AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Historique:L'arbre de l'humanité....(présentation+textes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Historique:L'arbre de l'humanité....(présentation+textes)   Lun 31 Aoû - 12:27

L'arbre de l'humanité

L’arbre de l’humanité. 

Cette catégorie à venir permettra de mettre en évidence le lien culturel qui unit les Africains avec les Amérindiens, les Européens et les Asiatiques.
Théodore Monod était partit à la recherche de l’arbre de l’humanité, persuadé que les peuples découlaient d’une culture originelle, et que l’évolution devait converger vers l’unité. Pierre Teilhard de Chardin prônait lui aussi cette unité originelle, devenue multitude pour les besoins de l’évolution, et aboutissant à l’unité.

C’est pourquoi, reprenant le travail de ces chercheurs de l’absolu, je créé une nouvelle catégorie, presque un dossier, ou l’être humain se retrouve dans un cercle. Je vous parlerai du labyrinthe hopi, en Amérique du nord, nommé Tapu’at, en tout point semblable au labyrinthe de la tablette d’époque Mycéniènne à Pylos en Grèce, et au labyrinthe des ruines de Cnossos.
Je vous parlerai de la rouelle et de la Svastika, ces symboles indo-européens que l’on retrouve dans les temples bouddhiste, hindous, et sur les pièces archéologiques celtique dont la stèle celtique datant du Ve siècle avant notre ère. Je vous parlerai des triskels de JinSha et de SanXingDui au Sichuan en Chine fort semblables au triskel celte. Je vous parlerai de la roue médecine en Amérique du nord, assimilant les saisons aux points cardinaux, aux âges de la vie et aux éléments, qui est jaune, rouge, noire et blanche, et du mandala de la roue du temps au Tibet qui est jaune, rouge, noir et blanc. Je vous parlerai de la croix celtique qui, à l’instar de la roue médecine, assimile les saisons aux points cardinaux, aux éléments et aux âges de la vie. Je vous parlerai de l’élément de l’air, du feu, de l’eau, de la terre et de l’éther que l’on retrouve sur le calendrier Maya, le Chorten tibétain, la roue médecine Amérindienne et la croix celtique.




l'arbre de l'humanité - Labyrinthe hopi tapu'at

Tapu'at hopi

Le tapu'at, ou le labyrinthe hopi, est la symbolique cosmique de la terre et du chemin que doivent prendre les hommes pour vivre en harmonie avec elle. Les hopi sont un peuple pacifique d'Amérique du nord, et il est curieux de constater que leur symbole ancestral ait été retrouvé en crête, en Europe, lors de fouilles archéologiques. En effet, ce même labyrinthe hopi fut représenté en Crête sur une pièce de monnaie à knossos et sur une plaque d'argile à pylos durant l'antiquité, ce qui prouverait qu'un échange culturel entre Amérindiens et Européens a probablement eu lieu.


l'arbre de l'humanité - Labyrinthe de Pylos

Labyrinthe antique trouvé à Pylos en Grèce

Ce labyrinthe, que l'on a également retrouvé sur une pièce de monnaie à Knossos lors de fouilles archéologique en Crête, n'est pas sans rappeler le tapu'at du peuple hopi en Amérique du nord.


l'arbre de l'humanité - Labyrinthe de Knossos

Pièce de monnaie antique trouvé à Knossos en Grèce

Le layrinthe gravé sur la pièce de monnaie à knossos, en Grèce, que l'on retrouve aussi sur le labyrinthe de Pylos, est tout à fait identique au labyrinthe Hopi nommé Tapu'at, en Amérique du nord.


l'arbre de l'humanité - Roue du temps

Mandala tibétain appélé roue du temps ou Kalachakra.

Nous pouvons constater la troublante similitude entre la roue médecine des indiens d'Amérique et la roue du temps dans le tantrisme Tibétain. En effet, il s'agit, comme la roue médecine, d'un cercle dans lequel s'inscrivent quatre directions dont les couleurs rejoignent celle de la roue médecine, le jaune, le blanc, le noir et le rouge. Comme les indiens d'Amérique, les tibétains considèrent le cercle comme le symbole du temps, la croix comme les quatre directions et les quatre couleurs comme les quatre continents ou plutôt comme les quatre grandes nations de l'humanité. Par ailleurs, les scientifiques pensent qu'il existe un lien culturel est génétique entre les tibétain et les indiens d'Amérique du nord.


l'arbre de l'humanité - La roue de la vie

Roue de la vie dans la culture indo-européenne hindou et bouddhiste, dit Dharmachakra.

Cette roue est d'origine indo-européenne, c'est pourquoi nous la retrouvons tant dans la culture celtique que dans la culture asiatique. Elle symbolise le temps et désigne l'est, le sud-est, le sud, le sud-ouest, l'ouest, le nord-ouest, le nord, le nord-est et le centre. Cette roue est une représentation du temps, du cycle, qui chez les asiatiques est immuable et qui chez les celtes correspond aux fêtes de samain, du solstice d'hiver, de imbolc, de l'equinoxe de printemps, de beltaine, du solstice d'été, de lugnassad et de l'equinoxe d'automne. Dans le taoïsme, la symbolique des neuf directions est égallement présente, nous retrouvons ce symbole sur le drapeau de la Corée du sud.


l'arbre de l'humanité - La rouelle celtique

Rouelle, symbole antique dans la culture indo-européenne celtique.

La rouelle celtique est un pont entre la culture Asiatique et la culture Amérindiènne. Nous retrouvons dans la rouelle celtique la roue du temps dans la culture bouddhiste et hindou, et la roue médecine dans la culture Amérindienne. La roue incarne le cycle immuable comme dans la pensé asiatique, les quatre directions assimilent les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre éléments et les quatre âges de la vie comme dans la pensé Amérindiènne.


l'arbre de l'humanité - Le triskel chinois

Triskels de Jinsha retrouvé au Sichuan en Chine.

La notion de trinité était connu en Amérique du nord, en Extrème orient et en Europe. Ce triskel provenant de Jinsha dans la province du Sichuan en Chine n'est pas sans rappeler le triskel celtique en Europe. Les asiatiques considèrent la notion de trinité comme étant la composante crps-âme-esprit, corps physique-corps etherique-corps spirituel. Les hindous connaîsent également la notion de trinité en l'attribuant au dieu braham et ses trois visages brama le créateur, vishnou le conservateur et shiva le destructeur. Ainsi la trinité est une symbolique universelle.


l'arbre de l'humanité - La roue médecine

Roue médecine dans la culture des indiens d'Amérique du nord.

La roue médecine est un symbole sacré des indiens d'Amérique du nord. Le cercle incarne le temps dans lequel sont incorporés les quatre directions. Ils indiquent les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre éléments, les quatre âges de la vie, et s'accompagnent de quatre couleurs jaune rouge noir et blanc. Les Européens connaissaient un symbole similaire, et la croix celtique s'est inspiré du vieux symbole de la terre représenté par un cercle dans lequel s'inscrivait le quatre directions. Les européens des temps anciens, comme les Indiens d'Amérique, assimilaient les quatre saisons aux quatre points cardinaux, aux quatre élément et aux quatre âges de la vie. Dans la pensé Européenne de jadis, il était dit Que le printemps était chaud et humide comme l'air, l'été était chaud et sec comme le feu, l'automne était froid et humide comme l'eau, l'hiver était froid et sec comme la terre. La cosmologie des Indiens d'Amérique est identique à la cosmologie des Européens des temps anciens, il assimilaient le printemps à l'est et à l'enfance car le soleil se lève. L'été est assimilé au sud et à la maturité car le soleil est toujours présent. L'automne est assimilé à l'ouest et à la vieillesse car le soleil se couche. L'hiver est assimilé au nord et à la mort car le soleil n'apparaît jamais. Ainsi cette cosmologie constituait un repère logique dans l'espace-temps.


american indian sacred wheel

American indian sacred wheel, la roue médecine des indiens d'Amérique aux quatre couleurs, aux quatre vents, aux quatre nations.


L'arbre de l'humanité - Les quatre éléments

Il est un fait visible chez les Amérindiens, les Européens et les Asiatiques (Tibet), celui de la notion des quatre éléments. Aussi, au centre de ces quatre éléments est représenté l’éther, qu’il s’agisse de la roue médecine des Indiens d’Amérique du nord, du calendrier Maya, du chorten Tibétain, des symboles maçonniques Européens et des antiques principes grecs.

De tout temps, partout dans le monde, la notion des quatre éléments terre, air, eau, feu a été le principe de base de la création. Le peuple Hopi en Amérique du Nord pense que, suite à l’ignorance des hommes envers la nature, la terre a déjà été purifiée par l’élément de la terre formant les montagnes et les continents, par l’air engendrant l’ère glacière, par l’eau engendrant le déluge. Si l’homme ne demande pas pardon à la terre, disent les hopi, alors la terre sera purifié par le feu. Mais s’ils parviennent à apaiser la colère de notre mère la terre, ils passeront dans le prochain monde.
Le peuple hébreu vivait dans la dualité, il connaissait deux principes, soit le feu qui est masculin, et l’eau qui est féminin. Aussi l’étoile de David comporte le symbole masculin du feu représenté par un triangle dont la pointe est orientée vers le haut tandis que le symbole féminin de l’eau, représenté par un triangle dont la pointe est orientée vers le bas, vient s’inscrire dans le cercle de l’harmonie et de l’équilibre. Cette étoile à six branches évoque donc l’équilibre entre le masculin et le féminin, l’eau et le feu, à l’instar du principe yin et yang dans le taoïsme.
Ces deux triangles ont été repris par les alchimistes et les francs-maçons. Au triangle masculin du feu, il fut ajouté une barre horizontale afin de symboliser l’élément de l’air qui est lui aussi masculin. Tandis que le triangle féminin de l’eau comporte une barre horizontale afin de symboliser l’élément de la terre qui est également féminin.

A ces quatre principes matériels que sont l’air, le feu, la terre et l’eau, il fut ajouté quatre vibrations dont le chaud, le froid, le sec et l’humide. Ainsi l’air masculin est chaud et humide, le feu masculin est chaud et sec, l’eau féminine est froide et humide, la terre féminine est froide et sèche. Cela permit d’adapter ces éléments aux points cardinaux eux-mêmes reliés aux points cardinaux. Le printemps, relié à l’est et à l’enfance, est chaud et humide comme l’air. L’été, relié au sud et à la maturité, est chaud et sec comme le feu. L’automne, relié à l’ouest et à la vieillesse, est froid et humide comme l’eau. L’hiver, relié au nord et à la mort, est froid et sec comme la terre.
L’éther est considéré par certains comme étant le cinquième élément. Pour le reste, l’idée de changer le plomb en or grâce à la pierre philosophale et à l’éther n’est qu’une métaphore, le cœur de plomb doit devenir un cœur d’or grâce à la pierre philosophale qui est en chacun de nous et dont le perfectionnement n’est jamais terminé.


L'arbre de l'humanité - L'assiette de Samarra

L'assiette de Samarra provient d'Irak et date de -5000 ans avant notre ère. Elle comporte une swastika et souligne ainsi l'anciènneté de ce symbole indo-européen représentant les quatre points cardinaux. Cette assiette démontre le lien très ancien qui unit la culture Européenne à la culture Asiatique.


L'arbre de l'humanité - le génie aux fleurs

Cette sculpture, appellé "le génie aux fleurs" a été retrouvé en afghanistan et date de l'an 400 de notre ère. Elle ornait le monastère de Tapa Kalan à Hadda. Cette sculpture, dont la technique est d'origine greco-romaine, témoigne de la grandeur de l'Afghanistan dans les temps anciens et évoque un monde subtile aux moeurs libérées.


L'arbre de l'humanité - Cueva de las manos


Ces mains proviènnent d'un lieu appellé Cueva de las manos, sur le site du Rio de la pinturas en Argentine et datent de - 9500 ans de notre ère. Ces mains ne sont pas sans rappeler les mains imortalisées dans la grotte de lascaux en France et il est troublant qu'à la même époque, dans deux contrées éloignée, se pratiquaient les mêmes rites.


La suite dans un instant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Historique:L'arbre de l'humanité....(présentation+textes)   Lun 31 Aoû - 12:39

L'arbre de l'humanité - Le collier du kenya

Cela me fait plaisir de parler enfin de l’Afrique dans ma catégorie « L’arbre de l’humanité. Je désespérais et en venais à me dire qu’il ne restait décidément plus grand chose de la culture africaine. Le discours Hopi sur le kenya m’a tout de suite interpellé. En 1986, Lee Brown, représentant amérindien Hopi, disait au Concile indigène : « J'ai parlé à des gens du peuple noir et leurs tablettes sont au pied du Mont Kenya. Elles sont gardées par la tribu des Kikuyu.
J'ai eu l'honneur de donner un calumet sacré taillé dans la pierre rouge du mont Kenya à la Tribu des Kikuyu. J'étais à un rassemblement spirituel indien il y a 15 ans. Un guérisseur du Dakota du Sud posa une roue magique en perles au centre du groupe et demanda « D'où vient-elle ? » On lui répondit : « Probablement du Montana, ou du Dakota du Sud, ou peut-être du Saskatchewan. » Il dit : « Ceci vient du Kenya ». Les perles étaient exactement comme les nôtres, de la même couleur ». J’ai donc cherché à quoi ressemblait ce fameux collier traditionnel kenyan et, en effet, il comporte les couleurs jaune, rouge, noire et blanche. Comme la roue médecine des Indiens d’Amérique. Comme le Kalachakra du tibet. Ces deux symboles Amérindiens et Asiatiques sont également présents dans ma catégorie « L’arbre de l’humanité », ma joie fut grande de savoir que les Africains connaissaient ce symbole, ils complètent ainsi le cercle. Un pas de plus dans la grande famille humaine.

Malheureusement je n'ai pu publier la photo car elle est sous licence, mais nous pouvons la voir à l'adresse suivante:
http://www.fotosearch.fr/ICN294/f0018552/

L'arbre de l'humanité - Le christianisme primitif

Le plus vieux symbole du christianisme était une croix inscrite dans un cercle, il en existe quelques répliques en Europe. Cette croix est une survivance du symbole gravé sur les rochers depuis le néolithique, rejoignant la roue médecine des indiens d'Amérique et le kalachakra tibétain.


L'arbre de l'humanité - Le labyrinth universel

Partout dans le monde ont été trouvés des labyrinthes identiques, un même symbole universel


Ulmekarr (Gribbestad) sweden
Tibble (Nikoping) Sweden
Jungfrun (Kalmar) Sweden
Isle of gotland, sweden
Troy farm labyrinth (Somerton) UK
Hollywood-stone UK
St Agnes, UK
Oraibi, USA
Pansaimol (Goa) India
(Shamali) Afghanistan
(padugula) India
(Machcesk) osetie
Solovski babylon (zayatsky island) Russia
Isle of weir, Finland
Nazca, Peru
machu pichu, Peru
Pylos, greece
Knossos, greece
Pompéi, Italia
Caulside burn (kirkcudbrightshire) Scotland
Sibbo, Finland
Kom ombo, egypt
Mogor (pontevedra) spain

Ces labyrinthes, gravés sur la roche ou les murs d'un temple, sur des pièces de monaie ou des tablettes, ou reprduit sur le sol par un alignement de pierres, datent du néolithique.


L'arbre de l'humanité - Le stupa

Dans de nombreux pays asiatiques, l'on trouve un édifice appellé Stupa, ou chorten. Il symbolise les quatre éléments, commençant par la terre, puis l'eau, le feu, l'air, et le vide qui se pourrait être l'éther. Les gens tournent autour du stupa dans le sens du soleil, soit dans le sens des aiguilles d'une montre. Comme dans les cérémonies Amerindiènnes et celtiques. A l'origine, dans le chamanisme tibétain, demeurait la croyance aux quatre éléments, les mêmes qu'en Europe et en Amérique, représentés sur les stupas. Bien plus tard vint la croyance des cinq éléments eau, terre, feu, bois et metal.


L'arbre de l'humanité - Le wigwam


L’habitat conique semble être l’habitat le plus vieux et le plus répandu dans le monde. En Amérique du nord, il s’agissait du Wigwam, plus tard remplacé par le tipi. Le Wigwam est une tente ou une cabane de forme conique recouverte de peaux ou d’écorce, mais dépourvue de doubles parois et de doubles volets contrairement au tipi. En Scandinavie, le peuple Saami utilisait un habitat similaire appelé Laavu, cette tente comporte une large ouverture sur le toit. En Russie, cet habitat est utilisé par divers peuples tels les Nenets, les Dolgans, les Evenks et les Tchouktches, cet abri se nomme un Tchoum. Les Tsaatans de Mongolie, éleveurs de chevaux et vivant dans la taiga, utilisent une tente identique au wigwam et sont souvent comparés aux indiens d’Amérique. En Chine, Le Peuple Hezhe du Heilongjiang utilise une tente conique en écorce de bouleau, et le peuple Ainu de Hokkaido utilise également une tente identique au wigwam recouverte de peaux. Cet habitat peut aussi être recouverte d’herbage, ce type d’habitat est appelé wickiup en Amérique et Golomo en Russie.


L'arbre de l'humanité - The sacred stone tablets

Les prophéties Amérindiennes sont à la mode, toutes plus délirante les unes que les autres. Personnellement, je me réfère aux croyances traditionnels comme le retour du bison blanc dans la tradition Sioux, et la parole de Wovoka le vieil Ute dans la tradition Paillute, à l’origine de la danse dite « ghost danse » qui devait rassembler les nations d’Amérique du nord. Pour le reste, tout ce qui sort de nulle part est à considérer avec mesure. J’ai cependant été séduit par une curieuse histoire, il s’agit de tablettes anciennes conservés aux quatre coins du monde par les peuples Africains, Asiatiques, Amérindiens et peut-être Européens. Depuis le temps que je cherche les liens originels qui unissent les peuples, j’ai relevé de grandes similitudes d’un point du globe à un autre, tel le labyrinthe de Pylos visible en suède, en Amérique et en Inde, ou encore la roue médecine Amérindienne identique au Kalachakra tibétain. C’est pourquoi des plaques anciennes identiques, aussi vieilles que l’humanité, conservés dans la mont Kenya, dans l’Himalaya, dans les Alpes ou dans les rocheuses ne m’étonne guère.
Au temps où les peuples ne formaient qu’une seule humanité, disent les Hopi, ils se divisèrent en quatre peuples et partirent vers les quatre points cardinaux, formant les peuples jaune, rouge, noir et blanc. Avant leur départ, il leur fut confié à chacun des plaques aux motifs identiques, ils devaient les conserver précieusement jusqu’au jour où les peuples s’uniraient et se mélangeraient. J’ignore l’origine de ce discours Hopi rapporté par écrit, mais j’en ai relevé quelques phrases.

“The stone tablets of the yellow race of people are kept by the Tibetans”.
Les Hopi ont reçu à plusieurs reprise la visite de délégations tibétaines, aussi il est indiqué dans ce texte que les plaques gardés par le peuple jaunes serait conservés dans l’himalaya.

“The guardians of the traditions of the people of Europe are the Swiss”
Les gardiens de la tradition Européenne, disent les Hopi, sont les Suisses. J’en conviens tout à fait, car les fêtes Suisses ont conservé des rites païens comme l’importance des arbres dans les cérémonies et les Klauss, ces bons esprits effrayant venus chasser les mauvais esprits. Par ailleurs, les Suisses veillent à la conservation des arbres et des forêts dits « vénérables ». Cette Phrase sous-entend que les plaques propres au peuple Européen seraient conservés dans les Alpes. 

“I talked to people from the black race and their stone tablets are at the foot of Mount Kenya. They are kept by the Kukuyu Tribe”.
Cette phrase dit que les plaques propres au peuple Africain sont gardé par le peuple Kukuyu et seraient conservés sur le mont Kenya. Il fut par ailleurs mentionné l’existence d’un collier Kenyan identique à la roue médecine des Indiens d’Amérique. J’ai cherché ce collier, et je l’ai trouvé sur le site de photosearch.

L’existence des plaques du peuple Amérindien Hopi avaient déjà été mentionné dans le livre de Sandy Johnson « Le livre des anciens » qui avait parcouru les resserves afin de donner la parole aux représentants de chaque nation. J’aimerais croire en cette histoire, car pour une fois elle est tangible et reste assez terre à terre. Chimère ou réalité, à suivre...


L’homme blanc, l’homme rouge, le rendez-vous manqué


L’homme blanc, l’homme rouge, le rendez-vous manqué

Les peuples d’Amérique et les peuples d’Europe étaient similaires. En effet, les deux continents se rejoignaient par la banquise il y a 20 000 ans et la présence de gènes européens datant de cette époque retrouvés sur des restes amerindien témoignent d’un mélange culturel.
Il est tout à fait possible que les deux mondes aient été en lien sachant que les vikings ont découvert le Labrador en l’an 1000 et que d’autres avant eux ont peut être foulé l’Amérique.
A cette époque, l’Asie rejoignait l’Amérique par le détroit de Bering et l’Amérique rejoignait l’Europe par la banquise, de fait les aller et venus des peuples d’un continent à l’autre étaient courants, à tel point que l’on retrouve les mandala de sable au tibet comme chez les navajo durant les rites de guerison, le kalachakra tibetain et la roue médecine d’amérique du nord sont identiques.
De même, on retrouve le labyrinthe de Pylos gravé en grèce, en Espagne, en suède, aux USA et au pérou. Le monde n’était pas encore divisé.
A la fonte des glace, le peuple rouge fut séparé du peuple blanc et du peuple jaune, il évolua d’une manière qui lui était propre, dans un attachement à la terre, comme les blancs évoluèrent dans le besoin de comprendre la science et les asiatiques dans la réflexion profonde du sens de la vie. 
Les européens d’alors, celtes, daces, germains, vivaient en accord avec le monde. Ils adoraient des arbres dit sacrés, ceux-là même qui seront détruits sous l’ordre de saint martin. Ils pensaient soigner les malades en accrochant à leur branche leurs vêtements comme cela ce fait encore aujourd’hui, allaient prier aux source comme la source de la seine qui était un lieu de pèlerinage sous l’antiquité. Ils étaient en accord avec les animaux, les daces se disaient « frères des loups », les celtes ne chassaient les sangliers uniquement pour les jours de fête. 
Ils croyaient aux esprits, laissaient entrer l’esprit des défunts dans les foyer pour Samain et halloween, se déguisaient en « klauss » lors de fêtes dans les Alpes, en Allemagne et en Roumanie. Ces esprits effrayants étaient pacifiques et leur aspect effrayant servait à éloigner les mauvais esprits. Ils intégraient la sexualité dans les fêtes religieuses, chez les Romains lors des Lupercales, chez les celtes lors de Beltaine, et les statues de brigid en Irlande en disent long. Ils prenaient en compte, lors des rites, des quatre directions.
Sur un plan logique, la science européenne devait s’allier à la sagesse asiatique, pour ensuite découvrire au delà du dessert le détachement africain face à l’avidité et la complication des choses. Par la suite, l’homme blanc devait aller à la rencontre de l’homme rouge et partager avec lui l’amour de la terre et de toute forme de vie. Mais entre temps, les choses ne se sont pas déroulés ainsi. 
Les peuples amerindiens savaient que l’homme blanc allait venir depuis l’est, et sa venue était grandement attendu. «un jour un homme blanc viendrait et les aiderait à transformer le continent entier en un paradis spirituel» dit le peuple hopi.
On peut lire dans « le livre des anciens » de Sandy Johnson « Quand les blancs sont arrivés, nous les avons accueillis les bras ouvert. Mais quand ils ont commencé à nous tirer dessus, nous avons compris que l’homme blanc avait perdu son chemin ». Que s’est t’il passé ?
Tout d’abord, l’empire romain n’a pas pu entrer en contact avec l’Asie, car les parthes en gardait jalousement le secret. Cesar pensait partir en bataille contre les parthes afin de percer un chemin entre l’Europe er l’Asie, mais il sera assassiné quelques jours avant cette bataille réprouvé par son peuple.
L’empire Romain, affaibli et ruiné, est en proie aux invasions barbares et aux guerres civile. Aussi l’empereur Constantin remporte la victoir sur son rival Maxence. Il se convertit au christianisme et fonde le premier concile de Rome en 313. Durant ce concile, les bases du christianisme sont établies, les fêtes païennes deviennent des fêtes chrétiennes, le triskel et la roue solaire deviennent la trinité et la croix chrétienne. Les elfes nordiques deviènnent les anges et les démons, la date de naissance de Jesus coïncide au solstice d’hiver tandis que celle de Jean coincide au solstice d’été. Les signes du zodiac sont d’ailleurs représentés sur le fronton et les vitraux le la cathédrale de Chârtres. Le christianisme devient religion d’état, et les anciennes croyances sont détruites.
Ainsi les arbres sacrés sont détruits, les loups et les chats diabolisés et la sexualité taboue. La religion s’impose par la force aux peuples d’Europe, jusqu’aux nordiques qui seront convertis le couteau sous la gorge par Charlemagne. C’est dans cet état d’esprit déformé que les Européens vont partir à la conquête du monde.
Si les libres et farouches guerriers vikings ont posé le pied sur le Labrador en Amérique du nord en l’an 1000 et y ont établi des constructions, l’église avait interdit aux européens de traverser la mer. Elle avait imposé la croyance en une terre plate, et brûlait au bûcher toute personne disant que la terre était ronde. Ainsi, au fil des siècles, les marins n’osaient plus s’aventurer au delà de la méditerranée, persuadés que la terre était plate et que le navire tomberait dans le vide derrière l’horizon.
Notons toutefois que les romains connaissaient l’existence d’un continent au delà de l’atlantique, que les druides étaient de fins astronomes ayant élaboré le calendrier de Coligny et qu’en 1047 le scientifique arabe Al Birouni calculait la circonférence de la terre à 45 550 km.
Nous en sommes donc là, lorsque le clergé découvre qu’il serait bon de découvrire de nouvelles terres pleines d’épice et de minerais afin de remplir les caisses vides. Amerigo Vespucci se lance à la recherche d’un nouveau continent et longe les cotes de l’Amerique en 1490. Aussi il fait immédiatement parvenir un message à Rome pour les informer de sa découverte, et nomme ce continent Americus Vespucius. En 1492, Christophe Colomb devance son rival en posant le pied sur Americus, il devient le premier homme à avoir officiellement posé le pied sur le nouveau monde, même s’il fait mine d’avoir découvert les indes.
En voyant les voiles sur la mer, et en découvrant ces êtres en armures montés sur des chevaux, les amerindiens se sont rappelés les prophéties qui annonçaient la venue du frère blanc depuis l’est, aussi les ont t’ils accueillis avec joie. Mais très vite, les premiers contact tournent mal. Cortes met à sac l’empire Astèque en 1521, l’empereur se rend et est torturé pour savoir où se trouve le tresor astèque, en vain. Les espagnols affaiblissent l’empire Maya en provoquant des querelles internes et prenant le territoire comme un fruit mûr en 1524. Francisco Pizarro fait emprisonner par surprise l’empereur Inca en 1532 et demande de l’or contre sa libération, puis l’exécute après avoir reçu ses 6 tonnes d’or.
En dix années, les conquistadors mettent fin aux grandes civilisations amérindiennes et s’élancent désormais vers le nord. 
Don marcelino indique « La première rencontre, il y a environ 500 ans, entre Européens et Amérindiens fut une rencontre manquée. Il est temps de réunir les sagesses amérindiennes et occidentales dans la Paix, l’Amour et l’Harmonie ».


Ce qui unit les amérindiens et les européens

Comparaison des symboles ancestraux amerindiens et européens.
 
Il n'est pas impossible que les Européens et les amérindiens aient été en contact plus tôt qu'on ne le pense, et qu'à la base les deux traditions aient des sources communes.
Les vikings ont établi des camps au Goenland et au Labrador vers l'an 1000, durant l'ère glacière de würm il était plus aisé de passer d'un continent à l'autre et cela a d'ailleurs été possible pour les peuples d'Asie lorsqu'ils ont traversé le détroit de béring. Par ailleurs, on retrouve dans la génétique des traces Européenne et asiatique mellé dans le code génétique amérindien datant de milliers d'années. Ainsi, suite à la découverte d'un corps inuit congelé depuis 4000, ses gènes ont été étudiés par Ramussen. Il fut avéré qu'une partie des gènes à partir de M346 selon le classement étaient amérindiènne mais une partie en deça de M242 était d'origine européenne et conculuait en un brassage génétique entre amérindiens et européens bien avant la découverte de l'Amérique par les vikings et les européens.
J'ai été surpris de savoir que les quatre grand peuples de l'humanité se différenciaient génétiquement mais les scientifiques avancent que ces différences génétiques sont survenus par l'isolement des differents groupes humains durant un temps assez long afin de s'adapter à leur propre environnement, mais à la base nous avions tous le même code génétique et cela n'est qu'une question de mutation nécéssaire à la survie et au tri selectif naturel.
Sur le plan culturel et spirituel, nous partageons aussi de nombreux points de vus similaires. Il est interessant de constater que le labyrinthe sacré des Amerindiens, le Tapu'at, ou encore Tohono o'dham papago, le chemin de la terre, est gravé sur la roche à Bohuslan en scandinavie avec le même motif, mais aussi sur des pièces de monaie à Knossos en Crète. On le retrouve aussi en Espagne, en Angleterre et en Russie.
La roue médecine, ou médicine wheel, symbole d'Amerique du nord représentant les quatre saisons avec les quatreéléments, les quatre points cardinaux, les ages de la vie, est encore représenté gravée sur la roche de Bohuslan en scandinavie, et représentée sur les plus anciènnes croix celtiques d'Europe comme celle du cornwall. En effet, les Européens célébraient les solstices et les equinoxes qui plus tard furent remplacés par les fêtes chrétiènnes. Dans la pensé druidique, les saisons sont liés aux quatre directions et aux quatre éléments.
Les amérindiens priaient dans des cercles de pierres à rayons comme les duides le faisaient dans les nemeta et dans de pareilles construction de pierre comme à stonehenge. Les peuples d'Amérique et les peuples d'europe voyaient une âme en toute chose et priaient les arbre sacrés plus tard détruits par saint martin, et les sources d'eau.
Les daces, peuple des forêts de roumanie, se disaient "hommes semblables aux loups" et l'on peut les voir représentés sur la colone de Trajan combattant les dernières légions romaines.
Ainsi les peuples d'Amérique et d'Europe sont très liés, comme deux vieux frères
 

American indians and Europeans have same spiritual symbols

Comparison with American indians symbols with Old Europeans symbols


Mais que s'est t'il donc passé en Mésopotamie il y a 6000 ans, à une époque où les peuples de la terre étaient encore archaiques ? Rome, fondé en - 753 avant notre ère, n'existait pas encore. Pas plus que la civilisation grèque qui a débuté en - 1550 avant notre ère. Ces deux grandes civilisations se sont d'ailleurs inspirés de la civilisation mésopotamiènne. La Chine n'était même pas une civilisation, la première dinastie Chinoise archaique, celle des Xia, n'ayant débuté qu'en -2205 avant notre ère, avant la première grande dynastie Qin en -221 de notre ère.
Quelle étrange région que celle-ci, dans l'Irak actuelle, qui fut témoin des premiers évenements bibliques dont celui d'Abraham qui est le père des grandes religions monothéistes actuelles. Durant la guerre en Irak le site archéologique de Ur a été très abimé par les troupes et leurs véhicules, et le site de Uruad a été bombardé. De même, à Uruk Warka, la guerre a rasé une partie d'une ancienne ville summerienne. Ur avait d'ailleur été bombardé en 1991, causant la destruction de Stesiphon, Ninive et le palais d'Assurbanipal. Ninive est d'ailleurs le site archéologique où avait été retrouvé le Mul Apin, soit une plaque datant de -1000 et sur laquelle fut répertoriée 66 constellations. Sur les 15 000 objets pillés au museum de Bagdad au début du conflit le 11 avril 2003, 4000 d'entre elles ont pu être retrouvé, au cours de ce pillage ont aussi disparu des milliers de tablettes qui n'avaient pas encore été déchiffrées.
La civilisation Summerienne, qui reigna entre -4500 et -4000 avant notre ère fut suivie de la civilisation akkadienne en -3000 puis Babylonienne en -1792 avant notre ère. La civilisation mesopotamienne fut si avancée que rien n'avait vraiment changé en 6000 ans avant l'arrivée du numérique. Ils connaissaient toutes les constellations, ils avaient mis au point un calendrier composé de 12 mois ayant chacun 30 jours. ils connaissaient les planêtes du système solaire, le soleil et la lune bien sur (Shamash et Sin), mercure (Nabou), venus (Ishtar), mars (Nergal), jupiter (Mardouk), saturne (Nin-Urta). Il ont développé des methodes de calcul, de multiplication, de division, d'arithmetrique, ainsi que la géométrie, l'architecture. Il avaient un système de calcul à base de 60, 60 seconde pour 1 minute, 60 minutes pour 1 heure si bien que le temps était calculé avec précision à l'aide d'un gnomon. Ils ont inventé l'écriture, immortalisée sur des plaques en argile, utilisées dans l'administration. Ils avaient aussi développé une organisation économique, politique et militaire.
Leur savoir fut ensuite repris par les grecques, puis par les romains, avant que les arabes perpétuent le domaine scientifique tandis que l'Europe sombrait dans l'inquisition et le moyen âge. C'est sur ces terres, au moyen orient, que les arabes ont repris le savoir des grecques et des romains. Al Kharizmi rédige le premier traité de calcul arabe en 823 de notre ère qui sera traduit en latin en 1145, que Ibn Younis dessine la carte des constelations en 1006 et que Al birouni calcule la circonference de la terre en 1047. Les arabes ont réintroduit les chiffres en Europe, aussi l'Europe découvrant l'antiquité à la renaissance pu à nouveau se développer.



[size=24]Melange humains

[/size]
Voici quelques mélanges rares amerindiens, aficains, asiatique et Européens. Quand une personne est afro-asiatique cela s'appelle Blasian. Si une personne est sino-européenne cela s'appelle eurasien, sans doute le visage qu'avaient nos ancêtres du caucase et ce même visage que l'on retrouve dans la communauté ouigours, huizhe, en Chine.
 
Mizuo Peck est le fruit d'un mélange amerindien, asiatique et européen
 
Rachel Lauren Stevens est le fruit d'un mélange européen et asiatique
 
Tyson Beckford et le fruit d'un mélange africain et asiatique
 
Christopher Judge est le fruit d'un mélange amerindien et africain


[size=24]Quand le soleil tire la langue

[/size]

Pour une raison inconnue, le soleil était réprésenté [size=18]chez les anciens avec la langue tirée. Ici la célebre oeuvre d'art maya et une pièce Thrace (est de l'Europe) datant de -400 avant notre ère.[/size]
[size]


Four humans red yellow white black




bonne après midi 1            Ninnenne      blog   odeurdelaterre       [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Historique:L'arbre de l'humanité....(présentation+textes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Historique:L'arbre de l'humanité....(présentation+textes)
» Le Roman Historique: présentation
» Présentation du Staff - Historique
» Oméga mouvement 30 millimètres : Revue historique et présentation de ma petite nouvelle Oméga 30 T2
» Symbolique : L’ARBRE COSMIQUE

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: