AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24342
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres   Sam 2 Juil - 10:31

PETITES HISTOIRES DES MOTS....

PLEONASMES


Voici quelques pléonasmes fréquents et.......... Fâcheux!!!
 
-ACHEVER COMPLETEMENT : quelque chose qui est achevé l'est déjà complètement!
 
-SOIGNER SON APPARENCE EXTERIEURE : l'apparence est par définition extérieure!!!
 
-PARLER APRES LE BIP SONORE : connaissez vous un bip qui ne soit pas sonore????
 
-UN TAUX D'ALCOOLEMIE : l'alcoolémie correspond au taux d'alcool dans le sang!!!
 
-DESCENDRE EN BAS OU MONTER EN HAUT : essayer de faire l'inverse et vous me direz comment cela se passe!!!
 
-IL A FAIT UN MAUVAIS CAUCHEMAR : c'est rare et même impossible de faire un "bon cauchemar" car dans ce cas là il s'agit d'un rêve!!!
 
-SE COTISER A PLUSIEURS : Difficile de se cotiser tout seul!!
 
la liste est longue mais je ne vous en met que quelques uns...
 
j'adore ces petits travers de langage!!!

LE TREMA



D'où vient le "tréma"?
Il vient du grec ancien. Il servait déjà pour séparer phonétiquement deux lettres qui auraient pu faire un tout.
 
A quoi sert-il?
Il coiffe le "e", le "i", ou le "u" pour signaler que la voyelle qui les précède doit être prononcée indépendamment.
Par exemple si "maïs" n'avais pas de tréma, on ne pourrait pas le différencier d'avec le "mais".
Voici quelques mots concernés par ce tréma :
aïlleul, aïeux, aïoli, baïonnette, bonsaï,caïd, caïman,canoë, cocaïne, coïncidence, égoïste, faïence, glaïeul, héroïne, inouï, laïc, naïf, ouïe, paîen, ....

LA CEDILLE....


A QUOI SERT LA CEDILLE?
Son rôle est d'indiquer que le "c" se prononce "ss" : sans elle "leçon" se dirait "lecon"!!!
 
QUELS SONT LES MOTS CONCERNES?

- les verbes en -cer comme commencer, financer, percer, etc héritent d'un "ç" devant devant les voyelles "a" et "o" lorsqu'ils sont conjugés à certaines personnes : nous commençons, il finança, elles perçaient...
- les verbes en -oir comme recevoir, apercevoir, concevoir, s'affublent d'un "ç"devant les voyelles "o" et "u" : je reçois, tu as conçu, etc...
- pas de cédille devant oe et ae. Ainsi écrit on "et coetera" et quelques mot savants tels que "coelacanthe" (un poisson), "caecum" (début du gros intestin) ou encore "coelioscopie".
 
Voilà encore un peu de notre belle langue!!!

L'ACCENT CIRCONFLEXE...


L'accent circonflexe est indispensable sur 5 des voyelles pour distinguer les homophones (mots qui ont la même sonorité);
- une boîte (à gants), ne boite pas!
- la chasse (au gibier) n'est pas une châsse (un coffre)!
- un foret (outil pour percer) n'est pas une forêt!
- hâler (bronzer) n'est pas synonyme de haler (tirer)!
- le jeûne (abstinence) n'a rien de commun avec les jeunes (gens)!
- un mur (en pierre) est sans rapport avec un fruit mûr!
- sur (au-dessus) n'est pas synonyme de sûr (certain)!
- une tache (sur un pantalon) n'est pas une tâche (un travail)!
 
Cet accent cironflexe peut coiffer toutes les voyelles sauf le "y".
Cinq noms s'orthographient également avec un "î" : une épître, une dîme, un gîte, une huître et un bélître (un gueux en vieux français).
On retrouve également l'accent circonflexe sur le "o" des pronoms possessifs : le nôtre, le vôtre, les nôtres, les vôtres.
Quelques adverbes en "ument" prennent un accent circonflexe sur le "u" : assidûment, incongrûment, continûment, crûment, indûment, goulûment et sûrement.
Il ne faut pas priver de leur accent circonflexe les mots abîme, âge, affût, aumône, bâbord, bâiller, bâton, câble, chaîne, châssis, chêne, croûte, diplôme, drôle, fraîcheur, lâcheté, icône, infâme, voûte, tâter.... et bien d'autres....

ILS N'EXISTENT QU'AU PLURIEL.....


pour rester dans les pluriels et l'orthographe voici les mots féminins qui n'existent qu'au pluriel :
- affres                                  - entrailles
- ambages                               - les félicitations
- annales                                 - fiançailles
- archives                                - frusques
- armoiries                               - funéraires
- arrhes                                   - moeurs
- bésicles                                 - obsèques
- brisées                                  - pierreries
- les calendes grecques              - semailles
- catacombes                            - ténèbres
- condoléances                          - vêpres
 
et maintenant les mots masculins qui n'existent qu'au pluriel
- agissements                            - aux dépends
- agrès                                     - aux environs
- aux aguets                              - les fastes
- alentours                                - des frais
- appas (synomymes de charmes) - gravats
- arrérages                               - honoraires
- bestiaux                                 - pénates
- confins                                   - pourparlers
- décombres                              - préparatifs
- sévices                                   - vivres
 
à bientôt pour d'autres bizarreries!!!!

LES MOTS A DOUBLE PLURIEL


AH LES SECRETS DE LA LANGUE FRANCAISE....
ON N'EN FINIT PLUS DES EXCEPTIONS...
5 MOTS SONT CONCERNES PAR CE DOUBLE PLURIEL :
aïeul: les aïeuls désignent les grands-parents. Les aïeux, eux rassemblent tous les ancêtres d'une personne.
 
choral : s'il est adjectif, "choral" devient "choraux" : on aime les chants ou les films choraux. Utilisé comme nom (essentiellement dans les chorals pour orgue de Jean-Sébastien Bach), il prend un "s".
ciel :au pluriel, il donne cieux, mais écrire "des ciels" est correct si l'on parle de peinture ou de dessin (il réussit parfaitement les ciels) de climats ou de ciel de lit.
idéal :officiellement, idéal, a deux pluriels, "idéals" et "idéaux". Mais qu'il s'agisse de l'adjectif ou du nom commun, c'est le plus souvent idéaux qui prévaut.
oeil :on se parle en quatre yeux, on se regarde dans les yeux. Mais dans les noms composés, le pluriel devient "oeils" : des "oeils-de-boeuf", "des oeils-de-perdrix. On parle aussi " d'oeils d'aiguille" (ou le chas).

[size=24]UN POEME POUR EXERCER SA MEMOIRE....


[/size]
Ce sont les mères des hiboux

Qui désiraient chercher les poux

De leurs enfants, les petits choux,

En les tenant sur les genoux.

Leurs yeux d'or valent des bijoux,

Leur bec est dur comme des cailloux,

Ils sont doux comme des joujoux,

Mais aux hibous, point de genoux!!

Votre histoire se passait où?

Chez les zoulous, les andalous?

Ou dans la cabane bambou?

A Moscou? ou à Tombouctou?

En Anjou ou dans le Poitou?

Au Pérou ou chez les Mandchous?

Hou! hou!

Pas du tout, c'était chez les fous!!!

 
le poème "LES HIBOUX" de ROBERT DESNOS
[size]


QUELQUES CAUCASSERIES DE LA LANGUE FRANCAISE



[/size]
VOICI QUELQUES CAUCASSERIES DE LA LANGUE FRANCAISE.
SI VOUS ETES COMME MOI, CURIEUSE ET AMOUREUSE DE NOTRE BELLE LANGUE, CELA NE MANQUERA PAS DE VOUS FAIRE SOURIRE....
 
LE COIN VIENT DE CHEZ "recueil de PNG" que je remercie pour son partage.
QUANT AU TEXTE, IL N'EST PAS DE MOI, JE L'AI TROUVE SUR LE NET.
[size]

LE PORTE-BONHEUR 2



[/size]
On pourrait classer les porte-bonheur par fonction : ceux qui guérissent (maux physiques ou psychiques), ceux qui garantissent la chance (en amour, aux jeux...), ou encore ceux qui éclairent l'avenir.
On pourrait aussi les classer par origine : animale, végétale, minérale....
Pour ma part, je ne ferais pas de classement je vous en citerais juste quelques uns et leurs "pouvoirs" :
- le trèfle à quatre feuilles : une anomalie qui vous veut du bien
- le fer à cheval : le fer qui valait de l'or
- la clé : le pouvoir et le savoir en main
- l'étoile : le ciel en poche
- la corde à noeuds : tenir les rênes du destin
- le sel : bien plus qu'un condiment
- la turquoise : la couleur du bonheur
- le scarabée :symbole de résurrection
- la coccinelle : la petite bête à bon dieu
[size]


LE PORTE-BONHEUR 1



[/size]
En 1990, un sondage fut réalisé sur un échantillon de population française. La question était : "etes vous superstitieux?" : deux tiers des personnes répondirent par la négative. En revanche 53% d'entres elles affirment qu'elles croyaient au porte- bonheur....
Le porte-bonheur, ça ne coûte rien d'y croire... En fait il ne s'agit pas de porte-bonheur mais de chance. Autrefois d'ailleurs, on appelait les "porte-bonheur", des "porte-veine"!
LA PETITE HISTOIRE DES PORTE-BONHEUR :
Les premières communautés néolithiques ont attribué des pouvoirs surnaturels aux pierres inaltérables, de couleurs chatoyantes que l'on appelle aujourd'hui des pierres précieuses. Puis la glyptique (art de tailler les pierres en creux ou relief) naquit au début de 1Vème millénaire avant J.C. en Asie Mineure. On commença donc à cacheter de la sorte tous les biens domestiques auxquels on tenait et ainsi on finit par créer toutes sortes de sceaux.
Dans les premiers siècles du christianisme, les juifs, les agnostiques et les coptes optèrent pour un large usage des sceaux magiques que sont les pantacles et notamment les étoiles à 5 branches.
Le sceau le plus courant au l'époque romaine est l'abraxas qui est une amulette d'origine gnostique.
L'art de la glyptique disparait au Vème siècle pour laisser la place à l'art de la gravure sur verre plus facile à exécuter.
A partir du Xème siècle, les sceaux de métal se substituent aux gemmes.
Puis aux XVème et XVIème siècle la glyptique redevient un art à part entière.
Puis ce fut l'époque du pouvoir des mots et des images. Les phylactères (texte magique et court inscrit sur du papier, du parchemin, du tissu..) se portaient autour du cou et des poignets.
Au XIX ème siècle il fut à la mode de garder sur soi un "contre-sort" qui était une petite boite circulaire en buis de 5 cm environ de diamètre et dont le couvercle, souvent décoré, se vissait.
A la fin du XIXème siècle, le porte-bonheur connut son âge d'or. En effet Napoléon rentre de la compagne d'Egypte et ramène dans ses bagages des scarabées, des sphinx qui enchantent les élégantes de Paris. Il y a aussi la conquête de l'Algérie qui ouvre les portes sur la culture arabe (la main de Fatma en est un exemple très connu).
Par ailleurs, l'urbanisation galopante contraint les paysans à adopter de nouveaux mode de vie. Par exemple leurs objets fétiches autrefois empruntés à la nature, sont désormais reproduit artificiellement comme par le trèfle à quatre feuilles que l'on porte en pendentif.....
[size]


LE NOM DES VEHICULES : VEHICULES D'AUJOURD'HUI


[/size]
Quand en 1771, l'ingénieur français Cugnot, inventa une sorte de de tracteur destiné aux pièces d'artillerie, on l'appela simplement "chariot à vapeur. "Automobile" n'apparait qu'en 1876.
Ala fin du XIXème siècle, il est abrége et devient "auto". Le mot "automobile est composé de deux mots , l'un grec "auto" qui équivaut à "par soi-même", l'autre d'origine latine "mobile" L'ensemble signifie donc "qui se meut par lui-même".
Les automobiles eurent d'abord des noms en rapport avec leur forme comme les "phatéons", les "tonneaux", etc...
On vit aussi des créations nouvelles, comme les "limousines" par exemple qui étaient assez vastes ou encore la "torpédo" qui était rapide.
Puis on ne désigna plus les automobiles que le nom des fabricants ou des indications techniques.
Le "camion" a gardé le nom de l'ancienne voiture de charge.
Le "taxi" a remplacé le "fiacre". "Taxi" est l'abréviation de "taximètre", nom du compteur qui calcule le prix de la course (les fiacres en étaient dèjà munis).
L'"autobus" sert surtout aux transports urbains contrairement à l'"autocar" qui assurent les distances plus longues.
Les premiers véhicules constituaient par deux roues placées l'une derrière l'autre sur le même plan ont fait leur apparition au début du XIXème siècle. On les appelait "vélocifères" ou "vélocipèdes". "vélo" est très employé de nos jours comme synonyme de "bicyclette". Ce nom de "bicyclette" fut importé d'Angleterre en 1890. On emploie aussi "bécane" populairement.
L'application d'un moteur aux véhicules à deux roues a donner la "motocyclette" (1907) puis le "vélomoteur" ou le "cyclomoteur".
[size]

LE NOM DES VEHICULES : VEHICULES D'AUTREFOIS




[/size]
Le mot "véhicule" est le terme le plus général pour désigner les moyens de transport terrestres.
Autrefois, c'était le mot "voiture" qui était le plus utilisé. Il est venu du latin "vectura" qui est l'action de transporter, il ne désigrait pas seulement les les véhicules à deux, trois ou quatre roues mais toute espèce de moyen de transport.
Le mot "char" avait précédé le mot "voiture" comme désignation concrète d'un véhicule à roues. "Carrus" est un mot latin, mais les Romains l'avaient emprunté aux Gaulois avec d'autres noms de voiture. Ces derniers utilisés des "chariots".
Le mot "charrette" est encore communément utilisé.
Le mot "brouette" est d'origine latine comme le mot "char". La brouette que nous connaissons aujourd'hui à une roue seulement mais la brouette du moyen age avait deux roues.
Au XVIIème siècle, les femmes et les malades allaient en "litière" : la "litière" était un lit couvert porté par des brancards qui dépassaient aux deux extrémités.
"Les carrosses" venue d'Italie arrivèrent vers le milieu du XVIème siécle.
Puis dans le milieu du XVIIème siècle, les "calèches", plus légères que les [size=13]carrosses, firent leur apparition. Leur nom est d'origine allemande (les kalesche). Les personnes aisées qui n'avaient pas de voiture personnelle, voyageaient en "coche" ou "chaises de poste".[/size]
Les premières voiture de louage firent leur apparition au milieu du XVIIème siècle : ce sont les "fiacres".
Au XVIIIème siécle le "phaéton" est utilisé, puis on monte dans un "cabriolet" (car sautait beaucoup sur les pavés), le "tonneau" du XIXème siècle est de forme cylindrique.
Il y eu aussi le "tilbury", le "berline", le "landau".
La "diligence" est née à la fin du XVIIème siècle sous le nom de "carrosse de diligence" : elle servait de transport en commun pour les grands voyages.
En ville, un peu avant 1830, apparut l'"omnibus". Le diminutif "bus" est encore dans le langage courant.
[size]
 

HISTOIRE DU MOT "JUS"

[/size]
Le mot "jus" est très couramment employé. En voici son [size=13]histoire :[/size]
ce mot vient du latin jus, juris. En 1538, ce mot veut dire "sauce de viande, et en 1671, il désigne "jus de gigot roti". Ensuite la locution "cuire dans son jus", désigne le mijotage ou le braisage d'une viande.
"Avoir du jus de navet dans les veines" apparait chez Prosper Merimé.
on boit parfois "du jus de chaussettes" : cela se retrouve surtout chez les militaires ou les collectivités qui sont plutôt du genre économe en café.
Parfois aussi on compte les jours en disans " .... Jours au jus" : cela montre de l'impatience.
 
"Valoir le jus" est une autre expression qui signifie que cela en vaut la peine.
LE JUS ne désigne pas que l'eau mais aussi l'electricité comme dans un "court jus" par exemple.
Encore une expression trés connue qui emploie le mot "jus" : "laisser mijoter quelqu'un dans son jus". C'est le faire attendre, vouloir qu'il s'impatiente.
[size]


ESTOMAC


[/size]

 
Tout d'abord, d'où vient le mot "estomac"?
Il vient du latin "stomachus". A la fin du XIème siècle il désigne aussi le [size=13]coeur en tant que siège des sentiments.[/size]
En cuisine l'estomac est utilisé dans diverses recettes régionales comme dans le "scotch haggis" (panse de brebis farcie), ou dans le "gefelter marve" (recette alsacienne juive qui est de l'estomac de boeuf farci), ou encore le "maocho" ardéchois (en ardèche) ou le ventru au brocciu (en Corse).
Quant aux expressions contenant le mot "estomac", elles sont nombreuses :
- "avoir sur l'estomac" : cela veut dire ne pas supporter quelque chose.
- "avoir l'estomac dans les talons" : signifie avoir une grande faim.
- "avoir l'estomac bien accorché" : on l'emploi quand on peur supporter quelque chose de dégouttant ou d'horrible
- "avoir un estomac d'acier ou d'autruche" : se dit d'une personne qui a un solide appétit.
- "la faire à l'estomac" : s'emploie quand on agit avec aplomb voire avec outrecuidance.
 
Peut être connaissez vous d'autres recettes ou d'autres expressions, cette liste n'est pas exhaustive.......
[size]


SOLUTIONS DES CONTREPETERIES


[/size]
AVEZ VOUS BIEN TRAVAILLE PENDANT CE WEEK END?
Je ne vous laisse pas plus longtemps mijoter : voici les solutions de ces contrepèteries....
[size=13]le taureau pèse autant qu'il broute : le taureau baise autant qu'il proute[/size]
[size=13]l'émeu se cache entre les niches pour mourir : les noeuds se cachent entre les miches pour mourir[/size]
[size=13]le vieux renard a le dos en compote : le vieux Renaud a le dard en compote[/size]
[size=13]le militaire a chaud en saluant le drapier : le militaire a chié en saluant le drapeau[/size]
[size=13]les hommes de la légion aiment l'amour : les hommes de la région aiment la moule[/size]
[size=13]le gant ça plait : le gland ça paie[/size]
[size=13]après le repas, l'éditeur peinait : après le repas, les dineurs pétaient[/size]
[size=13]Il vendait du coton, mais c'était de la mèche : il vendait du cochon, mais cétait de la merde[/size]
[size=13]le vieillard faisait briller son dôme : le vieil [size=13]homme faisait briller son dard[/size][/size]
[size=13]le vieux luthier sent le pain pas frais : le vieux lutin sent le pied pas frais[/size]
[size=13]épuisé, l'ingénieur chargé des essais à la NASA, est parti à la ville : épuisé , l'ingénieur chargé des W.C à la NASA, est parti à l'asile[/size]
[size=13]ce cafetier n'est qu'un souillon : ce savetier n'est qu'on couillon![/size]
[size=13]le soir, les ouvriers du Sentier, chantent très fort : le soir, les ouvriers du chantier, sentent très fort[/size]
[size=13]elle est trop de se mettre au comptoir : elle est con de se mettre au trottoir.[/size]
[size=13][size=18]VOILA CERTAINES ETAIENT PLUS FACILE QUE D'AUTRES, IL FAUT BIEN LE DIRE!!!!!![/size][/size]
[size]


QUELQUES CONTREPETERIES



[/size]
VOICI QUELQUES CONTREPETERIES CONNUES OU MOINS CONNUES..........
 
[size=13]Exemple : "j'ai reçu un mou de veau" en réalité cela veut dire "j'ai reçu un mot de vous"................[/size]
 
[size=13]A VOUS DE TROUVER MAINTENANT :[/size]
[size=13]" le taureau pèse autant qu'il broute"[/size]
[size=13]" le vieux renard a le dos en compote"[/size]
[size=13]" l'emeu se cache entre des niches pour mourir"[/size]
[size=13]" les hommes de la légion aiment l'amour"[/size]
[size=13]" le militaire a chaud en saluant le drapier"[/size]
[size=13]"le gant, ça plait!"[/size]
[size=13]"il vendait du cordon, mais c'était de la méche!"[/size]
[size=13]" après le [size=13]repas, l'éditeur peinait"[/size][/size]
[size=13]" le vieillard faisait briller son dôme"[/size]
[size=13]" le vieux luthier sent le pain pas frais"[/size]
[size=13]" épuisé, l'ingénieur chargé des W.C. à la NASA est parti à la ville"[/size]
[size=13]" ce cafetier n'est qu'un souillon"[/size]
[size=13]" le soir, les ouvriers du Sentier chantent trés fort"[/size]
[size=13]" elle est trop de se mettre au comptoir!"[/size]
 
[size=13][size=18]JE VOUS SOUHAITE DE PASSER UN BON MOMENT, VOUS AVEZ TOUT LE WEEK END POUR Y REFLECHIR...........
[/size][/size]
[size]
 

LES NOMS DES METIERS

[/size]

Le nom des métiers :
C'est Etienne Boileau qui rédigeat sur l'ordre de de ST LOUIS "le [size=13]livre des métiers de France".[/size]
-LES CHAPUISEURS : ils fabriquaient des arçons et des selles
-LES LORMIERS : ils fabriquaient des freins pour les chevaux
-LES BAUDROIERS: les courroies
Ces métiers ont complètement disparus.
-LES FORGERONSétaient inscrits sous le nom de "fèvres" qui vient du latin "faber" qui a aussi donné orfévre
-LES BOULANGERSétaient des "talemeliers, des "pestres" ou "pesteur" qui vient du latin "pister".
-LES BOUCHERS .Le mot latin "Macellarius"  a donné "maiselier" pour désigner le boucher mais ce mot ressemblait facheusement à "mesel" qui désignait un lépreux au moyen age aussi fut il remplacer par "boucher".
-lES TAILLEURS: étaient inscrits sous le nom de "tailleurs de robes" ou "couturier"
-LE CORDONNIER :est un des noms qui a connu le plus de vicissitudes. On l'appelait le "cordouanier" qui est un dérivé de "cordouan". Les artisans de Cordoue fabriquaient des cuirs teints.
Avant "cordouanier" on disait "sueur" du latin "sutor" qui signifait "couseur".
Et encore avant, on les appelait "corvoisier" ou "corvisier".
Le "savetier" lui faisait le [size=13]travail de réparation.[/size]
[size]


LES MOTS "DROITE" et "GAUCHE"


[/size]
DROITE ET GAUCHE

Le latin les appeler "dexter" et "sinister".
Puis ces deux mots sont devenus "destre" et "senestre" qui ont maintenant complètement disparu de la langue.
La substitution des mots "destre" et "sénestre" par "droite" et "gauche" a commencé du XVème siècle et s'est achevée au XVIème siècle mais cela ne s'est pas fait à la même vitesse.
Rabelais,par exemple, employait souvent "destre" et "gauche" et non plus "sénestre.
"Gauche" est tiré du verbe "gauchir" (origine germanique) qui signifait faire des détours.
"Droite" vient du latin "directus" qui signifait la ligne droite, l'absence de détours.
[size]


LES SAISONS


[/size]

 
Les romains n'avaient pas de mot spécial pour la notion de saison; ils parlaient d'époque de l'année.
Seulement deux noms de saison viennent du latin par voie populaire :
- l'été "aesta" qui désignait cette saison et "aestivales" pour estival.
- l'hiver qui vient de l'adjectif latin "hibernus".
En fait dans ces temps reculés, il n'y avait vraiment que deux saisonsvraiment caractérisées.
Le mot "Automne" est venu seulement par les savants du moyen âge du latin "autumnus".
Le mot printemps, vient de l'expression latine "le prim" qui signifie premier temps de l'été.
[size]


LE MOT "LUNETTES"


[/size]

Les lunettes, sous quelque formes que ce soit, n'apparaissent pas avant la seconde moitié du XIIIème siècle : en effet Marguerite d'Arras, mentionne dans son testament qu'elle lège "ses anneaux qui environnent les yeux à sa soeur".
Le mot "lunettes" apparait dés le XIVème siècle : il appartient au vocabulaire des moroitiers qui joignirent la fabrication des lunettes à celle des miroirs.
Ce que nous appelons "verre de lunette" portait le nom de "berille" ou "béricle", qui en fait désignait une variété d'émeraude de couleur vert pâle, ce qui nous fait dire que les lunettes à l'époque devaient avoir beaucoup de valeur.
C'est seulement dans le courant du XVIIIème siècle que les lunetiers inventèrent les lunettes à branches (appelées aussi lunettes à tempe). Jusque là il fallait faire tenir ses lunettes en les forçant sur le nez d'où l'expression de "chausser ses lunettes.






bon week-end     Ninnenne        blog de partage   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24342
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres   Sam 2 Juil - 10:45

acrostiche

BATISSEURS



Un acrostiche dédié aux bâtisseurs....


AU PETIT MATIN


AU PETIT MATIN
Un moment important!
 
Plein de questionnements!
Est-ce-que ma journée sera [size=16]bonne?
[/size]
Te sera-t-il possible de changer la donne?
Il y a dans cet instant
Tout un monde de sensations....
 
Même si on ne peut pas parler de temps
A chacun ses heures de [size=16]créations!
[/size]
Toi entre la nuit qui s'en va lentement
Ignorant encore le jour qui apparait doucement
Nul doute, je t'aime PETIT MATIN!!!

[size=24]ETOILE FILANTE




[/size]

[size=24]ARC EN CIEL



[/size]
ARC EN CIEL
Regarde là-haut
Comme il est beau!!
 
En te voyant si lumineux,
Nous sommes plus heureux!
 
Comment ne pas l'admirer?
Il nous fascine par sa beauté,
Et son mystère reste entier.
L'arc en ciel qui nous fait rêver....
[size]

SAINT-VALENTIN


[/size]
SAINT-VALENTIN
Amours sans lendemain,
Incompris ou soumis,
Nouveau ou ami,
Tout est [size=18]amour![/size]
 
Volage ou fidèle,
Attentionné et fou d'elle,
Lié pour une nuit ou mieux,
Elégant ou disgracieux,
Naturel ou artificiel,
Trompeur ou essentiel,
Inovation ou bravoure,
N'ayez qu'une seule maxime : [size=18]amour toujours[/size]
[size]


UNE BRASSEE DE FLEURS


[/size]

 
UNE BRASSEE DE FLEURS
Nenuphar
Eglantine
 
Bégonia
Rose
Anémone
Safran
Sainfoin
Edelweiss
Ellébore
 
Dahlia
Euphorbe
 
Forsythia
Lys
Ers
Usnée
Renoncule
Sauge
[size]


A COMME ACCUEILLIR


[/size]

 
ACCUEILLIR
C[size=13]omme un baiser,
[/size]
C[size=13]omme une faveur
[/size]
U[size=13]ne parole pour apaiser[/size]
E[size=13]t un geste de bonheur.[/size]
I[size=13]l ne faut pas fermer
[/size]
L[size=13]a porte à notre ami,
[/size]
L[size=13]ui laisser le temps d'aimer.
[/size]
I[size=13]l n'a que faire de notre infamie,
[/size]
R[size=13]ien ne lui importe plus que notre [size=13]amitié![/size][/size]
[size]


CREPUSCULE


[/size]

CREPUSCLULE
R[size=13]enoncer à la lumière du jour[/size]
[size=13][size=18]E[size=13]t tenter de refaire un tour[/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]P[size=13]our ralentir l'arrivée de la [size=13]nuit.
[/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]U[size=13]n manteau gris recouvre la terre,[/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]S[size=13]eules les étoiles et la lune s'affairent.
[/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]C[size=13]'est qu'elles auront tout à loisir
[/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]U[size=13]ne [size=13]nuit entière pour profiter du plaisir
[/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]L[size=13]angoureux et harmonieux de briller de mille feux
[/size][/size][/size][/size][/size]
[size=13][size=18][size=13][size=18]E[size=13]n en nous invitant pas à partager leurs [size=13]jeux....[/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size]


TRAHISON

[/size]

TRAHISON
R[size=16]ejet[/size]
[size=16][size=24]A[size=16]bandon[/size][/size][/size]
[size=16][size=24][size=16][size=24]H[size=16]umiliation[/size][/size][/size][/size][/size]
[size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24]I[size=16]njustice[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24]S[size=16]olitude[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24]O[size=16]bsession[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]
[size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24]N[size=16]égation[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]




[size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16][size=24][size=16]bon week-end     Ninnenne       blog de partage   
[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24342
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres   Sam 2 Juil - 11:15

L'IMPORTANCE DU LACHER PRISE....


 Aussi dur que cela puisse être, il est important d'apprendre à lâcher prise pour faire la paix avec soi-même et avec lemonde extérieur.
 
  Lâcher-prise, c'est calmer la rage
  Devenir plus sage,
  Tenter d'accepter ce qu'on ne peut pas changer,
  Apprendre à s'en détacher."
Et voici une petite réflexion sur le lâcher-prise que je vous soumet.
 
Le lâcher-prise est un processus : moins nous avons de freins, plus il est facile de lâcher-prise.
Lâcher-prise s'est cesser de donner raison à ce qui nous tourmente : il ne faut pas donner de l'importance aux choses qui ne le méritent pas.
Le lâcher-prise est un acte de la conscience : c'est en réalisant que la situation que nous vivons est indésirable qu nous pouvons entreprendre de l'abandonner.
Le lâcher-prise vient de l'intérieur : même si l'évènement vient de l'extérieur c'est notre façon de le voir qui est en jeu.
Le lâcher-prise ne signifie pas résignation ni soumission : cela apporte au contraire de la joie et du bien-être.
Le lâcher-prise c'est revoir un certain nombre d'habitudes qui nous limitent ou nous font souffrir.
Le lâcher-prise c'est une aptitude à accepter : il faut permettre aux choses d'arriver de façon ouverte et confiante.
Le lâcher-prise agit sur le corps et l'esprit : nous sommes au calme et en harmonie.
Le lâcher-prise permet de s'aimer et d'aimer les autres : débarrasser de nos craintes, de nos apprioris... nous pouvonsaimer les autres.
Le lâcher-prise procède à une ouverture du coeur : nous disons oui à ce qui est, oui à la vie.
Le lâcher-prise mène à soi : c'est grace à cette pratique que nous pourrons nous reconnecter avec nous mêmes...
Bien sûr il y a beaucoup de choses à dire sur ce sujet que j'ai un peu étudié mais je ne voudrais pas vous ennuyer trop longtemps mais si cela vous interesse je pourrais vous en parler plus longuement une autre fois....

LA BEAUTE D'UNE FEMME.....


La beauté d'une femme doit être vue au fond de ses yeux car c'est la porte de son coeur, l'endroit où réside l'amour.
La beauté d'une femme ne réside pas dans le moule d'un visage, mais la vraie beauté d'une femme se reflète dans son âme.
La beauté d'une femme grandit avec les années mais ne vieillit pas, au contraire elle se bonnifie avec le temps : elle offre son amour et sa passion augmente.

QU'EST-CE-QU'UNE SOEUR?


Les mots seuls ne sauraient décrire ce qu'est une [size=13]soeur.[/size]
A la fois source d'affection et d'amitié, elle offre ce que la vie a de meilleur.
Elle est la beauté intérieure et apporte une présence qui fait sourire le coeur.
Une [size=13]soeur est ce qu'il y a de plus cher au monde. Et vous serez toujours proche quelque soit la distance qui vous sépare.[/size]
Ensembles, nous avez partagé des moments uniques que personne ne pourrait imaginer.
Une [size=13]soeur est une porte sur le passé, telle une manne de souvenirs que vous ne pourrez jamais oubler.[/size]
Une [size=13]soeur est une photographie a garder dans votre plus bel album.[/size]
Elle est la lettre tant attendue, la bonne nouvelle attendue.
Une [size=13]soeur est une bénédiction née de la complicité, un secret partagé, un rêve conté.[/size]
Une [size=13]soeur c'est découvrir la vie ensemble.[/size]
Une [size=13]soeur est une confidente et une conseillère.[/size]
Une [size=13]soeur est une amie fidèle, quelque fois même une jumelle.[/size]
Elle est la main qui prend la tienne et souvent la seule qui te comprenne.
Elle est honneté et confiance, mélée d'affection : le seul être qui voit l'avenir à ta façon et t'aide à gagner plus de clarté.
Elle offre soutien et conseil et tient une telle place dans ton coeur que parfois tu te demandes ce que tu ferais sans elle.
 
[size=16]QU'EST-CE QU'UNE [size=16]SOEUR?????[/size][/size]
[size=16]Une personne que même les mots ne peuvent décrire, aux qualités extraordinaires, d'une grande bonté intérieure.[/size]
 
[size=16]UNE PERSONNE AIMEE D'UN AMOUR INCOMPARABLE.[/size]
 
[size=16]C'est DOUGLAS PAGELS qui est l'auteur de ce texte.
[/size]


bon week-end          Ninnenne       blog de partage    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PETITES HISTOIRES DES MOTS....PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE...+autres
» PETITES HISTOIRES DES MOTS..(.PLEONASMES+LE TREMA+LA CEDILLE+L'ACCENT CIRCONFLEXE.+ autres.
» Le jeu des petites histoires !
» Petites histoires du jour
» Hors-Série LES PETITES HISTOIRES DE DRAGOMIRA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: citations-
Sauter vers: