AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 HISTOIRE DU MONDE (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27412
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: HISTOIRE DU MONDE (suite)   Ven 15 Jan - 12:32

Mort du doyen des anciens prisonniers d'Auschwitz


L'entrée de l'ancien camp de la mort nazi d'Auschwitz. Image: AFP
Le doyen des anciens prisonniers du camp de la mort nazi d'Auschwitz-Birkenau, Antoni Dobrowolski, est mort dimanche à l'âge de 108 ans à Debno, dans le nord-ouest de la Pologne. L'annonce de son décès a été divulguée lundi par un historien du musée d'Auschwitz, Adam Cyra.
Né en 1904, cet instituteur polonais organisait pendant la Seconde guerre mondiale des cours clandestins pour enfants, interdits par l'Allemagne nazie en Pologne occupée. Il a été arrêté en 1942 par la Gestapo, la police nazie.
Il a ensuite été déporté à Auschwitz avec le numéro de camp 38081, avant d'être transféré dans les camps de Gross-Rosen puis de Sachsenhausen en Allemagne, où il a été libéré en 1945. Après la guerre, il s'est installé à Debno, où il a dirigé tout d'abord une école primaire, puis un lycée local.
Un million de Juifs européens ont été tués dans le camp nazi d'Auschwitz-Birkenau, devenu le symbole de l'holocauste. Entre 70'000 et 75'000 Polonais non juifs y ont également péri, ainsi que 21'000 Roms, 15'000 prisonniers de guerre soviétiques et 10'000 à 15'000 autres prisonniers, dont des résistants, selon les données du musée du camp.
24 Heures 250

La construction européenne croquée par Plantu en 1992


L'union Européenne vient de recevoir le prix Nobel de la Paix. L'occasion pour Plantu de ressortir un dessin de 1992 !
 
 
Au cours de l'histoire, il y eut trois guerres durant lesquelles la [size=16]France et l'Allemagnes'affrontèrent :[/size]
 



Un galion espagnol découvert dans les fonds marins


L'épave très bien conservée d'un galion espagnol du XVIIIe siècle a été découverte au large des côtes siciliennes, où une célèbre bataille eut lieu en 1718.
 
Un plongeur sous-marin de la police financière et douanière italienne a découvert l'épave très bien conservée d'un galion espagnol du XVIIIe siècle au large des côtes siciliennes, où une célèbre bataille eut lieu en 1718, a annoncé jeudi le commandement de ce corps de police.
Le plongeur, qui n'était pas en service à ce moment-là, a d'abord détecté un canon qui sortait du sable avant d'appeler des collègues à la rescousse pour une trouvaille qui a mis à jour d'autres canons et la majeure partie de l'épave de ce navire de transport, selon un communiqué de la police.
"C'est exceptionnel parce que le navire a été conservé dans son intégralité", a précisé le lieutenant colonel Costanzo Ciaprini, commandant du département aéronaval de la police financière en Sicile.
Selon l'officier, le sable a sauvegardé les canons mais aussi les parties en bois du galion au point que la découverte est comme "une photographie d'il y a trois siècles".
La police financière et douanière est surtout connue pour ses interventions dans les sauvetages de bateaux de migrants arrivant d'Afrique du nord. Ses plongeurs sont également spécialisés dans les naufrages de bateaux commerciaux ou touristiques.
La police a aussi signé un accord avec les archéologues locaux pour les aider dans les recherches sous-marines dans cette zone riche sur le plan historique, où ont été déjà découverts ces dernières années un canon espagnol et deux ancres de l'époque romaine.
"Le chef des services archéologiques locaux nous a dit que le naufrage pourrait s'être produit en 1718 pendant la bataille de Capo Passero", la pointe située à l'extrême-sud de l'île principale de Sicile. Cette bataille entre flottes britannique et espagnole se termina par la défaite de l'Espagne.
Le lieutenant-colonel Ciaprini a suggéré que la zone soit transformée en site archéologique sous-marin protégé ou qu'une partie du galion soit remontée à la surface pour l'exposer dans un musée.
24 Heures 250 ans


Noms de rues: et les femmes?

Rome : Image: Tupungato / Fotolia
ITALIE
Seules quatre rues sur cent sont dédiées à la gent féminine chez nos voisins transalpins. Une professeur de géographie s’élève contre ce manque de visibilité et en appelle aux autorités.
 
Réduites au rang de potiches sur les plateaux de télévision, reléguées au deuxième plan sur la scène politique par la droite comme la gauche, les Italiennes n’ont même pas la possibilité de donner leur nom à une rue.
 
Paradoxal car, de l’autre côté des Alpes, les messieurs ont plutôt la réputation d’aimer les femmes. Mais à leur façon. C’est-à-dire sans leur donner trop d’espace et, surtout, de visibilité. Pour preuve, les résultats de l’étude publiée sur Facebook par le groupe «Toponymie féminine», qui a recensé les noms des rues italiennes. Les chiffres sont éloquents: seulement quatre rues sur cent sont dédiées à la gent féminine. Et pas toutes: priorité aux saintes, béates, martyres et, en dernier ressort, aux représentantes de la noblesse comme la reine Margherita.
 
Un exemple?
A Rome, seulement 336 rues sur 14?270 portent un nom de femme, dont 142 sont dédiées aux saintes et autres figures féminines du calendrier grégorien. Une situation inacceptable pour Maria Pia Ercolini, professeure de géographie dans le secondaire à Rome, qui a décidé de prendre les choses en main. «Il y a quelque temps, une élève m’a demandé: Pourquoi ne sommes-nous jamais sur les noms de rues? Ce jour-là, quelque chose a bougé dans ma tête», se souvient Maria Pia Ercolini. En janvier dernier, elle a ouvert une page Facebook intitulée «Toponymie féminine». Objectif: recenser les noms de rues pour pouvoir monter au créneau chiffres en main.
 
Depuis, le groupe compte plus de 4000 inscrits. Profitant de la Journée de la femme le 8 mars dernier, le groupe a lancé une vaste campagne de sensibilisation en proposant d’attribuer trois rues à des femmes. «Nous avons demandé au Parlement de donner des noms de femmes aux rues des nouveaux quartiers.» En parallèle, Maria Pia Ercolini et ses compagnes de route ont contacté les édiles d’Italie, tous genres confondus. «Certains étaient étonnés et disaient qu’ils n’avaient jamais rien remarqué. Aujourd’hui, ils se disent prêts à faire bouger les choses. C’est à voir…» confie Maria Pia.
 
Pression sur les élus
Durant le week-end, le groupe a organisé un congrès à Rome. L’occasion de parler des pressions qu’il entend exercer sur les collectivités locales «pour que tous les noms des espaces urbains soient répartis de façon égale entre les hommes et les femmes afin de faire disparaître le côté sexiste qui caractérise le système actuel». Affaire à suivre…
 
Le Matin


Quand la pub pouvait tout se permettre

Un livre compile 100 ans d’annonces qui ne passeraient plus la rampe aujourd’hui
 
Les images parlent d’elles-mêmes dans l'ouvrage Les pubs que vous ne verrez plus jamais, d'Annie Pastor. Et pour cause: entre machisme, racisme ordinaire, sexualisation des enfants ou qualités prétendues du tabac, elles ne passeraient plus la rampe d’une censure toujours plus attentive. Si la «réclame» a toujours été le reflet des époques qu’elle incarnait, elle donne de notre histoire récente un témoignage grinçant. Voici d’abord la famille idéale: Papa travaille, Maman ne sort de sa cuisine que pour astiquer la maison, leur fils apprend à être servi et leur fille imite sa mère.
Madame ne sera que plus heureuse de sa nouvelle lessive ou de son bel appareil ménager. D’ailleurs, comme le dit ce slogan pour des vitamines Pep: «Plus une femme travaille dur, plus elle semble mignonne.»
 
 
Si Ted Kennedy avait conduit une Volkswagen lorsqu'il a sauté d'une falaise dans la mer, noyant la jeune femme avec qui il se trouvait, il serait président, clame cette [size=16]publicité... du meilleur goût.[/size]
 

«Les médecins fument plus de Camel que n'importe quelle autre marque de cigarettes.»


Autre pub que l'on ne verra plus ! 1/3

 
Pour avoir du lait, buvez de la bière ! (rire)

[size=24]Autre pub que l'on ne verra plus ! 2/3

[/size]

 
Vive l'apéritif pour les enfants comme grand'père !!!
[size]


Autre pub que l'on ne verra plus ! 3/3


Le vin est bon pour la santé selon Pasteur !


Les Roms, une longue histoire ...

[/size]

Saimir Mile © Hélène Lam Trong

 
D'où viennent les Roms ? Qu'ont-ils de commun avec les Gitans ou les Manouches ? Quel est leur histoire et quelles sont leurs origines ? Retour sur 1000 années de présence en Europe absentes des manuels scolaires.
 
Cette habitude de Mona, l'une des habitantes du camp Voltaire de Saint-Denis, est étonnante : souvent, l'après-midi, elle regarde des films de Bollywood. Sans sous-titres. "J'arrive à comprendre", affirme la jeune femme. Et pour cause : les Roms viennent en fait d'Inde du Nord.
C'est en arrivant en Europe qu'ils se sont séparés en plusieurs groupes. La majorité, ceux qui se sont arrêtés en Europe de l'Est et dans les Balkans continuent de s'appeler des Roms. Mais deux autres branches du groupes se sont formées : les Manouches ou Sintê, en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Belgique. Les Gitans, en Espagne.
Tous partagent toujours une langue aux racines communes : le Romani. Saimir Mile, lui-même Rom, enseigne cette langue à l'INALCO. Une langue indienne, donc, qui sert de référent culturel aux 15 à 20 millions de Roms - Gitans et Manouches compris - qui vivent dans le monde entier.
france INFOS
[size]


Les pistolets de Bonnie & Clyde vendus 500'000 dollars

[/size]

 
Deux pistolets découverts sur les cadavres de Bonnie Parker et Clyde Barrow ont été vendus pour un demi-million de dollars dimanche dans le New Hampshire.
 
Le couple mythique de hors-la-loi a sévi du début des années 1930 aux Etats-Unis.
Les deux armes, un .38 spécial à canon court et un Colt .45, ont été acquises par un même acheteur, un collectionneur du Texas qui a tenu à rester anonyme.
 
Bonnie Parker et Clyde Barrow ont été tués en mai 1934 en Louisiane par un groupe de Texas Rangers et de policiers de l'Etat. Elle avait 23 ans, il en avait 25.
La traque de ce couple qui laissait derrière lui des photos glamour avait captivé l'Amérique au plus fort de la Grande dépression. De 1932 à 1934, on leur a attribué treize meurtres et de nombreux braquages de banques, d'enlèvements et de vols de voiture.
 
Ils ont accédé au statut de mythe romantique en 1967, lorsque leur histoire a été adaptée au cinéma, avec Warren Beatty et Faye Dunaway. «Ce sont toujours des icônes et leur histoire d'amour résonne encore. Nous avons une vision idéalisée de Bonnie & Clyde», a expliqué Bobby Livingston, de la maison de ventes RR Auction du New Hampshire qui procédait à la vente.
 
Les armes vendues dimanche appartenaient à un collectionneur aujourd'hui décédé qui les avait achetées pour 100'000 dollars en 1986.
Au cours de la même vente, une montre gousset en or retrouvée sur le cadavre de Clyde Barrow a été adjugée à 36'000 dollars. Une pièce d'un dollar en argent est partie à 32'400 dollars et un bas de soie qui appartenait à Bonnie Parker s'est vendu 11'400 dollars.
Le Matin
[size]


L'Amérique se résigne à sa loi sur les armes

[/size]

La classe politique, à droite comme à gauche, se refuse à braver l'influence du lobby des armes.
Mené par la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes, qui dispose d'importants moyens financiers, répète à l'envie qu'empiéter sur les libertés fondamentales des Américains n'empêchera pas un tueur fou de passer à l'acte.
Dépourvu d'antécédents judiciaires, James Holmes, l'auteur présumé de la tuerie de vendredi dans un cinéma du Colorado, a pu légalement acheter quatre armes à feu dont un fusil semi- automatique. Via l'internet, il a pu accumuler plus de 6000 munitions.
Interrogé sur le sujet, le candidat républicain à la présidentielle de novembre, Mitt Romney, a affirmé lundi sur la chaîne de télévision CNBC que des lois plus sévères n'auraient pas empêché la tuerie.
«Je crois fermement au deuxième amendement» de la Constitution américaine, qui garantit le droit de porter une arme, a-t-il déclaré.
Un point de vue partagé par le gouverneur - démocrate - du Colorado, John Hickenlooper: si James Holmes «avait trouvé des explosifs ou autre chose comme du gaz toxique, il aurait trouvé le moyen d'aboutir à cette (même) horreur.»
Plus propice aux tueries?
Les partisans d'une réglementation plus sévère considèrent que les lois laxistes de nombreux Etats font des Etats-Unis un pays plus propice aux tueries que le reste du monde.
Faux, a répondu John McCain, l'ancien candidat à la Maison Blanche, qui a rappelé le massacre commis en Norvège il y a tout juste un an (77 morts). «Le tueur vivait dans un pays dont la réglementation est très stricte, il a pourtant réussi à obtenir les moyens nécessaires à un massacre.»
En année électorale, la classe politique ne devrait pas s'aventurer sur un terrain aussi glissant que la question du port d'arme.
«Il faut voir la réalité en face: ces tragédies vont continuer à moins que nous ne modifions nos lois laxistes», déplore le sénateur démocrate du New Jersey, Frank Lautenberg. Ce dernier souhaite légiférer pour limiter la capacité des chargeurs.
Le maire de New York, Michael Bloomberg, est l'un des rares hommes politiques de premier plan à dénoncer le manque de contrôle des armes. Il ne réclame pas pour autant de nouvelles lois, mais «quelques ajustements».
Bloomberg pour un ajustement
Soulignant que 40% des armes sont achetées dans des foires sans aucune vérification des antécédents judiciaires de l'acheteur, l'élu demande que les Etats respectent l'obligation d'envoyer au fichier central toute information concernant les individus ayant des maladies psychiatriques ou impliqués dans des affaires criminelles.
«Présenter ses condoléances (après une tuerie), c'est bien gentil, mais quelqu'un doit faire quelque chose», a dénoncé Michael Bloomberg, visant explicitement les deux candidats à la Maison Blanche.
De son côté, [size=16]Barack Obaman'a pas évoqué directement le sujet de la réglementation. «Dans les prochains jours, les prochaines semaines et les prochains mois, nous réfléchirons tous à ce que nous pouvons faire face à la violence insensée dont ce pays souffre», a déclaré le président américain.[/size]
Prudent sur la question, Barack Obama n'ignore pas que de nombreux Etats-clés pour l'élection présidentielle, l'Ohio, la Virginie et la Pennsylvanie par exemple, ont un électorat majoritairement favorable aux armes à feu et très attaché au droit de porter une arme.
Interviewé par la chaîne ABC, Charles Ramsey, commissaire de police à Philadelphie, a confié n'espérer «absolument aucun changement» en matière de législation. «On va beaucoup parler, il y aura beaucoup de débats, mais tout finira par s'évanouir dans la nature comme malheureusement à chaque fois.»
24 Heures.ch
[size]


«Les JO de Londres seront ceux de la contradiction»

[/size]

La grand-messe du fair-play est aussi le théâtre de jeux de pouvoir moins avouables. Le point avec l’historien lausannois Jérôme Gygax, auteur de «Olympisme et guerre froide culturelle: le prix de la victoire américaine».
 
Votre dernier ouvrage porte sur les jeux Olympiques durant la guerre froide. Pourquoi avoir choisi cette thématique?
- Ce qui est intéressant dans cette approche, c’est que l’olympisme s’inscrit dans une activité culturelle qui est le sport. Durant cette période, les jeux olympiques vont prendre une place spéciale dans l’agenda politique. Autant la guerre froide a été un conflit d’image, d’opinion et d’idéologie, autant les jeux Olympiques sont devenus le point focal de l’attention du public et l’objet d’instrumentalisation par les acteurs internationaux. Un de ces acteurs principaux, les États-Unis, prennent très tôt conscience de quelle manière les différentes sphères de la vie (économie, politique, culture etc…) s’intègrent les unes les autres. On réalisera plus tard que la guerre froide a été gagnée avant tout sur le terrain culturel, avec la victoire du modèle de société imposé par les américains, le corporate power et l’ultra-libéralisme. C'est sur ce terrain là que les Américains ont cherché à s’imposer une fois celle-ci terminée.
 
 
Les États-Unis ont été les plus efficaces à instrumentaliser les jeux Olympiques à des fins de propagande. Comment s’y sont-ils pris?
- Il y a tout d’abord la recherche de la victoire sportive, en tant que démonstration symbolique de la puissance. Ensuite, ils ont su contrôler le calendrier dans toute son amplitude, mettant en avant les travers des sociétés non-démocratiques produisant des hommes-machine (ndlr : absence d’individualisme dans des régimes socialistes et communistes).Ceci s’accompagne d’une capacité de médiatisation de la dissidence sportive, notamment lorsque les athlètes de l’Est faisaient le choix de passer à l’Ouest. Sans oublier les sanctions visant à marginaliser l’autre, dans le cas des boycotts (ndlr : une cinquantaine de pays ont refusé de participer aux JO de Moscou de 1980) ou d’empêcher la participation des athlètes adverses sur son sol. Si vous poussez l’autre au dehors, vous l’excluez de la communauté internationale. La stratégie appliquée au sport est celle appliquée à d’autres sphères de la politique… et ne fait en somme que refléter ce qui se passe au niveau supérieur dit de la haute politique.
 
 
Ces pratiques ont-elles perduré jusqu’en 2012?
- On est actuellement dans un contexte marqué par les tensions avec l’Iran et la Syrie. Certain ont déjà exprimé le vœu de boycotter leur participation. Ce faisant on essaie de démontrer de manière symbolique au public que ces pays n’ont pas leur place au sein de la communauté internationale, car ils n’en respectent pas les règles. Au moment où l’on présente les Jeux de Londres comme ceux de la technologie, des réseaux, on apprend que le programme de guerre électronique américain (cyber warfare) se nomme précisément Olympic Games ce qui lie les Jeux à de telles menaces et à leur perception. Et puis, Londres 2012 tombe pendant la campagne des élections américaines. Chaque candidat va essayer de se profiler au mieux. Mitt Romney est le mieux placé, car il est associé au sauvetage (ndlr: de la faillite) des JO de Salt Lake City de 2002.
 
 
L’idéologie libérale américaine s’est notamment immiscée dans le sport sous la forme de nouveaux modes de sponsoring. Avec quelle incidence?
- Cela a engendré ce qui est devenu une véritable économie globale du sport. A partir de là, les règles du marché s'appliquent au sport et potentiellement à toute les autres pratiques culturelles.
 
 
La présence de Dow Chemical (producteur de l’Agent Orange) - sponsor des jeux de Londres et mécène du comité international olympique jusqu’en 2020 – est perçue d’un mauvais œil. Avons-nous atteint la limite d’un système?
- Depuis l'instauration d’un système de top sponsors, l'olympisme s’est vendu, «marchandisé »jusqu’à la limite de ce qu’on pouvait imaginer. Avant la présidence de Monsieur Samaranch, personne ne pensait que la télévision deviendrait la principale source de revenus et parviendrait à en dicter les règles. En termes d'éthique, les jeux olympiques étaient à l’origine liés à l’idéal de l’amateurisme qui était aussi et avant tout un idéal d’éducation. Tout le monde veut potentiellement s’associer au message olympique de fraternité, de concorde universelle car c’est une marque qui se vend, qui permet entre autre d’améliorer son image et de susciter l’adhésion collective à ce message.
 
 
Les règlements de comptes post-coloniaux ont refait surface. Ainsi un spot télévisé argentin montre un sportif qui s’entraîne «à la maison» aux Malouines, alors qu'elles sont britanniques. Maladresse ou coup de projecteur bien placé?
- Il y a d'autres entités qui utilisent les jeux Olympiques pour faire passer leurs idées. Les grandes puissances ont pris la tête. Mais elles n'ont pas l'exclusivité en la matière. Il y a possibilité, surtout à l'ère d'internet, d’élargir et de démultiplier la possibilité de diffuser ses messages, qu’ils soient commerciaux ou politiques en associant de plus en plus souvent les deux ensemble.
 
 
La «guerre par l’information» a permis aux États-Unis d'Amérique de gagner l’ascendant culturel sur l’empire soviétique. Aujourd’hui, la bipolarité USA-URSS a été remplacée par la concurrence croissante des pays du BRICS. Avec quel impact?
- La domination sportive américaine est peut-être en train de connaître son déclin. La Chine a certainement démontré sa puissance par la maîtrise de l’organisation de ses Jeux. Les jeux n’en véhiculent pas moins un ensemble de valeurs occidentales – expression d’un sport de compétition, professionnel avec ses modes de financement et ses sponsors. Cela pose des questions. Ces pays du BRIC auront-ils droit au chapitre? L'olympisme est-il aujourd’hui capable de se réformer en fonctionnant de manière démocratique en tenant compte de ces nouveaux acteurs? Comment garantir que ces pays obtiennent des voix au sein des fédérations sportives et du CIO? Le comité olympique américain reste financièrement le plus puissant de tous: ses revenus financiers - les télévisions américaines génèrent la majorité de ces fonds - sont les plus élevés. Il n’est pour l’heure pas question de pondérer cette influence ou de la limiter.
 
Quelle sera la spécificité des JO de Londres?
- Ce qui est assez frappant c'est que ces jeux mettent en lumière des contradictions déjà présentes depuis plusieurs années. Les Jeux vont s’ouvrir dans la City, berceau du capitalisme moderne, au moment où ce système est en pleine crise, suite aux récents scandales bancaires. Il y a le contexte sécuritaire qui rend palpable auprès des opinions la réalité moderne de «guerre électronique» associée au terrorisme international. On peut s’interroger si la réussite d’une réforme du système socioéconomique ne reposera pas sur la capacité à repenser les relations humaines, culturelles et sportives, en dépassant la "marchandisation" de ces relations, engagée depuis la fin de la Guerre froide.
 
(24 heures)
[size]


Bethléem inscrit en «urgence» au Patrimoine mondial

[/size]

L'UNESCO a inscrit le site de l'église de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, au Patrimoine mondial. Elle a usé d'une procédure d'urgence qui a suscité une vive protestation d'Israël et des remontrances de la part des Etats-Unis.
 
Le site du«Lieu de naissance de Jésus", comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par treize voix en faveur, six contre et deux abstentions lors d'un vote secret des 21 membres du Comité du patrimoine lors d'une session à Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie. Le Comité comprenaient cette année notamment la France, la Russie, l'Allemagne et le Japon.
L'annonce de l'inscription du site, incertaine à l'origine en raison des objections d'Israël, de l'enjeu politique et des avis défavorables d'experts sur le dossier de conservation palestinien, a été saluée par des applaudissements nourris
A Ramallah, la présidence palestinienne s'est aussitôt félicitée. «Cette reconnaissance par le monde des droits du peuple palestinien est une victoire pour notre cause et la justice», a déclaré Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président Mahmoud Abbas. Le négociateur palestinien Saëb Erakat a salué «un jour historique».
«Des sites menacés»
Il s'agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Le délégué palestinien à Saint-Pétersbourg, auquel la parole a été donnée aussitôt après le vote, a estimé que la décision accordait aux Palestiniens leur «droit culturel à l'auto-détermination».
«Ces sites sont menacés de destruction totale par l'occupation israélienne, la construction du mur de séparation, à cause des sanctions israéliennes et des mesures prises pour opprimer l'identité palestinienne», a déclaré le délégué, dont le nom n'a pas été cité.
«Cela prouve que la communauté internationale dans son ensemble a l'intention de protéger la Palestine (...) et de s'assurer que l'Etat palestinien soit créé dans ses frontières de 1967 avec pour capitale Jérusalem est», a poursuivi le délégué.
«Une décision politique»
Son homologue israélien a vivement réagi à la décision du Comité du patrimoine. «La décision qui vient d'être prise est absolument politique et constitue de notre point de vue une atteinte grave à la convention (du Patrimoine mondial) et à son image», a-t-il déclaré.
De leur côté, les Etats-Unis se sont dits «profondément déçus» par cette décision. Ce «site est sacré pour tous les chrétiens»et l'[size=16]UNESCO«ne devrait pas être politisée», a souligné l'ambassadeur américain auprès de cette instance, David Killion, dans un communiqué, en relevant que la procédure d'urgence utilisée ne devrait l'être en principe que pour des sites menacés de destruction imminente.[/size]
Les Palestiniens, entrés à l'UNESCO en octobre 2011 au terme d'un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, avaient fait la demande d'une inscription du site dans une procédure d'»urgence». Ils avaient argué du «délabrement et de la dégradation de l'ensemble architectural», notamment du fait des «forces d'occupation» israéliennes.
Israël avait affirmé n'avoir «aucune objection» à l'inscription du site au Patrimoine mondial, mais avait contesté le recours à une telle procédure, estimant que c'était «une façon de laisser entendre qu'Israël ne protégeait pas le site».
Crainte d'une instrumentalisation du site
La candidature de Bethléem avait connu un revers avec l'avis défavorable des experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos). Ces derniers avaient recommandé à la Palestine de revoir son dossier, déplorant l'absence d'étude «sur la pertinence des délimitations ou les exigences de protection et de gestion» du site.
Les Eglises gardiennes des lieux saints - grecque orthodoxe, latine (catholique romaine) et arménienne - avaient elles aussi exprimé des réserves, de crainte d'une «instrumentalisation» du site.
Haut lieu de pèlerinage, Bethléem est le premier site touristique des Territoires palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011). Datant de l'empereur romain Constantin, au 4e siècle et restaurée au 6e siècle sous Justinien, la basilique de la Nativité est l'un des sanctuaires les plus anciens de la chrétienté.
24 Heures.ch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27412
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: HISTOIRE DU MONDE (suite)   Ven 15 Jan - 12:49

Le Talmud désigné responsable du trafic de drogue

Le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi pose ici à droite du président Mahmoud Ahmadinejad. Image: Keystone
IRAN
Le vice-président iranien, adepte des déclarations anti-Israël, a affirmé que l'enseignement du livre sacré du judaïsme était à l'origine du trafic de drogue dans le monde.
L’enseignement du Talmud, le livre sacré du judaïsme, est responsable de la diffusion de la drogue dans le monde dont le principal opérateur est Israël, a affirmé le vice-président iranien Mohammad Reza Rahimi.
"La diffusion de la drogue dans le monde est la conséquence des enseignements du Talmud (...) dont l’objectif est la destruction du monde", a affirmé M. Rahimi mardi lors d’une conférence internationale sur le trafic de drogue à laquelle participaient des diplomates étrangers.
"Le Talmud enseigne qu’il est licite de s’enrichir par des moyens légaux et illégaux, ce qui donne (aux juifs) le droit de détruire l’Humanité", a ajouté M. Rahimi, cité mercredi par le site de la présidence."Le principal responsable du trafic mondial (de drogue) est le régime sioniste", a-t-il encore dit.
Les dirigeants iraniens appellent régulièrement à la disparition d’Israël, qualifié notamment de "tumeur cancéreuse" au Moyen-Orient, mais il est rare qu’ils s’en prennent publiquement au judaïsme.
Téhéran a en revanche déjà accusé dans le passé le Mossad israélien de favoriser la consommation de drogue en Iran dans l’espoir d’affaiblir le régime islamique.
Plaque tournante
L’Iran est l’une des plaques tournantes du trafic de drogue venant d’Afghanistan et destinée notamment aux pays occidentaux,et plus de deux millions d’Iraniens consommeraient des narcotiques, selon des estimations officielles citées par les médias.
Le régime mène depuis la révolution de 1979 une véritable guerre contre les trafiquants, qui constituent la moitié de la population carcérale et dont plusieurs centaines sont exécutés chaque année.
Plus de 4000 policiers et militaires iraniens engagées dans cette lutte ont été tués lors des trente dernières années, selon les chiffres officiels, et l’engagement de Téhéran est régulièrement salué par l’Office des Nations-Unies contre le crime et la drogue (UNODC).
Les Etats-Unis accusent toutefois certains responsables iraniens, notamment au sein des Gardiens de la révolution, la garde prétorienne du régime, de faciliter le transit de la drogue afghane vers l’Occident. 
24 Heures.ch 

SOUDAN

 
Au sud-Soudan, des familles attendent leur avion à l'aéroport de [size=18]Khartoum le 6 juin. Un pont aérien a été installé et prévoit le transfert d'environ 12.000 personnes voulant fuir la guerre civile qui ravage le pays depuis le mois de mai 2011.[/size]

Les archives couleurs le 6 juin 1944 (1)



Les archives couleurs le 6 juin 1944 (2)



Les archives couleurs le 6 juin 1944 (3 et fin)




La navette spatiale Discovery va au musée ...



La navette spaciale américaine Discovery a décollé mardi de Floride sur le dos d'un Boeing 747 pour rejoindre le musée Smithsonian de l'espace et de l'aéronautique, en Virginie.


Les Indiens d'Amérique dédommagés par le gouvernement

Photo AFP
ETATS-UNIS
Les Etats-Unis ont accepté de verser plus d’un milliard de dollars à 41 tribus amérindiennes, en règlement d’un contentieux sur l’utilisation de leurs terres et de leurs biens.
Cet accord, d’un montant de 1,023 milliard de dollars, met un point final à des plaintes parfois vieilles de plus de 100 ans, et à une négociation de 22 mois entre les tribus et le gouvernement fédéral.
Il met un terme "au long litige qui pesait sur les plaignants et les Etats-Unis", affirme un communiqué du ministère américain de la Justice.
Griefs historiques
"Cet accord résout, de façon juste et honorable, les griefs historiques (des [size=16]Amérindiens) sur la gestion des fonds alloués aux tribus, de leurs terres et autres ressources non financières, qui ont été, pendant bien trop longtemps, une source de conflit entre les tribus indiennes et les Etats-Unis", écrit dans le communiqué le ministre de la Justice Eric Holder.[/size]
Cet accord "renforce la relation du gouvernement avec les peuples tribaux et contribue à rétablir une relation de travail positive avec leurs dirigeants, et donne plus de pouvoir aux communautés amérindiennes", déclare pour sa part le ministre de l’Intérieur Ken Salazar.
Le montant du dédommagement sera prélevé d’un fonds spécial, destiné précisément à payer les accords financiers dans les litiges où est impliqué le gouvernement fédéral.
Aucune des 41 tribus amérindiennes n’a réagi dans l’immédiat à l’accord.
24 heures.ch 

[size=24]Irak : Une vague d'attentats fait plus de 40 morts

[/size]

Une vague d'attentats a secoué mardi plusieurs villes d'Irak, faisant au moins 43 morts et des dizaines de blessés, à une semaine d'un sommet de la Ligue arabe à Bagdad, a- t-on appris de sources policières et hospitalières.
L'attentat le plus meurtrier a eu lieu dans la ville sainte chiite de Kerbala, où deux explosions ont fait au moins 13 morts et 48 blessés, selon un responsable des services de santé de la ville.
«C'est la deuxième explosion qui a causé les plus grosses destructions. J'ai vu des morceaux de corps, des doigts, des mains», a déclaré un jeune vendeur de 23 ans. «Les membres des forces de sécurité sont idiots parce qu'ils se rassemblent toujours sur le site d'une explosion, et il y a une deuxième explosion. Ils deviennent une cible.»
A Kirkouk, dans le nord du pays, une voiture piégée a tué neuf personnes et en a blessé 42 autres près d'un commissariat. A Mahmoudia, dans le Sud, une voiture piégée visant une patrouille de police a fait trois morts et douze blessés.
Anniversaire de l'invasion
Un autre véhicule chargé d'explosifs a pris pour cible un convoi transportant le gouverneur de la province d'Anbar. L'un de ses gardes du corps a été tué. Il y a huit blessés.
Une voiture piégée actionnée par un kamikaze a également fait trois morts et 21 blessés dans le centre de Bagdad. Des explosions ont été signalées à Baidji, Samarra, Touz Kourmato, Dakouk et Dhoulouiya, au nord de la capitale, ainsi qu'à Hilla et Latifiya dans le sud.
Au total, 16 attentats ont été recensés mardi dans le pays. Ils interviennent le jour même du 9è anniversaire de l'invasion américaine de l'Irak, et un peu plus d'une semaine avant la tenue prévue d'un sommet de la Ligue arabe à Bagdad, une première depuis 20 ans en Irak.
La police de Bakouba, au nord de Bagdad, a également annoncé avoir découvert et désamorcé huit engins explosifs. A Falloudja, une bombe artisanale a été neutralisée.
24 Heures.ch
[size]


Pikaia graciens, l'ancêtre commun à tous les vertébrés

[/size]

Le HuffPost/AFP

 
L'identité d'un ancêtre commun à tous les vertébrés, poissons, oiseaux, mammifères, homme compris, ayant vécu il y a un demi-milliard d'années, a été établie par des paléontologues britannique et canadien: il ressemblait à un ver, mais était en fait un chordé primitif.
Le Pikaia gracilens, dont les seuls fossiles connus viennent des schistes de Burgess, gisement vieux de 505 millions d'années, au parc national de Yoho, en Colombie-Britannique (ouest) était pourvu de myomères, autrement dit de muscles propres aux vertébrés, indiquent lundi Simon Conway Morris, de l'Université de Cambridge, et Jean-Bernard Caron, du Musée Royal de l'Ontario (MRO) et de l'Université de Toronto, [size=16]dans le journal britannique Biological Reviews.[/size]
Ce sont les progrès des techniques de recherche, et notamment le microscope électronique, qui ont permis de confirmer une hypothèse que Conway Morris, grand spécialiste de Burgess, a formulée dans les années 1970 sans pouvoir la prouver par une description précise, a indiqué le professeur Caron.
Les premiers fossiles de Pikaia ont été trouvés dans les années 1910 par le grand savant américain Charles Doolittle Walcott. Mais Walcott, qui en a découvert une cinquantaine, leur avait trouvé des affinités avec des vers - ressemblant aux vers de terre - et ne leur a consacré que de brèves descriptions, relève Jean-Bernard Caron.
Il a fallu attendre les années 1990 pour que des chercheurs du Musée Royal de l'Ontario en trouvent encore une soixantaine, et leur examen au microscope électronique, pour prouver leur lien avec les vertébrés.
On a constaté que le Pikaia, organisme à corps mou, était pourvu de myomères, muscles dont une bande correspond à une vertèbre. Bien entendu, a précisé Jean-Bernard Caron, ces muscles ont disparu depuis longtemps, mais les chercheurs ont pu identifier les tissus connectifs auxquels ils étaient attachés.
"La caractéristique particulièrement importante pour cet animal est la présence de ce qu'on appelle la notochorde, une structure cartilagineuse qui devient la colonne vertébrale chez les vertébrés", a ajouté le scientifique canadien.
Un spécimen de Pikaia est exposé au Musée Royal de l'Ontario, tandis qu'une exposition plus vaste doit être organisée sur le site de Burgess.




bonne après midi 1     Ninnenne      blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HISTOIRE DU MONDE (suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erik ORSENNA - Histoire du monde en neuf guitares
» [Kipling, Rudyard] La plus belle histoire du monde
» "Auteur" de la fabrique à histoire du monde imaginaire
» La grande histoire du monde arabe
» La Fille de l'Emeraude - suite du Miroir de Jais [R]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: