AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Un peu de tout sur tout!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Un peu de tout sur tout!!!   Dim 4 Sep - 13:26



Le dahlia s'appelait le chichipatli
Dans son pays d'origine, le Mexique.
Plante vénérée par les Aztèques,
Le dahlia abondait dans leurs jardins
Et dans leurs rites religieux.
Les bouquets de dahlias sont offerts en signe de reconnaissance.
Rouge  ** Votre amour fait mon bonheur.
Jaune ** Mon coeur déborde de joie.
Panaché ** Toutes mes pensées sont à vous.





Le violet,
C’est la délicatesse et la profondeur des sentiments.
On enverra des [size=16]fleurs violettes pour montrer à la personne aimée
[/size]
Que l’on pense tendrement à elle,
Ou pour lui signifier son amour en toute discrétion.
Mais il évoque aussi la douleur.
[size=16][/size]




L'Oeillet

De 1789 en France à 1975 au Portugal,
Voilà une fleur révolutionnaire,
C'est aussi l'une des plus romanesques :
L'œillet évoque la passion lorsqu'il est blanc
Et la passion partagée lorsqu'il est rouge.
C'est d'ailleurs un œillet rouge qui tombe dans le cachot
De Don José au dernier acte de Carmen.
Cette fleur fut aussi le premier badge de la société occidentale,
On l'arborait à sa boutonnière en signe de reconnaissance.
 
[size=16][/size]




Hortensias de Bretagne




Hortensia [size=16]rose,[/size]
Exprimera l'amour et l'attachement à une personne aimée.
Hortensia belle [size=16]fleur mais sans parfum,[/size]
C'est pourquoi on l'associe principalement à la froideur.
Vous ête belle mais froide.








Les tournesols sont symbole d’orgueil ou d’éblouissement.
Ils sont l’incarnation florale des personnes rayonnantes,
Dont l’aura éblouit leur entourage.
Fleurs du soleil s'il en est , ce végétal champêtre ,
Etait en Chine une nourriture d'immortalité .
A l'image de sa corolle d'éployée,
Ils sont vivement recommandées aux êtres
Qui manquent d’assurance.
 
[size=16][/size]




à suivre     bon week-end    Ninnenne     blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Un peu de tout sur tout!!!   Dim 4 Sep - 14:39

[size=36]EPLUCHER FACILEMENT UN OIGNON[/size]

La première astuce à connaître sur l'oignon, c'est sans doute de savoir comment bien l'éplucher ! Et là, deux techniques s'affrontent ; la première, la technique du boucher : on dépiaute notre oignon en l'épluchant n'importe comment, au petit bonheur la chance.
Et la deuxième, la technique plus ordonnée : on découpe l'extrémité de l'oignon, et on vient arracher la peau avec la pointe du couteau, en tournant l'oignon en même temps pour que ce soit plus facile. 


Quand on se retrouve avec une moitié d'oignon entamé, si on veut éviter de gaspiller, il faut connaître des petites astuces pour pouvoir le conserver sans qu'il s'oxyde. Bonne nouvelle : il y en a pas mal ! On peut tout simplement placer notre oignon entamé dans un tupperware, un sac congélation, un cellophane, et zou, direction le bac à légumes du frigo. Ou alors le plonger dans de l'eau vinaigrée, ou verser un peu d'huile dessus.
Attention cependant : les oignons entamés, ça ne se conserve pas trop longtemps, sinon ça peut devenir mauvais pour la santé !
Éviter de pleurer quand on épluche un oignon, c'est quand même l'une des astuces les plus importantes à connaître ! Parce qu'il n'y a rien de pire que d'éplucher un oignon et se retrouver à pleurer pendant 15 minutes, avec le maquillage qui coule et tout et tout. Évidemment, les astuces sont très nombreuses : éplucher un oignon sous l'eau, sous la hotte de la cuisine, l'éplucher avec une allumette dans la bouche...
Mais il y en a également de plus originales et tout aussi efficaces : l'éplucher en tirant la langue ou en s'humectant les lèvres (pour que les composés piquants se fixent sur la langue et les lèvres plutôt que les yeux), l'éplucher après l'avoir mis 10 minutes au congélateur ou après avoir coupé un citron en deux


Les astuces pour éviter de pleurer en épluchant un oignon, il en existe presque autant qu'il existe de cuisiniers ! Mais bon, celles qui marchent pour les unes ne fonctionnent pas forcément pour les autres...
Alors si on a tenté une technique d'épluchage qui n'a pas marché sur nous et qu'on se retrouve à pleurer comme une madeleine, pas de panique ! Pour stopper instantanément les pleurs et les picotements aux yeux quand on épluche un oignon, il suffit de se passer 10 secondes les poignets sous l'eau glacée. On ne sait pas trop pourquoi, mais ça marche !


[size=36]CISELER UN OIGNON COMME UN CHEF[/size]
Couper un oignon en rondelles ou en lamelles, ce n'est pas très compliqué. Mais pour le couper en petits dés fins et réguliers, c'est souvent plus galère quand on n'a pas la bonne technique. La bonne technique, d'ailleurs, c'est : d'éplucher et de couper l'oignon en deux dans le sens de la hauteur. Puis de découper une moitié d'oignon en lamelles, mais sans le découper totalement : pour que les lamelles restent soudées, on laisse un centimètre vers le bas. Ensuite, on fait basculer notre oignon à 90° pour pouvoir le découper en dés. Tadam, le tour est joué ! 

[size=36]CONSERVER SES OIGNONS[/size]
Pour qu'un oignon (pas entamé) se conserve le plus longtemps possible, il est impératif de le placer dans un endroit sec, sombre, et suffisamment aéré. Un oignon placé dans un espace trop chaud risque de germer, ou de pourrir s'il est placé dans un endroit trop froid ! Entre 4 et 10°C, c'est parfait. Dans un cellier, ou sur une étagère dans un garage par exemple.
Une petite astuce pour bien conserver des oignons : les placer dans des collants ! Cette astuce de grand mère permet aux oignons de respirer et d'être protégés de l'humidité...


[size=36]BIEN CHOISIR UN OIGNON[/size]
L'oignon, c'est un légume excellent pour la forme et la santé. Mais pour bénéficier au mieux de tous ses bienfaits santé, il est important de savoir bien le choisir...Pour cela, il est important d'abord d'utiliser ses yeux : on choisit toujours un oignon sans tache, sans germe apparent, avec une peau brillante.
Ensuite, on utilise ses mains : on vérifie que l'oignon est bien ferme, et que son bulbe est parfaitement sec.


[size=36]OIGNON BLANC, ROUGE, JAUNE ?[/size]
L'oignon, il en existe de différentes sortes : rouge, jaune ou blanc. Petit rappel pour les cuisinières hésitantes : les oignons jaunes sont les plus courants, ceux qui ont le goût le plus fort et le plus prononcé, on évite donc de les manger crus et on les préfère cuits dans des plats mijotés. A l'inverse de l'oignon rouge, plus doux et plus sucré, qui est parfait cru dans des salades ou cuit dans des burgers...
Quant à l'oignon blanc, il est plus fort que l'oignon rouge, mais se conserve assez mal.


[size=36]CUISINER L'OIGNON...DIFFÉREMMENT[/size]
Les oignons, on en emploie fréquemment dans la cuisine : dans les plats mijotés, dans les soupes, dans les sauces, dans les tartes et les pizzas...On peut même faire de l'oignon la star de nos plats : oignons farcis, soupe à l'oignon, confiture d'oignon...
Mais si l'on cherche une manière vraiment originale et délicieuse de cuisiner ses oignons, on peut les préparer à l'américaine en mode « onions rings ». On coupe des oignons en bracelets (grandes rondelles complètes), et on les fait mariner dans du vinaigre une demi-journée. Ensuite, on les éponge et on les pane (avec du jaune d'oeuf et de la chapelure) avant de les faire frire. On peut déguster avec un condiment type sauce barbecue, guacamole, chutney...miam !


[size=36]RENDRE L'OIGNON PLUS DIGESTE[/size]
L'oignon, c'est un aliment excellent pour la santé. Mais pas toujours pour l'estomac. Et oui : avec l'ail, l'oignon fait partie des aliments que beaucoup d'individus ont du mal à digérer correctement, surtout lorsqu'on le consomme cru.
La petite astuce pour rendre une recette avec de l'oignon cru plus digeste ? Glisser dans la préparation une pointe de gingembre frais haché. Radical !


bonne après midi 1 a demain      Ninnenne  


En savoir plus sur http://www.cuisineaz.com/diaporamas/astuces-oignon-590/interne/1.aspx#o8VhBtBa2QqZxBqj.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 21254
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Un peu de tout sur tout!!!   Lun 5 Sep - 12:18

Bouffées de chaleur : essayez cette plante




Bonjour, 

89,6% des femmes ont déjà vécu l’une des situations suivantes [1] : 

  • Se réveiller en pleine nuit, trempée de sueur 

  • Puis, grelotter le reste de la nuit car sa chemise de nuit et ses draps mouillés sont devenus glacés 

  • Être fatiguée le jour suivant à cause de cette mauvaise nuit 

  • Terminer la journée par une dispute avec son partenaire 

  • Être prise par une soudaine bouffée de chaleur en pleine réunion… avoir le front en sueur et les joues brûlantes au point de devoir quitter la salle précipitamment 

  • Avoir le cœur qui s’emballe 

  • Être en nage dans ses vêtements 


Ces bouffées de chaleur et sueurs nocturnes sont redoutables au quotidien. 

On a longtemps pensé qu’elles n’apparaissaient que pendant un an, au moment de la ménopause, autour de la cinquantaine. 

Aujourd’hui, on découvre que la période des bouffées de chaleur dure en moyenne plus longtemps : entre 2 à 5 ans. Elles apparaissent à la périménopause et cessent souvent quelques années après le début de la ménopause. 15 % des femmes les subissent même pendant 30 ans [2] ! 

Beaucoup se plaignent aussi d’avoir une humeur changeante et d’être excessivement émotives dans ces moments. 

Quelle est l’origine des bouffées de chaleur ?

La ménopause est marquée par des baisses de sécrétion d’hormones. 

Dans un premier temps, l’ovaire cesse de sécréter de la progestérone – l’hormone spécifique de la grossesse [3]. Les cycles vont alors devenir anarchiques (plus longs, plus courts, plus douloureux) jusqu’aux dernières règles. 

Ensuite diminuent les sécrétions d’œstrogènes – les hormones spécifiques de la féminité. Cette chute est responsable des bouffées de chaleur, ainsi que de la sécheresse vaginale. 

Avec la chute des œstrogènes, on observe que la région du cerveau qui contrôle la température du corps, l’hypothalamus, réagit d’une façon qui reste inexplicable : il considère que le corps est en surchauffe. 

Dans la panique, l’hypothalamus ordonne au système nerveux central d’évacuer du corps l’excès de chaleur supposé. Les vaisseaux périphériques vont alors se dilater, et les glandes sébacées vont s’activer. Ces mécanismes peuvent faire monter la température de la peau de 2,5°C [2]. C’est alors que vous sentez la bouffée de chaleur vous envahir. 

Quelques bonnes habitudes à prendre

Pour mieux gérer vos bouffées de chaleur, il suffit souvent de prendre les bonnes habitudes du Dr Danielle Roux-Sitruk [3] : 


  • Choisissez des vêtements confortables, en lin ou en coton – mais pas en matière synthétique. 

  • Évitez les pulls à col roulé qui risquent d’accentuer les bouffées de chaleur. 

  • Ne mangez pas trop de plats épicés. Attention à ne pas boire trop d’alcool. 

  • Essayez de toujours avoir une bouteille d’eau fraîche avec vous. 

  • Si vous le pouvez, travaillez dans une pièce bien ventilée… à côté de la fenêtre ou d’un ventilateur. 


Les huiles essentielles de palmarosa ou de sauge sclaréemélangées à un savon liquide ou un lait pour le corps sont efficaces pour maîtriser la transpiration soudaine. 

Et les traitements hormonaux substitutifs ?

C’est un sujet très complexe qui mérite d’être traité à part. 

En résumé, les traitements hormonaux substitutifs (THS) proposés ont des résultats mitigés. 

Leur nocivité à long terme reste controversée [2]. 

Il pourrait s’écouler encore des dizaines d’années avant que la communauté scientifique ne démontre avec certitude que les THS sont sans danger. 

En attendant, pour vous soulager immédiatement, il existe des plantes reconnues pour atténuer les bouffées de chaleur. 

(la suite ci-dessous) 
Annonce spéciale


Les dernières avancées des médecines hormono-naturelles

Les progrès de la recherche sur les thérapies hormonales naturelles sont saisissants. Grâce à un bon dosage hormonal et des thérapies nutritionnelles adaptées vous pouvez aujourd’hui : 


  • Combattre efficacement l’anxiété ; 

  • Retrouver un sommeil profond et réparateur ; 

  • Redevenir mince une fois pour toute ; 

  • Vous débarrasser de vos fatigues ; 

  • Eviter le cancer ou mieux y résister... 


En rééquilibrant naturellement vos carences hormonales, vous traitez les causes de nombreuses maladies plutôt que les symptômes. C’est efficace et cela se voit. Des traits plus fermes, un visage épanoui : votre beauté est le signe extérieur de votre santé. Cliquez ici pour en savoir plus



Suite de la lettre de ce jour : 

Solutions naturelles : les plantes

Les plantes sont la meilleure alternative aux traitements hormonaux substitutifs. 

1. Alimentation

Dans votre alimentation, vous pouvez facilement obtenir des phytohormones, douces et actives. 

Les phytohormones semblent plus efficaces sur les femmes qui subissent déjà des bouffées de chaleur fréquentes (5 par jour) [3]. 

Les aliments les plus riches en phytohormones sont les lentilles, le soja et les haricots rouges. La nature a bien fait les choses, puisqu’ils sont délicieux et faciles à accommoder. 

Thierry Souccar explique qu’on en trouve aussi en quantités plus faibles dans les pois chiches, les haricots verts, les brocolis, les asperges cuites, les groseilles, les pamplemousses, les raisins secs, les noisettes, et les cacahuètes [2]. 

Remarque : Beaucoup vous diront que les phytohormones du soja provoquent le cancer (du sein en particulier). Ces attaques sont largement exagérées. La dernière synthèse d’essais cliniques publiée en 2014 a conclu que le soja diminuait marginalement le risque de cancer [4]. 

C’est qu’il faut retenir, c’est que l’impact sur le cancer est minime… Tellement imperceptible qu’on peine à le quantifier. C’est le point en commun entre toutes les études (positives ou négatives) sur le soja – elles ne remarquent aucune variation significative. Julien Venesson conclut donc dans Alternatif Bien-Être : « La consommation régulière de soja n’est ni nocive ni bénéfique au regard du risque de cancer du sein [5]. » 

Bien sûr, les personnes atteintes de cancer devraient limiter le soja par précaution. Mais plus généralement, personne ne devrait abuser du soja. De même avec tous les aliments. 

Par le passé, les Asiatiques eux-mêmes mangeaient du soja avec parcimonie [5]. 

2. Complément à base de plantes

Une des plantes les plus efficaces contre les bouffées de chaleur est l’actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa). 

L’actée à grappes noires surprend car elle ne contient pas de phyto-œstrogènes. Son mode d’action est différent : il semblerait qu’elle agisse sur les récepteurs de la sérotonine [6]. 

Cela fait longtemps que les Indiennes d’Amérique du Nord utilisent l’actée à grappes noires pour calmer les règles douloureuses [7]. 

Depuis les années 40, les thérapeutes la prescrivent pour atténuer les symptômes de la ménopause : en particulier les bouffées de chaleur, mais également l’excès de sueur, les troubles du sommeil, la dépression et l’anxiété [6]. 

Dans la plupart des études, les comprimés utilisés sont des extraits normalisés à 1 mg de 27-déoxyactéine. La dose est de 1 à 2 comprimés, 2 fois par jour. 

L’actée à grappes noires est souvent couplée au millepertuis – qui cible les sautes d’humeur fréquentes à la ménopause [6]. Ensemble, ils forment un cocktail qui couvre la plupart des symptômes de la ménopause. 

L’actée à grappes noires est contre-indiquée pendant les grossesses et l’allaitement… ainsi que chez les personnes ayant le foie endommagé ou qui prennent des médicaments qui fragilisent le foie

Lisez de près les étiquettes, il s’agit bien de l’actée à grappes noires, et non à grappes bleues ou blanches qui, elles, sont toxiques. 

Vous trouverez de l’actée à grappes noires en pharmacie, dans les bons magasins de diététique, ou en ligne : Laboratoire D-Plantes etNature’s Answer. 

Bien à vous, 

Eric Müller 


Les plantes qui soignent [version texte]


Chère amie, cher ami, 

Suite à de nombreuses demandes de lecteurs, voici le texte de la vidéo d'hier. 

Bonne lecture et à très vite, 

Docteur Dominique Rueff 

*******

Les plantes qui soignent

Chère lectrice, cher lecteur, 

De nombreuses maladies, aujourd'hui traitées par des médicaments peu efficaces ou dangereux, pourraient être soignées par la phytothérapie (médecine par les plantes) :

  • contre les lombalgies, des douleurs de dos souvent intolérables qui sont la première cause d'absentéisme au travail, prendre de la scrofulaire noueuse 



  • le ginkgo biloba et l'eleutherococcus senticosus (ginseng sibérien) améliorent le fonctionnement des neurones ; 



  • le plantain lancéolé est un traitement de fond naturel contre l'asthme ; 



  • la mélisse améliore la qualité de vie en cas de côlon irritable. 




Et il en va de même pour de nombreuses maladies très répandues : 


  • le fucus (algues) stimule la thyroïde ; 



  • le mélèze renforce votre système immunitaire, il est traditionnellement recommandé en cas d'infections récidivantes, surtout au niveau de la sphère ORL (otites, sinusites, laryngites…) ; 



  • le desmodium, le chardon-marie, le fumeterre réduisent les effets indésirables des médicaments chimiques sur le foie ; 



  • le radis noir, la piloselle, le curcuma protègent les reins. 




Mais qui le dit aux malades ? 

Personne. 


  • À 99 %, les prescriptions des médecins concernent des médicaments chimiques. Vous souvenez-vous de la dernière fois qu'on vous a prescrit des plantes médicinales ? 



  • En faculté de médecine, seules 30 plantes sont encore au programme, sur plus de 800 000 connues. 



  • Le métier d'herboriste a été pratiquement éradiqué. Où trouver des conseils, quand on sait que la plupart des pharmaciens ne connaissent plus les plantes depuis la disparition des préparations magistrales en pharmacie et l'invasion de leurs comptoirs par les médicaments ? 



  • Les autorités sanitaires, elles, voudraient carrément les interdire à la vente en dehors des pharmacies. Seules 148 plantes sont autorisées, et encore ne doivent-elles comporter aucune indication thérapeutique. 




Il est ainsi interdit d'indiquer que le fenouil aide à la digestion ; que le thym soulage la bronchite ; et même que la camomille calme les nerfs et favorise le sommeil !! 

Qui a ainsi intérêt à nous priver de remèdes naturels et bon marché ? 

Tout semble organisé pour nous revendre, à des prix exorbitants, des médicaments artificiels qui ne sont que de pâles copies de ce que la Nature nous avait donné à tous, gratuitement, en héritage

Et c'est pour organiser la résistance que nous avons créé le journal Plantes & Bien-Être

Un enjeu de civilisation

Le combat de Plantes & Bien-Être est un enjeu de civilisation. Nous voulons faire prendre conscience à tous du déséquilibre destructeur de notre système médical en faveur de tout médicament chimique. 

Si nous laissons mourir la connaissance des plantes en nous-mêmes, ne nous étonnons pas que nos enfants se retrouvent coupés de leurs racines et de tout lien avec la Nature. Sans même s'en douter, ils seront les proies faciles des labos pharmaceutiques, et n'auront pas d'autre solution pour se soigner que de s'empoisonner et empoisonner l'environnement. 

Mais grâce à Plantes & Bien-Être nous pouvons restaurer la connaissance vivante des plantes, dans tous les foyers. 

En lisant ce journal, même occasionnellement, chacun peut très vite connaître les plantes qui nourrissent, celles qui soignent, celles qui sauvent, leurs actions, leurs dangers et interactions avec les médicaments. Par exemple : 


  • L'eschscholzia californica est un excellent inducteur de sommeil naturel. Faites infuser de 6 à 10 g de plante séchée pour 0,5 litre d'eau, à boire 3 fois par jour en cas d'anxiété, et au coucher en cas d'insomnie



  • Le millepertuis est aussi efficace comme antidépresseur que les médicaments chimiques ; il est très utilisé, mais qui connaît vraiment toutes ses incompatibilités avec les médicaments ? Vous le lirez dansPlantes & Bien-Être



  • Les feuilles d'artichaut stimulent l'activité du foie et la sécrétion de bile, ce qui facilite la digestion des matières grasses. 



  • L'orthosiphon est traditionnellement recommandé en Inde comme remède contre les calculs rénaux (cailloux dans les reins, très douloureux). Il est aussi recommandé pour les personnes sujettes aux troubles urinaires (de type cystite). 



  • Pour les jambes lourdes et les pieds qui gonflent, buvez une tisane de pissenlit ou de sureau noir, à l'effet drainant et diurétique. 



  • Le mélilot et l'hamamélis luttent contre les varices et l'insuffisance veineuse



  • L'harpagophytum ou « griffe du diable » est une plante d'Afrique du Sud, qui était consommée par les indigènes pour atténuer les douleurs, en particulier celles de l'accouchement. Mais elle est efficace pour traiter les douleurs articulaires et lombaires et les tendinites



  • Vous renforcerez l'effet de l'harpagophytum avec de l'encens (Boswellia carterii) et de la feuille de cassis(Ribes nigrum), si l'effet n'est pas suffisant. 




Mais bien sûr, encore faut-il identifier ces plantes dans la nature, et celles qu'on ne trouve qu'en pharmacie. Savoir où les trouver, quand les cueillir, comment les conserver, leurs contre-indications et interactions médicamenteuses. 

Toutes les indications précises pour chaque plante (comment la consommer, la préparer) sont dans Plantes & Bien-Être

Préparez vos propres remèdes

Plantes & Bien-Être vous indique comment préparer chez vous des remèdes qui fonctionnent

Vous découvrirez comme il est facile de faire pousser dans son jardin les « simples » de nos ancêtres, mais aussi les plantes récemment découvertes par la phytothérapie, et même cultiver dans certains cas les plantes utilisées par les autres cultures : pharmacopée chinoise, amazonienne, plantes tibétaines et ayurvédiques (médecine indienne). 

Même si vous habitez en appartement, vous découvrirez comment un simple bac à fleurs ou un petit balcon permettent déjà de cultiver chez vous toute une pharmacie naturelle de secours

Et si vous n'avez pas la main verte, Plantes & Bien-Être vous donne toutes les informations pour vous les procurer, dans la qualité, sous la forme et au prix qui conviennent, en herboristerie. 

Une vie plus joyeuse et plus belle

La vie est tellement plus joyeuse et belle quand on connaît les plantes ! Chaque jour on se réjouit de les voir pousser sur son balcon ou dans son jardin. La moindre promenade devient une aventure passionnante quand on sait reconnaître les espèces et leur utilité pratique

On apprend à vivre mieux : grâce à la valériane, la passiflore et le safran, on améliore son sommeil ; la griffonia et lemillepertuis évacuent la tristesse ; la rhodiola aide à supporter le stress ; la bacopa monnieri renforce la mémoire… Quel dommage de ne pas profiter de tous ces cadeaux, et de tant d'autres… 

C'est cette ambition énorme que nous vous proposons dans Plantes & Bien-Être : refaire de notre planète un monde où il ferait bon vivre, en permettant à chacun de connaître les plantes qui l'entourent et leurs vertus pour retrouver son indépendance, sa liberté, et sa santé ; et aussi se reconnecter à la Nature que nous pillons et polluons aujourd'hui sans états d'âme. 

Recevez GRATUITEMENT notre premier numéro

Notre premier numéro est un trésor pour votre santé, et il en sera de même pour les suivants. Je vous l'envoie gratuitement si vous décidez de faire un essai à Plantes & Bien-Être maintenant. Vous pourrez découvrir : 


  • Le mélange de 5 huiles essentielles qui soulage le mal de dos ; (et un autre si le premier ne marche pas). 



  • La « mauvaise herbe » qui envahit les jardins mais qui soigne la goutte ; mais surtout, elle est bourrée d'antioxydants, et permet de faire les plus délicieux gratinsquichessoupes et un original gaspacho andalou (avec les recettes !). 



  • Le secret du bambou pour favoriser le confort articulaire et prévenir la dégénérescence du cartilage



  • Les plantes qui rendront votre bronzage uniforme et plus durable ; celles qui préparent la peau au soleil, le mélange qui remplace les crèmes solaires chimiques, et celles qui soulagent en cas de coup de soleil accidentel. 



  • Un dossier complet avec toutes les stratégies urgentes contre la cellulite ; il existe 3 formes différentes de cellulite et chacune a ses remèdes à base de plantes. 



  • L'arbre sacré qui lutte contre l'hypertension artérielle (tout récemment redécouvert par les scientifiques). 



  • La fleur qui, utilisée en homéopathie, guérit de la timidité ! 




Ce ne sont que quelques exemples pris au hasard. Plantes & Bien-Être vous apporte chaque mois 32 pages remplies à ras-bord de conseils pratiques et amusants, sans le moindre centimètre carré de publicité. 

Aujourd'hui, le fil de la tradition et notre lien intemporel avec la Nature ont été coupés, en grande partie volontairement, ou du moins en profitant du fait que les patients étaient en train de regarder ailleurs. 

Mais le savoir n'est pas perdu : au contraire, les spécialistes d’aujourd’hui en savent plus qu'aucun de leurs prédécesseurs. Nous avons réuni les meilleurs d'entre eux dans le comité de rédaction de Plantes & Bien-Être : 

Les meilleurs experts

Plantes & Bien-Être ayant vocation à devenir la référence santé pour des centaines de milliers de foyers, nous n'avons admis au comité de rédaction que les meilleurs experts : 


  • Le Docteur Franck Gigon ex chargé de cours au diplôme universitaire de phytoaromathérapie de Paris XIII, est spécialiste des plantes, de l'aromathérapie, conférencier et auteur de nombreux livres de référence dont « Se soigner par les plantes pour les Nuls » et « La vérité sur les plantes qui soignent » ; 



  • Le Docteur Daniel Scimeca, spécialiste des plantes, président du syndicat de la médecine homéopathique ; directeur d'enseignement à la Société médicale de biothérapie, formateur de médecins et pharmaciens, et lui aussi auteur de nombreux ouvrages sur la santé naturelle ; 



  • Le Dr Danielle Roux, pharmacien, scientifique et rédactrice en chef de la revue « Revue de Phytothérapie Européenne » ; 



  • François Couplan, docteur-ès-sciences, ethnobotaniste, spécialiste mondial des utilisations traditionnelles des plantes et auteur de cinquante ouvrages sur le sujet ; 



  • Christophe Bernard, diplômé de la Southwest School of Botanical Medicine et créateur du « Jardin des Plantes Médicinales » ; 




Ainsi que le Dr Jacques Labescat (phytothérapeute), Elske Miles, Claudine Luu (pharmacienne), Alessandra Moro Buronzo et Nicolas Wirth (naturopathes). 

Malgré leurs diplômes, ces experts ont été sélectionnés sur leur capacité à parler des plantes de façon simple et compréhensible par tous, surtout si vous n'avez aucune connaissance en botanique actuellement. 

Fascinez votre entourage

Lire Plantes & Bien-Être est aussi un moyen d'enrichir votre culture médicale, et votre culture tout court. Vous ferez le plein d'anecdotes extraordinaires qui fascineront votre entourage :   


  • Saviez-vous que l'aspirine, ce médicament parmi les plus utilisés dans le monde, a été découverte dans l'écorce de saule ? Vous obtiendrez les mêmes effets en faisant une simple infusion d'écorce de saule blanc salix alba



  • Aucun progrès de la chirurgie n'aurait été possible sans la découverte, en 1844 par le médecin Claude Bernard, des effets neuromusculaires du curare [1], le fameux poison des Indiens d'Amazonie. Ils fabriquaient le curare à partir de certaines lianes, et ils en enduisaient les fléchettes qu'ils tiraient avec leur sarbacane, terrorisant les explorateurs. 



  • Des cancers comme la maladie de Hodgkin et la leucémie sont traités (sans qu'on le dise aux patients) avec lesfeuilles de la pervenche de Madagascar, dont sont tirés les médicaments de chimiothérapie vinblastine et vincristine. 



  • Il en va de même du cancer du poumon et du cancer des ovaires : très peu de patients le savent, mais le paclitaxel, la molécule employée dans le traitement anticancéreux, est en fait tiré de l'if, un arbre que vous trouverez probablement dans votre rue, peut-être même dans votre propre jardin ! 


  

Et je n'oublie pas les statines, ces médicaments si innovants (et si chers) contre le cholestérol, qui ont été découvertes dans la levure de riz rouge ; la digitale (fleur) et la quinine (un arbuste d'Amérique du Sud) qui servent de base aux traitements des maladies du cœur. Et bien entendu, la quinine est aussi le plus important « médicament » découvert contre le paludisme et la malaria

Offre spéciale

Je vous propose donc de vous envoyer maintenant notre premier numéro, gratuitement, si vous décidez de faire un abonnement d'essai à Plantes & Bien-Être

L'abonnement au tarif normal est de 39 euros par an (12 numéros) pour la version électronique. Mais vous bénéficiez aujourd'hui de notre tarif spécial à 19 euros (plus de 50 % de réduction)

Plantes & Bien-Être existe aussi en format papier

La version électronique est l'option la moins chère que nous puissions vous offrir mais, moyennant un supplément, vous pouvez aussi recevoir chaque mois Plantes & Bien-Être chez vous en format papier, imprimé, par la Poste. 

Chaque numéro fait 32 pages. Cela peut donc être long et fatiguant à lire sur écran. L'imprimer peut coûter cher, à la longue, et il n'est pas toujours facile d'archiver des feuilles volantes. 

Nous vous envoyons donc, si vous le souhaitez, vos numéros de Plantes & Bien-Être en format papier, reliés, bien exécutés. Ce sera pour vous plus agréable à consulter et plus facile à conserver. 

Toutefois, l'imprimer, le mettre dans une enveloppe adressée à votre nom, et payer le timbre pour la France nous coûte 1,50 euros par numéro, ce qui nous oblige à vous demander une participation supplémentaire de 15 euros par an (douze numéros). L'abonnement papier coûte donc 19 euros (offre spéciale en format électronique), plus 15 euros, soit en tout34 euros par an pour la France métropolitaine. 

Nous vous proposons aussi de recevoir Plantes & Bien-Être au format papier en Europe et dans le monde entier. Il faut alors compter un coût supplémentaire d'acheminement selon le pays dans lequel vous vous trouvez. 

Vous ne prenez aucun risque

Prenez le temps de tout lire, de tout consulter, d'essayer nos solutions. Cela ne vous engage à rien. Vous ne prenez aucun risque. Pendant trois mois, si vous n'êtes pas plus que satisfait de votre choix, vous pourrez résilier votre abonnement et être intégralement remboursé, frais d'impression et de port compris. Et en plus, vous pourrez conserver les numéros que vous aurez déjà reçu ! 

Si vous trouvez dans nos colonnes une seule stratégie pour rendre votre cœur robuste… renforcer vos facultés mentales… retrouver votre poids idéal… 

Si vous découvrez un seul secret pour améliorer votre système immunitaire et éviter les maladies infectieuses… 

Si vous n'y trouvez qu'une seule idée pour augmenter votre niveau d'énergie, vous sentir en meilleure forme et avoir meilleur moral… 

Alors vous aurez largement rentabilisé votre investissement dans Plantes & Bien-Être et vous vous direz merci d'avoir essayé. 

Participez à une contre-offensive historique pour reprendre le contrôle de votre santé

Mais encore une fois, au-delà du cas personnel de chacun, l'enjeu de Plantes & Bien-Être est de mener une contre-offensive historique pour reprendre le contrôle de notre environnement, de notre santé, de nos vies, et rendre ce bien si précieux à nos enfants, petits-enfants, et aux générations qui vont suivre. 

Les connaissances des experts étaient jusqu'à présent restreintes à un tout petit réseau. 

Le grand public, lui, était victime des abus de pouvoir des autorités nationales et européennes qui empêchent les informations de se diffuser, et du désintérêt de la médecine universitaire qui ne se soucie même plus de former les jeunes médecins aux vertus médicinales des plantes. 

Mais grâce à Plantes & Bien-Être toutes ces connaissances sont désormais à portée de main de chacun

Aidez-nous à libérer l'information

Faites de votre foyer un maillon de notre grande chaîne de résistance. 

Abonnez-vous à Plantes & Bien-Être pour faire profiter votre entourage, nos jeunes, et profiter vous-même de tous ces trésors. 

Commencez tout de suite à bénéficier et à faire bénéficier vos proches des secrets oubliés des plantes et de la nature. 

C'est le seul moyen de secouer le joug du système de santé tel qu'il est aujourd'hui organisé, pour le profit de quelques-uns mais contre la santé de tous

Rendez-vous ici pour recevoir aujourd’hui votre premier numéro de Plantes & Bien-Être

Bien à vous, 

Jean-Marc Dupuis 



bonne après midi 1      Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de tout sur tout!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de tout sur tout!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUT SEIGNEUR, TOUT HONNEUR!
» Tout feu tout flamme
» tout nouveau, tout beau, (tout petit^^), le forum à Davak01.
» photo reportage...Tout feu tout flamme, et ça flambe...
» LES CHICAGO STARS (Tome 7) TOUT FEU, TOUT FLAMME de Suzan Elizabeth Phillips

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: