AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Janvier 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pensez à votre santé (un peu de tout)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19710
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Pensez à votre santé (un peu de tout)   Dim 27 Nov - 14:45

Tout savoir sur les cycles du sommeil
Nuit réparatrice ou agitée, réveils fréquents ou sommeil de plomb, les nuits se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Que l'on soit « bon dormeur » ou insomniaque, il est important de comprendre l'organisation naturelle du sommeil pour respecter au mieux son besoin de repos.
Une succession de cycles

Une fois endormi, le corps est soumis à de multiples bouleversements, le cerveau s’active, puis se calme, puis s’active de nouveau. En fait, la nuit est loin d’être un long fleuve tranquille ! Les spécialistes distinguent 5 stades, qui correspondent à des états de sommeil plus ou moins profonds, et que l’on peut différencier grâce à un électroencéphalogramme (analyse des ondes cérébrales). Ces stades se succèdent de façon cyclique. Ainsi, chaque cycle (succession des 5 stades) dure environ 90 minutes, et une nuit comporte 4 à 6 cycles d’affilée.

Le cycle se déroule comme suit :

  • stades 1-2, légers, respectivement 5% et environ 50% du sommeil total,

  • puis stades de sommeil profond dits 3-4, pour 15 à 25% du sommeil total,

  • puis phase de sommeil paradoxal pour terminer le cycle (20 à 25% du temps).


[size]
 
Dans le jargon scientifique, on parle aussi de stades « non-REM » (stades 1 à 4) et du stade REM, pour Rapid Eye Movement ou « mouvements oculaires rapides », qui correspond au sommeil paradoxal. Cela étant, les cycles ne se reproduisent pas à l’identique tout au long de la nuit. La première moitié de la nuit est plus riche en sommeil profond (stades 3 et 4), alors que la seconde moitié est surtout caractérisée par l’alternance de sommeil léger et de sommeil paradoxal, dont la durée s’allonge à chaque cycle.
L’organisation du sommeil varie aussi d’un individu à l’autre, bien sûr, ainsi qu’en fonction de l’âge. Par exemple, chez les nouveau-nés, le sommeil paradoxal est plus présent (50% du temps total de sommeil), et les cycles sont plus courts (environ 50 minutes au lieu de 90). La différenciation des 4 stades non-REM (stades 1 à 4) se fait uniquement à partir de 6 à 8 mois.
Stade 1 : l'endormissement

Ah, ce doux moment où l’on se glisse sous les draps, où le corps se détend, où l’on bascule doucement dans les bras de Morphée… La phase d’endormissement, ou stade 1, correspond à la transition entre la veille et le sommeil ; c’est une sorte de somnolence semi-consciente, où les pensées vagabondent. La respiration ralentit, tout comme le rythme cardiaque. Le tonus musculaire est toujours présent, mais les muscles se relâchent tout de même, et les yeux font des mouvements lents, sous les paupières closes.

L’activité cérébrale ralentit, laissant place à des ondes dites « thêta », de faible amplitude, entrecoupées de « pics » d’ondes alpha (les ondes de grande amplitude associées à l’éveil). Résultat : le moindre bruit peut nous réveiller, et on a alors l’impression que l’on n’était pas endormi. C’est aussi durant cette phase qu’on a parfois le sentiment de trébucher et de tomber, et qu’on se réveille en sursaut !
Cette phase n’est jamais très longue, en général moins de 10 minutes. Au total, le stade 1 occupe 3 à 5 % de la durée totale du sommeil.
Stade 2 : le sommeil léger

Le stade 2 est un sommeil léger, au cours duquel le tonus musculaire est toujours présent (on peut se retourner ou bouger), mais sans mouvements oculaires. S’ils sont réveillés pendant cette phase, 60% des gens auront l’impression d’avoir été endormis. Ce temps de sommeil représente environ 45 à 55 % du temps de sommeil total. Chaque phase dure environ 10 à 20 minutes.

Lorsqu’on analyse l’électroencéphalogramme d’un dormeur en stade 2, on distingue des ondes thêta lentes ponctuées de « complexes K » et de « fuseaux » caractéristiques (ou spindles), d’une durée d’environ une demi-seconde. Le rôle de ces fuseaux, sorte de vagues d’activité cérébrale d’amplitude variable, pourrait être de protéger le sommeil en empêchant les messages sensoriels de « réveiller » le cerveau. A ce stade, les ondes alpha de l’éveil ont disparu.
Le réveil est encore facile à ce moment-là.
Stades 3 et 4 : le sommeil profond

Ce sont les stades de sommeil profond, aussi désignés comme le sommeil « lent » (en raison des ondes cérébrales lentes qui le caractérisent). Une fois au stade 3, qui ne dure que quelques minutes, le sommeil devient de plus en plus profond pour finalement atteindre le stade 4 qui, sur l’électroencéphalogramme, est presque entièrement constitué d’ondes delta.




Au cours de ces stades :

[/size]

  • la pression artérielle baisse

  • le rythme cardiaque diminue

  • la respiration est lente est régulière

  • le métabolisme de base est ralenti

  • les muscles sont totalement relâchés

  • les mouvements oculaires sont absents


[size]
Ce sommeil lent est très réparateur. L’organisme en profite pour reconstituer ses stocks d’énergie, notamment. Chez les enfants, ces stades sont aussi corrélés à la sécrétion de l’hormone de croissance et sont donc extrêmement importants. La phase lente dure en général une trentaine de minutes (et jusqu’à 60 minutes), et il est très difficile, à ce stade, de réveiller le dormeur.
Au total, on passe 20 à 25% de la nuit en stade 4, et ce sommeil profond occupe beaucoup de temps en début de nuit. Il diminue en fin de nuit. Le somnambulisme, les terreurs nocturnes ou les rêves faits à haute voix surviennent dans la majorité des cas lors du stade 4. Après cette phase, le dormeur repasse par des stades légers (2 et 1, avec possibles éveils nocturnes), avant de sombrer dans le sommeil paradoxal.
Stade 5 : le sommeil paradoxal

Environ 90 minutes après l’endormissement, le cerveau modifie brusquement son activité et entre dans une phase de sommeil « paradoxale ». Les ondes cérébrales delta lentes sont remplacées par des ondes plus rapides ressemblant à celles enregistrées pendant l’éveil.
Le rythme cardiaque et la respiration s’accélèrent, le sang afflue au cerveau (et dans le pénis – c’est lors de cette phase que les hommes sont en érection) et, sous les paupières, les yeux font des mouvements rapides. C’est la fameuse phase de sommeil « REM », pour rapid eye movement. Malgré tous ces chamboulements et l’activité cérébrale intense, le corps reste mou, sans tonus, d’où l’appellation « sommeil paradoxal ». Des contractions du visage, des pieds et des doigts peuvent toutefois survenir.

Ce stade dure en moyenne une vingtaine de minutes, et c’est généralement à ce moment que l’on fait les rêves les plus marquants, les plus détaillés et dont on se souvient le mieux. Des études ont montré que 85% des personnes que l’on réveille pendant le sommeil paradoxal se souviennent de leur rêve, contre 10 % à 15 % des personnes réveillées pendant le sommeil lent.
On compte environ 4 à 5 épisodes de sommeil paradoxal par nuit, mais de durées inégales : le premier épisode est souvent très court (une dizaine de minutes), alors que le dernier peut durer plus d’une heure. À la fin de ce stade, l’activité cérébrale ralentit à nouveau et un deuxième cycle de sommeil démarre.
 
[/size]
Sources :
http://www.canadiansleepsociety.ca/Map/www/pdf/brochure/sommeil_normal.pdf
Centre d’études avancées en médecine du sommeil http://www.ceams-carsm.ca/fr/sommeilnormal.html
http://sommeil.univ-lyon1.fr/
Traité de neurophysiologie clinique. Inserm. Editions de Boeck. 2008.
Psychologie. Sciences humaines et sciences cognitives. Jo Godefroid. Editions de Boeck. 2008.
[size]
 
passeportSANTE.net        bonne après midi 1     Ninnenne  [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19710
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)   Dim 27 Nov - 14:57

Que faire avec du Baume du Tigre ?
Beaucoup ont entendu parler du Baume du Tigre, remède miracle inventé par le chinois Aw Chu Kin, mais peu connaissent ses bienfaits et ne savent pas comment l’utiliser. Ses propriétés sont nombreuses et soulagent efficacement les petits maux du quotidien.

Que contient-il exactement

Le Baume du Tigre contient du menthol (environ 10%), de l’huile de menthe (environ 10%), de l’huile de clou de girofle (entre 1 et 2%), de l’huile de cajeput (environ 7%), du camphre (entre 17 et 25%) et de la paraffine, qui n’est pas un principe actif en soi mais permet de donner de la consistance au baume pour faciliter son application.
Il existe plusieurs variétés de Baume du Tigre comme le Baume du Tigre rouge, qui contient tous les ingrédients du Baume du Tigre classique avec de l’essence de cassis en plus (entre 1 et 2%) ou encore le Baume du Tigre Blanc qui contient de l’essence d’eucalyptus en plus.

Choisir le bon

Il existe de nombreuses contrefaçons de Baume du Tigre, surtout sur les boutiques en ligne...
Pour savoir si votre baume est un baume du tigre original, voici les critères à évaluer :

-Les contenances possibles sont de 4g, 10g, 19g et 30g
-Le conditionnement est toujours le même : un pot de verre avec un couvercle métallique de couleur bronze estampillé du tigre de la marque, sauf pour le conditionnement en 4g qui se présente sous la forme d’une petite boîte ronde en fer. L'emballage est cartonné, souvent de couleur orangée et porte le logo ti tigre sur fond orange. La mention OLIC (Thaïlande) Limited doit y figurer.
-Les couleurs : le baume du Tigre rouge n’est pas rouge vif, il est plutôt orangé.
-La consistance : le baume est dur au toucher.
La marque la plus sérieuse vient de Singapour et s’appelle Haw Par.
Soigner un mal de tête

Le Baume du Tigre est un remède efficace pour lutter contre les maux de tête, grâce à l’action rafraîchissante et l’effet anesthésique  du menthol.

Appliquez-en très peu (pour éviter aux yeux de piquer) sur vos tempes et massez-les.
Attendez une heure avant une nouvelle application.

Déboucher le nez

Le Baume du Tigre est particulièrement recommandé en cas de rhume et, plus globalement, de maladies ORL. Pour enlever la sensation de nez bouché, utilisez du Baume du Tigre Blanc plus efficace pour les congestions nasales, sinusite, rhinite, rhumes, etc.

Appliquez-en directement très peu au niveau des narines (à condition que celles-ci ne soient pas irritées) ou indirectement sur un mouchoir que vous respirerez. Vous pouvez également opter pour l'inhalation en dissolvant dans de l’eau bouillante une noisette de baume.
Soigner un mal de gorge

Là aussi, le Baume du Tigre Blanc est le plus approprié.

Picotements, brûlures ou démangeaisons, dès les premiers signes du mal de gorge, appliquez-en sur le cou en descendant jusque sur la poitrine et les épaules.
Massez doucement et mettez un foulardspécialement dédié à cet usage car le Baume du Tigre est gras et tenace.

Calmer une rage de dents

Connu pour ses propriétés de lutte contre le rhume et le mal de gorge, le Baume du Tigre est également un excellent remède contre le mal de dent grâce à son fort pouvoir anesthésiant.

Si vous avez une rage de dents, appliquez le Baume du Tigre dans votre bouche directement sur la zone douloureuse à l'aide de votre doigt.
Ayez la main légère car sa concentration forte en menthol pourrait donner une sensation de brûlure si elle est appliquée en trop grosses quantités sur les muqueuses.
Que faire avec du Baume du Tigre ?

Si vous vous êtes brûlé(e) en cuisinant, appliquez immédiatement le Baume du Tigre directement sur la brûlure pour calmer la douleur et éviter les cloques.

Plus le baume sera appliqué tôt, plus vite la brûlure sera guérie. Si la brûlure est vraiment très importante, mieux vaut vous rendre chez votre médecin. Le Baume du Tigre apaise et soigne les brûlures superficielles et peu profondes.


Soulager ses rhumatismes

Vanté pour ses mérites anti-arthrite, le Baume du Tigre peut être utilisé pour ceux qui souffrent d’articulations raides, en tant qu'analgésique.

Il suffit de l’appliquer directement sur les zones d’inconfort, le plus souvent : dans le bas du dos, sur les jambes (en cas de jambes lourdes), et sur les muscles endoloris ou fatigués.
Le Baume du Tigre est particulièrement efficace sur les tendinites et les courbatures liés aux efforts sportifs.
Lutter contre la transpiration

Ayant des vertus purificatrices et astringentes, le Baume du Tigre est conseillé en cas de transpiration excessive.

Appliquez tous les matins le Baume sur les parties de votre corps qui transpirent en excès (aisselles, pied, etc) pour réduire les mauvaises odeurs corporelles dues à la prolifération bactérienne.


Lutter contre le froid

Le Baume du Tigre, mieux que les chaufferettes ?

Ayant des effets stimulants sur la circulation sanguine, il est très efficace pour réchauffer les extrémités froides du corps comme les mains ou les pieds par exemples, et sera en cela un excellent remède pour les personnes souffrant de la maladie de Raynaud ou, tout simplement, pour lutter contre le froid au ski.
Le matin avant de sortir et/ou le soir, massez vos pieds et vos mains avec une petite noisette de Baume du Tigre avant d’enfiler vos chaussettes et vos gants. Réchauffement garanti !

http://www.passeportsante.net/       bonne après midi 1      Ninnenne  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19710
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)   Lun 28 Nov - 13:13

8 conseils pour diminuer les migraines
2 commentaires
La migraine est une pathologie très fréquente qui ne touche en général qu’un côté du crâne. Elle apparait soudainement et peut durer plusieurs heures. Bien que tout à fait bénigne, la migraine peut être très handicapante. Voici nos conseils pour diminuer les crises.

Tenir un journal des migraines

La première étape pour prévenir les crises de migraines consiste à tenir un journal des migraines pour découvrir le ou les éléments qui déclenchent les crises.
Dans ce journal, il faudra noter ce qu’il s’est passé au moment, ou avant la survenue de la crise, tous les aliments consommés, votre humeur, votre niveau de stress ou de relaxation, la nuit que vous avez passée, les conditions extérieures et toute autre information qui semble pertinente.
En découvrant ce qui déclenche la migraine, de nombreuses personnes réussissent à réduire ou à éliminer presque complètement les crises.
Surveiller son alimentation

Chez les migraineux il est important de porter une attention particulière à l’alimentation.

En effet, la faim, les excès de table, certains aliments et certaines boissons peuvent déclencher des migraines.
Voici les habitudes alimentaires conseillées en cas de migraine récurrente :

  • Mangez équilibré, sans sauter de repas.

  • Faites attention aux aliments que vous consommez : le chocolat, les noix, les fromages fermentés, la charcuterie, la sauce tomate, les boissons stimulantes ou encore le lait de vache entier sont connus pour être des déclencheurs de migraines.

  • Évitez les excès de table.

  • Buvez beaucoup d’eau, la déshydratation peut provoquer une migraine.

  • Évitez les boissons sucrées et alcoolisées, qui font également partie des déclencheurs courants de migraines. La boisson la plus citée comme étant un déclencheur de migraine est le vin rouge.

  • Modérez votre consommation de café, car si le café peut aider à calmer une crise, le sevrage de caféine peut déclencher une migraine. Ainsi, si on consomme beaucoup de caféine, la moindre baisse des niveaux de caféine dans le système peut déclencher une crise.


Source : Vincent T. Martin, Brinder Vij. Diet and Headache: Part 1. Headache: The Journal of Head and Face Pain, 2016.
Fuir les atmosphères enfumées

Selon les spécialistes de la Clinique Mayo, la cigarette peut déclencher et intensifier la migraine à cause de l’effet de la nicotine sur les vaisseaux sanguins.
Une étude[1] a même montré que les fumeurs avaient davantage de crises de migraine que les non-fumeurs et que fumer plus de 5 cigarettes par jour déclenchait les crises.

Alors, si vous avez tendance à avoir la migraine, ne fumez pas ou ralentissez votre consommation et évitez les atmosphères enfumées.
Respecter son rythme de sommeil

Les migraineux n’aiment pas les changements ! Et en particulier les changements de rythme de sommeil.

En effet, le manque de sommeil est un déclencheur de migraine, mais le fait de dormir plus que d’habitude favorise aussi la survenue de migraines !
Paradoxalement, dormir reste un des meilleurs traitements contre la migraine et beaucoup de migraineux rapportent que même si les traitements médicamenteux font effet, tant qu’ils n’ont pas dormi, la crise n’est pas vraiment terminée.
Pour diminuer les migraines :

  • Adoptez un rythme de sommeil régulier qui prévoit de sept à huit heures de sommeil par nuit

  • Ne regardez pas d’écran au lit

  • Dinez plusieurs heures ou plus avant de vous coucher


Se détendre

Le stress est souvent un déclencheur de crise. Alors pour réduire la fréquence et l’intensité des migraines, il faut éviter au maximum les tensions.
Si vous êtes stressé(e), vous pouvez pratiquer un sport ou avoir recours à la relaxation : massages, sophrologie, réflexologie, yoga… Pour apprendre à lâcher prise et à évacuer le stress.

Une étude du Wake Forest Baptist Medical Center[1] publiée en 2015, a d’ailleurs montré que les adultes sujets aux migraines ayant participé à des ateliers mêlant méditation et yoga pendant 8 semaines présentaient des épisodes de migraine plus courts et moins intenses que ceux traités médicalement.
S’aider des plantes

Deux plantes montrent de bons résultats dans la prévention des épisodes migraineux : le pétasite et la grande camomille.

Le pétasite

Deux essais cliniques publiés au début des années 2000 ont démontré l’efficacité de cette plante dans la prévention de la migraine.
Dans l’un[1], la prise quotidienne d’extraits normalisés de pétasite pendant 3 mois a permis de diminuer significativement la fréquence des crises de migraine.

Dans l’autre[2] les participants ayant pris chaque jour 150 mg d’extrait de pétasite durant 4 mois ont constaté une forte baisse des attaques de migraine. 

La grande camomille

Les feuilles de grande camomille, à utiliser séchées, contiennent du parthénolide, une substance qui agit sur les neurotransmetteurs. En tisane, la grande camomille est connue pour son efficacité en traitement préventif de la migraine.
L’ESCOP et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l’efficacité des feuilles de grande camomille pour la prévention de la migraine et une étude publiée en 2005 et réalisée sur 170 participants migraineux a donné de bons résultats. Les participants ont pris durant 16 semaines soit un placebo, soit un extrait de grande camomille, à raison de 6,25 mg, 3 fois par jour. Dans le groupe traité, les crises de migraine ont été moins nombreuses que dans le groupe placebo[3].
Essayer les thérapies alternatives

L’acupuncture et l’hypnose donnent de bons résultats dans la prévention des crises de migraine.

L’acupuncture

L’acupuncture repose sur l’utilisation d’aiguilles piquées en surface des tissus cutanés.

Cette pratique est reconnue par l’OMS pour aider à prévenir les migraines et soulager leurs symptômes et les études publiées à ce jour suggèrent que l’acupuncture est aussi efficace que les médicaments pour traiter la douleur et les nausées associées aux migraines.
La technique active la production de sérotonine, pour bloquer la transmission de la souffrance. Elle permet aussi de libérer de l’endorphine, un antidouleur naturel.

L’hypnose

Durant l’état hypnotique, le corps produit de fortes quantités d’endorphine, qui apaise la douleur.
Lors d’essais en milieu hospitalier, les patients constatent après un an de suivi des périodes de plusieurs mois sans aucune crise.
Changer de pilule

Les fluctuations du taux d’œstrogène, qu’elles soient dues aux menstruations, à la prise d’une pilule contraceptive, à la grossesse ou encore à la ménopause, peuvent déclencher des migraines.
Pour les femmes sous pilule, il se peut que celle-ci soit mal supportée. Dans ce cas, parlez-en à votre médecin qui vous en prescrira une autre.

D’autre part, plusieurs études suggèrent que les migraineux manquent de magnésium et que ce déficit joue un rôle dans l’apparition de la migraine. Aussi, il a été démontré que de nombreuses femmes sous pilule manquent de magnésium, en particulier avant les règles.
Une supplémentation en magnésium pourrait alors régler le problème, parlez-en à votre médecin.
[size=10]Crédits photo : shutterstock.com



bonne après midi 1 http://www.passeportsante.net/       Ninnenne   

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19710
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)   Dim 4 Déc - 13:57

Allergie aux chats : que pouvez-vous faire ?
Contrairement aux idées reçues, lorsqu'on est allergique aux chats, on n'est pas allergique aux poils de chat, mais à la protéine Fel d1, que l'on retrouve sur la peau, dans la salive, l'urine et bien sûr, les poils du félin. En cas d'allergie, la meilleure solution est l'éviction. Mais si vous ne pouvez pas vous résoudre à vous séparer de votre chat, des solutions existent.
Comment se manifeste l'allergie aux chats ?

Les symptômes de l’allergie aux chats peuvent comprendre :
- Toux et respiration sifflante ;

- Urticaire sur la poitrine ou le visage ;
- Démangeaison des yeux, écoulement ;
- Rougeur de la peau à l’endroit où le chat a griffé ;
- Congestion nasale ;
- Éternuements ;
- Gorge qui gratte.
Les symptômes peut se développer en quelques minutes et jusqu’à plusieurs heures.
On sait de plus que l’exposition des sujets allergiques aux allergènes de chat et de chien est un facteur de risque d’asthme et d’hyperréactivité bronchique.
Des précautions à prendre

Si vous êtes allergique, mais devez cohabiter avec un chat, il va falloir :

- Éradiquer le maximum de poils possible. Pour cela, brossez votre chat régulièrement (à l’extérieur), lavez-le de temps en temps, enlevez moquettes et tapis, brosser vos vêtements et passez très régulièrement l’aspirateur ;
- Interdire à votre chat l’accès à certaines pièces, en particulier votre chambre ;
- Aérez quotidiennement.
Quels médicaments ?

Les médicaments standards contre les allergiespeuvent aider à contrôler les symptômes de l’allergie aux chats de façon éphémère.
Votre médecin peut ainsi vous recommander :

- Des antihistaminiques ;
- Des décongestionnants ;
- Des corticostéroïdes.
La désensibilisation

La désensibilisation ou immunothérapie est le seul traitement s’attaquant à la cause même de l’allergie.
Ce procédé consiste à administrer régulièrement, et pendant plusieurs années, des extraits contenant des allergènes à la personne allergique.

Cependant, en ce qui concerne l’allergie aux chats, l’efficacité et les résultats de la désensibilisation ne sont pas aussi probants que pour le pollen ou les allergies aux hyménoptères par exemple.  
Renseignez-vous auprès d’un allergologue.
[size=11][size=10] http://www.passeportsante.net/       bonne après midi 1       Ninnenne  
[/size][/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)   Aujourd'hui à 9:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensez à votre santé (un peu de tout)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: