AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Petites citations diverses(de mes lectures photos textes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 23754
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Petites citations diverses(de mes lectures photos textes)   Sam 15 Aoû - 10:55

Horloge


...Une rumeur s'éveille: l'horloge, à coups lents et graves, annonce qu'une heure nouvelle est dissoute dans l'océan du passé.
La rumeur sonore s'est fondue dans la paix ambiante et le tic tac implacable et discret continue à battre comme un coeur.

( C.DELCHEVALERIE: Images fraternelles.)

L'horloge de mes arrières-grands-parents


Rouet.



J'entendais le rouet de Lisbeth bourdonner dans le silence, comme les ailes cotonneuses d'un papillon de nuit, et son pied marquer la mesure de la complainte que chante la bûche verte au milieu du foyer.

( ERCKMANN-CHATRIAN: Madame Thérèse.)


Deuil.



Le deuil, c'est la chapelle intime, fermée aux profanes, la chapelle que l'on élève en son coeur pour y conserver comme en un tabernacle des reliques sentimentales.

( P. REBOUX: Le nouveau savoir-vivre.)


Langage.


Le tissu léger de son langage, qui laissait voir les formes pures de sa pensée, n'était presque rien de plus qu'un rappel constant des humbles choses de la nature...

( L.BLOY: La Femme pauvre.)


Phrase.


Il avait médité sa phrase, il l'avait arrondie, polie, rythmée; c'était un chef-d'oeuvre de prudence et de transition, de tournures fines et de délicatesse; mais la colère avait emporté la réthorique.

( G. FLAUBERT: Madame Bovary.)


Voix.


C'est que la voix est comme le son de l'âme; elle nous aide à comprendre des sentiments qui valent mieux que les paroles...

( P.BRULAT: La gangue.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

La voix est doucement triste, émouvante et glissante comme une heure de nuit sous le ciel étoilé.

( B.VALLOTON: A Tâtons.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Jet d'eau.


... Le jet d'eau continuait son grésillement léger, à l'ombre, comme une petite musique de vielle...

( P.LOTI: Le roman d'un enfant.)


Eglise.


Et l'église déchiquetait ses silhouettes tourmentées dans un ciel couleur de violette où, ça et là, tremblaient de clignotantes étoiles.

( O.MIRBEAU: Le Journal d'une Femme de Chambre.)


Sonnerie.


Une sonnerie, ce n'est pas un bruit comme les autres; c'est une vrille qui vous transperce soudain le corps, qui embroche vos pensées et qui arrête tout, jusqu'aux mouvements du coeur.

( G.DUHAMEL: Confession de minuit.)


Feu d'artifice.


On tira sur le champ de foire, à dix heures, un feu d'artifice. Ce fut comme un rêve merveilleux. J'eus d'abord un peu peur de cette pluie de feu. Puis l'émerveillement l'emporta. Ce soir-là je ne plaisantais pas: j'étais ébloui, étonné et grave. Ces lueurs vacillantes qui un instant laissaient voir comme en plein jour les gros nuages ronds qui sans cesse roulent au-dessus de notre pays, ces comètes qui passaient comme de grands oiseaux lumineux, ces chutes d'étoiles, le grésillement des grandes pièces, leurs gerbes d'étincelles, les soleils tournants, enfin l'embrasement de la vieille ville, ces feux de Bengale, bleus, blancs, rouges, allumés tous ensemble et qui durant quelques minutes pavoisèrent le ciel même aux couleurs nationales, l'annexèrent et en firent comme une province française, toute cette fantasmagorie éclatante séduisit et conquit mon coeur de petit paysan.

( JEAN GUEHENNO: Journal d'un homme de 40 ans.)


Antarctique.


L'ensoleillement annuel de l'Antarctique correspond pratiquement à celui de l'équateur. Mais les rayons du soleil, obliques près des pôles, réchauffent à peine ce continent glacé.

( Le saviez-vous ? Reader's Digest.)


Spaghettis.


Aujourd'hui, Prince Eric leur a préparé des spaghettis bolognaise. Le plat fumant où les longues pâtes blanches sont presque entièrement recouvertes de viande hachée fin et de sauce très rouge est comme plein de soleil.

( B.CLAVEL: Cargo pour l'enfer.)


Migration.


En route, que ce soit sur les terres ou les eaux, les oiseaux vont s'arrêter, se nourrir, se reposer et reprendre leur vol de nuit comme de jour. Que le ciel soit gris ou limpide, que la nuit soit baignée de lune ou obscure, ils vont sans jamais se tromper de chemin.
Des millions d'oiseaux de centaines d'espèce.

( B.CLAVEL: Cargo pour l'enfer.)


Art.


Le travail constant est la loi de l'art comme celle de la vie; car l'art, c'est la création idéalisée. Aussi les grands artistes, les poètes complets, n'attendent-ils ni les commandes ni les chalands; ils enfantent aujourd'hui, demain, toujours. Il en résulte cette habitude du labeur, cette perpétuelle connaissance des difficultés qui les maintient en concubinage avec la muse, avec ses forces créatrices.

( H.DE BALZAC: La cousine Bette.)


Mousse.


Le long de l'eau, de grands arbustes avaient poussé, chauffés par le soleil; mais sous la futaie, on ne trouvait rien que de la mousse, de la mousse épaisse, douce et molle, qui répandait dans l'air stagnant une odeur légère de moisi et de branches mortes.

( G. DE MAUPASSANT: La Petite Roque.)


Mot.


Mais le plus souvent il employait les mots avec une habileté inquiétante d'homme ivre: ivre de ses propres paroles, envoûté par ses raisonnements; et les gars recevaient une fois de plus leur ration de théories et de grands mots.

( G.CESBRON: Les Saints vont en Enfer.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Le vague des mots produit le trouble de nos idées. Si nous prenions plus de soin de définir les termes au moyen desquels nous raisonnons, nos idées seraient plus nettes et plus sûres.

( A. FRANCE: Les sept femmes de la Barbe-Bleue.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Ecrire.


Vouloir écrire quand on n'est pas ému et heureux, c'est bien souvent perdre son temps et ne rien faire de bon. Ecrire, d'ailleurs, n'est-ce pas un peu farder à sa manière les mots de tout le monde ?

( P. LEAUTAUD: Le petit ami.)


Echo.


L'écho répétait le cri, par saccades, avec de longs retards et de brusques hâtes, comme terrorisé par une dangereuse attente.

( A.CHAMSON: Les hommes de la route.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

Les échos semblaient ensommeillés, son cri s'étouffait dans le lac infiniment doux des ténèbres bleues.

( E. ZOLA: Le Docteur Pascal.)

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§


Colimaçon.


Les colimaçons de Bourg-en-Thimerais montrèrent les cornes et bavèrent...Bourg...retournait à ses calomnies, à tout ce qui alimente la conversation et les ruminations de la colimaçonnerie provinciale. L'absinthe qui n'est plus sur les comptoirs est toujours sur les langues.

( L.DESCAVES: L'hirondelle sous le toit.)


Mot.


Son arme favorite est un mot, insignifiant en apparence, mais plus tranchant qu'un scalpel et plus acéré qu'un aiguillon.

( G. DUHAMEL: Confession de minuit.)


Toux.


Elle toussa, d'une petite toux fêlée, qui lui fit la joue rose à gauche. Elle donnait l'impression translucide d'une porcelaine fragile, et qui va se briser.

( L.DAUDET: Un jour d'orage.)


Voix.(de l'ntérieure.)


La voix de mon père était ensoleillée et réconfortante, avec les mille nuances émotives de sa langue elliptique, parfois éparse, toujours syntaxique et classique.

( L.DAUDET: La recherche du beau.)


Chant.


Leur refrain (des oiseaux après l'orage), étincelant et pur comme de la rosée, fuse en notes argentées et limpides à travers le brouillard de l'espace encore tout baigné d'eau.

( J.NESMY: Les quatre saisons de la forêt.)


Carillon.


Du campanile de la Tour, s'égouttait la musique du carillon, une bruine de sons légers, aériens, qui flottait dans les cristaux vermeils de l'air et tournoyait au-dessus de nous comme la vieille chanson des berceaux.

( C.LEMONNIER: C'était l'été...)


Cloche.


Sur le pays silencieux, en notes lentes et mourantes, le clocher secouait la fin de son glas, les dernières gouttes restées au fond du bénitier.

( A.DAUDET: La Fédor.)


Horloge


Quatre heures sonnèrent et les battements limpides de l'horloge vibrèrent, éveillant des échos traînards aux recoins de la pièce.

( J.D'ESME: L'âme de la brousse.)


Ame.



L'âme s'abreuve à la source du temps, boit un peu de ténèbres, un peu d'aurore.

( P.VALERY: Morceaux choisis.)




Ravine.


La ravine d'une rigole sillonnait la terre d'une longue cicatrice.

( TH.GAUTIER: Le capitaine Fracasse.)






bon week-end     Ninnenne           mon blog
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 23754
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Petites citations diverses(de mes lectures photos textes)   Sam 15 Aoû - 14:52

"Un animal, c'est de la vie enveloppée de fourrure ou d'écailles, habitée par l'inquiétude, capable, oh combien capable detendresse, de force, de courage et de peur."
 
                                      JEAN PAUL LEBOURHIS


"Soyez les poëtes de votre [size=16]vie,[/size]
Osez chaque jour mettre du [size=16]bleu dans votre regard,
[/size]
et de l'orange à vos doigts,
des rires à votre gorge et surtout
une [size=16]tendresse renouvelée à chacun de vos gestes"
[/size]
 
                       JACQUES SALOME



"Ce que l'on désire réellement sour le nom de richesse, s'est essentiellement le pouvoir sur les autres.
En conséquence, les hommes devraient rechercher, non pas une richesse plus grande mais des plaisirs plus simples, non pas une fortune plus haute mais un bonheur plus profond.
Ils devraient faire de la possession d'eux-mêmes la première possession et s'honorer par la fierté inoffensive et les calmes recherches de la paix."
 
                                                      GANDHI

Allez encore une pensée relevée dans le livre "vagabond de la bonne nouvelle" de Guy Gilbert :
 
" Les rides et les cheveux blancs ne sont pas le signe d'une maladie incurable.... Accepter de vieillir, c'est se mettre une bonne fois pour toutes devant sa glace et se dire : tes rides, tes poches, ton dentier, ton ventre, ton double menton, je m'en fous!
Bien vieillir, c'est vivre sa vieillesse dans le présent de chaque jour. Il y a aussi une grande beauté à vieillir.
Devant le large fleuve de la vie qui jamais ne s'arrète, le vieil homme s'emerveille et atteste de la beauté."
 
                                   GUY GILBERT


QUELQUES CAUCASSERIES DE LA LANGUE FRANCAISE









 
"Avez-vous remarqué que les leçons dont nous avons le plus grand besoin, celles qui s'avérent le plus profitable, c'est toujours la [size=18]vie qui se charge de nous les donner?"[/size]
 
                           [size=24]DAN MILLMAN[/size]





"Prends un rayon de soleil
Et fais lui percer les ténèbres!
 
Découvre une source
Et purifie celui qui est dans la boue!
 
Prends une larme
Et dépose la sur le  visage de celui qui ne sait pas pleurer!
 
Prends le courage
Et dépose le au coeur de celui qui ne peut plus lutter!
 
D&couvre un sens à la vie
Et partage le avec celui qui ne sait plus où il va!
 
Prends dans tes mains l'Espérance
Et  vis dans la lumière et ses rayons!
 
Prends la bonté
Et donne la à celui qui ne sait plus donner!
 
Découvre l'amour
Et fais le connaitre à tous!!!!
 
                                                             MAHATMA GANDHI

 citation d'ECKHART TOLLE joliment décorée que j'ai découvert sur un mur à St Quentin la Poterie dans le Gard......

Alexandre Jollien est un philosophe contemporain qui est né handicapé. Il sait donc de quoi il parle quand il écrit cette phrase.....
Bien sûr plusieurs de ses [size=13]livres sont à lire mais je vous conseille tout particulièrement "le métier d'homme"..... Il ne  peut pas vous laisser indifférent!!![/size]




 
" On s'intéresse à ses membres, comme parties de son corps, pourquoi pas aux hommes comme parties de l'humanité?"
 
 
[size=18]LE DALAI LAMA[/size]

 
 
"Evitez de trop penser.
Voyez seulement le présent et agissez,
C'est la clé d'un comportament vrai et positif."
 
[size=18]Swâmi Prâjnanpad[/size]

 
 
"Les bonnes résolutions sont comme des chèques tirés sur une banque où l'on n'a pas de compte courant"
 
OSCAR WILDE

 
"Décembre, de froid trop chiche,
Ne fait pas le paysan trop riche."
 
 
"Le tonnerre en Décembre,
Annonce pour l'an qui vient
Aux bêtes et aux gens
Abondance de biens."
 
"Quand l'hiver n'est pas pressé,
Il arrive à la Saint André."
 
"A la Sainte-Luce,
Le jour croît d'un saut de [size=18]puce."[/size]
 




bon week-end    Ninnenne      blog   ninette1   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Petites citations diverses(de mes lectures photos textes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petites citations diverses(de mes lectures photos textes)
» Citations diverses
» Petites Citations ou autres ....
» petites citations envoyer par jcl
» 2 petites citations envoyer par josiane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: citations-
Sauter vers: