AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Aurore boréales + autres sujets divers!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Aurore boréales + autres sujets divers!!   Sam 20 Aoû - 12:14

Qui n’aimerait pas voir une aurore boréale au moins une fois dans sa vie?
Malheureusement ce n’est pas possible pour de très nombreuses personnes qui n’habitent hélas pas en Groenland, en Antarctique, en Alaska et au Canada!
La nature peut parfois donner des cadeaux et cette fois, elle  offre un merveilleux spectacles d’aurores boréales aux habitants de l’Ecosse et à certains habitants de l’Angleterre!
Les images que vous allez voir sont trop belles!
Les couleurs et les lumières offrent de merveilleux décors!
Regardez!
 
C’est un spectacle féerique! Un vrai bonheur que d’observer cette splendeur durant des heures!
 
Trop jolie!Les couleurs sont belles! Les formes qui s’y cachent changent mystérieusement!
 
Est-ce là un rêve? On se le demanderait bien si on se tient debout devant une telle beauté de la nature!
 
Tout est possible et Dame Nature nous demande juste de la respecter pour qu’elle puisse vivre encore longtemps!
 
Merveilleux décor! Ce lac est vraiment splendide!
 
Le comble du bonheur est là devant vos yeux!
C’est adorable et à couper le souffle!
En tous les cas, ces photos sont vraiment trop bonnes!
 
Un vrai délice que de les visionner pour voir de quoi est capable notre si belle nature!


[size=32]Le saviez-vous ? Bonne vision durant une forte averse de pluie [/size]
 Comment obtenir une bonne vision lorsque vous conduisez durant une forte pluie diluvienne. 
 Nous ne comprenons pas pourquoi cette méthode est si efficace. 
 Essayez-la tout simplement. 
 Lorsque vous conduisez au cours d'une forte averse de pluie. C'est une suggestion de la part d'un ami policier qui l'a expérimenté et a confirmé sa véracité. 
 C'est utile même durant une conduite en soirée ou la nuit.
La plupart des automobilistes accélèrent la vitesse de leurs essuie-glaces durant une forte pluie et la visibilité dans leur pare-brise est toujours aussi mauvaise. 
 Dans une telle situation,mettez vos LUNETTES DE SOLEIL
 (N' importe quel modèle fera l' affaire), et bingo... un vrai miracle
Soudainement, la visibilité dans votre pare-brise deviendra parfaitement claire, comme s' il ne pleuvait pas.  Assurez-vous toutefois d'avoir toujours une paire de LUNETTES DE SOLEIL à portée de la main dans votre auto. Cette mesure vous permettra de conduire prudemment et avec l' assurance d'amour une bonne vision. C'est fascinant, vous voyez les gouttes d' eau sur le pare-brise, mais aucune traînée de pluie et vous pouvez voir là où la pluie rebondit sur la route. Ça fonctionne aussi pour éliminer l' aveuglement des arrosages lors des dépassements, ou les éclaboussures lorsque vous suivez un camion ou une auto dans la pluie.Ce petit truc devrait être inclus dans le cours d' enseignement de conduite automobile, parce que ça fonctionne vraiment !Vous le saviez peut-être[size=32]?Faites suivre....Ça pourrait en aider d' autres.[size=32],[/size][/size]
 
 essayer cela ne coûte rien. 



Petit truc pour nos yeux de ? ans et +
ÇA MARCHE VRAIMENT
Ceci est pour toute personne dont la vue n’ est plus aussi bonne qu’ avant.
J'ai un ami qui vient tout juste de trouver ce petit truc à l’ ordinateur.
J'ai pensé vous le faire parvenir, parce ce que c'est très utile lorsque l’ on essaie de lire du courriel dont les lettres sont petites.
Tout en pressent la touche Ctrl, tournez la petite roue qui se trouve au milieu de votre souris. Les caractères deviendront plus ou moins grands (ou petits selon le sens de la roue).
Vous trouverez peut-être très utile de partager ce conseil à plusieurs de vos amis.
 
Bonne journée. 

Frelons asiatiques


 
   
 
 
 

Serait-il possible de communiquer ce message à l'ensemble de vos amis et réseaux de connaissances.
Nous sommes dans la région la plus touchée, l'Aquitaine, et tout le sud de la France, mais aucune région ne sera épargnée même au nord de la Loire. Cela va en s'empirant d'année en année jusqu'en Belgique et Hollande.

En étudiant le cycle de vie de ce frelon, on s'aperçoit que nous pouvons agir très utilement et individuellement contre ce fléau. En effet, les nids construits dans l'année se vident de leurs habitants en hiver car l'ensemble des ouvrières et des mâles ne passent pas l'hiver et meurent.
Seule les reines et jeunes reines se camouflent dans les arbres creux, sous des tas de feuilles, dans des trous de murs, etc ... pour en ressortir courant février et commencer à s'alimenter. C'est à ce moment que nous pouvons agir.
  
En disposant des pièges dans nos jardins ou sur nos balcons en ville pour attraper ces futures fondatrices de nids: 1 reine = 2 000 à 3 000 individus

Pour fabriquer ces pièges, il suffit de récupérer des bouteilles d'eau minérale en plastique, de découper le tiers supérieur et de le retourner dans la partie basse; puis verser à l'intérieur 10 centimètres d'un mélange de bière brune, de vin blanc ( pour repousser les abeilles ), et de sirop de cassis.
Il suffit de laisser en place ces pièges de la mi février à la fin avril. Après cette date les futures reines auront commencer à se reproduire.

 Merci de votre lecture et à vos pièges ! L'an passé avec 1 seul piège a DAX (40)...... 72 frelons ont été éliminés

FAITES SUIVRE A UN MAXIMUM DE PERSONNES A LA CAMPAGNE COMME A LA VILLE
Amicalement
 


bon week-end         Ninnenne       blog de partage   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Aurore boréales + autres sujets divers!!   Sam 20 Aoû - 14:20

Les fibres,


Bonjour 

La consommation de fibres était au début du siècle de l’ordre de 20 à 30 g par jour et par personne. Aujourd’hui, elle se situe entre 15 et 20 g. Cette diminution résulte de la modification de nos habitudes alimentaires : moins de pain, moins de céréales, plus de produits carnés et de laitages. Les fibres font pourtant partie des éléments essentiels à notre organisme. Et je vous l’ai dit nos 2 kg de bactéries ont besoin de ces fibres pour se développer et atteindre leur maximum d’efficacité. 

Les fibres sont retrouvées essentiellement dans les végétaux, on les classe en fonction de leur solubilité dans l’eau. Il existe ainsi deux catégories : 

  • Les fibres solubles : les pectines, les mucilages, qui forment des gels visqueux au contact de l’eau ; certaines fibres solubles peuvent contribuer à réduire le taux de cholestérol et la glycémie ;

  • Les fibres insolubles : la cellulose, les hémicelluloses, la lignine. Leur consommation est un véritable atout pour la santé, elle permet une lutte contre la constipation car elles facilitent le transit intestinal, mais permettent également de lutter contre les flatulences et les ballonnements.


D’autre part, les fibres présentes dans les fruits, légumes et céréales sont d’excellents coupe faim permettant ainsi de se rassasier sans manger de grandes quantités d’aliments. 

On trouve des fibres alimentaires dans les fruits (poires, fraises, mûres, framboises, cassis et groseilles, oranges), les légumes (choux de Bruxelles, artichauts, oignons, ail, maïs, pois, haricots verts, brocolis), les légumes secs (lentilles, pois chiches, haricots) et les céréales complètes (son en flocons et céréales au son d’avoine, pains aux céréales complètes et céréales mélangées). 

Un apport de 30 g de fibres par jour est facilement atteint en consommant notamment :

  • 150 à 200 g de légumes verts cuits (une portion avec le plat principal).

  • 150 à 200 g de légumes crus (deux crudités).

  • 150 à 200 g de fruits (2 petits fruits ou un gros).


Pour en savoir davantage sur les fibres et leurs propriétés, consultez cette page maintenant.

Avant dernier jour pour profiter de votre code : bio10 suivez ce lien dès maintenant

Et en complétant le tout avec des céréales et des légumineuses (lentilles, pois…). C’est pour cela que nous avons recherché parmi les fibres celles qui étaient le mieux supportées et le plus efficace. Cela nous a demandé près de 2 ans de travail ! 

Les Américains utilisent l’inuline tirée de la chicorée, mais il faut 35 g pour bénéficier d’effets Santé optimaux. À ce dosage, les douleurs et les gaz sont insupportables. Nos produits par contre sont très bien supportés : voilà notre secret ……et c’est made in France !

Pour obtenir tous les détails de mes conseils, suivez ce lien.

À votre bonne santé et celle de vos proches !

Docteur Richard Haddad 







bon week-end      Ninnenne  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Aurore boréales + autres sujets divers!!   Lun 22 Aoû - 14:16

Vos intestins, ces héros inconnus … Découvrez leurs super pouvoirs !


Bonjour 

Comme nous l’avions vu, les scientifiques ont découvert que vos intestins contiennent 200 millions de neurones qui veillent au fonctionnement de votre digestion. De plus, ils échangent des informations avec votre "tête". Nous pouvions en déduire qu’ils agissent comme un « deuxième cerveau ». 

Aujourd’hui, nous abordons un sujet encore méconnu du grand public : les pouvoirs incroyables que recèlent vos intestins ! 

Selon une synthèse d’études scientifiques, des intestins en bonne santé vous protègent contre plus de 200 maladies ! 

Sont notamment concernés la constipation, différentes maladies inflammatoires, le diabète, l’obésité, le cholestérol, l’herpès, les rhumes, la grippe et même certains cancers ! 

Imaginez un instant que vous puissiez éloigner durablement ces maladies tout en affinant votre silhouette… Eh bien c’est ce que vous propose le docteur Haddad ! 

Cliquez-ici et accédez au message vidéo qu’il a laissé à votre intention 

La mission première de vos intestins est de trier ce que vous ingérez au quotidien. 

Ils éliminent les toxines et nourrissent votre corps en laissant passer les bons nutriments tels vitamines, minéraux et acides aminés. 

Si vous mangez beaucoup d'aliments transformés, vos bactéries intestinales seront affaiblies parce que les conservateurs détruisent la microflore saine et nourrissent les mauvaises bactéries et autres levures. 

Elles prolifèrent alors avec plus de facilité et votre terrain se fragilise. Vous êtes plus exposé aux maladies. 

Cliquez-ici pour corriger ça immédiatement ! 

Vous devez également savoir que vos « bonnes »bactéries sont très sensibles à l'eau chlorée, aux antibiotiques, aux produits chimiques agricoles et ainsi qu’à de nombreuses autres formes de pollutions. 

Vu que notre monde moderne nous expose continuellement à certaines de ces pollutions, nous devrions
« réensemencer » de temps à autre notre flore intestinale. 

Pour ce faire, les nutritionnistes recommandent de manger des aliments fermentés, comme le kéfir ou la choucroute, ou de prendre un supplément de probiotiques, ces bactéries « favorables et nécessaire à la vie ». 

Amicalement, 

Michel 

Ps : Saviez-vous que votre flore intestinale s’est constituée – dans sa plus grande partie - dès les premières heures de votre vie ? Quand vous étiez dans le ventre de votre mère, votre tube digestif était totalement stérile. Mais quelques heures après votre naissance, il contenait déjà près de 1000 milliards de bactéries et de levures provenant de la flore vaginale de votre mère. Si vous êtes né par césarienne, c’est une grande partie de l'environnement hospitalier qui a fabriqué votre flore intestinale ! 

Cliquez-ici pour savoir comment corriger votre flore intestinale très simplement


Les épices, 


Bonjour 

Bien au-delà de leurs qualités gustatives, les épices présentent de très nombreux bienfaits pour la santé, et font parfois l’objet d’une utilisation ancestrale pour leurs propriétés médicinales.
Certaines herbes et épices contiennent en effet une grande variété d’antioxydants les plus puissants, permettant une protection reconnue contre de nombreuses maladies telles que le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, l’arthrite, la dégénérescence maculaire, la maladie d’Alzheimer et le vieillissement en général. 

Les herbes et les épices peuvent également :

  • Aider la combustion des graisses et stimuler le métabolisme –

  • Aider à stabiliser la glycémie et contrôler l’insuline et ce, aussi bien que certains médicaments contre le diabète !

  • Présenter des propriétés anti-inflammatoire puissantes –

  • Présenter une activité anti-bactérienne, anti-virale et anti-fongique


Les herbes et des épices les plus puissantes que vous pouvez manger sont le basillic, le thym, l’origan, le gingembre, le romarin, le curcuma, le cumin, les clous de girofle, le piment de Cayenne et la cannelle. 

Voici quelques avantages pour la santé des herbes et épices :

  • Le romarin, le curcuma, le gingembre et le basilic sont de puissants anti-inflammatoires.

  • Le cumin, le curcuma, la sauge aident à lutter contre la démence.

  • Le piment de Cayenne, le cumin, la coriandre et la cannelle aident à réguler l’insuline et la glycémie, ce qui facilite la perte de graisse.

  • La citronnelle, la noix de muscade, les feuilles de laurier et le safran ont un effet calmant.

  • L’ail, les graines de moutarde, l’aubépine, et la chicorée sont excellents pour le coeur.

  • Le basilic et le thym aident votre peau à devenir plus souple et plus lisse.

  • Le curcuma, l’ail, le basilic, la cannelle, le thym, le safran, l’ail et le gingembre stimulent le système immunitaire.

  • La coriandre, le romarin, le piment de Cayenne, le piment et le poivre noir peuvent aider à bannir la dépression.


Certaines épices sont également riches en fibres. Citons notamment la cannelle (43.5 g/100 g), les graines de coriandre (41.9 g/100 g), le meloukhia en poudre (40 g/100 g), le curry en poudre (33.2 g/100 g) et le gingembre moulu (14.10 g/100 g). 

Il est donc grand temps de les utiliser sans modération ! 

Notre santé est un élément extrêmement précieux.
Augmentez vos connaissances et profitez des apports que vous en retirerez en suivant ce lien

Fin de l'offre, dernier jour pour activer votre code : BIO10 (à saisir ici lors de votre achat)

Portez vous bien ! 

Docteur Richard Haddad 






Cancer : un traitement simple et non toxique



Cancer : un traitement simple et non toxique

Chère lectrice, cher lecteur, 

Le Dr Laurent Schwartz, cancérologue et chercheur à l’Ecole Polytechnique, sort un nouveau livre intitulé « Cancer, un traitement simple et non toxique ». 

Ce livre n’est pas encore en librairie. Mais l’éditeur me l’a envoyé pour que je puisse en prendre connaissance au plus tôt, et vous en faire part. 

En effet, le traitement du cancer est souvent une question de semaines, ou de jours : 50 % des personnes frappées par le cancer du poumon, du pancréas, du foie ou du rein meurent dans les six mois. 

D’où l’urgence de vous parler des révélations sensationnelles de ce nouveau livre. 

Elles peuvent sauver des vies

Il s’agit d’une nouvelle approche qui pourrait révolutionner le traitement du cancer. 

Soigner le cancer grâce à l’effet Warburg

L’effet Warburg, du nom du prix Nobel de médecine Otto Warburg (1931) est un phénomène bien connu des médecins. 

C’est le fait que les cellules cancéreuses fermentent pour produire de l’énergie. 

Le fonctionnement normal des cellules saines est de brûler le glucose avec de l’oxygène. Mais les cellules cancéreuses font fermenter le glucose, ce qui était le mode de fonctionnement de la vie primitive, il y a 3,5 milliards d’années. 

L’avantage de la fermentation est qu’elle est possible sans oxygène. L’inconvénient est que la fermentation produit peu d’énergie, par unité de carburant consommée. 

Les cellules cancéreuses sont donc très gourmandes en glucose, ce qui permet de les repérer. C’est ce qu’on appelle l’effet Warburg. 

Affamer le cancer en le privant de sucre

L’effet Warburg est utilisé pour repérer les tumeurs, avec la technologie du « PET-scan ». On injecte au patient du glucose radioactif et l’on observe les endroits où celui-ci va se concentrer : c’est là que se trouve le cancer. 

D’où l’idée d’affamer le cancer en cessant de manger du sucre, ou tout produit se transformant en sucre. 

Le Dr Laurent Schwartz recommande un régime « cétogène », c’est-à-dire constitué de produits gras et de quelques protéines, mais très peu de glucides (sucres). 

« Le régime cétogène se révèle une solution thérapeutique sérieuse et encourageante », estime-t-il [1]. 

Mais cela n’a rien de révolutionnaire. La grande nouveauté vient maintenant… 

Lutter contre l’acidité provoquée par la tumeur

Le Dr Laurent Schwartz a aussi observé que la fermentation provoque une acidification des tissus autour de la tumeur. 

Il explique que cette acidification permet aux cellules cancéreuses de mieux « lacérer » les tissus environnants, pour les envahir. 

En revanche, pour acidifier son environnement, la tumeur, elle, doit perdre son acidité et devenir basique. 

C’est d’ailleurs le fait d’être basiques qui permet aux cellules tumorales (cancéreuses) de se multiplier si rapidement. 

Cette constatation toute simple est à l’origine d’une idée toute simple elle aussi, mais qui pourrait être la clé pour vaincre le cancer : diminuer l’acidité autour de la tumeur pour bloquer la multiplication des cellules cancéreuses

(la suite ci-dessous) 
Suite de la lettre de ce jour : 

Et de fait, le Dr Schwartz rapporte que des chercheurs ont essayé de diminuer l’acidité autour des tumeurs, et ils ont constaté une régression des cancers

C’est une nouvelle fantastique. Car il se trouve que l’on dispose de plusieurs médicaments bien connus et peu coûteux pour lutter contre l’acidité, des médicaments simples, bon marché, peu dangereux. 

Une équipe de chercheurs espagnols qui a travaillé sur ce sujet rapporte plusieurs cas de rémissions inattendues en donnant aux patients cancéreux un cocktail de médicaments anti-acides, très peu toxiques par rapport aux chimiothérapies « normales ». 

Le Dr Laurent Schwartz donne la posologie, qui est la suivante (il ne l’a pas testée lui-même mais considère que c’est une « approche logique et porteuse d’espoir ») :

  • Amiloride : 10 à 40 mg trois fois par jour  


  • Un inhibiteur de la pompe à protons, par exemple l’oméprazole : 20 à 40 mg par jour 


  • Un inhibiteur de l’anhydrate carboxylase, par exemple l’acétalozamide (Diamox) : 250 mg par jour. 



Mais après avoir bloqué la reproduction des cellules cancéreuses, peut-on faire en sorte qu’elles redeviennent saines et ainsi se débarrasser vraiment de la maladie ? 

Oui, répond le Dr Schwartz. 

Grâce à la stratégie suivante… 

Redémarrer le fonctionnement (métabolisme) normal des cellules

Pour traiter le cancer, le Dr Schwartz recommande un traitement qui permette de redémarrer la combustion normale du glucose dans les cellules, et ainsi mettre fin à la fermentation et à l’acidification des tissus autour de la tumeur. 

Pour cela, il faut « remettre en route » les mitochondries, les petites usines à brûler le glucose qui sont dans les cellules. 

Cette fois, le Dr Laurent Schwartz a lui-même sélectionné les médicaments capables de faire cela, et il a lui-même observé des rémissions chez plusieurs de ses patients, cancéreux de longue date. 

Dans son protocole, la posologie est la suivante :

  • Acide lipoïque : 600 mg en injection intraveineuse lente 


  • Hydroxycitrate : 500 mg en comprimés, matin, midi et soir. 



L’hydroxycitrate est en vente libre, considéré comme « complément alimentaire ». L’acide lipoïque en intraveineuse est un médicament. Il est vendu en Allemagne et en Amérique du Nord mais pas en France. Mais il a été prescrit à des centaines de milliers de patients sans causer de problèmes. 

Ces produits ne présentent aucun danger, et tout médecin doit pouvoir les prescrire à son patient. 

« Ce traitement n’a pas d’effet secondaire toxique lourd », explique le Dr Laurent Schwartz. 

« Près de 2 ans ½ plus tard, sur les onze premiers patients, cinq sont encore en vie. C’est un exploit si l’on considère que tous avaient été renvoyés à leur domicile pour y mourir ! [2] »

Renforcer les effets par d’autres médicaments

Le Dr Schwartz souligne toutefois que ces deux substances ne suffisent pas en elles-mêmes et sont plus efficaces si elles sont prises en combinaison avec une radiothérapie et une chimiothérapie. 

Il signale en outre avoir obtenu de meilleurs résultats encore en y associant de la metformine à forte dose (jusqu’à 3 g par jour). 

La metformine est le traitement de base contre le diabète de type 2. 

Votre pharmacie en vend tous les jours et n’importe quel médecin peut la prescrire. 

La guérison à portée de la main

La conclusion du Dr Laurent Schwartz est que nous sommes en train de faire une erreur monumentale en allant vers des traitements toujours plus compliqués et coûteux du cancer (plus de 100 000 euros par cycle de traitement). 

Ses décennies d’études l’ont convaincu au contraire que le cancer est une maladie simple

Ce sont les cellules qui fonctionnent mal, et il existe des mesures simples et peu coûteuses, ainsi que des médicaments courants et non toxiques qui permettent de faire beaucoup pour les malades. 

Il pense donc que « nous pouvons proposer aux malades de nouvelles avancées thérapeutiques, dont l’efficacité pourrait être supérieure à celle de la chimiothérapie tout en entraînant bien moins d’effets secondaires. [3] » 

Ses pistes de traitement sont d’autant plus intéressantes qu’il estime qu’elles permettraient également de soigner l’Alzheimer et Parkinson. 

Il s’agit donc d’une possible révolution médicale qui est en train de se produire sous nos yeux. 

Ce que vous pouvez faire

Je suis conscient que, même si vous êtes vous-même actuellement traité contre le cancer, cette simple lettre vous paraîtra insuffisante pour démarrer un traitement alternatif. Elle sera en outre complètement insuffisante pour convaincre votre oncologue (cancérologue) et même votre médecin traitant de l’intérêt de ces avancées. 

Mais ne désespérez pas. 

Attendez simplement quelques jours, si vous le pouvez, que le livre soit sorti en librairie. 

Vous aurez tous les éléments en main. Vous pourrez le donner à votre médecin s’il a le moindre doute sur la véracité et le sérieux de ces nouveaux traitements contre le cancer qui, je le répète, sont simples, non toxiques et peu coûteux. 

Voici la couverture du livre, afin que vous ne perdiez pas de temps pour le trouver : 

 

En attendant, je vous redis combien je compatis avec vous si vous êtes en train de combattre une grave maladie. Surtout, ne baissez pas les bras, continuez à vous soigner et à rester en alerte sur les progrès des traitements. 

Nous sommes dans une période de grands bouleversements, dans le mauvais sens parfois (malheureusement !) mais aussi, il ne faut pas l’oublier, dans le bon sens. 

Ce livre est peut-être un bon exemple de ces progrès qui se produisent parfois et qui peuvent aider des millions de personnes. 

À votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis 







bonne après midi 1      Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Aurore boréales + autres sujets divers!!   Lun 22 Aoû - 14:52

Antirouille





Antirouille

Chère amie, cher ami, 

Au cours d’une émission à laquelle je participais sur Europe 1, la diététicienne Angélique Houlbert évoquait « ce portail rouillé qui grince » pour désigner le corps vieilli. 

Belle image ! Il n’y a pas que le portail qui grince, nos articulations aussi ! Il n’y a pas que le portail qui s'écaille, notre peau aussi se ride, quand il ne s’agit pas de notre mémoire ou de nos facultés d’adaptation qui s’érodent… 

Si vous aviez protégé plus tôt votre portail par un enduit ou une peinture appropriée, il ne se serait pas dégradé ainsi. La rouille l’aurait épargné. 

Après tout, ce n’est pas dramatique. Tant qu’il s’agit de votre portail ou de la carrosserie de votre voiture, vous aurez toujours la possibilité de les traiter, de les repeindre. 

Les choses sont moins simples lorsqu’il s’agit de votre propre corps. 

Cette réaction chimique, qu’on appelle oxydation, n’est autre que l’effet délétère de l’oxygène sur le métal. On va la retrouver partout. 

Dans la cuisine par exemple. 

L’odeur désagréable du beurre « rance », laissé trop longtemps à l’air libre, est également le résultat de son oxydation : elle ne vous donnera pas vraiment envie de le consommer. 

C’est cette même odeur que vous percevrez dans la transpiration, sous les aisselles de beaucoup d’entre nous qui pratiquons un exercice un peu rude. Pourquoi ? Parce que l’exercice qui produit notre transpiration accroît également notre consommation d’oxygène. 

Lors de l’émission de radio dont je vous parlais plus haut, j’ai comparé cette odeur de « beurre rance » à celle que l’on détecte en entrant dans la chambre de certains malades ou personnes âgées : il y a bien une ressemblance ou une analogie entre les deux, mais la comparaison s’arrête là. 

Tant pis pour le beurre, vous pouvez le jeter et en acheter une autre plaquette au supermarché. Mais que dire à la personne qui se tient face à vous, et qui, bien entendu, ne se rend pas compte de son odeur car elle y est habituée ? 

À l’avenir, pour ce qui est du beurre, pour éviter de devoir le jeter et pour mieux le conserver, il faudra l’emballer correctement, dans une boîte étanche à l’oxygène, et le garder au frais. Il sera alors protégé de l’oxydation, du rancissement, du vieillissement : il gardera son goût, sa bonne odeur et vous aurez envie de le consommer, en restant sage toutefois sur les quantités ! 

Quant à la pomme ou la poire dont vous avez laissé un morceau pour le consommer plus tard, sa surface brunâtre ne vous rappelle-t-elle rien ? L’oxydation, encore. 

L'industrie agroalimentaire, elle, a bien assimilé les effets de l’oxydation sur les produits qu’elle s’efforce de nous vendre dans les rayons de ses hypermarchés. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire la composition de beaucoup d'aliments industriels ou semi-industriels tels les gâteaux secs. 

Vous trouverez immanquablement sur l’étiquette la mention « antioxydant » ou « agent de conservation ». Ces vocables sont souvent synonymes. 

Que se passerait-il si le fabricant n'avait pas ajouté cet additif ? Vous ne trouveriez plus que des gâteaux rances dans l'emballage, c'est-à-dire des gâteaux oxydés. 

Alors, comment faire pour que notre « portail » ne grince plus, pour que notre organisme ne « rouille » plus ? 

Qu’est-ce que l’oxydation cellulaire ?

D’abord, il faut commencer par un (petit) exposé scientifique. 

Que signifie le terme oxydation ? C’est la modification structurelle et biochimique de toute structure, vivante ou non, exposée à l'air et à l'oxygène qu'il contient. Il en va de la pomme comme du portail en métal. 

En fait nous vivons et nous mourrons grâce à l'oxygène dont nous avons absolument besoin. On nomme ce phénomène « paradoxe de l’oxygène » ! 

L’oxygène nous permet de vivre grâce à ces « poumons cellulaires » que l’on appelle mitochondries, mais certains de ses dérivés ou des produits de sa réaction dans nos cellules provoquent de l’oxydation. C’est le fameux « stress oxydant » dont les « radicaux libres » sont les agents élémentaires. 

Or, nous avons besoin de ce stress pour nous défendre contre des agents infectieux (bactéries, virus…). Mais dans une certaine mesure, car lorsqu’il échappe à notre contrôle, il produira sur nous les mêmes effets pathologiques que sur un morceau de métal ou n’importe quel tissu biologique. 

C’est donc bien la production en excès de ces radicaux libres ou espèces oxygénées activées (EOA) qui va accélérer notre vieillissement, le risque ou l’agressivité de certaines maladies. 

Pour bien vieillir et se prémunir des maladies, ce stress oxydant doit donc être contenu et régulé par l’action des antioxydants internes ainsi que par l’apport, extérieur, nutritionnel en molécules antioxydantes apportées par l’alimentation ou si besoin en compléments alimentaires. 

Il faut ainsi veiller à équilibrer la balance entre oxydants et antioxydants, et maintenir l’équilibre entre les bienfaits et les méfaits du métabolisme de l’oxygène. 

Les radicaux libres : nos meilleurs amis et ennemis !

On en entend souvent parler en mal. Oui, les radicaux libres ont plutôt mauvaise presse. Mais qui sont-ils vraiment ? En voici une définition, très simple : un radical libre est un atome ou une molécule qui a gagné ou perdu un électron, et se trouve ainsi très instable. Il n’aura alors de cesse de capter ou céder un électron à une autre molécule de son entourage, propageant ainsi le phénomène. Cette réaction en chaîne est appelée communément « stress oxydant ». 

Sans utiliser un indigeste jargon biochimique, on peut dire qu'un radical libre est un atome, une molécule ou un groupe d'atomes présentant un électron célibataire sur son orbitale externe. 

Attention, il ne serait pas juste de considérer le radical libre comme l'ennemi à abattre. Il est absolument nécessaire à la vie et à la défense contre les agents infectieux quelle que soit leur nature. 

Ces agents infectieux sont agressés, oxydés par les cellules actrices de l'immunité (nos globules blancs) qui vont les digérer (phénomène de phagocytose) puis les détruire par le biais de la production de radicaux libres sans lesquels il ne pourrait y avoir de vie organisée. 

Ce n'est donc pas le radical libre lui-même qui est à l’origine du stress oxydatif pathologique, qui représente l'ennemi, mais l’excès autoentretenu et non régulé de radicaux libres. 

Quel que soit notre âge, cet excès va induire, entretenir et faciliter toutes les pathologies chroniques : pathologies tissulaires, artérielles, certains diabètes, ou même dépressions, certains troubles articulaires ou autres pouvant conduire à des troubles neurologiques comme ceux de la maladie d’Alzheimer ou apparentés, maladie de Parkinson, pathologies infectieuses chroniques ou certains cancers. 

Les antioxydants : une « police » contre les excès des radicaux

Les antioxydants ont pour fonction d'assurer la prévention, la protection et la régulation des excès de radicaux libres. 

On en distingue habituellement deux classes correspondant à deux lignes de défense de l'organisme contre l'agression radicalaire. 


  • La première ligne de défense en antioxydants : 


Notre première ligne de défense est constituée d’antioxydants essentiels à la composition et au métabolisme des systèmes enzymatiques de protection. 

Il existe dans l'organisme plus de 1400 enzymes répertoriées susceptibles de répondre à cette définition. 


  • La seconde ligne de défense : les piégeurs de radicaux libres exogènes 


En anglais, on traduit par « scavengers ». Ce terme est passé dans le langage courant de la biochimie des radicaux libres. On distingue ici deux sous-classes : 


  • Les piégeurs antiperoxydants exogènes ou « scavengers vrais » : ils s'attaquent directement à l'initialisation des cycles de peroxydation. 


Derrière ces appellations un peu barbares, on retrouve des éléments que nous connaissons tous. Ce sont essentiellement les vitamines C et E et la vitamine A de provenance végétale, c'est-à-dire les caroténoïdes ainsi que les flavonoïdes (vitamines P), que l’on trouve par exemple en forte concentration dans le zeste de citron. 


  • Les piégeurs occasionnels et adjuvants : ils bloquent occasionnellement le métabolisme des radicaux libres au sein de certains tissus en jouant, par rapport aux cibles, le rôle de bouclier ou de paravent. 


Certains parmi eux ne vous sont certainement pas étrangers. On retrouve des acides aminés soufrés (cystéine, N-acétyl cystéine, qui est en outre le précurseur de l’un des plus importants antioxydants : le glutathion…) 

Également parmi ces piégeurs occasionnels, les acides aminés aromatiques (phénylalanine) indoliques (tryptophane) ou encore certains extraits organiques frais (cellules souches, acides nucléiques, ADN, ARN, certains extraits placentaires et embryonnaires à condition que toute présence de pollution ou de prions soit écartée…). 

Ce qui va favoriser les excès de radicaux libres


  • Les expositions trop fortes aux rayonnements solaires vont entraîner la production en excès de radicaux libres. L’effet sera démultiplié en cas de neige, de reflet marin ou de vent. L’exposition aux radiations ionisantes, lorsque des examens radiologiques et scanners sont trop fréquemment répétés, entraîne aussi une surproduction de radicaux libres. 


Il en va de même pour les xénobiotiques : ce sont des molécules totalement étrangères à la nature telles les insecticides, pesticides, les herbicides, les métaux toxiques de l'environnement (plomb, cadmium de la cigarette, mercure, arsenic, aluminium), certaines hormones, certains médicaments chimiothérapiques, ou leurs métabolites prescrits au long cours dans le traitement des infections, inflammations, cancers… Hélas, une partie de ces molécules se retrouve dans pratiquement toutes les eaux de surface et dans bon nombre de nappes phréatiques. 


  • Les insuffisances de régulation enzymatique jouent un rôle essentiel. 


Ainsi, même si nous sommes génétiquement inégaux devant les risques liés au stress oxydant, nous pouvons, en étant attentif à notre mode de vie et d’alimentation ou en surveillant notre bilan en antioxydants, corriger au moins partiellement ces inégalités. 

Les dégâts du stress oxydant sur votre organisme

Les membranes cellulaires sont les premières cibles et victimes. On parle alors de lipoperoxydation car ces membranes sont principalement constituées de lipides (graisses) et leur altération va retentir sur tout le fonctionnement de la cellule, la rendant plus ou moins sensible à l'action des agents infectieux ou hormonaux

Puis les structures intracellulaires telles les lysosomes et mitochondries (poumons de la cellule) sont touchées elles aussi, entraînant des troubles de la respiration cellulaire pouvant conduire à sa mort en cas d’agression ou de phénomènes brutaux d’anoxie (manque d’oxygène) et de réoxygénation que l’on peut observer dans certaines pathologies ou en réanimation. 

Enfin, le noyau cellulaire et les acides nucléiques qu'il contient, ADN et ARN, briques de notre code génétique, seront susceptibles d'être atteints. On observera alors des déformations bien visibles en microscopie électronique (cassures, pertes d'une partie du brin de l'hélice d'ADN…) qui seront reproduites et amplifiées tout au long de la croissance de la cellule. 

C'est à ce moment là que peuvent survenir de véritables modifications de la structure tissulaire : scléroses, fragilités, inflammations chroniques, pathologies auto-immunes et vieillissements prématurés. 

À ce stade, on observe aussi l’apparition ou le développement de certains phénomènes de cancérisation et de dérèglement de l'immunité

Des manifestations supplémentaires, tels certains dépôts de pigments (lipofuschine) aggravent les conséquences pathologiques de l'oxydation et contribuent à son auto-entretien. 

On les observe fréquemment dans les maladies de dégénérescence tissulaire et organique, artérielle (plaques d'athérome) et surtout du système nerveux central (maladies d'Alzheimer ou apparentées, maladie de Parkinson)

Dans tous les cas, la prévention active et volontaire, par le biais de consultations régulières, devrait nous permettre de nous alerter suffisamment tôt pour moins rouiller, « vieillir jeune » et écarter ou freiner bon nombre d’affections chroniques. 

Comment intervenir activement sur notre défense antioxydante ?

Je suppose que si vous êtes là, c’est que vous n’avez pas non plus envie de grincer comme votre portail en fer forgé. 

Une des clefs pour éviter de « rouiller » trop vite, c’est d’essayer de corriger les déficits nutritionnels en antioxydants capteurs de radicaux libres. 

La diététique, la nutrition et la supplémentation nutritionnelle personnelle et spécifique peuvent nous aider à intervenir activement sur notre stress et nos défenses antioxydantes. 

La détection et la correction précise et mesurée de certains déficits nutritionnels en antioxydants indirects, comme le zinc, le cuivre, le sélénium, les apports soufrés (N-acétylcystéine) ou les vitamines E, C, carotène et vitamine A… ne devraient pas poser de problèmes insurmontables. 

Dans une lettre ultérieure, nous détaillerons les composants d’une alimentation antioxydante. 

Car quelques principes de base appliqués au quotidien, facilement, sans se ruiner, permettent de stimuler efficacement nos défenses contre les radicaux libres : 


  • Avoir une assiette colorée par les légumes et par les fruits. 

  • Ne manger que les fruits frais de saison et si possible cultivés à proximité. 

  • Assaisonner avec un maximum d’épices comme le poivre, le gingembre, ou le curcuma. 

  • Ne pas hésiter à rajouter dans sa salade ou dans une soupe confectionnée soi-même du persil, de la coriandre, des épices ou même une cuillère à soupe de levure alimentaire diététique pour apporter le besoin individuel journalier en vitamines B. 

  • Éviter de consommer des aliments de synthèse et ou industrialisés : plats cuisinés contenant trop de sels ou de graisses saturées, sodas, alcool fort, etc. qui sont tous des aliments oxydants. 

  • Ne pas oublier que la seule boisson vraiment neutre et hydratante est l’eau de bonne qualité. 


Au-delà de l’alimentation, l’évolution de la pathologie chronique nous conduit à devoir plus longtemps et plus intensément nous défendre contre les méfaits des xénobiotiques mentionnés plus haut. En conséquence, les apports jusqu'alors conseillés (doses quotidiennes recommandées) dans différentes tables à disposition du médecin et du consommateur sont, dans certaines situations personnelles et particulières, à revoir à la hausse. 

Par ailleurs, notre situation personnelle et individuelle, en fonction de nos antécédents familiaux ou de certaines pathologies, peut nous conduire à être plus particulièrement et spécifiquement attentif à notre environnement : prévention de l’exposition au tabagisme actif ou passif, à la consommation même à faibles doses d’alcool ou de certains médicaments, à la pollution agricole ou à certaines situations climatiques… pour ne citer que celles-là. 

On l’a vu, malgré notre vigilance, notre environnement immédiat peut nous « arroser » insidieusement de radicaux libres en excès : tabac, pollution, soleil, radiologie, certains médicaments… 

Or, la spécificité génétique de certaines personnes ne leur permet pas de contrôler en permanence les réactions inflammatoires de défense et les systèmes enzymatiques de protection antiradicalaire en état de dysfonctionnement. Ils sont d'abord réversibles, puis de moins en moins, jusqu'à l'apparition de lésions organiques comme des dépôts de pigments au sein des artères, de la peau, ou du système nerveux… Ces lésions aggravent le phénomène et le rendent plus ou moins irréversible et lésionnel : infarctus, accident vasculaire cérébral ou mauvaise récupération de ces accidents. 

Sur un tout autre plan, le stress psychologique prolongé et mal contrôlé est une composante incontournable de cette cascade de phénomènes pathologiques qui accélèrent le vieillissement. 

Il peut être à l’origine d’une augmentation de besoin en nutriments essentiels à la défense antiradicalaire (Vitamine E ou C, zinc…). 

Portez vous bien et surveillez bien votre messagerie ! 

Dr. Rueff 


a demain       Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aurore boréales + autres sujets divers!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aurore boréales + autres sujets divers!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chasseur d'Aurores Boréales
» Des aurores boréales visibles même en Belgique (Mercredi à jeudi)
» [Le Clézio, Jean-Marie Gustave] La Ronde et autres faits divers
» Risque d'aurores boréales ce soir!
» FZ200 et aurores boréales - Matériel et conseils

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: