AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Oiseaux (photos)et citations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18848
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Oiseaux (photos)et citations   Mar 4 Aoû - 15:34

Moineau.


Une fois encore il relance son double cri; ses pattes fines agrippées au rebord de la marche, il penche deux fois vers eux coquettement sa petite tête d'un air d'invite et de tendresse; une seconde d'attente... et fuitt... d'un coup d'aile il s'envole et s'évanouit avec un dernier Pi-i-é qui raie le ciel d'un drand trait d'argent: " Au revoir, je reviendrai !..."

( ISABELLE RIVIERE: Le Bouquet de roses rouges.)




Bécasse.


Quelquefois en plein hiver ou bien aux premières brumes, un matin, un oiseau plus rare s'envolait à l'endroit du bois le plus abandonné avec un battement d'ailes inconnu, très bruyant et un peu gauche, quoique rapide. C'était une bécasse arrivée la nuit; elle montait en battant les branches et se glissait entre les rameaux des grands arbres nus; à peine apparaissait-elle une seconde, de manière à montrer son long bec droit. Puis on n'en rencontrait plus que l'année suivante, à la même époque, au même lieu, à ce point qu'il semblait que c'était le même émigrant qui revenait.

( EUGENE FROMENTIN: Dominique.)




Chevêche.


Les yeux de la chevêche luisaient dans le creux d'un vieil arbre, un chêne têtard qui se courbait à la lisière comme l'ombre d'un homme à l'affût. La chevêche ricanait à tue-tête, le poursuivait de son éclat de rire; et brusquement, prenant son vol dans le soir brun, elle lui soufflait des ailes aux naseaux.

( MAURICE GENEVOIX: La dernière harde.)




Lagopède.



Les poules de prairie, comme on les appelle là-bas, affolées d'amour, dansaient sur une butte, inattentives à tout ce qui n'était pas le rut. Tapi dans un saule, je les regardais sortir de l'herbe, le cou tendu, la tête mobile, courant très vite sur leurs trois orteils, et chantonnant une mélopée ronronnante, un hymne à la gloire de l'accouplement. Les mâles, leur gorgerette hérissée, se redressaient, vaniteux et imposants et se mettaient à tourner sur place gauchement, à se dandiner lourdement sur leurs jambes pantalonnées de plumes, puis, brusquement, relevant d'un seul coup l'éventail ogival de leur queue, ils montraient un croupion nu, ridicule et lubrique. Alors, toutes les poules en chaleur admiraient et gloussaient d'amour et de désir.

( M.CONSTANTIN-WEYER: Manitoba.)


Guêpier.


Qui vit dans un terrier et se nourrit de guêpes et autres insectes? C'est le guêpier. Cet oiseau aux couleurs vives se reproduit en colonie, dans des terriers creusés dans des talus. Pour ne pas se piquer aux dards des insectes qu'il avale, il les frotte d'abord contre une branche ou sur le sol.

( WAPITI: août 1994.)


Héron.


Sur une roche calcaire, rongée du bas et pâle qui prenait le jour du couchant, un héron immobile.
L'oiseau découpé sur les nuages clairs paraissait noir; son bec semblait lui sortir des épaules, mais soudain, des plumes, jaillit un cou énorme qui promenait le grand bec ainsi qu'un télescope. Puis le cou rentra.

( JEAN DE LA VARENDE: Nez-de-Cuir.)


Rossignol.


... Nous entendîmes... le chant alternatif de deux rossignols qui répétèrent... leur note unique, purement filée comme un tendre appel.

( H.DE BALZAC: Le Lys dans la vallée.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Les trois notes d'un rossignol se détachèrent comme des gouttes d'eau.

( F.MAURIAC: La chair et le sang.)




Cygne.

Il glisse sur le bassin, comme un traîneau blanc, de nuage en nuage. Il vise du bec, et il plonge tout à coup son col vêtu de neige. Doucement, sur son léger coussin de plumes, le cygne rame et s'approche... Chaque fois qu'il plonge, il fouille du bec la vase nourrissante et ramène un ver.

( JULES RENARD: Histoires naturelles.)




Pic vert.

Le pic affairé, médecin des vieux chênes, promène d'arbre en arbre, de malade en malade, sonmanteau olivâtre et sa petite calotte grenat comme une fleur de trèfle.

( JEAN NESMY: Les quatre saisons de la forêt.)




Pintade.


Les pintades en robes quadrillées fuient avec de petites secousses.

( MADELEINE LEY: L'Enfant dans la forêt.)


Canard.


Dries voit s'avancer par le pré, bedonnant sur leurs pattes rouges, la tribu des petits canards blancs. L'un après l'autre, ils descendent la berge; l'eau bouillonne, et les petits ont l'air de gros beignets poudrés de sucre.

( C.LEMONNIER: Le vent dans les moulins.)




Corneille.


Sur les hautes cimes des ormes, une bande de corneilles, réveillées par le bruit, battant lourdement des ailes, sans oser prendre leur essor dans le ciel ténébreux.

( GEORGES BERNANOS: Un crime.)


Poule.


Une dizaine de poules, à l'approche du soir, appelaient à longs piaillements leur nourriture. Elles se pressaient autour de moi, la tête tendue, l'oeil vif, la crête avantageuse. La main sur le sac d'avoine, les faisais-je attendre encore? C'étaient des cris brefs, des mines offensées, un coup de bec inquiet sur mon soulier. Mais à la première volée, mille chocs précis criblaient le sol. Les vieilles, gloussant d'aise et de fureur, gonflaient leurs plumes, s'étranglaient, tapaient rageusement sur la tête d'une voisine. Les autres, rabrouées, picoraient à l'écart; je leur lançais furtivement une nouvelle poignée de grains.

( MARCEL ARLAND: Terre natale.)


Hirondelle.

Mais maintenant, en plein mai, les hirondelles tournent dans le ciel de Manosque comme les poussières d'avoine sur les bassins où boivent les chevaux. Elles sont véritablement comme les feuilles arrachées à la forêt de la joie; elles ont, en l'air, une magnifique aisance sans pesanteur et ce petit cri ridicule qu'elles poussent - qu'on ne peut, en aucune manière, appeler un chant d'oiseau - donne l'idée d'un jaillissement spontané de joie.

( JEAN GIONO: L'oiseau bagué.)




bonne après midi 1       Ninnenne         mon blog!!!   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Oiseaux (photos)et citations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mars 2009 : oiseaux
» Australie - Oiseaux
» Baiser d'oiseaux
» oiseaux du jardin...
» LES CHOUETTES et hiboux(photos et citations.......)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: images et PPS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: