AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 BEAUX TEXTES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19767
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: BEAUX TEXTES   Ven 6 Mar - 13:37

BEAUX TEXTES

La grincheuse Phyllis McCormack


La grincheuse
 
"Nous oublions trop souvent que nous aussi, nous atteindrons le cap de la vieillesse, même si nous ne sommes pas très pressés d’y arriver voici un [size=13]texte de Phyllis McCormack qui fait drôlement réfléchir sur le sujet.[/size]
Le poème qui suit a été écrit par une femme qui est décédée dans l'aile pour les personnes âgées de l'hôpital Ashludie, près de Dundie, en Écosse. Trouvé parmi ses effets personnels, il a tellement impressionné le personnel qu'on en a fait des copies qui ont été distribuées dans l'hôpital et même en dehors des murs. "
 
Que voyez-vous, garde, que voyez-vous maintenant ? Pensez-vous en me regardant, une vieille femme grincheuse, pas vraiment très futée, à l'allure incertaine et au regard absent ? 
Qui joue avec sa nourriture et ne répond jamais quand vous dites d'une voix forte: «j'aimerais que vous essayiez !» 
Qui ne semble pas voir les choses que vous faites, et perd toujours un bas ou une chaussure ?
 
Qui de gré ou de force, vous laisse toujours faire à votre guise le bain et les repas, pour remplir les longues journées ? 
Est-ce ce que vous pensez, est-ce ce que vous voyez ? Alors ouvrez les yeux, garde, c'est moi que vous regardez. Je vais vous dire qui je suis, assise ici immobile. 
Lorsque j'obéis à votre commandement, mange sur votre ordre...
 
Je suis une petite fille de dix ans avec son père et sa mère, des frères et des soeurs qui s'aiment les uns les autres;
 
Une jeune fille de seize ans qui a des ailes aux pieds, rêvant qu'elle rencontrera bientôt l'amour;
 
Une jeune mariée de vingt ans dont le coeur fait des bonds, se rappelant les voeux qu'elle a promis de respecter;
 
Vingt-cinq ans et j'ai déjà un enfant qui a besoin de moi pour vivre en sécurité et [size=13]heureux;[/size]
 
Une femme de trente ans, mes bébés sont devenus grands, et ont tissé des liens qui devraient durer toujours;
 
À quarante ans, mes jeunes fils ont grandis et sont partis, mais mon homme est près de moi pour m'empêcher de pleurer;
 
À cinquante ans, encore une fois des enfants dans mes jupes, encore une fois, il y a des enfants autour de nous, les mauvais jours reviennent; mon époux est décédé, je regarde l'avenir, je frissonne de peur car mes enfants ont maintenant des enfants, et je pense aux années et à l'amour que j'ai connus;
 
Je suis une vielle femme maintenant, et la nature est cruelle; quelle mauvaise plaisanterie que de laisser la vieillesse paraître folle, le corps s'écroule, la grâce et la vigueur s'estompent; il y a une pierre où j'avais un cœur.
 
Pourtant dans cette vielle carcasse vit toujours une jeune fille, et aujourd'hui encore, mon coeur amer se gonfle, je me rappelle les joies, je me rappelle les peines, j'aime la vie et je la revis à nouveau, je pense aux années, trop peu nombreuses, passées trop vite, et j'accepte la désolante vérité que rien n'est éternel, ouvrez vos yeux, garde, ouvrez vos yeux et voyez, non pas une vielle femme grincheuse, regardez plus près, regardez-moi !
 
Ce poème est l'histoire d'une longue vie, une leçon de vie...
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Souris Claude Marcel Breault

 
 
Souris
 
De notre vie on n’est jamais content tout à fait
On aimerait tout faire ce qui nous plait
Les moments où l’on est le plus heureux
On voudrait [size=13]pouvoir les multiplier par deux[/size]
 
Et si notre problème en était un de mémoire
Nous sommes envieux de toujours recevoir
Les p’tits bonheurs nous entourent de partout
Les joies sont très nombreuses autour de nous
 
Souvent d’ailleurs nos yeux sont fermés
On ne voit pas les gens qui aimeraient nous parler
On ne voit pas ceux qu’on a laissés s’enfuir
Qui nous accordaient toujours leur sourire
 
Puis on se retrouve un jour un peu déçu
On se rappelle surtout ce qu’on n’a pas eu
Plus souvent il faudrait regarder à nos pieds
Voir combien, oui combien la vie nous a gâté
 
Aussi, regarder toutes les choses qu’on a
Au lieu des quelques unes qu’on n’a pas
La vie au fond nous donne ce qu’on veut
Elle est belle, si on la regarde avec nos yeux
 
 
Il faut ajouter des couleurs dans nos pensées
Ainsi, on ne pourrait jamais rien regretter
Il faut surtout, regarder des gens heureux
Et l’envie nous prendra de faire comme eux
 
 
 Claude Marcel Breault
 --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonne après midi 1    Ninnenne    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BEAUX TEXTES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Souvenirs, émotions, beaux textes.....
» Très beaux textes sur la vie
» beaux textes qui font réfléchir
» BEAUX TEXTES
» Pourquoi la femme pleure-t-elle ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: