui aussi assurer la lignée des Nibelungen. Il décida alors de se rendre auprès de Brynhild, qui se trouvait toujours en haut de son rocher, entourée d’une barrière de flammes. Arrivant à Hindafels, Gotti, le cheval de Gunnar, refusa de franchir le cercle de flammes. Sigurdr proposa alors à son beau frère de monter Grani, mais ce cheval refusait d’être monté par un autre cavalier que Sigurdr. Le héros décida alors de se métamorphoser en Gunnar, grâce au heaume Tarnhelm. Ainsi, il franchit le cercle de feu, et approcha la Walkyrie. Sigurdr demanda alors la main de Brynhild, qui accepta, et lui proposa de partager sa couche. Le héros accepta, bien qu’il posa son épée Gramr entre leurs deux corps, ne voulant pas trahir Gunnar. Le matin, Brynhild et Sigurdr (toujour transformé en Gunnar.) décidèrent de sceller leur union, échangeant leurs anneaux. C’est ainsi que Sigurdr rentra à nouveau en possession de l’anneau magique. Ramenant Brynhild au palais, Sigurdr reprit son véritable visage à la première occasion venue. 
 
 
Mais un jour, alors que Brynhild et Gudrun se lavaient les cheveux dans la rivière, un drame survint. La Walkyrie, prétextant que Gunnar était le plus grand des héros, énerva Gudrun, qui décida de défendre Sigurdr. Elle révéla alors à Brynhild que son époux avait térassé le dragon Fafnir, s’était emparé de son trésor, et avait pris l’apparence de Gunnar pour soumettre la Walkirie. Comme preuve, Gudrun montra à sa rivale l’anneau des Nibelungen, que Brynhild avait donné à Sigurdr (transformé en Gunnar.) le jour où ils s’étaient mariés. Folle de rage, la Walkyrie décida de se venger. 
 
 
Brynhild demanda alors à son mari de tuer Sigurdr, car, disait elle, il représentait une menace pour la postérité des Nibelungen. Gunnar et Hogni, attirés par le trésor de Sigurdr, ne pouvaient pas s’en prendre à lui, sachant qu’ils étaient liés par un pacte. Ils demandèrent alors à leur jeune frère Guttorm de se charger de ce forfait. Une nuit, ce dernier pénétra dans la chambre de Sigurdr, qui était alors assoupi. Levant alors son épée, Guttorm transperça alors son beau frère, qui ne mourut néanmoins pas sur le coup. Se réveillant, il s’empara de son épée Gramr, et trancha son assassin en deux. Cependant, Brynhild, submergée de chagrin et de remords, décida de suicider, s’empalant sur Gramr, l’épée de Sigurdr. Déposés sur une barque funéraire qui fut alors incendiée, Sigurd et Brynhild partirent ensemble pour l'autre monde. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Les funérailles de Sigurdr et Brynhild, C. BUTLER, 1909. 
 
 
Par la suite, Gudrun s’enfuit du château, répugnée par le meurtre qu’avaient commis ses frères (en outre, Siegmund, le fils qu’elle avait eu avec Sigurdr, avait été tué lui aussi.). Cependant, Gunnar et Hogni décidèrent de la rejoindre, proposant un dédommagement à leur sœur en compensation du meurtre de son époux. 
 
 
Rentrant alors au palais familial avec eux, La reine Grimhild fit boire un philtre magique à ses enfants, afin qu’ils ne se souviennent plus de leur mésentente. Par la suite, les Nibelungen poussèrent Gudrun à épouser le roi Atli. 
 
 
Mais ce dernier n’était intéressé que par l’or de Sigurdr, qui était dès lors entre les mains de Gunnar et Hogni. Atli, invitant les deux frères chez lui, les trompa et les fit prisonniers. Interrogeant Gunnar, il lui demanda où se trouvait le trésor. Ce dernier répondit qu’il ne révélerait son secret que si Atli lui présentait le cœur de Hogni. Atli commença par présentant un cœur d’esclave à Gunnar, mais ce dernier ne fut pas dupe, et ne parla pas. Alors, le roi décida de tuer Hogni, et de montrer son cœur encore chaud à Gunnar. Ce dernier éclata alors de rire, disant à Atli que maintenant que son frère était mort, il était le seul à savoir où se trouvait le trésor. Le roi, furieux d’avoir été trompé, jeta alors Gunnar dans une fosse remplie de serpents, et ce dernier mourut, mordu par les reptiles. 
 
 
Par la suite, Atli prépara un banquet pour les funérailles de Gunnar et Hogni. Cependant, Gudrun, au cours des préparatifs, tua les enfants qu’elle avait eu avec Atli. Au cours du banquet, elle versa de l’hydromel dans leurs crânes, et servit leur cœur à manger. Elle révéla alors la vérité à Atli, qui était trop soûl pour comprendre quoi que ce soit. Au cours de la nuit, accompagnée par les fils de Hogni, elle tua Atli, brûla son palais, et décida de prendre la fuite. 
 
 
Peu de temps après le meurtre d’Atli, Gudrun s’enfuit en bateau. C’est alors que les courants la conduisirent sur les rives d’une contrée gouvernée par le roi Jonakr. Ce dernier, succombant aux charmes de la jeune femme, décida alors de l’épouser. Ensemble, ils eurent trois enfants,HamdirSorliet Erp. En outre, Gudrun fit venir sa fille Swanhild (qu’elle avait eu avec Sigurdr.) à la cour du roi Jonakr.   
 
 
Les années passèrent, et Swahild devint une belle jeune femme… ce qui ne manqua pas d’attirer les convoitises. Jormunrek, le vieux roi d’un pays voisin, décida d’épouser la jeune fille, et envoya alors son fils Randver. Swanhild accepta, et partit rejoindre son époux. Cependant, au cours du trajet de retour, Bikki, le conseiller du roi Jormunrek, demanda à Randver pourquoi la jeune fille devait être mariée à un vieux roi. Randver, intéressé par l’idée de Bikki, décida alors d’épouser Swanhild. Bikki s’empressa alors de raconter au vieux roi la trahison de son fils. Se sentant trahi, Jormunrek fit alors exécuter son fils. Puis, par la suite, il fit aussi tuer Swanhild, qu’il tenait responsable de ses malheurs (alors qu’elle prenait son bain, le roi la fit piétiner par ses cavaliers jusqu’à ce que mort s’en suive.). 
 
 
Gudrun, folle de rage, décida de monter un plan contre Jormunrek. Elle ordonna alors à ses fils d’aller tuer le vieux roi. Sorli devait lui couper les bras, Hamdir devrait lui couper les jambes, et Erp devrait lui couper la tête. 
 
 
Cependant, alors que les trois garçons faisaient route vers le palais de Jormunrek, ils commencèrent à émettre des doutes quant au bien fondé de leur mission. Erp tenta tant bien que mal de les convaincre à obéir à leur mère, mais Sorli et Hamdir ne voulurent rien entendre. Furieux contre Erp, qui était le fils préféré de leur mère, ils décidèrent de le tuer. 
 
 
Mais, effrayés de ce que leur mère pourrait faire si elle apprenait le meurtre de Erp, Sorli et Hamdir décidèrent donc de se rendre chez Jormunrek. Au cours de la nuit, ils pénétrèrent dans la chambre du vieux roi. Sortant leurs épées, Sorli lui coupa les bras, et Hamdir lui coupa les jambes. Ils se repentirent alors du meurtre de leur frère, qui n’était plus là pour couper la tête de Jormunrek. Ce dernier, hurlant de douleur, parvint à ameuter sa garde, et ordonna de mettre à mort les deux frères. 
 
 
C’est donc dans le sang que se termine la légende des Nibelungen. 
 
 
************************************************************************************ 
 
 
[size=16][1]Dans la chanson allemande, Andvari est nommé Alberich.[/size]

 
[size=16][2]Dans la chanson allemande, Sigurdr est nommé Siegfried. [/size]
 
[size=16][3]Dans la chanson allemande, Hogni est nommé Hagen. [/size]

[size=24]Mythologie scandinave - Ragnarök

[/size]

 
 
L’Yggdrasil était condamné à disparaître,  car rongé à la racine par le monstre Niddhög. Ce jour inéluctable où le grand frêne disparaîtra est appelé le jour de Ragnarök (‘consommation du destin des puissances’.). 

 
 
Au cours de cette bataille de la fin du monde, la plupart des dieux mourront, le pont Bifrost sera détruit, et les neufs mondes seront détruits. Comme il est dit dans l’ancienne Edda, les dieux sont condamnés et la mort est la fin. 

 
 
Le Ragnarök se déclanchera après un hiver de trois années, et Heimdall soufflera dans son cor Gjallarhorn pour prévenir ses confrères de l'imminence du danger. 

 
 
 

 
 
Heimdall fait résonner Gjallarhorn lors du Ragnarök. 

 
 
Alors, l’affrontement aura lieu sur la plaine de Vigrid. Les Ases, menés par Odin, seront appuyés par les Einherjar (les guerriers morts sur terre l’arme à la main, et qui s’entraînaient au Valhöl, le palais d’Odin, en prévision du Ragnarök.). Ils devront affronter les Géants feu, menés par Surt, ainsi que les Géants de glace, les morts de Helheim, le dieu Loki et divers monstres (Fenrir, Jörmungand, etc.) 

 
 
 
 

 
 
Ragnarök, le combat final. 

 
 
Fenrir, après être parvenu à se libérer de ses chaînes, tuera Odin, puis sera tué par un fils de ce dernier, Vidar (divinité du silence et de la vengeance.). Ce dernier arrachera la mâchoire du loup en s’aidant de sa main et de son pied.   

 
 
Thor, après un combat acharné, parviendra à tuer le serpent Jörmungand, mais mourra peu après à cause du venin que le monstre lui a craché dessus pendant toute la bataille. 

 
 
Heimdall affrontera Loki, mais finiront par mourir tous les deux des suites de leurs blessures. 

 
 
 

 
 
Le dernier combat entre Heimdall et Loki. 

 
 
Tyr affrontera Garm, le chien à quatre yeux qui gardait Helheim, et succombera à ses blessures après avoir remporté la victoire. 

 
 
Freyr sera tué par le Géant du feu, Surt ; les autres dieux seront tués par les Géants. 

 
 
Quelques dieux survivront à l’affrontement : quelques fils d’Odin (Vidar, Vali et Hoenir.) et quelques fils de Thor (Modi et Magni, qui hériteront du marteau Mjöllnir.). Balder, quant à lui, reviendra du monde des ténèbres. 

 
 
Seuls deux humains survivront (Lif et Lifthrasir.), cachés dans les branches de l’Yggdrasil, dont ils redescendront. Après la destruction viendra la création, et ils reconstruiront un nouveau monde et une nouvelle humanité.  

Mythologie scandinave-Dieux scandinaves-Divinités féminines


Hel
 
 
 
II: Divinités féminines 
 
 
 1° Frigga, première des déesses – 
 
 
Frigga était l’épouse d’Odin, déesse du mariage et de la maternité. Magicienne, elle connaissait l’avenir et la destinée des hommes, mais restait toujours silencieuse, malgré les supplications de son mari qui l’implorait de lui faire part de son savoir. 
 
 
 
 
 
Frigga reprisant les nuages 
 
 
 
 
2° Freya, déesse de l’amour – 
 
 
Fille de Njörd et sœur de Freyr, Freya était une divinité Vane vivant à Asgard. Elle était une des déesses les plus populaires du panthéon scandinave, divinité de l’amour et de la beauté, mais aussi de la terre, de la fertilité et de la guerre. 
 
 
C’est à ce titre que Freya était considérée comme la première des Walkyries, et avait droit à la moitié des hommes morts au combat, Odin devant se contenter du reste. 
 
 
Freya portait constamment à son cou le collier des Brisingar, un bijou magique forgé par des Nains. Alors qu’elle l’avait au cou, personne ne pouvait résister à ses charmes, humains ou dieux (elle n’avait cependant pas besoin de ce collier pour plaire aux Géants, qui étaient très nombreux à vouloir l’épouser.). Ce collier avait en outre le pouvoir de donner la victoire à l’armée que la déesse avait décidé de soutenir sur le champ de bataille. 
 
 
Un jour, le collier des Brisingar fut volé par le dieu Loki. Lorsqu’elle s’aperçut de la disparition de son bijou, elle partit à la recherche du voleur, montant son char tiré par deux chats. 
 
 
 
 
 
Freya sur son char, par Nils BLOMMER, 1852. 
 
 
Au cours de cette quête, elle fut assistée du dieu Heimdall, et ensemble, ils finirent par retrouver Loki. Ils finirent alors par retrouver le voleur qui n’était autre que Loki, transformé en phoque. Heimdall se transforme lui aussi en phoque et l’attaqua. A l’issue de l’affrontement, Loki fut vaincu, et rendit le collier des Brisingar à Freyja 
 
 
 
3° Idun, déesse de la jeunesse éternelle – 
 
 
Idun avait pour tâche de conserver dans un coffret les pommes d’or qui assuraient aux dieux la jeunesse éternelle. Quiconque en mangeait rajeunissait instantanément : Idun assurait donc la survie des Ases. 
 
 
 
 
 
 
Idun et les pommes de jeunesse, par J. PENROSE, 1890. 
 
 
 
Mais un jour, Loki accepta de livrer Idun et ses pommes d’or au Géant Thjazi. Pour ce faire, il attira la déesse hors d’Asgard, dans une forêt, lui disant qu’il avait trouvé d’autres pommes de jeunesse (Loki avait aussi recommandé à Idun d’emporter les siennes afin de pouvoir les comparer.). Une fois arrivés, Thjazi, ayant revêtu son plumage d’aigle, s’empara de la jeune femme, et l’emmena dans son antre. 
 
 
 
 
 
Idun transportée par l'aigle Thjazi, par H. THEAKER, 1920. 
 
 
 
 
 Privés des pommes d’or qui leur conféraient l’immortelle jeunesse, les Ases se mirent à vieillir rapidement. Tenant conseil, ils suspectèrent rapidement Loki, qui avait été le dernier à avoir été vu en compagnie d’Idun. Ils demandèrent des comptes à ce dernier, qui préféra avouer. 
 
 
 Loki se changea alors en faucon, et se rendit au nord, en direction de l’antre du Géant. Il y trouva alors Idun seule, Thjazi étant sorti. Loki changea alors la déesse en noix, et put ainsi la prendre entre ses serres, afin de la ramener à Asgard. C’est alors que, rentrant chez lui, le Géant s’aperçut que sa captive s’était enfuie. Revêtant son plumage d’aigle, il se lança à la poursuite de Loki. Ce dernier arrivait à Asgard, lorsque les Ases se rendirent compte qu’il était poursuivi par Thjazi. Les dieux décidèrent alors de mettre le feu au plumage du Géant, qui mourut. 
 
 
Idun était de nouveau parmi les dieux, qui purent ainsi rajeunir en consommant les pommes d’or.  
 
 
4° Sif, déesse à la chevelure d’or – 
 
 
Sif était la femme de Thor, et avait engendré plusieurs enfants : Modi (‘courage’.), Thrud (‘vigueur’.) et Magni (‘le fort’.). Elle eut aussi Hull, divinité de l’hiver et du ski. Déesse Ase, Sif avait aussi la capacité de se transformer en cygne. 
 
 
Mais Sif nous est surtout connu pour la mésaventure qu’elle eut avec le dieu Loki : un jour, ce dernier entra dans sa chambre alors que la déesse dormait, et lui coupa les cheveux. Lorsque Thor apprit ce qu’avait fait Loki, il menaça de le tuer s’il ne réparait pas sa faute rapidement. 
 
 
Ce dernier se rendit dans le monde des Nains, et leur demanda de forger une chevelure d’or, dont il fit cadeau par la suite à la déesse. 
 
 
 
 
 
Sif, déesse à la chevelure d'or. 
 
 
Par la suite, les Nains forgèrent encore la lance Gungnir, que Loki offrit à Odin (une arme magique qui revenait dans la main de son lanceur après avoir été projetée.) et le bateau Skidbladnir, dont Loki fit don à Freyr (Ce navire, qui naviguait sur terre comme sur mer, pouvait changer de taille à volonté : rentrer dans une poche ou contenir toutes les divinités d’Asgard.). 
 
 
Après que les Nains aient fabriqué ces artefacts, Loki se moqua d’eux, leur disant qu’ils étaient incapables de faire mieux, et mettant même sa tête en gage. Mais c’est alors que les Nains fabriquèrent Mjöllnir. Ces derniers voulurent alors trancher la tête de Loki, ce que Thor leur interdit, mais il les autorisa cependant à lui coudre les lèvres. 
 
 
5° Hel, déesse des Enfers – 
 
 
Hel était la souveraine de Helheim, le monde des morts. Fille du dieu Loki et de la Géante Angrboda, c’est Odin qui la chargea de régner sur les âmes des défunts morts de maladie ou de vieillesse, lors de la création des neuf mondes. 
 
 
Aux Enfers, elle résidait à Eljundir, accompagnée de ses deux servants, Ganglati et Ganglot(‘lent’.). Mais Hel était aussi assistée de toutes les âmes des mortels qui n’avaient pas péri au combat (qui étaient l’apanage d’Odin et de Freya.), ces dernières souffrant éternellement de froid et de faim à ses côtés. 
 
 
En attendant le jour de Ragnarök, Hel faisait construire Nagflar, un navire fait avec les rognures d'ongle des morts, destiné à porter l’armée des Enfers. 
 
 
Les peuples d’origine scandinaves donnèrent les noms de ces dieux aux jours de la semaine : Tyr était fêté le mardi (en Angleterre, Tyr est devenu Tyg, qui a donné le jour tuesday.), Odin était fêté le mercredi (devenu Wodenou Wotan, qui a donné le jour wenesday.), Thor était fêté le jeudi (Thunor a donné Thursday.), Freya était fêtée le jeudi (d’où Friday.). 
 
 
Notons aussi que le nom de la déesse Hel a donné Hell (‘enfer’.) en anglais. 


Ninnenne     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18844
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Mythologie scandinave -   Lun 15 Déc - 12:57

Mythologie scandinave-Dieux scandinaves-Divinités masculines

Tyr
 
I: Divinités masculines 
  
  
Les dieux scandinaves, tout comme leurs homologues grecs, étaient héroïques et courageux. Cependant, si les dieux de l’Olympe étaient immortels, ce n’étaient pas le cas de leurs homologues d’Asgard. En effet, ces derniers pouvaient mourir, et aussi avoir mal, physiquement et psychologiquement. La différence avec la mythologie grecque, c’est qu’ici, les dieux savaient qu’ils finiraient par perdre, le jour de Ragnarök, et les neufs mondes seraient détruits. Les dieux ne luttaient donc pas pour gagner, mais pour retarder l’échéance. 
  
 
Deux races de dieux cohabitaient, les Ases et les Vanes. Ces derniers faisaient partie d’un panthéon plus ancien et furent supplantés par leurs successeurs, les Ases. La légende relate qu’ils se battirent un temps, puis conclurent finalement une trêve, échangeant des otages : les Vanes envoyèrent NjordFreyr et Freya ; alors que les Ases se contentèrent d’envoyer Hoeniret Mimir. Les Vanes, vexés par cet échange déséquilibré, décapitèrent Mimir et envoyèrent sa tête à Asgard. 
 
 
Contrairement au panthéon grec, où six dieux côtoyaient six déesses, les Ases étaient bien plus nombreux et importants que leurs homologues féminins, les Asines (les déesses.). A Asgard, aucune d’entre elles n’avait l’importance de leurs homologues grecques, comme Héra,Aphrodite ou Athéna 
  
 
  
1° Odin, père des dieux – 
  
 
Odin était le père céleste, le premier des dieux. Il ressemble en cela à Zeus, mais la ressemblance s’arrête là. Odin ne mangeait pas et ne dormait jamais. Il était accompagné en permanence de deux loups et de deux corbeaux, juchés sur son épaule. Le premier de ces volatiles se nommait Munin(mémoire’.), le second se nommait Hugin (‘pensée’.). Ces derniers racontaient constamment à Odin ce que faisaient les hommes sur terre. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Odin chevauchant Sleipnir, le cheval octopode, accompagné de ses deux loups et de ses deux corbeaux. 
  
  
Les hommes qui mourraient l’arme à la main étaient ramenés par les Walkyries au palais d’Odin, le Valhöl (plus connu sous le nom de Walhalla.). Ces dernières avaient comme tâche de choisir les hommes qui allaient gagner ou perdre la bataille. En outre, ces servantes composaient la suite d’Odin, dansant et servant les dieux en repas et boissons. 
  
 
La moitié de ces défunts étaient cependant réservés à la déesse Freya, et ne rejoignaient pas les rangs de ces guerriers, rebaptisés les Einherjar. Ces derniers continuaient à combattre, mourrant et ressuscitant, s’entraînant pour le jour où arriverait Ragnarök. Entre deux combats, les Einherjar buvaient de l’hydromel, issu des pis de la chèvre Heidrun, et tuaient chaque nuit le sanglier cosmique Saehrimnir.   
 
 
 
 
Quant à Odin, dans sa volonté de retarder à tout prix l’heure de Ragnarök, il tentait pour cela d’acquérir toujours plus de connaissances. Un jour, souhaitant gagner en sagesse, le dieu se rendit au puits de la connaissance, gardé par un Géant, Mimir le Sage. Odin sacrifia alors un œil afin d’augmenter son savoir. C’est aussi en souffrant qu’il obtint la science des runes(il resta suspendu à l’Yggdrasil pendant neuf nuits, une lance plantée dans le côté.). Les runes étaient des inscriptions magiques, donnant un pouvoir important à celui qui les gravait dans la pierre ou dans le bois (Odin transmit par la suite la science des runes aux hommes). 
 
 
Il vola ensuite l’Hydromel scaldiqueaux géants (celui qui en buvait devenait alors un poète.). 
 
 
Il possédait comme arme magique la lance Gungnir, qui revenait dans la main du dieu une fois que celui-ci l’avait lancée sur sa cible. 
 
 
 Sa monture était Sleipnir, le cheval à huit pattes. Ce dernier était né suite à une aventure à laquelle avait participé les Ases : après avoir livré bataille contre les Géants, les Ases cherchèrent à mieux protéger Asgard, leur monde de résidence. C’est alors qu’un Géant vint les rencontrer, leur proposant de construire une muraille, en échange du soleil, de la lune et de Freya, la déesse de l'amour. 
 
 
Les dieux acceptèrent l’offre, poussés par le dieu Loki. Cependant, ils émirent la condition que le travail soit effectué en trois ans, pensant que le Géant ne parviendrait pas à tenir ses délais. 
C’est alors que les Ases se rendirent compte que les travaux de construction de la muraille avançaient bien plus vite que prévu. Loki, se sentant responsable, partit espionner le Géant alors qu’il travaillait. C’est alors qu’il découvrit que ce dernier utilisait un étalon gris du nom deSvadilfari (‘esclave’.), qu’il utilisait afin de transporter les pierres nécessaires à la construction de la muraille. 
 
 
A ce rythme, il ne resta bientôt plus que trois jours avant la fin du temps imparti, et le Géant avait presque accompli son ouvrage. C’est alors qu’au cours de la nuit, Loki décida de se transforma en jument, puis attira Svadilfari hors du chantier. Ce dernier poursuivit Loki toute la nuit, et au matin, le Géant ne put avancer dans la construction de la muraille. Loki se changea à nouveau en jument les nuits suivantes, et finalement le Géant ne put achever son oeuvre. 
 
Loki donna peu après naissance à cheval à huit pattes nommé Sleipnir, qui devint la monture d'Odin. 
 
 
2° Thor, dieu du tonnerre – 
 
 
Thor était le fils d’Odin et d’une Géante, et l’un des principaux dieux de la mythologie scandinave. Avec son épouse Sif, il eut comme enfants Modi (‘courage’.), Thrud (‘vigueur’.) etMagni(‘le fort’.). 
Thor était le dieu le plus fort d’Asgard, aussi robuste que son père Odin était sage. Pour se déplacer, il montait sur son char volant, tiré par deux boucs magiques : Tanngnjost (‘dents grinçantes’.) et Tanngrisnir (‘dents étincelantes’.).   
 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
La bataille de Thor et des Géants, par Marten Eskil WINGE, 1890. 
 
 
En outre, le dieu possédait divers objets magique : une ceinture qui augmentait sa puissance au fur et à mesure qu’il la serrait contre sa taille ; et surtout le marteau Mjöllnir, qu’il ne pouvait tenir qu’en mettant des gants de fer, tant le manche était brûlant. 
 
 
Mais un jour, en se réveillant, Thor d’aperçut que son marteau avait disparu. Il demanda alors l’aide du dieu Loki, qui se rendit dans le monde des Géants de glace, Jötunheim. Il y rencontra alors Thrymun Géant de glace. Ce dernier révéla à Loki qu’il s’était emparé du marteau, et qu’il était prêt à le rendre à condition que les Ases le laissent épouser Freya. 
 
 
 
Loki retourna à Asgard, informa Thor de la situation, puis se rendirent ensemble chez la déesse en question. Mais comme cette dernière refusa violemment la proposition de Thrym, les Ases décidèrent de se réunir en conseil, afin de trouver un moyen de récupérer le marteau. C’est alors qu’Heimdall proposa de déguiser Thor en Freyja, afin que ce dernier puisse parvenir auprès des Géants sans éveiller leur attention. Thor s’opposa tout d’abord à cette idée, refusant de se travestir, mais comme les autres divinités insistèrent, le dieu de la foudre accepta. 
 
 
C’est alors que Thor, déguisé en Freya, et Loki, déguisé en servante, se rendirent au Jötunheim. Le géant Thrym, trop content de constater que son plan avait marché, avait invité toute sa famille et préparé un banquet pour l’occasion. Les deux divinités se mirent alors à table, et, au cours du repas, Thor dévora un bœuf et huit saumons, ainsi que trois tonneaux d’hydromel. Thrym s'étonna alors du grand appétit de sa ‘épouse’, et Loki lui expliqua que ‘Freya’ n'avait pas mangé depuis huit jours, tant elle était excitée de se rendre au Jötunheim. Voulant alors embrasser son ‘épouse’, Thrym s’inquiéta alors du regard féroce de cette dernière. Cependant, Loki trouva une nouvelle fois la parade en expliquant que ‘Freya’ était tant excitée de se rendre au Jötunheim, qu'elle n'avait pas dormi depuis huit jours. 
 
 
A la fin du repas, Thrym commit alors le geste qui causa sa perte, offrant Mjöllnir à son ‘épouse’. Une fois l’arme entre ses mains, Thor révéla sa vraie nature, puis massacra Thrym et tous les Géants présents dans la salle. 
 
 
 
3° Njörd, dieu des océans – 
 
 
Comme nous l’avons vu précédemment, Njörd était une divinité Vanne, envoyée à Asgard en tant qu’otage. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
 
Njörd. 
 
 
 
Dieu de la mer et des vents, il avait conçut Freyr et Freya avec sa sœur Nerthus, mais les Ases n’appréciaient pas l’inceste. Et, une fois à Asgard, il épousa la géante des glaces Skaldi. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Skaldi, la géante des glaces. 
 
En effet, Thjazi, le père de cette dernière avait été tué par le dieu Loki, car il avait volé les pommes d’or assurant l’immortalité aux dieux. Les Ases, en voyant la géante arriver, lui proposèrent de l’or, ce qu’elle refusa, puis lui offrirent un mari. Comme Skaldi accepta, les dieux se cachèrent derrière un rideau, ne laissant apparaître que leurs pieds. La Géante espérait choisir Balder, un des dieux les plus appréciés d’Asgard, mais elle tomba sur Njörd. Ils se marièrent, mais le couple connut des difficultés : le dieu ne supportait pas la neige de Jötunheim, et la Géante n’appréciait guère la mer.    
 
 
4° Freyr, dieu de la vie – 
 
 
Fils de Njörd et de Nerthus, Freyr était le dieu de la vie et de la fertilité, et le chef de file des Vanes. Toujours accompagné de son sanglier, Gullinbursti, il profita un jour de l’absence d’Odin pour s’asseoir sur le trône de ce dernier : ainsi, il parvint à voir tout la terre, et aperçut la Géante de glace, Gerda(‘champ’.). Tombant fou amoureux d’elle, il voulut l’épouser. Le dieu fit alors semblant de tomber malade pour attirer son attention. Skinnir, le fidèle serviteur de Freyr, fut alors envoyé à Jötunheim, auprès de la Géante. Il lui présenta alors deux des trésors de son maître : son cheval et son épée de vie, une arme magique qui avait le pouvoir de combattre toute seule. Cependant, Gerda refusa, bien que les dieux lui offrirent onze pommes d’or, ainsi qu’un des bracelets d’Odin. 
 
 
Skinnir jeta alors une malédiction sur Gerda, faisant d’elle un paria. Mise devant le fait accompli,  le serviteur de Freyr lui jeta alors une terrible malédiction incurable faisant d'elle un paria. Mise devant le fait accompli, Gerda dut accepter la demande en mariage de Freyr. Le cœur de la géante de glace fondit lorsqu’elle rencontra Freyr, et le couple vécut heureux. 
 
 
En récompense, Skinnir récupéra le cheval et l'épée de son maître, qui manquera à ce dernier au cours de Ragnarök. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Freyr, accompagné du sanglier Gullinbursti, confie son épée de vie à Skinnir. 
 
 
5° Tyr, dieu de la guerre – 
 
 
frère d’Odin, Tyr était le dieu de la guerre et de la justice. Ce dieu faisait en outre partie d’un triptyque guerrier : Odin, Thor et Tyr. Odin était dieu de la ruse et de la victoire ; Thor, dieu de la force brute ; Tyr, dieu de la guerre et de la stratégie. 
 
 
Tyr était un dieu manchot, ayant perdu sa main en gage : les Ases avaient appris d’une prophétie que Fenrir, un loup gigantesque, causerait leur perte. Les dieux décidèrent alors d’enchaîner la créature, la défiant de rompre ses liens. Mais le loup parvint à se libérer. L’on fabriqua alors une chaîne encore plus solide, que Fenrir parvint à détruire sans mal. Alors, l’on demanda aux nains de fabriquer des liens indestructibles, et ils créèrent la chaîne Gleipnir. 
 
 
Les Ases défièrent alors le loup une nouvelle fois, qui accepta l’expérience. Mais comme ce dernier n’avait pas confiance (il savait que les dieux ne le libèreraient pas s’il échouait.), il demanda un gage aux divinités présentes. Tyr mit alors sa main dans la gueule de l’animal, puis Fenrir fut attaché. 
 
 
Le loup avait beau se débattre, il ne parvint pas à se libérer. Les dieux rigolaient bien de voir l’impuissance de Fenrir, sauf Tyr qui venait de perdre sa main. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
La capture de Fenrir. 
 
 
Par la suite, la créature fut enfermée, une épée en travers de la bouche, afin que celui-ci ne puisse plus mordre personne. Fenrir restera attaché jusqu’au jour de Ragnarök.      
 
 
6° Heimdall, gardien du Bifrost – 
 
 
Heimdall était le gardien des dieux, protecteur du pont arc en ciel Bifrost. Résidant auHiminbjorg (‘château du ciel’.), il était toujours équipé de son cor Gjallarhorn, dans lequel il soufflait pour prévenir les autres divinités qu’un danger approchait. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
 
Heimdall soufflant dans son cor Gjallarhorn. 
 
 
Doté d’une ouïe exceptionnelle, il pouvait entendre l’herbe pousser et la laine des moutons friser : les Géants de glace ne pouvaient pas compter sur une attaque surprise. 
 
 
Sous la forme du mortel Rig, il fut à l’origine des classes sociales humaines. 
 
. 
Il possédait aussi un cheval volant à la crinière d’or, Gulltop. 
 
 
 
7° Hoder, le dieu aveugle – 
 
 
Fils d’Odin et de Frigga, Hoder était le dieu aveugle des ténèbres et de l’hiver. Il fut l’assassin de son frère Balder, qu’il tua sans le savoir au cours d’un banquet. 
 
 
Hoder était un dieu réputé pour avoir hérité d’Odin un certain côté sombre. Il fut tué par le dieu Vali, fils d’Odin, peu de temps après la mort de Balder. 
 
 
 8° Loki, dieu de la ruse – 
 
 
Loki était le fils du Géant Farbauti, mais fut cependant accueilli comme un Ase à Asgard, mais seuls Odin et Thor acceptèrent de le côtoyer. Odin échangea même un serment avec lui qui les faisaient frères, sans qu’aucune légende ne nous en ait appris la raison. 
 
Dieu du mensonge et de la ruse, Loki était un dieu malicieux et malveillant. Il avait souvent entraîné les dieux dans le danger et les pires difficultés, mais réussissait cependant à toujours les en sortir. Eloquent mais fourbe, Loki savait se transformer en animal ou en femme, afin de parvenir à ses fins.   
 
 
Marié à la déesse Sygin, elle lui donna trois fils : AliVali et Narvi. Mais Loki eut d’autres aventures amoureuses, et rencontra la Géante Angrboda, qui entendra trois des plus monstrueuses créatures de la mythologie nordique : Hel, déesse des Enfers ; le loup Fenrir ; le serpent Jörmungand (après sa naissance, il se mit à grandir si rapidement qu’un jour Thor décida de le lancer dans l'océan cosmique. Il continua d’y grandir, entourant l’univers et venant mordre sa queue. On le surnomma le Serpent-Monde.). Loki donna aussi naissance à Sleipnir, le cheval octopode d’Odin. 
 
Loki participa à de nombreuses aventures aux côtés des Ases : il participa à la construction de la muraille d’Asgard, aida Thor à retrouver son marteau disparu, vola la chevelure de Sif, (pour s’excuser il offrit à Freyr le bateau Skidbladnir et à Odin la lance Gungnir.), etc... 
 
 
Mais Loki fut définitivement considéré comme un ennemi suite à la mort du dieu Balder. Suite à cet incident, il fut enfermé dans une caverne avec les entrailles de son fils Narvi, un serpent venimeux posé sur sa tête lui crachant son venin sur le crâne. Sygin décida alors d’aider son mari en tenant un bol sous la gueule du serpent. Cependant, elle devait quelquefois aller vider le récipient, et le venin atteignait alors Loki, qui se tordait de douleur. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Loki et la loyale Sygin. 
 
 
Il restera attaché jusqu’au Ragnarök. 
 
 
9° Balder, le dieu bien aimé – 
 
 
Fils d’Odin et de Frigga, Balder était une divinité Ase beaucoup aimé par ses semblables, et qui connut une destinée tragique. 
 
 
[size=16] [/size]
 
Balder l'intouchable. 
 
 
Marié à la déesse Nanna, il avait engendré Forseti, une divinité réputée pour son sens de la justice. 
 
 
Mais Balder ne nous est bien connu que par l’histoire de sa mort, qui nous rappelle qu’à Asgard, contrairement à l’Olympe, les dieux sont mortels. 
 
 
Balder faisait alors des rêves funestes, et ses confrères en furent alertés. Odin se rendit donc au Niflheim, afin de connaître le pourquoi de ce phénomène. Là, il apprit que Balder était condamné. Frigga, ayant eu connaissance des dangers qui menaçaient la destinée de son fils, décida de parcourir les neuf mondes, afin de faire jurer aux entités animées et inanimées, de bien vouloir épargner la vie de Balder. 
 
 
Ce dernier devenant ainsi invulnérable, les autres dieux s’amusèrent à lui tirer des flèches dessus, ou à lui envoyer des lances. Les projectiles étaient à chaque fois déviés, ou bien s’arrêtaient net devant leur cible. 
 
 
Loki, quant à lui, détestait Balder, et voyait d’un mauvais œil la puissance de ce dernier. Il décida alors de rendre visite à Frigga, déguisé en femme, afin de lui demander comment Balder était-il devenu invulnérable. Cette dernière lui répondit qu’elle avait demandé à toutes les entités animées et inanimées des neuf mondes de ne pas toucher à Balder, et que tous avaient accepté. Cependant, elle avoua n’avoir pas posé la question au gui, qu’elle jugeait inoffensif. 
 
 
Loki se rendit donc dans la salle où les dieux s’amusaient à tirer sur Balder, et s’approcha de Hoder, le dieu aveugle et frère de Balder. Loki incita Hoder à tirer sur son frère, mais ce dernier refusa à cause de son infirmité. Loki proposa alors à l’aveugle de guider son tir, lui fournissant une flèche faite de gui. Hoder tira alors sur Balder, qui reçut le projectile en plein cœur et mourut. 
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Hoder guidé par Loki. 
 
 
Le cadavre de Balder fut alors déposé sur un bateau. Sa femme, Nanna, mourut de tristesse, et son corps fut déposé près de celui de son mari. L’embarcation funéraire fut ensuite poussée vers le large par la Géante Hyrrokkin, puis incendiée.  
 
 
[size=16] [/size]
 
 
Balder et Nanna sur leur barque funéraire. 
 
 
10° Hermod, le messager des dieux –     
 
Fils d’Odin et de Frigga, Hermodétait un des frères de Balder. Suite à la mort de ce dernier, il se rendit à Helheim avec Sleipnir, le cheval à huit pattes que lui avait prêté Odin.     
 
Il rencontra tout d’abord Modgud, qui gardait le pont sur la rivière Gjoll. Cette dernière demanda à Hermod ce qu’il faisait en ce monde, vu qu’il n’était pas mort. Ce dernier lui expliqua qu’il était venu chercher son frère Balder, et Modgud l’informa qu’il était bien passé par ce pont.     
 
Hermod rencontra ensuite la déesse Hel, et la supplia de ressusciter Balder. Cette dernière finit par accepter, émettant la condition que les neuf mondes le pleurent, entités animées et inanimées. Hermod parcourut alors l’univers, et partout, tous acceptèrent. Seulement il rencontra un jour une Géante du brouillard qui refusa de pleurer Balder (peut être s’agissait il de Loki déguisé ?). Ce dernier resta donc pour toujours au Helheim. 

Mythologie scandinave-La Genèse-L'Yggdrasil

Surt, le géant de feu 
 
 
 
L'Yggdrasil 
  
1° Les neuf mondes – 
  
Le frêne Yggdrasil était le support de l’univers. Selon la mythologie scandinave, ses branches soutenaient les neuf mondes, qui se divisaient en trois grandes zones (de la plus élevée à la plus basse.). 
  
  
[size=16][size=16][/size] [/size]
  
  
L'Yggdrasil. 
 
 
  
  
 - Premier niveau, Asgard, Vanaheim et Lightalfaheim : Asgard était le monde des dieux Ases, Vanaheim celui des dieux Vanes. Ces deux races de dieux s’étaient un temps fait la guerre, puis avaient décidé de conclure une trêve. 
  
  
Lightalfaheim était le monde des Elfes de lumière (ou Alfes.), des créatures considérées comme des divinités mineures, associées à la nature. Les Elfes étaient des être plus petits que les humains, mais plus intelligents et plus malins qu’eux. 
  
  
Deuxième niveau, MidgardJötunheim et Svartalfheim : Midgard était le monde des humains, et était relié à Asgard par le pont arc-en-ciel Bifrost. Composé de feu rouge, d'eau verte et d'air bleu, c’était le dieu Heimdall qui en avait la garde.Jötunheim le monde des Géants de glace. Ce monde leur avait été laissé par Odin et ses frères lors de la création du monde. Ils vivaient dans la forteresse d’Utgard, faite de neige et de glaçons. Enfin, Svartalfheim était le monde des Elfes noirs, qui étaient bien moins bienveillants que leurs homologues. Ce monde était parfois confondu avec le monde des Nains, Nidavellir.
 
 
 
- Troisième niveau, Muspellheim, Niflheim et Helheim : Muspellheim était le monde des Géants de feu, gardé par Surt et sa femme, Sinmore.  
 
 
Helheim était le monde des morts, domaine de la déesse Hel. La rivière Gjoll, issue de la sourceHvergelmir, empêchait quiconque pénétrait dans ce monde dans ressortir. En outre,Gnipahellir, l’entrée de Helheim, était gardée par Garm, un chien monstrueux, doté de quatre yeux, vivant dans la caverne Gnipa. Et le pont menant au monde des morts, surplombant la rivière Gjoll, était gardé par Modgud, la ténébreuse vierge. Enfin, le Géant Hraesvelg(‘mangeur de cadavres’.) était assis sur le bord de ce monde, surplombant Helheim. Prenant la forme d'un aigle, lorsqu’il battait des ailes, il créait ce souffle glacial en provenance du royaume des morts. 
 
 
Pour finir, Niflheim était le monde de la glace et des brumes (un monde parfois confondu avec Helheim, tant ils sont ressemblants.). Niflheim était le lieu de résidence de Nihdögg(qui était soit un serpent, soit un dragon, selon les sources.). Cette créature monstrueuse dévorait des cadavres pour survivre, et rongeait continuellement une des trois racines de l’Yggdrasil. Niddhög voulait détruire Yggdrasil, mais n’était pas le seul : d’autres dragons (Graback,GrafvolluthGoin et Moin.) s’y attaquaient aussi.    
 
 
 
2° Les trois racines – 
  
 
Sur cet arbre colossal, l’on pouvait rencontrer Ratatosk, un écureuil qui rapportait à l’aigleVedrfölnir (situé au sommet de l’Yggdrasil.) les moqueries de Nihddög (situé tout en bas.). On pouvait aussi y rencontrer d’autres animaux de moindre importance : un coq, un faucon, quatre cerfs et la chèvre Heidrun
 
 
L’Yggdrasil soutenait les neuf mondes, et était soutenu par trois racines : la première se trouvait à Jötunheim, à côté du puits de la connaissance, gardé par le géant Mimir le sage. La seconde se trouvait à Niflheim, prés de la source Hvergelmir, et était sans cesse rongée par Nidhögg. La dernière se trouvait à Asgard, prés du puits d'Urda, gardé par les trois Nornes 
 
 
 
 [size=16]  [/size]
 
Les trois Nornes, par Arthur RACKHAM, 1912. 
 
 
 
 
La première, Urda, voyait le passé ; la seconde, Verdandi, voyait le présent ; la troisième,Skuld, voyait le futur. Ces dernières assignaient aux hommes leur destinée. Ces dernières mélangeaient de la boue à l'eau du puits (si sacré qu’il était interdit d’y boire.), afin de soigner la racine rongée par Nidhögg.  Mais tous savaient que l’arbre était condamné, que Niddhög parviendrait à ses fins. Alors arriverait Ragnarök, la bataille de la fin du monde.

[size=24]Mythologie scandinave-La Genèse-création des mondes

[/size]

Le géant Ymir

 
I: La création des mondes 

 
 
La mythologie scandinave nous est connue grâce à deux ouvrages importants : la Nouvelle Edda[1] (écrite au XII° siècle par Snorri Sturluson.) et surtout l’Ancienne Edda (qui est un recueil d’écrits anciens, largement antérieurs au XII° siècle.). 

 
 Ces deux livres sont une compilation des différentes légendes de la mythologie scandinave. 
 
 
Lors de la christianisation de l’Angleterre, de la Germanie et de la Scandinavie, les mythes païens furent détruits par l’Eglise. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous avons perdu beaucoup de textes précédant la christianisation de ces pays. Nous avons cependant conservé l’épopée deBeowulf, en Angleterre ; ainsi que celle des Niebelungenlied, en Allemagne. L’Islande a conservé aussi de nombreuses traces de cette période de l’Histoire, car les chrétiens venus évangéliser ce pays furent plus tolérants.  
 
 
1° De la naissance à la mort d’Ymir – 
 
Au début, il n’y avait rien. Ni ciel, ni terre, ni étoiles, ni lune, ni soleil. Ce vide était appeléGinnungagap(ce qui veut dire ‘l’abîme’.). Au nord se trouvait le Niflheim (le monde de la glace et des brumes.), et au sud se trouvait de Muspelheim (le pays de feu, gardé par le géant Surt.). Les douze rivières, nommées Heligavar, coulaient du monde des morts vers l’abîme, qui, à son contact, gelaient et formaient de la glace. En provenance du Muspelheim, des nuages brûlants se dirigeaient vers l’abîme, et au contact de la glace, formaient du brouillard. 
 
 
De ce brouillard tombèrent alors des gouttes d’eau, qui donnèrent naissance aux filles du gel, ainsi qu’au premier géant, Ymir. Ce dernier fut le grand-père d’Odin
 
 
En même temps apparut Audhumla, la vache nourricière. De ses pis coulaient quatre rivières de lait, dont Ymir se nourrissait. 
 
 
Cette dernière léchait continuellement la glace de Ginnungagap, d’où naquit Buri : le premier jour, ses cheveux apparurent ; le deuxième jour, l’on vit sa tête ; et le troisième jour, il fut achevé. 
 
 
[size=16][/size] 
 
Audhumla, par  Nicolai Abraham ABILDGAARD, 1790, Statens Museum fur Kunst, Copenhage. 
 
 
Par la suite, ce dernier engendra Bor, qui épousa Bestla, fille d’un géant de glace. Trois garçons naquirent de leur union : OdinVili et 
 
 
C’est alors qu’Odin et ses deux frères tuèrent Ymir. Puis, ils créèrent le ciel et la terre avec son cadavre. Son sang forma la mer, son corps forma la terre, ses os formèrent les montagnes, ses cheveux formèrent les arbres, et son crâne forma les cieux. 
 
 
[size=16][/size] 
 
 
Ymir se faisant tuer, par Lorenz FROLICH, XIX° siècle. 
 
 
En outre, les larves qui rongeaient le cadavre d’Ymir servirent à Odin et ses frères pour créer les Nains. Ces derniers, vivant sous terre, étaient très adroits dans les travaux manuels. Quatre d’entre eux, des nains gigantesques, NordiSudriAustri et Westri, servirent à soutenir la voûte céleste, et donnèrent leurs noms aux quatre points cardinaux. 
 
 
Puis, Odin, Vili et Vé créèrent le temps en utilisant le cerveau d’Ymir. 
 
 
Enfin, les trois frères décidèrent de noyer les descendants d’Ymir dans son sang. Seulement, l’un de ses petits fils, Bergelmir, parvint à prendre la fuite, accompagné par sa compagne. Alors, Odin et ses frères formèrent un rempart à l’aide des cils d’Ymir, protégeant le domaine de Midgard, le monde des humains, des attaques de ses ennemis. 
 
 
2° Les premiers humains – 
 
 
Odin et ses frères donnèrent par la suite naissance aux premiers humains grâce à des arbres : le premier homme fut crée d’une branche de frêne (d’où son nom, Ask.), la première femme fut créée avec une branche de bouleau (d’où son nom, Embla.). 
 
 
Peu après, les dieux décidèrent de donner une société à cette humanité encore balbutiante. Le dieu Heimdall fut alors envoyé sur terre, sous les traits d’un mortel, nommé Rig
 
 
Ce dernier rendit tout d’abord visite à un couple d’humains vivant dans la misère. Ceux-ci, nommés Ai (‘grand père’.) et Edda (‘grand-mère’.), malgré leur pauvreté, hébergèrent le dieu pendant quelques jours. Neuf mois après, la femme accoucha d’un fils, un enfant laid et au dos voûté : Thrall (‘serf’.). Bien des années après, celui-ci ce maria avec Thir (‘esclave’.), donnant naissance à douze garçons (dont BruyantTaon et Voyou.) et six filles (dont FainéanteGrasseet Perche.). C’est cette famille qui donna naissance à la classe des esclaves. 
 
 
Après s’être rendu chez ces gens pauvres, Rig se rendit dans une maison, habitée par des gens modestes, Afi (‘grand père’.) et Amma(‘grand-mère’.). Il y fut bien accueilli par le couple qui y vivait, et y resta quelques jours. Neuf mois après, la femme mit au monde un fils, nomméKarl(‘homme’ ou ‘hargneux’.). Par la suite, l’enfant devenu grand se maria avec Snor(‘belle fille’.), et il engendra BarbeforteBon épouxForgeronViergeCapable et Beau visage. Ainsi apparut la classe des hommes libres. 
 
 
Enfin, Rig se rendit dans une demeure peuplée de riches humains, et, bien accueilli par ses habitants, Fadir (‘père’.) et Monir (‘mère’.), il y resta quelques jours. Neuf mois plus tard, le couple d’humains eut un enfant magnifique, qu’ils baptisèrent Jarl(‘comte’ ou ‘chef de guerre’.). Rig s’occupa de l’éducation de l’enfant, Il reçut une très bonne éducation de la part de Rig, qui lui enseigna le langage des oiseaux, la connaissance des runes ; les mots magiques pour calmer la mer, éteindre le feu et émousser l’arme d’un adversaire. Jarl fut le premier de la race des guerriers. Par la suite, Rig le quitta, lui révélant qu’il était son père. Le jeune homme se maria plus tard avec Erna (‘gaie’.), et eut plusieurs enfants, les ascendants des nobles et des rois. 
 
Une fois sa tâche accomplie, Heimdall retourna vers le monde des dieux.  
 
***************************************************************************** 
 
 
[1] Le terme ‘edda’ signifie ‘histoire’ 




bonne après midi 1   Ninnenne       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mythologie scandinave -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mythologie scandinave: L'Yggdrasil ou les neufs mondes
» Révélation des runes, mythologie nordique
» Les trolls.
» Petites astuces qui rapportent gros
» [Jeu 7] Alphabet

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: images et PPS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: