AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Animaux les maladies habitudes de vie....

Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Animaux les maladies habitudes de vie....   Jeu 23 Mar - 11:42

animaux ...les maladies..habitude de vie

chaleur

Le coup de chaleur...Attention, DANGER.!
"Nous sommes en été, Mr X arrive en ville, il a mis son chien dans le coffre de sa voiture.
La journée est chaude, mais le soleil est voilé.
Mr X cherche toutefois un endroit vraiment ombragé car il ne peut pas emmener son chien avec lui.
L'esprit tranquille, étant sûr d'avoir pris toutes les précautions nécessaires vis-à-vis de son chien, il s'en va faire ses courses. Malheureusement, s'étant absenté bien trop longtemps, à son retour il découvre son chien gisant inanimé dans le coffre de la voiture...."
Une fiction ? Non, ce fait divers est hélas trop fréquent.
Mais que s'est-il donc passé??
Alors que la voiture n'a jamais été exposée au soleil, le chien a été victime du COUP de CHALEUR. Il faut agir vite, très vite.
Coup de chaleur :
C'est l'élévation de la température corporelle au delà de 40°C, voire de 41°C.
Les premiers symptômes du coup de chaleur vont être une respiration extrêmement rapide avec un halètement marqué, l’air hagard ou hébété ; l'animal va tituber.
Si la température augmente encore, des convulsions et un coma s’installent. L’évolution peut être fatale en quelques minutes.
La première chose à faire consiste à faire baisser la température corporelle de votre animal pour essayer de la ramener vers la normale (38°C-39°C).
Gestes à faire:
•Sortez-le immédiatement de la voiture ou du réduit dans lequel il est, mais ne le laissez pas au soleil..Placez le à l'ombre et dans un endroit aéré.
•Il faut essayer de le refroidir progressivement, avec des linges mouillés sur le corps. On commence par mouiller la région du cou. C’est là que se trouvent les centres de la thermorégulation et les vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau. Mouiller ensuite progressivement tout le reste du corps. Puis l’envelopper dans un drap de bain préalablement mouillé à l’eau fraîche le temps de le transporter chez le vétérinaire le plus proche.
•Il ne faut surtout pas hésiter à agir. Plus l'hyperthermie persiste, plus les risques de complications et de mort augmentent. Tout moyen utilisé sera forcément meilleur que rester inactif. Renouveler l'eau si nécessaire dès qu'elle se réchauffe, ou l'arroser.
•L'aération avec un ventilateur, si c'est faisable, permet d'accélérer les transferts de chaleur. On peut aussi ventiler mécaniquement le chien en faisant des mouvements de va-et-vient avec un objet plat (livre, linge, plaque fine) au dessus de lui.
•Des massages font circuler le sang, évitent la vasoconstriction et facilitent la distribution et l'évacuation de la chaleur.
•C’est une urgence qui demande une consultation immédiate chez le vétérinaire le plus proche dès que le chien montrera une amélioration de son état. Vous pouvez appeler le numéro d’urgence 112 qui vous renseignera. Le vétérinaire pourra alors réhydrater votre chien en le perfusant et le traitera pour combattre l’œdème cérébral.
Prévention:
•Eviter les endroits confinés mal, ou non ventilés.
•Il ne faut jamais laisser un chien dans une voiture. Si vous devez le faire, ayez toujours conscience du danger auquel vous l'exposez. Revenez régulièrement voir si votre chien se porte bien.
•Déplacez votre véhicule si nécessaire...Oui, le soleil tourne et l'ombre se déplace en même temps. Pensez-y.
•Evitez l'exercice intense en pleine chaleur...tout comme la plage méditérranéenne, pas vraiment faite pour lui.

canal

Explications:
Les chiens ont un système particulier de régulation thermique. Contrairement à l'être humain, le chien ne transpire pas mais il halète.
Cette respiration rapide, la gueule ouverte et la langue pendante, lui permet de maintenir sa température corporelle constante, ou d'éviter qu'elle n'augmente de trop.
La régulation thermique du chien:
Elle est assurée par les glandes sudoripares et par hyperventilation provoquée par le halètement, appelée polypnée thermique, et la salivation.
Les glandes sudoripares
La sueur est produite par les glandes apocrines et exocrines (ces dernières sont situées exclusivement sur la truffe et les coussinets plantaires).
Les glandes apocrines. Observons la constitution du poil du chien
Les follicules pileux sont constitués d'un poil avec sa gaine, d'une glande sébacée et d'un muscle érecteur, responsable du hérissement du poil, et d'une glande sudoripare apocrine située dans le derme profond.
Leur canal débouche en aval de la glande sébacée. Elles sont donc présentes sur tout le corps, mais n'ont pas une fonction de refroidissement du corps par production de sueur.
Les sécrétions des glandes sébacées (huileuses) et celles des glandes sudoripares (aqueuses) se mélangent et forment une émulsion qui va gainer le poil et recouvrir la surface de la peau.
Cette émulsion imperméabilise le poil tout en ayant des propriétés antibactériennes.
Les glandes exocrines
(Glande exocrine: se dit d'une glande dont le canal excréteur débouche directement à la surface de la peau) sont localisées à la jonction de l'hypoderme et du derme profond.
On ne les trouve que sur les coussinets plantaires et la truffe.
Leur canal débouche au niveau de l'épiderme, indépendamment du follicule pileux. Elles ont une fonction de thermorégulation par production de sueur, mais restent totalement inefficaces compte tenu de leur faible étendue.

[size=24]glandes

[/size]

Le système de ventilation du chien et la polypnée thermique Il est principalement constitué par le museau et les cavités nasales. Chez le chien , l'inspiration se fait essentiellement par le nez alors que l'expiration se fait par la bouche. Ce circuit permet d'utiliser au mieux l'évaporateur nasal au refroidissement des muqueuses. L'eau contenue dans l'air venant de cet échangeur et des poumons peut en effet se condenser sur les muqueuses buccales et surtout sur la langue qui pend à l'extérieur. L'évaporation de cette eau va servir au refroidissement de l'organisme du chien.. La salive a un rôle thermorégulateur. La langue du chien en polypnée thermique est humidifiée par une hyper-sialorrhée, ou salivation très importante, pour accélérer la perte de chaleur de l'organisme. Les glandes salivaires du chien .
[size]

chaleur

[/size]

Le nez est séparé en deux parties:
•Le cornet nasal supérieur est constitué par l'os ethmoïde. C'est dans cet os que seront captées les molécules odorantes.
•Le cornet nasal inférieur qui débouche dans les voies respiratoires et qui amène l'air chargée d'oxygène.
Les chiens ont développé une grande capacité à vaporiser de gros volumes d'eau à partir des passages respiratoires.
L'air inspiré est séparé en deux par les cornets nasaux. Le courant le plus important passe dans le cornet nasal inférieur et sert à la respiration.
Le second courant passe dans le cornet supérieur et dans l'os ethmoïde où il est réchauffé en tourbillonnant dans les volutes et débarrassé de ses poussières par les cils de la muqueuse. Les molécules odorantes arrivent jusqu'à la lame criblée où elles sont récupérées par les cellules olfactives et transmises jusqu'au cerveau où elles sont mémorisées.
Remarque:
On évalue que la capacité de déceler des odeurs et de les distinguer est de 10 000 à des millions de fois plus élevée chez le chien que chez l’humain. Ainsi, le berger allemand, considéré comme un des champions renifleurs, possède 220 millions de cellules sensorielles, comparativement à seulement 5 millions chez l’homme.
Dans les cavités nasales, de minces lames osseuses, fixées latéralement à la paroi, s'enroulent sur elles-mêmes et forment les cornets nasaux.
Ces formations sont richement vascularisées. Le développement des cornets nasaux, chez le chien, accroît considérablement la surface de la muqueuse nasale.
Lors de l'effort, l'accélération des mouvements respiratoires (polypnée thermique) permet au chien, de refroidir, par évaporation, le sang qui irrigue la muqueuse et qui se distribue secondairement à la base du cerveau.
Chez le chien, la fréquence respiratoire peut ainsi passer de 30 à 40 inspirations par minute à 300 ou 400.
Ce processus génère ainsi son propre courant d'air, augmentant la dissipation de chaleur par convection forcée.
Ce système de thermorégulation fonctionne parfaitement en milieu naturel et bien aéré. Nous avons tous vu des chiens en polypnée thermique lors des grandes chaleurs estivales.
Les limites sont pourtant vite atteintes dès lors que l'animal se trouve dans un milieu confiné ou surchauffé.
La voiture fermée en plein soleil vient immédiatement à l'esprit.
Pourtant, un chien enfermé dans un endroit clos et modérément chaud est exposé aux mêmes dangers.
Une voiture à l'ombre, mais fermée est tout aussi dangereuse qu'en plein soleil.
Dans un espace non ventilé et chaud (sans être surchauffé), le chien va respirer de plus en plus vite un air de plus en plus chaud, ce qui aura pour effet de faire monter sa température corporelle qui peut alors atteindre 42ºC.
La survenue d'un oedème pulmonaire, avec semi-coma ou coma, est fréquente dans de telles circonstances.
C'est le coup de chaleur. Le chien est en danger de mort.
[size]

coup de chaud

[/size]

Un vétérinaire s'enferme dans sa voiture sur un parking pour montrer ce que ressentent les animaux Un vétérinaire qui veut sensibiliser les propriétaires d'animaux a décidé de rester 30 minutes dans sa voiture en plein soleil sur un parking pour montrer que la température y est insoutenable.Le docteur Ernie Ward est un vétérinaire pas comme les autres.
Il est très engagé, a écrit plusieurs livres sur les animaux et passe régulièrement à la télévision américaine. Il a posté sur sa chaîne Youtube une vidéo qui il l'espère sensibilisera les gens sur le danger de laisser son animal dans la voiture.
Il a ainsi décidé de s'enfermer pendant 30 minutes dans sa voiture garée sur un parking en plein soleil, avec toutes les fenêtres entrouvertes.
Il veut montrer que la température devient très vite insoutenable et ce malgré les fenêtres ouvertes car l'air ne passe pas.
A la fin de son expérience il est à bout car l'habitacle a atteint les 117° Farenheit, soit plus de 47° Celsius ! Il explique que les chiens qui sont dans la même situation ne comprennent pas ce qui leur arrivent et paniquent donc le danger est encore plus élevé pour eux.
De plus, ils ne peuvent pas suer comme les humains et donc évacuer le trop plein de chaleur de leur corps. Un bon moyen de faire prendre conscience aux propriétaires d'animaux que cette pratique peut les tue
[size]

insectifuge

[/size]

Bien protégé naturellement.
Le Collier insectifuge PHYTOSOIN est aux extraits naturels de margosa, reconnus pour leurs effets répulsifs sur les puces, les tiques et les moustiques.
Le Collier insectifuge PHYTOSOIN assure une protection préventive, continue et régulière contre ces insectes.
Si votre chat reste accroché par son collier insectifuge PHYTOSOIN, celui-ci se desserre grâce son système de sécurité, pour qu’il puisse se dégager facilement.
[size]

vacances








[/size]
De nombreux maîtres préparent leur vacances, et parmi eux certains n’ont pas la possibilité de partir avec leur animal.
Quelle que soit la solution de garde choisie, 30millionsdamis.fr donne quelques conseils pour gérer l’anxiété du chien et du chat en cas de séparation prolongée.
Aboiements intempestifs, destructions, salissures…
Les animaux ont plusieurs façons d’exprimer leurs angoisses.
Car le stress de la séparation existe bel et bien chez nos « amis».
Ce trouble du comportement apparaît notamment chez le chien.
Car lorsque le maître s’absente, l’animal ne sait pas comment réagir :
doit-il protéger la maison ?
Son maître va-t-il revenir ?
L’a-t-il oublié en partant ?
Quant au chat, malgré son attitude nonchalante, il peut lui aussi ressentir de l’anxiété, notamment s’il observe des changements notables dans l’appartement ou la maison.
Déplacement d’objets (plantes vertes), valise incomplète qui traîne au beau milieu du salon… son territoire est modifié, et cela lui fait prendre conscience d’un changement à venir.
Son mal-être se caractérise alors par des léchages compulsifs, de la malpropreté ou des miaulements.
Ces derniers seront d’autant plus forts qu’il s’agit d’un animal très attaché à son maître.
Quelques conseils
Pour ne pas entretenir cette anxiété, il faut faire « comme si de rien n’était » : les jours précédant le grand départ, lorsque vous vous absentez, ne courez pas, ne lui dites ni au revoir ni bonjour , faites comme si vous alliez dans une autre pièce. Vous communiquerez ainsi à votre animal que tout va bien, qu’il n’y a aucun danger ni pour la maison, ni pour lui.
Pour les félins
- si en votre absence vous avez opté pour la visite à domicile
- veillez à ne déplacer aucun meuble, ni effectuer de grands bouleversements dans la configuration de la pièce.
Certaines astuces peuvent rassurer votre chien ou votre chat : un vêtement ou un tissu imprégné de votre odeur par exemple.
Pour les matous, il est néanmoins préférable de choisir un système de garde à domicile.
Les chats sont des animaux territoriaux et casaniers, et il est beaucoup moins stressant pour eux de se faire bichonner à domicile
- par une personne qui pourra s’installer chez vous, ou venir à heures fixes
- que de partir en terre inconnue, même pour une durée très courte. «Communiquer à son animal que tout va bien, qu’il n’y a aucun danger ni pour la maison, ni pour lui.
Le familiariser avec son environnement Si vous avez choisi la pension ou tout autre mode de garde qui implique l’éloignement de l’animal de votre domicile, il faut penser à préparer ses affaires. Plus il sera entouré d’objets familiers (coussin, jouet, croquettes habituelles) moins brutal sera le changement.
N’hésitez pas à effectuer une visite avec votre animal pour le familiariser avec le lieu et son cortège de nouvelles odeurs.
Cette visite permettra en outre de vous rassurer vous aussi de son bien-être !
De nombreux vétérinaires proposent des solutions médicamenteuses lorsque l’anxiété est trop profonde.
N’hésitez pas à lui demander conseil.
Des diffuseurs de phéromones à destination des félins peuvent se révéler extrêmement efficaces en cas d’absence prolongée.
[size]

parasite



[/size]
Avec la hausse des températures, tiques et puces font inévitablement leur retour, n'épargnant ni les chiens, ni les chats...
Même les maîtres ne sont pas à l’abri. Les conseils de 30millionsdamis.fr pour se débarrasser le plus rapidement possible de ces indésirables.
Important :
L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) rappelle qu’il ne faut pas traiter les chats avec les médicaments destinés aux chiens qui contiennent de la perméthrine, une substance toxique pour les félins.
Ils peuvent en effet entraîner des troubles neurologiques, tremblements et convulsions pouvant être mortels chez le chat.
En cas d'exposition accidentelle, il faut laver le chat avec du shampooing ou du savon et demander rapidement conseil à un vétérinaire.
La liste des médicaments contenant de la perméthrine est disponible sur www.anses.fr.
Les beaux jours reviennent, tiques et puces aussi ! Présentes toute l'année, elles apprécient tout particulièrement la remontée des températures et connaissent un pic de développement à cette période.
Chiens ou chats en extérieur ne sont pas leurs seules victimes. Car puces et tiques présentent un autre point commun : après s’être rassasiés d’un animal, elles n’hésitent pas à s’en prendre à l’homme. Si la présence de ces parasites n'est pas douloureuse, elle n’en demeure pas moins très gênante. Il faut donc agir vite !
Traitements préventifs pour combattre la puce
La puce est un insecte sauteur qui peut mesurer de 1 à 3 millimètres de long pour 1 à 2 de large. Elle n'est généralement pas repérable à l'œil nu en raison de sa couleur brune. Elle est cependant détectable, notamment en passant un peigne à poux sur l'arrière de l'animal. Si cette action vous permet de récupérer de petits points noirs pris sous les poils et si sous l'eau, la couleur passe du noir au rouge : il s'agit-là d'excréments de puce. Ces signes sont la preuve incontestable de la présence du parasite. Les frottements successifs dus à la gêne provoquée par ces intrus peuvent entraîner une poussée d'eczéma, une réaction allergique à la salive de la puce, qu'elle dépose en piquant : le chien ou le chat perd alors des poils sur le ventre, le dos, et l'extrémité des pattes.
La puce se reproduit et pond très rapidement ; il est donc important de traiter dès les premiers signes d'infestation. Tous les spécialistes (vétérinaires, pharmaciens) recommandent un traitement préventif tout au long de l'année, qui reste le plus efficace. Vous éviterez ainsi à votre animal d'en attraper, ou en moindre quantité. Cette prévention doit être renforcée, en cas d'infestation saisonnière, par un traitement ponctuel qui devra prendre également en compte l'environnement.
Pour les puces de parquet notamment, il est conseillé de traiter le sol avec un mélange d’huile de lin et de térébenthine. Coussins, couvertures et autres tissus doivent être lavés et traités.
«Il arrive que certains animaux malchanceux aient une peau à tique.
Méthode rigoureuse pour enlever la tique
La tique, elle, vit surtout dans les forêts. Mais on en trouve également dans les parcs et jardins. Les animaux citadins et leurs maîtres ne sont donc pas à l'abri. Accrochée aux couches supérieures de l'épiderme, la tique se gorge de sang, grossissant à chacun de ses repas : elle devient ainsi plus repérable. Après avoir pondu, elle se détache et tombe à terre, dans l'attente d'une nouvelle proie.
Elle peut transmettre des maladies graves, comme l'ehrlichiose et la maladie de Lyme. Que l’animal ait le poil long ou ras ne change rien, tous peuvent en attraper. Il n'existe pas de race de chiens ou de chats plus exposés que d'autres, mais comme chez l'homme où certains sont plus sujets aux piqûres de moustiques, il arrive que certains animaux malchanceux aient une « peau à tique ».
La meilleure précaution est d'ausculter votre animal lorsque vous rentrez de promenade. Si une tique s'est accrochée, vous sentirez une petite boule sous le doigt en le caressant. Il faut alors la lui enlever la plus rapidement possible, selon une méthode simple et rigoureuse : une fois la tique repérée, dégagez les poils puis frottez doucement le parasite avec un coton imbibé de désinfectant.
Attention : l’éther est déconseillé car à son contact la tique rejette davantage de poison ! Enlevez-la délicatement avec un crochet à tique ou une pince à épiler. Surtout ne pas tirer brusquement, vous risqueriez de laisser la tête de la tique dans la peau de votre animal, ce qui pourrait causer des dégâts comme la formation d'un abcès ou d'un kyste.
Il existe également des feutres anti-tiques imprégnés d'insecticides, qu'il suffit d'appliquer sur l'acarien. Maladie de Lyme Pour les maîtres, certaines précautions sont à prendre pour les éviter : lors des balades en forêt, prendre un chapeau et de bonnes chaussures ; porter des vêtements de couleur claire, couvrant l'intégralité du corps, de préférence serrés aux chevilles, poignets et col ; pulvériser des répulsifs sur ses vêtements… et faire une petite inspection des zones à risques
- aisselles, plis des genoux, cuir chevelu, oreilles
- lorsque l’on est de retour. Si l’on est porteur d’une tique, il faut rapidement procéder à la même technique que celle employée pour l’animal pour la retirer.
Si la cicatrice ou la sensation de brûlure occasionnée par l’insecte persistent, ou si une fièvre ou une grande fatigue sont constatées, consulter impérativement un médecin.
Comme pour votre animal, le risque est de contracter la maladie de Lyme : une maladie curable à l’aide d’un traitement antibiotique et décelable grâce à une analyse sanguine.
Elle peut avoir pour conséquence une inflammation des articulations, et même des troubles cardiaques ou neurologiques si elle n’est pas traitée à temps.
[size]

hérisson

[/size]

Vous voyez ce tout petit tout mignon. Regardez le de plus près, il a des choses blanches minuscules dans les oreilles. Il s'agit d'oeufs de mouche. Dans les 24 heures, ils vont devenir des vers qui vont rentrer dans le cerveau par le pavillon de l'oreille. Dans les 3 jours, le bébé hérisson sera mort. C'est ce qui arrive aux hérissons qu'on voit en journée. Les mouches leur pondent dessus et comme les hérissons n'ont pas de derme, ca va très vite. Pas conséquent, quand vous voyez ca, vous n'hésitez pas, vous grattez avec une pince à épiler ou même le bout d'une cuillère et vous rincez à la bétadine. Et là vous avez sauvé un hérisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   Jeu 23 Mar - 11:53

L'homosexualité est dans la nature

Les comportements homosexuels existent chez 450 espèces animales. Cela signifie donc que les animaux ne s'accouplent pas uniquement pour se reproduire.
Les dauphins, les éléphants de mer, les lions ou les bonobos adoptent parfois des comportements homosexuels.
 Il n'est pas question pour l'homme de raison que je crois être d'entrer dans la querelle sur la légitimité du mariage gay.
L'institution du mariage est déjà devenue suffisamment problématique aujourd'hui lorsqu'il s'agit d'une union hétéro pour ne pas l'encombrer de polémiques inutiles sur un acte qui n'est rien d'autre que l'affirmation publique de l'amour échangé entre deux individus de sexe différent ou identique.
Union contre nature diront certains. En réalité, l'homosexualité est une véritable "exubérance biologique", selon le mot de Bruce Bagemihl.
On peut ajouter qu'elle remet en cause les fondations mêmes de la théorie de la sélection sexuelle de Darwin, qui a aujourd'hui presque valeur universelle.
Celle-ci fait de la reproduction la cause ultime de l'acte de chair, comme disent les bons pères.
Il y a là une ironie sans égale, quand on songe que ce sont les intégristes religieux, ceux-là mêmes qui dénoncent le mariage homosexuel, qui récusent la théorie darwinienne de l'évolution au profit d'un créationnisme dont l'odeur écoeurante d'encens flotte encore dans des églises où l'intolérance le dispute à l'incohérence. Nos joyeux amis les dauphins aiment vraiment les ébats gays Pour les scientifiques, la vérité est toujours relative.
Pour les "néodarwiniens" de stricte obédience, l'homosexualité n'est simplement pas possible. On pourra consulter à ce sujet l'excellent livre de Thierry Lodé, La Guerre des sexes chez les animaux (Odile Jacob). Pourquoi les comportements homosexuels existent-ils chez 450 espèces animales?
Nos joyeux amis les dauphins aiment vraiment les ébats gays.
Chez les éléphants de mer, les jeunes écartés des femelles par la violence du grand dominant deviennent homosexuels.
Il n'est pas assuré que ce soit par frustration, mais plutôt que se manifeste là un irrépressible besoin de plaisir et d'amour.
De même, chez le macaque, la pénurie de femelles pourrait être en cause.
Mais il y a des raisons plus convaincantes, comme le renforcement des structures sociales.
Les lions aussi forment des couples de mâles, parfois apparentés, et consentent des pénétrations anales avec d'autres caresses homosexuelles.
C. Beach, grand sexologue, parle de comportement hétérotypique, qu'il décrit principalement chez les femelles.
Qui d'entre nous n'a observé les indolentes vaches, tribades de nos prairies? Bien sûr, en favorisant l'activité de reproduction, l'orgasme, aussi bien masculin que féminin, possède d'abord une fonction immédiate liée au sexe.
Les bonobos aiment ouvertement le sexe et passent leur vie à le pratiquer.
De nombreux arguments plaident en faveur d'une sélection érotique fondée sur l'amour de l'autre et le plaisir qui lui est associé comme moteur principal de l'évolution des espèces.
Cette brève chronique ne me permet pas de discuter les bases biologiques spécifiques de l'homosexualité.
Les avis sont partagés au sein des communautés gays elles-mêmes, sur l'éventualité d'une origine génétique ou, plus probablement, d'une empreinte sociale précoce qui induirait une orientation sexuelle tournée vers le même sexe.
Quelle que soit la théorie adoptée, l'homosexualité est un phénomène naturel, et la justification unique du mariage est l'amour qu'un humain porte à un autre, dans lequel le sexe est roi, si tant est, comme le dit Schopenhauer, "qu'il n'est royauté que sexuelle".

[size=24]chaleur

[/size]

QUE FAIRE EN CAS DE CHALEUR AVEC SON CHIEN?
Petit rappel, se promener avec son chien avec des températures supérieures à 28°C, comporte des risques pour lui (difficulté de ventilation => coup de chaleur) ;
donc, n'oubliez pas de lui donner à boire de l'eau fraîche (l'idéel est de 20°C - JAMAIS d'eau glacée) régulièrement lors de la promenade
Merci pour eux
[size]

friandise

[/size]

Friandises pour chien
Ce ne sont que des friandises, il est donc hors de question de les donner comme repas sous prétexte que votre chien adore cela.
Les friandises ont deux fonctions :
l’éducation et le plaisir. Elles renforcent la relation chien-maître. Elles sont très utiles pour le chiot lors de toute la période d’éducation :
l’éducation dite « positive » est fondée sur un système de récompenses uniquement.
Le chiot comprend par la récompense que son comportement a donné satisfaction à son maître.
À l’âge adulte, l’« heure de la friandise » permet un moment d’échange dans la journée.
Mais attention :
c’est vous qui décidez de lui donner une friandise, et non votre chien qui réclame.
Enfin, détail capital :
les friandises ne sont en aucun cas des gâteaux ou des sucreries.
Vous devez leur préférer les friandises pour chiens du commerce, à base de viande ou de céréales.
Les friandises se donnent une fois dans la journée, ou comme récompense, et ne doivent jamais être des sucreries.
Le CHOCOLAT est un POISON pour le chien !!!!!! 
[size]

age

[/size]

Multiplier par 7 l’âge de son chien pour connaître l’équivalent en années humaines est une méthode très répandu mais fausse.
Rien d’étonnant que l’on arrive à des âges qui nous semblent records si on les compare avec ceux de l’âge des humains.
En procédant de la sorte, tous nos toutous sont facilement des centenaires.
Mais ce n’est pas tout à fait vrai .Chez le chien tout dépend de la race.
Pour les chiens:Tout dépend chez lui de sa taille.
Le calcul s’effectue différemment suivant qu’il appartient à la catégorie des petites races (jusqu’à environ 15 kg), des moyennes et grandes races (15 à 45 kg) ou des très grandes races (à partir de 45 kg);ces poids sont bien entendu les poids des chiens adultes.
Donc si votre chien à six mois, cela correspond en équivalence humaine à 15 ans chez une petite race, chez une moyenne ou grande race à 10 ans, et chez une très grande race à environs 8 ans.
Vous voyez, la règle du "7" est déjà dans les choux !Et rien n’est totalement proportionnel.
Le chien de petite race, arrivé à l’âge de 12 mois va passer, pour son équivalent en âge humain par des tranches de quatre ans, jusqu’à ce qu’il ait 17 ans ; à partir de cet âge là, ce sera ensuite des tranches de 2, 4, et 6 ans pour arriver centenaire.
Chez le chien de moyenne race, on passe par tranches de 6 ans jusqu’à l’âge de 10 ans : c’est-à-dire qu’à 18 mois, cela correspond à 21 ans pour nous, à 2 ans, cela correspond à 27 ans pour nous, etc. jusqu’à l’âge de 10 ans ou la tranche varie.
Chez le chien de très grande race, il en va encore autrement : par tranche de 4 ans de l’âge de 12 mois à 2 ans, puis par tranche de 9 ans pour la suite.
Le chien de petite race est donc « vieux » plus tôt, mais reste « jeune » plus longtemps !
En effet, comparé aux chiens de moyenne et grande race et aux chiens de très grande race (dont l’espérance de vie est la plus faible, aux alentours de 10 ans), à 12 mois il a 20 ans alors que les autres ont respectivement 18 et 14 ans… mais à 11 ans, il a en correspondance humaine 64 ans, contre 80 et 100 ans pour ses congénères.
Cet inversement des tendances est dû au fait que les petites races ont une croissance très rapide par rapport aux chiens de grande race.
[size]

transit

[/size]

Comment nourrir et l'alimentation pour chien "
Le transit et la digestion du chien:
Pour comprendre les applications pratiques sur le plan alimentaire, il faut se pencher sur la physiologie digestive et s’intéresser aux notions de base. Deux types de mécanismes sont importants pour la digestion. Il s’agit du transit (grâce auquel les aliments peuvent avancer dans le tube digestif) et des sécrétions digestives (qui vont permettre la digestion des aliments). Le tube digestif est composé de la cavité buccale, du pharynx, de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin grêle constitué du duodénum, du jéjunum, de l’iléon, du gros intestin constitué du cæcum, du rectum, du côlon et de l’anus. La mastication : Le chien prend la nourriture grâce à ses dents, puis la mâche plus ou moins longtemps. Cette phase de la prise d’aliments est très importante pour la bonne digestion. Les aliments sont broyés grossièrement et imprégnés de salive ; cela facilite leur assimilation. La nature de l’aliment à ingérer va influencer la vitesse de préhension et de mastication. Le chien ensuite déglutit.
Il peut cependant arriver des incidents :
- l’animal « aspire » l’aliment
- il ne mâche pas et déglutit directement après la préhension Les deux cas entraînent une mauvaise digestion, et un risque de régurgitation.
Les causes de ces incidents peuvent être, pour la mauvaise préhension :
- une douleur de la bouche ou de la mâchoire
- un chiot trop « pressé » L’absence de mastication est plutôt due à :
- une douleur dentaire
- l’état de délabrement de mâchoire (vieux chien sans dents)
- des poussées dentaires (chiot et jeune chien)
En conséquence, selon le cas il faudra :
- « apprendre » au chiot à mâcher en divisant la ration pour le calmer
- vérifier l’état de la bouche et des dents
- donner une alimentation molle lors de problèmes de dentition La déglutition. C’est un mécanisme qui va permettre le passage des aliments vers l’œsophage et non pas vers la trachée, ce qui entraînerait une fausse déglutition.
Il se déroule ainsi :
1. La mastication cesse.
2. La langue s’applique contre le palais et chasse l’aliment vers l’arrière.
3. Le voile du palais se relève pour fermer la communication avec les cavités nasales.
4. Une contraction du pharynx amène les aliments vers l’entrée de l’œsophage.
5. L’épiglotte se renverse et obstrue le larynx (déjà en partie obstrué par la base de la langue).
6. La respiration est inhibée. Dès que les aliments sont dans l’œsophage, une onde de contractions va les faire progresser.
La coordination se fait par le centre de la déglutition, qui se trouve dans le bulbe à hauteur du système nerveux central.
Lors d’une anesthésie, il peut y avoir des « fausses routes », c’est-à-dire une orientation de salive ou de vomissements vers la trachée.
C’est pourquoi, il est important de mettre les animaux à jeun avant de les anesthésier.
Quand tout se déroule normalement, l’animal déglutit chaque bouchée mâchée en levant légèrement la tête et en tendant le cou.
Les incidents possibles sont :
- une fausse déglutition ; les aliments passent dans la trachée - une régurgitation, si la déglutition est difficile On peut envisager pour causes :
- des problèmes anatomiques de naissance (mégaoesophage, malformations)
- une ingestion trop rapide
- une « angine »
- une tumeur qui compresse l’œsophage Comment réagir ? Selon le cas, il faudra :
- surélever la gamelle afin que le transit dans l’œsophage soit plus facile
- faire un transit baryté pour vérifier ensuite avec une radiographie l’endroit où l’aliment « coince »
Le transit gastrique
Arrivés dans l’estomac, les aliments vont subir un certain nombre de mouvements de brassage visant à les mélanger aux sécrétions gastriques, et à les faire avancer vers le pylore qui les fera pénétrer dans l’intestin.
Le mauvais fonctionnement du pylore peut entraîner des vomissements.
Chez le chien, l’estomac est très développé et le temps de séjour des aliments y est très élevé.
Chez un homme de 70 kg la contenance de l’estomac est de 1 l à 1,4 l tandis que chez un chien de 20 kg elle est de 3 l.
Le transit intestinal Il est assuré par les muscles de la paroi de l’intestin.
La défécation marque la fin du transit.
Elle se fait à la fois par une activité de l’intestin lui-même et par une activité de presse abdominale (contraction de la musculature abdominale).
Le mauvais transit gastrique peut entraîner des vomissements et le mauvais transit intestinal entraîne des diarrhées ou constipation.
La salive La salive est sécrétée dans la cavité buccale.
Elle est essentiellement aqueuse, incolore et filante.
Elle contient des enzymes, particulièrement une amylase qui attaque l’amidon.
La salive va imbiber les aliments, contribuer à la formation du « bol alimentaire » grâce au mucus qu’elle contient et favoriser la déglutition.
La salive est donc primordiale pour une bonne digestion. La sécrétion de salive est permanente, mais diminue de façon importante pendant le sommeil.
Le volume de salive sécrétée par jour chez le chien est de 0,4 l. Les sécrétions gastriques
Certaines cellules fabriquent du mucus qui va tapisser la muqueuse gastrique de manière à la protéger, d’autres sécrètent de l’acide chlorhydrique, et d’autres encore sécrètent la pepsine ; cette enzyme attaque les protéines alimentaires et commence donc la digestion.
Puis, des cellules sécrètent une hormone, la gastrine, qui règle un certain nombre de mécanismes digestifs, en particulier ceux concernant l’estomac.
Le suc gastrique est dangereux en trop grande quantité ; il existe donc un système de régulation.
Les saveurs et odeurs arrivent très précocement : au moment du repas du chien. Cela entraîne la sécrétion d’acide chlorhydrique.
Cette stimulation provoque une sécrétion de gastrine, qui active également la sécrétion d’acide chlorhydrique.
Puis, une distension de l’estomac excite à son tour la sécrétion de gastrine. Ensuite une stimulation chimique par certains aliments va entraîner la sécrétion gastrique.
Par ailleurs, de l’histamine est libérée localement et stimule elle aussi la sécrétion d’acide chlorhydrique.
Le rôle de la digestion gastrique est de commencer la digestion protéique grâce à la pepsine et à l’acidité.
Son importance est primordiale chez les chiens dont la ration est très riche en protéines.
Une mauvaise sécrétion de toutes ces enzymes empêche une bonne digestion des protéines. Le suc pancréatique Il provient du pancréas.
C’est un suc digestif très important car il contient un grand nombre d’enzymes capables de digérer tous les constituants de la ration du chien :
- des enzymes glucolytiques (spécifiques des glucides), en particulier l’amylase attaquant l’amidon
- des enzymes lipolytiques, comme les lipases attaquant les graisses
- des enzymes protéolytiques : la trypsine, la chymotrypsine poursuivant la digestion des protéines qui a été commencée dans l’estomac par la pepsine
La bile La bile est sécrétée par le foie. C’est un liquide très amer, de couleur jaune verdâtre, filant, qui arrive dans le duodénum par le canal cholédoque soit directement, soit après avoir été stocké dans la vésicule biliaire.
La bile contient des sels biliaires constitués à partir du cholestérol, ainsi que des pigments biliaires, en particulier la bilirubine, qui provient de la dégradation de l’hémoglobine.
Le rôle principal de la bile est de favoriser la digestion des lipides. En effet, pour que les lipides puissent être digérés par la lipase du suc pancréatique, il faut que ces molécules de lipides aient été préalablement fractionnées par les sels biliaires.
Lorsque la sécrétion de bile est insuffisante, les graisses ne sont pas ou sont mal digérées ;
les autres constituants du chyle sont enrobés par ces graisses et mal digérés à leur tour, ce qui favorise le développement de micro-organismes ;
les selles seront grasses et nauséabondes. Si les sécrétions digestives souffrent d’un mauvais fonctionnement, la digestion des constituants de base n’est pas assurée.
On y remédiera par un traitement spécifique et/ou une adaptation du régime alimentaire : sans amidon, ou sans protides, ou sans lipides.
L'absorption des différents nutriments. Elle se fait principalement au cours du passage dans l’intestin grêle, dont la muqueuse comporte un grand nombre de replis formant chacun des villosités délimitées par des cellules. Les divers constituants de la ration alimentaire sont digérés et absorbés comme suit.
• Pour les glucides, par exemple l’amidon :
- dans la bouche, attaque par l’amylase salivaire
- dans l’estomac : aucune transformation pour l’amidon
- dans le duodénum : attaque par l’amylase pancréatique
• Pour les protéines :
- dans l’estomac : attaque par la pepsine favorisée par le milieu acide
- dans le duodénum : attaque par les enzymes du suc pancréatique
• Pour les lipides :
- dans le duodénum : attaque (lorsque des sels biliaires sont présents) par la lipase pancréatique et pénétration dans les cellules intestinales
[size]

os

[/size]

Os pour chien : danger ?
Une vieille croyance populaire dit que les chiens raffolent des os comme les singes des bananes et les lapins des carottes.
C’est vrai, la plupart des chiens se lèchent les babines rien qu’à la vue d’un os, mais est-ce vraiment sans danger pour leur santé ?
Les vétérinaires s’accordent à dire que tous les os sont potentiellement dangereux pour les chiens , même si les plus propices à blesser le chien sont les plus petits comme ceux du poulet ou du lapin.
Est-ce utile de préciser le danger que représentent les os pour le chien ?
Bien sur :
lorsqu’ils sont petits et pointus ils peuvent perforer un organe, ce qui lui coûterait une opération d’urgence chez votre vétérinaire, et dans certains cas malheureusement… la mort.
Voici une liste un peu plus précise des dommages d’un os sur votre chien :
- Le chien peut se casser une ou plusieurs dents en mâchant un os - Il peut se blesser la langue et saigner abondamment
- L’os se coince dans la mâchoire inférieure du chien, ce qui peut être douloureux
- L’os peut se coincer dans l’œsophage du chien, ce qui nécessite d’urgence une opération
- L’os peut se coincer dans la trachée, et l’opération est également de rigueur
- L’os peut être trop gros pour sortir de l’estomac, avec opération à la clé
- L’os peut se coincer dans les intestins, chirurgie obligatoire
- Les fragments d’os peuvent causer une constipation du chien
- Les fragments d’os peuvent causer un saignement du rectum
- Les fragments d’os peuvent perforer l’estomac ou les intestins, causant une péritonite.
Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut interdire les os à votre chien, il faut en revanche être extrêmement vigilant aux os que vous lui donnez.
Ils doivent être suffisamment gros (os de bœuf par exemple) et idéalement charnus.
[size]

natation

[/size]

Tous les chiens ne savent pas nager ! 
En effet, lorsqu'il nage, le chien se retrouve confronté au même problème que son maître :
L’apesanteur qui tire vers le bas .
(l'apesanteur) couplée à la poussée d’Archimède qui pousse vers le haut (poussée d’Archimède).
Ainsi, tout comme nous, l'arrière train étant moins volumineux coule alors que le haut du corps aidé des poumons remplis d'air flotte.
Pour l'être humain qui est habitué à être debout, cela ne dérange pas. D'ailleurs, on se dit rarement "tiens !
C'est marrant mais quand je m'arrête de nager, je me retrouve debout 
En revanche, imaginez ce même effet pour le chien qui est habitué à être constamment à quatre pattes.
Ainsi, pour s'équilibrer, le chien doit basculer sa tête vers l'avant et enfoncer ses pattes avant dans l'eau.
Mais avec un peu de stress, on voit souvent des chiens redresser la tête et "pagayer" à la surface de l'eau avec les pattes avant.
Ainsi, le chien de fatigue beaucoup plus vite et appuie l'effet de redressement jusqu'à finir par couler.
Evidemment, cela dépend également de la morphologie du chien.
Un chien avec "de grosses fesses" aura beaucoup plus de facilités à nager qu'un chien fin.
Bref, cet été jetez un œil à votre chien lorsqu'il va dans l'eau.
Le mythe qui dit que tous les chiens savent nager est absolument faux et on en a la preuve.
Par ailleurs, sachez qu'il existe différents accessoires pour chiens pour aider votre chien à nager ...
Alors bonnes vacances et bonnes balades :-)
[size]

viellesse

[/size]

Chien âgé : entretien et hygiène
 Le chien âgé est un animal routinier, très attaché à son petit train-train.
Il souffre généralement beaucoup des changements qui lui sont imposés.
Changez donc ses habitudes le moins possible.
Il doit renoncer aux courses en plein air qui risqueraient d’accentuer d’éventuels troubles cardiaques, circulatoires, respiratoires ou rénaux et d’entraîner sa mort.
Quand vous l’emmenez en promenade (toujours brève) tenez-le en laisse.
Veillez à donner à votre vieux chien une nourriture digeste.
S’il est en bonne condition physique, il n’y a aucune raison de modifier son régime alimentaire.
Le nombre des repas restera le même, faites un effort sur la qualité, c’est tout
Et n’oubliez pas qu’il est préférable que votre vieux compagnon soit maigre plutôt qu’obèse.
Au cours de la vieillesse, l’organisme perd du calcium.
Vous avez donc intérêt, plus que jamais, à administrer à votre chien vieillissant une préparation contenant du phosphore, des sels minéraux et des vitamines.
S’il a l’habitude de grignoter des friandises en dehors des repas et que l’obésité ne le guette pas, ne le privez pas de ce plaisir.
[size]

nourriture

[/size]

Comment nourrir et l'alimentation pour chien " Aujourd'hui
 Que préfère manger le chien ?
Le chien ne doit pas vous mener par le bout du nez, mais vous pouvez, sans céder à ses caprices, connaître ses préférences. Il faut tout d’abord noter que la majorité de ses préférences alimentaires sont innées.
Étant donné la nature carnivore du chien, les produits d’origine animale sont généralement beaucoup plus appréciés que les produits d’origine végétale.
Le goût pour certains aliments peut cependant aussi s’acquérir. C’est juste avant le sevrage (de l’âge de 4 à 7 semaines) que se prennent des habitudes alimentaires très durables, sinon définitives.
Le jeune chiot s’éduque, imite le comportement de la mère qui apprend à sa progéniture à choisir ses aliments, mais aussi à chasser, à se sociabiliser.
Il faut, à cette période, varier les sources alimentaires et les types d’aliments du chiot pour faciliter son adaptation ultérieure à des régimes différents ; à l’âge adulte, il pourra manger la même alimentation.
Les aliments favoris du chien :
Les protéines animales sont très appréciées des chiens. L’industrie agroalimentaire les utilise beaucoup pour augmenter l’appétence des aliments composés haut de gamme (par opposition aux produits végétaux, qui ont l’effet inverse).
L'aliment pour chien qui domine dans la nourriture est essentiel. Le foie et l’estomac crus sont encore plus appréciés que les viandes cuites. Les préférences vont au bœuf et à la volaille, avant l’agneau et le cheval.
Cru, le bœuf resterait au premier rang (il préfère le bœuf cru), devant l’agneau, les volailles, le cheval et le porc. Les abats rouges sont préférés aux abats blancs. Les matières grasses animales (graisse de volaille, gras de porc) sont, elles aussi, très prisées et préférées aux huiles végétales.
Le sucre est un cas à part :
à l’état naturel, le chiot n’a pas connaissance de ce goût, car ses aliments ne contiennent aucun constituant sucré.
C’est donc seulement le maître qui va proposer cette saveur.
À noter que la palette de goûts peut évoluer :
il a été démontré que des animaux pouvaient développer une préférence pour des saveurs consommées juste avant ou au cours de la guérison d’une maladie.
Les critères d’appétence du chien :
L’humidité des aliments :
les préparations humides sont plus appétissantes que les aliments composés secs.
Une teneur en eau de 40 à 50 % paraît être le seuil le plus apprécié.
L’attirance pour les aliments secs n’apparaît pas de façon naturelle.
La présentation :
les conserves et les morceaux sont mieux « goûtés » que les produits frais hachés ou broyés, eux-mêmes cependant plus recherchés que les croquettes.
Les aversions alimentaires du chien :
Certains chiens présentent une appréhension face à des saveurs amères.
Les dégoûts peuvent aussi être en relation avec des maladies ou des habitudes alimentaires.
Il a été démontré que les animaux pouvaient éviter un aliment ou une eau de boisson aromatisée, s’ils les avaient consommés avant le développement d’une maladie.
Cette aversion peut se manifester même si la maladie apparaît plusieurs heures après le repas ou l’abreuvement.
L’aversion conditionnée du goût se développe plus sûrement quand la saveur nouvelle ou marquante est consommée peu avant l’apparition de la maladie et quand la maladie est longue et grave.
Lorsque le chien refuse un aliment, il est important de rechercher les causes psychologiques dans sa vie.
[size]

conseil

[/size]

Conseil pratique - Comment éviter les petits tracas de l’été ?
 Soleil, chaleur et autres inconvénients peuvent affecter nos compagnons en vacances.
Petite revue des tracas fréquemment rencontrés en période estivale et des précautions à prendre pour les éviter.
Les vacances bouleversent les habitudes de nos compagnons.
Environnement différent, habitudes modifiées, horaires chamboulés…
Toutes ces perturbations peuvent avoir des conséquences gênantes, comme l’apparition de parasites, voire de maladies plus graves.
Pour éviter les soucis, nombre de précautions sont identiques à celles que le maître doit prendre… pour lui-même !
Les pièges de Dame Nature
Les vacances sont souvent synonyme de grand air.
Les balades dans la [size=13]nature vont amener votre animal à rencontrer différents parasites, parmi lesquels l’aoûta.[/size]
Cettelarve d’acarien de couleur orange, qui apparaît comme son nom l’indique en août, aime par-dessus-tout le sang de votre animal…
Il faut surveiller en priorité les pattes, les oreilles, les aisselles ou encore l’aine, à savoir les endroits facilement accessibles.
Les puces seront également présentes et au rythme où elles se transmettent et se prolifèrent - elles pondent 50 œufs par jour - il ne faut pas les prendre à la légère !
Comme la puce,la tique réapparaît avec la hausse des températures, notamment en forêt.
Ne pas hésiter à administrer des traitements préventifs avant les vacances, car ils permettent de limiter les dégâts.
Shampoings, colliers antipuce ou traitement oral :
demandez conseil à votre vétérinaire.
A savoir :
les animaux d’intérieur ne sont pas épargnés.
Lespuces dites « de parquet » attendent que la chaleur s’installe pour sortir de leur cachette.
Autre désagrément :
les petits corps végétaux, comme les épillets, qui s’accrochent au pelage et se logent parfois dans les yeux et les oreilles… aux conséquences parfois sévères.
Un brossage quotidien est fortement conseillé, ainsi qu’une inspection du pelage après chaque promenade notamment pour les chiens et les chats dotés de poils longs.
Le soleil, et la chaleur qui l’accompagne, sont extrêmement dangereux pour tous nos animaux de compagnie.
L’été, nombreux sont les maîtres inconscients des risques encourus :
comme ils ne peuvent pas réguler sa température interne, l’animal est aussi fragile qu’un jeune enfant!
Hors de questions donc de les laisser en plein soleil, même un court instant.
Quant à les laisser dans la voiture, c’est à proscrire : la température dans l’habitacle peut en effet atteindre et dépasser les 40°C. en moins de 10 minutes.
Même en promenade, penser à emporter une bouteille d’eau avec soi. Sur le lieu de villégiature, une gamelle d’eau fraîche - non glacée - doit, en permanence, être à disposition du chien ou du chat.
Au cours d’une promenade, les chiens peuvent être en contact avec l’asphalte et se brûler les coussinets.
Car la température du bitume peut atteindre 50 C° au sol et plus de 40°C à 15 centimètres de hauteur.
Les sorties en fin de journée, ou très tôt dans la matinée, sont à privilégier.
Même principe pour la plage, à éviter aux heures les plus chaudes de la journée
Prévoir un parasol afin que l’animal puisse se reposer à l’ombre. Les jeunes animaux, les « doyens » et les chiens brachycéphales - boxer, bouledogues, boston terrier ou encore carlin - sont extrêmement sensibles au coup de chaleur et présentent dans ce cas de grandes difficultés pour respirer.
La vigilance est de mise.
[size]

décés

[/size]

Où enterrer son animal?
Lorsque votre animal est mort, pouvez-vous enterrer votre chien ou votre chat dans votre jardin ?
Est-il obligatoire de le faire incinérer ?
Des questions douloureuses mais incontournables lorsque le moment arrive.
Enterrer son animal : le choix de l'inhumation
- La première solution est l’équarrissage(destruction du corps) prévue dans le Code rural (article 264) qui pose des conditions strictes concernant l’inhumation des animaux.
“ Les propriétaires ou détenteurs d’un ou plusieurs animaux morts pesant au total plus de 40 kg sont tenus d’avertir dans les plus brefs délais l’équarrisseur autorisé d’avoir à procéder à l’enlèvement du ou des cadavres. ” Une solution certes économique mais difficile à envisager quand on a choyé son animal comme s’il faisait partie de la famille. Si votre animal pèse plus de 40 kg, il faudra pourtant vous y résoudre.
- Si vous avez un jardin, et que votre animal pèse moins de 40 kg, vous pouvez l’ inhumer mais en respectant des règles strictes. Vous devrez creuser un trou de 1 mètre de profondeur et à 35 m de distance, au moins, des habitations, puits, point d’eau les plus proches… Et recouvrir le corps de chaux.
- Vous pouvez aussi choisir d’enterrer votre chien ou votre chat dans un cimetière animalier géré par des sociétés privées ou des associations à but non lucratif. Le plus célèbre et le plus ancien est le cimetière d’Asnières, dans les Hauts-de-Seine.
Des services de pompes funèbres rattachés au cimetière existent parfois. Ils s‘occupent de tout, viennent chercher l’animal à votre domicile, le transportent au cimetière et l’inhument. Il vous en coûtera les frais de concession renouvelables (un an à 20 ans), les frais d'enfouissement, la taxe d’inhumation, plus le prix du cercueil et de la dalle.
Pour connaître la présence d'un cimetière dans votre département, renseignez-vous auprès de votre mairie.
Enterrer son animal : le choix de l'incinération
- Si vous optez pour l'incinération, sachez qu’elle peut être individuelle ou collective. Vous pouvez assister à la cérémonie. On vous propose divers modèles d'urnes funéraires pour conserver les cendres avec vous et les rapporter chez vous. Si votre animal meurt à la maison, vous prenez directement contact avec la société. S’il est euthanasié, le vétérinaire peut se charger de faire enlever la dépouille par un service spécialisé.
- Vous pouvez aussi envisager de le faire naturaliser. Cette solution chère, peu usitée et un peu morbide permet de garder la « présence » d'un compagnon particulièrement chéri de son vivant. La tâche du taxidermiste est très minutieuse puisqu'il s'agit de redonner l'apparence de vie et de mouvement.
Enterrer son animal : les tarifs
- Incinération : entre 60 et 150 euros selon le poids de l’animal.
- Inhumation : de 100 à 600 euros selon le cercueil, l’emplacement etc…
Liste des cimetières animaliers et centres d’incinération sur le site de 30 millions d'amis http://www.30millionsdamis.fr/la-fondation/annuaire.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   Jeu 23 Mar - 12:02

miaulements

Signification des différents miaou du chat
Votre chat ne miaulera pas de la même façon selon ce qu’il souhaite exprimer. Décrypter son langage, c’est s’assurer de le comprendre et ainsi renforcer votre lien avec lui.
A quoi sert le « miaou » de votre chat?
D’où vient le miaulement?
Il s’agit d’une vocalisation qu’émettent les félins et plus encore les félines.
Un chat a à son actif plus d’une centaine de sons pour s’exprimer. Et si votre chat miaule, c’est parce qu’il souhaite attirer votre attention.
Pourquoi votre chat miaule-t-il?
Au travers de son miaulement, votre chat peut vouloir vous dire différentes choses, qu’il a envie de s’amuser avec vous, qu’il a envie de se faire caresser ou encore qu’il a peur, qu’il a envie de sortir ou qu’il a faim et soif. Les différents miaulements du chat.
Le « miaou » de la faim ou de la soif, de même que celui qui exprime son envie de sortir est un miaulement insistant, ferme et long qui ne cède en général que lorsque vous avez satisfait au besoin de votre chat.
Si votre chat éprouve une douleur ou se retrouve dans une situation difficile, qu’il soit blessé ou pas, son miaulement d’appel et de plainte sera alors plus aigu, plus lent et plus prolongé.
Et lorsque votre chat aura besoin de vos caresses et souhaitera vous manifester son affection, son miaulement ressemblera à une sorte de roucoulement.
Le miaulement pendant la période des chaleurs. Vous reconnaîtrez cette période au travers du miaulement très particulier de votre chatte.
Celui-ci ressemblera à cela: « mareu, mareu, mareu… ». Ce miaulement continu peut être à la longue difficilement supportable.
Vous aurez le sentiment d’entendre un bébé qui pleure. Ce miaulement ne disparaître qu’en cas d’accouplement ou après la stérilisation de votre animal de compagnie.
Ce type de miaulement très caractéristique est appelé maraudage. Un chat en chaleur émet lui aussi des vocalises caractéristiques particulièrement intenses
. Lorsque votre animal vieillit, il miaule beaucoup moins. Et son miaulement signifie presque exclusivement qu’il a faim ou qu’il a soif. Certaines races de chat miaulent plus que d’autres.
C’est le cas par exemple des siamois qui ont tendance à plus s’exprimer au travers de leurs miaulements.

thon

Le thon en boîte peut tuer votre chat !
Si vous donnez du thon à vos animaux, principalement à votre chat, vous ignorez peut-être ceci :le thon peut tuer à long terme votre animal !
En effet, les boîtes de thon que l’on trouve dans le commerce sont extrêmement riches en sel. Vous pouvez trouver en animalerie ou chez votre vétérinaire des boîtes de thon spéciales chats. Le sel, dans ces proportions là peuvent créer de nombreuses cystites, puis une dégradation de l’état des reins de votre chat.
A haute dose, cela peut également causer des problèmes cardiaques, et dans tous les cas une mort certaine…
Pensez absolument à RINCER le thon que vous donnez à votre félin, le mieux étant de le laisser tremper au moins 30 minutes dans de l’eau tiède, puis de le rincer avant de le lui donner.
Il ne faut surtout pas donner l’huile ou le jus de la boîte. L’huile d’olive est bon pour votre animal à petites doses, vous pouvez en mettre une petite giclée dans sa nourriture mais en aucun cas prendre celui de votre boîte de thon.
Le chat a besoin d’ingérer de la taurine, un acide aminé essentiel pour le bon fonctionnement de son coeur et de sa vision. Oui, mais voilà, le thon en boîte ne possède pas de taurine et si vous lui en donnez, il risque de développer des troubles cardiaques.
Si votre matou aime le thon, assurez-vous de lui donner des produits vétérinaires, enrichies en taurine comme par exemple les produits d‘Almo Nature. Cela s’applique également aux sardines, crevettes, chaire de crabe et toutes les boîtes contenant des crustacés ou du poisson que vous pouvez trouver en supermarché.
Enfin ce genre de nourriture industriel pour humain n’est à donner que très rarement à vos animaux. Quand on sait que c’est mauvais pour notre santé, imaginez ce que cela cause chez un chat …

passeport

Voyage
- Votre animal à l’étranger en toute tranquillité
Chiens, chats et autres compagnons sont soumis à des règles très strictes lorsqu’ils vous accompagnent lors de vos déplacements à l’étranger.
La Fondation 30 Millions d’Amis vous livre quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises le jour du départ... et à votre arrivée !
Votre animal à l’étranger en toute tranquillité
En dépit de l’existence d’un « passeport européen » qui remplace aujourd’hui le carnet de vaccination, les pays de l’Union se sont dotés de législations très différentes quant à l’accueil des animaux de compagnie sur leur sol.
Dès que la destination est connue, il est conseillé de se rendre chez le vétérinaire qui pourra répondre précisément à vos questions et vous informer des formalités obligatoires lors du passage à la douane.
En cas de doute, les consulats et ambassades peuvent également fournir les renseignements importants. N’hésitez pas à les solliciter.
Des démarches facilitées
Néanmoins, ce passeport européen - uniquement délivré par un vétérinaire - permet de voyager dans la sérénité : il prouve d’une part que votre animal est identifié, par tatouage ou par puce électronique et indique d’autre part le bon suivi de ses vaccins.
S’il facilite vos démarches dans la majorité des pays européens, il n’est cependant pas suffisant pour entrer sur certains territoires, à l’instar de Malte ou de l’Irlande, qui exigent par exemple des traitements préventifs et même parfois des mises en quarantaine. En revanche, tous les pays exigent un certificat de vaccination antirabique en cours de validité.
A savoir
>>le passeport européen est valable pour les chats, les chiens, mais aussi les furets. Les rongeurs autres que les furets (souris, rats, cochon d’Inde...) sont dans la plupart des cas exempts de formalités, mais les réglementations diffèrent selon les Etats. Par exemple, les Pays-Bas exigent, pour tous les animaux de compagnie, un certificat de bonne santé de moins de 10 jours ;
>> Pour les chiens et les chats, depuis le 3 juillet 2011, la puce électronique - appelée aussi transpondeur - est l'unique moyen d'identification autorisé pour voyager à l’intérieur de la Communauté européenne ;
>> certaines races canines ne sont pas autorisées, à l’instar des pitbulls et dogues argentins au Royaume-Uni, en Allemagne, Autriche, au Danemark, en Thaïlande ou encore au Canada.
>> A noter : à partir de novembre 2014, les règles pour les passeports des animaux de compagnie et la vaccination antirabique seront plus claires pour les voyages au sein de l’Union européenne. Les jeunes animaux âgés de 12 à 16 semaines ayant été vaccinés, mais pas encore immunisés, seront autorisés à voyager. Les propriétaires pourront également voyager avec plus de cinq animaux , ce qui était interdit jusqu'à présent.
Enfin, une dérogation sera possible si les propriétaires prouvent leur participation à une compétition, un salon, un événement sportif ou festif. «Les pays sont dotés de législations très différentes en matière d’accueil des animaux de compagnie sur leur sol. Un seul mot d’ordre : anticiper !
Si vous partez en Angleterre, depuis le 1er janvier 2012, le test sanguin et la quarantaine disparaissent pour les animaux provenant de tous les pays de l'Union européenne ainsi qu'une liste de pays comprenant les Etats-Unis et l'Australie.
Pour les autres pays tels que le Brésil, l'Inde et l'Afrique du sud, le test sanguin et une quarantaine réduite à trois mois restent obligatoires.
A noter : un délai de 21 jours entre la vaccination et l'entrée au Royaume-Uni reste nécessaire. Pour les personnes voyageant hors Union européenne, il est indispensable de connaître parfaitement la réglementation.
En Suisse par exemple, il est notamment interdit de voyager avec des chiens âgés de moins de 5 mois ayant les oreilles ou la queue coupée.
En Turquie, il est exigé que l’animal soit muni d’un certificat de bonne santé de moins de 15 jours. Des spécificités qu’il faudra bien connaître au préalable pour éviter les mauvaises surprises. Dans tous les cas, il est fortement recommandé de prendre contact avec les autorités du lieu de destination.
Un seul mot d’ordre pour partir en toute quiétude : anticiper !

vaccin

Montpellier Un vaccin contre la leishmaniose, une première
Les chiens de chasse, très touchés. C’est une première. Le laboratoire Virbac, dans les Alpes-Maritimes, a mis au point avec l’IRD (Institut de recherche et développement) à Montpellier, un vaccin attendu depuis 20 ans contre la leishmaniose canine qui fait des ravages, notamment dans les Cévennes et dans les garrigues autour de Montpellier.
Le vaccin contre ce fléau est prescrit depuis un mois. "La première année, il faut faire trois injections d’un coût modique : 58 € chacune", explique Agnès Bertrand.
Vétérinaire au Vigan (Gard), elle a "participé à tous les stades de l’élaboration du vaccin qui agit par stimulation de l’immunité cellulaire et qui a d’autres effets bénéfiques, notamment sur des eczémas.
" Elle précise : "La première année, sur tous les chiens testés, aucun animal n’a été malade. Sur une durée plus longue, il offre 93 % de protection de signes cliniques en Espagne et en Italie où le vaccin est sorti plus tôt".
La leishmaniose est une maladie grave provoquée par la piqûre d’un moustique crépusculaire, le phlébotome, infectant le chien avec un parasite : le leishmania infantum.
Il infecte les chiens des pays du pourtour méditerranéen : Grèce, Italie, Espagne, Portugal et le sud de la France.
Selon Virbac, 24 millions de chiens sont exposés au risque, dont 2,5 millions seraient affectés. Beaucoup en meurent. Perte de poids, saignements de nez, diarrhées sanglantes, insuffisance rénale souvent mortelle...
Enfants et adultes fragilisés par une grave maladie (cancer, sida, tuberculose, etc.) peuvent être touchés.

actes

ACTES DE PREMIERS SECOURS À UN ANIMAL EN DÉTRESSE. QUE FAIRE FACE À UN ANIMAL DOMESTIQUE OU SAUVAGE EN DÉTRESSE ?
Avant de le capturer, il faut penser à votre sécurité, à celle de votre entourage et à celle de l'animal en détresse: Prendre garde aux serres des rapaces, becs des hérons, cormorans, goélands, ailes des cygnes!
LA CONDUITE À TENIR EST LA SUIVANTE:
* Capturer l'animal avec une paire de gants ou en l'enveloppant dans un morceau de tissu épais et le placer le plus rapidement possible dans un carton fermé pas trop grand par rapport à sa taille, en prenant soin auparavant de percer des trous d'aération dans les parois et de recouvrir le fond de papier journal à changer de recouvrir le fond de papier journal à changer quotidiennement. Eviter absolument d'utiliser une cage pour des oiseaux sauvages (risques de blessures).
* Laisser l'animal au calme, dans l'obscurité et à température douce 18/20° * Ne rien lui donner à manger ou à boire (risque d'étouffement de l'Animal en cas hémorragie interne).
* Le diriger le plus rapidement vers un centre de sauvegarde le plus proche.
PRINCIPAUX NUMÉROS D'URGENCES URGENCES ANIMAUX DOMESTIQUES
Les normes physiologiques du chien:
Température rectale: 38,5 à 39,5
Respiration: 14-20 mouvements respiratoires/minute.
Pouls: Adulte (70-100). Jeune (110-120).
Les numéros d'urgences pour animaux domestiques SOS VÉTÉRINAIRES :
Ile de France:08 36 68 99 33
Pays d'Aix: 04 42 59 90 62
Marseille: 04 91 63 09 00
Bordeaux: 05 56 02 02 69
Nice: 04 93 83 46 64
CENTRE ANTI POISON :
Paris: 01 42 05 63 29
Lyon: 04 78 87 10 40 (24/24h)
Nantes: 04 40 68 77 40
FICHIER NATIONAL CANIN: 01 49 37 54 54
SPA Société Protectrice des Animaux : 01 43 80 40 66
Site Web: http://www.spa.asso.fr/ URGENCES ANIMAUX SAUVAGES École Nationale Vétérinaire Paris - Ile de France:
Vous voulez nous apporter un animal:
Les animaux recueillis sont réceptionnés au service des urgences de l'école vétérinaire:
* du lundi au vendredi entre 13h00 et 8h00 le lendemain matin.
* les week-end et jours fériés 24h24h. Pendant le mois d'août , le service des urgences étant fermé, prendre contact directement avec la clinique faune sauvage avant de vous déplacer.
Pour nous joindre En semaine de 9h à 17h30: 06.08.68.37.58
Les week-end et jours fériés: 06.32.31.71.97
La clinique Faune sauvage
Ses objectifs sont le recueil, les soins, l'hospitalisation et la réhabilitation en vue du relâcher dans la nature des animaux en détresse appartenant à la faune sauvage française.
Elle délivre aux étudiants une formation qui porte sur les techniques spécifiques de contention, d'entretien (alimentation, logement, hygiène) la pathologie et la réglementation relatives à ces animaux.
Le séjour des animaux à la clinique:
À son arrivée, chaque animal fait l'objet d'un examen clinique ainsi que d'éventuels examens complémentaires (radiographies, hématologie, coprologie.).
Des soins adaptés sont ensuite mis en oeuvre. Les petites opérations (sutures de plaies, parage d'abcès, retrait d'hameçons.) sont réalisées au sein de la clinique alors que les opérations plus importantes (chirurgie osseuse notamment) sont effectuées par le service de chirurgie de l'école.
Les animaux en soins sont hospitalisés dans une salle appropriée puis transférés dans des enclos ou volières permettant leur réhabilitation avant leur relâcher en milieu naturel.
École Nationale Vétérinaire Nantes: 02 40 68 77 77
École Nationale Vétérinaire Lyon: 04 78 87 25 25 Site Web : http://www.vet-lyon.fr/
École Nationale Vétérinaire Toulouse : 05 61 19 38 00
COMPLÉMENTS D'INFORMATIONS CONCERNANT LE NUMÉRO D'APPEL D'URGENCE POUR LES PERSONNES SOURDES & MALENTENDANTES
( à noter que ce numéro peut aussi rediriger les appels d'urgence pour les Animaux : Ouverture du « 114 », numéro national d’appel d’urgence pour les sourds et malentendants - depuis le 14 septembre 2011: http://www.unisda.org/spip.php?article425
Depuis le 14 septembre 2011, désormais toute personne sourde ou malentendante, victime ou témoin d’une situation d’urgence qui nécessite l’intervention des services de secours, pourra composer le « 114 ».
Ce nouveau numéro d’urgence national unique et gratuit est ouvert 7 jours sur 7, 24h/24. Il est accessible dans un premier temps exclusivement par FAX ou par SMS.
Il ne reçoit pas les appels vocaux téléphoniques.
CARNET D'ADRESSES ANIMAL-CONSEILS - PORTAIL-VÉTÉRINAIRE.
• MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE - Bureau de la Protection Animale - 251, rue de Vaugirard - 75732 Paris cedex 12 Tél: 01 49 55 84 74
• MINISTÈRE DE L'ENVIRONNEMENT - Bureau Convention de Washington - 20, avenue de Ségur - 75007 Paris - [ environnement.gouv.fr ]
* Dr Vét Sylvie Guillaume - Tél: 01 42 19 18 72
* Import/Export - Tél: 01 42 19 19 21 * CITES - Tél: 01 42 19 19 80 
• Centres de Sauvegarde de la Faune Sauvage
* École Nationale Vétérinaire - 'La Chantrerie' Route de Gachet - 44300 Nantes - Tél: 02 40 68 77 76
* École Nationale Vétérinaire - 7, avenue du Général de Gaulle - 94800 Maisons-Alfort - Tél: 01 43 96 70 20 -------------------- RFVPFS - Réseau Français des Vétérinaires Praticiens pour la Faune Sauvage - 8, avenue de Verdun - 33200 BORDEAUX-CAUDERAN www.snvel.fr --------------------
• Institut d'Ecologie et de Gestion de la Biodiversité - c/o Muséum National d'Histoire Naturelle - 57, rue Cuvier - 75005 Paris - Tél: 01 40 79 32 62
• CITES - Convention on International Trade in Endangered Species of wild fauna and flora - 15, chemin des Anémones - CH-1219 Chatelaine-Genève (Suisse) - Tél: +00 41 22 917 81 39 - [ www.cites.org ]
• CNPA - Conseil National de la Protection Animale - 10, place Léon Blum - 75011 Paris - Tél.: 01 43 72 09 06 - Créé en 1970, ce 'Conseil des Sages' réunit des représentants d'associations de protection animale, des spécialistes de la défense animale etc. Le CNPA est l'interlocuteur privilégié auprès du Ministère de l'Agriculture, de la Commission Nationale de l'Expérimentation Animale, de la CEE etc.
• AFSSA - Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments - Unité de Protection Animale - 29, rue des Fusilés BP53 - 22440 Ploufragan - tél: 02 96 01 62 22 - Définit les normes de bien-être des animaux d'élevage.
• SNVEL - Syndicat National des Vétérinaires d'Exercice Libéral - Commission Protection Animale - 10, place Léon Blum - 75011 Paris - Tél: 04 42 88 77 88
• EUROGROUP - 6, rue des Patriotes - B1000 Bruxelles (Belgique) - Tél: +00 32 27 40 08 20
• CDPA - Conseil Départemental de Protection Animale -
• VPT - Vétérinaires Pour Tous - 8, avenue de Lattre de Tassigny - 83000 Toulon - Tél: 04 94 41 24 12 - [ www.vpt-france.com ] - Associations de vétérinaires, en vue d'étendre les soins aux animaux de propriétaires démunis (sur justificatif).
• ANIM'AIDE - BP 82 - 62053 Saint-Laurent-Blangy - Tél: 03 21 24 63 03 - Associations de vétérinaires, en vue d'étendre les soins aux animaux de propriétaires démunis (sur justificatif).
• YABOUMBA - 10, boulevard de Picpus - 75012 PARIS - yaboumba@yaboumba.com - Association créée par des vétérinaires, pour l'étude et la protection de la faune sauvage. [ www.yaboumba.com ]
• IFAW International Fund for Animal Welfare - Bureau France [ www.ifaw.org
ÉGALEMENT
• Alliance sur la Suppression des Corridas - BP85 - 30009 Nîmes - Tél: 04 66 64 22 97
• Assistance aux Animaux - 23, avenue de la République - 75011 Paris - Tél: 01 40 21 96 14
• AVA - Assistance Vieux Animaux - tél: 02 35 90 37 22 [ www.ava.asso.fr ]
• Association contre le trafic des Animaux de Compagnie- 64, avenue de Landry - 78450 VILLEPREUX - Fax: 01 34 62 27 71
• Confédération Nationale des Sociétés de Protection des Animaux de France et des Pays d'Expression Francophone - 25, quai Jean Moulin BP2066 - 69002 Lyon - Tél: 04 78 38 71 71 - Minitel: 3615 SPAFRANCE
• DAP - Défense des Animaux et des Plantes - 5, rue Albert Caron - 92150 Suresnes - Tél: 01 42 04 40 47
• Fondation 30 Millions d'Amis - 40, cours Albert Premier - 75015 Paris - Tél: 01 56 59 04 44 - S'intéresse aux animaux et à l'environnement
. • Fondation Assistance aux Animaux - 24, rue Berlioz - 75116 Paris - Tél: 01 40 67 10 04
• HELP [size=13]Congo Protection des chimpanzés[/size]
• Ligue Française Contre la Vivisection - 84, rue Blanche - 75009 Paris - Tél.: 01 45 26 37 57
• LFDA - Ligue Française des Droits de l'Animal - 39, rue Claude Bernard - 75005 Paris - Tél: 01 47 07 99 98 - Minitel: 3615 ANIMADROIT [ www.league-animal-rights.org ]
• OABA - Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoir - 10, place Léon Blum - 75011 Paris - Tél: 01 43 79 46 46
• OPAL- Oeuvre pour l'Assistance aux Animaux de Laboratoire - 28, rue Saint Dominique - 75007 Paris
• ONE VOICE - BP91923 - 44319 Nantes cedex3 - Tél.: 02 51 83 18 10 [ www.onevoice-ear.org ]
• PRO ANIMA - 16, rue de Vezelay - 75008 Paris - Tél.: 01 45 63 10 89 [ www.proanima.asso.fr ] - Promouvoir l'expérimentation in vitro.
• PMAF - Protection Mondiale des Animaux de Ferme - 4, rue Maurice Barrès - 57000 Metz - Tél: 03 87 36 46 05 - Contre le transport longue distance des animaux de ferme.
• SNDA - Société Nationale pour la Défense des Animaux - 80, boulevard de Reuilly - 75012 Paris - Tél: 01 43 43 43 32 - Contre la souffrance infligée aux animaux.
• SPA - Société Protectrice des Animaux - 39, boulevard Berthier - 75017 Paris - Tél: 01 43 80 40 66 [ www.spa.asso.fr ]
• SFEPM - Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères - c/o Service Patrimoine Naturel - Muséum National d'Histoire Naturelle - Parc Saint paul - 18000 Bourges - Tél: 02 48 70 40 03
• WWF -------------------------------------------------------------- CHEVAUX
OISEAUX
• LPO - Ligue pour la Protection des Oiaseaux - BP263 - 17305 Rochefort - Tél: 05 46 82 123 4 - Minitel: 3615 NATUR (LPO). [ www.lpo.fr ]
• SPOV - Société Protectrice des Oiseaux des Villes - 66, rue Gabriel Péri - 92320 Chatillon - Tél: 01 42 53 27 22
• FIR-LPO - Fonds d'Intervention pour les rapaces - 136, rue Falguière BP944 - 75519 Paris cedex15 - tél: 01 53 58 58 38 - Minitel: 3615 NATUR (FIR) - Protection, surveillance, fonds documentaire spécialisé, conférences etc
• CORIF - Centre Ornithologique région Ile-de-France - 18, rue Alexis Lepère - 93100 Monttreuil-sous-Bois - Tél: 01 48 51 92 00 [ http://perso.club-internet.fr/corif ]
• CFO - Colloque Francophone d'Ornithologie - 55, rue Buffon - 75005 Paris - tél.: 01 40 79 38 84 - Colloques tous niveaux. 
MILIEU MARIN
• SOS GRAND BLEU - Quai du Vieux Port BP29 - 06231 Saint-Jean-Cap-Ferrat - Tél: 04 93 76 17 61 [ www.franceplus.com/sosgrandbleu ] - Protection marine.
• GECEM - Groupe d'Etude des Cétacés Méditerranéens - 13, boulevard du Redon - 13009 Marseille - Tél.: 04 91 26 72 25

[size=24]chimére

[/size]

Bull, le Labrador bicolore qui surprend le web  Bull Labrador chimère Une photographie d’un chien fait le buzz sur le Net.
Il faut dire que ce Labrador n’est pas tout à fait comme les autres… Il est bicolore. Un phénomène très rare que les scientifiques tentent d’expliquer.
Bull est un patient du A&M Veterinary Medical Teaching Hospital au Texas (Etats-Unis).
Sa robe étonnante laisse perplexe tous les scientifiques, mais aussi le web, parce qu’elle est bicolore, alors que les Labradors n’ont toujours qu’une couleur uniforme.
Deux chiens en un !
Il s’agit d’un phénomène rarissime.
Les animaux qui présentent ce genre de caractéristiques sont appelés « animaux chimères ».
En génétique, une chimère est un animal qui possède deux ou plusieurs ADN distincts, ce qui lui donne les caractéristiques de deux ou plusieurs animaux dont il est le fruit.
Concrètement, c’est comme si deux animaux différents étaient réunis en un seul.
[size]

leishmaniose

[/size]

N'ayez pas peur d'adopter un lévrier porteur de la leishmaniose! Les lévriers atteints de leishmaniose doivent avoir les mêmes chances d'adoption qu'un lévrier non atteint. Les animaux traités correctement peuvent vivre heureux de nombreuses années et mourir vieux ! Un lévrier infecté n'est pas un danger pour son entourage humain et canin : il n'y a pas de contagion directe d'animal à animal ou d'animal à homme. Si vous partez en vacances avec vos animaux dans le sud de la France et dans le bassin méditerranéen, il est important de protéger votre animal, même s'il est déjà porteur de la leishmaniose. Nous conseillons d'utiliser un collier Scalibor actif contre les tiques et les phlébotomes et/des pipettes d'Advantix. Nous avons également mis en place une opération spéciale visant à lutter contre cette maladie dans un refuge particulièrement touché :
Opération Stop Leishmaniose à découvrir dans la rubrique
[size]

sueur

[/size]

Si le chien et le chat ne transpirent pas de la peau, contrairement à l’humain, ce n’est pas pour autant qu’ils sont insensibles à la chaleur !
Ils n'ont pas les mêmes moyens de se défendre de la chaleur que nous.
Même si certains savent très bien repérer un coin ombragé ou bien s’allonger sur un carrelage frais, ils ne disposent pas des mêmes moyens physiologiques que l’homme pour réguler leur température corporelle.
En effet, les chiens et chats ne transpirent pas puisqu’ils ne disposent pas de glandes sudoripares ou très peu.
Les seules dont qu’ils aient et qui produisent de la sueur se trouvent sur les coussinets plantaires.
Augmentation de la respiration Pour réguler sa température afin de la maintenir constante, le chien ou le chat va donc se servir de… sa respiration.
En cas de chaleur, l'animal respire plus rapidement.
Cela a pour but d’amener davantage d’ait frais à ses poumons.
En cas de détresse, il se met alors à haleter.
C’est là que la situation peut devenir rapidement critique.
Le cerveau est moins bien irrigué, sa température corporelle monte, pouvant atteindre plus de 41° en un peu moins d’une heure seulement.
La langue violette, des tremblements sont d’autres signes inquiétants et qui doivent faire réagir les maîtres très vite.
Il faut alors mouiller l'animal en le plaçant au frais, si possible dans un endroit baigné de courants d’air.
On peut utiliser des serviettes.
Il faut ensuite le conduire très vite chez le vétérinaire, le coup de chaleur étant une véritable urgence.
La vie de l'animal en dépend.
[size]

rats

[/size]

LE RAT : Les maladies
La tête qui penche
Cela peut être le signe que votre rat a une otite, ou a fait un AVC ou une mauvaise chute. Il faut aller voir urgemment votre vétérinaire.
Otite : c’est une infection de l'oreille, de différents types (interne, externe...). Les symptômes : la tête penchée, se gratte l'oreille, pertes d'équilibre, oreille qui sent mauvais, écoulements, tourne en rond, etc. Il faut aller voir votre vétérinaire en uregence.
AVC : Accident Vasculaire Cérébral :
L'AVC chez le rat est dû à un caillot de sang qui bouche une artère cérébrale et créer un accident cérébral. Les conséquences peuvent être plus ou moins graves selon le cas.
Divers symptômes peuvent vous faire penser à un AVC : la tête penchée, tourne en rond, faiblard, a du mal à manger... Il faudra aller voir votre vétérinaire, car lui seul pourra confirmer de quoi il s'agit.
Les maladies respiratoires
Le rat est très sujet aux problèmes respiratoires. Quasiment tous les rats sont porteurs, à la naissance, du mycoplasme : un agent qui va favoriser les problèmes respiratoires dans certaines situations (stress, maladie...).
Les précautions à prendre :
N'utilisez pas de copeaux de résineux. Ils sont poussiéreux, et contiennent du phénol, dangereux !
Attention aux courants d'air : les rats sont très sensibles aux courants d'air et changements de température.
L'importance de la quarantaine : si vous avez adopté un nouveau rat, il est important de respecter le processus de quarantaine !
Un bon environnement de vie: le rat a besoin d'une alimentation adaptée, peu de stress...
Les symptômes :
éternuements, écoulements de porphyrine, puis problèmes plus importants, tels qu'une gêne pour respirer.
Les traitements :
le veterinaire pourra vous prescrire des antibiotiques. Les problèmes respiratoires sont parfois chroniques.
La détresse respiratoire : Symptômes :
le rat a beaucoup de mal à respirer, ouvre la bouche, cherche son air. La détresse respiratoire est extrement grave et dangereuse : il peut en mourir rapidement, il faut qu'il soit traité immédiatement.
Les grosseurs Les abcès :
Les abcès sont des grosseurs (boules) qui peuvent se former n'importe où sur le corps du rat. Il s'agit d'un amas de pus, et cela peut être causé par une blessure ou morsure ou être d'origine dentaire. La boule va grossir rapidement. Il faut aller voir votre vétérinaire
Les tumeurs :
extrêmement fréquentes chez les rats, et plus particulièrement chez les femelles (tumeurs mammaires entre autres). Les tumeurs peuvent être bénignes ou malines (cancéreuses). Les tumeurs sont des grosseurs, qui peuvent apparaître n'importe où sur le corps de votre rat. Dès la moindre apparition d'une grosseur, il est important de consulter votre vétérinaire. La plupart du temps, il faudra pratiquer une opération pour effectuer l'ablation de la tumeur. Il n'est pas rare que ça récidive...
La hernie :
C'est un organe (ou une partie de l'organe) qui sort de sa cavité. La plupart du temps, une grosseur va alors apparaître. Visite chez votre vétérinaire obligatoire, qui seul pourra diagnostiquer la grosseur et réagir en fonction.
L'épilepsie
L'épilepsie est un trouble neurologique : il est pris de convulsions et semble comme hyperactif. Il peut se jeter partout dans la cage, se cognant contre les parois. La crise dure plus ou moins longtemps, mais ne doit pas dépasser 3 min, sinon appelez votre vétérinaire d'urgence. Si votre rat est épileptique, essayez d'aménager la cage au mieux pour éviter qu’il ne se blesse en cas de crise. Au moment même de la crise, n'essayer pas de toucher votre rat : laissez-le au calme, évitez de faire du bruit, baissez les lumières. Il pourrait se blesser lors d'une crise, ce qui est très impressionnant (beaucoup de sang). Il vous faudra peut-être consulter votre vétérinaire à la suite d'une crise, si votre rat a une blessure importante.
Quel traitement?
Malheureusement il n'existe pas de traitement approprié pour le rat. Il est cependant conseillé d'aller voir votre vétérinaire, pour confirmer qu'il s'agit bien d'une épilepsie, et parce qu'il pourra peut-être vous prescrire un traitement qui pourrait atténuer les crises.
La diarrhée
Arrêtez de lui donner des fruits/légumes quelques jours, le temps que son transit se rééquilibre. Vous pouvez donner à votre rat un peu de riz (à température ambiante), celui-ci étant constipant. Si la diarrhée persiste, il faut aller voir votre vétérinaire.
Le virus SDA
Le SDA (SialoDacryoAdenitis) est un virus extrêmement contagieux chez le rat. Il affaiblit son système immunitaire.
Popagation :
l'air, les vêtements (un délai de 3h est nécessaire pour que le virus ne soit plus contagieux sur le vêtement)
Symptômes :
au bout de 5 jours : gonflement du cou, problèmes respiratoires, yeux gonflés, sécrétion de porphyrine, saignements..., état général affaibli : perte d'appétit, perte de poids, détresse respiratoire, votre rat est mou…
Traitement :
Le SDA va disparaître de lui-même en 7 à 10 jours. Mais pendant ce temps, votre rat peut attraper tout ce qui passe. Le traitement va être d'administrer des antibiotiques pour éviter les surinfections.
Si vous avez l'habitude de manipuler et d'observer vos rats, vous vous apercevrez s'il y a un changement de comportement.
Pesez régulièrement vos rats (à l'aide d'une balance de cuisine), cela sera un bon indicateur (si votre rat perd du poids rapidement, consultez votre vétérinaire !).
Il doit avoir un beau poil, ses selles doivent être bien moulées, tâtez de temps en temps pour vérifier qu'il n'y a aucune grosseur, il doit manger normalement, avoir un poids stable, ne pas changer de comportement du jour au lendemain, pas de porphyrine excessive au niveau des yeux ou du nez...
La porphyrine
C’est un liquide rougeâtre que l'on retrouve généralement aux environs du nez du rat ou de ses yeux. Il ne s'agit pas de sang, même si ça y ressemble! Seul l'excès de porphyrine doit vous inquiéter, cela peut être un signe que votre rat a un souci de santé. Les blessures -En cas de blessure superficielle : Si ça saigne un peu, diluez un peu de Bétadine (avec de l'eau), et mettez-en sur une compresse stérile : passez-la doucement sur la blessure.
A recommencer les jours suivants afin que ça ne s'infecte pas et que la blessure cicatrise correctement.
-En cas de blessure plus importante :
Si votre rat saigne beaucoup, il faut arrêter d'urgence le saignement. Avec une compresse stérile, tenez fermement votre rat, et pressez sa plaie à l'aide de la compresse (de manière assez forte, sans faire mal à votre rat évidemment) 10 bonnes minutes si vous voulez avoir une chance d'arrêter le saignement. Si le saignement ne s'arrête pas, appelez d'urgence votre vétérinaire. C’est un petit animal, perdre une grosse quantité de sang va beaucoup le fatiguer, et peut entraîner sa mort (hémorragie).
Les problèmes de peau -La dermatite :
Il s'agit de plaques rouges et croûtes que l'on va retrouver sur le corps du rat (généralement au niveau du cou). Cela peut être dû au stress, à une allergie, ou autre. Il faudra consulter votre vétérinaire, afin d'être bien sûr qu'il s'agit en effet de dermatite (car ce genre de symptôme pourrait aussi faire croire à un parasite). Il vous donnera le traitement approprié pour votre rat.
-La pododermatite :
le dessous des pattes de votre rat est rouge, irrité, gonflé, la peau affinée.
Quelle en est la cause ? Difficile à dire :
une litière trop dure, une mauvaise hygiène, ou simplement une prédisposition de votre rat... Dès que vous voyez des signes de pododermite chez votre rat, il est conseillé d'aller consulter votre vétérinaire, pour éviter que ça se développe. Plus c'est pris tôt, plus cela sera facile à soigner !
-Les points noirs :
Cela touche principalement les mâles, ceux-ci ayant une peau plus grasse que les femelles. Il est important de se débarrasser de ces points noirs, afin d'éviter qu'ils ne se transforment en abcès. Pour cela, procédez comme pour nous ! Il faut presser le point noir avec 1 doigt de chaque côté afin de le faire sortir: attention que tout soit bien sorti, pour éviter une infection. Puis désinfectez.
Attention, si le point noir est gros, prenez RDV chez votre vétérinaire, car cela demandera peut-être des points de suture.
Les parasites -La gale :
Il s'agit de petits "boutons" que l'on trouve généralement au niveau des oreilles du rat, et la partie haute du cou. Ce parasite provoque des démangeaisons, donc si votre rat se gratte plus que de normale, votre vétérinaire doit le voir et il vous donnera le traitement adéquat. Cette gale peut être transmise à l'homme, mais de manière très amoindrie et ça devrait partir tout seul.
-La teigne:
C’est un champignon : il s'agit de petites parties sans poils sur le corps de votre rat. Ca ne gratte généralement pas.
Attention, la teigne est très contagieuse, et est transmissible à l'homme ! Vous devrez traiter tous vos rats, ainsi que vos autres animaux s'il y a. Et vous-même le cas échéant ! Direction votre vétérinaire pour le traitement adéquat !
-Les poux du rat :
On a juste l'impression qu'il y a des saletés dans le poil, mais il se gratte beaucoup. Il faudra TOUT traiter -Les puces : Il est facile de repérer quand un rat a des puces (cela peut être transmis par les autres animaux de la maison), puisqu'il n'a pas une masse de poils énorme. Il faudra traiter tous vos animaux et toute votre maison !
Les problèmes de dents Les malocclusions dentaires :
Les incisives (dents de devant) de votre rat ne s'alignent plus. Cela peut arriver si votre rat n'a pas suffisamment de choses à ronger (les dents des rongeurs ne cessent de pousser, c'est pourquoi ils ont besoin de ronger afin d'user leurs dents), ou encore s'il a une déformation de la mâchoire. Il faut aller rapidement voir votre vétérinaire, car votre rat ne peut plus manger correctement. Une malocclusion dentaire peut également se transformer en abcès dentaire car les dents peuvent blesser l'intérieur de la bouche du rat.
-Dent qui tombe :
Si votre rongeur a fait une mauvaise chute, les dents de devant risquent de se prendre l'impact en premier. Il est possible également que la dent se casse sans complètement tomber. Cela se voit facilement, une dent de devant va manquer, ou va être cassée. Il est fortement conseillé d'aller voire votre vétérinaire, qui pourra établir si cela pose problème ou pas (risque d'abcès, etc).


bonne après midi 1  à suivre         Ninnenne     blog de partage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   Dim 26 Mar - 9:54

animaux ...les maladies..habitude de vie

agréssion

"Agression chez le chien– Protection des ressources"
« Nous avons des attentes très élevées pour le chien. Nous ne tolérons aucun signe d’agression de la part du chien envers l’homme. Pourtant, nous jugerions totalement absurde d’exiger d’un humain qu’il ne perde jamais son sang-froid dans toute sa vie (ne serait-ce que de lever le ton envers une autre personne, ou de ne pas se défendre s’il se sent menacé…).
De plus, on voudrait que le chien sache faire la différence entre les humains qu’il côtoie (aucun signe d’agression ne sera toléré) et le voleur qui entrerait dans la maison (celui-là mon chien doit l’attaquer).
Pire encore, on désire qu’il protége nos avoirs contre les voleurs, mais on ne tolère pas qu’il protège ses propres ressources. Pour le chien grogner, montrer les dents, snappé, mordre sans percer sont des actes normaux d’agression et qui sont parfaitement acceptables dans son monde canin.
C’est le seul moyen qu’il connait pour dire à l’autre individu de reculer, qu’il ne sent pas à l’aise, voire même menacé… Il n’en connait pas d’autres… »
Texte de Danielle Godbout, coach en comportement canin inspiré d'un texte du livre de Jean Donaldson, Mine! A practical guide to resource guarding in dogs http://www.daniellegodbout.com/accueil

transfusion




Un chien donne son sang et sauve la vie d’un chat en Nouvelle- Zélande, un vétérinaire a sauvé la vie d’un chat en lui transfusant du sang prélevé sur un chien. 30millionsdamis.fr revient sur une pratique qui est loin de faire l’unanimité chez les spécialistes.
Cette histoire sera-t-elle de nature à mettre fin à la guerre qui oppose chiens et chats ?
A la mi-août, un chien a « donné » son sang pour sauver la vie de Rory. Le chat avait avalé de la mort au rat. Paniquée, sa propriétaire l’avait alors emmené aux urgences vétérinaires de la petite ville néo-zélandaise de Tauranga. Malgré les soins, l’état de santé du félin ne cessait de se détériorer nécessitant une transfusion sanguine d’urgence.
Malheureusement, le vétérinaire ne disposait pas d’assez de temps pour envoyer un échantillon au laboratoire pour tester le groupe sanguin de son petit patient. C’est ainsi qu’elle a décidé d’utiliser du sang prélevé sur le chien de sa voisine.
Une pratique fortement déconseillée « Les gens vont peut-être penser que la procédure est vraiment limite, et elle l'est... Mais ça a marché et nous avons sauvé sa vie », a déclaré la vétérinaire au New Zealand Herald, un quotidien édité dans la région d’Auckland.
Effectivement, la procédure n’est absolument pas conseillée. « La transfusion sanguine entre deux animaux qui ne sont pas de la même espèce n’est pas du tout recommandée.
Il ne faut recourir à ce procédé que si il y a urgence et qu’il n’existe pas d’autre alternative », déclare Cécile Clercx, professeur à la faculté de médecine vétérinaire de Liège, établissement connu pour sa banque de sang pour chien.
Surtout, cette opération ne peut être effectuée qu’une seule fois. « Après la première transfusion, le chat va réagir en fabricant des anticorps pour se protéger des corps étrangers que représentent les globules rouges du sang canin.
Si l’on réalise une seconde transfusion, il va tout de suite déceler la présence des corps étrangers et faire une réaction de rejet qui risque fort de lui être fatale », explique le professeur.
Heureusement, aucune complication n’est venue perturbée la convalescence de Rory.
Quelques jours après les faits, sa maîtresse se félicitait du travail accompli par le vétérinaire précisant avec humour dans les colonnes du New Zealand Herald : « Rory a complètement récupéré
. Et nous n'avons pas un chat qui aboie ou qui va chercher le journal !».

tique

LES TIQUES: UNE SUPER ASTUCE POUR LES ENLEVER !
Ayant reçu une super astuce pour vous débarrasser, en toute tranquillité de ces sales bébêtes que sont les tiques, il nous semblait important de vous partager ce petit truc…
Mais avant toute chose, essayons d’en savoir un peu plus.
Mais avant tout, qu’est-ce qu’une tique ?
Les tiques sont des acariens, des parasites externes, autrefois appelées « Tiquet » ou « Ricinus » Elles passent une partie de leur cycle au sol (éclosion, métamorphose et quête d’un hôte), et une autre partie (deux ou trois stades) ancrées sur la peau de leur hôte (mammifères, oiseaux, reptiles, …) se nourrissant de leur sang grâce à leur rostre (partie de la bouche servant à percer et aspirer). Elles peuvent transmettre à leurs hôtes de nombreux virus et maladies, et l’homme développe parfois des allergies à leur salive !
Ce sont surtout les femelles adultes nourries, ou en train de se gorger de sang qui sont les plus repérables, car bien plus grosses que les autres stades de développement.
À titre d’exemple, on a pesé sur une balance de précision une femelle de la tique avant et après son repas final. Elle était 624 fois plus lourde après son repas qu’avant ; pour un être humain, ce serait comme de passer de 60 kg à 37 tonnes après 4 ou 5 jours de repas constant.
De tels repas permettent aux tiques de pondre de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers d’œufs (ce chiffre variant selon les espèces et selon les individus au sein de l’espèce).
Seules les tiques adultes s’accouplent, au sol avant la quête de l’hôte ou sur l’hôte lui-même.
Après l’accouplement, le mâle meurt ; la femelle meurt après la ponte.
Voici une plaquette informative très complète à ce sujet sur le site de: Institut Scientifique de Santé Publique (WIV-ISP), DO Santé publique et Surveillance – Maladies infectieuses au sein de la population générale Vous pouvez également obtenir la plaquette en adressant votre demande à: Mme Geneviève Ducoffre I.S.P. – Section d’Epidémiologie Rue J. Wytsman, 14 1050 Bruxelles images
Se débarrasser des tiques, sans produits spécifiques, ni pince à tiques, c’est possible !!!!!!!!
Une infirmière a découvert un moyen sûr et facile d’enlever les tiques, de sorte qu’elles se rétractent automatiquement si vous suivez ses simples instructions.
Lisez ceci, cela pourrait vous sauver de quelques problèmes majeurs, y compris de la maladie de Lyme.
C’est super parce que cela fonctionne dans les endroits où il est parfois difficile d’utiliser des pincettes: entre les orteils, au milieu d’une tête pleine de cheveux noirs, etc…
- Appliquer une noisette de savon liquide sur une boule de coton. (Du savon sur de la ouate et la mettre 15-20 sec sur la tique!) Couvrir la tique avec la boule de coton imbibée de savon et tamponnez-la pendant quelques secondes (15-20 sec), la tique va spontanément se détacher et se coller au coton quand vous le retirerez.
Quelques mots de la personne qui a transmis cette astuce facile et indolore: « Cette technique a fonctionné chaque fois que je l’ai utilisée (ce qui était souvent le cas), et elle est beaucoup moins traumatisante pour le patient et plus facile pour moi » avant de poursuivre: « Si quelqu’un est allergique au savon, je ne vois pas comment cette technique serait nuisible d’une quelconque façon.
Même la femme de mon médecin m’a appelé pour obtenir des conseils, parce qu’elle avait une tique sur le dos qu’elle ne pouvait pas atteindre avec des pincettes. Elle a utilisé cette méthode et m’a immédiatement rappelé pour dire que cela avait fonctionné! »

attention

Escalators, portes automatiques, ascenseurs… des dangers pour le chien :
ATTENTION.
Attention aux dangers que peuvent présenter les systèmes automatiques (portes, escaliers roulant, ascenseurs, etc.) lorsqu’on se déplace avec son chien. Une dépêche de l’AFP relatait tout récemment l’accident mortel survenu à un teckel s’étant retrouvé coincé dans une porte tournante d’un immeuble londonien.
C’est le genre d’accident « stupide » auquel on ne pense pas toujours, mais pour lequel il faut se montrer vigilant.
En fait, toutes les formes ‘’d’automatismes’’ dont nous sommes amenés à nous servir au quotidien peuvent s’avérer très dangereux. Les escalators en font partie. Il est impératif de prendre son chien dans les bras lorsque l’on empreinte ce type d’escaliers.
Les chiens n’ont aucune conscience du danger qu’ils représentent. Ils peuvent aussi être pris par surprise du fait de l’étonnement que cela leur procure d’empreinter ce genre de « moyen de transport ».
Arrivé en haut, ils peuvent par peur, panique ou stress refuser d’avancer et c’est là que le drame peut survenir.La laisse peut aussi se coincer dans l’engrenage de l’escalier mécanique notamment si elle traîne au sol ou est trop longue.C’est un autre risque à ne pas sous-estimer.
Parfois, ce sont tout simplement les griffes ou bien encore les poils du chien qui peuvent se coincer dans les rainures des marches. Que ce soit à la gare, un jour de départ en vacances où l’on est particulièrement chargé, ou bien un jour de promenade en ville, mieux vaut si l’on ne peut pas porter son chien dans les bras se faire aider ou bien si cela est possible prendre l’escalier « traditionnel »… ou encore l’ascenseur (en surveillance que le chien vous suive dans l'ascenseur!)
Ascenseurs :
maintenir son chien laisse raccourcie .Ce dernier présente moins de danger, mais bien qu’équipé désormais normalement de cellules détectant une présence et empêchant la fermeture brutale des portes, il faut rester là aussi très prudent.
Sur son site Internet, la Fédération des ascenseurs rappelle dans un petit guide pratique que « même tenu en laisse, votre chien risque de sortir et rentrer sans que vous vous rendiez compte, alors que les portes amorcent leur fermeture.
Surveillez votre chien à l’entrée et à la sortie et maintenez-le loin des portes, avec la laisse raccourcie. »
De même, les portes automatiques telles qu’on peut les rencontrer dans les trains, bus, etc. doivent inciter à la vigilance.
Promenades en ville :
pensez aux grilles Notamment dans les villes, sur les trottoirs (bouches d'aération) ou encore autour des arbres, on trouve parfois des grilles. Attention, celles-ci peuvent aussi être dangereuses, le chien risquant de s’y prendre les pattes.

astuce


adoption

Lorsqu’on a déjà un chien ou un chat, l’adoption d’un autre animal peut parfois se révéler délicate. Mais avec un peu de bon sens et quelques astuces, nos animaux peuvent vivre sous le même toit sereinement. 30millionsdamis.fr revient sur les secrets d’une cohabitation réussie.
Accueillir un second animal à la maison
Contrairement à une idée largement répandue, la cohabitation entre un chien et un chat n’est pas plus difficile qu’entre deux congénères. Tout dépend du caractère de chacun. Ceux qui ont été habitués très jeunes à la présence d’autres animaux accepteront plus facilement un nouveau pensionnaire.
En revanche, s’ils n’ont pas été correctement sociabilisés - les chiots et les chatons qui ont été retirés trop tôt à leur mère notamment - ou s’ils n’ont jamais été en contact avec d’autres animaux, ils se sentiront envahis, et donc agressés, par un nouveau locataire. Il faut donc anticiper les difficultés et cerner au mieux le tempérament de votre animal pour le préparer.
Respecter les codes sociaux
Qu’il s’agisse de l’arrivée d’un chien ou d’un chat, l’un des aspects les plus importants de ce bouleversement est la préservation du territoire de l’animal déjà présent. Si ce dernier est un félin, et même si celui-ci est doté d’un caractère doux et tempéré, il est très probable que l’arrivée d’un nouvel animal soit vécue comme une véritable intrusion. Pour le chien, qui est un animal social avant tout, c’est sa place au sein de la famille - qu’il considère comme une meute - qui va être remise en cause par la présence d’un nouveau venu :
l’accueil d’un nouvel animal n’est pas vécu comme un événement sympathique, mais parfois comme un profond traumatisme.
Il faut donc respecter les codes sociaux canins - ou félins - pour que l’animal comprenne que le nouveau venu ne représente aucun danger : chacun doit disposer de sa gamelle, à bonne distance pour éviter les bagarres ; les séances de caresses et de jeux doivent être équilibrées pour ne pas susciter de jalousie.
Veiller à ne pas imposer un mâle dominant à un autre mâle dominant, un chaton extraverti à un chat peureux et timide. Si les deux animaux sont de sexe différent, penser à les stériliser pour éviter les mauvaises surprises les semaines suivantes. Premières présentations Pour que les premiers jours se déroulent au mieux, le mot d’ordre est : patience !
Ne pas forcer la rencontre, ne pas « tenir » les animaux face à face. Il est conseillé de les placer dans des pièces différentes, porte fermée, et de leur faire sentir l’odeur des uns et des autres. Un coussin ou un jouet permettra à chacun de faire connaissance en douceur avec la « carte d’identité » de son futur compagnon ! Lorsque les animaux se rencontrent enfin, prévoir une porte de sortie : chacun doit pouvoir s’échapper, ou se réfugier - dans une autre pièce ou sous un meuble par exemple - s’il ressent un danger potentiel.
Le mieux est finalement de les laisser se débrouiller seuls. Le dos rond, les feulements ou grognements seront tout à fait naturels. Au bout de quelques jours, ils se seront habitués l’un à l’autre, et à défaut de devenir de grands copains, cohabiteront dans une cordiale indifférence. Les maîtres bien intentionnés commettent souvent l’erreur de vouloir rassurer un animal stressé ; mais cette réaction conforte l’animal dans son ressenti : il perçoit que quelque chose est anormal, puisque son maître tente de le calmer. Quelques précautions Accueillir un second animal à la maisonSi le premier occupant des lieux est un animal âgé, l’arrivée d’un chaton ou d’un chiot peut parfois être mal perçue.
Sentiment d’abandon, de rejet…
L’animal peut rapidement se montrer agressif envers le nouveau venu, ou tout simplement se laisser dépérir. Un chien senior est moins mobile et a besoin de calme et de tranquillité. Trop de remue-ménage peut avoir de graves incidences sur la santé d’un vieux toutou !
Si l’on possède un lapin ou un hamster, et que l’on souhaite accueillir un autre congénère, attention :
le hamster est un animal exclusivement solitaire, et deux rongeurs doivent vivre impérativement dans des cages différentes. La présence d’un second lapin est en revanche fortement conseillée…
Si les animaux ont bon caractère et qu’ils sont stérilisés bien sûr. Les chiens et les chats qui patientent en refuge sont très souvent très réceptifs à la présence d’autres animaux.
Alors pourquoi ne pas accueillir un laissé-pour-compte déjà habitué aux chiens et aux chats ? Pour cela, consultez les fiches des animaux proposés à l’adoption ou rechercher un animal via notre moteur de recherche.

balles


BON A SAVOIR ¤
Les balles de tennis, méfiance ! Nombreux sont les gens qui jouent avec leurs chiens avec des balles de tennis, et pourtant ...
Les balles de tennis contiennent un gaz nocif pour les chiens qui, lorsqu'ils la percent avec leurs dents, s'échappe de la balle et peut être inhalé par le chien.
En très grande quantité, ce gaz représente un poison pour nos amis à 4 pattes !
De ce fait, avant de lancer la balle à votre chien, percez la de 2 coups de couteau et laissez le gaz s'échapper quelques secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   Dim 26 Mar - 10:05

sentiments

Les amoureux des chiens n'ont de cesse de le répéter : nos meilleurs amis à 4 pattes ont eux aussi des sentiments, et des pensées, comme nous autres humains.
"Les chiens sont aussi des personnes"
Un fait aujourd'hui confirmé par une équipe de chercheurs américains, qui pendant deux ans ont étudié le cerveau de plusieurs chiens, parmi lesquels Callie, le compagnon du professeur Gregory Berns, neuro-économiste à Atlanta.
"Aujourd'hui après avoir étudié et scanné une douzaine de chiens, la seule conclusion qui s'impose à moi est la suivante : les chiens sont aussi des personnes" écrit-il dans les colonnes du New York Times.Les chiens auraient le même niveau de conscience et de sensibilité que les jeunes enfants, affirment le professeur et ses collègues. Jusqu'alors, les chercheurs ne pouvaient se baser que sur des études comportementales pour essayer de comprendre les pensées et sentiments des chiens. Grâce à l'IRM, Gregory Berns a pu mieux cerner les émotions de nos compagnons canins.Il insiste aujourd'hui sur la similitude entre la fonction du noyau caudé du cerveau des humains et celui des chiens. Ce noyau, l'un des trois composants des ganglions de base, joue un rôle très important dans l'anticipation des choses qui nous sont agréables, comme la nourriture par exemple.Or les chercheurs ont observé chez les chiens une augmentation de l'activité dans ce noyau, au contact de nourriture, ou en présence de leur maître s'étant absenté pendant un moment. "Repenser la façon dont nous traitons les chiens"
"Est-ce que ces résultats prouvent que les chiens nous aiment ? Pas tout à fait. Mais plusieurs émotions positives qui activent le noyau caudé chez l’humain le font aussi chez le chien" souligne le professeur Berns. "
Cette capacité à ressentir des émotions positives, comme l'amour et l'attachement, semble signifier que les chiens ont un niveau de sensibilité comparable à celui d'un enfant humain. Et cette capacité doit nous encourager à repenser la façon dont nous traitons les chiens".
Rappelons que dans certains pays, comme la France, les chiens sont considérés, de même que tous les autres animaux, comme de simples meubles. Les chiens étudiés lors de cette étude ont été traités comme des humains, affirme Gregory Berns.
Les toutous qui n'avaient pas envie de passer un IRM ont été laissés en paix, "comme n'importe quel volontaire humain" souligne celui qui a étudié le cerveau de son propre chien, un terrier noir croisé qu'il a adopté dans un refuge.

Les chiens ont les mêmes émotions qu’un enfant

En tant qu’amoureux des animaux et des chiens, nous sommes certains que le meilleur ami de l’homme est doté de sensibilité et d’émotions.
Cela ne fait aucun doute. Mais alors que que le chien est encore considéré comme un bien matériel en France et dans beaucoup de pays, un chercheur a prouvé, grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM), que les chiens ont le même degré de sensibilité et d’émotion que nous les humains.
Gregory Berns, professeur en neuro-économie à l’Université de Emory dans l’Atlanta (États-Unis), s’est lancé le défi de comprendre et analyser les émotions du chien à travers l’analyse de son cerveau, aidé d’un scanner.
Grâce à ses collègues et son ami et éducateur canin Mark Spivak, l’expérience a pu aboutir au bout de deux ans. Le chercheur a analysé le cerveau des chiens grâce à l’imagerie par résonance magnétique, l’IRM, pour comprendre les réactions de nos chiens face à certains stimulis.
Comme les chiens ne parlent pas, il etait difficile de mesurer leurs émotions scientifiquement, en tout cas jusqu’à cette incroyable expérience. C’est donc avec sa chienne nommée Callie, un croisé terrier, que débute l’expérience que le chercheur détail au New York Times.
Gregory Berns a entraîné sa chienne à entrer dans un scanner pendant plusieurs semaines avec son ami éducateur canin.
L’ergonomie du scanner a été pensée et réalisée pour accueillir des chiens. callie et gregory berns 300x207 Les chiens ont les mêmes émotions et sensibilités quun enfant : la preuve scientifique Callie, la chienne de Gregory Berns À base de méthodes douces, l’expérience s’est voulue respectueuse du chien, sans sédatifs ni contraintes.
Le chercheur a même fait signer un document ressemblant à celui donné aux parents lorsque des enfants entrent dans un scanner. En somme, si le chien ne se sentait pas bien parce qu’il présentait des signes d’agitation ou de peur, son maître pouvait à tout moment arrêter l’expérience. Rappelons qu’il n’y a pas eu d’anesthésie, le but étant d’observer un cerveau en total éveil.
L’expérience, qui a réuni douze chiens, a permis de déterminer que nos amis canidés ont le même degré de sensibilité et d’émotions que nous les humains, au stade de l’enfance.
Quand on se souvient du nombre d’émotions qui nous ont traversé étant enfant, il est tout de même formidable de reconnaître scientifiquement cette capacité chez le chien.
En effet, grâce notamment à deux signaux de la main envoyés au chien durant l’expérience, il a été déterminé qu’une zone commune du cerveau chez les humains et les chiens était stimulée.
Le chercheur explique : Beaucoup de choses similaires qui activent le noyau codé chez l’humain, associées à des émotions positives, activent également le noyau codé du chien.
Cette capacité nous oblige à repenser la façon dont nous traitons les chiens. Les chiens sont aussi des personnes. Cette zone, appelée noyau codé, nous permet de réagir avec grande émotion à l’amour, la nourriture ou encore l’argent.
Chez le chien, cette zone déclenche des émotions similaires qui sont liées à l’amour ou encore à l’attachement. En observant cette zone du cerveau, les chiens réagissent par exemple à l’odeur humaine qui les stimule à nous faire la fête lors de notre retour, alors que nous sommes parti seulement un court instant, ou encore à l’odeur de la nourriture.
C’est donc une formidable découverte scientifique qui vient appuyer l’expertise de l’observation comportementale des animaux en général puisque cette zone du cerveau est commune à beaucoup d’autres animaux. Elle prouve donc que nos chiens sont bel et bien dotés d’émotions, d’amour, d’attachement ou encore d’une sensiblité similaire à celle d’un enfant. De quoi prouver aux plus septiques la véritable place que doivent occuper nos chiens dans la société: des êtres vivants dotés de sensibilité et non des biens matériels comme les considère la loi, ce qui entraîne des dérives comme les chiens de laboratoire ou encore les usines à chiots.

[size=24]culpabilité


[/size]
Mon chien sait qu’il a fait une bêtise ! Mais "mon chien sait qu’il a fait une bêtise"… Combien de fois ai-je entendu cette phrase ?! Trop surement ! D’où l’article qui va suivre, que je vous propose de découvrir L’air "penaud" de votre chien lorsque pour vous il semble avoir fait une bêtise, n’est qu’une interprétation humaine, on parle alors d’anthropomorphisme. Il faut donc apprendre à penser "chien", avant de penser "humain". Je vous propose de lire l’article l’article de Julie Hecht sur le regard coupable du chien.
[size]

nourriture

[/size]

Quelle nourriture donner aux oiseaux?
Graines, fruits et graisses Il existe différents types de nourriture, adaptée au régime alimentaire des oiseaux qui peuplent votre jardin en hiver. Granivores, frugivores... il y en aura pour tous les goûts !
S'agissant des graines, le tournesol est la meilleure pour les oiseaux:
cette graine oléagineuse est nourrissante et les mésanges s'en régalent. Blé, avoine, millet, maïs pour les passereaux au bec fin ou encore cacahuètes non salées conviennent aussi parfaitement. Les matières grasses sont également essentielles pour emmagasiner de l'énergie. Enfin, les frugivores se régaleront de poires ou pommes trop mûres que vous ne voulez pas consommer, ainsi que de la noix de coco fraîche ou des fruits secs, tels que noix ou amandes, décortiqués.
Enfin quelques petites gourmandises : miettes de biscuits, gruyère râpé, pommes de terre cuites, riz ou pâtes cuits.
[size]

danger

[/size]

5 dangers de l’automne pour les chats et les chiens
A chaque saison son lot de petits désagréments pour les chiens comme pour les chats. Ainsi, l’automne est de retour, et avec lui les tiques, les puces, la mue, les boules de poils, la teigne… Autant de dangers contre lesquels il est important de se prémunir. Car on ne le répétera jamais assez, mieux vaut prévenir que guérir ! Les tiques et les puces
Comme le printemps, l’automne est une saison propice à la prolifération des tiques. Et les tout aussi indésirables puces ne laissent elles non plus pas nos animaux en paix. Celles-ci aiment la chaleur. Dès lors que nous allumons le chauffage, les larves déposées dans les parquets, moquettes, rideaux et autres tissus éclosent.
N’oubliez donc pas de traiter votre chien ou votre chat contre ces parasites, ainsi que son environnement. > En savoir plus sur les antiparasitaires contre les puces et les tiques du chat
Les boules de poils
L'automne est aussi la saison de la mue pour les chats, qui perdent leur pelage d'été pour retrouver leur robe d'hiver. Or lorsqu'ils font leur toilette, les chats peuvent avaler des poils et des boules se forment alors dans leur estomac. Ces boules risquent d'engendrer des vomissements et inflammations gastriques.
Les boules de poils du chat
C'est pourquoi il est important de bien brosser les chats tout au long de l'année, et plus encore en automne et au printemps, lorsque leur pelage se renouvelle.
"Il existe aussi des compléments alimentaires sous forme de pâtes orales à administrer 2 à 3 jours par semaine à votre chat en période de mue. Cette pâte a l’avantage d’être très appétente : les chats en raffolent ! Elle favorisera l’élimination des poils par les voies naturelles et protègera la muqueuse de l’estomac et des intestins" nous rappelle le Docteur Laurence de Meester - de Courcy, vétérinaire, et auteure du blog Vet and the City. Et de nous mettre en garde contre de "fausses idées reçues : donner du lait à boire à votre chat ne dissoudra pas les poils présents dans son estomac (que du contraire, le lait risquant même de lui induire de sérieux troubles digestifs !) et l’herbe à chat l’aidera à vomir les poils ingérés mais ne protègera pas son estomac".
La teigne
Cette maladie est dans la majorité des cas contractée pendant l'été par les chiens et les chats. Mais c'est à l'automne, dès le mois d'octobre, qu'elle se réveille. Hélas, il n'existe pas de traitement préventif. Soyez donc à l'affut des premiers symptômes de cette mycose de la peau se manifestant généralement par une zone ronde dépourvue de poils sur le nez, le bord des oreilles ou le corps de l'animal. 80% des chats Persan seraient porteurs du champignon parasite à l'origine de cette maladie. Il existe heureusement des traitements (pommades, lotions et comprimés) très efficaces pour la soigner.
L'arthrose
Diminution des températures et humidité ont tendance, comme chez l'homme, à réveiller les douleurs des animaux. Celles de l'arthrose notamment, cette maladie qui touche 1 chien sur 5. Si l'arthrose ne peut pas être soignée, les douleurs qu'elle engendre peuvent être soulagées. N'hésitez donc pas à consulter votre vétérinaire dès que vous pensez percevoir des signes : lever difficile, montée des escaliers pénibles, boitement, moral en berne...
"Il existe des chondroprotecteurs à donner en cures chez les chiens arthrosiques, ainsi que des injections d’anti-inflammatoires « naturels » à base d’acides gras que vous pouvez faire réaliser régulièrement par votre vétérinaire. En cas de crise très algique, le chien pourra être soulagé par des anti-inflammatoires oraux mais ce, de manière la plus ponctuelle possible. Quoi qu’il arrive, respectez la prescription de votre véto et ne donnez jamais d’anti-inflammatoires humains à votre animal ! La plupart sont dangereux et très toxiques pour eux !" explique Laurence de Meester - de Courcy.
Une moins bonne vue
La diminution de lumière modifie la densité du cristallin, et la vue de nos compagnons à 4 pattes peut être altérée. "Vous vous apercevrez que votre animal souffre de cataracte si ses yeux vous semblent se « voiler » d’un film blanc voire bleuté. Votre compagnon présentera aussi petit à petit une démarche de plus en plus hésitante, surtout lorsque la luminosité est faible. Si tel est le cas, n’hésitez pas à le faire consulter par votre vétérinaire car il existe des solutions !" souligne Laurence de Meester - de Courcy.
[size]

mordant

[/size]

Il peut être dangereux d’avoir un chien qui mord les autres chiens ou les humains.
Pourquoi attaque-t-il ?
Que faire ?
Mon chien mord les autres chiens
Pour que votre chien accepte les autres chiens, il faut lui apprendre à travailler avec les autres chiens.
Travailler, cela ne veut surtout pas dire lâcher tous les chiens ensemble et les laisser se mordre ! De nombreux maîtres m’appellent parce que leur chien est agressif avec les autres chiens, alors qu’il a suivi « l’école des chiots » et qu’il va régulièrement au club canin.
Bien souvent, en laissant les chiens interagir sans intervenir, le maître a, sans le savoir, renforcé l’agressivité de son chien qui, une fois grand, attaque tous les chiens qu’il croise.
Ce n’est pas une question d’habitude On pourrait croire qu’en voyant des chiens régulièrement, le chien finira par s’y habituer, s’en lasser et même les ignorer.
Ce n’est pas le cas : J’ai très régulièrement des gens qui viennent avec un chien qui mord, bien qu’il ait vu des chiens toute sa jeunesse.
Alors, que faire pour mon chien qui mord ?
En meute, attaquer ou mordre est un droit réservé au leader.
L’urgence est donc de rétablir la hiérarchie entre le maître et le chien.
Une fois que le chien considérera son maître comme un leader, il apprendra qu’il n’a pas l’autorisation d’attaquer un autre chien.
Éducateur canin dans la Somme, je travaille la sociabilité des chiens en cours individuels avec mon chien ou en stages/cours collectifs, où les chiens sont sous contrôle et apprennent à travailler ensemble et à faire confiance à leur maître.
Un chien qui mord un humain doit-il être euthanasié ?
chien qui mord euthanasieAvant de penser à cette solution extrême, sachez qu’un chien qui mord peut être rééduqué. Avant d’envisager d’euthanasier votre chien, cherchez à comprendre pourquoi il a mordu. Le chien obéit à son instinct, c’est un animal différent de l’homme.
Il n’existe pas de chiens « gentils » ou « méchants », pas plus que de « bons » ou « mauvais » chiens.
Un chien réagira toujours selon son instinct. Un chien qui mord, c’est un chien qui s’est retrouvé dans une situation où son instinct l’a poussé à mordre.
Le chien mordeur est souvent un chien dont la place dans la meute est mal définie, du fait d’un comportement ambigu de son maître.
Le chien qui mord son maître cherche généralement à le « corriger », comme le fait le leader.
Si votre chien vous a mordu, il vous faut d’abord comprendre quelle situation l’a fait réagir ainsi.
Ensuite il faudra travailler avec votre chien, toujours dans le bon sens, pour rétablir la hiérarchie.
Aucun chien ne devrait être euthanasié pour avoir mordu, car ce n’est jamais « sa faute » :
un chien réagit comme un chien et les morsures sont souvent dues à des situations inappropriées générées par une méconnaissance du comportement canin.
Pourquoi la rééducation d’un chien qui mord est-elle toujours possible ?
rééducation chien qui mord
Tout d’abord, le chien est un animal qui vit dans le présent : il oublie ses mauvaises expériences pour les remplacer par de nouvelles, il ne se concentre pas sur son passé.
Un chien agressif a souvent été encouragé dans ce comportement, même si son maître ne s’en est pas rendu compte.
Il faut alors que le chien comprenne par lui-même qu’il n’est pas le leader, que ce comportement n’est pas la bonne solution, et qu’il est bien plus agréable de laisser son maître gérer la situation.
Ensuite, le chien est intelligent : il apprend vite de nouvelles règles,pourvu qu’elles soient logiques.
Un chien met en moyenne cinq minutes pour assimiler un nouvel exercice. La constance du maître est une étape clé dans l’apprentissage de nouveaux comportements.
Pour finir, il faut savoir que le chien endosse souvent le rôle de leader malgré lui, et qu’il se sent alors responsable de la survie de la meute (qui est ici son maître et sa famille).
Alors qu’il préférerait faire confiance à son maître plutôt que d’être obligé d’intervenir.
Un chien qui mord n’est donc pas une fatalité. La première étape de toute rééducation est la mise en confiance du chien, qui ne doit pas douter des capacités de son maître à gérer la meute.
Ceci est valable pour tous les chiens, qu’ils soient peureux, agressifs ou qu’ils aient subi des traumatismes par le passé…
C’est ce que nous travaillons lors des cours et des stages d’éducation canine
[size]

allergies

[/size]

Bientôt un traitement contre l'allergie au chat ?
Des chercheurs britanniques ont réussi à mieux comprendre les mécanismes impliqués dans l'allergie au chat.
Une découverte qui pourrait permettre de développer des traitements contre cette forme commune d'allergie.
Bien qu'il soit un compagnon à quatre pattes très apprécié, le chat est aussi l'une des principales causes d'allergie respiratoire.
En contact avec l'animal, certaines personnes se mettent ainsi à tousser, à éternuer, ont des difficultés à respirer voire développent un urticaire.
Des symptômes qui peuvent même apparaitre lorsque le chat est absent et que la personne se trouve simplement en contact avec des poils.
La seule solution est alors d'éviter de se retrouver en contact avec l'animal ou dans des lieux où il peut y en avoir un. Comme on peut l'imaginer, la chose est loin d'être facile.
L'allergie au chat peut donc s'avérer être un véritable calvaire pour certains, en particulier lorsque les symptômes sont importants. De plus, l'allergie au chat ne peut faire l'objet d'une désensibilisation contrairement à celle au pollen ou aux acariens.
Des pellicules chargées de protéine allergène Mais des chercheurs de l'université de Cambridge au Royaume-Uni viennent de fournir un nouvel espoir à tous les allergiques aux félins.
Grâce à une étude publiée dans la revue Journal of Immunology, ils sont parvenus à mieux comprendre les mécanismes impliqués dans cette allergie un peu particulière.
Comme les autres allergies, celle-ci est due à une réaction excessive du système immunitaire face à une molécule appelée "allergène" et reconnue comme dangereuse par l'organisme.
Contrairement aux croyances, ce ne sont pas les poils qui causent l'allergie au chat : ce sont les sécrétions de l'animal, salive et urine ainsi que les peaux mortes qu'il perd.
De précédentes études ont permis de découvrir que l'allergie était plus précisément causée par une protéine contenue dans ces résidus et appelée Fel d1.
Néanmoins, jusqu'ici les chercheurs ignoraient comment la molécule provoquait une réaction immunitaire. Pour le savoir, le Dr Clare Bryant et ses collègues ont étudié plus en détail la protéine et l'ont exposée à des cellules humaines en présence ou non de lipopolysaccharide (LPS), un composé présent sur les membranes de certaines bactéries.
Ceci a permis de constater que la réponse des cellules à la protéine Fel d1 était accentuée en présence de LPS. Or, cette "toxine" est reconnue par une structure bien spécifique de l'organisme, le récepteur TRL 4 (pour Toll-like receptor).
Un récepteur immunitaire qui s'emballe D'après les chercheurs, ce serait donc ce même récepteur qui reconnait la protéine Fel d1 et transmet l'alerte qui va être à l'origine de la réponse immunitaire. Si TRL 4 est désactivé, comme l'ont testé les scientifiques, la protéine des pellicules de chat n'a aucun effet et aucune réponse inflammatoire n'apparait dans les cellules.
"La façon dont les pellicules de chat causent une réaction allergique sévère chez certaines personnes a longtemps été un mystère", explique le Dr Clare Bryant dans un communiqué.
"Nous avons non seulement découvert que LPS exacerbait la réaction et la réponse immunitaire aux pellicules de chat, mais nous avons aussi identifié la partie du système immunitaire qui les reconnait, le récepteur TRL4", ajoute la scientifique du département de médecine vétérinaire.
Selon elle, c'est donc un "grand pas en avant" qui pourrait mener au développement de traitements capables d'empêcher l'organisme des allergiques de réagir si intensément aux pellicules de chat. Vers un traitement contre l'allergie au chat... et au chien ?
Ceci est d'autant plus possible que, comme l'a souligné la spécialiste, des molécules capables de bloquer les récepteurs TRL4 ont déjà été mises au point et sont actuellement en essai clinique pour d'autres maladies ou conditions telles que la septicémie.
"Dans la mesure où des molécules ont déjà été développés pour inhiber le récepteur TLR4, nous espérons que notre recherche mènera vers des traitements nouveaux et améliorés pour les allergiques au chat", a commenté le Dr Bryan.
Mais ces résultats peuvent aussi donner espoir aux personnes qui sont allergiques au chien. En effet, la protéine allergène contenue dans les pellicules de chiens et connue sous le nom de Can f6 a elle aussi la capacité d'activer le récepteur TRL4.
Un traitement bloquant cette structure pourrait donc être également efficace contre l'allergie au chien voire d'autres formes. En savoir plus: http://www.maxisciences.com/allergie/bientot-un-traitement-contre-l-039-allergie-au-chat_art30318.html Copyright © Gentside Découvertes
[size]

Le ver Dicrocoelium dendriticum




[/size]
Le cycle de vie du Dicrocoelium dendriticum est particulièrement compliqué et bien rempli.
Première étape : s’introduire dans l’estomac d’une vache ou tout autre animal ruminant. Les vers se mélangent avec les restes du repas de ces animaux, pondent leurs oeufs qui sont éjectés en même temps que les excréments.
Deuxième étape : un escargot innocent vient se nourrir des excréments. Il avale avec eux les oeufs du ver parasite. Une fois éclos, les larves viennent parasiter les glandes digestives et s’y reproduisent. Mais le système immunitaire de l’escargot ne leur laisse pas de temps de répit et fait migrer les vers jusqu’à la surface du corps de l’escargot avant d’en être expulsés par des gouttes de liquide gluant. Mais ce n’est pas fini !
Troisième étape : une fourmi vient manger ces boules gluantes. Les vers activent alors leurs capacités de manipulation et attendent la nuit pour forcer la fourmi à se placer tout en haut d’une herbe et d’attendre d’être mangée…
[size]

Le protozoaire Toxoplasma gondii




[/size]
Les rats et les chats ne sont pas vraiment les meilleurs amis du monde, c’est le moins qu’on puisse dire.
Cela est dû à une particularité des rats qui fait que dès qu’ils sentent l’odeur de l’urine d’un chat, ils s’enfuient aussitôt.
Plus que du simple dégoût, donc.
Mais là où le protozoaire appelé Toxoplasma gondii est remarquable, c’est que si on l’injecte dans l’organisme d’un rat, cette sensation de répulsion disparaît complètement.
Pire encore, dans certains cas elle peut même se transformer en attirance sexuelle pour cette odeur si particulière.
L’objectif du parasite est de faire en sorte que le rat soit mangé par le chat pour continuer son cycle de vie dans l’organisme du félin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   Dim 26 Mar - 10:21

Le nématomorphe Spinochordodes tellinii



Il existe de nombreux parasites aux tailles et aux formes très diverses.
Certains se contentent de vivre aux crochets de leur hôte, d’autres décident tout simplement de les faire mourir une fois qu’ils n’ont plus besoin d’eux.
Certains sont même capables de contrôler le cerveau de leurs victimes jusqu’à les mener au suicide.
1. Le nématomorphe Spinochordodes tellinii
-effroyables-parasites qui-prennent controle du corps de leur hote pour accomplir leur sombre dessein.Ce ver infecte les criquets et sauterelles.
À l’état adulte, ces vers infestent certains plans d’eau dans lesquels viennent s’abreuver les insectes.
Là, ils ingèrent sans le savoir les oeufs de larves de ces vers qui commencent à se développer dans l’organisme de leur hôte. Grâce à des agents chimiques, les larves prennent alors le contrôle de l’insecte…
Et le forcent à se suicider en plongeant dans une flaque d’eau et en s’y noyant. Les larves survivent et s’échappent pour répéter ce cycle.

statut

Comment défendre les animaux sans se faire traiter d’idiot ?
Difficile d’évoquer la question du droit des animaux sans se faire traiter au mieux d’idéaliste, au pire de frustré hyperémotif. Les clichés sont bien ancrés : la défense animale est une affaire de sentiments et on est forcément un clone de Brigitte Bardot ou un cousin de Paul Watson. Mais si les intellectuels s’y mettent aussi, dénigrer les défenseurs de la cause animale va devenir un exercice compliqué.
Faire passer l’actrice Penelope Cruz pour une hypersensible sous prétexte qu’elle pose contre la fourrure passe encore. Expliquer que Paul McCartney s’implique auprès de l’association de défense animale Peta parce qu’il prend de l’âge, pourquoi pas. Mais accuser le philosophe Alain Finkielkraut, l’ancien ministre Luc Ferry, le sociologue Edgar Morin ou l’astrophysicien Hubert Reeves de sensiblerie… ça commence à devenir ridicule.
Jeudi, la Fondation 30 millions d’amis a publié un manifeste signé par 24 intellectuels – penseurs, philosophes, écrivains, historiens, scientifiques, etc. – pour demander que les animaux bénéficient d’un régime juridique conforme à leur nature d’êtres vivants. Et que le code civil leur ménage donc une catégorie spécifique entre celle des objets et celle des humains. Un statut juridique qui reconnaisse à l’animal sa sensibilité (à la différence d’un fauteuil ou d’une table par exemple).
Descartes en faisait des automates
Si le législateur accède à cette revendication et modifie notre vieux code civil qui date de 1804, il pourrait ainsi bien améliorer la condition des poules de batterie et des rats de laboratoire comme celle des chiens de salon. Sans les mettre au même rang que les hommes. Mais sans non plus laisser ces derniers les traiter n’importe comment. Au pays de Descartes qui assimilait les animaux à des automates, l’appel des 24 prend tout de suite des allures de révolution.
QUE DIT LA LOI ?
L’article 528 du code civil assimile les animaux à des biens dits meubles, c’est-à-dire des objets que l’on peut déplacer comme des chaises ou des boîtes de conserve. Ils sont considérés comme des objets sur lesquels l’homme peut exercer son droit comme il l’entend. Mais le code rural définit déjà l’animal comme un « être sensible », tandis que le code pénal punit de deux ans de prison et 300 000 euros d’amende au maximum les actes de cruauté et les sévices graves envers les animaux. La création d’un statut juridique propre aux animaux serait donc avant tout symbolique et permettrait d’amorcer un changement des mentalités. Car selon les associations de défense des animaux, les peines prévues au code pénal sont rarement appliquées. Car en France, où les lobbys de la chasse et de l’élevage restent très puissants, le droit des animaux est un sujet qui fâche. Même si de nombreuses études scientifiques ont montré que les animaux peuvent ressentir de la douleur, qu’ils ont des capacités de réflexion méconnues leur permettant par exemple d’élaborer des stratégies parfois complexes, ils sont encore globalement considérés comme des outils au service de l’humain.
Dans le grand public toutefois, la cause animale trouve de plus en plus de soutiens. Alors qu’un Français sur deux possède un animal de compagnie, nos concitoyens commencent à s’intéresser au sort que les hommes leur réservent. Les images diffusées par les associations de la défense animale sur les conditions de vie des poules de batterie ou celles des visons d’élevage ont commencé à pénétrer les esprits.
Certes, on n’a pas vraiment envie de les voir, mais on a de plus en plus de mal à les ignorer. Hélas, dans les instances décisionnaires, les mentalités peinent à se mettre au diapason de la société. C’est ce qu’a constaté l’année dernière Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des animaux, en déposant un avis auprès du Conseil économique, social et environnemental. Il voulait alors faire évoluer le code civil dans le sens du manifeste actuel. Mais comme il l’explique aujourd’hui, les lobbys de chercheurs, pêcheurs et agriculteurs ont alors stoppé net la saisine du Conseil sur son avis.
« Insupportable de connerie »
Le chaton de la rédaction : Copypasta (Denis Marcaux/Rue89) Les signataires du manifeste, eux, courent peu de risques de se voir dénigrer ou insulter. Et les intérêts économiques défendus par les lobbys n’ont pas de prise sur eux. Comme le souligne l’écrivain Didier van Cauwelaert :
« Traiter un animal de meuble est insupportable de connerie. Reconnaître les capacités des animaux à souffrir ne relève pas du domaine de la sensiblerie, mais de la sensibilité, il y a nuance. Les questions que l’on pose sur le statut et le droit des animaux sont autant d’occasions de faire avancer le savoir des hommes. Mais elles impliquent aussi une remise en question de la prédominance de l’espèce humaine sur les autres vivants de notre planète, prédominance qui ne repose sur rien puisque nous sommes tous issus d’un ancêtre commun qui est la bactérie initiale… »
Même dans les milieux scientifiques, le débat sur la question est devenu incontournable. S’il y a dix ans, il n’était pas envisageable de parler « d’intelligence animale » (on employait le terme de « cognition »), certains éthologues acceptent aujourd’hui de reconnaître des émotions aux espèces qu’ils étudient et certains jeunes médecins prônent le développement des méthodes alternatives à l’expérimentation animale en labo.
« Contre le statut du moustique »
Pour d’autres intellectuels, le statut et le droit de l’animal ont quand même besoin d’une définition. Le physicien Albert Fert (prix Nobel), sollicité sur le sujet, pose une question essentielle. « Il faut déterminer ce que l’on appelle les animaux et où on place la barrière entre les bactéries et les grands singes, par exemple. Il sera difficile de tracer la frontière dans la grande famille du vivant et, personnellement, si je suis pour que l’on accorde un statut propre aux chiens ou aux oiseaux, je suis contre le statut du moustique. »

toxique

14 aliments toxiques pour le chien – dangereux et interdits
Malgré les recommandations de divers experts pour éviter de donner des aliments toxiques ou dangereux à nos chiens, parfois on oublie ou tout simplement on ne veut pas les croire. Dans cet article, nous allons voir ensemble les 14 aliments toxiques pour le chien, apprendre sérieusement en considération. Certains vous semblerons évident. Ceux qui sont bons pour l’être humain ne l’est pas forcément pour nos chiens, voici ci-dessous une liste d’aliments toxiques pour le chien : aliment toxique chien Voici les 14 aliments toxiques pour le chien, mais aussi dangereux :
1 – Les os :
Les os cuits sont dangereux pour les chiens. Les os deviennent cassants une fois qu’ils sont cuits ce qui forme des esquilles lorsqu’ils se cassent. Les esquilles ont des bords tranchants et peuvent rester coincés dans les dents, causer un étouffement ou une perforation des parois stomacale et intestinale. Ne donnez jamais d’os de poulet ou de lapin. Donnez-lui de préférence un cartilage de boeuf.
2 – Le chocolat :
Parce qu’il contient de la théobromine, un composant qui agit comme stimulant cardiaque et comme diurétique. Un gros morceau de chocolat peut provoquer des vomissements, la diarrhée et surtout une hyperactivité d’abord. La théobromine va soit augmenter le rythme cardiaque soit provoquer des battements irréguliers. La mort est même possible, surtout si le chien fait de l’exercice. De grandes quantités de chocolat peuvent empoisonner ou même tuer un chien de taille moyenne ou grande.
3 – L’alcool :
La consommation d’une petite dose d’alcool peut désorienter le chien, le rendre nerveux et sur certains agressifs. Une dose élevée peut inhiber le système nerveux central, la respiration et du rythme cardiaque, conduisant à la mort.
4 – Le lactose :
Bien que les petits consomment du lait de vache, les chiens adultes sont intolérants au lactose, il génère des vomissements et de la diarrhée. Bien qu’ils aiment, donnez leurs du lait sans lactose.
5 – Les oignons :
Les oignons sont toxiques pour les chiens, car il contient d’allyle disulfure de propyle, qui endommage les globules rouges dans le sang et peut causer la mort, ce qui signifie que les globules rouges sont détruits prématurément dans le sang, tandis que leur taux de production demeure normal. L’empoisonnement peut se produire soit par l’ingestion de grandes quantités, soit par l’ingestion répétée de plus petites quantités. Le chien peut avoir une respiration courte car le nombre des globules rouges (qui transportent l’oxygène) se retrouve réduit.
6 – Viandes salées ou jambon :
Riche en matières grasses et de conservateurs, ils sont tous basés sur le sel et les saucisses de viande salés sont très dangereuses pour les chiens. Ils produisent des douleurs à l’estomac et la pancréatite. Parce que le sel de ses viandes, peut causer une consommation inhabituelle d’eau et provoquer des gaz qui peut tuer l’animal.
7 – L’ail :
Contient une substance toxique, le thiosulfate, il semblerait que celui-ci soit moins toxique que les oignons et que de grandes quantités devraient être absorbées pour causer une intoxication.
8 – La caféine :
Comme le chocolat, la caféine stimule le système nerveux central et les systèmes cardiaques et dans les heures qui suivent, celle-ci peut causer des vomissements, une agitation, des palpitations cardiaques, et même la mort.
9 – L’avocat :
L’avocat est riche en matières grasses. Il génère des douleurs à l’estomac, des vomissements et une pancréatite. La coquille est toxique pour le chien et peut bloquer l’intestin.
10 – Le thon :
Le thon fournis de l’oméga 3 et 6, mais ne contiennent pas un acide aminé appelé taurine qui maintient la force du muscle cardiaque.
11 – Les raisins et raisins secs :
Ils peuvent endommager les reins ou de générer des effets indésirables.
12 – L’aspirine :
Ne jamais donner un aspirine aux chiens, Il est très toxique pour les chiens.
13 – Le blanc d’oeuf :
Contient de l’avidine, qui détruit la biotine, vitamine B8, utile au métabolisme des protéines et des graisses.
14 – Le champignon :
Tout comme chez l’être humain, l’empoisonnement par des champignons peut être fatal. Ils peuvent causer de graves problèmes au foie et des dérèglements neurologiques. Consultez immédiatement votre vétérinaire si vous soupçonnez que votre chien a mangé des champignons.

[size=24]froid

[/size]

~ Chien et chat : pour passer un bon hiver ~
Tous les chiens et chats ne sont pas égaux face à la rigueur de l’hiver. Cela dépend de la race à laquelle ils appartiennent, leur mode de vie, âge ou encore état de santé.
Tous les chiens et les chats ne sont pas égaux face au froid de l’hiver. Il y a ceux que cela ne gêne nullement et, de l’autre côté, ceux qui le supportent moins bien, voire pas du tout. Tout dépend de la race du chien ou du chat, et tout d’abord de la nature de son poil et/ou sous-poil le cas échéant.
Leur robe les protège, selon les cas, plus ou moins bien des intempéries. La peau constitue aussi une bonne barrière protectrice. Un manteau pour les plus fragiles C’est pourquoi pour les animaux plus fragiles que d’autres, âgés voire convalescents, l’utilisation d’un manteau peut être envisagée.
Le mode de vie de l’animal tout au long de l’année est aussi un critère à prendre en compte. Un chat d’appartement sera certainement moins à l’aise qu’un chat qui vit à l’extérieur. Il en est de même chez le chien. Certaines races peuvent à vivre dehors, dans une niche confortable et bien protégée.
La ration alimentaire pourra être adaptée en fonction de cette saison. Chez un chien vivant à l’extérieur, ses besoins énergétiques (suivant aussi les efforts qu’il peut fournir) seront plus élevés.
La ration journalière pourra être augmentée de 10-15 à 20 %. Le vétérinaire pourra conseiller le maître de ce point de vue.
Bien sécher l’animal au retour de sortie
Certains chiens et chats ne craignent pas de marcher sur un sol mouillé ou enneigé. D’autres refusent de sortir dès qu’ils sentent que le temps est à la pluie ou qu’il fait frisquet ! La première des précautions à prendre est de bien sécher le ventre et les pattes de l’animal au retour de sortie ou de promenade. Le vétérinaire pourra conseiller le maîtres sur des produits permettant également de protéger les coussinets. Ces produits spécialement conçus assurent l’hydratation tout en évitant les fissures et gerçures. Cela peut être particulièrement recommandé pour le chien que l’on emmène à vacances de neige, par exemple.
Il existe bien entendu des « chaussures » pour chiens, mais elles ne sont pas toujours du plus pratique ni du plus bel effet ! Attention au sel de déneigement et à l'antigel Les jours de neige (ou de glace), si le sol a reçu un traitement au sel de déneigement, celui-ci peut irriter les coussinets.
En se léchant les pattes et coussinets le chien ou le chat peut aussi en ingérer et souffrir de troubles gastriques, car ce produit est assez toxique. C’est pourquoi là aussi un bon nettoyage des pattes au retour est recommandé tout comme une protection avant les sorties.
Le produit antigel dont on se sert pour le lave-vitres des voitures a pour sa part un goût sucré appètent pour les chiens et chats. Il faudra veiller à placer ce genre de produit toxique dans un endroit où l’animal ne pourra pas y avoir accès.
Enfin, durant l'hiver, ne baissez pas la garde en ce qui concerne la lutte contre les puces, toujours présentes, et parfois bien dissimulées dans l'habitat.
Chiens et chats peuvent-ils s’enrhumer ?
Le chien est sensible à certains virus, même s’ils ne sont pas semblables à ceux que peuvent contracter les humains. D’ailleurs ces derniers ne peuvent pas transmettre leur rhume à leur compagnon. Le chien peut aussi souffrir d’affections respiratoires touchant les poumons, les voies nasales, le larynx, etc.
Le chat peut aussi souffrir d’affections de ce type. Il peut également être atteint de coryza, que l’on appelle d’ailleurs le ‘’rhume du chat’’. La meilleure des préventions contre le coryza chez le chat est la vaccination. En cas de doute ou de symptômes (tous, difficultés à respirer, yeux rouges ou larmoyants, état de faiblesse, fièvre…) chez le chien ou le chat, il faut consulter le vétérinaire.
[size]

La ronronthérapie

[/size]

La ronronthérapie
Un mot qui prête à sourire.Pourtant, une enquête très sérieuse menée par l'association de protection des animaux Animal Voice, atteste des vertus apaisantes du ronronnement des chats.
C'est la nouvelle thérapie pour guérir les maux du XXIe siècle : stress, troubles cardiovasculaires et hypertension !
Comment ça marche ?
Les ondes émises par le ronronnement du chat sont étagées sur de basses fréquences (25 à50 hertz) et auraient des effets thérapeutiques non négligeables :
> Caresser l'animal permet de se relaxer et de diminuer le stress. Ainsi la fréquence cardiaque ralentit, et le tension artérielle diminue.
> Le ronronnement agit sur la respiration, qui se pose et devient plus profonde. Cet état de relaxation produit une activation de la circulation du sang dans le corps, accompagnée des sensations caractéristiques de picotements dans les pieds et les mains.
> Des études ont aussi montré que les ondes à basses fréquences émises par le ronronnement faciliteraient la consolidation des os après une fracture et amélioreraient la cicatrisation des tissus...
En France, le vétérinaire Jean-Yves Gauchert a produit un CD de ronrons relaxants.
Même s'il ne vaut pas la présence d'un chat en chair et en os, ceux qui l'ont testé ont constaté un effet réellement relaxant et une plus grande facilité à l'endormissement.
[size]

etat




[/size]
L'état de détresse acquise soumis à nos lubies les plus folles, dressés par le biais de méthodes coercitives, non respectés dans leur être et leur identité, nombre de chiens apprennent, dans la douleur, qu’il ne sert à rien de lutter : ils sont en état de détresse acquise, une forme de dépression dont, malheureusement, l’on ne parle guère.
Martin Seligman, chercheur en psychologie, professeur à l’université de Pennsylvanie, formula à la fin des années 60 sa théorie de l’impuissance apprise (learned helpness), depuis largement adoptée par la communauté scientifique internationale.
A l’aide d’expériences menées sur des chiens, il démontra qu’un individu, humain ou animal , placé dans l’incapacité de contrôler les événements survenant dans son environnement, adopte une attitude résignée et passive.
On la dit « apprise » car, même si l’individu a ensuite la possibilité d’agir sur ce qui lui arrive, il reste sans rien faire, comme anesthésie, sidéré.
L’expérience de Seligman (et de son équipe) fut la suivante : il soumit des chiens entravés à des chocs électriques. Les chiens pleurèrent, hurlèrent, tentèrent d’échapper à leur sort. Puis ils renoncèrent et se couchèrent au sol, manifestant des symptômes semblables à ceux de la dépression humaine.
Lorsque Seligman les laissa libres de pouvoir s’échapper, il s’aperçut que les chiens ne tentaient plus de fuir la douleur : ils avaient appris à l’accepter avec résignation.
De nombreuses espèces sont concernées par l’impuissance acquise : il n’y a qu’à penser à cette célèbre scène de « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux» lorsque, vaincu et rompu, le cheval ploie l’échine devant son bourreau « chuchoteur ».
L’être humain, lui aussi, peut, suite à des traumatismes, du stress ou des situations répétées de double contrainte, perdre sa capacité à rebondir, à s’adapter.
Il subit alors anxiété, apathie, dépression, perte de motivation, parfois de manière irréversible. L’actualité de ces dernières années fournit en nombre des exemples de ces désespoirs parfois mortels.
Des états de détresse acquise plus nombreux qu’on ne le pense Les états de détresse acquise sont plus fréquents qu’on ne l’imagine chez nos chiens de compagnie, forcés de mille manières à se plier à notre volonté : attachés en bout de chaîne, enfermés toute la journée, dressés à l’aide de méthodes irrespectueuses, violentes et coercitives, affublés de colliers anti-aboiement (électriques ou à citronnelle)… autant de situations auxquelles ils ne peuvent pas se soustraire et qui, de fait, les plongent dans la résignation la plus profonde qu’à tort, nous prenons pour un apprentissage positif, du bon tempérament ou du « simple » conditionnement.
Prenons l’exemple du collier anti-aboiements : le chien ne peut pas fuir les décharges puisqu’il a en permanence le boîtier attaché au cou. Et dès qu’il vocalise (comportement naturel pour lui, rappelons-le !, parfois même, de surcroît, encouragé dans certaines circonstances), il se voit délivrer une décharge (électrique ou odorante) à laquelle, inévitablement, il ne peut rien comprendre.
Il va peut-être apprendre à se taire, mais au prix de quelle souffrance psychique ? Certes, le comportement gênant aura disparu, mais pourquoi ? Tout simplement parce que le chien aura appris qu’il ne sert à rien de résister.
L’on peut aussi citer ces chiens d’exposition, bêtes à concours laquées, talquées, brossées, pomponnées, parfumées, parfois même colorées, et qui, une fois sur le ring de beauté, sont saisis de part et d’autre du corps, une main sur le museau, une main pour redresser la queue à la verticale, mis et remis en place malgré le bruit et la chaleur : n’ont-ils pas, eux aussi, fait l’apprentissage que rien ne sert de se défendre ?
Ces chiens apparemment si dociles sont, en fait, en état de détresse acquise : ils ont capitulé… Que voulons-nous pour nos chiens ? Est-ce réellement ce que nous voulons pour nos chiens que, par ailleurs, nous disons chérir de tout notre cœur ?
Aimer, n'est-ce pas respecter l’autre dans son identité propre, dans sa différence? N'est-ce pas apprendre à le connaître pour ne pas lui demander plus que ce qu’il peut donner ? Aimer, c’est aussi ne plus vouloir, à tout prix, un compagnon parfait, mais plutôt un compagnon heureux et équilibré.
C’est ne pas le forcer à subir nos mille fantaisies coûte que coûte, mais accepter qu’il soit un chien, et non pas un substitut d’humain. Un chien qui exprime son désir, qui réagit, qui interagit, et qui nous « dit » parfois, à sa manière, que ce qu’on lui demande ne lui plaît pas. A nous de tolérer de n’avoir pas systématiquement gain de cause. Et de viser sa coopération et sa collaboration plutôt que sa « soumission ».
[size]

espaces

[/size]

POURQUOI LES CHATS AIMENT LES PETITS ESPACES :
Comme les cartons, sacs cabas ? Les chats aiment se cacher dans des petits espaces. Tiroirs, paniers et boîtes sont des lieux qu’ils apprécient à certains moments . Ils grimpent dans les coins des placards, se cachent sous les lits. Vous rentrez de vos courses et avant même que vous ayez fini de déballer , votre chat se retrouve recroquevillé à l’intérieur de l’un de vos sacs .
Déjà vu ,pas vrai?
Vous vous êtes demandé pourquoi?
Pourquoi les chats aiment être dans des espaces aussi restreints ?
Tout simplement , ils se sentent en sécurité , sous protection et installés confortablement . Les chats ont un besoin naturel de sécurité et de protection, leur instinct de félin leur impose de rester attentif aux dangers qui peuvent se produire lors de leur somnolence . Si cet espace a un toit , c’est encore mieux. Vous devez vous assurer que votre chat a une variété d’espaces restreints où il peut se recroqueviller et faire une sieste en toute sécurité !
Les animaleries ou magasins d’articles pour animaux ont une infinité de boites ,de refuges pour que votre chat puisse trouver son bonheur . Vous pouvez même en fabriquer une avec une simple boite en carton dans lequel vous y placez une petite couverture .
Une boîte en carton à l’envers avec des trous percés dans les côtés pourra également faire une « retraite »bien agréable pour votre chat. Ouvrez de temps en temps un tiroir vide, si vous en avez, et vous verrez que votre chat pourra prendre cela comme résidence.
Les sacs en papier (mais pas en plastique) peuvent aussi être une lieu de cachette.
Cages de transport : Certains chats aiment leurs cages de transport , aussi, n’hésitez pas à les mettre à la disposition de votre chat . Placez le dans une pièce où votre chat aime aller et surtout enlever la porte.
Mettez des friandises ou des jouets préférés à l’intérieur de la cage de transport pour l’attirer . Mettez sa couverture préférée dans la cage de transport , l’odeur familière lui permettra encore mieux de l’accepter.
Le grand avantage : quand il est temps pour une visite chez le vétérinaire, il ne sera pas si effrayant pour le chat de se rendre dans sa cage de transport puisque c’est sa maison en toute sécurité. Ce conseil de confort pour votre chat n’est pas difficile à mettre en place et peut vous donner beaucoup de satisfaction en rendant votre chat « heureux»


à suivre       bonne après midi 1     Ninnenne      blog de partage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Animaux les maladies habitudes de vie....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Animaux les maladies habitudes de vie....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les maladies et les minéraux
» Les animaux des "Drôles de petites bêtes"
» Mes animaux [Chlo]
» animaux en pompons de laine
» Maladies des tourterelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Sauter vers: