AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Petites citations diverses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26764
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Petites citations diverses   Ven 9 Oct - 15:03

"Si je devenais nuage
Je trouverais un nuage
Qui serait toi."
            Eugène Guillevic
Lu dans:
Eugène Guillevic. Possibles futurs. Lyriques. 1989

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Le bruit très bas     à peine si on l'entend
de la source timide     cachée sous la verdure
entre les menthes     les guimauves le cresson
la source qui fait modestement son travail de source
mais va rejoindre par de très longs chemins
l'océan Atlantique."
        Claude Roy

Au terme d'une journée tissée d'activités infiniment modestes, dans lesquelles beaucoup se reconnaîtront, surgit le doute quant au sens de toute activité humaine. J'aime écouter à cet instant le bruit très bas de la source qui fait modestement son travail de source, ou comme le dit Philippe Claudel de l'homme qui aura tenté modestement de faire  son travail d'homme. 

Lu dans:
Claude Roy. Les pas du silence. Gallimard. NRF. 1993. 271 pages. Extrait p. 157.
Philippe Claudel, RTBF 5 octobre 2015. Entrez sans frapper.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
«Dieu nous rend souvent visite, mais la plupart du temps, nous ne sommes pas chez nous. »
            Maître Eckhart (1260-1328). Conseils spirituels

La spiritualité de Maître Eckart a été supplantée par la pleine conscience, le yoga ou l'éveil, mais la question de l'"être à soi" demeure entière. Comment éviter le divertissement de Pascal, cette absence à nous-même et vérifier à intervalle régulier "s'il y a quelqu'un là-dedans?» et le cas échéant où nous sommes. 

Lu dans: 
Christophe André. Sérénité, 25 histoires d'équilibre intérieur. Odile Jacob. 2012. 160 pages. Maître Eckart cité p.83

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Considérez votre nature d'hommes :
Vous n'avez pas été créés pour vivre
comme des brutes,
Mais pour chercher à acquérir vertu
et connaissances."
            Dante

Lu dans :
Dante, La Divine Comédie, "L'Enfer", chant XXVI. Paroles d'Ulysse à ses compagnons.
Phrase reprise en exergue de: Alice Ferney. Grâce et dénuement. Actes Sud 1997. 291 pages.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Tout a commencé avec le bruit d'une mouche. D'habitude, c'est agaçant, et là, non: c'est apaisant. C'est juste la vie. Comme le petit nuage qui passe dans le ciel. Comme les miettes sur la table de la cuisine déserte. En cette après-midi d'été et de vacances, certains font la sieste, les autres sont partis en balade. Et toi, tu es resté là, à bouquiner et à ne rien faire. Tu viens d'entrer dans la cuisine, et tu regardes autour de toi, tu écoutes le silence, ce silence habité: le tic-tac de l'horloge, le ronronnement du vieux frigo. Et la mouche. Le bourdonnement dure quelques secondes, puis disparaît: la bestiole a trouvé la sortie. Dans le sillage de son vol, un peu plus de silence. Et une drôle d'impression. Comment ça s'appelle, cette douceur sans cause précise, ce sentiment que tout est à sa place et que tu n'as plus besoin de rien? C'est ça, la sérénité?"

En quelques mots qui ne racontent rien, une description des intensités du silence et de la paix intérieure. 
  

Lu dans :
christophe André. Sérénité, 25 histoires d'équilibre intérieur. Odile Jacob.2012.160 pages. Extrait p.7

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Le loup et l'agneau dormiront ensemble, mais l'agneau ne dormira pas beaucoup."
        Woody Allen

Lu dans:
Librement adapté du verset biblique d'Isaië (11:6) "Le loup habitera avec l'agneau / Et la panthère se couchera avec le chevreau / Le veau, le lionceau, et le bétail qu'on engraisse, seront ensemble / Et un petit enfant les conduira."

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Le client: Dieu a fait le monde en six jours et vous, vous n'êtes pas foutu de me faire un pantalon en six mois.
Le tailleur: Mais, monsieur, regardez le monde et regardez mon pantalon."
            Samuel Beckett.

Lu dans: 
André Glucksmann. Voltaire contre-attaque. Laffont. 2014. 213 pages. Extrait p.17

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Je ne crois pas que l'agneau se protège du loup en bêlant."
    Alice Ferney

Lu dans:
Alice Ferney. Le règne du vivant. Astes Sud. 2014. 207 pages.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"La colonne s'approche et ce qu'elle désigne en silence,
C'est l'endroit où la vie vaut d'être vécue.
Il y a des mots que nous apprendrons de leur bouche
Des joies que nous trouverons dans leurs yeux.
Regardez-les, ils ne nous prennent rien.
Lorsqu'ils ouvrent les mains, ce n'est pas pour supplier
C'est pour nous offrir le rêve d'Europe que nous avons oublié."
        Laurent Gaudé, Regardez-les

Lu dans:
Laurent Gaudé.  Regardez-les, ces hommes et ces femmes qui marchent dans la nuit. 2015.
Extraits librement assemblés (que l'auteur me pardonne) de Laurent Gaudé: Cris (2001), Le Soleil des Scorta (2004), Eldorado (2006), Danser les ombres (2015)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Au premier verre, l’homme boit le vin, au deuxième, le vin boit le vin, au troisième, le vin boit l’homme. »
             J. Ames.

Le problème avec la gnôle, écrivait Charles Bukowski, l’écrivain de l’ivresse, c’est que s’il se passe un truc moche, on boit pour essayer d’oublier; s’il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter, et s’il ne se passe rien, on boit pour qu’il se passe quelque chose. 

Lu dans :
Jonathan Ames, Dean Haspiel. Alcoolique. Traduit de l’anglais,par Fanny Soubiran, Toussaint Louverture. 2015. 144 pages

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Ce qui manque à nos grandes villes: des endroits silencieux, spacieux et vastes pour la méditation, pourvus de hautes et longues galeries pour le mauvais temps et le temps trop ensoleillé, où le bruit des voitures et le cri des marchands ne pénétreraient pas, où une subtile convenance interdirait, même au prêtre, la prière à haute voix. Des constructions et des promenades qui exprimeraient, par leur ensemble, ce que la méditation et l'éloignement du monde ont de sublime. "
        Nietzsche, Le Gai Savoir (IV, 280).

Lu dans:
Rémy Oudghiri. Déconnectez-vous. Arléa. 2013. 209 pages

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"J'ai le visage d'une femme de 61 ans. Je suis fière de chaque année et de chaque ride"
    Carly Fiorina

La candidate à l'investiture républicaine aux élections présidentielles américaines Carly Fiorina, répliquant aux commentaires inappropriés du candidat Donald Trump sur son physique ("avec un visage pareil, comment espérer devenir présidente des Etats-Unis?"

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Ce qu'il y a de bon en vous     c'est vous
j'aurais pu dire encore
que j'aime tant votre corps
c'est faux     ce que j'aime en vous
c'est vous ."
    Guy Béart

Souvenir lointain d'un récital Béart à Louvain, dans le restaurant universitaire transformé pour un soir en salle de spectacle. D'une scène faite de quelques tables assemblées, avec deux gros baffles et un micro on faisait un concert. L'ambiance était bon enfant, entrecoupée d'effets Larsen, sans bousculades, pertes de connaissance ni de cris. La voix étouffée soutenue par quelques accords de guitare, Béart nous berçait de mélodies intemporelles pleines de bons sentiments comme l'étaient nos vies à l'époque. On frappait dans les mains quand on le sentait, fredonnant à mi-voix "qu'on est bien dans les bras d'une personne du sexe opposé" en lorgnant la voisine, bref une soirée pur sucre qui ne faisait de tort à personne. Puis les ruelles se remplissaient comme les terrasses, la bière coulait entre confidences et projets, on raccompagnait l'Eau vive à sa péda en priant que jamais elle ne tarisse. C'était pas mal.

Guy Béart est mort à Garches ce mercredi.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Que deviennent les maisons quand nous les avons quittées? Que deviennent les lieux que nous avons abandonnés ? Où réside leur esprit désormais absenté? Est-ce qu'ils attendent notre retour, comme des animaux domestiques que nous aurions laissés pour les vacances? Qu'est-ce qui reste après notre départ? Y a-t-il quelque chose même qui reste de notre passage, de notre vie passée en ces lieux, de cette longue fréquentation familière ? Et quoi ?"
        Jean-Marc Besse

Lu dans: 
Jean-Marc Besse. Habiter un monde à mon image. Flammarion. 2013. 254 pages. Extrait p.124, 125, 127
Georges Didi-Huberman.  Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise. Minuit. 2001. 144 pages. Extrait p. 55.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« Dis-moi où est planté le clou qui tient ton tableau, je te dirai combien il vaut. »
        Sagesse d'un collectionneur

Lu dans :
Guy Ribes. Autoportrait d'un faussaire. Presses de la Cité. 2015  236 pages. Extraits pp. 142, 224 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Avoir belle allure sur son chemin, n'est-ce pas le propre de chacun? »
        Walter Hesbeen

La santé comme allure de vie, à certains moments resplendissante, à d'autres infiniment plus hésitante. Michel Dupuis s'interroge, et nous invite à prolonger la réflexion face à ces patients proches que nous côtoyons journellement, parfois très jeunes, paralysés, immobilisés, souffrants et douloureux: comment concilier le projet thérapeutique d'une médecine plurielle et le souhait personnel d'un patient singulier. "À cette occasion, se posent de nombreuses questions: prothèse ou pas? Rééducation ou pas? Forçage ou pas? Installation d un dispositif intelligent ou pas? Utilisation d'une coque ou pas ? Toutes ces questions concrètes trouveront une réponse formulée en fonction de nombreux facteurs médicaux, psychologIques, éthiques, etc., mais toujours dans la lumière d'un horizon d'orientation bien résumé par Walter Hesbeen dans une belle formule: comment garder « belle allure sur un chemin particulier» ?
Lu dans :
Michel Dupuis. Philosophie et anthropologie du corps. Ed. Seli Arslan. 2015. 144 pages. Extrait pp. 83-84.
Walter Hesbeen. Penser le soin en réadaptation. Seli Arslan. 2012. 155 pages. Extrait pp. 11, 47.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Donne à chaque journée un goût d’unique, dont l’eau demain ne saura être remise dans la bouteille.»
Proverbe kényan

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
« Plus le corps est faible, plus il commande»,
Jean-Jacques Rousseau. L'Emile.



Lu dans :
François Gauchet. Vieillir en philosophe. Odile Jacob. 2015.205 pages.  Extrait p. 125

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"L'être humain naît pour être aimé, les biens matériels fabriqués pour être utilisés.
Si le monde est à l'envers c'est en partie parce que les biens matériels sont aimés, et les êtres humains utilisés."
        Sagesse des tags

Tag sur un mur d'usine dans le bourg de Le Harcouêt, département de la Manche.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Quand le dernier arbre sera abattu
    la dernière rivière empoisonnée
    le dernier poisson capturé
alors vous vous apercevrez
    que l'argent ne se mange pas."
        Prophétie amérindienne

Lu sur une vieille cabane bretonne dans un jardin aussi original que son propriétaire. A la fin de la visite, sur une table, du pain et de la confiture s'offrent au visiteur. Insolite mais charmant.  
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Ici plus qu'ailleurs
        se fondent le regard et le coeur"
                Boris Vian 
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"La jeunesse revient comme un souffle chaud parce que les contraintes sociales se sont évaporées. L'esprit de liberté trouve un espace mieux dégagé. Il permet sur le tard des idées, des espoirs, dont personne ne sait plus que faire".
                Teresa Cremisi.
Lu dans:
Teresa Cremisi. La Triomphante. Editions des Equateurs. 2015. 195 pages.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Notre patrimoine génétique est semblable à 99% à celui des chimpanzés. La différence est mince mais pas anodine, hélas, il suffit pour s’en convaincre de nous voir évoluer dans les arbres."
            E. Chevillard



Lu dans:
Eric Chevillard. L'autofictif. http://autofictif.blogspot.be/ 3.7.15. Extrait 2658 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Les premières étoiles apparurent et restèrent suspendues en l'air, tremblantes, comme des clochettes d'argent.
Toute la nuit tinta."
        Nikos Kazantzakis

Lu dans:
Nikos Kazantzakis. Alexis Zorba. Robert Laffont, 1960, 391 pages

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
"Les trésors que je porte au plus près de mon cœur sont des choses que je ne peux pas posséder : la courbe du front d'une petite fille de cinq ans, de profil, et l'espérance vulnérable de la main qui prend la mienne pour traverser la rue. Le chant matinal des oiseaux dans une forêt. L'intensité de la lumière un quart d'heure avant la fin du jour ; la nuance d'un coucher de soleil sur la montagne ; la sphère mûre de ce même soleil bas dans un ciel poussiéreux, dans une photographie saisissante prise en Afghanistan."                                Barbara Kingsolver



Lu dans :
Barbara Kingsolver. Petit miracle et autres essais. Traduit de l'anglais par Valérie Morlot. Rivages Poche. 2010. 352 pages. Extrait p. 37.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
"Si vous saviez combien j’aime l’automne, combien je me sens accordé à cette saison. Les ardeurs de l’été ont pris fin, et avec elles, les tensions, parfois le mal-être qu’elles entraînent. Une douceur est là, présente dans l’air, les lumières, les ciels qui pâlissent. En elle se profile la menace du déclin, et c’est peut être cette menace qui donne tant de prix à la splendeur de ces journées où la vie jette ses derniers feux. (..) De cet automne je passe à celui de l’existence humaine. Pour nous aussi au long des années se succèdent des nuits de gel, des vents dévastateurs, d’implacables journées de canicule, des orages, des sécheresses, des pluies torrentielles, et c’est tout cela qui finit par produire la richesse d’une vie, la beauté d’un visage. Un visage n’est jamais si beau, si émouvant qu’à son automne."
        Charles Juliet

Le visage aimé a pris des rides, devenant paysage. De combien de ces rides aurai-je été responsable, en tant d'années, et quel aurait été ce visage au terme d'une autre existence? Questions sans réponse, que l'automne humain amène à se poser. 

 
Lu dans:
Charles Juliet. Dans la lumière des saisons. P.O.L. 1991. 96 pages
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"La vie n'est pas une plaisanterie
Tu la prendras au sérieux,
Comme le fait l'écureuil, par exemple,
Sans rien attendre du dehors et d'au-delà,
Tu n'auras rien d'autre à faire que de vivre."
            Nazim Hikmet 
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Et j'ai vu des arcs-en-ciel de minuit     tendus de rivage en rivage
un coucher de soleil doré et humide         se refléter dans la mer par une aube glacée
les lueurs de l'aurore et du couchant se fondre en un rayonnement palpitant des eaux
le peigne d'argent du soleil caresser la surface étincelante de la mer
les montagnes se dissimuler derrière un  voile de soleil
au nord, le vaste sund(*) luit d'une blanche clarté
la mer clapote froidement
le dernier passager du bord plonge frileusement dans un nouveau livre."
        K. Capek

Rêver aux paysages lointains a déjà un avant-goût de vacances. 

Lu dans:
Karel CAPEK. Voyage vers le nord.  Traduit du tchèque par Benoît Meunier. Les Editions du Sonneur. 2010. 288 pages. Extrait p.185
(*) Détroit en danois et en suédois, l'Øresund sépare le Danemark de la Suède

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Les secrets sont des choses qu'on ne répète qu'à une personne à la fois, paraît-il. D'ailleurs, il suffit de dire à quelqu'un: Ne le répète surtout pas! pour que la réponse fuse illico: Mais à qui veux-tu que je le dise? Comme si cette mise en garde suffisait à enclencher un processus de recherche ... À qui le répéter? Il faut trouver quelqu'un de pas trop proche de la personne concernée pour ne pas avoir l'impression de trahir, mais de pas trop lointain pour qu'il comprenne quand même de qui on lui parle, et apprécie la valeur d'un tel cadeau."
        Alix de Saint André



  
Lu dans :
Alix de Saint André. Garde tes larmes pour plus tard.  Gallimard. 2013. Folio 5892. 355 pages. Extrait p.70
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Une nuit étoilée
un feu qui rassemble 
une veillée de contes 
les herbes de la St Jean
la contemplation éblouie de la danse amoureuse des flammes.

Un peu de rose, de pourpre et de blanc
une ligne droite, un entrelacs
pétales et branches sous les bois
l’été est là 
je pense à toi."

         L'été à quatre mains, Chantal Dellicour, Alice Guitton    


Lu dans :
Chantal Dellicour transcrit André Dartevelle. A quelle fête? Cantare. 2014. 30 pages. Extrait p.23 
Alice Guitton. Ecrits de ma cabane. Ed.Pailles. 2011. 96 pages. Extrait p.45
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
 "Avoir soulevé toute la nuit des Himalayas - et appeler cela sommeil."
            Cioran



Lu dans : 
Cioran. Oeuvres. Aveux et anathèmes. Gallimard Quarto. 1995. 1820 pages. Extrait p. 1691 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Elle s'est éteinte un soir d'été, alors que j'étais en voyage. Alors, j'ai compris, d'un coup, ce que signifie « être seule ». C'est ne plus avoir, auprès de soi, quelqu'un de qui se faire entendre sans parler."
                Françoise Giroud, évoquant sa mère.

  
Lu dans: ,Françoise Giroud. Histoire d'une femme libre. Gallimard. 2013. Coll. Folio 5887. 265 pages. Extrait p.226
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Deux dangers menacent les finales festives : le chaos des crescendos incontrôlables et l'ennui, la fatigue des diminuendos interminables. En réalité, ce qui est en jeu ici, c'est le souvenir de la fête, ce qu'on emportera d'elle dans le retour à la vie normale. "
    P. Vander Kerken. De Feestvierende Mens.



Lu dans:
Frédéric Debuyst. A la recherche de la simplicité. Publications de Saint André. Les Cahiers de Clerlande n° 13. 2015. 141 pages . Extrait p. 17
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


bonne après midi 1      Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26764
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Petites citations diverses   Mar 13 Oct - 14:30

"Voilà. Ma fille avait obtenu une place. Oh, ce n'était pas une place au soleil, loin s'en faut, mais c'était une place sûre, qu'elle occuperait toute sa vie."
        Corine Jamar.
Lu dans:
Corine Jamar. Emplacement réservé. Le Castor Astral. 2015. Vient de paraître.
Parus au Castor Astral: Soit dit entre nous, j’ai peur de tout (2012), et On aurait dit une femme couchée sur le dos (2014)
(*) Christophe André. Sérénité, 25 histoires d'équilibre intérieur. Odile Jacob. 2012. 160 pages. Extrait p.23

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Si je devenais nuage
Je trouverais un nuage
Qui serait toi."
            Eugène Guillevic

Lu dans:
Eugène Guillevic. Possibles futurs. Lyriques. 1989

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"Le bruit très bas     à peine si on l'entend
de la source timide     cachée sous la verdure
entre les menthes     les guimauves le cresson
la source qui fait modestement son travail de source
mais va rejoindre par de très longs chemins
l'océan Atlantique."
        Claude Roy

Au terme d'une journée tissée d'activités infiniment modestes, dans lesquelles beaucoup se reconnaîtront, surgit le doute quant au sens de toute activité humaine. J'aime écouter à cet instant le bruit très bas de la source qui fait modestement son travail de source, ou comme le dit Philippe Claudel de l'homme qui aura tenté modestement de faire  son travail d'homme. 

Lu dans:
Claude Roy. Les pas du silence. Gallimard. NRF. 1993. 271 pages. Extrait p. 157.
Philippe Claudel, RTBF 5 octobre 2015. Entrez sans frapper.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
«Dieu nous rend souvent visite, mais la plupart du temps, nous ne sommes pas chez nous. »
            Maître Eckhart (1260-1328). Conseils spirituels

La spiritualité de Maître Eckart a été supplantée par la pleine conscience, le yoga ou l'éveil, mais la question de l'"être à soi" demeure entière. Comment éviter le divertissement de Pascal, cette absence à nous-même et vérifier à intervalle régulier "s'il y a quelqu'un là-dedans?» et le cas échéant où nous sommes. 

Lu dans: 
Christophe André. Sérénité, 25 histoires d'équilibre intérieur. Odile Jacob. 2012. 160 pages. Maître Eckart cité p.83

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
Mmamihlapinatapei (trad. "silence très expressif")
        nom commun, en langue de Terre de Feu.

Il est des noms communs exceptionnels. On sait toujours lorsqu'un mamihlapinatapei vient de se produire. Il s'agit de cet instant où deux personnes, de chaque côté d'une table ou d'une pièce, échangent un regard durant lequel elles partagent quelque chose de privé et tacite. Lorsque chacun sait que l'autre comprend et approuve ce qui vient d'être exprimé. Il peut s'agir d'un moment de complicité amoureuse, mais également d'humour ou de bienveillance. Un terme aussi charmant qu'intraduisible.
Lu dans :
Christopher Moore. Les plus jolis mots du monde. Albin Michel. 2006. 160 pages
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Considérez votre nature d'hommes :
Vous n'avez pas été créés pour vivre
comme des brutes,
Mais pour chercher à acquérir vertu
et connaissances."
            Dante
Lu dans :
Dante, La Divine Comédie, "L'Enfer", chant XXVI. Paroles d'Ulysse à ses compagnons.
Phrase reprise en exergue de: Alice Ferney. Grâce et dénuement. Actes Sud 1997. 291 pages.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation :
"La jeunesse revient comme un souffle chaud parce que les contraintes sociales se sont évaporées. L'esprit de liberté trouve un espace mieux dégagé. Il permet sur le tard des idées, des espoirs, dont personne ne sait plus que faire".
                Teresa Cremisi.


Teresa Cremisi quitte la direction des éditions Flammarion et range ses tiroirs. De très belles pages où frémissent à la fois la peur de "vieillir jeune", une envie de tendresse et une fragilité derrière le masque de la guerrière qui constate à quel point ses traces sont dérisoires. "Les idées inexprimables et vaporeuses qui ont traversé ma jeunesse n'ont rien produit. Tout sera vite oublié. Mais ce monde, je l'aurai beaucoup regardé".


  
Lu dans:
Teresa Cremisi. La Triomphante. Editions des Equateurs. 2015. 195 pages.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Notre patrimoine génétique est semblable à 99% à celui des chimpanzés. La différence est mince mais pas anodine, hélas, il suffit pour s’en convaincre de nous voir évoluer dans les arbres."
            E. Chevillard



Lu dans:
Eric Chevillard. L'autofictif. http://autofictif.blogspot.be/ 3.7.15. Extrait 2658 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
En partant j'ai croisé dans le couloir une jeune fille si claire
(Rivière à truites où le soleil plonge perpendiculairement
un beau matin de juin à midi     l'eau chante frais sur les galets)
Elle a des yeux très pâles     Elle est miel et pervenche
Je me suis souvenu du jour il y a très longtemps
assis avec mon ami qui s'en va à la terrasse d'un café
il regardait comme moi passer les demoiselles en robes d'été
et il a dit en riant         Nous regardons passer la vie des autres
Ça lui est bien égal maintenant        De qui sont les paroles
«Je ne manquerai pas au monde     Le monde me manquera?"
            Claude Roy (19 juin 1987, heure des visites)


Lu dans:
Claude Roy. Le Noir de l'aube. Gallimard NRF 1990. 150 pages. Extrait p 34

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Les premières étoiles apparurent et restèrent suspendues en l'air, tremblantes, comme des clochettes d'argent.
Toute la nuit tinta."
        Nikos Kazantzakis

Lu dans:
Nikos Kazantzakis. Alexis Zorba. Robert Laffont, 1960, 391 pages

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
"Les trésors que je porte au plus près de mon cœur sont des choses que je ne peux pas posséder : la courbe du front d'une petite fille de cinq ans, de profil, et l'espérance vulnérable de la main qui prend la mienne pour traverser la rue. Le chant matinal des oiseaux dans une forêt. L'intensité de la lumière un quart d'heure avant la fin du jour ; la nuance d'un coucher de soleil sur la montagne ; la sphère mûre de ce même soleil bas dans un ciel poussiéreux, dans une photographie saisissante prise en Afghanistan."                                Barbara Kingsolver



Lu dans :
Barbara Kingsolver. Petit miracle et autres essais. Traduit de l'anglais par Valérie Morlot. Rivages Poche. 2010. 352 pages. Extrait p. 37.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation :
"Si vous saviez combien j’aime l’automne, combien je me sens accordé à cette saison. Les ardeurs de l’été ont pris fin, et avec elles, les tensions, parfois le mal-être qu’elles entraînent. Une douceur est là, présente dans l’air, les lumières, les ciels qui pâlissent. En elle se profile la menace du déclin, et c’est peut être cette menace qui donne tant de prix à la splendeur de ces journées où la vie jette ses derniers feux. (..) De cet automne je passe à celui de l’existence humaine. Pour nous aussi au long des années se succèdent des nuits de gel, des vents dévastateurs, d’implacables journées de canicule, des orages, des sécheresses, des pluies torrentielles, et c’est tout cela qui finit par produire la richesse d’une vie, la beauté d’un visage. Un visage n’est jamais si beau, si émouvant qu’à son automne."
        Charles Juliet

Le visage aimé a pris des rides, devenant paysage. De combien de ces rides aurai-je été responsable, en tant d'années, et quel aurait été ce visage au terme d'une autre existence? Questions sans réponse, que l'automne humain amène à se poser. 

 
Lu dans:
Charles Juliet. Dans la lumière des saisons. P.O.L. 1991. 96 pages
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"La vie n'est pas une plaisanterie
Tu la prendras au sérieux,
Comme le fait l'écureuil, par exemple,
Sans rien attendre du dehors et d'au-delà,
Tu n'auras rien d'autre à faire que de vivre."
            Nazim Hikmet 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
"Qui sait     qui sait
le navire passera
qui sait     si là
quelqu'un y montera
        là-bas     là-bas
dans l'indigo     là-bas
brume     brume
    énigme     fantaisie ..."
        Paolo Conte

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


bonne après midi 1     Ninnenne    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Petites citations diverses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Citations diverses
» Petites Citations ou autres ....
» Petites citations diverses
» Petites citations diverses
» Petites citations diverses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: citations-
Sauter vers: