AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19787
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)   Ven 14 Oct - 13:32

6 aliments à consommer en cas de diabète de type 2
Le diabète de type 2 représente 90% des cas de diabète. L'alimentation joue un rôle clé chez les personnes souffrant de cette maladie. Elle doit permettre de combler les besoins nutritionnels, de contrôler le taux de glycémie et de lipides sanguins en plus de favoriser le maintien du poids santé et de prévenir les maladies cardiovasculaires. Voici donc 6 aliments à intégrer au menu en cas de diabète, en plus d'une alimentation saine et équilibrée et d'une activité physique régulière.

La poire

La poire propose de nombreux composés phénoliques, dont des flavonoïdes, responsables de la couleur du fruit, et des acides phénoliques. Présentes principalement dans la pelure du fruit, ces composantes permettent de neutraliser les radicaux libres, grâce à leur effet antioxydant. Les composés phénoliques contribueraient ainsi à la prévention des maladies cardiovasculaires et de certains cancers. 
La haute teneur en fibres alimentaires de la poire aiderait également à la diminution des risques de troubles cardiaques ainsi qu'à la régularisation du transit intestinal. Les fibres solubles contenues dans la poire retardent l’absorption du glucose dans l’intestin grêle, permettant ainsi un meilleur contrôle de la glycémie. Les personnes atteintes de diabète de type 2 doivent surveiller le taux de glycémie, c'est-à-dire le taux de sucre (glucose) présent dans le sang, afin de ne pas être en hyperglycémie. En cas d'hyperglycémie, la personne pourrait ressentir différents symptômes tels qu'une envie constante d'uriner ou une sensation de soif. 
L'avocat

L’avocat est un excellent choix alimentaire puisqu’il est fortement antioxydant. Son indice TAC est de 1933 μmol par portion de 100 g. Cette mesure permet de situer l'activité antioxydante d'un aliment sur une échelle de 0 à 14 000 μmol (= micromole). En cas de diabète, il est important de consommer des aliments avec un fort pouvoir antioxydant car cette maladie favorise l’activité des  radicaux libres responsables de l'oxydation de l'organisme. Ceux-ci peuvent entrainer la glycation (= réaction entre le glucose excédentaire et les protéines corporelles) qui est l’un des facteurs de vieillissement accéléré des tissus. L’avocat est également un fruit riche en ras monoinsaturés aussi appelés les  «bons» gras. Une étude1 a permis de démontrer que l’avocat a une réelle incidence sur la diminution des lipides sanguins. Cela permet de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires qui sont de 2 à 3 fois plus élevés chez une personne diabétique.

 
L'orge

L’orge est un produit céréalier à grains entiers très nutritif, riche en fibres solubles et en vitamine E. Cette céréale constitue un antioxydant qui permet de lutter contre les dommages causés par les radicaux libres. La vitamine E favorise ainsi la prévention des risques de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. De plus, cette céréale présente un indice glycémique faible, soit égal ou inférieur à 55. Deux méta-analyses1-2 ont permis de conclure que la prise en compte de l’indice glycémique présentait de nombreux bienfaits : taux de glycémie plus bas, contrôle métabolique plus efficace et niveau de lipides moins élevé. Ces indicateurs doivent être pris en considération car ils permettent de contrer ou de réduire certains effets qui peuvent être associés au diabète de type 2 : hyperglycémie, syndromes métaboliques tels que l'embonpoint abdominal et l'hypertension, risque accru de troubles cardiovasculaires, etc.
Le saumon

Excellente source d’oméga-3, le saumon est un poisson gras dont l’impact sur la diminution des risques de maladies cardiovasculaires a été démontré par de nombreuses études1-2. Ce type d’acide gras aide à réduire la tension artérielle, les triglycérides sanguins et la formation de caillots de sang. Le saumon est également une excellente source de protéines complètes. Il est conseillé d’intégrer la protéine de poisson à son alimentation puisque celle-ci serait favorable à l’amélioration de la sensibilité à l’insuline3-4. Le diabète de type 2 provoque une résistance à l'insuline, une hormone produite par le pancréas qui favorise l'absorption du glucose dans les cellules et qui régularise le taux de sucre dans le sang. Dans le cas d'une insulino-résistance, le glucose se retrouve en trop grande quantité dans le sang, ce qui provoque de l'hyperglycémie. 
Le brocoli

Légume de la famille des crucifères, à consommer cru ou légèrement cuit, le brocoli renferme beaucoup de vitamine C dont les propriétés préventives sur certains cancers ont été démontrées.

La consommation quotidienne de brocolis est liée à une plus faible concentration d’homocystéine1, un acide aminé dont l'augmentation de la teneur est proportionnelle aux risques de maladies cardiovasculaires.
Deux de ses composantes, la lutéine et de la zéaxanthine, ont des propriétés antioxydantes qui luttent également contre les troubles cardiovasculaires.
La patate douce

En plus de sa saveur exquise, la patate douce présente une teneur élevée en antioxydants, notamment grâce aux anthocyanines et aux caroténoïdes qu’elle contient. La patate douce de couleur pourpre serait particulièrement riche en anthocyanines, d’où sa coloration1. D’ailleurs, plus la chair est foncée, plus sa concentration en antioxydants est forte. Cette composante permet de réduire l’oxydation du «mauvais» cholestérol, donc de prévenir les risques de maladies cardiovasculaires. La patate douce dont la pelure est blanche aurait pour effet de diminuer la résistance à l’insuline, ce qui favoriserait le contrôle de la glycémie2-3-4.

Menu-type "Diabète"

Pour concocter de délicieuses recettes préparées à base d'aliments à privilégier en cas de diabète, voici un exemple de menu-type validé par des nutritionnistes. 



Matin

Midi

Soir

 
Petit déjeuner "Eastman"
Banane, pain de blé
entier, jambon, fromage,
lait écrémé
Chili con carne
Quinoa étuvé
Fromage
Clémentines
Filets de poisson à la cajun
Riz brun étuvé
​Haricots verts blanchis
Pommes nature
Collation de l'avant-midi
Carotte et céleri

Collation de l'après-midi
Yaourt et petits fruits
 
[size]
 
bonne après midi 1     Ninnenne  [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19787
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)   Ven 14 Oct - 13:44

Comment lutter contre les pellicules ?
Les pellicules existent depuis toujours et concernent environ une personne sur deux. Si certaines personnes n'y prêtent pas attention, d'autres peuvent en subir des conséquences plus graves. Peu esthétiques et parfois gênantes, il parait difficile de s'en débarrasser. D'autant plus qu'au moins une fois dans notre vie, nous sommes tous confrontés à ce problème du cuir chevelu. Voici quelques solutions afin d'améliorer votre quotidien.

Qu'est ce que les pellicules ?

Tout d’abord, il s’agit de comprendre ce que sont les pellicules. Ainsi, il semble que tous les 20 à 30 jours, la peau du cuir chevelu se renouvelle. Des squames, c’est-à-dire des petits morceaux de peau morte, apparaissent à la racine des cheveux. Mais parfois ce cycle peut se raccourcir à 5 jours, et dans ce cas les peaux mortes ne s’éliminent pas assez rapidement, ce qui engendre la formation de pellicules. Le déséquilibre de ce cycle est dû à un micro-organisme appelé pityriasis. Ce genre d’infection est fréquent car elle toucherait environ une personne sur deux1. Elle ne présente pas de risques pour la personne touchée, mais s’avère peu esthétique. Ensuite, il faut différencier les pellicules grasses des pellicules sèches. Les pellicules sèches, qui apparaissent sur des cuirs chevelus secs et déshydratés, sont plus simples à traiter que les pellicules grasses. Ces dernières s’accrochent aux racines et forment de grosses plaques jaunâtres, favorisant le développement de bactéries. Les pellicules se traduisent parfois par de fortes démangeaisons2, causées par l’inflammation. Enfin, il semblerait que les hommes et les adolescents soient les plus concernés par l’apparition de pellicules3.
Trouver les causes de la formation de pellicules

Les pellicules peuvent provenir d’une cause externe. En effet, les brushings à répétition, l’utilisation quotidienne de laques ou de gel, et une exposition à des séchoirs trop chauds peuvent sensibiliser le cuir chevelu et favoriser leur formation. De même que les lavages trop fréquents, ou trop rares, interviennent dans la régulation du sébum de la peau. Ainsi, un excès de sébum est souvent lié à la prolifération de ces petites peaux mortes1. On remarque aussi que la pollution atmosphérique, les changements de saison (temps humide, froid, chaleur) ne sont pas sans conséquences pour notre cuir chevelu. En ce qui concerne les causes internes, les maladies comme l’eczéma, la dermatite séborrhéique1 ou le psoriasis sont souvent responsables de la formation de pellicules. Chez les personnes dont les cheveux sont gras, la formation d’un champignon appelé malassezia2,3 est fréquente. Il se nourrit du sébum et produit des acides gras particulièrement irritants pour la peau. La moitié des personnes atteintes ne subissent pas les conséquences du malassezia, tandis que l’autre souffre d’un développement excessif de pellicules. Un déséquilibre hormonal2 (testostérone chez les hommes et œstrogène chez les femmes) jouerait également un rôle dans l’apparition de démangeaisons.
Adopter une hygiène de vie saine qui limite l'apparition de pellicules

L’hygiène de vie entre en compte dans l’apparition de pellicules. Il est conseillé de ne se pas faire de shampooing trop souvent, au risque de sensibiliser le cuir chevelu, et de procéder à un dernier rinçage à l’eau froide afin de resserrer les écailles du cheveu. Le port de bonnets, chapeaux ou de casques sont également à proscrire car ils bloquent la respiration du crâne1. L’alimentation a aussi sa part dans la prévention des pellicules. En effet, une consommation trop importante de sucre favorise la production d’insuline et stimule davantage les hormones. Une alimentation riche en antioxydants (vitamine A, B6 et BE) est préférable car elle apportera tous les nutriments nécessaires au bon maintien de l’équilibre du cuir chevelu. L’alcool et le tabac sont deux substances à éviter car elles favorisent le développement de pellicules. Il est également important de nettoyer régulièrement les brosses et les peignes à cheveux à l’aide de shampooing ou de savon afin d’éviter la naissance d’un champignon et d’enlever l’excès de sébum qui a pu s’y déposer. Enfin, une hygiène de vie saine passe par de bonnes nuits de sommeil, qui limiteront les risques de stress.
Choisir des soins adaptés contre les pellicules

Afin de lutter contre les pellicules, il existe des soins  adaptés et spécialisés. Ainsi, on peut trouver des shampooings antipelliculaires1 qui permettent de réduire les lésions du cuir chevelu. Leur composition, généralement riche en zinc2 et en acide salicylique, est séborégulatrice. Ce type de produit s’avère un bon moyen de contrôler les pellicules au quotidien, car il est impossible de s’en débarrasser complètement. Il est également conseillé d’alterner ces shampooings avec des savons plus doux afin de ne pas trop agresser le cuir chevelu, fortement sensibilisé. Mais parfois il peut arriver qu’un traitement médical soit prescrit si l’on ne remarque aucune amélioration (imidazoles, sulfure de sélénium, goudron de houille)3. Ce dernier devrait permettre de réduire la propagation du malassezia. On peut aussi se brosser les cheveux énergiquement, ce qui fera partir les pellicules sèches plus facilement.
Les approches naturelles pour lutter contre les pellicules

Si l’on préfère opter pour des solutions plus naturelles1 afin de lutter contre les pellicules, les huiles essentielles sont une bonne alternative. Elles permettent de traiter tant les cheveux gras, que les cheveux secs et peuvent êtres utilisées comme des antipelliculaires naturels (quelques goûtes dans un shampooing) ou en tant que soin sur le cuir chevelu (application locale). Voici quelques huiles particulièrement recommandées en cas de pellicules :

 

  • L’huile essentielle de romarin à cinéole : il est composé d’antioxydants2 tels que l’acide caféique, qui permet de protéger les cellules contre les dommages provoqués par les radicaux libres, de diterphènes phénoliques et de flavonoïdes. Son action purifiante apaisera le cuir chevelu et limitera l’apparition des pellicules. Ainsi, on peut se rincer les cheveux avec une eau que l’on aura préalablement fait bouillir avec du romarin frais.  

  • L’huile essentielle de tea-tree : il est vivement recommandé dans la lutte contre les pellicules3. Certains shampooings préventifs en sont composés, mais il est aussi possible d’ajouter quelques goutes dans votre lotion habituelle afin de profiter de ses bienfaits. Cette plante aide à contrôler l’infection due au champignongrâce à ses vertus antibactérienne et anti-inflammatoire.

  • L’huile essentielle d’eucalyptus globulus : cette huile essentielle est reconnue pour ses effets antibactériens5. Elle permet de combattre les infections du cuir chevelu en le purifiant. Elle favorise également la bonne croissance des cheveux en régulant le  manque de sébum des cuirs chevelus secs. L’arôme rafraichissant de l’eucalyptus intervient dans la gestion du stress et de la fatigue, deux causes de la formation de pellicules. Elle se révèle être comme un très bon antipelliculaire lorsqu’on l’applique localement en massant le crâne.

  • Le vinaigre de cidre : mélangé à de l’eau, le vinaigre de cidre s’applique en rinçage. Il permet d’acidifier le cuir chevelu et de réguler son pH en resserrant les écailles des cheveux. Ainsi, il sera particulièrement utile chez les personnes qui ont les cheveux gras, et ses effets antibactériens aident à lutter contre tout type d’infection.




bon week-end bonne après midi 1      Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19787
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)   Sam 15 Oct - 13:28

10 astuces pour faire manger votre enfant




Chère lectrice,
Cher lecteur, 

Apprendre à ses enfants à manger de tout… 

Pour certains c’est un rêve. Pour d’autres, ça vient tout seul. 

Je n’ai pas la formule magique pour réussir à tous les coups. Mais je peux vous donner 9 astuces qui produiront leurs effets.

Astuce n°1 : Emmenez-les au marché !

Tout comme au zoo, les enfants sont sensibles à l’apparence des légumes biscornus, des poissons aux yeux vitreux, des crustacés dans une bassine, des jambons suspendus, des saucisses au mètre et aux parfums d’épices. 

Ils vont pouvoir se familiariser avec les aliments à l’état brut et la richesse des variétés.

Astuce n°2 : Qu’ils mettent la main à la pâte

Encouragez vos enfants à cuisiner. Equipez-les d’un tablier et d’une toque de chef. Selon l’âge, ils devraient pouvoir mesurer, verser, mélanger, malaxer, étaler, casser les œufs, etc. 

Ils seront d’autant plus impatients de passer à table. 

Astuce n°3 : Ranger les bonbons et les chips au fond du placard

Tous les produits sucrés et frits devraient être difficiles d’accès. Et les légumes, fruits, noix, mis en évidence. 

Même chose au frigo : si vous n’avez pas réussi à supprimer les Danettes, jus de fruits, et autres… essayez au moins de les placer au fond. 

Astuce n°4 : soignez la présentation

Comme vous au restaurant, les enfants sont sensibles à l’apparence des plats. 

Faites marcher votre imagination pour « dresser » les assiettes de façon ludique. Tentez de servir les plats d’une manière inhabituelle, comme une soupe servie comme un cocktail : dans un verre avec une paille. 

Voici un peu d’inspiration : 



Des baguettes de fée. 


Passer
 les courgettes en mousseline pour imiter des spaghettis. 



Des œufs aux plats pour faire des yeux.
 Et des tranches d’olives pour faire les iris. 



Des œufs dur
s comme des poussins



Des brocolis en sapin de Noël




Une 
oasis de bananes, kiwis, clémentines.

Astuce n°5 : Mixez pour « faire passer la pilule »

Faites de subtiles purées et soupes de manière à faire disparaître les légumes détestés : brocolis, choux, etc. Vous pouvez les associer à des légumes sucrés comme les courges, les patates douces ou encore le céleri. 

A vous de trouver d'autres astuces !

Astuce n°6 : Inventez des noms d’aliments

Comme vous lorsque vous lisez un menu ronflant au restaurant (« carpaccio de tomates », « millefeuille de pommes-de-terre »), les enfants sont sensibles aux noms des plats et des aliments. 

Sortez les céréales et les graines de leur emballage d’origine et utilisez des bocaux et des boites sur lesquels vous pouvez coller des étiquettes afin de leur donner des noms drôles et imagés. Par exemple, si votre enfant est de Kung-Fu Panda (un personnage de film), inscrivez sur la boîte de riz complet « L’arme secrète de Kung-Fu Panda » [1].

Astuce n°7 : Donner le choix

Si vous dites : « Tu veux manger des épinards ? », l’enfant peut dire « non » et se braquer. 

Si vous rencontrez ce problème, essayez de dire : « Tu préfères quoi comme légumes ? Epinards ou carottes ? ». Là, il lui est plus difficile de répondre « non ». En effet, vous lui demandez de faire un choix, de se prononcer et des’engager

Cela augmente vos chances d’emporter son adhésion.

Astuce n°8 : Varier le menu

Pour qu’un enfant mange de tout, il faut qu’il ait été habitué à la variété. 

Faites évoluer vos menus au fil des saisons afin de l’habituer aux nouvelles choses. 

Pour faciliter la découverte d’un nouveau plat, préparez-le en petite quantité.

Astuce n°9 : Manger à heures fixes

Pour développer un appétit sain, l’enfant a besoin de régularité

Cela implique de manger tous les jours à heures fixes (dans la mesure du possible). 

Surtout ne l’encouragez pas à grignoter dès qu’il a un petit creux. 

L’équilibre alimentaire se construit tout au long de la journée [2].

Astuce n°10 : Servir de petites assiettes

Beaucoup de parents ont une tendance naturelle à gaver leurs enfants. Peur de manquer, instinct de survie, tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre, difficulté à doser les besoins d’un petit corps… Difficile de déterminer l’origine de cette habitude… 

Toujours est-il qu’ils forcent leurs enfants à terminer des assiettes trop remplies. « Tu ne sortiras pas de table tant que tu n’auras pas terminé ton assiette ! » 

C’est source de conflits inutiles avec les enfants. Cela accroît le risque de surpoids à l’âge adulte et les rapports anormaux à la nourriture. 

Vous savez que nous mangeons trop de façon générale. 

Servez des petites assiettes – plus petites ce qui vous paraît normal. Et offrez à l’enfant la possibilité de se servir. 

Surtout, laissez votre enfant être à l'écoute de son estomac. Ne vous en faites pas, il ne va pas se laisser mourir de faim. 

Ne le culpabilisez pas s'il mange très peu le soir. Surtout s’il mange un gros petit-déjeuner le lendemain. 

Bonne réussite ! 

Eric Müller 


bon week-end      Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19787
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)   Sam 15 Oct - 13:36

10 signes qui montrent que vous manquez de fer


Une carence en fer avérée




ous n’êtes pas au mieux de votre forme depuis quelque temps et vous avez beaucoup de mal à rester attentive. Vous manquez peut être de fer. Une carence en fer peut avoir des répercussions sur l’état général et il est recommandé d’y remédier au plus vite en mangeant du foie et autres abats, des lentilles ou encore du boudin noir.  Voici les signes qui ne trompent pas !

En cas de carence en fer modérée
1 – Vous êtes épuisée
La fatigue est généralement le premier symptôme ressenti lors d’une carence en fer, et elle peut être très importante. Une supplémentation en fer peut aider à retrouver votre entrain naturel.
Vous êtes régimeuse ? Découvrez notre groupe d'entraide.
 
2 – Vous perdez vos cheveux
Le brossage de votre chevelure est un rituel qui, depuis peu, vous inquiète. Vous perdez de plus en plus de cheveux. Il s’agit sans doute d’une alopécie due à un manque en fer. C’est un symptôme fréquent chez les femmes carencées, quel que soit leur âge.
3 – Vos ongles sont fragiles
Vos ongles sont cassants, mous, ils se dédoublent et des stries apparaissent sur leur surface. Le manque de fer a une incidence sur tous les phanères.
4 – Vous vous sentez faible
Vos muscles semblent incapables de soulever le moindre objet, vous n’avez plus le courage d’entretenir votre logement, ni même d’aller travailler à pied ou à vélo sans ressentir des courbatures. En deux mots vous avez la nette impression de manquer de force et n’êtes plus aussi performante qu’auparavant. Le fer est indispensable pour conserver une bonne forme physique.
En cas de carence en fer importante ou anémie ferriprive
5 – Vous avez des trous de mémoire
Vous avez du mal à rester attentive au bureau ou lors d’une conversation avec votre conjoint, vos enfants, vos amis. De plus, vous oubliez d’accomplir des tâches pourtant habituelles ou manquez des rendez-vous importants. Une carence en fer, lorsqu’elle est importante, a un impact significatif sur les fonctions cognitives. 
6 – Vous avez des impatiences dans les jambes  
Vous ressentez des picotements ou des décharges électriques dans les jambes principalement le soir mais parfois aussi dans la journée ou au cours de la nuit. Cet inconfort vous pousse à bouger de façon irrépressible et est de plus en plus insupportable. Il s’agit du syndrome des jambes sans repos (SJSR) qui peut avoir pour origine une carence en fer.
7 – Vous devenez frileuse
Quelle que soit la température ambiante, vous avez toujours froid, vos mains et vos pieds sont glacés. La frilosité est l’un des symptômes typiques d’une carence en fer assez conséquente.
8 – Votre entourage vous trouve triste
Vous que l’on prenait pour un boute-en-train avez l’impression d’avoir perdu votre joie de vivre alors que rien ne semble l’expliquer. Sachez qu’une grave carence en fer rend apathique.
9 – Vous êtes malade pour un oui pour un non
Qu’il s’agisse d’un rhume, d’une otite, d’une bronchite ou d’une angine, vous avez la sensation d’attraper toutes les infections qui traînent. Une carence en fer rend plus sensible aux maladies infectieuses.
Retrouvez toutes nos recettes Weight Watchers
 
10 – Votre peau devient sèche
Vous êtes démoralisée car depuis peu votre peau est sèche et vous êtes sujette aux éruptions cutanées. Un manque en fer a des répercussions sur la peau et rend difficile la cicatrisation. Ce type de carence peut même entraîner des fendillements de la peau.

a demain      Ninnenne  
 

En savoir plus sur http://www.fourchette-et-bikini.fr/sante/10-signes-qui-montrent-que-vous-manquez-de-fer-43327.html#D7vBAJru2Tsd0twp.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)   Aujourd'hui à 14:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensez à votre santé (un peu de tout)(suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: