AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le guide anti-moustiques + autres à venir....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24502
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Le guide anti-moustiques + autres à venir....   Mar 30 Aoû - 11:36

Le guide anti-moustiques
Boutons, rougeurs, démangeaisons… En été, les moustiques sont une véritable plaie pour les vacanciers. Si la plupart du temps ils sont inoffensifs, ils peuvent parfois être meurtriers. On considère qu’ils ont tué plus d’humains que tout autre insecte ou animal par la transmission de maladies comme la dengue ou la malaria. Chaque année, ils tuent près de trois millions de personnes dans le monde. Pourquoi nous piquent-ils ? Comment les en empêcher ? Comment soulager une piqûre ? Toutes les réponses avec PasseportSanté.
Pourquoi le moustique nous pique-t-il?
Nourrir ses oeufs
Comme chez les guêpes et les abeilles, ce sont les femelles moustiques qui sont responsables des piqûres chez l’homme. Après l’accouplement, la femelle part à la chasse pour recueillir le sang des mammifères afin de trouver la source de protéines nécessaire pour nourrir ses œufs.
Quarante-huit heures après la prise de ce repas, les femelles fécondées déposent leurs œufs à la surface d’une eau stagnante (mares, ruisseaux, flaques…). L'eau est absolument nécessaire au développement des œufs du moustique : une terre humide ne suffira pas.Cette séquence « reproduction-piqûre-ponte » est répétée plusieurs fois au cours de la vie du moustique. La durée et la fréquence du cycle dépend de l’espèce mais on estime que le moustique commun reproduit ce cycle deux fois par semaine en été. Une piqûre suffit largement à couvrir les besoins en protéines des œufs : il est donc faux de penser qu’un moustique puisse être responsable de plusieurs piqûres le temps d’une nuit. La piqûre, le plus souvent nocturne (généralement à l’aube ou au crépuscule) et indolore, dure environ trois minutes si le moustique n’est pas dérangé.

Repérer sa proie
Inutile d’éteindre la lumière pour les éviter, le moustique repère sa cible grâce à son odorat. Il est d’abord capable de sentir la présence de dioxyde de carbone (émis par la respiration et la transpiration des êtres vivants) à plus de trente mètres de distance. Plus il se rapproche, plus il va détecter les odeurs humaines composées par les acides gras (sébum, acide butyrique), les acides lactiques ou autres relents ammoniaqués émis par la peau, comme l’haleine ou l’urine. Lorsqu’il se trouve tout proche de la peau de l’homme, il utilise des thermorécepteurs. Ces détecteurs de chaleur infrarouges vont lui permettre de trouver la veinule, plus chaude,  à l’intérieur de laquelle il va puiser le sang nécessaire à sa ponte. Le système visuel, surtout sensible aux mouvements, est en fait très peu performant.

Pourquoi ça gratte ?

haut 
Comment se déroule une piqûre ?
Lorsque le moustique est en place, il enfonce ses stylets à travers la peau jusque dans la veinule de l’homme. Grâce à un premier canal, formé par l’hypopharynx, il injecte de la salive qui empêche le sang de coaguler dans sa trompe. Il peut ainsi aspirer tranquillement, grâce au deuxième canal, le sang resté fluide. La quantité de sang prélevée varie alors de 5 à 10 mm3. Lorsque le moustique a terminé son repas, il part comme il est venu : sans se préoccuper de ce qui se passe dans l’organisme humain.
Le système immunitaire en alerte
Le moustique n’a donc pas dispersé un anesthésiant dans l’organisme, comme on le dit souvent. Sa salive qui n’avait pour but que de stabiliser les plaquettes sanguines, va avoir un tout autre effet. Devant la présence de cette substance inconnue, notre système immunitaire se met en alerte et envoie des mastocytes en première ligne. Ces cellules ont la capacité de détecter des substances étrangères, et d’exploser à leur contact pour protéger l’organisme. En éclatant, elles libèrent massivement de l’histamine, qui provoque les rougeurs et les démangeaisons que l’on connaît. D’autres agents immunitaires sont ensuite attirés et font apparaître un petit bouton rouge. Il s’agit d’un gonflement de la peau rempli d’eau : il ne faut en aucun cas tenter de le percer, sous peine de risquer une infection.
Cela explique pourquoi les piqûres grattent généralement beaucoup plus au printemps qu'à la fin de l'été, où le corps s’est habitué progressivement à la salive du moustique.

Pourquoi gratter fait-il du bien ?

haut 
On le répète souvent assez : il ne faut pas gratter ses piqûres de moustiques. Plus facile à dire qu’à faire… Mais pourquoi gratter fait-il autant de bien?
Deux types de capteurs
Pour comprendre ce phénomène, il faut observer ce qu’il se passe au niveau de la peau lors d’une piqûre. On sait que la peau possède de nombreux capteurs capables d’interpréter les stimulis extérieurs. Ces capteurs sont reliés à des fibres sensitives qui vont transmettre au cerveau l’information selon laquelle l’organisme est en danger : brûlure, coupure, pincement… Ce sont des informations d’alerte. Par exemple, lorsque la peau est brûlée, le cerveau induit la perception de la douleur pour alerter l’individu du danger qu’il encoure. Ici, dans le cas d’une piqûre du moustique, les fibres sensitives transmettent l’inflammation qu’elles ont détectée et le cerveau induit les démangeaisons.
Certaines fibres sensitives sont capables de percevoir de simples signaux de toucher, comme les caresses par exemple. Ces stimulis ne vont pas mettre en alerte le cerveau, mais ils sont tout de même porteurs d’une information dite de contact. L’information de contact et celle d’alerte vont circuler au sein du même réseau nerveux si elles sont localisées dans une région proche. Des interactions peuvent avoir lieu entre les deux, et une information peut en parasiter une autre.
Parasiter l'inflammation
Ainsi, lorsque nous grattons autour d’un bouton de moustique, l’information de contact est perçue par le cerveau et nous court-circuitons l’information d’alerte. Durant un court laps de temps, le cerveau ne reçoit plus le message de l’inflammation et les démangeaisons disparaissent. Cette atténuation de la perception douloureuse peut également s’illustrer lorsque l’on prend un coup et que l'on masse la zone blessée. Ce sont les mêmes mécanismes qui entrent en jeu.
Plus ça me gratte, plus je me gratte
Pour autant, il faut éviter le plus possible de succomber à la tentation. Gratter peut permettre aux bactéries de traverser la peau et causer des surinfections. Et plus on gratte, plus ça gratte ! Comment expliquer ce phénomène ?
En fait, l’action mécanique de gratter active des terminaisons nerveuses et va libérer des molécules d’histamine, qui vont à leur tour entraîner des démangeaisons. C’est un véritable cercle vicieux.

Pourquoi certains sont-ils piqués plus que d'autres ?

haut 
Contrairement à une idée reçue, les moustiques ne sont pas sensibles à la quantité de sucre dans le sang. Les « peaux sucrées » peuvent donc se rassurer ! En réalité, il existe deux raisons principales qui expliquent ce phénomène.
Comme nous l’avons vu, les démangeaisons sont dues à une réaction allergique à la salive du moustique. Certains organismes, pour des raisons que l’on ignore, ne la considèrent pas comme nocive et la réaction allergique passe pratiquement inaperçue. Ils auront alors l’impression d’être moins piqué que les autres !
Des odeurs corporelles favorites
Mais des recherches récentes montrent qu’il ne s’agit probablement pas de l’unique raison. Les moustiques sont attirés par les odeurs corporelles des organismes. Celles-ci sont liées aux phéromones que nous dégageons, et dont certaines sont plus attractives que d’autres. Cela peut être lié à la nourriture, la quantité de sueur, l’utilisation d’un parfum mais aussi de la composition bactérienne de notre peau.
C’est ce dernier point qui a retenu l’attention des chercheurs de l’université de Wageningen (Pays-Bas). Ils ont étudié 48 hommes pour tenter de savoir quelles odeurs et quelles populations bactériennes étaient préférées par les moustiques.  Neuf d’entre eux ont été particulièrement piqués, alors que sept ont réussi à passer entre les mailles du filet. Chez les personnes les plus piquées, on retrouve souvent la même caractéristique : une grande quantité de bactéries. On retrouve chez eux des bactéries très attractives et émettrices de composés volatils puissants : Leptotrichia sp., Delfia sp. et Actinobacteria Gp3 sp. 
En revanche, les porteurs de Variovorax sp. et Pseudomonas sp. sont  très peu piqués…
Ajoutons également, que les femmes enceintes sont généralement piqués davantage en raison des hormones abondamment secrétées.
A suivre :
► Comment se protéger des moustiques ?
► Comment soulager une piqure ?
1 2
 Attention aux pièges
Un rapport de la Société française de parasitologie a listé les anti-moustiques à éviter : « Il est fortement recommandé de ne pas utiliser les bracelets anti-insectes pour se protéger des moustiques, les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l’homéopathie, les raquettes électriques, les rubans, papiers et autres autocollants gluants sans insecticides. »

De même, des études universitaires ont démontré que les lampes à lumière bleue n’étaient pas efficaces : seuls 0,2 % des insectes piégés par ces lampes sont des moustiques. De plus, en tuant des insectes bénéfiques pour les écosystèmes, elles seraient néfastes pour l’environnement. 
Aujourd'hui, l'ANSM (l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) tente de réguler ce marché et de contrôler les produits pour vérifier s'ils sont actifs contre les moustiques et s'ils ne sont pas toxiques pour l'homme.
Les répulsifs : une valeur sure
Il existe des produits qu’on applique sur la peau et qui empêchent le moustique de s’approcher et de piquer : ce sont des répulsifs. Quatre molécules ont été unanimement reconnues par les autorités de santé pour leur pouvoir anti-moustique : le DEET (le plus connu), le KBR (ou picaridine), l’IR 35/35 (recommandé pour les femmes enceintes) et le citrodiol. 
Ces agents bloquent les récepteurs olfactifs des moustiques. Comme ils sont puissants, il vaut mieux les réserver à certaines circonstances précises, c'est-à-dire là où il y a vraiment beaucoup de moustiques et là où il y a des risques de transmissions de maladies. Pour les autres circonstances, il suffit généralement de suivre un certain nombre de conseils pratiques.
7 conseils anti-moustiques
- Puisque les moustiques sont attirés par les odeurs corporelles (sébum, sueur), il convient d’adopter unebonne hygiène corporelle. Certains parfums peuvent attirer les femelles, d’autres les repousser, il n’y a donc pas de règle précise concernant les fragrances. 

- La manière dont on s’habille peut aussi faire la différence. Plus les vêtements sont longs et amples, moins la peau est exposée. On peut également envisager de porter des chaussettes. Mais ce conseil est souvent difficile à suivre à cause de la chaleur qui règne l’été. Souvenez-vous simplement  qu’il faut privilégier les vêtements clairs, car les moustiques sont attirés par les couleurs foncés qui émettent plus de chaleur ! 

- Les moustiques sont nombreux à proximité des endroits où ils peuvent pondre. Par conséquent, il fautchercher à éliminer l’eau stagnante (seaux, poubelles, pneus, récipients…), couvrir les réservoirs d'eau, évacuer l'eau des bâches…

- Les piqûres sont moins nombreuses lors des journées très venteuses, car les moustiques ne peuvent pas lutter contre les flux d’air. Placer un ventilateur à petite vitesse sur le balcon ou dans la chambre, les empêchera d’entrer ou de se déplacer convenablement.

- Les moustiques sont les plus actifs en fin de journée. Evitez de vous trouver à l’extérieur sans protection lors de cette période. 

- Pour être sûr de dormir sans être réveillé par des bourdonnements de moustiques, une moustiquaires’impose. Si elle est imprégnée d’insecticide, elle constitue une prévention de choix.

- Pour les vêtements, on peut utiliser des répulsifs à base de perméthrine. Ils résistent à plusieurs lavages du linge et se montrent très efficaces. Il faut toutefois avoir bien à l’esprit que la perméthrine est toxique pour le chat, et un certain nombre de batraciens.
► Et la citronnelle, ça marche ? 
Si l’insecte évite en général cette plante, cela ne suffit pas à l’arrêter en cas de besoin de sang. Si on aime l’odeur de la citronnelle, on peut utiliser des bougies ou des essences, mais il faut savoir que l’impact est très faible.

En ce qui concerne les aérosols et diffuseurs d’insecticide, ils ne présentent un intérêt que lorsque la pièce est fermée. Ils peuvent présenter un risque pour la santé de l’homme (les enfants notamment) et contribuent à la résistance des moustiques aux insecticides : il faut donc les utiliser avec beaucoup de modération.

Comment soulager une piqûre ?

Le mal est fait : un petit bouton rouge est apparu et les démangeaisons redoublent d’intensité. Voici 6 conseils pour les soulager… 



  • Laver la région touchée à l'eau et au savon. Le savon de Marseille a un effet calmant (frotter à l'endroit de la piqûre).
  • L’utilisation du bicarbonate de soude (appelé aussi « petite vache ») est une possibilité intéressante. Mélanger du bicarbonate (3/4) avec de l’eau (1/4) et imbiber un tissu de cette solution. Appliquer alors le tissu sur la piqûre de moustique.
  •  Les feuilles de plantes médicinales ou aromatiques soulagent lorsqu’on les frotte sur la zone piquée. Prendre une ou deux feuilles de plantain (mauvaise herbe courante), la malaxer entre les doigts (pour obtenir des sucs) et frotter généreusement sur la piqûre. A utiliser aussi : feuilles de pissenlit, feuilles de menthe, rondelle d’oignon.
  • Pour parasiter les démangeaisons, rien de tel que la chaleur ! Appliquer une source de chaleur au proche voisinage de l’endroit de la piqûre (tissu imbibé d’eau brûlante, lampe, tasse de café) pendant une quinzaine de secondes. A l’inverse, un glaçon peut s’avérer tout aussi efficace.
  • L’utilisation d’antihistaminiques est très efficace. Sous forme de crème, ils agissent en bloquants les effets de l’histamine et soulagent les démangeaisons les plus vives. Les effets des antihistaminiques (Benadryl, Réactine) commencent à se faire ressentir dans l’heure qui suit leur emploi.
  • Les corticostéroïdes sont en général d’un grand confort et très efficaces contre les piqûres. Elles diminuent les conséquences de la réaction inflammatoire, c'est-à-dire à la fois les démangeaisons et le gonflement de l’œdème.  L’application matin et soir permet de résorber la piqûre en deux ou trois jours. Seul hic : une ordonnance est parfois requise pour se procurer ces crèmes.

[size]


bonne après midi 1     Ninnenne   




[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24502
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le guide anti-moustiques + autres à venir....   Mer 31 Aoû - 13:21

Contre la toux : sirop de navet
[size=11]Partager33K Tweeter56 25 Partager33.8K

image: http://cdn.printfriendly.com/pf-icon.gif



image: http://www.grands-meres.net/wp-content/uploads/2012/09/toux-sirop-de-navet.jpg



Comment fabriquer soi-même son sirop contre la toux ?

Grâce à ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires, le navet est très utile contre la toux. Le goût va peut-être vous surprendre et le résultat aussi !

Remède de grand-mère

[/size][list="margin-right: 0px; margin-left: 0px; padding-right: 0px; padding-left: 0px;"]
[*]Creusez un gros trou à l’intérieur du navet.
[*]Mettez-y le sucre en poudre.
[*]Couvrez et laissez macérer l’ensemble au réfrigérateur pendant toute une nuit.
[*]Le lendemain, récupérez le jus que vous mettrez dans un flacon.
[*]Buvez 1 c. à soupe 3 fois par jour jusqu’à guérison.
[/list]
[size]

Ingrédients

[/size]

  • Un gros navet entier non épluché
  • 1 c. à soupe de sucre de canne en poudre

[size]

Équipement

[/size]

  • Un flacon

[size]

Les conseils de nos grands-mères

[/size]

  • Posologie : boire une cuillère à soupe 3 fois par jour jusqu’à guérison.
  • Conserver votre sirop contre la toux au réfrigérateur.
  • Consultez votre médecin si la toux persiste.

[size]

bonne après midi 1     Ninnenne  [/size]

En savoir plus sur http://www.grands-meres.net/contre-la-toux-sirop-de-navet/#GlS8yvhBkvI4jKBA.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24502
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le guide anti-moustiques + autres à venir....   Mer 31 Aoû - 13:37

[size=36]9 vertus méconnues du Citron[/size]
Même si on connait tous le citron pour son acidité et pour sa couleur jaune, ce petit fruit a bien des vertus ignorées par la majorité. Voici quelques-uns de ses nombreux « pouvoirs » pour savoir quand il peut vous être utile en dehors de la cuisine!

1. Pour arrêter de se gratter

Le Citron est très efficace contre les piqures d’insectes. Pour cela, il suffit de couper le citron (en deux ou en rondelles) et de l’appliquer par frottements sur la zone.

2. Pour enlever les verrues

Le Citron permet également de faire disparaître certaines verrues. Pour cela il suffit dans un premier temps de faire macérer de l’écorce de citron ,préalablement coupée, dans un bol de vinaigre de vin pendant une semaine. Prenez ensuite le mélange et étalez le 2 fois par jour jusqu’à disparition de la verrue.

3. Nettoyer le foie

Beaucoup de diététiciens et de préparateurs recommandent de boire un verre de citron de bon matin, à jeun, car contrairement aux idées reçues, le citron permet de désengorger le foie et de le nettoyer sans l’attaquer grâce aux enzymes naturellement présents dans le fruit. Conseil: Pressez des Citrons dans un verre d’eau et buvez le mélange tous les matins environ 30 minutes avant de prendre votre petit-déjeuner et vous vous sentirez en pleine forme!

4. Apaiser les coups de soleil

Pour vous soulager des coups de soleil, vous pouvez encore compter sur le citron! Pour cela, il faudra presser un demi citron dans un bol et le mélanger avec environ 20mL de miel. Appliquez ensuite la solution sur la ou les zones concernées. Vous pouvez répéter l’action plusieurs fois par jour si les brulûres sont trop importantes.

5. Bouton de fièvre

Le citron est un antiseptique naturel, il permet donc d’attenuer les boutons de fièvre. Pour pouvoir l’utiliser, rien de plus simple : pressez un citron dans un bol puis trempez-y un coton que vous déposerez sur le bouton de fièvre. N’hésitez pas à faire plusieurs fois l’opération jusqu’à ce que le bouton disparaisse.

6. Durcir les ongles

Petite astuce beauté! Mettre du jus de citron directement sur les ongles permet de blanchir et de durcir les ongles. Vous pouvez également faire une préparation en mettant dans un bol une cuillère à café d’huile (afin que le mélange devienne légérement collant) et 5 à 10 gouttes de jus de citron. Vous pouvez par la suite l’étaler sur vos ongles environ 5 minutes avant de le rincer abondamment avec de l’eau froide.

7. Pour la mauvaise haleine

Finie la mauvaise haleine avec le citron! Il vous suffit de le prendre en jus, ou directement en morceaux (vous pouvez ajouter un peu de sucre si le goût est trop amer), cela neutralisera directement la majorité des bactéries responsables de la mauvaise haleine.

8. Rendre les dents plus blanches

Le citron agit en tant qu’anti-taches naturel sur les dents qui virent au jaune et leur rend un aspect plus blanc. Pour cela, il suffit de se brosser les dents régulièrement avec un jus de citron pressé à l’aide d’une brosse à dents.

9. Soigner les Aphtes

Riche en vitamine C, le citron fait office d’antiseptique puissant, il est donc parfaitement adapté pour la guérison des aphtes. Étant donné qu’il donne également une bonne haleine, vous pouvez y aller gaiement sur le nombre de répétitions. L’application du jus de citron sur vos aphtes est donc fortement conseillée!
bonne après midi 1     Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 24502
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le guide anti-moustiques + autres à venir....   Mer 31 Aoû - 13:49

Attention au calcium qui se fixe dans vos artères (plutôt que dans vos os)


[size=30]Attention au calcium qui se fixe dans vos artères (plutôt que dans vos os)[/size]

Chère lectrice, Cher lecteur, 

Un déficit de vitamine K dans votre organisme vous expose au risque suivant : le calcium quitte vos os et s'installe dans vos artères. 

Tandis que vos os deviennent de plus en plus fragiles du fait d'une déminéralisation osseuse (ostéoporose), vos artères, elles, deviennent rigides sous l'effet de la calcification. 

Vous vous transformez en massif de corail ambulant. 

Votre risque cardiaque et votre risque de fracture (au col du fémur, à la hanche et au poignet) augmentent dramatiquement. 

Plusieurs études ont d'ailleurs montré que les femmes souffrant d’ostéoporose après la ménopause ont aussi un risque plus élevé d’athérosclérose [1]. Ce n'est pas un hasard. 

A la ménopause, les hormones féminines régulent les cellules travaillant à l'entretien des os. Au moment de la ménopause, la baisse du niveau d'hormones entraîne une désorganisation de ce travail, et une fragilisation des os. Le calcium fuit des os et se dépose dans les artères. 

Maximiser vos apports de vitamine K2

Pour empêcher la fuite du calcium dans vos artères, il est nécessaire de maximiser vos apports en vitamine K. 

Vous en trouvez en grande quantité dans les épinards et tous les légumes de la famille des choux, mais il s’agit d’une forme bien particulière de vitamine K : la vitamine K1. 

Celle-ci est très rapidement utilisée puis éliminée de notre organisme, tant et si bien que ses bénéfices sur la santé mettent des années ou des dizaines d’années à se faire sentir ; bien trop long pour quiconque souhaite retrouver rapidement des os et des artères en bonne santé. 

Il existe aussi une deuxième forme de vitamine K, la vitamine K2, qui est active beaucoup plus fortement et beaucoup plus longtemps dans notre organisme, en particulier sous une forme particulière appelée « MK-7 ». 

Le problème est que cette vitamine est plutôt rare, voire très rare dans l'alimentation moderne. 

On en trouve uniquement dans le natto, une pâte de haricots de soja fermentée, couramment consommée au Japon mais presque introuvable en Europe. 



Les Japonais de certaines régions, qui mangent du natto plusieurs fois par semaine, ont des niveaux sanguins de MK-7 bien plus élevés que les autres et également beaucoup moins d'ostéoporose et de fractures osseuses.


Il existe aussi la vitamine K2 MK-4. Moins efficace que la MK-7, elle est aussi beaucoup plus courante : on en trouve en quantité notable dans les œufs (entiers), les foies d’animaux et de poisson. 

Une étude japonaise de deux ans montre ainsi que la vitamine K2 MK-4 a diminué l'incidence des fractures de la colonne vertébrale de 52 % chez 120 patientes souffrant d'ostéoporose par rapport à des sujets n'ayant pas reçu de supplémentation [2]. 

Dans les pays occidentaux, de nombreuses personnes mangent peu ou jamais de ces produits et cela pourrait expliquer l'extrême fréquence, actuellement, des problèmes cardiaques et de la fragilité osseuse chez les personnes âgées. 

Notre propre côlon (gros intestin) peut aussi produire lui-même de la vitamine K2, mais encore faut-il que sa flore intestinale soit saine et abondante. La solution la plus efficace peut alors être de prendre de la vitamine K2 sous forme de complément alimentaire. Des études cliniques ont été faites à ce sujet. 

10 fois moins de fractures avec la vitamine K2 qu'avec un médicament pour les os

Une étude a comparé les effets d'un complément de vitamine K2 sur l'incidence des fractures de la colonne vertébrale de femmes ménopausées, par rapport à ceux de l'étidronate, un médicament censé produire le même effet. 

Les femmes ayant pris 45 mg de vitamine K2 avaient un taux de fractures de 0,8 % contre 8,7 % pour celles ayant pris le médicament, soit dix fois moins [3]. 

Dans le groupe sous placebo, le taux était de 21 %. 

La vitamine K2 prévient les maladies coronariennes

Le lien entre la vitamine K2 et les maladies cardiaques a été établi dans une vaste étude hollandaise en double aveugle contrôlée contre placebo, qui a porté sur 4 800 sujets suivis pendant sept ans. 

Cette étude a révélé que les sujets ingérant les quantités de vitamine K2 les plus importantes dans leur alimentation avaient un risque 57 % moins important de mourir de maladie cardiaque que ceux qui en consommaient moins. 

Une consommation plus importante de vitamine K2 correspondait également à moins de dépôts de calcium dans l'aorte (une mesure indirecte de l'athérosclérose), alors qu'une consommation moindre montrait une calcification modérée à sévère [4]. 

Un effet anticancéreux

Notons enfin que dans une petite étude japonaise portant sur 40 femmes ayant une cirrhose du foie, il a été constaté une nette différence de l'incidence de cancer entre les femmes prenant ou non de la vitamine K2 : seulement 2 sur 21 ont développé un cancer dans le groupe supplémenté, contre 9 sur 19 dans celui sous placebo [5]. 

Peut-être est-ce anecdotique, mais je trouve personnellement intéressant de savoir que, en plus de réduire le risque cardiaque et d'augmenter la solidité de mes os, mon complément alimentaire de vitamine K2 pourrait peut-être aussi réduire mon risque de cancer. 

La vitamine D3 renforce l'action de la vitamine K2

Prendre de la vitamine D3 en même temps que la vitamine K2 permet de renforcer considérablement ses effets sur la solidité des os. 

Dans une étude, 172 femmes souffrant d'os fragiles (ostéoporose) ont reçu de façon aléatoire de la vitamine K2, de la vitamine D3, l'association des deux ou un placebo quotidiennement pendant deux ans. Leur densité minérale osseuse a été mesurée au début de l'étude puis tous les six mois. L'association des deux vitamines a nettement plus augmenté la densité minérale osseuse que la vitamine K2 seule [6]. 

La vitamine K2 se présente sous la forme MK7 qui, nous l'avons dit plus haut, est la fraction la plus active et biodisponible de la vitamine K2. 

Ce complément intéresse particulièrement les femmes qui ont passé la ménopause, ainsi que toutes les personnes qui souhaitent que leur calcium se fixe sur leurs os, pas dans leurs artères. 

Je vous recommande la formulation que je prends moi-même : Vitamines D3 + K2-MK7 de Cell’innov (disponible ici). 

A votre santé ! 

Jean-Marc Dupuis 


bonne après midi 1     Ninnenne  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le guide anti-moustiques + autres à venir....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le guide anti-moustiques + autres à venir....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tenue anti-moustiques
» plantes anti-moustiques
» Guide LX5 et autres LX de Whiteknightpress, avis
» Plantes anti-moustiques + conseils diététiques (Ninnenne)
» (VENTE - ÉCHANGES) Pins, DVD, Star Wars, autres à venir !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: