AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Vieillesse.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21204
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Vieillesse.....   Dim 1 Mar - 15:52

[size=33]La vieillesse, vue par Philippe Noiret[/size]
 



"Il me semble qu’ils fabriquent des [size=20]escaliers
 plus durs qu’autrefois. Les marches sont plus hautes, il y en a davantage. En tout cas, il est plus difficile de monter deux marches à la fois. Aujourd’hui, je ne peux en prendre qu’une seule. 

À noter aussi les petits caractères d’imprimerie qu’ils utilisent maintenant. Les journaux s’éloignent de plus en plus de moi quand je les lis : je dois loucher pour y parvenir. L’autre jour, il m’a presque fallu sortir de la cabine téléphonique pour lire les chiffres inscrits sur les fentes à sous. 

Il est ridicule de suggérer qu’une personne de mon âge ait besoin de lunettes, mais la seule autre façon pour moi de savoir les nouvelles est de me les faire lire à haute voix – ce qui ne me satisfait guère, car de nos jours les gens parlent si bas que je ne les entends pas très bien. 

Tout est plus éloigné. La distance de ma maison à la gare a doublé, et ils ont ajouté une colline que je n’avais jamais remarquée avant. 

En outre, les trains partent plus tôt. J’ai perdu l’habitude de courir pour les attraper, étant donné qu’ils démarrent un peu plus tôt quand j’arrive. 

Ils ne prennent pas non plus la même étoffe pour les costumes. Tous mes costumes ont tendance à rétrécir, surtout à la taille. Leurs lacets de chaussures aussi sont plus difficiles à atteindre. 

Le temps même change. Il fait froid l’hiver, les étés sont plus chauds. Je voyagerais, si cela n’était pas aussi loin. La neige est plus lourde quand j’essaie de la déblayer. Les courants d’air sont plus forts. Cela doit venir de la façon dont ils fabriquent les fenêtres aujourd’hui. 

Les gens sont plus jeunes qu’ils n’étaient quand j’avais leur âge. Je suis allé récemment à une réunion d’anciens de mon université, et j’ai été choqué de voir quels bébés ils admettent comme étudiants. Il faut reconnaître qu’ils ont l’air plus poli que nous ne l’étions ; plusieurs d’entre eux m’ont appelé « monsieur » ; il y en a un qui s’est offert à m’aider pour traverser la rue. 

Phénomène parallèle : les gens de mon âge sont plus vieux que moi. Je me rends bien compte que ma génération approche de ce que l’on est convenu d’appeler un certain âge, mais est-ce une raison pour que mes camarades de classe avancent en trébuchant dans un état de sénilité avancée ? Au bar de l’université, ce soir-là, j’ai rencontré un camarade. Il avait tellement changé qu’il ne m'a pas reconnu."

Ah ! La vieillesse...
[/size]
Sublime [size=18]texte d'un Homme vrai...Un sacré clin d'oeil au temps qui passe.[/size]
------------------------------------------------------------------------------------------------


"Les secrets de Rose âgée de 87 ans" Auteur inconnu

 
 
C'était le premier jour de la rentrée à l'université, et notre professeur s'était présenté en nous enjoignant de faire connaissance avec quelqu'un que nous ne connaissions pas encore.
En me levant pour regarder autour de moi, je sentis une main se poser doucement sur mon épaule. En me retournant, je vis une petite vieille toute fripée qui me regardait avec un [size=16]sourireradieux irradiant de tout son être.[/size]
-"Bonjour, ma jolie", me dit-elle. "Je m'appelle [size=16]Rose. J`ai quatre-vingt-sept ans. Me permets-tu de te donner l´accolade?"  En riant, je lui répondis avec enthousiasme, -"Bien sûr que vous le pouvez!"[/size]
Et elle me gratifia alors d'une formidable étreinte. -"Pour quelle raison une personne si jeune et si candide comme vous est-elle à l'université? lui demandai-je.
Avec malice elle répondit,
-"Je suis là pour rencontrer un riche époux, me marier, faire deux [size=16]enfants, et ensuite je profiterai de ma retraite pour voyager."[/size]
-"Non, sérieusement," lui  demandai-je. J'étais curieuse de savoir ce qui avait pu la motiver à relever ce défi à son âge.
-"J'ai toujours rêvé d'avoir une formation universitaire, et aujourd'hui j'en reçois une !"; me dit-elle.
Le cours terminé, nous allâmes au foyer des étudiants siroter ensemble un milk-shake au chocolat.
Nous étions devenues amies tout de suite. Ces trois premiers mois, nous partions chaque jour après les cours dans d'interminables discussions!
J'étais inlassablement fascinée à l'écoute de cette "machine à remonter le temps" qui partageait avec moi sa sagesse et son expérience.
Après quelque temps, [size=16]Rose était devenue la coqueluche du campus et elle n'avait aucun mal à se faire des amis partout où elle allait. Elle adorait se faire élégante et se réjouissait de l'attention que lui portaient les autres étudiants. Elle s'y prêtait de bonne grâce.[/size]
À la fin du second trimestre, nous avons invité [size=16]Rose à prendre la parole au banquet de notre équipe de foot. Jamais je n'oublierai les mots qu'elle nous y a dit alors. Après avoir été présentée, elle est montée sur le podium. Alors qu'elle commençait le discours qu'elle avait préparé, elle a fait tomber par terre une partie de ses notes. Frustrée et légèrement embarrassée, elle s'est alors penché sur le micro en disant simplement; -"Excusez ma nervosité. Je ne bois plus de bière depuis le Carême, et ce whisky m'assomme ! Je ne vais jamais retrouver l'ordre de mes notes, alors permettez-moi juste de vous dire ce que je sais."[/size]
Tandis que tout le monde s'esclaffait, elle s'est éclairci la voix et a commencé :
-"Nous ne cessons pas de jouer parce que nous sommes vieux ; nous devenons vieux parce que nous cessons de jouer. Il n'y a que quatre secrets pour rester jeune, être heureux, et connaître le succès.
1 - Il vous faut rire et faire preuve d'humour chaque jour.
 
2 - Il vous faut avoir un rêve. Lorsque vous perdez vos rêves, vous mourez. Vous avez tant de gens autour de vous qui sont morts et qui ne le savent même pas !
 
3 - Il y a une énorme différence entre vieillir et grandir. Si à dix-neuf ans vous restez dans votre lit une année entière sans rien faire d'utile, vous atteindrez vos vingt ans. J'ai quatre-vingt-sept ans, et  si je reste au lit toute une année sans faire quoi que ce soit, j'atteindrai mes quatre-vingt-huit ans.
Tout le monde sait vieillir. Cela ne nécessite ni compétence ni disposition particulières. L'idée est de grandir en trouvant toujours l'opportunité pour le changement.
 
4 - N'ayez aucun regret. Les personnes âgées n'ont habituellement pas de regrets pour ce qu'elles ont fait, mais bien plutôt pour ce qu'elles n'ont pas fait. Les seules à avoir peur de la mort sont celles qui ont des regrets."
Elle a terminé son discours en chantant bravement "La Rose".
A la fin de l'année, [size=16]Rose a terminé la licence qu'elle avait entreprise durant toutes ces années. Une semaine après avoir obtenu son diplôme, Rose est morte paisiblement pendant son sommeil.[/size]
Plus de deux mille étudiants ont assisté à ses funérailles en hommage à la femme merveilleuse qui prêchait par l'exemple qu'il n'est jamais trop tard pour devenir tout ce qu'il vous est possible d'être.
 
Si vous lisez ceci, songez à envoyer ces sereines recommandations à vos amis et à votre famille, ils les aimeront sûrement!
Auteur Inconnu
 
Très belle [size=16]histoire, une leçon de vie, d'espoir et de sagesse.[/size]
Une très belle photo illustrée aussi trouvée sur le net




bonne après midi 1      Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21204
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Vieillesse.....   Dim 1 Mar - 16:01

Petit vieux petite vieille






Petit vieux, petite vieille
 
 
- 1 -
Lorsque je serai vieux et que tu seras vieille
Lorsque tes cheveux blonds seront des cheveux blancs 
Nous reviendrons tous deux nous asseoir sous la treille
Tout comme au temps d´avant, où nous étions amants. 
Et nous serons tous deux, petit vieux, petite vieille
À parler du bon temps, du temps de nos vingt ans. 
 
- 2 -
Lorsque je serai vieille et toi tu seras vieux
Et que les yeux brillants nous nous regarderons
Sur le banc familier au coucher du soleil
Nous reviendrons ensemble nous [size=16]aimer comme avant. [/size]
Et nous serons tous deux, petit vieux, petite vieille
À parler du bon temps, du temps de nos [size=16]enfants[/size]
 
- 3 -
Lorsque je serai vieux et que tu seras vieille
Et que le poids des ans aura ridé mon front 
Combien de fois jadis ai-je pu te dire: Je t´aime?
Alors, avec grand soin, nous les recompterons. 
Et nous serons tous deux, petit vieux, petite vieille
Réchauffant nos deux coeurs au soleil du printemps. 
 
- 4 -
C´est vrai je serai vieux, c´est vrai je serai vieille
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens
Et jusqu´au dernier jour, petit vieux, petite vieille
Bercés par notre amour, on se tiendra la main. 
Car on s´aime aujourd´hui, petit vieux, petite vieille
Mais on s´aime aujourd´hui... encore moins que demain.
 
 
A. Morisod - M. Morisod 
Interprètes : Le groupe Sweet People
 
Cette chanson me touche particulièrement et cette photo a quelque chose de bouleversant...




bonne après midi 1     Ninnenne     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21204
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Vieillesse.....   Dim 1 Mar - 16:12

La grincheuse Phyllis McCormack

La grincheuse
 
"Nous oublions trop souvent que nous aussi, nous atteindrons le cap de la vieillesse, même si nous ne sommes pas très pressés d’y arriver voici un [size=13]texte de Phyllis McCormack qui fait drôlement réfléchir sur le sujet.[/size]
Le poème qui suit a été écrit par une femme qui est décédée dans l'aile pour les personnes âgées de l'hôpital Ashludie, près de Dundie, en Écosse. Trouvé parmi ses effets personnels, il a tellement impressionné le personnel qu'on en a fait des copies qui ont été distribuées dans l'hôpital et même en dehors des murs. "
 
Que voyez-vous, garde, que voyez-vous maintenant ? Pensez-vous en me regardant, une vieille femme grincheuse, pas vraiment très futée, à l'allure incertaine et au regard absent ? 
Qui joue avec sa nourriture et ne répond jamais quand vous dites d'une voix forte: «j'aimerais que vous essayiez !» 
Qui ne semble pas voir les choses que vous faites, et perd toujours un bas ou une chaussure ?
 
Qui de gré ou de force, vous laisse toujours faire à votre guise le bain et les repas, pour remplir les longues journées ? 
Est-ce ce que vous pensez, est-ce ce que vous voyez ? Alors ouvrez les yeux, garde, c'est moi que vous regardez. Je vais vous dire qui je suis, assise ici immobile. 
Lorsque j'obéis à votre commandement, mange sur votre ordre...
 
Je suis une petite fille de dix ans avec son père et sa mère, des frères et des soeurs qui s'aiment les uns les autres;
 
Une jeune fille de seize ans qui a des ailes aux pieds, rêvant qu'elle rencontrera bientôt l'amour;
 
Une jeune mariée de vingt ans dont le coeur fait des bonds, se rappelant les voeux qu'elle a promis de respecter;
 
Vingt-cinq ans et j'ai déjà un enfant qui a besoin de moi pour vivre en sécurité et [size=13]heureux;[/size]
 
Une femme de trente ans, mes bébés sont devenus grands, et ont tissé des liens qui devraient durer toujours;
 
À quarante ans, mes jeunes fils ont grandis et sont partis, mais mon homme est près de moi pour m'empêcher de pleurer;
 
À cinquante ans, encore une fois des enfants dans mes jupes, encore une fois, il y a des enfants autour de nous, les mauvais jours reviennent; mon époux est décédé, je regarde l'avenir, je frissonne de peur car mes enfants ont maintenant des enfants, et je pense aux années et à l'amour que j'ai connus;
 
Je suis une vielle femme maintenant, et la nature est cruelle; quelle mauvaise plaisanterie que de laisser la vieillesse paraître folle, le corps s'écroule, la grâce et la vigueur s'estompent; il y a une pierre où j'avais un cœur.
 
Pourtant dans cette vielle carcasse vit toujours une jeune fille, et aujourd'hui encore, mon coeur amer se gonfle, je me rappelle les joies, je me rappelle les peines, j'aime la vie et je la revis à nouveau, je pense aux années, trop peu nombreuses, passées trop vite, et j'accepte la désolante vérité que rien n'est éternel, ouvrez vos yeux, garde, ouvrez vos yeux et voyez, non pas une vielle femme grincheuse, regardez plus près, regardez-moi !
 
Ce poème est l'histoire d'une longue vie, une leçon de vie...
Plus que jamais à faire circuler et à partager 




Bonne lecture à tous!!! bonne après midi 1     Ninnenne     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vieillesse.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vieillesse.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vieillesse vue d'ailleurs
» Un grain de vieillesse...
» Le secret d'une belle vieillesse
» Ô vieillesse
» Excès De Vieillesse !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: