AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Animaux les maladies (un peu de tout)

Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:12

animaux ...les maladies..habitude de vie

parvovirose


La parvovirose canine ou gastro-entérite hémorragique viral.
La parvovirose (ou gastro-entérite hémorragique) est une maladie virale du chien et des autres canidés (loup, renard…), très contagieuse et fréquemment mortelle. Elle est due au parvovirus canin (CPV). C'est un tout petit virus très résistant dans le milieu extérieur ainsi qu'à de nombreux désinfectants. La contagion se fait donc pri ncipalement dans le milieu extérieur souillé par les selles de chiens malades. Les animaux atteints sont surtout les chiots, les chiens adultes non vaccinés et les chiens en collectivité (élevage). Les symptômes.
Chez les jeunes animaux, principales victimes de la maladie, les symptômes sont fulgurants : le chiot est atteint d'une diarrhée hémorragique (qui contient des caillots de sang) d'odeur nauséabonde caractéristique. Des vomissements sont également possibles. Le chien présente de la fièvre, est très abattu et se déshydrate très rapidement.
Le virus s'attaque également aux globules blancs du sang, ce qui entraîne une baisse des défenses de l'organisme et donc une sensibilité accrue aux autres infections notamment bactériennes.Chez les chien adultes, les symptômes sont identiques mais en général moins marqués. Le diagnostic Il se fait sur la base des symptômes et sur leur évolution fulgurante. S'il le souhaite, le vétérinaire peut confirmer son diagnostic par: un test de dépistage sérologique possible par prise de sang sur les animaux non vaccinés, # un test directement effectué sur les selles qui permet de mettre en évidence le virus. On peut aussi parfois observer une baisse des globules blancs du sang. Le traitement et l'évolution. Il nécessite toujours une hospitalisation avec des soins intensifs: mise sous perfusion, antibiotiques, anti-vomitifs, pansements digestifs… La maladie est souvent rapidement mortelle chez les chiots, en deux à cinq jours.Les adultes développent rarement une forme grave, mais nécessitent toujours un traitement attentif. La prévention. Il faut bien sûr éviter tout contact avec un animal malade. Il existe un vaccin que l'on pratique dès la huitième semaine. Il consiste en deux injections à un mois d'intervalle. Le rappel se fait tous les ans ou tous les deux ans suivant le risque évalué. Dans les élevages ou dans les zones à risque, on peut utiliser d'autres protocoles (vacciner plus tôt, dès l'âge de six semaines, et pratiquer trois injections…). La Législation. La parvovirose canine est un des vices rédhibitoires chez le chien. C'est une des maladies soumise à des obligations légales de la part du vendeur, visant à protéger le client. Si un chiot est vendu malade ou porteur du virus, il doit être rendu et sera intégralement remboursé par le vendeur. Il existe, pour chaque maladie, un délai de garantie spécifique, correspondant au temps de développement de la maladie. Au delà de ce délai, on ne peut pas prouver que le chien a attrapé la maladie chez le vendeur qui n'est alors plus responsable. Le remboursement n'est alors plus possible. Un délai d'action en rédhibition de 30 jours permet de porter plainte auprès du vendeur si un certificat de suspicion a été fait par un vétérinaire dans le délai de garantie (5 jours pour la parvovirose), et si la maladie est diagnostiquée de façon définitive. Le diagnostic doit donc être fait par un vétérinaire dans les cinq jours suivant l'acquisition. Vous pourrez alors,avec ce certificat, lmettre en route votre une en rédhibition. Conclusion. La parvovirose canine est une maladie très grave, très contagieuse et rapidement mortelle. Il est donc indispensable de vacciner les chiots dès leur plus jeune âge et de poursuivre cette vaccination toute la vie de l'animal. En cas de diarrhée chez un chiot nouvellement arrivé, n'hésitez pas à consulter un vétérinaire.



leptospirose

La leptospirose chez le chien. Qu’est-ce que la leptospirose?
La leptospirose est une maladie dans la catégorie des maladies dites " Zoonose" causée par une bactérie nommée leptospira interrogans. Cette bactérie peut survivre longtemps dans l’environnement extérieur lorsque les conditions sont favorables.
Les leptospires survivent bien dans un environnement humide et chaud, particulièrement dan s les eaux stagnantes. C’est pour cette raison que l’incidence de la maladie chez les chiens est plus élevée à la fin de l’été et à l’automne.
Les leptospires se retrouvent dans l’environnement suite à sa contamination par l’urine d’animaux sauvages. Plusieurs espèces d’animaux peuvent être une source de leptospires : entre autres le rat, la moufette, le raton laveur, la souris et plus rarement les vaches, les porcs et les chiens.
COMMENT MON CHIEN PEUT-IL CONTRACTER LA LEPTOSPIROSE ?
Le chien s’infecte par contact direct ou par ingestion d’eau contaminée. Il faut particulièrement surveiller les zones d’eaux stagnantes qui peuvent être une source potentielle de leptospires. Il peut aussi s’infecter par contact direct ou indirect avec de l’urine infectée ou avec le sol, de la nourriture ou des objets contaminés (bols, jouets etc…).
 
COMMENT LA LEPTOSPIRE PEUT-ELLE AFFECTER MON CHIEN ?
Une fois que le chien a ingéré la bactérie, celle-ci entre dans le sang et s’y multiplie rapidement. Elle peut alors rejoindre plusieurs organes, dont les reins, le foie et la rate et plus rarement le système nerveux, les yeux, et le tractus génital.
QUELS SONT LES SIGNES CLINIQUES (SYMPTÔMES) QUE MON CHIEN PEUT PRÉSENTER ?
Les signes cliniques les plus fréquemment observés sont les suivants : Vomissements Fièvre Faiblesse Augmentation de la soif et de la quantité d’urine Difficulté à se déplacer Ces signes cliniques ne sont pas spécifiques à cette maladie particulièrement, c’est pourquoi le vétérinaire devra procéder à des tests sur le chien afin de mieux préciser le diagnostic en cas de doute.
COMMENT PEUT-ON DIAGNOSTIQUER LA LEPTOSPIROSE ?
Plusieurs tests seront nécessaires afin de bien évaluer la situation et identifier les problèmes qui peuvent être présents (insuffisance rénale, hépatique, problèmes de coagulation). Entre autres, des tests sanguins, des radiographies, une échographie abdominale peuvent aider à poser le diagnostic et identifier les organes atteints. Le diagnostic final peut être fait en mesurant le taux d’anticorps (sérologie) contre la leptospire dans le sang.
Malheureusement, le taux d’anticorps peut mettre 1-2 semaines avant de monter dans le sang, ce qui peut retarder le diagnostic final. Il n’est donc pas rare que l’on recommande le traitement avant même que le diagnostic soit posé. La leptospirose étant une maladie potentiellement fatale ou pouvant laisser de graves séquelles (rénales et hépatiques) si elle n’est pas traitée rapidement et agressivement, le vétérinaire ne prendra souvent pas la chance d’attendre les résultats de la sérologie pour débuter le traitement.
EXISTE-T-IL UN TRAITEMENT CONTRE LA LEPTOSPIROSE ?
La leptospirose peut être traitée efficacement si le traitement est débuté tôt. Cela nécessite toujours une hospitalisation qui peut dans certains cas être prolongée (plusieurs jours). Des antibiotiques intra-veineux sont nécessaires ainsi que des fluides intra-veineux afin de minimiser les séquelles aux reins. Si le chien est en insuffisance rénale au moment de son examen, d’autres traitements seront nécessaires pouvant quelques fois aller jusqu'à la dialyse. Il est possible de guérir un chien atteint de leptospirose si le traitement est institué rapidement. Il est toutefois possible que le chien en garde des séquelles au niveau des reins ou du foie dans certains cas. Certains chiens peuvent également décéder au cours du traitement malgré tous nos efforts si les dommages rénaux ou hépatiques (foie) sont trop sévères au moment du diagnostic. La leptospirose est donc une maladie qu’il faut prendre très au sérieux et traiter tôt et agressivement pour avoir le maximum de chances de survie.
PRÉVENTION ET PETITE HISTOIRE DE LA VACCINATION.
Heureusement, il existe depuis quelques années un vaccin contre la leptospirose. Le vaccin est efficace pour prévenir la maladie et doit être redonné annuellement car l’immunité dure tout juste 12 mois et pas plus. Il existe plusieurs souches différentes de leptospira interrogans. Elles ont toutes leur nom propre. Elles sont de la même famille mais il existe des petites différences entre elles qui font que la présence d’anticorps contre une souche ne protègeront pas le chien s’il est infecté par une souche différente.
Les principales souches impliquées dans les cas d’infection au Québec sont : Pomona, bratislava, autumnalis, grippothyphosa. Les vaccins existants contiennent les souches les plus fréquemment retrouvées dans les cas d’infections cliniques chez le chien actuellement, mais il n’existe pas de vaccin pouvant protéger pour toutes les souches existantes de leptospira interrogans.
Il est donc possible qu’un chien vacciné puisse contracter la maladie s’il est infecté par une souche différente de celles qui se retrouvent dans le vaccin qu’il a reçu. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à la fin des années 1990. A cette époque, on a vu réapparaître des cas de leptospirose causés par des souches ``nouvelles`` de leptospira interrogans contre lesquelles il n’existait pas de vaccin. Dans les années 80, les vétérinaires vaccinaient couramment contre la leptospirose avec un vaccin contenant les souches icterohemorragiae et canicola. Parce que le vaccin causait plus fréquemment des réactions allergiques chez les chiens et parce que les cas de leptospirose se faisaient rarissimes, il a été décidé d’arrêter de vacciner contre cette maladie.
La maladie a été bien contrôlée jusqu’à la fin des années 1990 où on a vu réapparaître de nouveaux cas de leptospirose causés, cette fois-ci par les souches pomona et gryppothyphosa principalement. C’est alors qu’a été mis au point le nouveau vaccin contenant ces deux ``nouvelles`` souches et que les vétérinaires ont recommencé à vacciner tous les chiens contre cette maladie. La vaccination contre cette maladie est fortement recommandée pour tous les chiens qu’ils vivent en milieu urbain et rural.
Et dans l’espèce féline ?
La maladie a rarement été décrite chez le chat mais la mise en évidence récemment des anti-corps relatifs à cet agent infectieux et le manque d’information dans cette espèce a motivé la réalisation d’une enquête de prévalence ! L’enquête menée en France a porté sur un échantillonnage réduit, ce qui porte à croire que la population étudiée ne constitue pas une représentation de la population féline normale. Néanmoins, les résultats de l’enquête ont montré une séroprévalence élevée (47 chats positifs sur 97). L’agent infectieux identifié est dans 66% des cas Leptospira canicola… Il semblerait donc que le contact de chats sains avec des chiens contaminés présente un risque majeur d’infection dans l’espèce féline avec l’observation de symptomatologie identique et de conséquences graves pour l’individu félin. Mieux vaut donc vous en entretenir avec votre vétérinaire pour prendre les mesures préventives adéquates pour votre chat. Il en va de leur santé….
Source: Royal Canin Professionnel ZOONOSE:
leptospirose est une maladie qui peut également affecter les humains. On appelle zoonose une maladie transmissible des animaux aux humains. La leptospirose en est une et c’est en partie pourquoi les vétérinaires mettent beaucoup d’efforts afin de prévenir cette maladie chez les chiens et ainsi, indirectement, mieux protéger les humains en contact avec ceux-ci.

heure

Nos animaux et le changement d'heure.
Quand viens le temps du changement, d`heure vous pourriez penser qu'il est peu probable que le passage à l'heure d'hiver perturbe le rythme de votre chat ou de votre chien.
Erreur :
certains animaux sont tellement synchrones avec les horaires de leurs propriétaires que cette modification de leurs habitudes peut causer une certaine confusion.
*Horloges en rythme.
Tout comme les humains, les animaux possèdent leur propre horloge interne qui leur dicte quand manger, dormir ou se réveiller. Ce garde-fou biologique, également connu sous le nom de « rythme circadien », est naturellement mis en branle sous l'action de la lumière du soleil. Toutefois, chez les êtres humains comme chez leurs compagnons domestiques, cet effet est minimisé par l'environnement artificiel dans lequel ils vivent.
Pour Alison Holdhus-Petit, assistante au CSIRO, un centre de recherche basé en Australie, le fait que nos animaux calent leur rythme de vie sur nos propres horaires est une évidence. « Lesanimaux qui vivent avec les humains développent des routines liées à l'activité humaine.
Par exemple, les vaches se sont habituées à être traites à des moments particuliers de la journée. Les chiens de compagnie savent à quel moment ils vont faire leur promenades ou recevoir leur pitance. Quand, à l'époque du changement d'heure, nous modifions ces habitudes bien ancrées, les animaux peuvent devenir confus », déclare la chercheuse.
*L'heure du doute.
Alison Holdhus-Petit nous donne quelques exemples de la façon dont les animaux réagissent au changement d'heure : Si le propriétaire d'une ferme arrive une heure plus tard pour traire les vaches, elles seront en attente, beuglante, parce que leur horloge interne leur dit qu’elles sont en retard. Inversement, si l'agriculteur arrive une heure plus tôt les vaches ne seront pas enclines à venir donner leur lait. « Quand les hommes changent d'heure, les animaux sont troublés par ce changement de comportement, aussi soudain que bizarre. Pour eux, il est inexplicable de se voir servir leur repas une heure plus tard ou plus tôt que prévu. »
Petit conseil:
Que se soit pour avancer ou reculer l`heure l`astuce est la même. Dans l`espace d`une semaine retarder ou avancer selon le cas le repas de votre animal de quelque minutes chaque jour.En procédant ainsi l`animal reprendra un rythme régulier sans trop s`en rendre compte.

viellisssement

Les étapes de la croissance et du vieillissement chez le chien.
Pour apprendre comment garder votre chien en santé, il faut d’abord connaître et comprendre les étapes de la croissance et celles du vieillissement…
Les étapes de la croissance et du vieillissement chez le chien La naissance.
À la naissance, le chiot est incapable de marcher, de voir ou d’entendre. Cependant, son sens de l’odorat est complètement développé. Pendant les trois premières semaines, le lait maternel lui fournira tous les éléments nutritifs mais aussi certains éléments de défense immunitaire nécessaires à son développement. De trois semaines à dix semaines.
À la troisième semaine, ses yeux et ses canaux auditifs s’ouvrent; pour la première fois, il peut communiquer avec ses frères et sœurs. Vers le 21e jour, il fait ses premières tentatives pour marcher et japper.
À la quatrième semaine, ses sens sont complètement développés; il peut alors observer attentivement son environnement. Il examinera et reniflera partout. À ce stade, sa capacité d’apprentissage est à son apogée. Vous devriez maintenant passer beaucoup de temps avec votre chiot afin de l’aider à devenir un chien sociable.
Dès la quatrième semaine, il est en mesure de manger de la nourriture solide. Entre la huitième et la douzième semaines, le chiot a atteint le stade de la socialisation. C’est le meilleur moment pour le séparer de sa mère et de ses congénères. Les premiers mois. Si vous adoptez un chiot âgé de dix semaines, emmenez-le chez le vétérinaire. Celui-ci évaluera son état de santé et déterminera le moment propice pour administrer les vaccins et les vermifuges. Il faut vérifier qu’il n’ait pas de maladie congénitale.
À ce stade, le chiot a besoin de beaucoup d’attention pour s’adapter à son nouvel environnement et à la perte de ses compagnons de portée. Encouragez-le souvent en utilisant son nom. Déterminez les limites avec un « non » strict; débutez l’éducation à la propreté. Jusqu’à la seizième semaine, le stade de développement du chiot se nomme « la phase de la hiérarchie ».
Votre chien cherche le nouveau chef de meute. Décidez ce que votre chien doit manger, quand il peut manger et ce qu’il ne doit pas manger. Assurez-vous que ses besoins nutritionnels sont comblés pendant cette période de croissance rapide. Cependant, méfiez-vous des excès de calcium pour les grandes races. Faites-lui vivre diverses expériences comme des balades en voiture, des visites en public, des contacts avec des enfants, des chiens ou d’autres animaux.
Ceci l’aidera à devenir à l’âge adulte un compagnon agréable et confiant. Les chiots devraient recevoir des vaccins combinés à l’âge de 2, 3 et 4 mois et par la suite être vaccinés annuellement. Cette vaccination protège les chiots contre la maladie de Carré (distemper), l’hépatite, laleptospirose, la parvovirose et le parainfluenza. Le programme de vaccination du chiot ne peut être complété avant l’âge de 4 mois.
Les Rottweilers, les doberman-pinschers, les staffordshire-terrier américains et les pit-bulls doivent être vaccinés jusqu’à l’âge de 5 mois.
La puberté.
La période de la puberté est plutôt courte et durera de quatre à six semaines. Elle débute vers l’âge de six mois et peut se manifester de plusieurs façons. Souvent, votre chien adoptera un comportement indésirable et ne voudra plus rien apprendre. Quelquefois, il oubliera ce qu’il a appris ou fera mine d’oublier. À ce stade, vous devriez être persévérant et continuer son programme d’éducation. Il faudra vérifier qu’il n’ait pas de problème de développement squelettique et musculaire jusqu’à 12-14 mois.
L’âge adulte.
Un mâle a terminé sa puberté lorsqu’il lève la patte pour uriner. Une femelle a terminé sa puberté lorsqu’elle est en chaleur pour la première fois, généralement entre le septième et le huitième mois, ou dans certains cas, jusqu’au douzième mois. Après les premières chaleurs, il est temps de donner au chien de la nourriture pour adulte.
Les chiens âgés.
Selon la race, les chiens deviennent vieux à des âges différents (voir l'article Calculez l'âge de votre chien). Le processus du vieillissement se fait lentement et est presque imperceptible. Votre chien est moins actif; son métabolisme ralenti, il peut prendre du poids. Il se pourrait que votre chien ait besoin d’une diète spéciale que vous pourrez vous procurer chez votre vétérinaire. Les poils deviennent gris (surtout sur la face), la vision et l’audition peuvent se détériorer. Cependant, l’odorat n’est à peu près pas touché par le vieillissement. Votre chien âgé aime jouer autant qu’avant, même s’il est moins en forme
Calculer l'âge de votre chien. http://www.animoz.net/age-chien.php

froid

VOTRE CHIEN EST-IL PRÊT À AFFRONTER L'HIVER ?
Tous les chiens ne réagissent pas de la même manière lorsque l'hiver et le froid font leur apparition. Certains d'entre eux peuvent tomber malade suite à un coup de froid. Votre ami est-il prêt à affronter cette saison ? La résistance au froid dépend notamment de la race à laquelle appartient votre chien.
En effet, les races nordiques comme le Husky sibérien, le Malamute d'Alaska ou le montagne des Pyrénées sont bâties pour résister au froid et possèdent un poil et un sous poil épais et abondants. A l'opposé, les Chihuahuas, Yorkshires et Bichons par exemple, ont un pelage moins abondant et leur petite taille les rend plus sensibles. L'âge du chien influence aussi sa résistance au froid, les animaux très jeunes et les "seniors" étant en général plus fragiles.
Les animaux maigres craignent aussi plus le froid que les chiens ayant un embonpoint normal. De plus, les animaux obèses ont souvent plus de difficultés à bouger et sont donc parfois plus frileux. Enfin, le mode de vie du chien exerce une grande influence sur sa capacité à affronter le froid: un chien citadin vivant toute l'année à l'intérieur va être plus sensible aux variations de températures qu'un animal passant la majeure partie de son temps à l'extérieur.
Comment protéger votre chien en hiver ?
Si votre chien vit principalement avec vous dans la maison et ne sort que pour ses ballades quotidiennes, son alimentation peut rester constante toute l'année. Cependant, si votre ami demeure la majeure partie de son temps à l'extérieur, vous devez lui offrir une alimentation beaucoup plus riche, ou augmenter sa ration habituelle de 15 à 20%.
En effet, il a besoin de beaucoup plus d'énergie pour maintenir sa température corporelle que lorsque les températures sont clémentes !Si vous possédez un chien dont le pelage nécessite un toilettage régulier, limitez les séances en hiver et demandez une coupe plus longue afin que votre ami conserve un maximum de pelage isolant. Enfin, s'il est particulièrement frileux ou sujet aux infections respiratoires, n'hésitez pas à lui offrir un manteau afin de rendre ses sorties hivernales plus confortables. Promenades dans la neige... Lorsque tombent les premiers flocons de neige, la plupart des chiens aiment courir et jouer dans cette substance douce et froide. Un grand nombre d'entre eux n'ont besoin d'aucun soin particulier avant une promenade enneigée, mais quelques individus doivent porter un manteau afin de couvrir la peau qui peut être sujette aux engelures. Lorsque les sorties dans la neige sont longues et fréquentes ou avant un voyage en montagne, un soin pour les coussinets est parfois aussi nécessaire.
Il s'agit d'un produit tannant qu'il convient d'appliquer plusieurs semaines avant l'exposition au gel et qui permet de durcir et renforcer les coussinets pouvant être victime de fendillements et de blessures. Enfin, lors des promenades dans la neige, veillez à ce que votre ami n'en ingère pas en trop grande quantité (cela pourrait provoquer une inflammation de l'estomac accompagnée de vomissements). Après chaque promenade dans la neige, tous les chiens doivent faire l'objet d'un séchage minutieux afin d'éliminer toute l'eau et la glace emprisonnées dans le poil. Vous ne marcheriez pas pieds nus dans la neige. C'est pourtant ce que vous infligez à votre compagnon tous les ans. Mais pour eux aussi, le froid provoque des gelures. Sans compter le sel épandu sur la chaussée...
En hiver, pensez aux pattes de votre compagnon Attention à la neige . Lorsqu'un chien marche dans la neige, sa chaleur corporelle fait fondre la neige et mouille les poils. Ils regèlent ensuite, ce qui retient encore un petit peu plus de neige. Cette accumulation de glace qui lui donne un "look" inimitable n'est pourtant pas sans danger pour votre compagnon : En grossissant, cette boule de glace rend la marche inconfortable. Ces petites boules de neige écartent les orteils et occasionnent des déchirures de la peau qui peuvent facilement s'infecter. En essayant de les enlever lui-même, sa peau ayant gelée, un chien ne se rend pas compte qu'il la déchire ou la lacère en même temps. Attention au sel. Les pattes d'un chien souffrent également du sel utilisé pour faire fondre la glace sur la chaussée et les trottoirs. Très irritant, ce sel l'est d'autant plus que des poils superflus le retiennent au contact de la peau.
Quelle solution ?
Commencez par couper l'excès de poils entre les coussinets de votre chien. Si vous ne vous sentez pas capable de le faire, faites appel à un toiletteur. Evitez d'aller marcher dans des endroits où du sel a été répandu. Chez vous, utilisez d'autres méthodes de lutte contre le gel (déneigement, épandage de sable). Lorsque vous rentrez d'une balade, faites fondre la neige avec un petit peu d'eau tiède, éliminez les résidus de sel en lui rinçant les pattes et séchez-les avec un linge. S'il vous est impossible d'éviter les endroits salés, vous trouverez dans le commerce des "bottes", faciles à chausser et que la plupart des chiens acceptent de porter sans trop rechigner
Attention:
Les irritations et infections dues au froid peuvent être longues à guérir. Si des signes d'inconfort ou de boiterie persistent, n'hésitez pas à consulter votre vétérinaire. Un truc de professionnel. Pour protéger les pattes de leur chien lors de courses de traîneaux, certains mushers utilisent le truc suivant : ils appliquent un mélange de glycérine et de vaseline (une part de glycérine pour trois parts de vaseline) entre les orteils et les coussinets. La vaseline fait glisser les mottes de neige et la glycérine empêche la vaseline de geler. L'opération est à répéter au bout de quelques heures de promenade..
Et pourquoi pas des bottes pour chiens.
Plus qu'un gadget, la chaussure pour chien est indispensable pour la protection des pattes de votre chien. Lors des sports d'hivers, les coussinets sont très sensibles à la neige et au sel ; la chaussure peut également être utilisée pour la compétition par tous les chiens de traineaux. Pour la promenade quotidienne, beaucoup de race de chiens sont allergiques au bitume. Mieux qu'un pansement, la chaussure pour chien assure confort et protection. Conseillée par les vétérinaires pour toute blessure, coupure des coussinets de votre chien. La chaussure s'adapte sur toutes les races, du Chihuahua au Terre neuve... avec fermeture lacets ou velcros.
2 appellations pour les chaussures pour chien : "chaussures pour chien" ou "bottines pour chien". Toutes les chaussures pour chien disponibles : chaussures pour chien pour la neige le ski et les sports d'hivers - chaussures pour chien qui ont mal aux pattes - chaussures pour chien pour éviter les blessures.
COMMENT CHOISIR LA BONNE GRANDEUR.
Veuillez SVP mesurer les pattes de votre chien sur la longueur et la largeur, incluant les griffes, afin de déterminer la grandeur qui leur convient. Vous y arriverez facilement en plaçant la patte du chien sur la règle tout en le laissant mettre son poids sur sa patte. Si vous éprouvez de la difficulté à prendre les mesures à l'aide d'une règle, mettez la patte de votre chien sur une feuille de papier et faites des marques de chaque côté ainsi qu'à l'avant et à l'arrière. Ensuite, mesurez simplement la distance entre les marques. N'oubliez pas de lever la patte opposée du chien afin qu'il mette son poids sur la patte que vous mesurez. Faites attention à ne pas prendre un point trop grand, ces bottes ont une meilleure performance si elles sont bien ajustées. Il arrive parfois que les pattes arrières soient plus petites que les pattes avant. Au début certain chien auront un peu de mal à s`habituer à porter des chaussures pour chien.une fois les chaussures misent,il suffit au maître d`agir normalement et surtout,ne pas rire,car certaine situation deviennent assez cocasse.Jouer avec vôtre chien dans la maison et faites le marcher jusqu`à ce qu`il se sente à l`aise,vous êtes alors prêt pour la promenade.
PS:Il est très important de rendre cette expérience positive et agréable pour lui comme pour vous afin que le chien ne voit pas cela comme une punition.

toux

La toux de chenil
La trachéobronchite infectieuse (ou trachéo-bronchite).
La toux de chenil est une maladie qui affecte les voies respiratoires supérieures (la trachée et les bronches supérieures) du chien. On peut aussi donner le nom de trachéobronchite infectieuse canine à cette maladie. Plusieurs virus et bactéries peuvent causer cette infection. Parmi les plus fréquents, on retrouve l’adén ovirus type-2, le virus para influenza et la bactérie Bordetella bronchiseptica.
La maladie est hautement contagieuse. Elle se transmet facilement d’un chien à un autre, surtout si les animaux se retrouvent dans une pièce fermée pendant plusieurs heures. Les chenils et les centres de dressage sont les endroits qui représentent le plus grand risque de transmission
Quels sont les symptômes?
-La toux est bien entendu le symptome le plus facile à repérer (toux rauque et sèche). -Fièvre (ou hyperthermie). -Écoulement aux yeux et au nez. -Fatigue. -Éternuement et régurgitations (petits vomissements). -Manque d’appétit du fait de la douleur à la gorge
Quels sont les risques, la toux du chenil peut-elle être mortelle ? Si la pathologie n’est pas traitée, la toux devient grasse et productive dans le cas d’une complication de type bactérienne. Il existe un danger de pneumonie. En cas de complication et de non traitement, cette pathologie peut s’avérer mortelle.
Quel est le traitement?
Puisqu’un virus est souvent impliqué dans la toux de chenil, il faut comprendre qu’aucun traitement ne sera efficace à 100 %. Un antibiotique ne pourra pas venir à bout d’un virus. C’est le système immunitaire qui doit s’en débarrasser. Ainsi, il n’est pas rare de voir un chien tousser pendant 10 à 14 jours, malgré un traitement approprié. Le traitement varie d’un chien à l’autre, selon la sévérité de l’atteinte respiratoire et l’âge de l’animal, mais il peut inclure les soins suivants :
-Antibiotique (pour combattre la portion bactérienne de l’infection). -Sirop antitussif DM. -Anti-inflammatoire. -Broncho-dilatateur.
Du fait de la zone douloureuse au niveau de la gorge, votre chien peut perdre de son appétit. Il est néanmoins important que vous stimuliez votre chien afin qu'il se nourrisse. Une astuce consiste à réchauffer légèrement son repas afin que les arômes lui stimulent davantage l'odorat. La toux du chenil fatigue. Préservez votre chien en le plaçant dans un endroit calme. Le repos favorisera la guérison. Évitez un lieu humide, cela favorise la maladie
Existe-t-il des vaccins ?
Oui il existe plusieurs vaccins sur le marché. Il est même possible de vacciner les jeunes chiens et les femelles en gestation. L’immunité apparaît au bout de quelques jours seulement. La vaccination peut être obligatoire (exigée) avant l’admission en chenil.Vaccination intra-nasale. Combien de temps dure cette maladie ? Le temps d'incubation est de 3 à 5 jours. La toux du chenil peut durer de trois à six semaines. Le contact avec un chien infecté il y a plusieurs semaines est susceptible de provoquer la contraction de la maladie.
Les chats sont-ils sujets à la toux du chenil ?
La réponse est oui. L’un des agents pathogènes est actif sur les chats (Bordetella bronchiseptica). Aussi le contact d’un chat avec un chien infecté peut être à l’origine de la transmission de la maladie.
Y a t’il des races plus sensibles à cette maladie ?
Toutes les races sont concernées. Les animaux les plus sensibles sont les chiots, les chiens âgés et les sujets affaiblis. Les risques de complication sont plus importants. Cependant les races à nez courts et/ou étroits (bulldogs, pékinois, yorkshire, etc) sont plus sujettes à la toux du chenil du fait de leur morphologie (voies respiratoires étroites).

[size=24]leishmaniose[/size]





La leishmaniose canine.
La leishmaniose est une maladie commune au chien et à l'homme, qui est causée par un parasite et peut avoir de graves conséquences sur la santé de votre chien.La leishmaniose est une maladie chronique due à un parasite microscopique appelé Leishmania infantum. Ce parasite est transmis par la piqûre d’un insecte, le phlébotome qui ressemble à un très petit moustique et est actif de mai à septembre dans le Bassin Méditerranéen
En France, les régions concernées sont le pourtour méditerranéen, le Sud-Ouest ainsi que certains départements de la région Rhône-Alpes. Quand un insecte infecté pique un chien, une petite lésion appelée "chancre" apparaît, généralement sur une oreille ou sur le museau. Le parasite envahit ensuite les cellules du chien et altère son système immunitaire. Les symptômes de la maladie
La leishmaniose est une maladie d'évolution lente qui peut parfois être très grave chez le chien. Fort heureusement, tous les chiens piqués par le phlébotome ne développent pas la maladie et certains chiens hébergent le parasite sans être malades
Le phlébotome en quelques mots. Le phlébotome, appelé aussi " mouche des sables ", est un insecte de 2 à 4 mm. Il est surtout actif au printemps et en été et à certaines heures de la journée, surtout à l'aube et à la tombée de la nuit. C'est la femelle qui transmet la maladie car elle effectue un repas de sang nécessaire au développement de ses oeufs. Elle se contamine si elle prélève ce sang sur un animal malade. Elle ingurgite alors des parasites qui se multiplient ensuite dans son tube digestif puis migrent vers ses glandes salivaires. Au bout de quelques jours, le phlébotome peut donc contaminer un autre animal. Lorsque le phlébotome pique à nouveau, il inocule le parasite, qui se multiplie dans des cellules du chien appelées macrophages cutanés. Leur nombre augmente tellement qu'il fait éclater cette cellule ce qui libère de nouveaux parasites. Ils se propagent alors dans la peau, le foie, la moelle osseuse, les yeux
Ce parasite envahit les cellules de différents organes et peut donc entraîner des dommages multiples au foie, à la rate ou aux reins, ainsi que des lésions sur la peau. Les symptômes dépendent de la localisation du parasite dans l'organisme du chien, ce qui rend le diagnostic difficile
On observe principalement les symptômes suivants
- Amaigrissement progressif du chien - Problèmes cutanés (lésions ulcératives, dermatite sèche, perte de poils) - Saignements de nez - Ongles anormalement longs - Augmentation de la taille du foie et de la rate Et parfois : - Fièvre - Inflammation des yeux (œil rouge, larmoyant, douloureux, avec des écoulements) - Atteinte rénale, souvent irréversible, qui se manifeste par une augmentation de la soif
Moyens de prévention
Il est difficile de traiter la leishmaniose. Le traitement sous forme d'injections est très long et ne permet pas de se débarrasser totalement du parasite. Les récidives sont fréquentes. Il est donc essentiel de prévenir la maladie et de protéger son chien des phlébotomes grâce à des colliers à base de deltaméthrine, qui le protègent aussi contre les tiques. Pour limiter les risques de piqûres, il est important de garder son chien enfermé dès le crépuscule car les phlébotomes sont actifs à la tombée de la nuit. L'utilisation de moustiquaires permet également de les éviter. Y a-t-il un risque pour l'homme ? La leishmaniose est une maladie qui touche également l’homme. Elle est très répandue dans certaines régions du monde, mais rare en Europe. Le parasite est également transmis à l'homme par la piqûre des phlébotomes ; les possibilités de transmission chien-homme ne sont pas confirmées.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:13





La maladie des griffes du chat.(Une maladie transmise à l`homme)
La maladie des griffes du chat aussi appelée Lymphoréticulocytose bénigne est une maladie infectieuse sans gravité dans la très grande majorité des cas. Transmise principalement par le chat mais aussi plus occasionnellement par les griffures de ronces, une écharde... Les puces infestées seraient également capables de transmettre la maladie à l'homme en cas de piqûre.
Elle est connue depuis 70 ans et est dû au bacille bartonella henselae et non comme on l'a cru longtemps à Afipia felis. Cette maladie assez fréquente est le plus souvent bénigne. La maladie des griffes du chat est transmise à l`homme comme son nom le laisse supposer, par les griffures de chat porteur du bacille
L'incubation est très variable (de 5 à 60 jours). Elle peut toucher les chats domestiques par l'échange des puces avec des chats errants. Qu'est-ce que la maladies des griffes du chat ? C'est une maladie infectieuse transmise à l`humain qui se traduit avant tout par la présence de gros ganglions douloureux dans l'aisselle ou dans l'aine, une fièvre modérée et une altération de l'état général.
Les ganglions sont situés en fonction de la porte d'entrée des microbes, au membre supérieur ou au membre inférieur. La maladie des griffes du chat survient à tout âge, mais ce sont le plus souvent les enfants qui en sont victimes. Les parents s'inquiètent alors à juste titre car les symptômes observés peuvent être ceux de maladies plus graves comme une leucémie, une mononucléose ou une tuberculose. Quelles sont les causes de la maladie des griffes du chat ?
La maladie des griffes du chat est provoquée par une bactérie proche des chlamydiae, la myaganawelle. On la trouve dans le sol et elle pénètre dans l'organisme par une griffure de chat, de chien ou d'épine végétale comme le tétanos. C'est parce que les enfants jouent plus volontiers avec leur chat, et que celui-ci se défend parfois contre le traitement qu'il subit, qu'ils sont les victimes les plus fréquentes. Il faut plusieurs jours pour que les bactéries se multiplient et atteignent les ganglions où elles provoquent une réaction inflammatoire. Il est donc habituel que les griffures initiales soient cicatrisées quand les troubles apparaissent, ce qui rend le diagnostic plus difficile.
Symptômes. - Ganglions gonflés et douloureux. - Fièvre modérée. - Etat général altéré. - Perte d'appétit. - Maux de tête. Traitement de la maladie des griffes du chat. Quand consulter le médecin ?
Les signes de la maladie ne sont pas spécifiques, mais inquiètent suffisamment les parents pour qu'ils consultent spontanément. Toutefois certains malades retardent à tort leur consultation parce qu'ils ont peur de la signification des ganglions. Que fait le médecin ? Son examen clinique ne lui permet pas de différencier les différentes causes possibles de fièvre avec ganglions gonflés. Une première orientation peut être fournie par l'interrogatoire qui révèle la présence d'un chat dans l'entourage de l'enfant. Le médecin va donc demander une batterie de tests sanguins et une radiographie pulmonaire pour éliminer les autres possibilités et limiter le problème à celui d'une infection.
Dès que le diagnostic est évoqué, il pratique un test cutané, semblable aux tests tuberculiniques, avec un antigène spécifique de la maladie des griffes du chat. La positivité du test confirme le diagnostic de la maladie. Dans certains cas, le ganglion est devenu purulent et une ponction-biopsie s'impose d'emblée car le médecin craint des maladies plus graves et qui ne souffrent aucun retard de traitement. Quel est le traitement de la maladie des griffes du chat ? Il est assez simple et repose sur des antibiotiques du groupe des cyclines ou des macrolides, sans pénicilline.
Un anti-inflammatoire ou un médicament contre la fièvre sont prescrits dans le même temps pour soulager plus vite le patient. Sous traitement, le malade guérit en une dizaine de jours, les ganglions revenant progressivement à la normale. Quelle est l'évolution de la maladie des griffes du chat ? Dans l'immense majorité des cas, la maladie passe inaperçue. Seule une observation attentive montrerait un petit gonflement ganglionnaire qui régresse spontanément en trois ou quatre semaines. L'organisme s'est défendu lui-même, à la fois parce que les microbes étaient peu nombreux et parce qu'il possédait les anticorps. La maladie survient chez des sujets non immunisés, par exemple parce qu'ils ne possèdent pas de chat et en rencontrent un par hasard chez des voisins ou amis. Elle survient aussi si l'infection est massive, ou lorsque le système immunitaire du sujet est défaillant. C'est dans ce cas que l'antibiothérapie se justifie pour raccourcir la durée de l'évolution et éviter la septicémie.
La maladie des griffes du chat est-elle grave ? Ce n'est pas une maladie bien grave, une inoculation bénigne mais elle présente des symptômes qui évoquent des maladies très sérieuses. Il ne faut donc pas la négliger. Peut-on éviter la maladie des griffes du chat ? Non. Fuir les chats ou refuser d'offrir un animal à ses enfants n'est pas un moyen de les protéger.( Au contraire ), être en contact avec un chat leur permet de développer leur immunité naturelle. La maladie surviendra un jour ou l'autre sur un terrain non protégé.
ATTENTION: Il y a d'autres maladies transmises par les animaux, bien plus graves comme la tularémie ou la rage. Il est donc prudent d'enseigner aux enfants à ne pas s'approcher et à ne pas jouer avec des animaux inconnus, ainsi qu'à signaler toute griffure ou morsure animales





Le FIV ou Sida du chat
Le Virus de l'immunodéficience féline (VIF ou FIV, de l'anglais Feline Immunodeficiency Virus, appelé aussi le sida du chat ou syndrome d'immunodéficience acquise du chat) est génétiquement, morphologiquement, fonctionnellement et pathologiquement similaire au HIV, mais il n'y a aucun risque de transmission du chat à l'homme (les virus sont différents) ou à d’autres espèce s. La maladie est due à un lentivirus (sous-groupe des rétrovirus), c’est une maladie virale grave, mortelle. Elle est responsable d'une immunodéficience qui rend le chat vulnérable aux infections. La fréquence d'infection est variable suivant les populations de chats.
L'infection est rare chez les chats vivant en appartement car n'étant pas en contact avec d'autres chats, alors qu'elle est fréquente chez les chats errants (environ 11 à 15 % des chats des rues sont porteurs du virus, soit environ 1 million de chats en France). Les chats sans famille vivent en moyenne 3 à 4 ans et, généralement, ne sont pas infectés avant l’âge d’un an, ce qui explique que peu d'individus vivront «assez longtemps» pour mourir de l'infection FIV, contrairement aux chats qui ont un foyer où ils sont bien soignés, d'où un faible impact du virus dans les populations naturelles rurales.
En fait, le chat domestique n’est pas le seul félidé atteint par le FIV. Dix espèces de félins sauvages au moins sont affectées par des souches virales spécifiques : lion, jaguar, puma, tigre, panthère, guépard, lynx, léopard, chat à tête plate et manul. Pour les autres espèces, on ne dispose pas d’un nombre d’individus testés suffisamment élevé pour conclure. La contamination des félidés sauvages peut-être préoccupante car certains d’entre eux sont menacés localement de disparition.
Quels sont les signes ?
Parmi les symptômes à surveiller, on note : une diminution de l’appétit, des vomissements, de la diarrhée, une perte de poids, de la faiblesse, des morsures, des plaies infectées, de la fièvre, des ganglions enflés, etc. On peut notamment observer : des symptômes généraux : fièvre, amaigrissement, augmentation de taille des ganglions lymphatiques des infections buccales (gingivite, stomatite) ; des diarrhées chroniques qui ne guérissent pas malgré la mise en place de traitements ; des infections des yeux (conjonctivites) ou de l'appareil respiratoire supérieur (rhinites, trachéites) ; des abcès cutanés récidivants ; des troubles nerveux (encéphalite, convulsions) ou des troubles comportementaux. Enfin, lorsqu'un chat est atteint par le FIV, il développe souvent, surtout en phase terminale, des cancers du sang (comme des leucémies).
Transmission. On observe que les infections sont plus nombreuses pour les chats vivant en liberté à l’extérieur que pour ceux évoluant dans des environnements fermés. Le principal moyen de transmission est la morsure lors de bagarres entre chats (car le virus est présent dans la salive), c'est pourquoi ce sont principalement des chats mâles non stérilisés qui sont contaminés, le plus souvent lors de combats pour un territoire ou pour la reproduction. Il peut également parfois se transmettre entre chats lors de contacts fréquents et répétés (lors de léchage mutuel, de "nez à nez", de partage de la gamelle ...) ou par voie sanguine. Il peut exister également une transmission par voie sexuelle ou lors de la gestation (de la mère aux chatons), mais aucune certitude n'est établie au sujet de la transmission fœto-maternelle.
Le virus est très fragile dans le milieu extérieur : il y survit quelques dizaines de minutes maximum. La contamination des lieux (par des objets, par le sol) est presque impossible, surtout s'il y a une désinfection sérieuse après le passage de chaque chat. Votre vétérinaire peut vous aider à donner les soins appropriés à votre chat. Grâce à une détection précoce de l’infection, il est possible de maintenir votre chat en santé et de prévenir la transmission de l’infection à d’autres chats. La prévention et le dépistage de la maladie. Les virus du FIV et du FelV sont les causes majeures de maladie et de décès chez les chats. Ils affaiblissent le système immunitaire. Ils sont transmis d’un chat à l’autre car sont tous deux contagieux. Souvent, ils ne créent pas beaucoup de signes apparents et même des chats qui semblent en bonne santé peuvent être porteurs de l’infection et transmettre les virus à d’autres chats. Ils ne se transmettent pas à l’humain. Une mère infectée peut infecter ses chatons.
Sans test, on ne peut pas savoir si un chat est infecté ou pas et si on ne connaît pas le statut d’un chat, il peut être porteur et transmettre la maladie à d’autres chats. Il est donc important de dépister cette maladie surtout chez les animaux à risque (chats mâles entiers, chats errants, origines inconnues ou parents sortant et/ou non testés) et les nouveaux arrivants. Cela est notamment indispensable dans les élevages ou les chatteries. Le dépistage peut être réalisé par votre vétérinaire : c'est un simple test qui nécessite deux gouttes de sang de votre chat et dont le résultat est disponible en dix minutes,Il teste également la leucose (test FIV et FeLV).
Même si la contamination n'est pas systématique et que plusieurs chats peuvent vivre avec un chat infesté pendant longtemps sans être contaminés, la prévention la plus efficace passe par l'évitement de tout contact entre chats. Il est aussi recommandé de faire stériliser les chats (mâles ou femelles) qui sortent afin d'éviter les bagarres (et donc les morsures) et la transmission vénérienne du virus. Un vaccin contre le FIV est commercialisé en Amérique du Nord depuis quelques années. Son efficacité est incomplète et son utilisation encore controversée.
En Europe, il n'y a pas de projet de commercialisation de ce vaccin qui a été développé avec des souches virales présentes essentiellement en Amérique du Nord. L'évolution de la maladie et les symptômes. Comme pour le sida humain, l’infection par le FIV s’effectue en deux temps : une phase de pénétration du virus, puis une phase de propagation du virus dans l’organisme de l’hôte. Après quoi, le virus reste inactif pendant une longue période pouvant aller jusqu’à plusieurs années (d’où le nom de lentivirus), jusqu’à ce que la machinerie cellulaire prenne en charge les gènes viraux et produise de nombreux virions.
La surface des lymphocytes s’en trouve modifiée et ceux-ci ne sont plus reconnus par les autres cellules protectrices du sang, qui les attaquent et les éliminent, créant ainsi un état d’immunodéficience. La succession des différentes phases pathologiques induites par le FIV est semblable à ce qu’induit le HIV chez l’homme. La durée d'incubation est de 4 à 6 semaines.
La maladie comporte plusieurs phases.
1re phase de la maladie : Primo-infection : Un mois environ après la contamination, le chat développe un syndrome mononucléosique. Il est alors porteur chronique du virus et d'anticorps, il est potentiellement contagieux. On peut observer une fièvre modérée, une baisse du taux des globules blancs et une augmentation légère de la taille des ganglions lymphatiques. Cette phase dure deux mois environ et passe souvent inaperçue.
2e phase de la maladie : Stade de séropositivité asymptômatique. Comme pour la leucose féline (FeLV) ou le SIDA de l'homme (HIV), le chat est séropositif et ne présente aucun symptôme, le virus « sommeille » dans son organisme. Il est par contre contagieux pour les autres chats. Cette phase est d'une durée très variable, entre 5 et 10 ans environ. Le chat est apparemment en bonne santé mais il peut transmettre l'infection. Les signes cliniques apparaissent progressivement.
3e phase de la maladie : Phase des lymphadénopathies : elle correspond à un développement excessif de la taille l’ensemble des ganglions lymphatiques. Elle persiste en général moins d’une année. A la faveur d'un stress important, d'un affaiblissement ou bien sans aucune raison, le chat devient malade. Le virus se « réveille ». Il se multiplie et détruit des globules blancs (cellules sanguines), nécessaires à la défense du chat contre les maladies. Il y a donc une diminution des défenses immunitaires ce qui rend le chat très sensible aux microbes, même ceux qui sont peu dangereux pour des chats non atteints par le FIV.
Le chat est donc très souvent atteint par des maladies dites opportunistes : ce sont des maladies qui profitent de l'affaiblissement de l'animal pour se développer. Il peut également développer des maladies dites "classiques" du chat, il est alors atteint plus gravement qu'un chat négatif pour le FIV. Le chat peut donc présenter des maladies très variées qui peuvent toucher par exemple les voies respiratoires, la bouche, les intestins, les voies urinaires... 4e phase de la maladie : Le stade ultime est souvent subdivisé en deux sous-parties :
l’ARC (pour AIDS Related Complex) consiste en l’apparition de symptômes associés à la lymphadénopathie du stade précédent, et le sida, caractérisé par une perte de défenses immunitaires favorisant l’apparition de maladies opportunistes. Cette phase terminale causera la mort à brève échéance : un chat atteignant ce dernier stade a une espérance de vie de un à six mois. Comme pour le HIV, seul un traitement palliatif peut être utilisé et ce au niveau expérimental exclusivement. Le traitement de la maladie. Il n'existe aucun traitement pour détruire le virus FIV. La seule possibilité pour améliorer la vie du chat est de traiter les maladies opportunistes au fur et à mesure qu'elles atteignent le chat. Mais, les récidives sont souvent très fréquentes. Et une fois que le virus est « réveillé », le pronostic est malheureusement sombre pour le chat à court ou moyen terme.
CONCLUSION: L'infection par le F.I.V. est une maladie grave, incurable et mortelle. Il est fortement conseillé de faire pratiquer, par votre vétérinaire, un test de dépistage à votre chat si celui-ci est issu de chats errants et/ou a été trouvé dans la rue, s'il a été en contact avec d’autres chats, s’il provient d’un élevage qui ne pratique pas de tests ou s'il présente des problèmes de santé récurrents (abcès, diarrhée, gingivites…). La meilleure façon d'éviter le risque de contamination et de ne pas laisser sortir votre chat sans surveillance et de ne pas le mettre en contact avec des congénères à moins d`être sure et certain que les animaux en contacte sont sain et sans la maladie.





Maladie du Carré chez le chien.
La maladie du Carré, appelée également maladie du jeune chiot est une maladie virale due à un Morbillivirus, un paramyxovirus proche de celui de la rougeole humaine. Cette maladie découverte en 1905 par le vétérinaire Henri Carré affecte principalement les canidés (loup, chien, renard) et certains mustelidés (furet, vison) mais elle peut également toucher les che vaux chez qui elle est particulièrement contagieuse.
Depuis que les animaux sont vaccinés la maladie est de moins en moins fréquente, mais elle peut toucher tous les carnivores. En France, la loi du 22 juin 1989 la classe comme vice rédhibitoire pour les chiens. Symptômes. Les premiers signes de la maladie sont respiratoires : écoulements oculaire et nasal, toux. Ensuite on observe un abattement, une perte d’appétit, des vomissements et des diarrhées. Dans les derniers stades de la maladie, les chiens peuvent présenter un épaississement cutané au niveau de la truffe et des coussinets (on parle d’hyperkératose). Les chiens qui survivent présentent parfois des complications neurologiques, par exemple des crises convulsives. On observe 3 phases dans l'évolution de la maladie :
La phase invasive : Le virus qui a pénétré dans l'organisme, et s'est multiplié, se dissémine en 2 à 5 jours, provoquant l'apparition d'une hyperthermie (40 à 41°C) avec une perte de l'appétit, un début d'écoulement de liquide au niveau de la truffe et des yeux, et un abattement.
La phase d'état : Celle-ci est, en général, séparée de la phase précédente par une période de 24 à 48 heures, où la température redevient normale. A la phase d'état la fièvre remonte jusqu'à environ 40°C et reste élevée. L'écoulement oculaire et nasal devient plus épais et jaunâtre, des éruptions d'aspect vésiculo-pustuleux peuvent apparaître, dans les zones à peau fine (zone ventrale). Suivant que le virus a envahit tel organe ou appareil la symptomatologie sera différente et l'on pourra avoir : des formes respiratoires (bronchite, pneumonie, toux...), digestives (diarrhées, vomissements), catarrhales (écoulements purulents), cutanées (durcissement des coussinets, de la truffe), nerveuse (tremblements, paralysie...).
La phase terminale : Quelques cas rares et bénins aboutissent à la guérison, mais souvent avec des séquelles nerveuses diverses, dentaires ou respiratoires. La convalescence est longue. Transmission. Le virus se propage essentiellement dans l'air et peut être transmis au moment d’un contact rapproché dit nez-à-nez. La période d’incubation (durée qui précède l’apparition des signes cliniques) peut durer jusqu’à trois semaines. Le virus ne survit pas facilement dans l’environnement et est détruit par les désinfectants usuels.
Traitement. Actuellement il n'y a pas de traitement spécifique de la maladie de Carré. L'hospitalisation est souvent nécessaire et vise à agir sur les troubles digestifs, respiratoires, nerveux... et sur les complications infectieuses éventuelles. L'administration de sérum et d'immunoglobulines peut être envisagée dans le cas de chiots nouvellement ou incomplètement vaccinés, et ayant été en contact avec un animal suspect de maladie de Carré. Cette immunité est dite passive mais immédiate, elle dure 15 jours environ. Prévention. Il est essentiel de vacciner le chien contre la maladie de Carré, conformément aux recommandations de votre vétérinaire.
Les chiots nés de mère vaccinée disposent d’anticorps d’origine maternelle qui les protègent de l’infection pendant les premières semaines de vie. Le danger survient lorsque le niveau d’anticorps maternels diminue. A ce moment-là le chiot doit être vacciné. Même si des perfusions peuvent être utiles pour compenser les pertes dues aux vomissements et aux diarrhées, il n’existe pas de traitement spécifique pour la maladie de Carré. La meilleure protection contre ce virus reste donc la vaccination. Dans tous les cas, si vous suspectez une maladie du Carré chez votre animal, consultez rapidement votre vétérinaire.





Comment savoir si son chien est malade
Chaque maître s'est déjà posé cette question : comment savoir si mon chien est malade, quels sont les symptômes qui me permettront de le détecter. Voici quelques conseils utiles que nous souhaitons vous faire partager. Détecter un chien en bonne santé. Un chien en bonne santé a une température de 38 à 39°C, une fréquence respiratoire de 15 à 20 respirations par minute, et une fréquence cardiaque de 80 à 120 battements par minute. Ils ont les muqueuses roses (gencives, langue, intérieur des paupières) et un temps de remplissage capillaire de moins de 2 secondes.
Pour évaluer le temps de remplissage capillaire, pressez la gencive avec le doigt, cet endroit va pâlir, mais redeviendra rose dès que vous retirez la pression. Le temps entre le relâchement de la pression et le retour d’une couleur rose est le temps de remplissage capillaire. Il donne une idée de la perfusion tissulaire. La peau du chien doit être souple, ce qui indique une bonne hydratation et leurs yeux sont clairs et lumineux
Un test rapide pour l'hydratation est de tirer doucement la peau de la nuque. Quand vous laissez aller, si la peau semble coller ensemble le chien est déshydraté. L'importance d'observer et de manipuler son chien. Les propriétaires qui observent et manipulent leurs chiens en bonne santé ont une longueur d'avance sur la reconnaissance des premiers signes de maladie. Ceux qui savent ce qu'est un chien en bonne santé peuvent repérer des différences dans le comportement et le corps et déterminer si une visite chez le vétérinaire est nécessaire.
Les symptômes d'un chien malade. Si un chiot ou un chien présente l'un des signes suivants, vous devriez appeler votre vétérinaire. Température : inférieure à 38 °C ou supérieure à 39°C Respiration : toux, éternuements, respiration irrégulière, essoufflement, haletant prolongé ou lourd, etc Fréquence cardiaque : supérieure à 140 battements par minute au repos ( à mesurer à l’avant et ventralement au niveau du thorax)
Activité intestinale : nausées, vomissements, changement de couleur et de consistance des selles, fréquence de défécation, sang dans les selles, parasites, changement dans la quantité de l'apport alimentaire, Système urinaire : changement dans la consommation d'eau, changements des urines (Couleur, Fréquence, Odeur, etc) -Yeux : enflure, écoulement, rougeur, etc -Nez : écoulement, croûtes, etc -Oreilles : écoulement, débris, odeur, démangeaison, secouement, etc Changement de poids corporel. Peau : blessures, tumeurs, perte de poils, squames, changement de couleur, prurit (démangeaisons), preuve de parasites, léchage excessif
Changements de comportement : -Dépression. -Anxiété. -Fatigue. -Léthargie Manque d`énergie). -Sommeil excessif. -Tremblement. Conseil: Notez quand le symptôme est apparu, s'il est intermittent, continu, ou en augmentation de fréquence.Faite mention de tout signe anormaux de votre animal.Cela aidera aux diagnostique. Ne tardez pas,au moindre doute consulté votre vétérinaire. Comme le dit le dicton: Mieux vaut prévenir que guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:18

incontinence

L'incontinence urinaire chez la chienne
Qu’est-ce que l’incontinence urinaire?
L’incontinence urinaire chez la chienne correspond à une perte du contrôle de l’émission d’urine, c’est-à-dire que l’animal perd de l’urine sans le vouloir. Les causes du problème sont nombreuses. Des troubles neurologiques, une malformation congénitale ou des tumeurs de la vessie et de l’urètre peuvent entraîner une incontinence urinaire.
Evidemment, des infections et des inflammations de la vessie sont également souvent responsables des pertes urinaires. La cause la plus fréquente chez la chienne reste néanmoins l’incontinence urinaire suite à une stérilisation.
l’incontinence urinaire apparaît-elle?
se forme dans les reins et est stockée dans la vessie jusqu’à son élimination par l’urètre. Le sphincter de l’urètre est un muscle qui normalement ferme le canal de l’urètre, jusqu’à ce que la chienne décide d’uriner. Ce muscle empêche donc que l’urine ne coule de la vessie. La capacité de fermeture de l’urètre diminue notamment chez les chiennes stérilisées et chez les chiennes âgées. Chez les chiennes, l’incontinence apparaît en général environ trois ans après la stérilisation. On a constaté que la réduction de la capacité d’obturation était directement liée à la baisse du taux d’oestrogène (hormone des ovaires).
Les grandes races, poids supérieur à 20 kg, et certaines races spécifiques, comme les Rottweiler, les Doberman, les Schnauzer géants et surtout les Boxer ont une tendance plus prononcée à l’incontinence.
Quels sont les symptômes de l’incontinence urinaire?
Lorsque l’animal fait quelques gouttes d’urine à des périodes inhabituelles et dans des endroits inhabituels, eux aussi, c’est le signe manifeste d’une incontinence urinaire.Chez certaines chiennes, on ne constate les pertes involontaires d’urine que lorsque l’animal est excité ou aboie. Cependant, les chiennes perdent en général de l’urine pendant leur sommeil et le matin, la couverture de leur corbeille est humide.
Peut-être avez-vous observé que le poil de votre animal est souillé ou peut-être avez-vous relevé l’odeur de l’urine?L’incontinence peut également entraîner des irritations de la peau ou autour du vagin ou même causer des infections locales. Lorsque la chienne est stressée par l’incontinence urinaire, on observe également des modifications de son comportement. La chienne a honte et souffre elle aussi de ces pertes involontaires d’urine.
Comment traiter l’incontinence urinaire?
est évident que la thérapie de l’incontinence urinaire dépend des causes qui l’ont provoquée. Fondamentalement, il existe deux possibilités: le traitement chirurgical et le traitement médicamenteux. L’intervention chirurgicale peut servir d’une part, à remédier à une malformation organique ou d’autre part, à augmenter la capacité d’obturation de l’urètre par injection de collagène. La thérapie médicamenteuse, quant à elle, essaie d’améliorer de manière ciblée le fonctionnement du sphincter de l’urètre. Les comprimés à base d'estriol constituent un médicament important pour le traitement de l’incontinence urinaire liée à la stérilisation.
Qu’est-ce qu'estriol et comment le produit agit-il?
Les comprimés à base d'estriol spécialement conçus pour le traitement de l’incontinence urinaire d’origine hormonale suite à la stérilisation. Le produit agit en remplaçant l’oestrogène qui fait défaut après une stérilisation. Il augmente le tonus de la musculature de l’urètre et empêche avec succès les pertes involontaires d’urine. Quel dosage dois-je administrer à ma chienne? Le dosage exact du produit doit être déterminé par le vétérinaire pour chaque animal en particulier. Suivez toujours les conseils qu’il vous donne.
En combien de temps puis-je espérer une amélioration?
Une amélioration devrait normalement se faire sentir dès les premiers jours de traitement. Il faut cependant attendre au moins sept jours de traitement jusqu’à ce que l’effet du produit soit entièrement stabilisé et que le dosage puisse être adapté.
Ma chienne doit-elle s’attendre à des effets secondaires?
Il est très peu probable que votre chienne ait des problèmes avec les comprimés à base d'estriol. Si l’incontinence urinaire nécessite des dosages plus importants, il peut arriver que la chienne présente de légers signes de chaleurs. Prévenez toujours votre vétérinaire si vous constatez des comportements inhabituels.
Comment puis-je aider ma chienne en plus du traitement médicamenteux qu’elle suit?
Donnez à votre chienne suffisamment d’occasions d’uriner normalement, notamment le soir avant le coucher. Ne rationnez jamais la boisson à votre chienne. Les excédents de poids sont néfastes pour l’incontinence urinaire
- votre vétérinaire peut vous recommander un programme de contrôle de poids pour votre animal. Nettoyer le pipi de chat et de chien sans qu'il reviennent. Un bon conseil, ne nettoyer jamais leur pipi avec de la javel, car ils reviendront à coup sûr. L'odeur de la javel les attire et ils voudront y laisser leurs traces.Nettoyer toujours à l'eau gazeuse. Ça marche, je l'ai testé avec mon chien.

élevage

L'ÉLEVAGE CANIN ET SES RÈGLES.
La MSA
L’élevage est considéré comme une activité agricole, que ce soit au niveau fiscal ou au niveau des cotisations sociales.
La loi du 6 janvier 1999 a apporté des modifications importantes car il existait un certain vide juridique à combler concernant les cotisations sociales rattachées au régime agricole.
La pratique régulière de l’élevage appelle à s’interroger sur le statut de l’éleveur ainsi que sur le régime social auquel il doit être soumis, étant précisé qu’il constitue, la plupart du temps, une activité annexe à une autre activité principale.
Concernant l’élevage canin, le principe d’une cotisation de solidarité n’existait pas avant la loi de 1999 et il était admis que l’éleveur n’était affilié au régime de la protection sociale agricole qu’au delà de 1 200 heures par an, ce qui correspond, en gros, à un travail à mi-temps.
Précisons en effet que, comme dans toute activité agricole dont l’importance ne peut s’apprécier en terme de surface d’exploitation ou de volume de production, c’est le temps passé qui constitue la base de calcul. Le décret 99-1087 du 21 décembre 1999 a instauré le principe de la cotisation de solidarité à toutes les activités agricoles, dès lors qu’elles requièrent entre 150 h et 1 200 h de travail par an.
Au delà, l’exploitant continue à être pleinement affilié, comme par le passé. Dans le même temps, la loi du 6 janvier 1999 relative à l’élevage canin dispose que l’on est considéré comme éleveur dès lors que l’on produit et vend au moins deux portées par an. Il en résulte que toute personne produisant plus d’une portée par an doit donc s’acquitter d’une cotisation de solidarité auprès de la MSA.
Précisons que le calcul du temps passé à l’activité canine comprend non seulement le temps passé avec les animaux mais également celui à recevoir les clients, faire la comptabilité et se rendre dans les expositions canines., le franchissement des 1 200 Heures par an (soit environ 3 heures 15 par jour) est vite atteint et peut constituer une source de litige.
Montant de la cotisation de solidarité : cette cotisation qui, comme son nom l’indique, n’ouvre droit à aucune prestation, est d’environ 16 % du revenu agricole, auxquels s’ajoutent 8 % de CGS-CRDS, et doit être payée par toute personne consacrant plus de 150 h par an à ses chiens soit 25 minutes par jour.
Montant de la cotisation en cas d’affiliation au régime agricole non salarié : le taux se situe aux alentours de 40 % (CGS et cotisation professionnelles incluses). On voit donc bien que la tendance actuelle est de porter l'élevage vers le haut(du moins au plan quantitatif) et de considérer toute personne produisant plus d'une portée par an comme un professionnel (ou, éventuellement, un semi-professionnel pour celui qui ne paie qu'une cotisation de solidarité.
Ce mot qui est utilisé avec dédain par certains éleveurs se targuant d'être amateurs doit, maintenant, être appliqué à tous, sans distinction. Toute connotation méprisante à l'égard du mot "professionnel" va à l'encontre de l'esprit de la loi. Certains commentateurs juridiques voient en effet dans cette loi, née de la pression de certains syndicats d'éleveurs, le désir manifeste du législateur de professionnaliser l'élevage français et d'en faire une entité économique à part entière.
Il en résulte que, par le jeu des cotisations MSA dûes même en cas de déficit (comme toute cotisation à caractère social) l'élevage, anciennement dit "amateur" où il était de bon ton de ne rien gagner, a fait long feu.
On peut déplorer cette situation concernant l'élevage d'animaux de compagnie qui ne peuvent, à l'évidence, être traités comme des animaux de rente, d'autant plus que certains projets donnent à penser que cette tendance va se renforcer, notamment par une augmentation des exigences concernant les installations (nurseries, locaux de mise en quarantaine, etc.).
Le certificat de capacité. La loi du 6 janvier 1999 impose aux différents acteurs du monde de l’animal familier, et notamment aux éleveurs canins (ceux qui élèvent au moins deux portées par an), d’obtenir une autorisation de fonctionnement délivrée par l’administration préfectorale.
Cette autorisation s’appelle le certificat de capacité et, dans le cadre d’un élevage canin, il est nécessaire qu’au moins une personne en contact avec les animaux en soit titulaire. Avant d’entamer les démarches permettant d’obtenir ce certificat de capacité, l’exploitant devra d’abord s’être déclaré au préfet et à la DSV et disposer d’installations conformes.
La création de ce certificat a pour objectif principal de décourager un certain nombre de particuliers de faire reproduire leurs animaux sans en évaluer les conséquences au niveau du placement et des soins à apporter aux animaux. Les mesures visent donc à sélectionner les véritables professionnels ou des particuliers consciencieux et sensibles à la qualité et au respect de l’animal et à décourager ceux qui souhaiteraient faire reproduire sans en évaluer les conséquences. Sont dispensés de l’obtention de ce certificat de capacité, aux termes du décret du 23 octobre 2000, alinéa a de l’article1er, ceux qui peuvent justifier d’au moins trois années, continues ou discontinues, d’activité principale salariée ou indépendante, en rapport avec l’activité pour laquelle l’octroi du certificat de capacité est sollicité.
Pour ceux qui ne remplissent pas les conditions énoncées ci-dessus, des stages de formations sont organisés par la SCC et la Société Francophone de Cynotechnie. Ils sont suivis d’un contrôle des connaissances et de la délivrance d’une attestation de réussite que le stagiaire est admis à faire valoir auprès des services préfectoraux. À titre informatif, les différents thèmes évoqués sont : le logement, l’alimentation, le comportement, la reproduction, les soins et principales urgences, la réglementation, la génétique et les principales maladies et prophylaxies.
Démarches administratives relatives à l'implantation d'un élevage On distingue trois sortes d’élevages : - L’élevage familial comprenant entre 3 et 10 chiens sevrés : il doit faire l’objet d’une déclaration à la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales (DDASS).
Avec plus de 10 chiens sevrés, l’élevage entre dans le cadre des installations classées.
- De 10 à 50 chiens sevrés, l’élevage est soumis à déclaration avec déclaration d’établissement en préfecture.
- Plus de 50 chiens sevrés : l’établissement est soumis à autorisation et le préfet demande au tribunal administratif de nommer un commissaire enquêteur qui devra conduire une enquête publique.
Les riverains devront avoir connaissance du projet par voie d’affichage et pourront s’opposer au projet en exerçant un recours administratif. La fiscalité L’élevage relève de plein droit du régime des activités agricoles car il s’inscrit dans le cycle biologique de croissance de l’animal.
Le régime d’imposition dépend des recettes de l’élevage calculées sur deux années consécutives.
- L’imposition forfaitaire est le régime de droit commun si les recettes ne dépassent pas une certaine somme (environ 35 000 euros) et il prend en compte le nombre de lices en âge de reproduire détenues par l’éleveur.
- Le régime du « réel simplifié » est le régime le moins contraignant et le plus avantageux si l’éleveur a beaucoup de frais. Il oblige, bien entendu, à la tenue d’une comptabilité, notamment la tenue d’un livre des recettes et des dépenses avec conservation des factures. Il permet le report des déficits sur les résultats des 5 années suivantes ou l’imputation du déficit sur les 5 années à venir, selon l’importance du revenu.
Le régime du réel normal est obligatoire au-delà de 275 000 euros environ, ou optionnel en dessous. DEMANDE D'UN AFFIXE. L’affixe est une dénomination qui s’ajoute au nom du chien et qui permet de savoir de quel élevage l’animal provient (Règlements généraux de la cynophilie française, décembre 1987).
C’est ce nom qui est retenu par les amateurs de la race et, tout sujet issu d’un élevage avec affixe, portera cette marque distinctive de sorte que la simple lecture d’un catalogue d’exposition permettra au lecteur de le reconnaître comme un produit de la sélection du propriétaire de l’affixe concerné. Cette dénomination est l’équivalent d’un nom de famille et est indépendante du nombre de chiens détenus ou du nombre de races élevées par le postulant à l’affixe ; ce n’est pas davantage un label de qualité mais les conditions d’obtention, sans être très sévères, sont suffisamment strictes pour écarter les éleveurs qui auraient pour objectif, des préoccupations exclusivement commerciales.ce qui concerne cet affixe :
a) précédant le nom du chien, il prend le nom de préfixe ; exemple : Sweet Athos.
b) succédant au nom du chien, le nom de suffixe ; exemple : Athos du Fin Museau. Il est conseillé, du fait des contraintes informatiques, d'éviter les dénominations trop longues (maximum 35 caractères + intervalles).
CONDITIONS D’ATTRIBUTION.
Toute demande d’affixe doit être visée par le Président du club de la race choisie par le postulant. Si celui-ci élève plusieurs races, il peut s’adresser indifféremment au club de son choix pourvu qu’il représente une des races qu’il élève. La demande du formulaire pour obtenir l'affixe est à demander à la SCC. La décision est, en principe, prise par le club et, en cas de refus du postulant, le club doit motiver sa décision auprès de la commission LOF de la SCC.
Certains clubs demandent, parfois, trois années d’adhésion afin de s’assurer que le postulant est animé d’un intérêt réel pour la race considérée mais le club du bouledogue français n'a pas de telles exigences et n'impose pas de conditions de durée d'adhésion. Le dossier doit comprendre un formulaire dûment rempli et signé par le demandeur, un spécimen de la signature de celui-ci et comportant l'aval du Président du club de race, ainsi qu'un fiche individuelle d'état civil. Enfin il doit s’accompagner d’un chèque de 168 euros à l'ordre de la SCC mais il s’agit d’un investissement fait une fois pour toute.
Outre le règlement, l'affixe peut être transmis ou cédé si la SCC autorise sa cession ou sa transmission. En cas d'abandon d'affixe ou du décès du titulaire, s'il n'est pas transmis aux héritiers ou à une tierce personne, l'affixe devient libre mais ne pourra pas être attribué à nouveau avant 10 ans. Lors de la constitution du dossier, le postulant doit proposer 4 noms qu’il souhaiterait voir porter à sa production et les indiquer par ordre décroissant de préférence.
Le premier nom lui sera attribué s’il n’est pas déjà porté par aucun éleveur dépendant de la Fédération Canine Internationale ; dans le cas contraire, il se verra attribuer le 2ème nom ou, éventuellement le 3ème ou 4ème si les précédents noms proposés sont déjà attribués.
C’est la FCI qui attribue l’affixe qui est enregistré au répertoire international. Le titulaire reçoit alors une carte officielle comportant le numéro de l’affixe. LES ENGAGEMENTS DE L’ÉLEVEUR. Demander un affixe n’est pas une simple démarche administrative sans conséquence et le titulaire s’engage à respecter certaines clauses auxquelles n’est pas soumis celui qui n’en possède pas.
- il ne doit élever que des races inscrites au LOF ou autre livre d’attente.
- il doit inscrire la totalité de ses portées, y compris des sujets qui lui paraissent visiblement non confirmables. - l’éleveur s’engage à respecter la réglementation du Ministère de l’Agriculture en matière d’élevage canin : confirmation des reproducteurs, déclarations de saillies, de naissances et demandes d’inscription de portées dans les délais prescrits soit 6 mois après la naissance des chiots ainsi que tatouage des chiots (obligatoire pour tout éleveur titulaire ou non d’un affixe).
- il doit enfin soumettre son cheptel aux contrôles éventuels et inopinés de la SCC qui peut vérifier l’exactitude des déclarations faites par l’éleveurs, notamment à l’occasion de la naissance d’une portée. Tout manquement peut être plus ou moins gravement sanctionné, les sanctions allant d’une suspension d’affixe jusqu’à l’interdiction définitive d’utilisation.
Un récent projet de loi prévoyait de soumettre l’utilisation de l’affixe de l’éleveurs à certaines conditions nouvelles, remettant ainsi en cause les règles actuelles et prévoyant notamment qu’il ne pourrait être utilisé que pour des portées dont les géniteurs auraient satisfait à une sélection particulière. Ce projet a été accueilli par un tollé de protestations par les éleveurs qui sont légitimement attachés à leur affixe et aux droits acquis qui s’y rattachent. Ce projet semble actuellement sommeiller dans les tiroirs du ministère.
VENTE DE CHIEN : RÈGLEMENTATION.
Les formalités. Aux termes de la loi, le vendeur doit remettre à l’acheteur certains documents obligatoires qui sont les suivants :
1 – L’attestation de vente est remise par le vendeur à l’acheteur au moment de la livraison et doit préciser :
· Les coordonnées de l’acheteur ainsi que celle du vendeur.
· Le numéro de tatouage du chien ou de puce électronique.
· La date de naissance du chien, son sexe, sa race. · Le prix de vente du chien.
· La date de la vente et de la livraison. · Pour les chiens inscrits au LOF, le numéro d’inscription du chien au LOF ou, à défaut et en attendant la délivrance du certificat de naissance par la SCC, le numéro de dossier de déclaration de la portée.
· Le nom des parents ainsi que leur numéro d’inscription au LOF. · Les coordonnées des vétérinaires des parties.
· Il est souhaitable de faire préciser dans l’attestation de vente, quelle sera la destination de l’animal (exposition, compagnie, reproduction).
2 – Le carnet de vaccination signé par le vétérinaire :
Bien qu’il ne s’agisse pas d’une obligation légale, il est souhaitable que le chien soit cédé avec une première injection faite à partir de 8 semaines. Cette vaccination s’accompagne d’un examen sommaire du chiot visant à vérifier son bon état de santé et à détecter les éventuelles anomalies cardiaques. Une seconde vaccination devra être pratiquée un mois plus tard, puis une fois par an pour un chien adulte.
3 – La carte de tatouage ou puce électronique :
Ces documents constituent la carte d’identité de l’animal et permettent de le retrouver en cas de perte, lui évitant l’euthanasie s’il est mis en fourrière.
4 – Le certificat de naissance :
Il correspond à une inscription provisoire au LOF est remis à l’acheteur soit au moment de la vente soit un peu plus tard si le vendeur n’est pas encore en possession du document étant donné qu’il dispose d’un délai de six mois à compter du jour de la naissance de la portée pour se le faire délivrer par la SCC.
5 – Le document d'information :
Le vendeur doit remettre à l’acheteur un document d’information sur les caractéristiques et les besoins de l’animal contenant également, au besoin, des conseils d’éducation. Précisons enfin que la loi du 6 janvier 1999 prévoit qu’un chiot ne peut être vendu avant l’âge de huit semaines. Les vices rédhibitoires. Ils sont énumérés de façon limitative par le Code Rural. La loi du 22 juin 1989 définit en effet
6 maladies (contagieuses ou non contagieuses) qui sont les suivantes :
· La maladie de Carré.
· L’hépatite contagieuse ou hépatite de Rubarth.
· La parvovirose canine.
· La dysplasie coxo-fémorale.
· L’ectopie testiculaire pour les chiens de plus de 6 mois.
· L’atrophie rétinienne. En ce qui concerne les trois premières maladies qui sont des maladies contagieuses, une procédure stricte doit être respectée, rendant l’action souvent difficile à mettre en oeuvre :
Un certificat de suspicion doit être émis par un vétérinaire. - L’émission doit intervenir dans des délais définis pour chaque maladie par décret en Conseil d’État.
- L’action en rédhibition est de la compétence des Tribunaux d’Instance et doit être engagée dans des délais fixés en Conseil d’État.
LE CONTRAT DE SAILLIE.
La méconnaissance des pratiques en matière de saille est souvent une source de conflit entre les parties, notamment quand la chienne reste vide. S’il s’agit d’un événement fréquent dans la vie d’un éleveur, il en va différemment quand il s’agit d’un propriétaire d’un chien ou d’une chienne LOF qui veut, sporadiquement, faire reproduire son chien. L’accord d’une saillie doit donc être le plus précis possible et, sauf confiance totale, il est préférable de rédiger un contrat de saillie écrit. Le contrat de saillie décidé entre les parties est totalement libre à condition que celles-ci soient d’accord et sous réserve qu’elles ne dérogent pas à la législation générale sur les contrats.
Toutefois, pour les chiens LOF, si les parties n’ont rien décidé, c’est le règlement international de la Fédération Cynologique Internationale qui se substitue au contrat que les parties auraient dû passer. En cas de conflit, la juridiction saisie se réfèrera à ce règlement. Ainsi, si les parties veulent déroger aux dispositions de ce règlement, elles ont tout intérêt à consigner leur accord par écrit. D’ailleurs, ce règlement laisse, sur certains points, toute liberté aux parties.
Points à discuter.
- L’inscription au LOF : même si cela semble évident, il convient de vérifier si la lice et l’étalon choisis sont effectivement inscrits au LOF.
- Le choix du partenaire : il est utile de préciser, pour le cas où la lice resterait vide ou l’étalon indisponible, si tel autre étalon ou telle autre lice pourra être présenté aux chaleurs suivantes.
- Moment et lieu de la saillie : la règle de la FCI est que la chienne doit se rendre au domicile de l’étalon mais les propriétaires peuvent déroger à cette règle ; il faut s’assurer que l’étalon est disponible lors des chaleurs présumées de la chienne et prévenir le propriétaire du mâle dès le début des chaleurs, de préférence.
- Les frais de la saillie : le règlement international prévoit que tous les frais de la saillie (y compris l’éventuelle insémination artificielle) sont à la charge du propriétaire de la lice. Cette dernière disposition est discutable, un étalon étant censé saillir sans assistance extérieure.
- Contrepartie de la saillie : le règlement international laisse le choix au propriétaire du mâle en contrepartie de la saillie, entre le prix de la saillie et le choix de portée. Cette disposition du règlement international est très contestable et la pratique du choix de portée est à l’origine de la grande majorité des conflits sur les saillies. De plus, le chiot choisi ne peut être vendu et doit être exclusivement utilisé pour l’élevage, ce qui est particulièrement contraignant pour le propriétaire du mâle. La contrepartie la plus logique et la moins génératrice de conflit est un prix convenu à l’avance. Ce prix est librement fixé entre les parties et, la plupart du temps, inférieur au prix de vente d’un chiot. On admet généralement qu’un seul coït avec accrochage est suffisant pour considérer la saillie comme réussie et, dans ce cas, le prix est dû indépendamment du fait de savoir si la saillie a été fécondante. Il est cependant d’usage, que, si la chienne reste vide, le propriétaire du mâle s’engage à fournir une saillie gratuite aux prochaines chaleurs.
- Accident lors de la saillie : si, lors de son séjour chez le propriétaire du mâle, la chienne est saillie par un autre mâle, le propriétaire de l’étalon, devenu gardien de la femelle, devra rembourser au propriétaire de la femelle tous les frais occasionnés par cette saille erronée. Si la chienne décède, le propriétaire du mâle ne sera responsable que s’il a commis une faute. Documents à remplir. Les propriétaires doivent remplir un certificat de saillie qui atteste de la réussite matérielle de celle-ci et qui doit être adressé à la SCC dans les 4 semaines qui suivent la saillie. Il appartient au propriétaire de la femelle de se procurer cet imprimé auprès de la SCC.
Ce document doit être adressé à la SCC dans les 4 semaines suivant la saillie, accompagnée d’un chèque de 10 Euros. En cas d’insémination artificielle, un certificat du vétérinaire ayant recueilli le sperme et indiquant qu’il émane bien de l’étalon prévu pour la saillie, doit être établi et joint à la déclaration de saillie. Voilà quelques informations qui pourront vous servir.

arriver

Conseils pratique pour L'EDUCATION DU CHiEN.
du chiot.
• Ses premières heures chez vous sont très importantes et vous devez lui consacrez beaucoup de temps. Au début, laissez le flairer chaque membre du foyer pour l'identifier, puis aidez-le à découvrir la maison. Montrez-lui l'endroit où se trouve son panier et ses jouets
•Comment choisir son chiot.
•Choisir la race demande réflexion. Le chien est le meilleur ami de l’homme, il apportera beaucoup de bonheur à votre foyer. En effet, la présence d’un animal dans une maison est une merveilleuse aventure, les enfants apprendront beaucoup à son contact et auront beaucoup de plaisir à jouer et à le câliner, à condition cependant de faire le bon choix, (un chien vit en moyenne 10 ans), en fonction de vos habitudes, de votre environnement, du temps et de l’attention que vous avez à lui consacrer. Pour que l’adoption de votre chien reste un plaisir,
• Vous devez bien connaître les caractéristiques de la race que vous choisissez.
•Vous devez ensuite lui apporter tout ce qui sera nécessaire à son bien-être,son hygiène, son bon développement et son éducation.
•Vous devez être conscient des contraintes, de la responsabilité induite par l’acquisition d’un animal et des frais vétérinaires auxquels il vous faudra faire face.
•Quelques questions que vous devez vous poser avant de choisir le chien que vous allez adopter.
- Dans quel type d’habitation résidez-vous ?
- Dans quel type d’environnement habitezvous ?
- Combien de temps pouvez-vous consacrer chaque jour à un chien ?
- Combien de temps votre chien sera-t-il seul chaque semaine ?
- A quelle catégorie d’âge appartiennent les membres de la famille ? Le maître mène-t-il une vie active ?
- Voulez-vous un chien très actif ?
- Préférez-vous un chien de petite ou de grande taille ?
- Quel budget hebdomadaire êtes-vous prêt à dépenser pour nourrir votre chien ?
- Préférez-vous un chien à poils courts ou à poils longs ?
- Combien de temps par semaine consacrerez vous au toilettage de votre chien ?
- Voulez-vous un chien de garde ?
•Son trousseau.
1 - 2 gamelles, une pour l’eau, l’autre pour l’alimentation.
2 - 2 jouets, de nature différente.
3 - Brosse et peigne, pour tout de suite l’habituer aux soins du pelage.
4 - Une lotion nettoyante pour chiots.
5 - Une lotion nettoyante pour les oreilles.
6 - Un collier et une laisse.
7 - Un panier.
8 - Des friandises pour le récompenser et pour commencer son éducation.
9 - Un coupe-griffe car ses griffes ne peuvent pas s’user aussi vite qu’elles ne poussent.
10 - Un tapis éducateur pour lui apprendre la propreté.
11 - Un ouvrage de référence pour l’éducation du chiot.
12 - Son alimentation : pour commencer, identique à celle qui lui a été donnée auparavant, pour éviter les risques de troubles intestinaux.
•La propreté chez le chien.
•Apprendre au chien à être propre, c'est à dire à respecter l'hygiène de l'environnement humain dans lequel il vit,c`est une nécessité.Corrige le chien au moment même où il urine par terre ou sur le tapis,sinon après il ne ferra pas de liens entre la dispute et le mauvais comportement.
•Le récompense juste après qu'il ait uriné dans un endroit convenant, sur l'herbe du jardin par exemple.Le chien comprendra bien vite quel est son intérêt.
•Que faire si on est absent quand le chien urine ?
De nombreux maîtres sont bien évidemment fâchés lorsqu'ils rentrent chez eux et voient l'appartement souillé. Ils laissent parfois aller leur colère et crient,chose à ne pas faire.On ignore le chien,qui bien entendu se cache ou se terre dans un coin de la pièce par peur d`être réprimandé.Nettoyez le dégât,ensuite on fait sortir le chien pour qu`il fasse à nouveau ses besoin et une fois fait on le récompense avec une friandise et des paroles d`encouragement (bon chien etc). Cependant, il faut être beaucoup plus vigilant parce que le chiot contrôle mal les sphincters de la vessie et du rectum. Il faut donc le sortir beaucoup plus souvent.
•Le chien et l`enfants. Si vous décidez de prendre un chiot, il doit être suffisamment jeune pour pouvoir s’habituer à des enfants ou avoir déjà eu l’expérience des enfants dans le foyer de l’éleveur. Si vous prenez un chien plus âgé, vérifiez avant comment il réagit aux enfants. Ceci est particulièrement important quand vous le nourrissez ou lorsque le chien joue avec son jouet. Souvent, les chiens qui ne sont pas habitués aux enfants réagissent par des menaces ou par la peur dans ces situations. Les enfants doivent connaître les responsabilités qu’`impose la garde d’un chien, et savoir que les animaux de compagnie ne sont pas des jouets, qu’ils souffrent lorsqu’on est trop rude avec eux. Encouragez les enfants à prendre part aux activités du chien dans la mesure où ils ont l’âge qui convient. Il est évident qu’un enfant de quatre ans ne doit pas emmener le chien en promenade, mais il peut aider ses parents à préparer sa nourriture et à le nourrir par exemple. Lorsque les enfants sont plus grands, exercez le chien à obéir à leurs ordres, à s’asseoir par exemple, ou à venir quand ils l’appellent. Cela montre au chien que les enfants sont placés au-dessus de lui dans la hiérarchie.
•L’éducation du chien. Même si l’arrivée d’un chiot dans votre foyer a tendance à retenir tout votre attention, sachez qu’il y a des règles à instaurer dès le départ, pour que votre animal ne devienne pas le maître dans votre propre maison. Pour que votre chien soit équilibré et heureux, vous devez, dès le départ, lui faire comprendre la place qu’il occupe au sein du foyer, c’est-à-dire la place de dominé. Vous devez donc lui montrer que le chef de meute, c’est vous. Si ce point n’est pas clair dès le départ et que vous laissez trop de liberté à votre chien, il prendra le dessus et pourra même se montrer agressif lorsque les situations ne lui conviendront pas. En appliquant les règles ci-dessous, le chien trouvera rapidement sa place et votre relation en sera d’autant plus agréable :
- Ne laissez pas votre chien dormir avec vous. La chambre est votre espace, celui du dominant. Vous devez lui aménager un coin dans la maison et ne pas céder à ses pleurs au milieu de la nuit. Vous ferez comprendre au chien que vous êtes le dominant, et éviterez également les problèmes d’hyper attachement.
- Concernant ses repas, faites le manger après vous, dans un endroit isolé de la maison, et laissez le seul. Au bout de 20 minutes, reprenez sa gamelle, même s’il n’a pas fini : un chiot qui rechigne à manger adopte souvent ce comportement pour vous tester et voir s’il peut avoir une attitude dominante.
- Pour les jeux, c’est également à vous d’aller vers lui, c’est à vous d’engager les contacts. Si le chiot vient vers vous pour jouer et que vous n’en avez pas envie, repoussez-le. Cette attitude permettra à votre chiot de ne pas s’attacher à vous de façon excessive.
- Chez les chiens, seul le dominant a le droit de s’accoupler en public. Si votre chien s’accroche à vous comme pour s’accoupler, dites lui un non ferme et repoussez-le dans son panier.
•Sachez que tous les chiens sont différents et que certains auront besoin de plus d’autorité que d’autres. Il est important d’adapter ces règles au caractère de votre animal et le plus tôt possible, car les chiens assimilent la hiérarchie vers 6 mois.
•La punition du chien. La façon la plus efficace d’éduquer son chien reste de le récompenser quand il fait bien. C’est ce qu’on appelle le renforcement positif. Pour autant, la punition fait partie de l’éducation. Quand vous surprenez votre chien en train de faire quelque chose de mal, il faut lui manifester votre mécontentement. Coups et cris ont une efficacité très modérée et risquent surtout de rendre votre animal craintif. D’autres punitions sont possibles.
•A ta place ! C'est "la" solution lorsque votre chien a déjà des bases d’éducation. S’il fait quelque chose que vous réprouvez, demandez lui d’aller à sa place et de ne pas bouger. N’oubliez pas de le « libérer » sinon il risque d’y rester plusieurs heures (s'il est vraiment très bien éduqué) ou encore d’en partir sans que vous ne lui en ayez donné l’autorisation, ce qui risque de porter préjudice à votre éducation.
•On s’arrête ! Si votre chien s’énerve trop quand vous jouer avec lui au point de vous attraper la main et de mordre, arrêter tout et ignorer le. Très vite il se rendra compte qu’il ne doit pas s’exciter s’il veut que la séance de jeu se prolonge. Même chose s’il vient chercher des caresses en mettant ses pattes ou sa tête sur vos genoux. Pour plus d`information:
Fiches techniques et conseils. http://www.animalis.fr/chien/ficheconseil.php

yeux

Pourquoi les yeux du chat brillent-ils dans obscurité? Non,ce n`est pas parce qu`il sont branché à l`électricité. :)
l’on parle des yeux qui brillent il faut savoir que c'est juste un phénomène de réflexion. Tout simplement parce que le fond des yeux du chat est couvert d’une couche appelée le Tapetum Lucidum.
Le Tapetum Lucidum est une surface réfléchissante, derrière la rétine, qui renvoie la lumière (comme le ferait un miroir) et donne un effet d'yeux brillants dans l'obscurité. C'est ce qui leur a d’ailleurs valu partiellement leur réputation mystique qui est bien connue! Il faut aussi préciser que le chat possède une acuité visuelle nettement supérieure à celle de l’homme dans l’obscurité.
Toutefois il est faut de dire que le chat voit dans l’obscurité. Le chat est capable de se déplacer dans un espace sombre là où un homme ne peut se déplacer sans lumière.

infection

Un chien dans la maison, moins d’infections pour bébé.
Lorsqu’ils attendent un enfant, de nombreux parents s’interrogent sur la pertinence de garder leur animal de compagnie. Pourtant, ils ne devraient pas s’inquiéter, car le chien pourrait être le meilleur ami de la santé de bébé.
En effet, les animaux de compagnie, et plus particulièrement le chien, protégeraient avantageusement les bébés des infections, avancent des chercheurs finlandais.
Les chercheurs ont suivi 397 enfants, entre la naissance et leur premier anniversaire, dont certains vivaient avec des chiens et chats.
Cette étude révèle que les enfants ayant côtoyé un animal de compagnie seraient en meilleure santé que ceux qui n’en avaient pas. Ils auraient développé 30% de moins de symptômes infectieux et la moitié moins d’otites et autres infections d’oreilles. Les parents, à travers un questionnaire, ont relevé les petits nez qui coulent, les toux, les fièvres, les diarrhées et les infections diverses de leurs enfants. Les propriétaires de chiens ou de chats devaient aussi noter le temps passé par ceux-ci à l’extérieur.
D’emblée, les chercheurs ont remarqué que les bébés des domiciles accueillant des chiens ou des chats recevaient moins d’antibiotiques que leurs amis sans animaux et faisaient aussi moins souvent de fièvre. Selon les chercheurs, passer au moins 6 heures en compagnie des animaux garantirait aux enfants une bonne protection. «La présence du chien fait mûrir le système immunitaire du jeune enfant, ce qui permet au bébé de subir de moins fréquentes et de moins longues infections», explique Eija Bergroth, pédiatre affiliée à l’hôpital universitaire Kuopio, en Finlande et principale auteure de cette étude.
Le chien ramènerait plus de poussières et de bactéries de l’extérieur –contrairement au chat qui vit plus souvent dans la maison– ce qui stimulerait davantage le système immunitaire des bébés.
*Les enfants en contact avec plusieurs animaux de compagnie pourraient aussi voir diminuer leur risque de développer des allergies contrairement à ceux qui ne sont jamais avec des chats ou des chiens.
*La présence de l'animal pourrait aider à faire mûrir le système immunitaire des très jeunes enfants. Vivre dans un milieu trop aseptisé serait-il source d'allergies et notamment d'asthme pour les enfants?
Cette étude, publiée dans la revue Pédiatrics , a porté sur un peu moins de 400 enfants de moins de un an. Durant une année, leurs parents ont consciencieusement, jour après jour, consigné l'état de santé de leur bébé. Il ressort donc que ceux en contact avec des animaux familiers étaient environ 30 % moins enclins à manifester des symptômes de type toux, sifflement ou encore rhinite et environ moitié moins à développer des infections de l'oreille.
L'étude montre également que la protection est optimale lorsque le chien est présent dans la maison durant au moins 6 heures par jour et qu'elle diminue s'il est moins longtemps au contact du bébé et, surtout, s'il est cantonné à l'extérieur.
Enfin, il ressort que non seulement les enfants sont moins malades mais qu'ils ont, en moyenne, moins besoin de recourir aux antibiotiques. *Moins d'enfants malades dans les fermes. Cette étude vient confirmer aussi une tendance mise en évidence il y a quelques années par Erika von Mutius l'une des pionnières sur cette thématique.
«Ce médecin allemand a notamment montré que des petits enfants vivant dans des fermes où il y avait des animaux étaient moins malades que ceux vivant également à la campagne mais sans être entourés d'animaux», rapporte l'immunologiste Jean-François Bach. Elle a même mis en évidence que cela fonctionnait aussi lorsque la proximité avec les animaux avait seulement concerné les mères à cause des anticorps produit durant la grossesse.
Isabelle Burgun. (Agence Science-Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:23

allergies

                                 
LES ALLERGIES:
Les chiens et les chats aussi ont des allergies. Tout comme les humains, nos amis les animaux peuvent déclarer des allergies qui, de par leurs origines variées sont souvent sources de problèmes, tant pour l’établissement du diagnostic que pour l’application des soins. Les agents provocateurs d’allergies (allergènes) sont multiples : Pollens, acariens, squames,piqûres et salive de puce,produits ménagers, chimiques, industriels et même certaines viandes ou céréales.
La sensibilisation à l’allergène se produit dès le premier contact et provoque une réaction du système immunitaire, réaction qui ira en se développant lors des contacts ultérieurs et déclenchera des symptômes plus ou moins évidents et plus ou moins rapides en fonction de la fréquence des contacts avec l’agent allergène.
(1) Cette allergie, dite « atopie » est provoquée par les agents allergènes inhalés par l’animal.
(2) C’est la plus courante des allergies.
(3) Il s’agit plus précisément d’usures ou d’inflammations provoquées par contacts fréquents.
(4) Provoquée par les allergènes contenus dans l’alimentation, et difficile à diagnostiquer.
*Les Symptômes Selon le type d’allergie, on constate l’apparition des symptômes à partir de l’âge adulte, bien que les chiots puissent souffrir eux aussi d’allergies alimentaires. Des boutons ou des plaques font leur apparition, de façon plus ou moins évidentes (parfois seul un examen régulier permet de les déceler), allant de la simple gêne aux séances frénétiques de grattement.
L’évolution de l’allergie peut alors se traduire par la formation de croûtes, entraîner des surinfections et provoquer parfois des troubles digestifs. Toujours selon le type, l’allergie peut se manifester de façon épisodique ou permanente, dans des zones types.
Pour la tête : Babines, oreilles, contour des yeux. Le corps est surtout sensibilisé aux pattes et sur la croupe. Les allergies de contact se manifestant le plus souvent sur les babines, l’appareil génital ou le ventre.
*Les Soins
-Il convient en premier lieu de traiter les effets (infections) à l’aide de shampoings spécifiques ou d’autres produits, sur avis de votre vétérinaire. Des médicaments existent aussi pour les crises graves. -Il est essentiel ensuite de faire procéder à des analyses afin de déterminer la nature de l’allergène. Eventuellement un régime à base de croquettes hypoallergéniques est conseillé.
-Si l’allergie persiste, on pourra faire appel à d’autres moyens, dont les Tests cutanés (Introduction de petites doses d’allergènes dans le derme qui permettent d’analyser les réactions), ou les Dosages sanguins.
-Il existe aussi la méthode dite « des régimes sélectifs » avec réintroduction des aliments habituels au fur et à mesure de l’identification des allergènes. On peut également faire procéder à une désensibilisation. Cette méthode aujourd’hui bien maîtrisée semble donner d’excellents résultats.
L’identification des allergies reste cependant souvent longue et laborieuse et demande un véritable travail d’équipe entre le propriétaire du chien et son vétérinaire. Un chien allergique reste sensible aux allergènes même après les différents traitements. Il convient donc d’éviter par la suite le contact ou l’ingestion des facteurs responsables.
*La dermatite par intolérance alimentaire ou «allergie alimentaire» L’allergie alimentaire est une dermatite allergique provoquée par des allergènes ingérés.
Cette maladie représente 5 à 10% des dermatites allergiques et provoque des symptômes essentiellement cutanés chez l’animal, beaucoup plus que gastro-intestinaux, respiratoires… Les allergènes: Ce sont principalement des protéines ou additifs contenus dans la ration alimentaire de l’animal ou les «extras»! Les plus incriminés sont les protéines de bœuf (viande, lait, beurre, fromage), mais il peut s’agir de nombreuses autres protéines: froment (gâteaux, pain, pâtes…), œufs, riz, céréales etc. -À noter que tous ces allergènes (protéines et additifs) se retrouvent dans tous les aliments industriels (boîtes, croquettes…).
Aussi, acheter des croquettes à base d’agneau ou de poisson, ne veut pas dire qu’il n’y aura pas dedans des additifs, des traces d’autres protéines animales ou des protéines végétales. *Les signes cliniques. Pour se sensibiliser, l’animal doit ingérer régulièrement l’aliment contenant les allergènes.
Cette sensibilisation peut être assez rapide ou très longue, et donc, l’âge d’apparition des premiers symptômes est très variable (de quelques mois, rarement en dessous d’un an, à plusieurs années). Après sensibilisation, il suffit que l’animal ingère une seule fois une très faible quantité de l’aliment responsable (pour fixer les idées, l’équivalent d’un dé à coudre), pour déclencher l’apparition de symptômes cutanés, ceux-ci ayant tendance à s’aggraver avec l’âge.
Il ne semble pas y avoir de races prédisposées.
*Le premier signe est la démangeaison. L’animal peut se gratter tout le corps ou, parfois, seulement se lécher ou se mordiller les pattes et/ou se frotter la face; ceci précède toujours l’apparition de toute lésion. Une otite peut aussi être le seul signe clinique. On observe ensuite comme dans tout phénomène allergique, plus ou moins rapidement, des lésions cutanées secondaires à l’inflammation et/ou au grattage: croûtes, alopécie (chute de poils), séborrhée (odeur rance), voire une pyodermite (infection cutanée).
*Le diagnostic.
Le diagnostic est relativement délicat. A l’heure actuelle, il n’existe en effet aucun test cutané (intradermo-réactions) ou sérologique (prise de sang) pour mettre en évidence cette allergie. Parfois des tests de biorésonance sont effectués mais les preuves scientifiques manquent. Le seul moyen est de procéder à un régime d’éviction, ( d’élimination) qui consiste à donner à l’animal pendant un minimum de 6 à 8 semaines une viande et un légume qu’il n’a jamais mangés auparavant, et auxquels il ne peut donc être sensibilisé, ceci afin de soustraire l’animal aux allergènes incriminés pendant un temps suffisant pour voir les symptômes cutanés (prurit) disparaître ou s’atténuer.
Il existe également des aliments hypoallergéniques, disponibles chez les vétérinaires. Pour faire simple ces aliments se classent en 2 types: -Des aliments formulés avec très peu de sources de protéines différentes et que l’on ne retrouve pas dans les aliments «classiques». Et évidemment pas d’additifs allergisants.
-Des aliments ou en plus les protéines ont subi une transformation qui réduit leur taille. En effet au-dessous d’une certaine taille critique le système immunitaire ne peut pas les reconnaître et déclencher une réaction allergique.
-De plus ces aliments sont fabriqués dans des usines ou des chaînes dédiées afin de ne pas trouver dans la composition des traces d’un autre aliment. Aucun aliment autre que ceux choisis avec le vétérinaire n’est permis pendant cette période; notamment friandises, «bonbons» vitaminés, os en peau de buffle ou autres, doivent être supprimés. Une toute petite «erreur» (donner par mégarde une très faible quantité d’un autre aliment) nécessiterait un «retour à la case départ» et fausse complètement le diagnostic!
*Le traitement.
Il suffit de supprimer à jamais l’aliment incriminé de l’alimentation de l’animal. Le problème n’est en fait que contrôlé: en cas de réadministration malencontreuse de l’aliment offensant, la rechute est certaine… Aussi délicat est le diagnostic dans sa réalisation, aussi simple est le traitement. En résumé. J’espère qu’il est maintenant clair pour vous que: L’allergie alimentaire ne touche qu’environ 5 à 10% des chiens Changer une marque X pour une marque Y avec de l’agneau ne sert à rien (sur le plan dermatologique et allergique). On doit attendre au moins 4 à 6 semaines pour voir les effets (et oui, vous avez lu que les cellules de la peau se renouvellent en 1 mois environ).
Le diagnostic demande une confiance et une entente parfaite entre le vétérinaire et le maître afin de s’assurer que l’animal ne va rien manger d’autre pendant la période d’éviction. Si une infection secondaire subsiste sur la peau de l’animal alors tant que celle-ci n’est pas soignée, tout changement d’alimentation ou diagnostic sera vain.
Source : L’officiel du Chien / Grancher Editions partenaire@chien.com

insuffisance

               
L'INSUFFISANCE RÉNALE CHEZ NOS ANIMAUX DOMESTIQUES.
Les reins de votre chien ou de votre chat jouent un rôle capital dans le maintien de sa bonne santé. Reconnaître les signes d'un dysfonctionnement de ces précieux organes permet un traitement rapide de votre ami.
Rein et insuffisance rénale.
L’insuffisance rénale se produit lorsque la fonction rénale se détériore à un tel point que les reins ne peuvent remplir leurs fonctions d’éliminer les déchets, maintenir un équilibre de l’eau et des électrolytes, et produire des hormones. De façon générale, l’insuffisance rénale chronique est présente depuis un certain temps (mois ou années) lorsque le diagnostic est posé et la maladie est irréversible.
Les chats atteints d’insuffisance rénale chronique ne peuvent pas être guéri mais dans certains cas leurs signes cliniques peuvent être contrôlés avec succès. Les [size=13]animaux sont nés avec une telle abondance de cellules rénales que les signes d’insuffisance rénale apparaissent seulement lorsque plus du 2/3 des reins sont déjà endommagé.[/size]
A cause de cette grande réserve de cellules rénales, il est souvent difficile de diagnostiquer l’insuffisance rénale chronique à un stage précoce. Conséquemment, l’insuffisance rénale chronique est une maladie sournoise qui se déclare seulement lorsque les dommages rénaux sont déjà avancés.
Véritables filtres pour l'organisme, les reins débarrassent le sang de plusieurs déchets dont l'urée. De plus, ils permettent de maintenir les concentrations sanguines de différentes substances telles que notamment l'eau, le sodium et le potassium, dans des proportions compatibles avec la vie. C'est dans cet organe que sont également fabriqués des messagers importants telle que l'érythropoïétine, assurant l'activation de la production de globules rouges. Mais lorsque le rein est lésé, il n'assure plus ces différents rôles pourtant indispensables au maintien d'une bonne santé. Il en résulte notamment une intoxication à l'urée, une déshydratation due à la fuite excessive d'eau dans l'urine ainsi qu'une anémie consécutive à une diminution de production d'érythropoïétine.
Quels sont les signes?
Typiquement, les premiers signes d’insuffisance rénale chronique sont une augmentation de la consommation d’eau et une augmentation de la quantité d’urine. Ce phénomène est rapidement responsable de déshydratation. D’autres signes sont une perte de poids, un pelage terne et un appétit de plus en plus capricieux. À mesure que l’insuffisance rénale progresse, les reins sont incapables d’éliminer les déchets métaboliques et les signes cliniques s’aggravent : vomissements, perte d’appétit, des ulcères au niveau de la bouche, halitose, faiblesse,diarrhée et abattement ainsi que des troubles nerveux .
Les autres conséquences de l’insuffisance rénale chronique sont l’anémie et l’hypertension.
-L’anémie peut aggraver la perte d’appétit, la faiblesse et l’abattement.
-L’hypertension peut engendrer des dommages aux yeux (cécité soudaine), des accidents cérébro-vasculaires et des dommages au cœur et aux reins.
Le diagnostic de l’insuffisance rénale est confirmé avec des analyses sanguines et une analyse d’urine. D'autres épreuves diagnostiques sont parfois nécessaires (radiographies, culture urinaire, échographie, prise de la pression artérielle, examen de fond d’œil etc.). Heureusement, certains animaux atteints d’insuffisance rénale peuvent être traités (pas guéri cependant) et avoir une bonne qualité de vie pendant des mois ou des années.
Selon le stage de l’insuffisance rénale, plusieurs traitements peuvent être utiles chez l’animal atteint : un changement de diète (faible en protéines, en sel et phosphore) ; fluidothérapie et des médicaments (anti-acides, anti-vomitifs, stimulant d’appétit, etc.).
Une maladie aiguë ou chronique. Lors de l'ingestion d'un produit toxique, d'une infection des reins ou d'obstruction urinaire par exemple, des lésions des reins peuvent provoquer une insuffisance rénale aiguë qui survient brutalement et peut dans certains cas disparaître complètement si l'animal est soigné rapidement.
A l'opposé, l'insuffisance rénale chronique est une maladie qui évolue déjà souvent depuis plusieurs mois lorsqu'elle est diagnostiquée. Elle peut notamment être induite par un vieillissement des reins chez de vieux animaux mais aussi suite à une anomalie congénitale chez animaux plus jeunes.
Traitement.
Lors d'insuffisance rénale aiguë, la guérison de l'animal dépend d'un traitement rapide de la cause du dysfonctionnement des reins. L'animal doit généralement être placé sous perfusion afin d'être réhydraté et d'aider les reins à purifier l'organisme. Lors d'insuffisance rénale chronique, l'animal peut aussi au besoin bénéficier d'une perfusion. Il existe également des médicaments permettant de ralentir l'évolution de la maladie. En outre, il est conseillé d'offrir à l'animal malade une alimentation spéciale permettant de faciliter le travail des reins.
Animaux à risque.
Il n'est pas rare de rencontrer l'insuffisance rénale chronique chez des chats seniors, de plus de 10 ans. De plus, certaines races de chats (persans et apparentés, exotic shortair, british et maine coon) et de chiens (terre neuve, landseer, cocker anglais) sont connues pour être plus souvent porteuses d'anomalies génétiques induisant une insuffisance rénale chronique.

[size=24]mimiques

[/size]

Comment interpréter les mimiques du chien.
Le chien cligne des yeux. Le chien cligne souvent littéralement des yeux, en battant des paupières. Il s’agit d’un signal de non-belligérance et, parfois, de soumission.
* Traductions possibles :
- « Mes intentions sont amicales »
- « C’est toi le chef »
- « Excuse-moi »
*Le chien garde les yeux mi-clos.
Autre signal de non-belligérance. Traduction :
« Je n’ai pas l’intention de me disputer, je voudrais devenir ton ami. »
*Le chien garde la gueule ouverte et les lèvres lâches.
Quand un chien garde sa gueule ouverte et ses lèvres lâches, sans les plisser, il est généralement détendu et n’a pas d’intentions agressives. Même s’il ne grogne pas, le chien qui envisage de mordre a toujours la gueule fermée. Un chien dans une posture détendue peut aussi, bien entendu, mordre sans préavis, mais il faut qu’une raison bien précise le pousse à agir ainsi (une douleur subite, comme une patte ou une queue écrasée, par exemple).
Traduction : « Je vais bien, ne t’inquiète pas. »
*Le chien plisse les lèvres et montre les dents.
Cette mimique exprime l’agressivité et constitue une marque de domination ou de soumission selon que les lèvres sont respectivement plissées en avant ou étirées en arrière. Le geste peut ne pas s’accompagner d’un grognement, mais n’en reste pas moins une menace et l’éventuel prélude à une attaque.
Traduction : « Attention, au moindre faux pas, je t’agresse. »
*Le chien regarde droit dans les yeux.
Chez les chiens, il s’agit toujours d’un signe de provocation, d’autant plus accentué qu’il s’accompagne d’une mimique corporelle à caractère dominant. Les chiens domestiques fixent néanmoins souvent leur maître dans les yeux afin de mieux saisir ses ordres ou ses états d’âme, un comportement qu’ils ont également acquis par la domestication. Lorsque le chien fixe amicalement un homme, le reste de son corps traduit une profonde décontraction (ou bien envoie des signaux de soumission). Un chien qui vous fixe avec un corps raide et tendu vous lance au contraire un défi et vous témoigne en outre de l’agressivité s’il montre le blanc de ses yeux.
*Ses oreilles sont pointées en avant ou couchées en arrière.
La position des oreilles indique le degré de domination du chien, mais aussi son niveau d’assurance. Des oreilles droites ou pointées en avant expriment une domination et/ou une assurance maximum ; des oreilles complètement rabattues en arrière, presque écrasées sur la tête, traduisent en revanche une soumission et/ou un manque d’assurance maximum.
Tous les stades intermédiaires correspondent à des états d’âme intermédiaires.
Bon nombre de chiens, quand ils saluent leur maître, redressent et couchent sans cesse leurs oreilles : cela signifie que l’animal se sent sûr de lui quand son maître est près de lui, mais qu’il se soumet également à ce dernier.
L’alternance des deux gestes dénote la présence simultanée des deux états d’âme, qui s’expriment donc en s’enchaînant rapidement. La position des oreilles ne revêt bien entendu une valeur hiérarchique que dans le cas d’un contact rapproché chien-chien ou chien-homme : dans toutes les autres situations, le chien gardera ses oreilles droites s’il est attentif, et détendues s’il ne s’intéresse pas particulièrement à ce qui l’entoure.
*Le chien bâille.
Contrairement à l’homme, le chien ne bâille pas d’ennui. Il bâille en revanche de fatigue et parce qu’il a sommeil, tout comme nous. Mais le bâillement constitue également un moyen de communication et, plus exactement, un signal de pacification. C’est la raison pour laquelle le chien bâille souvent quand son maître le gronde (et non pas pour se moquer de lui !).
*Le chien mâche de l’air.
Ce geste caractéristique qui consiste à mâcher dans le vide équivaut, chez le chien, à un comportement de pacification. Il dérive probablement de l’association mentale apaisement de la faim signifie état de bien-être. Le chien l’exécute aussi bien à l’égard de ses semblables qu’envers son maître.
*Le chien léche dans le vide.
Le chien exécute le geste consistant à lécher (y compris loin de la cible) quand il veut lancer des signaux de pacification... même s’il semble parfois vraiment « faire la nique »
[size]

araignées

[/size]

Les araignées .
Araignées infestation dans les habitations. Au Canada, les araignées généralement rencontrées dans les habitations incluent les araignées de maison, les araignées-loups, les araignées de cave, les dolomèdes et, beaucoup plus rarement, les veuves noires. Ces araignées sont généralement observées dans les coins des pièces, les placards, les boîtes, les crevasses sombres, les sous-sols, les greniers,les garages et les jardins.
À quoi ressemblent-elles ?
Les araignées ont un corps non segmenté composé de deux régions principales et quatre paires de pattes locomotrices. Elles possèdent également des organes producteurs de soie qui sont utilisés pour la fabrication des nids, des toiles servant à la capture de proies ou des cocons protégeant les oeufs. Les araignées peuvent avoir jusqu'à huit yeux, mais curieusement, la plupart d'entre elles sont myopes. La plupart des araignées se nourrissent d'insectes, dont bon nombre sont nuisibles.,elle est donc très utile à l`homme.Elles immobilisent les proies qui s'empêtrent dans leur toile en les enveloppant de fils de soie et en leur injectant une dose de venin pour les paralyser. Ensuite, elles leur injectent un liquide qui liquéfie leurs tissus, puis aspirent le contenu nutritif ainsi prédigéré. Les araignées ne tissent pas toutes des toiles, et selon les groupes, elles utilisent des stratégies souvent fort différentes pour capturer leurs proies.
La plupart des araignées sont nocturnes et timides, et elles préfèrent la fuite aux confrontations. Elles ne mordent que si elles se sentent menacées, par exemple si elles sont serrées ou capturées. Araignées-loups.
Les araignées-loupsse distinguent de la plupart des autres araignées par le fait qu'elles ne tissent pas de toiles et chassent activement leurs proies. Elles peuvent atteindre 3 cm de longueur et sont brun foncé. Les femelles tissent un gros sac ovigère (contenant les oeufs) sphérique blanc qu'elles transportent avec elles jusqu'à l'éclosion des oeufs. À l'éclosion, les petits grimpent sur le dos de leur mère, qui s'en occupe pendant environ une semaine.
Les araignées-loups vivent habituellement sur le sol dans les prairies, les forêts, les plages ou les jardins et se nourrissent principalement d'insectes. À l'automne, elles partent à la recherche d'un milieu chaud pour y passer l'hiver. C'est à ce moment qu'elles sont les plus susceptibles de s'aventurer dans les maisons. Araignées de cave. Ces araignées ont de très longues pattes et tissent leurs toiles dans les coins des caves ou des sous-sols frais et humides. Elles sont inoffensives. Pour s'en débarrasser, il suffit d'éliminer leurs toiles et de réduire l'humidité dans les pièces où elles se rencontrent. Les araignées de cave sont parfois confondues avec les opilions (communément appelés « faucheuses »), groupe apparenté superficiellement semblable. Les opilions n'ont pas le corps scindé en deux grandes régions comme les araignées, et ils ne possèdent pas de glandes séricigènes (produisant de la soie).
En revanche, comme les araignées, ils possèdent quatre paires de pattes longues et effilées. Araignées de maison et veuves noires.
L'araignée de maison et la veuve noire appartiennent à la même famille.
L' araignée de maison est plus fréquemment rencontrée dans les habitations, tandis que la veuve noire est généralement observée dans les espaces sombres comme les vides sanitaires, les garages et les toilettes extérieures.
L'araignée de maison est de couleur variable, blanc cassé à presque noire, avec des marques plus ou moins distinctes, et sa première paire de pattes est presque trois fois plus longue que le corps. Elle tisse ses toiles dans des milieux sombres, sous les meubles ou partout où elle a des chances de capturer des insectes.
La veuve noire a le corps noir luisant avec une marque rouge caractéristique en forme de sablier sur la face ventrale de l'abdomen. Elle tisse une petite toile près du sol et se rencontre dans des milieux protégés comme les garages et les remises ou, à l'extérieur, sous les pierres et les arbres tombés. Elle n'est pas agressive et préfère la fuite aux confrontations, ne mordant que lorsqu'elle se sent attaquée.
Le Canada ne compte que quelques espèces de veuves noires, toutes confinées au sud du pays, et aucune n'y est commune. Dans les régions susceptibles d'abriter des veuves noires, la prudence s'impose lorsqu'on travaille à proximité de toiles d'araignée dans des endroits peu passants, et le port de gants est recommandé. Dolomèdes. Les dolomèdes ressemblent aux araignées-loups, mais leurs yeux sont disposés différemment.
Les adultes peuvent atteindre 7,5 cm de largeur. Les dolomèdes se rencontrent fréquemment près des chalets en milieu riverain, en particulier dans les secteurs rocheux à proximité de l'eau. Ces araignées chassent activement leurs proies (insectes, petits poissons, etc.).
Les femelles transportent leurs oeufs dans un sac sphérique jusqu'à ce qu'ils soient près d'éclore. Elles tissent alors une toile autour de leurs oeufs et, une fois ceux-ci éclos, surveillent leurs petits jusqu'à ce qu'ils aient suffisamment grandi et se soient dispersés.
Contrairement aux araignées-loups, qui transportent leur sac ovigère derrière elles, les dolomèdes transportent leur sac sous leur céphalothorax (partie du corps formée par la fusion de la tête et du thorax).
Quels dommages peuvent-elles causer ?
Les araignées sont d'excellents agents de lutte biologique. Les araignées-loups rendent de précieux services aux agriculteurs et aux jardiniers, car elles se nourrissent de ravageurs agricoles communs comme les chenilles, les punaises et les pucerons. Les araignées ne transmettent pas de maladies. Même si presque toutes les araignées possèdent des glandes à venin, elles mordent rarement les humains, et seules quelques espèces comme la veuve noire peuvent infliger une morsure venimeuse dangereuse.
L'intensité de la réaction à une morsure de veuve noire dépend de la région du corps touchée, de la quantité de venin injectée et de la sensibilité de la victime au venin. Les morsures causent très rarement des complications graves à long terme ou la mort. En cas de morsure, il faut rester calme et consulter immédiatement son médecin, un hôpital ou le centre antipoison. Il faut également appliquer de la glace directement sur la zone mordue pour réduire l'enflure et apaiser la douleur.
Comment peut-on lutter contre les araignées ?
Prévention.
Une maison propre attire moins les insectes nuisibles dont se nourrissent les araignées. Pour empêcher ces insectes d'entrer dans la maison, on peut calfeutrer les fenêtres et les portes et réparer les moustiquaires. Lorsqu'on nettoie le garage ou le sous-sol ou lorsqu'on travaille dans le jardin, il est recommandé de porter des gants pour prévenir les morsures d'araignées. Les araignées sont généralement bénéfiques, et la présence de quelques araignées dans le sous-sol ou le vide sanitaire est en réalité souhaitable, puisqu'elles contribuent à éliminer les perce-oreilles et les autres insectes indésirables qui pourraient y pénétrer. Lutte physique.
Les mesures suivantes sont recommandées:
-À l'aide d'un balai ou d'un aspirateur, nettoyer fréquemment les plinthes et les coins des pièces pour y éliminer tout débris de nourriture.
-Enlever les toiles d'araignée inoccupées. Balayer fréquemment derrière la laveuse ou la sécheuse et déplacer souvent les meubles pour éviter que des araignées tissent des toiles à ces endroits.
-Ne laisser ni vêtements, ni chaussures ni couvertures sur le plancher, car des araignées pourraient les utiliser comme refuges durant la journée.
-À l'aide d'une brosse souple, repousser à l'extérieur les araignées trouvées près des fenêtres ou des portes. Il est également possible de capturer les araignées à l'aide d'un bocal en verre et d'une pièce de papier rigide servant de couvercle pour les relâcher à l'extérieur. Si nécessaire, on peut les tuer à l'aide d'un journal ou d'une revue roulée ou d'une tapette à mouches.
-À l'extérieur, les ampoules électriques jaunes attirent moins les insectes et, par conséquent, moins d'araignées près de la maison. Produits. Si l'infestation présente dans la maison ou le jardin est suffisamment grave pour justifier l'utilisation d'un pesticide, divers produits à base de pyréthrine, de perméthrine ou de d-trans alléthrine sont homologués pour la lutte contre les araignées.
Ces produits sont disponibles dans les quincailleries et les centres de jardinage. On peut les appliquer sur les faces extérieures des cadres de fenêtres et de portes pour empêcher les araignées de pénétrer dans la maison. D'autres produits peuvent être appliqués ou pulvérisés à l'intérieur sur les cadres de fenêtres et de portes, les plinthes, les planchers, les couvre-planchers, sous le mobilier et dans les placards et les fissures.
Il n'est pas recommandé d'éliminer chimiquement toutes les araignées, car ces organismes constituent un moyen naturel de lutte contre les insectes nuisibles très efficace.
Les araignées,fiches techniques. http://lemondedesinsectes.over-blog.com/article-71633.html Galerie de photos d`araignées. http://lemondedesinsectes.over-blog.com/article-72044.html L’araignée, meilleure amie de l’Homme ? http://www.ethologie.info/revue/spip.php?article9 Avez vous encore peur des araignées?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:29

rat

Le rat Cet animal ne laisse pas indifférent.
Certains en ont une phobie, d’autres l’adorent. Son intelligence est reconnue depuis qu’il a prouvé qu’il savait sortir d’un labyrinthe. Quel est donc ce petit rongeur qui a été chassé pendant des années des rues des grandes villes et qui maintenant rentre dans nos maisons. Biologie.
Les rats pèsent à l’age adulte entre 250 et 500 g, les femelles étant plus petites que les mâles. La queue, qui reste un des détails qui effraie bien des gens peut mesurer jusqu’à 20 cm. Les rats ont 4 doigts aux pattes avant et 5 aux pattes arrière.
Les rats ont une vie diurne et nocturne, leur principale activité étant crépusculaire nocturne. Le rat vit 3 à 4 ans. Les rats se reproduisent toute l’année à partir de 60 jours et jusqu’à un an et demi.
La gestation dure 20 à 23 jours et les petits ouvriront les yeux au bout de 2 semaines. Chaque portée se compose de 6 à 12 petits. Aussi il n’est pas rare d’avoir 4 à 5 portées par an, il n’est pas nécessaire de séparer le père à la naissance.
Le sevrage a lieu à 3 semaines et les mères ne mangent pas leurs petits sauf grand stress. A l’état naturel, les rats se nourrissent de tout. A l’état domestique il est conseillé de leur donner une alimentation spéciale industrielle, ils mangent 30 à 40g par jour. Si vous souhaitez leur faire vous-même une ration mélangez des graines, des légumes verts, des pommes, des carottes, du pain complet et de la viande vous pouvez également ajouter de la nourriture pour hamster et souris.
Pensez à bien laver et essuyer tous les aliments frais que vous donnez et à ne pas les donner glacés. Attention à ne pas donner trop à manger à votre rat il risque de grossir ! Pour éviter les petits il est conseillé de prendre deux males ou deux femelles qui peuvent vivre très bien ensemble. Les males sont plus faciles à vivre que les femelles.
Si vous avez deja un rat vous pouvez en ajouter un autre en prenant les précautions d’usage : nettoyer la cage avant, les faire se rencontrer dans un endroit neutre (table etc.) et ensuite placez le nouveau en premier dans la cage. Pour le choix il est important de vérifier qu’ils sont propres (les diarrhées sont très dangereuses) et vous voyez lequel vient vous voir.
La cage doit faire 60cm x 30cm environ et 20cm de haut. La taille doit leur permettre de se tenir debout car ils aiment cette position. Dans le fond de la cage vous pouvez mettre des copeaux de sapin ou de la sciure de bois (n’utilisez pas de litière parfumée). Il est conseillé de changer la litière 2 fois par semaine.
Vous pouvez également mettre à sa disposition une cabane des jouets (certains aiment les roues d’autres non). Protégez la cage du soleil direct et des courant d’air. Pensez à leur donner de quoi se faire les dents.
Les principales maladies des rats.
Problèmes de peau :
Les rats peuvent avoir des problèmes de peau dont les causes peuvent être des parasites (gales, puces) ou des champignons (mycoses). Problèmes digestifs Il est également important de surveiller la taille des dents pour qu’elles ne gênent pas l’alimentation. Problèmes respiratoires. Les rats sont sensibles au niveau respiratoire c’est pour quoi elles ne supportent pas les litières parfumées mais des bactéries peuvent également entraîner des problèmes importants. La maladie respiratoire chronique et la pneumonie sont les principales affections respiratoires des rats. Dans tous les cas en présence de jetage (nez qui coule) allez rapidement voir un vétérinaire. Les tumeurs sont assez fréquentes chez les rats.
Le plus souvent ce sont des tumeurs mammaires chez les mâles comme les femelles même si elles sont encore plus fréquentes chez les femelles. Des tumeurs cutanées sont également possibles.

chiens

QUAND LES CHIENS DEVIENNENT DE VRAIS PANSEMENTS HUMAINS

Des labradors dressés pour panser des blessures de guerre ou en prison, des loups dans le viseur et une nouvelle application pour faire découvrir à vos enfants des espèces animales...

La thérapie par les animaux n’est plus à démontrer. Et ce ne sont pas les soldats américains qui reviennent traumatisés du front qui diront le contraire. Ils réapprennent à reprendre goût à la vie et à ne plus avoir peur grâce au labrador qu’une association leur confie. On voit en effet dans un reportage du magazine Marie-Claire, les bienfaits d’une chienne sur une ex combattante en Irak qui a été violée et qui a perdu des amis soldats. Le toutou arrive à avoir un effet positif sur sa maitresse qui retrouve le sommeil et n’a plus peur de sortir. Un réel bonheur qui s’étend d’ailleurs aux prisons puisque des pénitenciers mènent des programmes de dressage dans l’Etat de New-York. Des labradors sont confiés à d...
es prisonnières qui sont condamnées à de lourdes peines durant deux ans. Cette période leur permet de changer leur comportement, de trouver de l’affection, de trouver du sens à leur vie et même pour celles qui sortent de prison de travailler auprès de vétérinaires et toiletteurs!

Peut-être qu’un jour le loup sera lui aussi mis à contribution pour son altruisme auprès des hommes. Seulement pour l’instant il continue d’être dans la ligne de mire des chasseurs. 200 loups environ cohabitent sur notre territoire et ce nombre risquerait bien de baisser fortement. Sénateurs et députés veulent en effet que l’on puisse leur tirer dessus car ils seraient responsables de la mort de 4.500 brebis, ce qui a couté à l’Etat 7 millions en indemnisations versées aux éleveurs. Même le conseil d’administration du Parc national des Cévennes aimerait que le gouvernement assouplisse les règles, nous informe Le Parisien. La SPA, le WWF et france nature environnement soulignent que cela va à «l’encontre de la conférence environnementale qui a souhaité faire de la france un État exemplaire en matière de biodiversité».

Enfin terminons par Animap, une nouvelle application ludo-éducative. Disponible sur l’App Store en anglais et en français, elle propose aux 4-12 ans de découvrir 72 espèces d’animaux en faisant un tour du monde interactif. Un mappemonde permettra à vos enfants d’explorer les 5 continents de notre planète et d’en savoir plus sur les bêtes qui y vivent à travers son cri, sa classe, son habitat ou encore son alimentation. Les bambins pourront même enregistrer leurs voix afin d’imiter leur cri selon le site lavienumerique.com. De quoi faire devenir chèvre leurs parents! (source 20minutes.fr)


[size=24]hibernation

[/size]
[size]
Pourquoi certains animaux hibernent-ils et d'autres pas ?

         Pour faire face à l'hiver et survivre, les animaux adoptent différentes stratégies. Certains animaux sont très mobiles. Ils peuvent parcourir de longues distances, migrer vers un endroit où ils trouveront la nourriture dont ils ont besoin. Par exemple, certains oiseaux tels que les hirondelles et les oies blanches, et certains mammifères coureurs comme le caribou, sont des animaux migrateurs.

Les animaux n'étant pas assez mobiles pour faire une migration, mais pouvant trouver facilement leur nourriture pendant l'hiver, restent sur place et demeurent actifs. C'est le cas entre autres de certains oiseaux, comme le geai bleu et la mésange, et de certains mammifères tels que le loup, le renard et l'ours polaire. Les animaux peu mobiles et ne pouvant se nourrir l'hiver, hibernent ou pseudo-hibernent. Les animaux qui hibernent dorment profondément, ils ne se réveillent pas de l'hiver
 
C'est notamment le cas de la marmotte. L'engoulevent de Nuttall est le seul oiseau qui hiberne.

Les hibernants survivent grâce à l'énorme réserve de graisse qu'ils ont accumulée avant l'hiver. Leur température corporelle chute, et les fréquences cardiaques et respiratoires diminuent considérablement. Les pseudo-hibernants dorment moins profondément et s'éveillent au cours de l'hiver. Les petits mammifères, comme l'écureuil, s'éveillent périodiquement pour grignoter un peu de nourriture qu'ils ont entreposée dans leur terrier, pour uriner et déféquer. Par temps doux, ils peuvent même sortir de leur abri. Les mammifères plus gros, comme la moufette, le raton laveur et l'ours (sauf polaire) ne se nourrissent pas de l'hiver. (Radio-Canada.ca)

hérisson

[/size]
[size]
 
Conseils : le hérisson et l'hiver !
- afin de ne pas déranger le hérisson en cette période critique pour lui, ne brûlez pas vos tas de feuilles et ne les déplacez pas au moyen de fourches (il adore y faire son nid), ne traitez pas vos jardins à l'aide de produits anti-limace mortels pour lui, vérifiez avant d'utiliser vos tondeuses, taille-haie ou de déplacer vos tas de bois...
- si vous tombez su...
r un nid, ne dérangez pas ses habitants qui vont hiverner du mois de novembre au mois de février...
- si vous trouvez des nouveaux nés ou un animal blessé, contactez au plus vite votre vétérinaire qui le transférera vers un organisme spécialisé, vous pouvez lui proposer dans l'urgence de l'eau et des croquettes pour chien ou chat (proscrire le lait et le pain)...
- un animal de moins de 600 g ne passera pas l'hiver...
Pour plus de détails, la clinique peut vous mettre en relation avec l'association ATOUPIC sur Massay ou pour les plus curieux, nous vous conseillons :
http://www.hameaudesherissons.fr/

[/size]

aliments


 
RÉCAPITULATIF DES ALIMENTS, PLANTES, ANIMAUX, OBJETS ET PRODUITS DANGEREUX, TOXIQUES POUR LA SANTÉ DE VOS ANIMAUX DE COMPAGNIE ! A LIRE & A PARTAGER !

I/ Les animaux sont très gourmands et sont prêts à tout pour nous attendrir et nous convaincre de partager notre repas ou nos friandises : Regard triste, pleurs, museau collé sur la table... Certains aliments peuvent cependant représenter un vrai ...
danger pour votre compagnon.
Voici la liste des aliments et produits à proscrire absolument pour le garder en bonne santé et éviter les urgences vétérinaires :

1. Les os
Ils sont très dangereux pour les animaux. Chaque année, plusieurs milliers de chiens finissent aux urgences après avoir avalé des os, souvent donné par leurs maîtres. Les chiens sont omnivores, pas carnivores. La plupart des chiens et des chats ne tolèrent pas les os, puisqu'ils peuvent se briser ou se loger dans la région intestinale avec des résultats désastreux, et une opération chirurgicale souvent à la clé. Ils peuvent aussi se coincer dans la bouche ou la gorge de votre compagnon. Tous les os sont dangereux, sans exception. Il faut toujours donner des os vendus en animalerie ou chez le vétérinaire, qui ne comportent aucun risque.

2. Le chocolat
Le chocolat est un poison dangereux pour les chiens.
Sa toxicité est liée à la présence dans le cacao d'un alcaloïde:
La théobromine, que les toutous ne peuvent pas métaboliser et qui passe rapidement dans le sang. Les symptômes, qui apparaissent en général quatre ou cinq heures après l'ingestion, sont des vomissements, des convulsions, mais aussi de la diarrhée et dans les cas les plus dramatiques, des troubles cardiaques pouvant faire lâcher le coeur.
La dose mortelle est de 63 grammes de chocolat noir non sucré pour un chien de 10 kilos, ou 670 grammes de chocolat au lait. Notez aussi que les races de chien brachycéphales au museau aplati (type Carlin, Boxer, Bulldog, Bullmastiff...) sont plus sensibles que les autres aux problèmes respiratoires et cardiaques, donc plus sensibles à l’intoxication au chocolat.
A lire: https://www.facebook.com/photo.php?fbid=375773999119921&set=a.342872599076728.85993.178463282184328&type=3&src=https%3A%2F%2Ffbcdn-sphotos-c-a.akamaihd.net%2Fhphotos-ak-prn1%2F540496_375773999119921_1923098272_n.jpg&size=720%2C486

3. L'alcool
Quelques gorgées suffisent à rendre malade votre animal. Comme chez l'homme, l'alcool peut provoquer une démarche anormale: l'animal chancelle et se cogne partout, pouvant se blesser. L'alcool provoque aussi des vomissements. Et en cas d'ingestion importante, les symptômes seront même cardiaques et nerveux.

4. Le lait et le fromage
Beaucoup d'animaux sont intolérants au lactose, naturellement présent dans le lait. En effet, ils ne disposent pas de l'enzyme digestive capable de dissoudre ce sucre et leur intestin ne peut pas l'assimiler. S'ils mangent des produits laitiers, ils pourront développer des vomissements, des diarrhées et d'autres symptômes gastro intestinaux. Même si votre petit compagnon a été allaité par sa mère quand il était bébé, évitez de lui donner des produits laitiers. Le fromage, même en toute petite quantité, est trop riche en graisse et peut entraîner une inflammation du pancréas, qui, dans les cas les plus graves, peut être fatal.

5. Le jambon et les viandes grasses
Comme le fromage, le jambon et certaines viandes sont trop riches en lipides, pouvant là aussi, provoquer des pancréatites. En plus d'être grasses, ces viandes sont aussi très salées, ce qui est également nocif pour l'estomac, surtout chez les grands chiens. Car s'ils boivent trop d'eau, ils peuvent être victime d'une torsion de l'estomac, une pathologie grave, souvent mortelle. L'estomac se remplit de gaz et peut se tordre.

6. L'oignon, l'ail et la ciboulette
Ils contiennent des dérivés soufrés qui peuvent endommager les globules rouges des animaux de compagnie et les tuer. Ils peuvent souffrir de vomissements et entraîner de l'anémie,de la tachycardie... Les oignons sont encore plus toxiques que l'ail car il suffit d'une toute petite quantité pour provoquer une intoxication.

7. La caféine, le thé
Les boissons contenant de la caféine, comme les sodas ou le café, sont très nocives car elles accélèrent le rythme cardiaque de l'animal: agitation, palpitations et même crises cardiaques peuvent s'ensuivre. Alors, faites bien attention à ce que votre petit compagnon ne mette pas son museau dans votre tasse, au petit déjeuner !

8. L'avocat
D'abord, les avocats sont très riches en matières grasses, ce qui peut entraîner une inflammation du pancréas. Ensuite, leurs noyaux très toxiques parce qu'ils sont riches en persine, une substance nocive pour les poumons et le coeur de nos petits compagnons. Sans parler du fait que par sa taille, le noyau peut provoquer des occlusions intestinales. Si votre chien ou votre chat en mange, ils pourront éprouver des difficultés respiratoires, des vomissements.

9. Le thon
Le chat a besoin d'ingérer de la taurine, un acide aminé essentiel pour le bon fonctionnement de son coeur et de sa vision. Oui, mais voilà, le thon en boîte ne possède pas de taurine et si vous lui en donnez, il risque de développer des troubles cardiaques. Si votre matou aime le thon, assurez-vous de lui donner des produits vétérinaires, enrichies en taurine.

10. Le raisin
Une étude récente a démontré que le raisin (sec et frais) peut entraîner des troubles intestinaux, mais aussi endommager gravement les reins. Et les plus petits chiens peuvent aussi s'étouffer avec ce fruit ou souffrir d'occlusions intestinales.

11. Les noix de Macadamia
Elles contiennent toxine qui peut gravement attaquer le système digestif, le système nerveux, et les os d'un animal. Si un chien en avala moins d'une dizaine, il tombe très malade: vomissements, diarrhée, difficultés respiratoires, convulsions... Et comme pour le raisin, les plus petits gabarits peuvent s'étouffer.

12.Le tabac
Le tabac contient la nicotine, qui endommage les nerfs et le système digestif. Si votre animal en ingère, il souffrira d'hyperactivité, de vomissements, de tachycardie. Dans les cas les plus graves, le chien sombrera dans le coma et pourra même mourir.

13. Le foie
Les animaux qui mangent du foie en grande quantité peuvent être intoxiqués à la vitamine A, qui détruit les muscles et les os. Dans ce cas, les symptômes les plus régulièrement constatés sont la constipation, la perte de poids, la déformation des os.

14. Le gras
La nourriture trop grasse peut provoquer une pancréatite, c'est-à-dire une inflammation du pancréas, qui peut s'avérer fatale si elle n'est pas soignée à temps, notamment parce que l'organe se nécrose. Il s'agit donc d'une urgence vétérinaire très grave. Les animaux concernés sont léthargiques, ne bougent plus et souffrent quand on leur touche le ventre.
Lécher les sauces et les graisses cuites, sont comme les bonbons, des aliments que l'on ne trouvent pas dans la nature et dont le chien n'a absolument pas besoin. Ces aliments favorisent le diabète et l'obésité.

15. Les pommes de terre crue et leurs pelures
Les patates crues contiennent de l'oxalate de calcium, un cristal ionique insoluble très dangereux pour l'appareil urinaire de nos animaux. D'ailleurs 80 % des calculs rénaux sont composés d'oxalate de calcium. Si votre chat ou votre chien raffole des pommes de terre, n'oubliez pas de les faire toujours bien cuire. Ainsi préparées, elles représentent une source intéressante de nutriments.

16. La pâte à tarte crue
Si vous préparer une tarte maison et que votre chien vous a volé la pâte, les risques peuvent être très graves. En effet, si cette pâte contient de la levure, elle va gonfler dans l'estomac de votre animal, provoquant des ballonnements importants. Dans les cas les plus graves, elle peut même percer l'estomac ou l'intestin. En plus, les ferments de la pâte produisent de l'alcool, qui est aussi très toxique, comme nous vous l'avons expliqué ci-dessus.

17. La nourriture moisie ou périmée
Comme pour les humains, les chats et les chiens peuvent s'intoxiquer gravement, voire même mourir, s'ils mangent des aliments périmés, et donc infestés de multiples toxines. Comme pour les humains, les symptômes sont les vomissements, les diarrhées, les convulsions. Les ordures et les détritus sont donc très dangereux. Il ne faut jamais donner à son animal quelque chose qu'on ne mangerait pas.

18. Les plants de tomates et de rhubarbe
Comme les pomme de terre, ces plantes contiennent de l'oxalate de calcium, très toxique. Les animaux qui auront grignoté les feuilles de votre potager seront pris de vomissements, de difficultés respiratoires, de crampes abdominales et de convulsions.

19. Les champignons
Comme pour les humains, certains champignons sont toxiques et peuvent être mortels. En cas d'ingestion, l'animal peut s'empoisonner et tous les organes atteints.

20. Les noyaux de fruits
L'été, vous aimez déguster des pêches, des cerises et des abricots? Veillez à ne pas laisser les noyaux à proximité d'un animal. Ils contiennent en effet de l'acide cyanhydrique, autrement dit du cyanure, qui peut les empoisonner.

21. Le blanc d'oeuf cru
Il contient de l'avidine, qui détruit la biotine, vitamine B8, utile au métabolisme des protéines et des graisses.

22. Le poisson cru qui détruit les vitamines B1, le porc cru ou mal cuit car il peut transmettre la maladie d'Aujesky, (mortelle).

23. Les bonbons.

II/ Les intoxications végétales :

Lors de ballades en extérieur, ne laissez pas votre chiot manger les plantes qu'il peut rencontrer. Certaines sont toxiques (exemples : if, laurier cerise, muguet…).

En cas de doute sur la toxicité d'une plante, coupez une feuille et aller voir le vétérinaire le plus proche. Il vous renseignera sur sa toxicité.

III/ Les intoxications animales :

Les animaux toxiques par contact ou ingestion sont les crapauds, les chenilles processionnaires, les limaces et escargots.

IV/ Produits toxiques pour les chiens :

Xilitol :

On le trouve dans les bonbons et pâtisserie de régime.

Des problèmes hépathiques peuvent survenir après son ingestion.

Antigel :

Par son goût agréable, il attire trop souvent les animaux. Si vous soupçonnez votre chien d'avoir consommé de l'antigel, contactez immédiatement votre vétérinaire.

antigel (éthylène glycol). Ce produit au goût sucré est très apprécié par le chien. 1 à 4 heures après ingestion, l'animal est en état d'ébriété, a des troubles respiratoires et se déshydrate. La mort peut survenir en 4 à 6 heures.

V/ Petites monnaie, billes, ... :

Ne laissez rien trainer ! Les chiots adorent s'amuser avec ces petits objets qui provoquent une obstruction du tube digestif.

VI/ Produits domestiques :

Certaines peintures sont toxiques.

Les produits de nettoyage sont corrosifs pour le tube digestif et la peau.

Les intoxications par des médicaments.

Les produits phytosanitaires.

Les raticides et rodenticides, les insecticides, les anti-limaces, mais aussi certains engrais et désherbants.

Un animal intoxiqué produit beaucoup de salive, a les pupilles dilatées, des difficultés respiratoires et des vertige. Dans les cas les plus graves, l'animal peut sombrer dans le coma et mourir.

? EN CAS D'INTOXICATION :

1/ Ce qu’il ne faut pas faire :

Vous venez de vous apercevoir que votre animal vient d’ingérer un produit suspect :

N’attendez pas que des symptômes apparaissent avant d’appeler votre vétérinaire. Il pourra parfois agir avant que le toxique n’ait eu le temps d’être assimilé.

Ne faites pas boire de lait à votre animal !!!

L’assimilation de la plupart des produits toxiques est accélérée par le lait.

N’essayez pas de faire vomir votre animal !!!

Certains produits sont des caustiques qui brûlent les voies digestives. Si votre animal vomit, le produit lui aura brûlé l’œsophage à l’aller (ingestion) et une deuxième fois au retour (vomissement)... inutile d’en rajouter !

2/ Ce qu’il faut faire :

Un seul mot d’ordre en cas de contact avec un toxique :

Consultez immédiatement votre vétérinaire !!!

Si cela est possible, communiquez-lui le nom du produit incriminé, ou mieux, apportez-lui l’emballage.

Soyez vigilents si vous voulez garder vos animaux en bonne santé et en vie !
Merci de partager un maximum cet article très IMPORTANT pour le bien-être de vos compagnons ! Informez votre entourage !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   Dim 12 Mar - 12:37

ara

Ara
Lieux d'origine : Amérique du Sud
Taille : en moyenne 45 cm
Poids : 400 à 800 gr selon l'espèce
Couleur : très varié
Queue : longue
Bec : gris, noir, corne, selon l'espèce
Longévité : 40 à 80 ans
Dimorphisme sexuel : rare

Les aras sont les oiseaux les plus gros et les plus beaux de la famille des perroquets (psittacidés). Originaires de l'Amérique Centrale et de l'Amérique du Sud, ils sont facilement reconnaissables à leur taille impressionnante, à leur allure exotique, à leurs couleurs chatoyantes et à la peau blanchâtre glabre (dénudée) qui entoure leurs yeux et recouvre leurs joues. Ces gentils géants sont devenus, depuis le début du siècle, des animaux de compagnie très populaires.

Même si les différentes espèces de aras varient beaucoup en taille et en couleurs, elles partagent les mêmes caractéristiques physiques fondamentales. Les aras ont tous un corps mince, une queue longue et une tête large pourvue d'un bec énorme et très puissant.

De nos jours, la grande majorité des aras gardés en captivité sont nés et ont été élevés en captivité. Ils se sont remarquablement bien adaptés à cette situation. Dans la nature, ces oiseaux possèdent des territoires qui s'étendent sur des kilomètres de distance ; il n'est pas surprenant qu'on ne puisse reproduire cet environnement en captivité, mais les aras acceptent volontiers le mode de vie qui leur est imposé pourvu qu'on réponde adéquatement à leurs besoins physiques et émotionnels. Les jeunes aras, s'ils sont bien socialisés, deviendront de merveilleux compagnons ; cependant, sans une éducation appropriée, ils peuvent représenter une grave menace pour leurs propriétaires si jamais ceux-ci démontrent de la crainte ou de l'incertitude.
Les aras ne sont pas les parleurs les plus doués mais la plupart apprennent quelques mots et parfois même quelques phrases qu'ils disent assez clairement d'une voix nasillarde et forte. Ce qu'ils préfèrent en revanche, ce sont les activités physiques ; ils aimeront bien apprendre à faire de la planche à roulettes, de la bicyclette, etc. sur des engins spécialement conçus pour eux. Ce sont des perroquets qui adorent les contacts physiques et ils sont friands de ce genre d'activités.
Dans la nature, la diète des aras varie beaucoup d'une espèce à l'autre selon les régions qu'ils habitent et la disponibilité de nourriture en ces endroits tout au cours de l'année. La recherche et la consommation de nourriture occupe une grande partie de leur temps durant la journée. En captivité, la nourriture devra donc combler non seulement des besoins physiques mais psychologiques tout autant. Ainsi il faudra offrir une alimentation fraîche, saine, équilibré et variée tant par les formes, les saveurs, les textures et les couleurs. L'alimentation représentera ainsi pour les aras en captivité, une aventure sensorielle qui contribuera à leur bien-être physique et psychologique. Cette diète peut inclure un mélange de graines pour gros perroquets, de la moulée, des noix variées, des fruits et légumes cuits ou crus et, à l'occasion, de la viande maigre et très bien cuite.

Les aras nains
La différence principale entre les gros aras et les aras nains est bien évidemment la taille. Leur comportement est très similaire et le fait que les aras nains soient plus petits ne veut pas dire qu'ils ont besoin de moins. Leur bec plus petit est très certainement un avantage à plusieurs points de vue! Quant à leur alimentation, elle est la même que leurs congénères plus gros mais lorsque nécessaire, adaptée à leur taille.

oiseaux

Nourrir les oiseaux en hiver
En hiver, les oiseaux qui n’ont pas migré passent la plus grande partie de leur temps à chercher de la nourriture pour lutter contre le froid.
La raréfaction des insectes et les couches de neige et de verglas ne leur facilitent pas la tâche, surtout lorsque les journées sont si courtes...
Saviez-vous qu’en hiver, une mésange peut perdre 10% de son poids en une seule nuit ? En manque de nourriture, les oiseaux qui restent sur le territoire français ont parfois du mal à survivre. Pour les aider, il est possible d’installer des mangeoires et des abreuvoir au fond du jardin ou sur l’appui du balcon.
Il faut cependant faire attention à bien les entretenir afin de limiter la propagation des maladies, et de les maintenir à l’abri de l’humidité et des intempéries. Certaines aliments sont particulièrement appréciés des oiseaux, comme les céréales, les graines, les noix, les raisins secs, les amandes et les abricots secs. En r evanche, il faut proscrire les biscottes, le pain sec, le riz cru, le lait les larves de mouche, les graines de lin et de ricin.
Il est recommandé de placer la nourriture le matin de bonne heure ou le soir avant la tombée de la nuit.
Un abreuvoir propre permet aussi aux oiseaux de se désaltérer et de se baigner.
Si les températures baissent en dessous de zéro, ce geste aidera les volatiles à trouver de l’eau libre de glace.
Enfin, ces bonnes habitudes devront être suspendues à la fin du mois de mars, pour inciter les oiseaux à retrouver leur comportement naturel. Il ne vous reste plus qu’à observer ces petits visiteurs, bien au chaud derrière vos fenêtres....

puce


insuffisance

L'insuffisance cardiaque du chien âgé.
Pour tous les chiens âgés, une toux accompagnée de difficultés respiratoires, d'une fatigabilité importante ou de syncopes pourrait être le signe d'une insuffisance cardiaque. N'hésitez pas en parler à votre vétérinaire.
L'insuffisance cardiaque.
Elle correspond à une diminution de la capacité de fonctionnement du muscle cardiaque. Ses battements deviennent moins réguliers ou moins efficaces. Le coeur envoie alors moins de sang à l'organisme à chacun de ses battements. En effet, le coeur bat en permanence entre 50 et 200 fois par minute selon la taille du chien pour envoyer du sang chargé en oxygène et en molécules nutritives aux organes vitaux et aux muscles.
Causes de l'insuffisance cardiaque.
Les causes de l'insuffisance cardiaque sont nombreuses, rétrécissement des valvules intra-cardiaques, défaut de fermeture de ces valvules, hypertension artérielle, amincissement de la paroi musculaire des ventricules par exemple... Ainsi, l'insuffisance cardiaque peut toucher seulement une partie du cœur (moitié gauche ou droite) ou le cœur dans sa totalité.Quelle que soit la cause, le résultat est généralement le même : la pompe cardiaque est moins efficace. Les causes de l'insuffisance cardique sont variées. Principaux symptômes et leur évolution.
L'insuffisance cardiaque est plus fréquente chez les chiens âgés mais l'âge d'apparition est variable selon l'individu et sa race.Les symptômes apparaissent en fonction de l'évolution de la maladie. Au début, le chien ne présente aucun symptôme. Le cœur fonctionne moins bien mais il compense en augmentant légèrement la fréquence des battements et sa taille globale.
La première phase peut durer ainsi, sans symptômes pendant quelques mois à quelques années plus tard. Ensuite, le cœur n'arrive plus à compenser dans certaines circonstances : lors d'efforts importants ou suite à un stress. Des symptômes apparaissent alors toux après l'effort, fatigue rapide lors d'effort, impression d'étranglement comme si le chien cherchait à cracher quelque chose, essoufflement avec aggravation de ces signes en période de fortes chaleurs.
À ce moment, il convient d'aller consulter un vétérinaire. La dernière phase est dite phase de la décompensation. Le cœur est usé et ne parvient plus à fonctionner efficacement. Les symptômes de l'insuffisance cardiaque sont présents même au repos (quintes de toux, essoufflement).
Le chien peut même faire des syncopes. A ce moment, le moindre effort peut être à l'origine d'un œdème pulmonaire ou d'une crise cardiaque. Toux, fatigue, essoufflement sont les principaux symptômes. Importance du diagnostic et du traitement. Là encore, le traitement dépend essentiellement de la phase de l'insuffisance cardiaque.
Pendant la phase asymptomatique, difficile de diagnostiquer une insuffisance cardiaque mais si le vétérinaire la détecte, aucun traitement ne sera mis en place. Généralement, le diagnostic est établi lors de la deuxième phase, les propriétaires consultent car ils sont observé ces prinipaux symptômes.
Le vétérinaire pourra juger de l'importance de l'insuffisance cardiaque par auscultation du souffle mais ce dernier est parfois peu spécifique. D'autres examens peuvent être réalisés : radiographie du thorax, échographie du coeur et éventuellement un électrocardiogramme. Dans un premier temps, il faudra limiter les efforts du chien et faire des promenades en laisse en évitant les heures les plus chaudes.
Sachez aussi que l'obésité aggrave les symptômes. Pour un chien en embonpoint,le régime fait partie du traitement. Une alimentation pauvre en sel est indiquée et votre vétérinaire pourra vous conseiller. Ces mesures hygiéniques seront rapidement complétées par un traitement médical qui permet d'améliorer le travail du cœur et évité l'apparition d'un œdème pulmonaire. Ce traitement devra être poursuivi à vie et une suivi régulier permettra d'adapter progressivement le traitement si nécessaire.

conseil



peur



suite un autre jour   bonne après midi 1     Ninnenne      blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Animaux les maladies (un peu de tout)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Animaux les maladies (un peu de tout)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avril 2009 : animaux de Pâques
» [Animaux] Lui avez-vous donné le nom d'un perso de manga?
» [Schleich] Chevaux et animaux
» Comment dessiner 200 animaux, étapes par étapes
» La société protectrice des animaux moches.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: