AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 VISAGES DU MONDE : FEMMES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: VISAGES DU MONDE : FEMMES   Sam 31 Oct - 14:38

FEMMES, VECTEUR DU CHANGEMENT AGRICOLE EN INDE ET EN AFRIQUE

Comment lutter contre la pauvreté et la sécheresse en Inde et en Afrique subsaharienne : En faisant des femmes le vecteur du changement agricole. C’est l’objectif ambitieux de l’Institut international de recherche sur les cultures des tropiques semi-arides (ICRISAT), dans le cadre du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI). Très actifs dans la lutte contre la crise alimentaire qui secoue la planète, ces instituts entendent promouvoir la petite agriculture vivrière plutôt que « l'agribusiness » pour venir en aide aux pays du Sud. Accès à l’éducation, à la science et aux innovations agricoles, Jérôme Bossuet, chercheur à l’ICRISAT, témoigne à travers ce reportage des actions menées en Inde, au Bénin et au Niger.
« En Inde et en Afrique subsaharienne, les femmes sont un véritable agent de changement dans leurs communautés. Avec l'ICRISAT, nous les avons initiées à des projets comme la bio-réhabilitation des terres appauvries, qui permet de rehausser la fertilité du sol grâce à des méthodes écologiques. De petites innovations comme celle-ci peuvent avoir un grand impact sur la production agricole. C'est aussi un moyen détourné de donner plus de pouvoir aux femmes, à qui l'accès à la terre est normalement très difficile. Le récent sommet du G20 (qui s'est tenu à Cannes les 3 et 4 novembre 2011, ndlr) devait mettre l'agriculture et les questions de sécurité alimentaire sur le devant de la scène, mais ces thèmes ont été éclipsés par la crise de l'Euro. Cependant, le message est toujours d'actualité : si l'on veut résoudre la crise alimentaire actuelle, il faut mettre en valeur le rôle important des femmes, et leur apporter le soutien nécessaire. »
Propos recueillis par Thomas Vitry.
La Journée internationale des femmes rurales, qui a lieu le 15 octobre chaque année, est volontairement célébrée la veille de la Journée mondiale de l'alimentation, afin de souligner le rôle majeur, et trop peu reconnu, des femmes dans l'agriculture. Elles représentent 43% des travailleurs agricoles à l'échelle mondiale et constituent même 70% de cette main d’œuvre dans certaines parties du globe. Mais ces chiffres sont sûrement en deçà de la réalité, car les statistiques officielles de nombreux pays ignorent la contribution des femmes.

Auparavant, Lakshmi confectionnait des paniers en osier pour quelques roupies par jour dans le village de Kothapally, dans l’État d’Andhra Pradesh, en Inde. Elle préside maintenant un groupe communautaire de 33 femmes, possède son propre magasin, une nouvelle maison et jongle entre plusieurs métiers. Les raisons de tous ces changements, selon elle, sont simples : quelques vers de terre et de l'eau !

«Ces vers de terre se nourrissent de n’importe quel déchet organique et produisent alors un compost riche et fertilisant. Ils peuvent même transformer ainsi des herbes toxiques qui envahiraient nos champs en engrais naturel, explique Lakshmi. Les chercheurs de l'ICRISAT nous ont appris comment gérer une entreprise de vermiculture et maintenant, c'est nous qui formons d’autres villageois», poursuit-elle. La demande de vermicompost est importante depuis que les paysans ont suffisamment d’eau pour cultiver, même en saison sèche. Le vermicompost est précieux pour nourrir le sol entre les récoltes et permet d’obtenir de meilleurs rendements pour certaines cultures recherchées, comme la tomate. Le surplus des récoltes est vendu sur les marchés, ce qui a permis d'améliorer la situation économique du village.

A 200 km de Kothapally, la région d’Addakal a souffert d’une terrible sécheresse en 2009. Pourtant, les paysans locaux ont eu des récoltes plutôt bonnes, car les femmes du réseau d’entraide local (« adarsha ») avaient réalisé un plan d’adaptation à la sécheresse grâce à l’Académie Virtuelle pour les Tropiques Semi-Arides, mis en place par l'ICRISAT. Sur cette photo, une formatrice volontaire présente en vidéoconférence, une carte des risques de sécheresse.

Lors de ces conférences - audio ou vidéo - hebdomadaires au centre communautaire, les femmes reçoivent des conseils agronomiques adaptés à la situation de sécheresse, qu’elles pourront partager avec leur communauté. Au cours de ces dialogues, elles apportent des informations de terrain essentielles pour les chercheurs de l'ICRISAT, sur les attaques d’insectes et la pluviométrie locale par exemple, ce qui permet aux scientifiques, en retour, de leur fournir les bonnes réponses à leurs problèmes.

Les paysannes transmettent alors les conseils qu'elles ont reçus au sein de leur village. Ici, en prévision d’un épisode de sécheresse, les chercheurs leur ont suggéré de cultiver des plantes résistantes en période aride, comme le mil, plutôt que l’habituel riz, très gourmand en eau.

En Afrique subsaharienne, les femmes n’ont pas ou peu accès à la terre ; bien qu'elles représentent plus de la moitié de la force vive agricole, elles sont peu reconnues : d’après l'UNICEF, seules 6% des femmes étaient considérées actives au Niger. Là-bas, l'ICRISAT fait en sorte que des groupes de femmes puissent profiter de terres communales délaissées pour devenir maîtresses de leur avenir grâce à la bio-réhabilitation.
Le système de bio-réhabilitation de terres appauvries au Sahel permet de convertir des terres de latérite (sol rouge-brun riche en oxyde de fer et en alumine) stériles en sols productifs. Cela est possible grâce à des techniques traditionnelles de récolte d’eau de pluie et à la culture d’arbres résistants et de légumes localement adaptés. Ce système permet de générer des revenus et d’améliorer la nutrition des familles. Il renforce le rôle de la femme et permet à l'agriculture locale de s’adapter à la grande variabilité climatique de la région, tout en conservant une grande biodiversité. Suite au succès des premiers projets pilotes au Niger, de nouveaux sites ont été choisis dans d'autres districts du pays, Dosso et Zinder.
A Dosso, des groupements de femmes plantent deux sortes de légumes traditionnels dans des cuvettes (sur la photo, elles plantent des graines d'okra), pour garder l’humidité après les pluies. Cette technique simple se répand vite : de 7 ha dans deux villages en 2007, on est passé à 67 ha dans 20 villages en 2009.

Une autre technique, utilisée pour augmenter la productivité, est la fertilisation par micro-dosage. Avec une capsule de bouteille, une femme applique directement au pied de la plante juste ce qu’il faut d'engrais, soit 1/6e de la quantité utilisée en Europe. Les expérimentations de l’ICRISAT montrent que cette technique permet d’augmenter les rendements de 55% en moyenne pour la culture du mil. Cette augmentation s'explique par la pauvreté en nutriments des sols de la région sahélienne.

Sur la photo, une jeune fille se cache derrière un jujubier, appelé « pommier du Sahel », un arbre très résistant à la sécheresse. Dans les tropiques semi-arides comme au Niger, les variétés précoces sont très importantes car elles fleurissent dans un délai très court et échappent ainsi à la élevée. Par exemple, la pomme du Sahel, qui est un fruit indigène, peut survivre avec très peu d’eau et donne de bonnes récoltes : de 6 à 10 kg par arbre pendant 3 ans.

Cette photo a été prise au Bénin, dans un «Jardin potager africain», un nouveau système que nous avons mis en place. Il s'agit d'un kit de production de légumes au goutte-à-goutte à basse pression. Le goutte-à-goutte permet de meilleurs rendements avec moins de travail : pour un jardin de 500 m², il faut 10 minutes pour irriguer la parcelle, là où les femmes y passaient 4 heures par jour auparavant. De plus, cette technique est très économe en eau, car celle-ci est appliquée directement au niveau des racines. Enfin, le goutte-à-goutte utilise moins d’énergie de pompage que l'irrigation classique et fonctionne très bien avec des sources d’énergies renouvelables comme le photovoltaïque. Les pompes n’ont besoin que d’un minimum d’entretien, elles ont une longue durée de vie et fonctionnent avec une source d’énergie abondante au Sahel : le soleil.

Au Bénin, trois groupes de femmes ont utilisé ce système solaire pendant les trois dernières années pour la production des légumes ; cela a eu un impact significatif sur les revenus et la santé dans leur communauté. Chaque femme génère en moyenne 200$ par an sur une surface potagère de seulement 120m². Les jeunes filles sont particulièrement ravies, car elles ne passent plus des heures à arroser et à désherber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: VISAGES DU MONDE : FEMMES   Sam 31 Oct - 14:47

FEMMES, VECTEUR DU CHANGEMENT AGRICOLE EN INDE ET EN AFRIQUE

En ayant accès à des formations adaptées et à des ressources financières, par exemple via des microcrédits gérés par des clubs « entrepreneuriaux » féminins (self-help groups), les femmes démontrent rapidement leur capacité à entreprendre et à améliorer les moyens de subsistance de leurs familles. Cela crée un cercle vertueux de développement local : une meilleure production agricole, une amélioration de la nutrition et de l’éducation des enfants et une augmentation du nombre de commerces. C'est le cas ici, avec les vendeurs ambulants de saris qui commencent à venir au village de Kothapally, en Inde.

VISAGES DU MONDE : FEMMES

Vieille femme Karen en pétard ??!!

Tandis que ces femmes Tamang, ethnie la plus pauvre du Népal, s'occupent du petit bois, les hommes façonnent de gros tas de bûches qu'ils transporteront sur leur dos jusqu'au prochain hameau.

Traditions en Thaïlande : femme Akha

Promenade dominicale

Rêverie sur les remparts de la scala

Perles... pas rares car très nombreuses dans les ornements des femmes Ndebele, Afrique du Sud

Pérou

Pensive à Chichen Itza

Papotage marocain

La marque du dentifrice ! Femme d'une tribu Akha en Thaïlande

Lavandière en Inde, dans la région de Patna

Kautokeino, petite ville du Finnmark au nord de la Norvège, est un important centre culturel Lapon (Sami) . 90% de la population y parle la langue Samie.

Jusqu'au fond de l'âme... Certains regards en sont capables...

Indienne Uros au Pérou.

Femme "Tutsi" (Rwanda)

Femme "Hutu" (Rwanda)

Femme orpaileur dans la rivivère Tsiribihina (Madagascar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: VISAGES DU MONDE : FEMMES   Sam 31 Oct - 14:54

Femme du Sahel

Femme "Apatani" (Etat de l'Arunachal Pradesh, Inde)

Femme "Dongria" (Etat de l'Orissa, Inde)

Femme à la noix d'Argan

De corvée de plonge dans le sud Tunisien

Dans la cohue de Bénarès

Dans un village du Rajhastan

Cou de mou ..manque de sommeil...manque d'espoir...

Cette femme Sherpa retire les mauvaises herbes dans un champ de pommes de terre du Langtang.

Cette dame représente l'une des 60 ethnies qui peuplent le Népal.

Béninoises à Ganvié

bon week-end    Ninnenne       blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VISAGES DU MONDE : FEMMES   

Revenir en haut Aller en bas
 
VISAGES DU MONDE : FEMMES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VISAGES DU MONDE : FEMMES
» (Coll) le tour du monde en 80 femmes( LE STYX)
» Expo Visages et Paysages du Monde à Seraing
» Visages de Femmes
» La situation des femmes à travers le monde

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: