AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Distinguer une belette d’une hermine, d’une fouine ou d’une martre+ autres animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Distinguer une belette d’une hermine, d’une fouine ou d’une martre+ autres animaux   Mer 22 Avr - 13:53

Distinguer une belette d’une hermine, d’une fouine ou d’une martre


Distinguer une belette d’une hermine, d’une fouine ou d’une martre

Voici quatre espèces fort semblables que l’on ne distingue que très difficilement entre elles, il s’agit de la belette, de l’hermine, de la fouine et de la martre. Il existe cependant quelques signes distinctifs afin de les identifier

La belette

Son pelage est brun et une teinte blanche parcourt son menton jusqu’à ses oreilles, son cou et son ventre. Sa queue est fine.

L’hermine

L’hermine est identique à la belette, mais sa queue se termine par une touffe noire.

La fouine

Seul le cou de la fouine est teinté de blanc, selon un motif représentant deux bandes verticales redescendant vers le bas. Sa queue est touffue et se termine en pointe.

La martre

L’arrière du crane est légèrement plus proéminent, la tache blanche sur le cou est en forme de V, Sa queue est touffue et se termine en une large touffe de poils.


Dix raisons pour aimer les loups.

Dix raisons pour aimer les loups.

1 Le loup a longtemps enseigné aux hommes la manière de chasser. Il est à l’origine du proverbe sioux « Quand tu chasses le cerf, laisse-en passer quatre et ne tue que le cinquième». 

2 Le loup assure l’équilibre au sein de l’écosystème. Il ne tue que les animaux vieux, faibles ou malades. Il laisse vivre les meneurs, les mâles reproducteurs, et assure ainsi la survie de l’espèce. En outre, le loup protège la forêt en régulant la population des cervidés se nourrissant des pouces d'arbre.

3 Le loup a le sens du partage. Si une meute rencontre le cadavre d’un gibier, elle hurlera pour partager le festin avec d’autres meutes.

4 Le loup a le sens de l’honneur. S’il se prend la patte dans un piège, il se rongera la patte pour s’en délivrer. En effet, le loup préférera mourir dignement dans la forêt plutôt que de s’offrire lâchement au trappeur.

5 Le loup est un animal fidèle, il garde la même femelle toute sa vie et est capable de se laisser mourir si sa compagne venait à trouver la mort.

6 Le loup aime les grands espaces, il ne peut se reproduire que s’il est satisfait de l’étendu de son territoire.

7 Le loup a le sens du respect, une meute ne vient jamais empiéter sur le territoire d’une autre meute. Du Moins, cela est très rare. Les meutes se servent de leur hurlement pour faire connaître l’identité de leur clan et délimiter les frontières respectives.

8 Le loup sait gérer son taux de reproduction en évitant la surpopulation et en respectant l’équilibre au sein de l’écosystème. En effet, seul le couple Alpha est autorisé à se reproduire.

9 La société hiérarchique au sein d’une meute est un système si aboutie qu’elle n’a pas changé depuis des millénaires.

10 Le loup est tout simplement beau, sage et majestueux.


Foie gras et saumon de Norvège

Du saumon élevé au Diflubenzuron qui est un pesticide afin de lutter contre le poux de [size=18]mer car les antibiotiques ne sont plus efficace. Cela engendre des déforrmations et des mortalité en elevage.[/size]
 
Des oies qui finissent à la poubelle car elle n'ont pas tenu le choc au régime de gavage.
 
Voilà le repas des fêtes pour de nombreux Français.!!!!

Hecatombes 2012


En mai et Juin 2012 des animaux, et non des moindres, sont décédés mysterieusement dans différents pays du monde.
 
10 000 sardines mortes au Japon le 15 juillet 2012
 
40 tones de poissons morts en Chine le 9 juin 2012
 
Plusieurs rennes morts en Alaska le 5 juin 2012
 
300 dauphins morts en Russie le 25 mai 2012
 
540 antilopes mortes au khazakstan le 25 mai 2012
 
34 cerfs morts à Taiwan le 17 mai 2012
 
550 tones de saumons morts en Norvège le 10 mai 2012
 
5000 oiseaux morts au pérou le 10 mai 2012
 
1200 pélicans morts au Pérou le 28 avril 2012
 
300 dauphins morts au Pérou le 11 avril 2012
 
615 dauphins morts au pérou le 4 avril 2012
 
9000 bovins morts en égypte le 1er avril 2012
 
Source, plus complète :
 


Historique des hétacombes

Voici, en chiffre et autour du monde, les conséquences de notre activité polluante.
 
USA, 31 decembre 2010
5000 oiseaux morts Arkansas
500 oiseaux morts Louisiane
 
Suède, 4 janvier 2011
100 choukas morts à Falkoping
 
Angleterre, janvier 2011
40 000 crabes morts, plage du Kent
 
Viet Nam, janvier 2011
10 000 vaches mortes
 
USA, 8 janvier 2011
des milions de poissons morts, californie (algues toxique en cause)
 
îles Malouines, 12 mars 2011
400 blaleines échouées
 
Chine, avril 2011
des miliers de poissons morts, Qinzhou (algue en cause)
 
Arabie Saoudite, mai 2011
300 moutons morts
 
Zimbabwe, 23 novembre 2011
77 éléphants morts à Harare
 
USA, decembre 2011
600 000 vaches mortes au texas
 
Mexique, 2 decembre 2011
1,7 milions de vaches mortes à Durango
 
Perou, avril 2012
des miliers de dauphins échoués à Lambayeque
 
France, 9 mai 2012
des centaines de poissons morts, Riberon (algue en cause)
 
Inde, 13 mai 2012
Une quantité importante de poissons morts dans la rivière de Periyar
 
Chili, 10 mai 2012
2000 oiseaux morts à San Domingo
 
Norvège, mai 2012
550 tones de saumons morts, Sorfold et Tysfjord
 
USA, mai 2012
des miliers de poissons morts en Virginie
 
Chine, mai 2012
50 000 poissons morts à Shenzhen
 
De quoi nous faire ouvrire les yeux sur le problème actuel des hetacombes
 
Les causes possibles
 
En septembre 2002, 12 000 phoques victimes du virus PDV étaient retrouvés échoués sur les côtes de la mer du nord, il se peut alors que les gros mamiphères soient victimes de virus.
Les bovins seraient victimes de la fièvre contagieuse les tuant en masse.
Les mamifères marins, tels les dauphins et les baleines, communiquent et s'orientent par ondes. Aussi les interferences avec les ondes technologiques de fabrication humaine et les baquebots désorientent les mamifèrens qui s'échouent sur les côtes.
La cause de la mort des poissons serait due à la prolifération d'algues toxiques ou d'exces en algues réduisant l'oxygène dans l'eau. Si des poissons ont été empoisonnés par des produits chimiques, les oiseaux les mangent et subissent à leur tour une intoxication en vol.
La pollution de l'eau contaminant la chaine alimentaire est surement la raison de la mortalité massive d'animaux.
 
On trouve une partie des source dans les sites anglophones
 
et ici

Astrologie de ma propre fantaisie
 
Sanglier, equinoxe du printemps. (bélier)
Fonceur, vous traçez votre route sans vous préocuper des obstacles. Vous êtres courageux, fier et hardi, votre bavoure est admiré. Le feu est votre élément.
 
Ours, second soleil du printemps. (taureau)
Vous avancer lentement mais surement, en prenant votre temps. Votre apparence est souvent robuste et vous impressionnez, cependant vous êtes épicurien et gourmant, aimant évoluer parmi les fruits et l'abondance. La terre est votre élément.
 
Ecureuil, troisième soleil du printemps. (gémeau)
Vous êtes d'un tempérament joueur et vous ne tenez jamais en place, toujours à courrire apres votre queue panachée autour d'un arbre. Volubile et dissipé, parcourant la forêt de toute part, votre curiosité est insatiable. Votre élément est l'air.
 
Renard, solstice d'été (cancer)
Craintif, vous vous réfugiez dans votre terrier. Le sens du foyer est primordial dans votre vie, et votre progéniture se sentira toujours en sécurité au chaud dans ce terrier à l'abri du mlonde exterieur. Votre élément est l'eau.
 
Cerf elaphe, second soleil d'été (lion)
Magestueux, vous êtes le roi le la forêt. Vous êtres vigoureux, cela se voit à vos bois, vous brillez, vous êtres flamboyant et tout le monde convoite votre courone. Nul n'est au dessus de vous, pas même vos rivaux. Votre élément est le feu.
 
Chat sauvage, ou lynx, troisième soleil d'été (vierge)
Précieux, vous vous lavez plusieurs fois par jour et ne tolérez pas la saleté. Prudent, vous vous faites discret et n'aimez point être dérangé dans vous subtiles pensés. Distant, vous étudiez avant de vous livrer. Votre élément est la terre.
 
Papillon, equinoxe d'automne (balance)
Quel être magnifique, élégant, léger. Vous êtes subtil, fragil, et déposez sur le monde vos belles couleurs. Vous butinez à droite à gauche et votre esprit volatil ne sait où il se posera. Votre élément est l'air.
 
Araignée, deuxième soleil d'automne (scorpion)
Stratège au plus haut point, vous tissez votre toile et attendez patiement que les pions se mettent en place. Votre intelligence est grande, et l'on vous craint pour cela. Votre intuition est très développé et on ne peut rien vous cacher. Vous avez le tempérament solitaire car on ne fait jamais mieux confiance qu'en soi-même. Votre élément est l'eau.
 
Cheval, troisième soleil d'automne (sagitaire)
Vous aimez la liberté, les grands espaces, et vous parcourez les terres au galop. Vous avez le tempérament aventurier, joueur, décontracté et turbulent tout à la fois. Votre élément est le feu.
 
Loup, solstice d'hiver (capricorne)
Vous êtes l'être le plus fidèle, le plus serieux du royaume animal. Votre intelligent est discipliné et très réfléchi, vous avez le sens de l'honneur et agissez avec conscience dans tout vous actes. Votre élément est la terre.
 
Rapace, deuxième soleil d'hiver (verseau)
 Votre vision est large, vous voyez le monde dans sa globalité et êtes souvent pioniers. Votre intelligence est rapide, semblable à l'éclair des nuages, et vous fonçez avec rapidité sur votre objectif. Votre élément est l'air.
 
Anguille, troisième soleil d'hiver (poisson)
Vous vous glissez entre les rochers, ondulez sous les vagues, votre tempérament est enigmatique. Vous êtes insaisissables dans votre sillage sineux et nul ne peut vous attrapper pour mieux vous cerner. Votre chemin est au jour le jour, sans but précis, et vous intriguez tout le reigne animal. Votre élément est l'eau.
 

L'attitude à avoir face à un animal

L’attitude à avoir face à un animal

Les animaux sauvages ne sont généralement pas dangereux pour l’homme. Mais il existe chez les animaux un code et un langage à respecter. On ne fera jamais de gestes brusques ou agressifs selon lesquelles l’animal se sentira menacé et pourrait réagir de manière imprévisible. Le mieux est de se tenir debout, ne pas bouger et observer sans avoir peur la splendeur majestueuse de l’animal.

Face à un loup

Il ne faut jamais s’accroupir ou s’asseoir devant un loup car ce geste signifie pour lui que nous sommes inférieur à lui et il nous attaquera pour nous prouver sa supériorité. Il faut au contraire se tenir debout, droit et fier, ce geste montre au loup que nous sommes aussi fort que lui et cela lui forcera le respect envers nous.
Le loup s’attaque généralement aux membres souffrants ou faibles d’un groupe, mais il a peur de l’homme et le respecte du fait qu’il marche debout. 

Face à un ours brun ( ou noir )

L’ours est omnivore et ne s’attaque aux animaux qu’uniquement au printemps après son hibernation en hiver. Le reste de l’année, il ne se nourrit de fruits divers.
L’ours craint l’homme et ne l’attaque pas. Cependant, il ne faut pas manifester de stress à son égard ni pousser des cris, il sera paniqué et pourrait perdre la face.
Il ne faut jamais tirer sur un ours dans la panique et le stress car un ours blessé ne pardonne pas ce geste et il attaquera son adversaire jusqu’à la mort. Encore une fois, il est préférable de rester immobile et le regarder passer son chemin. Sa vue étant médiocre, il aura senti notre présence mais ne nous verra pas.

En présence de serpents

Marcher avec un bâton a l’avantage de provoquer des vibration dans le sol qui feront fuir le serpent, car le serpent se déplace avec les vibrations de la terre.
Taper du pied est aussi un moyen de le faire fuir. Si toutefois le serpent circule sur nous ou entre les pieds, il ne faut pas faire de gestes brusques sans quoi il se sentirait menacé et nous piquerait de son venin. Il faut rester immobile et attendre qu’il passe son chemin. Si celui-ci nous a piqué, il faut alors garder son calme pour ne pas accélérer le cœur et éviter que le venin ne se propage trop vite dans le corps. Il ne faut ni inspirer, ni inciser, mais enlever tout ce qui serre le corps et, si cela est possible, disposer de la glace sur un linge posé sur la morsure.

Face à un cervidé

Il n’y a rien a craindre des cervidés, ils partirons avant que l’on les ai remarqués.
On peut les observer vivre en restant immobile face à eux, ils resteront immobiles à leur tour, nous observeront un instant et partiront en courant.
Il existe cependant des cas parmi lesquelles il est préférable de ne pas s’en approcher de trop près au risque de provoquer l’animal. Lors du rut, le mâle cerf peut devenir agressif. Il marque son territoire en détachant l’écorce des arbres qui constitue son périmètre et repousse tout intrus. Mais lors de cette période caractérisé par le cris sourd de l’animal qui résonne dans la forêt, le mâle perd de sa vigilance sous l’effet de l’excitation. C’est le moment que choisissent les chasseurs profitant de l’inattention de l’animal.

Face à un renard

Le renard a peur de l’homme et fuit s’il en rencontre un sur sa route. Un renard qui s’approche de l’homme avec trop d’assurance est un renard dangereux, cela signifie qu’il est atteint de la rage. Si un renard s’approche de vous et semble ne pas craindre l’homme, il est préférable de s’en éloigner et de bifurquer sur un autre sentier.
Il existe toutefois, dans certaines régions, des renards n’ayant pas peur de l’homme car ils ne les ont pratiquement jamais croisé et ne se méfient pas.

En présence de sangliers

Un groupe de sangliers court à vive allure sur leur tracé sans se préoccuper d’une éventuelle présence aux alentours. L’essentiel est de ne pas se trouver sur leur chemin au moment de leur passage car le sanglier préfère se cogner sur un obstacle plutôt que de le contourner. Sur la neige ou sur un sol marécageux, mieux vaut ne pas marcher sur les empruntes d’un groupe de sangliers afin de ne pas se faire heurter par ces derniers. Il peut aussi se trouver dans la forêt des sangliers solitaires, ce sont des sangliers mâles adultes parfois accompagné d’un jeune sanglier . Le sanglier n’est pas un prédateur, c’est un herbivore et il n’attaque que pour se défendre. Cet animal est réputé pour son courage et il n’hésite pas à foncer tête baissé sur quiconque s’il se sent menacé.


L'homme et le loup

Image tiré du très beau film "Croc blanc", la capture du louveteau.

Loup, te voici…Mais où étais-tu ?

Homme, ne t’approches point de moi !

Loup, attends. J’ai changé depuis

Tu n’as pas changé, tu continue à me traquer et à montrer ma dépouille en trophée

Je ne suis pas comme ces gens…

Alors qui es tu ?

Loup, jadis nous étions frères et nous chassions ensemble

C’était il y a très longtemps, à l’époque des daces, des celtes, des cavaliers des steppes et des sioux. Puis tu m’as pris pour un rival, tu voulais le gibier à toi tout seul, et tu m’as chassé, moi ton semblable. Mais sans le loup, il n’y avait plus personne pour maintenir un équilibre entre la croissance des herbivores et la croissance de la forêt. Alors nous, les loups, avons eu peur de l’homme, et nous l’avons attaqué pour nous défendre, car pour finir nous étions à la fois semblables et ennemis.

Et si nous revivions comme avant

Tu as fais de moi un assassin, tu racontais des histoires terribles sur moi aux enfants. Une brebis égorgée, un enfant disparu, et c’est moi le responsable. Or je suis le plus craintif des animaux, seul la faim de l’hiver me pousse à la folie.

Toi et moi, nous pouvons revivre ensemble, dans le respect mutuel

Laisse-moi, homme. Je suis sauvage, point domestique, et j’ai besoin d’un vaste territoire où il n’y a point la vulgaire trace polluante de l’homme.

Loup, avant nous chassions ensemble, tu m’as même appris à chasser sans bruit en tuant les vieux, les malades et les derniers de la file en laissant vivre les animaux en bonne santé.

Et qu’avez-vous fait de mes enseignements ? Vous tuez les cerfs aux beaux bois, les animaux à belle fourrure, vous vous photographiez avec vanité devant votre prise, et c’est moi le sauvage qui chasse la brebis comme n’importe quelle animal qui appartient à la terre et non à l’homme.

Mais les éleveurs gagnent leur vie grâce aux brebis, ils ont de lourdes charges à payer pour l’état, doivent produire du rendement et la mort de brebis pour eux est une catastrophe, le comprend-tu ?

Non, homme, je ne comprends pas. Vous et le rendement, vous et l’argent, vous et le profit. Ces brebis ne sont pas aux hommes, elles sont à la terre et vous les utilisez pour faire de l’argent. Je ne distingue pas les animaux d’argent et les animaux sauvage, je suis un loup.

Loup, sauras-tu nous pardonner ?

Ce n’est pas à moi de le dire, demande cela à la terre, sauras-elle te pardonner ? Si elle te pardonne, je te pardonnerai aussi et à nouveau nous chasserons ensemble.


L'ours, le film

L'ours, film de Jean Jacques Anaud disponible sur Youtube
 
NP Superbe film à voir!!!

[size=24]L’association FERUS pour la protection des ours, des loups et des lynxs

L’association FERUS pour la protection des ours, des loups et des lynxs

L’association FERUS, mot latin signifiant « sauvage », fut soutenue par la fondation Nicolas Hulot le 15 février 2007 et milite pour la sauvegarde des animaux nécessaires au fragile équilibre de l’écosystème et cependant aveuglément chassés suite à des convictions remontant au moyen âge. Il s’agit des ours, des loups et des lynxs.

Le loups fut un animal vénéré par les gallo-romains, par les cavaliers des steppes mongols dont gensis khan était le fils du loups bleu, et par les amérindiens à qui le loups avait enseigné la chasse et qui fut à l’origine du proverbe sioux « lorsque tu chasse le cerf, laisse en passer trois et ne tue seulement le quatrième ». En Europe, cet animal sera diabolisé par l’église et quiconque tuait le plus de loups possible était considéré comme un bon chrétien. Plus tard, les histoires de Versailles rédigées pour endormir le roi seront répendues dans les hameaux de France, le petit chaperon rouge en est un exemple. Ce genre d’histoires enseignait aux enfant l’image d’un loup cruel et entretenait dans la culture européenne la crainte du loup. Aujourd’hui, la communauté scientifique découvre le rôle prépondérant du loup dans la gestion des espèces au sein de l’écosystème. En effet, le loup réduit la population de cervidés à un chiffre stable et préserve la forêt des cervidés qui se nourrissent de pousses d’arbres.

L’ours a longtemps été accusé de décimer les troupeau, engendrant une perte de chiffre d’affaires par les éleveurs. Or l’ours ne chasse qu’au début du printemps après son hibernation hivernale et se nourrit tout le reste de l’année de fruits des bois.

Quand au lynx, il a lui aussi son rôle à jouer dans l’écosystème et je ne vois pas quel tort il pourrait causer à l’homme.

L’association FERUS comporte 3000 membres et travaille en co-relation avec l’ONCFS, DDA, PASTORALOUP , le ministère de l’environnement, le ministère de l’agriculture, le ministère de l’enseignement ou autre organismes influents, comme les entreprises par exemple. Sa démarche dans la protection de ces espèces est exprimé par les expositions et les conférences dans le domaine de l’éducation, car il faut bien sur enseigner à nos enfants l’amour du loup, de l’ours et du linx. Il s’agit aussi d’amorcer un dialogue entre les éleveurs et les protecteurs de ces espèces afin de dissiper les vieilles croyances et expliquer le fonctionnement réels de ces animaux. L’association FERUS a été reconnu 1 ère association d’utilité publique pour la protection des 3 grands prédateurs en France.

Vous pourrez avoir de plus amples informations sur le site :

www.ours-loup-lynx.net

Contacts

ferus@ours-loup-linx.info

Adresse

FERUS / GLF
BP 114
13718 ALLAUCH CEDEX

Telephone

04 91 05 05 46

L’association Ferus est ouvert à tous et vous pouvez en être membres.

Contact presse FERUS : Sandrine ANDRIEUX 
andrieux-sandrine@wanadoo.fr 
06 14 64 18 00 
0875 77 55 61


L’esturgeon paye le prix fort

[/size]
[size]
L’esturgeon paye le prix fort

Le caviar sont des œufs provenant d’un poisson nommé esturgeon, celui-ci peuple les eux d’Europe et de Russie. Il s’agit aussi d’une espèce en voie de disparition. La femelle esturgeon n’est fécondée qu’une seule fois et ne pondra jamais ses œufs. En effet, peu avant la ponte, la femelle est tuée et éventré afin d’en extraire l’énorme quantité d’œufs qu’elle contient dans son ventre. Nous pourrions tout bonnement attendre chaque année qu’elle ponde ses œufs et les récupérer sur place, cela serait fort rentable pour la conservation de l’espèce et l’augmentation du produit. Mais les œufs sont récupérés directement dans le ventre de la femelle, et cela pour une raison bien précise. En effet, l’œuf, alors dans le ventre, est entourée d’une membrane solide qui se ramollit lors de la ponte, cela lui confère le coté craquant fort apprécié des amateurs. Ainsi, une boite de caviar est une femelle esturgeon éventrée pour notre bon plaisir. C’est chèrement payé les œufs de l’esturgeon !


La langue des singes

[/size]

L'idée vient en 1967 à Allen et Beatrix gardner d'enseigner le langage des signe à un chimpanzé afin d'établir un dialogue entre l'animal et l'humain. Les Chimpansés ne pouvant pas parler plus à cause de leur morphologie que leur intelligence.
 
Aussi ils concentrèrent leurs efforts sur Washoe, une primate qui bientôt connaissait 250 signes. Ne pouvant avoir de descendance, Washoe eut un petit chimpanzé adoptif appellé Loulis et à qui elle apprit elle même le langage des signes. Mais Loulis, moins bavard, n'utilisait que 5 signes. Washoe est décédée à l'âge de 42 ans aux USA.
[size]

Le bison d'Europe

[/size]

Nos ancêtres ont vécu avec le Bison, et il n'y a pas si longemps que cela. En Anglais il se nomme wisent, qui vient du germain wisund signifiant bison. Le bison d'Europe, ou bison bonasus, était aussi commun que le loup, l'ours ou l'oroch sous l'antiquité. Il fut massivement chassé, par Charlemagne entre autre, et disparut de France dès le VIIIe siècle.
Durant la second guerre mondiale au moins 600 bisons ont été tués par les troupes allemandes pour se nourrir ou "se divertir".
L'espèce Bison bonasus Caucasus disparut définitivemlent à cause des chasseurs, il n'en resta qu'un seul membre qui créa une espèce hybride avec d'autres bison bonasus bonasus. En 1920 il ne restait que 54 membres souches de l'espèce Bison bonasus bonasus, et en 1923 le bison d'Europe devint officiellement une espèce protégée, aussi les polonais entreprisent des efforts de conservation de l'espèce dans des reserves. Le dernier bison en liberté fut abatu en 1927. Grace aux efforts de la Pologne à sa conservation et sa réintroduction, ils sont aujourd'hui au nombre de 800 membres dans la forêt de bialowieza, 3000 bisons d'Europe vivent dans des réserves et déscendent tous d'une poignée de 12 membres hybrides protégés jadis.
[size]


Le cygne tuberculé

[/size]

Il existe quelques espèces de cygnes dans le monde, mais le cygne tuberculé, avec son cou gracieux, ses plumes blanches et son bec jaune est typiquement originaire d'Eurpe, dont l'angleterre, la suède, la russie et une partie de la France. Il devait donner bien de la grace dans les lacs d'Europe à l'époque de nos ancêtre.
Le cygne se nourrit d'algues et de feuilles de saules, ainsi que de petits organismes.
Ce lac, où j'ai pris ce cygne, était effectivent bordé de saules et parsemées de hautes algues de 1,50 mettres.
[size]

Le rôle des animaux dans l'écosystème

Le rôle de chacun dans la nature.

Tous les êtres vivants ont une utilité définie et tous ont un rôle à jouer sur terre.

Le cervidé 

Le cervidé se charge de nettoyer la forêt en se nourrissant des pouces d’arbres. Il aide ainsi les arbres à se développer sans que le manque de place entre les arbres et le trop grand nombre de ceux-ci ne diminue l’énergie pour chacun des arbres et ne leur laisse assez de ressource dans la terre pour chacun d’entre eux.
Aussi, comme tous les animaux, les excréments du cervidé contribuent à la fertilité de la terre. Ses bois tombés à terre offrent en outre les sels minéraux dont se nourrissent les rongeurs et dont la terre a besoin pour nourrir les arbres.

Le prédateur 

Le prédateur se charge de régulariser la population animale et ainsi maintenir le fragile équilibre de l’écosystème. Il se charge également de protéger la forêt en réduisant la population des cervidés qui, trop nombreux, mangeraient toutes les pousses d’arbres et les forêts seraient réduites en de vastes prairies.
Le prédateur s’attaque seulement aux animaux souffrants, blessés, faibles, vieux ou malades, si toutefois la faim de l’hiver ne le pousse pas à s’attaquer à d’autres.
Il laisse en vie les animaux capables de se reproduire ou de défendre le groupe et préserve ainsi l’espèce.

Les insectes 

Les insectes contribuent à la fertilité du sol par leurs excréments.
Certains insectes se nourrissent des produits de la terre, d’autres se nourrissent de ces insectes et contribuent ainsi à protéger les produits de la terre. C’est le cas de la coccinelle qui se nourrit des pucerons se nourrissant des plantes.
Les insectes volants tels que les abeilles, les papillons et autres, participent a la fécondation des fleurs en butinant leurs nectars et en transportant les graines mâles pour les déposer involontairement dans les graines femelles.

Les oiseaux 

Les oiseaux se nourrissent de serpents, de rongeurs et d’insectes, mais également de graines et de fruits d’automne qu’ils disséminent dans la forêt.
Leur plume tombée à terre offrent les sels minéraux dont la terre a besoin. 


Le hérisson

Le hérisson se charge de tuer les serpents pour les manger et ainsi diminuer leur présence, une diminution de la population des hérissons signifie une augmentation de la population des serpents.

Le poisson

Le poisson se nourrit de larves et d’insectes et limite ainsi la densité de ceux-ci.
Il sert également de subsistance pour les ours, les hommes et autres mammifères.
Il existe chez les poissons le même écosystèmes que sur le monde terrestres. L’énergie du soleil et les minéraux nourrissent les algues et autres végétaux, ces derniers sont mangés par les poissons herbivores, eux même sont mangés par les poissons carnivores qui, à leur mort, sont mangés par les micro-organisme « nettoyeurs » qui transforment les restes de ces poisson en sels minéraux dont se nourrissent les algues. Ainsi de suite.

L’écureuil et les rongeurs.

L’écureuil et les rongeurs participent indirectement à la fécondité des arbre. Ils effectuent leur réserves de nourriture pour l’hiver en plaçant les graines et les fruits dans de nombreuses cachettes, en particulier dans les troncs ou sous la terre. Mais il arrive qu’ils oublient certaines cachettes et les graines dissimulés sous la terre pourront germer et donneront de nouvelles pouces d’arbres. 
Les rongeurs servent également de subsistance aux oiseaux, aux serpents et aux petits prédateurs.

Les végétaux

Les végétaux que sont les arbres, les plantes et les algues, absorbent le dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène dans l’air lorsque s’effectue la photosynthèse. Ils jouent un grand rôle sur le climat de la terre.
Selon les essences, les arbres offre en été leurs fruits sucrés et juteux et en automne leurs fruits protégés par une coque et que l’on peut conserver tout l’hiver. C’est le cas de la châtaigne longtemps surnommée le pain des pauvres.
L’écorce et la feuille des végétaux offrent aux hommes de nombreuses ressources médicinales qui, une fois séchés à l’ombre, se consomment en tisanes ou en infusions. 

Les parasites

Les êtres vivants que nous nommons à tort les parasites ont eux aussi un rôle à jouer dans l’écosystème. Les mites participent au nettoyage de la forêt et à la fermentation du bois mort qui donne un bon engrais. Les vers de terre contribuent à régénérer la terre fertile. Enfin, les acariens se nourrissent de poussières, de peaux mortes, et débarrassent ainsi la poussière qui recouvre tout.




Les animaux sacrés d'égypte

[/size]

Pomponius mela, explorateur et cartographe romain, témoingne comment les égyptiens vénéraient religieusement les animaux. Les récits de Pomponius sont authantiques et passionnants car il porte un regard neutre, dans l'actualité fraiche de l'époque, sur les contrés qu'il découvre.
 
"Ils adorent, suivant la différence des lieux, les effigies d’un grand nombre d’animaux, mais plus encore les animaux eux-mêmes: de sorte qu’il y en a dont c’est un crime capital de tuer, même involontairement, et quand ils meurent de maladie ou d’accident, on les ensevelit et on les pleure avec solennité. Le bœuf Apis est l’objet d’un culte commun à tous les peuples de l’Égypte; il est noir et marqué de certaines taches déterminées; sa langue et sa queue diffèrent de celles des autres bœufs. Sa naissance est un prodige rare: on prétend même qu’il n’est pas le fruit d’un accouplement ordinaire, mais que sa mère le conçoit surnaturellement d’un rayon du feu céleste; et le jour de sa naissance est pour l’Égypte un grand jour de fête. Les Égyptiens se vantent d’être le plus ancien peuple de la terre, et de posséder des annales authentiques, qui font mention de trois cent trente rois antérieurs à Amasis, et remontent à plus de treize mille ans".
Herodote nous livre d'autres temoignages :
"Les Mendésiens ont beaucoup de vénération pour les boucs et les chèvres, et encore plus pour ceux-là que pour celles-ci ; et c'est à cause de ces animaux qu'ils honorent ceux qui en prennent soin. Ils ont surtout en grande vénération un bouc, qu'ils considèrent plus que tous les autres ; quand il vient à mourir, tout le nome Mendésien est en deuil".
"La loi leur ordonne de nourrir les bêtes, et parmi eux il y a un certain nombre de personnes, tant hommes que femmes, destinées à prendre soin de chaque espèce en particulier. C'est un emploi honorable : le fils y succède à son père".
"Si l'on tue quelqu'un de ces animaux de dessein prémédité, on en est puni de mort ; si on l'a fait involontairement, on paye l'amende qu'il plaît aux prêtres d'imposer ; mais si l'on tue, même sans le vouloir, un ibis ou un épervier, on ne peut éviter le dernier supplice".
" Lorsqu'il survient un incendie, il arrive à ces animaux quelque chose qui tient du prodige. Les Égyptiens, rangés par intervalles, négligent de l'éteindre, pour veiller à la sûreté de ces animaux ; mais les chats, se glissant entre les hommes, ou sautant par-dessus, se jettent dans les flammes. Lorsque cela arrive, les Égyptiens en témoignent une grande douleur. Si, dans quelque maison, il meurt un chat de mort naturelle, quiconque l'habite se rase les sourcils seulement ; mais, quand il meurt un chien, on se rase la tête et le corps entier".
"On porte dans des maisons sacrées les chats qui viennent à mourir ; et, après qu'on les a embaumés, on les enterre à Bubastis. A l'égard des chiens, chacun leur donne la sépulture dans sa ville, et les arrange dans des caisses sacrées. On rend les mêmes honneurs aux ichneumons. On transporte à Bute les musaraignes et les éperviers, et les ibis à Hermopolis ; mais les ours, qui sont rares en Égypte, et les loups, qui n'y sont guère plus grands que des renards, on les enterre dans le lieu même où on les trouve morts".
"Le Nil produit aussi des loutres. Les Égyptiens les regardent comme sacrées. Ils ont la même opinion du poisson qu'on appelle lépidote, et de l'anguille. Ces poissons sont consacrés au Nil. Parmi les oiseaux, le cravan est sacré.
On voit dans les environs de Thèbes une espèce de serpents sacrés qui ne fait jamais de mal aux hommes : ces serpents sont fort petits, et portent deux cornes au haut de la tête. Quand ils meurent, on les enterre dans le temple de Jupiter, auquel, dit-on, ils sont consacrés".
[size]


Les chevaux

[/size]
[size]
J’aime les chevaux, ces compagnons des chemins. Les chevaux bretons sont les chevaux les plus affectueux que je connaisse. Lorsque j’ai besoin d’un petit câlin, je me glisse sous l’enclos du propriétaire et les chevaux viennent à ma rencontre car ils me connaissent et savent qu’ils vont passer un bon moment. Je pose ma main sur leur tête, puis les joues, leur donne de l’herbe grasse. Puis je caresse l’échine, les épaules, et me couche sur le dos la tête posé sur le pelage et les mains caressant le crin, le cou, le dos. Tout en les caressant je chante un joik doucement pour les rassurer, et le cheval pose sa langue sur mes vêtements pour me montrer son affection. Lorsqu’ils broutent, je m’assois et mange à leur coté les plantes que je connais. Enfin je donne les derniers câlins et je me glisse sous l’enclos pour continuer ma route, en adressant un petit salut de la main aux chevaux que j’aime tant. Je suis toujours triste de voir qu’un cheval manque à l’appel car je sais qu’il est allé à l’abattoir, ainsi sont-ils traités pour quelques sous.




La suite demain!!!         bonne après midi 1      Ninnenne     [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Distinguer une belette d’une hermine, d’une fouine ou d’une martre+ autres animaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stef et sa Belette
» La belette
» {DESSINS} La tanière de la Belette
» Belette
» Transmeubléa (Sainte Hermine, 85)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: