AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25891
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres   Mer 8 Mar - 11:38

Le kyste aux ovaires
Le kyste de l'ovaire est un problème assez fréquent, puisqu'environ 5 % des femmes en développent un au cours de leur vie. Faisons le point sur cette pathologie le plus souvent sans conséquence.

Qu’est-ce que c’est ?

Les kystes de l’ovaire sont des petites grosseurs (comme des petites poches) remplies de liquide qui se forment au sein de l’un ou des deux ovaires.
On distingue deux types de kystes :
Le kyste fonctionnel, qui se développe chez les femmes en âge de procréer. Les kystes fonctionnels sont les plus fréquents, ils sont toujours bénins et disparaissent en général spontanément.
Le kyste organique touche majoritairement les femmes plus âgées. Les kystes organiques sont bénins dans la majorité des cas, mais sont potentiellement cancéreux.
Selon le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, 45 000 femmes seraient hospitalisées chaque année pour une tumeur bénigne de l’ovaire.
Quels sont les signes d’un kyste aux ovaires ?

Le kyste ovarien ne présente en général pas de symptôme et est simplement découvert à l’occasion d’un examen gynécologique.
La patiente peut cependant ressentir des pesanteurs pelviennes, des douleurs abdominales, des anomalies des règles ou des troubles urinaires, des nausées, des vomissements, de la constipation, des douleurs durant les rapports sexuels (dyspareunie) ou des saignements.

Comment le prévenir ?

On ne peut pas vraiment prévenir le kyste ovarien.
Toutefois, des examens réguliers permettent de détecter au plus tôt un problème au niveau des ovaires.
Si vous remarquez un changement dans votre cycle menstruel ou un autre des symptômes vus précédemment, parlez-en à un professionnel de santé.
Quand faut-il s’inquiéter ?

Les kystes, lorsqu’ils ne disparaissent pas spontanément, peuvent se rompre, tordre l’ovaire ou provoquer des douleurs sévères.
Les kystes organiques peuvent aussi devenir très gros et faire sortir l’ovaire du petit bassin. En plus de comprimer les autres organes, le risque de torsion de l’ovaire est alors accru.
Il faut alors opérer en urgence pour que l’ovaire ne se nécrose pas.
Quels sont les traitements possibles ?

La grande majorité des kystes fonctionnels disparaissent spontanément. Il faut alors simplement surveiller son évolution.

Si le kyste se rompt, un traitement contre la douleur ou un contraceptif hormonal peut être proposé.
Si le kyste est gros, douloureux ou change d’aspect, une intervention chirurgicale peut devenir nécessaire.
 
Les kystes organiques sont le plus souvent opérés pour écarter toute suspicion de cancer.
Si le kyste est cancéreux, les ovaires et l’utérus peuvent être retirés. On parle dans ce cas d’hystérectomie.
passeportSANTE.net                     bonne après midi 1     Ninnenne  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25891
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres   Mer 8 Mar - 11:47

Comment soulager vos problèmes articulaires ?

Les problèmes articulaires sont invisibles de l’extérieur mais pénibles, voire handicapants au quotidien. Quelques remèdes pour les soulager…
Les causes

Les douleurs articulaires peuvent avoir plusieurs causes. Elles sont, le plus souvent, d’origine traumatiques et font suite à une chute, un accident ou à une séance de sport intensive. Elles ne nécessitent aucune intervention médicale si elles disparaissent en quelques jours et ne sont pas accompagnées de fièvre.
Lorsque la zone est très douloureuse, rouge, gonflée, la douleur articulaire peut être révélatrice d’une inflammation et nécessite un avis médical. L’inflammation est chronique en cas d’arthrite (articulations) ou d’arthrose (cartilage).
Enfin, elles peuvent également être symptomatiques de la goutte (dépôts de cristaux) et de certains virus comme la grippe. 
Avoir une bonne hygiène de vie

Pour limiter les réactions inflammatoires de l’organisme, mieux vaut privilégier une alimentation saine à base d’aliments anti-inflammatoires : petits fruits riches en antioxydants, légumes verts à feuilles, thé, chocolat noir et beaucoup de poissons gras, riches en acides gras omega-3. Les aliments raffinés (transformée) et la malbouffe sont à proscrire.
Il est également important de bien s’hydrater, de dormir suffisamment pour aider l’organisme à récupérer plus facilement et ainsi réduire les douleurs, et de faire une croix sur le tabac.

Adopter de bons réflexes sportifs

Lorsqu’on pratique un sport, d’autant plus de façon régulière, les articulations sont soumises à plus ou moins rude épreuve en fonction de l’intensité de l'activité physique et des efforts fournis.
Une bonne hydratation et un échauffement minutieux  de ses articulations permet de réduire les douleurs. Cet échauffement passe notamment par des mouvements de rotation au niveau des articulations (chevilles, genoux, poignet).
Lors de la séance sportive, attention à la sursollicitation des articulations dans un objectif de performance…
Appliquer du chaud

La chaleur, activant la circulation sanguine, permet de soulager une articulation douloureuse en facilitant le travail des muscles.
Le mieux est d’appliquer une bouillote remplie d’eau chaude sur la zone douloureuse durant quelques minutes.
A défaut de bouillote, un gant ou une serviette passée sous l’eau très chaude fait l’affaire. A renouveler autant de fois que nécessaire. 

Utiliser de l’huile essentielle de Gaulthérie

L’huile essentielle de Gaulthérie possède des propriétés anti-inflammatoires et est un antispasmodique musculaire et articulaire naturel.
Elle doit nécessairement être diluée dans une huile végétale neutre (arnica, amande douce, calendula, etc) à raison de 2 à 3 gouttes avant d’être appliquée directement sur la zone douloureuse ou versée dans l’eau du bain. 

S’aider des plantes

La plante « star » connue et reconnue à ce jour pour ses propriétés antalgiques et anti-inflammatoires est l’harpagophytumÉgalement surnommée la « griffe du diable ». Elle se consomme en décoction, en tisanes ou sous forme de gélules.
L’ortie et la reine des prés possèdent également des propriétés antalgiques et anti inflammatoires.
Du côté des plantes aromatiques,  le romarin est une plante dépurative qui détoxifie l’organisme. Le débarrassant de ses impuretés, l’inflammation est donc réduite mécaniquement et le processus de guérison accéléré. Il est conseillé en cures régulières pour lutter contre le vieillissement articulaire.
Avoir recours aux massages

Pour qu’une articulation puisse retrouver sa mobilité, il faut que les muscles autour puissent effectuer leur travail correctement. Or, en cas de douleurs articulaires, les muscles sont en général sous tension.
Le but est donc de les assouplir, pour faciliter le drainage et permettre ainsi à l’articulation douloureuse de s’autosoigner. Le massage est un remède efficace, à condition qu'il ne soit ni trop doux, pour pouvoir détendre les muscles, ni trop rude pour éviter de léser davantage les muscles et les articulations.

Trouver le juste équilibre

En cas de douleurs articulaires, deux discours s’opposent : le premier recommande de rester actif et de « faire violence » à ses articulations, le second prône au contraire du repos et l’immobilité de l’articulation.
Le juste milieu est un bon compromis : être actif et ne pas s’enfermer dans sa douleur tout en respectant ses propres limites et en écoutant son corps. 
Audrey Dulieux

 
passeportSANTE.net                                :a demain :Ninnenne     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25891
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres   Mer 8 Mar - 14:17

10 signes qui montrent que vous manquez d’eau
Après l'oxygène, l'eau est l'élément le plus important pour notre vie. Elle est indispensable à tous nos processus vitaux. Il est donc impératif de reconnaitre les signes envoyés par notre corps pour nous dire qu'il manque d'eau !

Vous avez la bouche sèche

Avec la soif (qu’il ne faut pas attendre de ressentir pour boire), la bouche sèche est un des premiers signes du manque d’eau.
Si vous avez régulièrement la bouche sèche, c’est qu’il faut boire plus !
 
Lire aussi 5 conseils contre la bouche sèche

Vous avez mal à la tête

Le mal de tête est aussi un des premiers signes de déshydratation.
En effet, dès qu’il fait chaud, sec et que votre corps manque d’eau, des maux de tête peuvent survenir.
Buvez un grand verre d’eau bien fraîche pour diminuer ces maux de tête.

Votre urine est foncée

Une urine de couleur jaune foncé signifie en général que votre corps manque d’eau.
L’urine d’un corps en bonne santé est claire et très peu odorante.
Si votre urine est d’une autre couleur, consultez notre fiche Le changement de couleur de l’urine

Vous êtes constipé(e)

La constipation peut survenir lorsqu’on ne boit pas assez d’eau.
L’eau que vous buvez sert en partie à ramollir les selles et favoriser le transit intestinal.
Lorsque vous n’en buvez pas assez, l’intestin manque d’eau et les selles sont dures. D’où une évacuation difficile.
Si vous êtes régulièrement constipé(e), essayez de boire plus.
Vous êtes fatigué(e)

Quand votre organisme n’est pas assez hydraté, il est plus vite fatigué.
Alors, si vous vous sentez toujours fatigué(e), il se peut que vous manquiez tout simplement d’eau.
Veillez à toujours garder une petite bouteille d’eau sur vous pour recharger vos batteries régulièrement !


Vous avez des crampes

Les crampes sont des contractions musculaires involontaires, soutenues, temporaires, plus ou moins douloureuses, le plus souvent bénignes.
Elles peuvent survenir au repos, y compris pendant le sommeil, ou lors d'un effort physique assez intense et sont accentuées par la déshydratation.
Si vous souffrez régulièrement de crampes : buvez suffisamment d’eau notamment avant et pendant l’effort.

Vous avez des vertiges

Le vertige correspond à une sensation de rotation de notre environnement.
Si vous vous sentez fébrile et avez des vertiges, c’est souvent un signe que votre corps est en manque d’eau.
En effet, une hydratation insuffisante peut provoquer des vertiges et des étourdissements.
Buvez un grand verre d'eau !
Vous êtes irritable

Une étude menée en 2009 à la Tufts University sur une équipe d’hommes et de femmes aux conditions physiques égales a montré que lors d’une activité sportive, les candidats qui n’ont pas bu d’eau sont rapidement fatigués, agressifs, tendus et déprimés.
En effet, le manque d’eau peut générer un sentiment de mauvaise humeur et d’irritabilité.
 
Vous avez la peau sèche

Si vous avez la peau sèche même en vous tartinant de crème hydratante, c’est peut-être un signe de déshydratation.
Une peau en bonne santé et est une peau bien hydratée.
Buvez plus, puis consultez un dermatologue si votre peau est toujours aussi sèche.

Le test du pli cutané

Pincer un morceau de peau (sur le dos de la main ou sur le bras par exemple) permet de faire un diagnostic rapide du niveau d’hydratation de la personne testée.
En effet, la persistance d’un pli au niveau de la peau après l’avoir pincée entre deux doigts traduit le manque d’élasticité de la peau dû au manque d’eau.
Crédits photos : shutterstock.com


passeportSANTE.net                    bonne après midi 1     Ninnenne   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 25891
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres   Jeu 9 Mar - 10:45

10 choses que vous ne devriez pas faire avant de dormir

Une bonne nuit de sommeil est essentielle tant pour notre santé que notre bien-être. Dormir dans de bonnes conditions permet de se sentir mieux dans la journée et renforce l'organisme. Pour s'assurer de passer une bonne nuit, tout commence au moment du coucher. PasseportSanté vous confie 10 choses que vous ne devriez pas faire avant de dormir.
Regarder l'écran d'un appareil électronique

Regarder son téléphone, sa tablette, sa télévision ou encore sa liseuse électronique n’est pas recommandé si l’on souhaite passer une bonne nuit de sommeil. La lumière dégagée par ces appareils ralentit la production de mélatonine(hormone du sommeil). L’action directe de la lumière délivrée par un écran stimule les voies visuelles et agit sur l’horloge biologique interne lorsqu’on la regarde1. Selon une étude2, regarder l’écran d’un appareil électronique avant de se coucher réduit la qualité du sommeil. Sur le long terme, cette utilisation s’avère néfaste et peut causer des troubles du sommeil importants, qui affectent sévèrement le quotidien. Enfin, il semblerait que le manque de mélatonine induit par ces appareils entraîne une augmentation des risques de certains cancers1. Si l’on ne peut se passer de ces petits appareils, il est possible d’utiliser des filtres qui bloquent la lumière bleue émise.
Augmenter la température de la chambre à coucher

On peut tout à fait chauffer la chambre à coucher au préalable, mais il est préférable de baisser la température dès le moment où l’on se met au lit. En effet, une chambre trop chauffée augmente la difficulté à s’endormir et diminue les périodes de sommeil profond1. Une température avoisinant les 16 degrés favoriserait une meilleure qualité de sommeil, notamment chez les personnes qui souffrent d’apnée du sommeil2. Cela permettrait également de se réveiller plus facilement le matin2. Une température trop élevée peut aussi augmenter l’humidité de la pièce, ce qui est tout aussi néfaste pour le sommeil3. Enfin, le corps serait prêt à s’endormir lorsque sa température interne aurait atteint un certain seuil : une pièce trop chauffée aurait donc tendance à ralentir ce changement4.
Consommer des boissons énergisantes avant le coucher

La caféine (café, thé, chocolat, boissons énergisantes ou gazeuses) est à éviter avant d’aller se coucher. Elle persiste dans l’organisme entre 3 et 5 heures et perturbe ainsi les cycles du sommeil. Une étude1 a démontré que consommer une boisson qui contient de la caféine entre 0 et 6 heures avant le coucher réduisait considérablement la durée du sommeil. En effet, même lorsqu’elle est consommée 6 heures avant le coucher,  elle ferait perdre près d’une heure de sommeil ! Par ailleurs, ces stimulants augmentent les risques de maladies cardiovasculaires2, lesquels sont encore aggravés si l’on ne dort pas assez3.

Prendre un repas copieux avant d'aller au lit

Le soir, prendre un repas copieux, trop riche en gras ou en protéines, n’est pas recommandé car il est plus long à digérer. On risque alors de ressentir des gênes telles que des ballonnements et des reflux d’acide gastrique. Il est également conseillé d’éviter les plats épicés, qui peuvent causer des brûlures d’estomac. Idéalement, on devrait prendre son repas deux à trois heures avant d’aller se coucher : cela permet de digérer la plupart des aliments. Grignoter avant de se mettre au lit est également déconseillé, préférez un grand verre d’eau. Certains aliments sont à privilégier, et notamment ceux qui contiennent de la mélatonine, l’hormone impliquée dans le processus du sommeil, et du tryptophane, un acide aminé à l’origine de la sérotonine, dont les effets sur le sommeil ont été prouvés1. On la trouve par exemple dans le kiwi2, les cacahuètes, les cerises, le lait ou les poissons gras riches en oméga-3.
Pratiquer une activité sportive intense le soir

La pratique d’une activité sportive en fin de journée n’est pas déconseillée, mais si elle s’avère trop intense, elle peut perturber le sommeil. En effet, elle augmente la température corporelle, ce qui retarde l’endormissement1, et stimule la production d’adrénaline2, accentuant ainsi l’état de vigilance et d’éveil. En revanche, un exercice pratiqué de façon régulière et éloigné du coucher, facilite l’endormissement et rend le sommeil plus profond.


Boire de l'alcool avant le coucher

Même si l’on peut penser que l’alcool facilite l’endormissement, il réduit considérablement la qualité du sommeil. En effet, la consommation d’alcool après le dîner peut faire sauter le premier cycle de sommeil, qu’on appelle l’éveil calme. Au cours de celui-ci, le cerveau est toujours actif mais le corps se relâche. L’alcool provoque également des réveils réguliers dus à des sécrétions d’adrénaline, et dérègle les cycles de sommeil car il bloque l’entrée du tryptophane au cerveau. De plus, comme il déshydrate, il arrive fréquemment que la personne se réveille au milieu de la nuit pour boire un verre d’eau. Le sommeil est donc moins régénérateur et moins reposant. Enfin, il semblerait que l’alcool soit un diurétique1, ce qui perturbe davantage le sommeil et aggrave l’apnée du sommeil2.
Dormir avec son téléphone : une mauvaise idée

Un sondage de la National Sleep Foundation1 a révélé qu’environ 10 % des adolescents entre 13 et 18 ans avaient des réveils nocturnes quasiment tous les jours, dus à des appels, des messages ou des e-mails. Concernant les 13-29 ans, 1 individu sur 5 a déclaré que ce genre de situation leur arrivait plusieurs fois par semaine. Une autre étude a mis en exergue les effets du smartphone sur le sommeil : l’envoi de messages, en particulier, en réduirait considérablement la durée2. Il est donc recommandé d’éteindre son téléphone, de le mettre en silencieux ou encore de le mettre dans une autre pièce avant de se coucher afin de ne pas être tenté de l’utiliser.

Faire des choses stressantes le soir

En fin de journée, il est important de prendre du temps pour se relaxer. Enchaîner des activités qui demandent beaucoup de réflexion entraîne un stress pouvant influer sur le sommeil. On évitera ainsi  de travailler tard, de régler des problèmes d’argent ou d’avoir une discussion importante juste avant d’aller au lit. Environ trois personnes sur quatre dormiraient mal à cause d’une source importante de stress et d’anxiété. Il est plutôt conseillé de faire quelque chose de calme, qui ne demande pas d’efforts et qui permet de « se vider la tête ». Par exemple, lire un livre ou écouter une musique douce favorise l’endormissement et aide à se reposer. On peut également faire des exercices de relaxation, utiles pour lutter contre l’anxiété et le surmenage cérébral. On se sentira plus détendu et le sommeil viendra plus rapidement.
Fumer une cigarette avant d'aller au lit

La nicotine est un stimulant1 qui aggrave les insomnies, surtout si l’on fume une cigarette juste avant de se mettre au lit. Elle retarde l’endormissement, mais perturbe également les cycles du sommeil2. En effet, une étude a démontré que les fumeurs passaient beaucoup plus de temps dans un stade de sommeil léger3. Il semblerait aussi qu’elle pousse certains fumeurs à se réveiller plus tôt que la normale en raison de la sensation de manque qu’elle induit. Le sommeil n’est donc pas réparateur, et la fatigue aura tendance à s’accumuler. Les e-cigarettes, les patchs4, les pipes et les cigares sont également concernés. Enfin, il semblerait que fumer avant de dormir aggrave l’apnée du sommeil, et augmente les risques d’hypoxie (quantité d’oxygène insuffisante dans les poumons), qui provoque elle-même une hyper-ventilation5.
Lutter contre la fatigue au lit

Les premiers signes de fatigue (paupières lourdes, bâillements) devraient vous faire cesser toute activité : le corps vous indique qu’il a besoin de repos. Le sommeil fonctionne par cycle (au nombre de 3), et si l’on en rate un, il faut attendre le prochain (soit presque 90 minutes). Plus on lutte contre l’endormissement, plus cela génère du stress et plus le risque de s’endormir tard augmente. La nuit ne sera pas alors aussi régénératrice qu’elle devrait l’être. Se mettre au lit à des heures régulières aide également à mieux dormir, car automatiquement, le cerveau saura que c’est le moment de se « débrancher » et de se reposer.

passeportSANTE.net             (suite sur une nouvelle page)          bonne après midi 1     Ninnenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le kyste aux ovaires (passeportSANTE.net) + autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Contes (Perrault et autres)
» [Big Brother] Périclès espionne (entre autres) FaceBook
» Shinobi, le jeu : discussions et autres blablas
» Moi je, etc ... et autres bd de filles

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: