AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25831
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)   Sam 17 Déc - 14:42

Tisanes : quels sont leurs bienfaits ?
L'homme utilise les plantes pour se soigner depuis des millénaires. A travers les âges, de nombreuses civilisations ont exploité leurs bienfaits que ce soit en Mésopotamie, dans l'Egypte antique, en Inde avec la célèbre médecine ayurvédique, au Pérou ou en Chine où la pharmacopée recense plusieurs centaines de plantes médicinales. L'une des formes les plus traditionnelles qui soient est la tisane. Retour sur ses véritables bienfaits.
Qu'est-ce qu'une vraie tisane ?

La tisane est un moyen très accessible de profiter des bienfaits de la phytothérapie. Elle consiste à extraire les composés aromatiques des plantes par différentes méthodes de préparation telles que la macération, la décoction ou l’infusion de matériel végétal (fleurs fraîches ou séchées, tiges, racines, feuilles) généralement dans de l’eau chaude.

Pour peu que la plante soit de bonne qualité, la tisane est un outil thérapeutique assez fiable. Que le matériel végétal soit frais ou séché, les cellules savent maintenir leur intégrité en l’absence d’eau : un processus qu’elles utilisent notamment en prévision des périodes de sécheresse. Elles conservent donc leur contenu en principes actifs durant une longue période et les préservent des mécanismes susceptibles de les altérer, comme l’oxydation. Pour s’en convaincre, il suffit de froisser des fleurs de lavande ou une feuille de menthe séchée entre ses doigts et sentir les arômes qui s’en dégagent : ce sont les principes volatils (et en particulier les huiles essentielles). Les racines, les tiges et les graines les conservent d’ailleurs mieux que les feuilles et les fleurs.
La tisane peut être préparée à partir de végétaux frais ou séchés. La plupart choisissent des herbes en vrac ou des sachets vendus dans le commerce, car ils sont plus facilement accessibles.
La macération consiste à laisser tremper le matériel végétal dans de l’eau froide durant plusieurs heures.
L’infusion consiste à verser de l’eau chaude sur le matériel végétal et laisser tremper pendant quelques minutes.
La décoction consiste à faire bouillir l’eau dans lequel repose le matériel végétal pendant quelques minutes.
[size]

Combien de temps puis-je conserver ma tisane ?

La durée de vie d’une tisane dépend à la fois de la façon dont est traitée la plante (broyée, arrachée) et la façon dont elle est conservée. Plus une herbe sera broyée et moins elle se conservera car elle perdra davantage d’huiles (en raison d’une surface exposée plus grande). Les herbes stockées dans des récipients hermétiques se conserveront davantage que les herbes vendues en sachet. Même si leurs saveurs peuvent rester durant des mois, les propriétés médicinales sont dues aux huiles dont la teneur décroît avec le temps. C’est pourquoi on recommande de conserver les herbes en sachets deux à trois mois au maximum, et les herbes entières dans un contenant hermétique durant environ un an.
Certaines plantes sont particulièrement utilisées dans les tisanes en raison de leurs propriétés médicinales supposées. Faciliter la digestion, améliorer le sommeil, calmer l’anxiété... Chacune aurait un effet propre à sa composition. Si les chercheurs peinent à démontrer ces effets avec certitude, ils poursuivent leur examen, intrigués par leur prescription commune aux quatre coins du globe. 5 tisanes ont retenu notre attention du fait de leurs faibles effets secondaires et de la littérature scientifique existante à leur sujet.
Une tisane de gingembre pour les nausées

Le gingembre est une plante herbacée qui possède un gros rhizome charnu présentant des nodosités et des ramifications qui rappellent la forme d’une main. Il possède une forte odeur aromatique et une saveur piquante, mais ce sont surtout ses propriétés thérapeutiques qui interpellent. Celles-ci sont contenues dans le rhizome : une huile essentielle à dérivés terpéniques, des principes amers actifs nommés gingerols, une résine à saveur brûlante ainsi que des acides organiques variés. Réputé stimulant et eupeptique (= améliore la santé digestive), le gingembre est indiqué dans les états de fatigue, les nausées ainsi que dans les problèmes intestinaux.

Qu’en dit la recherche scientifique ?
La recherche scientifique sur le gingembre a établi une présomption scientifique concernant les nausées, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve. Son action contre la fatigue et les problèmes intestinaux relèvent d’un faible niveau de preuve scientifique.

Comment le prendre en tisane ?
Le gingembre peut être pris sous forme de décoction à raison d’une tasse matin, midi et soir après les repas. Faites bouillir 3 g de fragments de rhizome séché dans la quantité d’une tasse d’eau pendant 20 minutes, puis filtrez le tout. Etant d’une quasi-parfaite innocuité (des réactions allergiques et des douleurs abdominales ont rarement été notées), le traitement peut être poursuivi jusqu’à disparition des symptômes.

Une tisane de mélisse pour contrer l'anxiété

Fardeau de notre société moderne, l’anxiété, excepté dans les formes les plus graves, peut être traitée par la phytothérapie. La mélisse, une plante à feuilles gaufrées d’odeur très agréable, est souvent indiquée dans ce cadre car elle est réputée comme un spasmolytique des muscles lisses. Utilisée traditionnellement depuis Théophraste et Hippocrate, elle contient notamment une huile essentielle à citrals, des hétérosides monoterpéniques, des mucilages et des flavonoïdes. On compare parfois son effet tranquilisant à celui obtenu avec les benzodiazépines mais il est beaucoup moins anxiolytique qu’inducteur du sommeil et analgésique.

Qu’en dit la recherche scientifique ?
La recherche scientifique sur la mélisse a établi une présomption scientifique concernant le sommeil et l’anxiété, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve1-3. En revanche, elle n’a pu établir de preuves concernant les boutons de fièvre (feux sauvages) pour lesquels elle est parfois recommandée.

Comment la prendre en tisane ?
Très agréable en tisane, la mélisse ne doit pas être utilisée en cas de consommation d’alcool pour plus d’efficacité. Laissez infusez 2 à 4 cuillérées de feuilles de mélisse dans une tasse d’eau pendant 5 à 10 minutes.

Une tisane de menthe poivrée contre le syndrome du colon irritable

L’usage médicinal de la menthe poivrée remonte à l’Antiquité, aussi bien en Orient qu’en Occident. Elle dégage une agréable odeur aromatique et est considérée comme l’une des plantes clés en matière de phytothérapie digestive. Les composés actifs sont surtout contenus dans les feuilles : on y trouve notamment une huile essentielle riche en menthol, un principe amer, des flavonoïdes et du tanin. Elle est recommandée lorsqu’il est nécessaire de faciliter la digestion et de lutter contre les états spasmodiques, les digestions difficiles, les ballonnements et les nausées.

Qu’en dit la recherche ?
La recherche scientifique sur la menthe poivrée en tisane a établi une présomption scientifique concernant son efficacité contre le syndrome du colon irritable, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve1.

Comment la prendre en tisane ?
Il suffit de faire infuser 25 g de feuilles fraîches ou séchées dans un litre d’eau bouillante pendant 10 minutes ou bien 5 à 6 feuilles fraîches ou séchées pour une tasse d’eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. On recommande d’en boire une tasse après chaque repas.

Une tisane de valériane pour améliorer le sommeil

Réputée pour être « le plus parfait des calmants végétaux » depuis l’Antiquité, la valériane est une grande plante vivace avec une racine courte garnie de nombreuses racines filiformes noirâtres. Ces dernières dégagent une odeur désagréable très caractéristique en séchant, mais qui attire curieusement les chats : ce n’est pas un hasard si elle était autrefois surnommée « l’herbe aux chats ». Ce sont ces racines qui contiennent les principes actifs comme l’huile essentielle (notamment de l’isovalérate de bornyle), des acides (dont l’acide valérénique) et des alcools (dont le valénol). Elle est souvent recommandée en cas d’irritabilité, d’anxiété, de troubles du sommeil (insomnies d’endormissement en particulier) ou en complément d’une chimiothérapie ou d’un sevrage tabagique.

Qu’en dit la recherche scientifique ?
La recherche scientifique sur la valériane a établi une présomption scientifique concernant sa capacité anxiolytique et son aide à l’endormissement, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve1-6. Il convient d’éviter les opioïdes, l’alcool et les benzodiazépines en cas de prise de valériane.

Comment la prendre en tisane ?
La valériane peut être prise sous forme de décoction (faîtes bouillir 40 g de racines séchées écrasées dans un litre d’eau pendant 20 minutes et filtrez) et sous forme d’infusion (faîtes infuser 20 g de racines séchées bien écrasées dans un litre d’eau bouillante pendant 20 minutes et filtrez). Buvez un verre après chaque repas ou avant d’aller dormir.

Une tisane d'ortie en guise d'antalgiques

Souvent qualifiées de « mauvaises herbes », les orties sont réputées pour leurs puissants effets médicinaux. Déjà plébiscitées au Moyen Âge, surtout pour les hémorragies et pour « purifier le sang », elles ont la particularité de synthétiser des substances pourtant spécifiques du règne animal comme l’acide formique, la sérotonine ou l’acétylcholine. Leurs propriétés diurétiques les rendent utilisables dans le traitement complémentaire de la goutte. De nombreux phytothérapeutes la considèrent comme étant une plante anti-inflammatoire et antalgique.
Qu’en dit la recherche scientifique ?
La recherche scientifique sur l’ortie a établi une présomption scientifique concernant sa capacité diurétique ainsi que son efficacité dans le traitement de l’hypertrophie prostatique bénigne, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve. En revanche, elle n’a pas encore prouvé son intérêt dans la gestion de la douleur.


Comment la prendre en tisane ?
Des gênes gastro-intestinales ou des allergies sont des effets secondaires possibles mais rares. Faites infuser 2 à 3 cuillères de racines séchées dans une tasse d’eau chaude pendant 5 à 10 minutes.

Le temps de préparation que nécessite la tisane ou son goût parfois déconcertant peut rebuter certaines personnes : il est également possible de bénéficier de ces produits naturels sous forme de poudre sèche micronisée ou de gélules.
 
Une tisane d'ortie en guise d'antalgiques

Souvent qualifiées de « mauvaises herbes », les orties sont réputées pour leurs puissants effets médicinaux. Déjà plébiscitées au Moyen Âge, surtout pour les hémorragies et pour « purifier le sang », elles ont la particularité de synthétiser des substances pourtant spécifiques du règne animal comme l’acide formique, la sérotonine ou l’acétylcholine. Leurs propriétés diurétiques les rendent utilisables dans le traitement complémentaire de la goutte. De nombreux phytothérapeutes la considèrent comme étant une plante anti-inflammatoire et antalgique.
Qu’en dit la recherche scientifique ?
La recherche scientifique sur l’ortie a établi une présomption scientifique concernant sa capacité diurétique ainsi que son efficacité dans le traitement de l’hypertrophie prostatique bénigne, fournie par des études de niveau intermédiaire de preuve. En revanche, elle n’a pas encore prouvé son intérêt dans la gestion de la douleur.


Comment la prendre en tisane ?
Des gênes gastro-intestinales ou des allergies sont des effets secondaires possibles mais rares. Faites infuser 2 à 3 cuillères de racines séchées dans une tasse d’eau chaude pendant 5 à 10 minutes.

Le temps de préparation que nécessite la tisane ou son goût parfois déconcertant peut rebuter certaines personnes : il est également possible de bénéficier de ces produits naturels sous forme de poudre sèche micronisée ou de gélules.
 
bon week-end      passeportSANTE.net           Ninnenne   
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25831
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)   Dim 18 Déc - 13:53

Des remèdes naturels pour protéger sa gorge
Inflammation, toux, démangeaisons et autres maux de gorge peuvent être soignés à partir de remèdes naturels, boissons chaudes, gargarismes, sirops, concoctés à partir d'aliments ou de plantes médicinales.
Boissons chaudes et gargarismes contre les maux de gorge

Différents aliments et ingrédients naturels qui se trouvent facilement en supermarché constituent de bons éléments pour préparer des boissons chaudes reconnues pour soulager les maux de gorge.

Boisson chaude au citron

L'un des remèdes maison les plus efficaces pour diminuer l'intensité des maux de gorge est la boisson préparée à base de citron, d'eau chaude et de miel. Il vous suffit de mélanger le jus d'un demi-citron et une cuillère à café (= c. à thé) de miel dans 250 ml d'eau chaude. Les flavonoïdes, des composantes antioxydantes, que contient le citron agiront pour réduire l'inflammation de la gorge. Tout comme le citron, le miel a des propriétés anti-inflammatoires. Il a également un effet antibactérien en raison de son pH bas, sa texture et sa faible concentration en protéines.

Gargarisme au sel

Le gargarisme au sel est une solution simple à répéter plusieurs fois par jour, au besoin. Il faut compter 1 cuillère à café (= c. à thé) de sel pour 250 ml d'eau bouillante. Une fois le mélange refroidi, il peut être utilisé toutes les 2 ou 3 heures. Le sel présente une activité antibactérienne, ce qui limitera la prolifération des bactéries responsables des maux de gorge.

Gargarisme au bicarbonate de soude

Une alternative au traditionnel gargarisme au sel est celui au bicarbonate de soude. Tout comme le sel, ce produit permet d'enrayer les bactéries et est sans danger pour la santé. Il peut même être ajouté à la routine quotidienne d'hygiène buccale. 
Sirops faits maison pour calmer la toux liée aux maux de gorge

Les sirops-maison sont une bonne alternative aux sirops en vente en pharmacie qui contiennent généralement une multitude de médicaments. Tout comme les boissons chaudes et les gargarismes, ils se préparent avec des aliments et des plantes.

Sirop à l’oignon

En plus des antioxydants stimulant vos défenses naturelles qu’il contient, l’oignon possède des propriétés antibactériennes qui favoriseront un retour à la normal. Pour concocter le sirop, il suffit de laisser mijoter 6 oignons blancs hachés et ½ tasse de miel au bain-marie pendant 2 heures. Par la suite, le mélange doit être passé au tamis pour en recueillir le liquide, soit le sirop.

Sirop aux clous de girofle

Le clou de girofle a la capacité d’engourdir la douleur, ce qui aura un effet apaisant sur la toux et le mal de gorge. La préparation de ce sirop est simple : laisser macérer au réfrigérateur 5 ou 6 clous de girofle dans 250 ml de miel durant une nuit complète. Le lendemain, il suffit de retirer les clous de girofle et le sirop est prêt à être consommé. 
L'eucalyptus et la sauge pour soulager l'inflammation de la gorge

De nombreuses plantes ont des propriétés qui leur permettent de traiter les maux de gorge, la toux et les démangeaisons. Parmi celles-ci figurent notamment l’eucalyptus dont l’usage est reconnu pour traiter l’inflammation des voies respiratoires. Ces effets médicinaux seraient attribuables à un composé contenu dans ses feuilles, l’eucalyptol.

 

Posologie

Par voie interne

  • Infusion : infuser de 2 g à 3 g de feuilles séchées dans 150 ml d'eau bouillante durant 10 minutes. Boire deux tasses par jour.

  • Teinture (1:5) : prendre de 10 ml à 15 ml, deux fois par jour.

  • Extrait fluide (1:1) : prendre de 2 ml à 3 ml, deux fois par jour.

  • Huile essentielle : prendre de 0,3 ml à 0,6 ml par jour (de 2 à 6 gouttes). Consulter un aromathérapeute qualifié avant de prendre de l'huile essentielle d'eucalyptus par voie interne. Ne pas administrer aux jeunes enfants, ni aux femmes enceintes.

  • Inhalation : se servir d'un diffuseur, ou verser de 4 à 6 gouttes d'huile essentielle dans 150 ml d'eau bouillante. Se couvrir la tête avec une serviette et inhaler les vapeurs de la préparation. Répéter jusqu'à trois fois par jour.


[size]
Par voie externe
[/size]

  • Friction : verser de 15 à 20 gouttes d'huile essentielle dans 25 ml d'huile végétale et frictionner la poitrine avec ce liniment, trois fois par jour.

  • Gargarisme : infuser durant 10 minutes de 2 g à 3 g de feuilles séchées dans 100 ml d'eau bouillante. Se rincer la bouche ou se gargariser avec la préparation filtrée et refroidie, de deux à trois fois par jour. On peut également préparer un gargarisme en diluant de 2 à 3 gouttes d'huile essentielle dans 5 ml d'alcool, préparation à laquelle on ajoutera 50 ml d'eau.


[size]
La Commission E et l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) reconnaissent également l’usage de la sauge pour traiter l’inflammation des voies respiratoires et de la muqueuse buccale. Les composés polyphénoliques qu’elle contient ont une activité antioxydante qui contribue à régulariser le système immunitaire.
[/size]

Posologie

Gargarisme : infuser 2 ou 3 gouttes d'huile essentielle dans 100 ml d'eau ou 5 ml d'extrait liquide dans 100 ml d'eau, 3 fois par jour. On peut aussi utiliser cette infusion lorsque le port d'une prothèse dentaire cause des douleurs aux gencives.
[size]

bon week-end       passeportSANTE.net           Ninnenne  [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25831
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)   Dim 18 Déc - 14:27

Des astuces simples pour une haleine fraîche
La mauvaise haleine, également appelée halitose, peut vite devenir gênante pour soi même… et pour les autres ! Voici 4 conseils pour prévenir ou combattre la mauvaise haleine.


Le thym

Le thymol est un composé aromatique contenu dans l’huile essentielle de thym, qui permettrait de réduire la plaque dentaire et de protéger des caries ou de la gingivite1 pouvant être responsables de la mauvaise haleine. Ainsi, l’ESCOP ou l’European Scientific Cooperative on Phytotherapy reconnaît l’usage du thym dans le traitement de la mauvaise haleine.
Utilisation : faire infuser 5 g de thym séché dans 100 ml d’eau bouillante pendant 10 minutes et laisser refroidir. Filtrer ensuite la préparation et de se gargariser à raison de 2 à 3 fois par jour. Quelques gouttes d’huile essentielle de thym diluées un verre d’eau à utiliser en rince-bouche donneront aussi de très bons résultats sur la mauvaise haleine.

Le persil

Le persil frais diminuerait la persistance de la mauvaise haleine en capturant certains composés sulfurés qui se forment dans la bouche et dans les intestins, surtout après la consommation d’ail ou d’oignon2. De plus, le persil est un « déodorant » naturel pour la bouche grâce à sa teneur en chlorophylle. De la même façon que pour le thym, il est conseillé de laisser infuser du persil frais, de laisser refroidir, puis de se gargariser avec la préparation, ou de mastiquer simplement un peu de persil frais.
La mauvaise haleine peut facilement être évitée grâce à des gestes simples. Il est fortement conseillé de se brosser les dents et la langue au moins deux fois par jour après chaque repas et idéalement, matin, midi et soir (Laissez au travail une brosse à dents avec un tube de dentifrice !).
N’oubliez de changer de brosse à dents tous les 3 ou 4 mois. Et, bien que ce ne soit pas toujours un réflexe, la soie dentaire (fil dentaire) est à utiliser une fois par jour pour retirer les aliments coincés entre les dents et éviter le développement de bactéries.

Pensez à boire 1,5 à 2 L d’eau par jour pour assurer l’hydratation de la bouche. En cas de bouche sèche pouvant être responsable d’une mauvaise haleine, sucer des bonbons sans sucres ajoutés peut être une bonne alternative puisque cela permet de stimuler la production de salive.
Attention : la consommation d’alcool, de café ou de tabac est déconseillée en cas de mauvaise haleine ou pour la prévenir.

Enfin, consultez un dentiste régulièrement, une à deux fois par an pour des soins éventuels et pour un détartrage régulier.
 [size=13]Avant de se ruer sur des gommes à mâcher à la menthe pas toujours bonnes pour la santé ou sur des dentifrices « effet fraîcheur » dont l’efficacité n’est pas toujours prouvée, une consultation chez un dentiste peut permettre d’identifier simplement la source de la mauvaise haleine. Le plus souvent, ce sont les bactéries présentes sur la langue ou les dents qui produisent ces mauvaises odeurs. Mais des problèmes bucco-dentaires dont on ignore la présence, comme des caries négligées qui évoluent en abcès ou une gingivite (= inflammation des gencives), peuvent également en être responsables. Si vous n’avez aucun problème bucco-dentaire, le dentiste pourra tout de même réaliser un détartrage afin d’éliminer le tartre, qui peut lui aussi être à l'origine d'une halitose.

 La mauvaise haleine peut être passagère et causée par des problèmes bénins, comme une sinusite, un rhume ou des brûlures d’estomac. Néanmoins, elle n’est pas à traiter à la légère car en plus d’être un facteur de gêne pour vous et votre entourage, elle peut aussi être le symptôme d’une pathologie plus grave comme une insuffisance des reins ou du foie, certains cancers ou un diabète. Il convient donc d’être vigilant en cas de mauvaise haleine persistante et de ne pas hésiter pas à en parler rapidement à votre médecin.

passeportSANTE.net           bon week-end     Ninnenne  

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25831
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)   Dim 18 Déc - 14:37

Les endroits les plus sales au bureau
Vous pensiez travailler dans des conditions d’hygiène irréprochables ? Vous nettoyez souvent votre bureau ? Certains objets et endroits de notre espace de travail sont pourtant plus sales qu’une cuvette de WC…
Le bureau

Notre bureau contient en moyenne 400 fois plus de bactéries qu’une cuvette de toilettes.

Même s’il est épousseté et rangé régulièrement, il n’est pas pour autant débarrassé des bactéries qu’il abrite…
Sachez que sa surface, celle-là même où vous posez vos mains, contient environ 10 millions de bactéries d’où le nécessité de le nettoyer régulièrement à l’aide de lingettes javellisées.

 
Le clavier d’ordinateur

Le clavier d’ordinateur contiendrait également 400 fois plus de bactéries que la cuvette des toilettes. La raison principale : ne pas se laver les mains après être passé aux toilettes. Les doigts, en contact toute la journée avec le clavier y déposent des milliers de bactéries… Pensez-y lorsqu’un collègue s’empare de votre clavier pour vous montrer ou faire quelque chose…

La pause déjeuner aussi peut être source de « bactérisation » du clavier en raison des miettes et autres résidus alimentaires qui tombent entre les touches…
La souris

Allant de pair du clavier, la souris est également pleine de bactéries.

Celle des hommes contiendrait d’ailleurs 40% de bactéries en plus que celle de leurs collègues féminines. La raison : les hommes se laveraient moins les mains lorsqu’ils vont aux toilettes et étant donné que leurs mains sont en contact direct avec l'organe leur servant à uriner, les bactéries sont ainsi démultipliées…
De là à dire que les hommes sont moins propres que les femmes, il n’y a qu’un pas à franchir… ou pas !
La tablette tactile

La tablette tactile qui voit défiler des dizaines de doigts, du pouce à l’auriculaire, est également un nid à bactéries.

Le magazine de consommation britannique Which ? computing a d'ailleurs mis en avant une étude comparative entre l'écran d'une tablette et la cuvette des WC. La cuvette des WC contenait 10 000 bactéries, l’écran de la tablette en comptait 15 000. L’étude ne nous dit pas si la cuvette des WC venait d’être nettoyée…

Le smartphone

[size=15]Outil de travail par excellence, le téléphone portable contient plus de bactéries que la surface de notre bureau et que notre clavier d’ordinateur.


Il abriterait environ 500 fois plus de germes que la cuvette des toilettes. Et davantage si la personne le prend pour aller le consulter aux toilettes…
Pour rappel, un téléphone portable doit être nettoyé tous les jours à l’aide d’une lingette désinfectante.
Le distributeur automatique et la machine à café

Un petit creux ? Le distributeur de l’entreprise est là pour y remédier.

Mais la barre chocolatée que vous allez toucher après avoir introduit vos pièces de monnaie, qui contiennent énormément de bactéries, au moins autant que les boutons du distributeur, sera infestée de bactéries et de microbes
Mieux vaut donc vous laver les mains avant de l’engloutir, ou à défaut, ne pas la toucher avec vos mains en vous servant de son emballage. Si vous accompagnez cet en-cas d’un petit café, thé ou chocolat, pensez-y aussi…
La poignée et le verrou des toilettes

On évoque souvent la cuvette des toilettes quand on pense «colonisation de bactéries » mais la cuvette a l’avantage d’être récurée régulièrement (normalement), ce qui n’est pas le cas de la poignée de la porte des toilettes ni du verrou, qui, eux, ne sont jamais nettoyés !

D’où l’importance de se laver les mains après chaque passage aux toilettes

Le micro-ondes commun

Si vous nettoyez régulièrement votre micro-ondes chez vous, ce qui le rend presqu’indemne de bactéries, ce n’est peut-être pas le cas du micro-ondes du bureau qui réchauffe chaque jour des dizaines de plats qui viennent de divers horizons…

D’autant que la cuisson au micro-ondes ne permet pas d’éliminer toutes les bactéries, ni celles contenues dans le plat, ni celles sur les parois du micro-ondes car il ne chauffe pas de manière homogène les aliments, ce qui fait que les zones non chauffées demeurent concentrées en bactéries…
Le frigo commun

Idem pour le frigidaire commun, qui lui, contrairement au micro-ondes, ne dégage pas de chaleur et ne peut donc tuer aucune bactérie (la plupart résistant au froid). Ajouté à cela, les tupperwaere oubliés, les fruits et légumes en phase de décomposition, les bouteilles entamées accumulées depuis des mois…

Si le frigidaire de l’entreprise n’est pas nettoyé régulièrement, mieux vaut s’abstenir de l'utiliser. Si toutefois, vous en faites un usage régulier, veillez à ne pas y conserver vos denrées pendant des mois, question de respect vis-à-vis de la communauté…
Les interrupteurs et les boutons d’ascenseur

Les interrupteurs et les boutons d’ascenseur, tout comme les poignées de portes ne sont jamais nettoyés. De ce fait, ils peuvent contenir jusqu’à 40 fois plus de bactéries qu’une cuvette de WC.

1 interrupteur sur 10 contient ainsi des germes et des microbes qui peuvent causer la grippe ou des infections ORL. La seule façon de n’avoir jamais affaire à eux : ne pas être le dernier à quitter la salle de réunion et ne pas faire de zèle en fin de journée...

a demain     passeportSANTE.net           Ninnenne  [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pensez à votre santé (un peu de tout)(passeportSANTE.net)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Pensez à votre santé (un peu de tout)
» Fumer est dangereux pour votre santé >>>
» Combien vous dépensez en moyenne pour votre passion?:P
» Votre santé, vos maladies, vos problèmes

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: