AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Sam 8 Avr - 11:35

animaux creatures des fonds marins


créature




ELLE TROUVE CETTE CRÉATURE ÉTRANGE SUR LA PLAGE… ATTENDEZ DE VOIR, IL NE FAUT SURTOUT PAS LUI TOUCHER !
En se baladant sur une plage de Olivenca (état de Bahia) au Brésil, une personne a découvert une étrange créature. Il ne s’agit pas d’une méduse, mais d’une Galère portugaise ou vessie de mer (Physalia physalis).
Elle possède un flotteur (pneumatophore) qui lui permet de se déplacer en utilisant les courants marins. Sous le flotteur se trouvent des filaments de plusieurs mètres de long, extrêmement urticants La Galère portugaise, Physalie ou Vessie de mer (Physalia physalis) est une espèce de siphonophore marin, c’est-à-dire une colonie comportant quatre types de polypes1 soutenue en surface par un flotteur de 10 à 20 cm.
Malgré les apparences, ce n’est pas une sorte de méduse. Elle fait partie du neuston, cette catégorie d’organismes aquatiques liés à la surface, et de ce que le biologiste marin Alister Hardy avait décrit sous le nom de « The Blue Fleet » (La Flottille Bleue), aux côtés de deux autres cnidaires : la Porpite (Porpita porpita) et la Vélelle (Velella velella).
De ce fait, bien qu’elles vivent habituellement dans les mers tropicales et subtropicales, les vents dominants peuvent les déporter sur de grandes distances, notamment vers les côtes européennes où l’on assiste certaines années à des échouages massifs.

top 10


10 La plupart des créatures bizarres

meduse

Plusieurs photographes prennent de belles photos sur terre, certains photographes prennent de belles photos sous l’eau, et quelques photographes prennent de belles photos à moitié sur terre et sous l’eau.

licorne




L’animal le plus étrange des fonds marins : la licorne des mers !
Rencontre du Troisième Type avec un être vivant légendaire
Dans les profondeurs les plus sombres et les plus méconnues des océans sommeillent des créatures inimaginables : des créatures géantes avec des lumières sur le visage, des tentacules incompréhensibles, des corps jamais vus auparavant. Et parmi elles, il y a le pyrosome.
Vous étiez sûr que les licornes n'existaient pas ? Et pourtant : le pyrosome est affectueusement surnommé la "licorne des océans", tout simplement parce qu'il est tellement rare qu'on le croirait parfois légendaire.
Il est quasiment impossible à rencontrer, mais nous avons réussi à trouver des images exceptionnelles pour que vous puissiez enfin voir une licorne, en vrai !
Voici un pyrosome ! Contrairement à ce que vous pensez, ce serpent bizarre n'est pas un seul être vivant mais une colonies de milliers de petits organismes de quelques millimètres réunis par une sorte de tunique gélatineuse !
Sa texture est douce et spongieuse. Le pyrosome est une sorte de long tube creux ouvert d'un côté et fermé de l'autre. Selon le nombre d'organismes (zooïdes) qui forment une licorne des océans, certaines peuvent avoir une ouverture de plus de deux mètres de large.
Oui, un adulte pourrait entrer dans le corps d'une licorne de mer !
Grâce à leur tunique gélatineuse, les zooïdes peuvent se déplacer à l'unisson : leur mouvement ondulatoire est drôle et étrange à la fois. La taille d'une licorne de mer dépend du nombre, de l'espèce et de l'âge des zooïdes qui la composent.
Les plus longs pyrosomes peuvent atteindre jusqu'à 18 mètres de long ! Les observer se déplacer devient alors un véritable spectacle. Les pyrosomes fonctionnent comme des filtres et se nourrissent de planctons. Ils filtrent les eaux riches en nutriments puis expulsent le liquide !
C'est également une espèce bioluminescente qui produit une lumière verte qui peut être vue à plus de 100 mètres de distance. Chaque zooïde est capable de produire sa propre lumière et il suffit qu'un seul s'allume pour que tous ceux autour de lui s'allument aussi ! Un jour peut-être, les pyrosomes pourront être utiles pour nous aider à comprendre et à guérir certaines maladies humaines.
En effet, la bioluminescence (surtout sous sa forme collective, comme chez les zooïdes) reste un mystère chez les scientifiques mais pourrait nous aider à mieux comprendre la biologie cellulaire.
C'est l'une des espèces les plus étranges, les plus rares et donc les plus belles que vous pourrez voir dans votre vie. Pour l'admirer sous toutes les coutures, voici une vidéo d'une rencontre entre une licorne de mer et un plongeur.

[size=24]créature


Une caméra a filmé cette terrifiante créature dans les abysses de l`océan.

squale

[/size]

Une étrange créature pêchée en Écosse
Des scientifiques ont attrapé un véritable monstre au large de l'Écosse. Un animal des fonds marins, long de plus de trois mètres. Un énorme corps flasque, une peau rose et grisâtre, visqueuse et une figure repoussante.
La Marine Scotland a récemment pêché une bien étrange créature, rapporte Sciences et avenir. D'autant plus effrayant que celle-ci mesure plus de trois mètres et environ 60 kilos.
Il s'agit en fait d'un faux requin-chat, un animal des fonds marins (entre 200 et 2000 mètres de profondeur).
Ce squale est aussi connu sous le nom de requin à longue dorsale (Pseudotriakis microdon). Les scientifiques ont été surpris d'en pêcher un au large l'Ecosse.
En effet, c'est la première fois que cet animal très discret est repéré dans ces eaux. Mais le faux requin-chat vivrait en réalité dans la plupart des mers du globe !
[size]

squille multicolor

[/size]

Voici des belles surprises que nous offre la nature! Ces animaux sont si bien colorés que leurs images ressemblent à du Photoshop, mais c'est pas le cas ! Après les avoir pris en photo, pas besoin de faire des retouches, car ils sont déjà parfaits ! Admirez ces incroyables couleurs sur le corps des animaux:
[size]

regalec


une touriste très chanceuse a filmé le régalec; poisson rarement vu puisqu'il ne vit qu'au profondeur des océans.[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Sam 8 Avr - 11:53


créature de mer profonde étrange pris ds les eaux arctiques identifiée comme une espèce de long nez chimère

La ligne à pêche attrape un grand poulpe


La ligne à pêche attrape un grand poulpe !! La vue au dessous de l'eau est surprenante !!





Ces mystérieuses créatures qui peuplent les profondeurs des océans 

Les océans regorgent de bêtes aussi étranges les unes que les autres prêtes à vous sauter dessus pour vous ramener au fond de l'eau. Pourquoi risquer sa vie quand on peut se promener dans une forêt ? Bon elles aussi sont dangereuses... En fait, restez chez vous ou partez à la montagne, c'est mieux.

merveille

Plus de sept milliards de personnes cohabitent dans ce magnifique monde. Il y a tellement de merveilleuses choses sur cette terre que nous ne pourrons pas toutes les apprécier au cours de nos vies, mais bien heureusement, internet existe et permet aux personnes du monde entier de nous faire partager leurs expériences les plus fascinantes.
Une tortue en ballade sur une méduse
ALERTE INFO : Cap d'Agde plage de la Roquille. Un calamar géant s'est échoué ce matin sur la plage de la Roquille au Cap d'Agde. La Direction des Affaires Maritimes est actuellement sur les lieux. Un périmètre de sécurité a été organisé afin de permettre aux spécialistes de l'IFREMER de Sète d'effectuer les premières constations sanitaires.
D'après le Professeur Sylvain Pépin le spécimen échoué sur cette plage de la Méditerranée au Cap d'Agde serait la conséquence d'une mutation génétique intervenue depuis l'incident de la centrale nucléaire de Fukushima du 11 Mars 2011.
Nous savons de nos jours que les calmars géants vivent à des profondeurs qui dépassent les 500 mètres et ne se retrouvent à la surface ou ne subissent un échouement sur une plage qu'en de très rares occasions.
La taille maximale que peuvent atteindre ces animaux n’est pas connue avec exactitude, mais des spécimens d’une longueur totale d’environ 18 m, dont plus de 11 m de tentacules.
Un œil de calmar géant mesurant 40 cm de diamètre (retrouvé dans l'estomac d'un cachalot) a laissé supposer l'existence de spécimens mesurant jusqu'à 25 m de long ;
Toutefois aucun spécimen complet doté de telles mensurations n'a été découvert à ce jour conclu Sylvain Pépin. 

La pieuvre rose la plus mignonne




La pieuvre [size=13]rose la plus mignonne du monde Regardez-là bien, cette pieuvre fait craquer les scientifiques.[/size]
Dix-huit centimètres de diamètre, un corps comme un parachute et deux minuscules nageoires sur la tête qui permettent de se diriger.. Le monde scientifique est en émoi.
Devant une espèce rare de petite pieuvre toute [size=13]rose, qui n'a pas encore été nommée. Chargée d'analyser l'animal, Stéphanie Bush de l'Institut de recherches Monterey Bay Aquarium, est force de proposition.[/size]
«En tant que personne qui décrit une espèce donnée, vous êtes habilitée à choisir son nom», explique-t-elle dans la vidéo diffusée par Science Friday.
«L'une des choses qui m'est venue à l'esprit, c'est de nommer ces specimens "les opisthoteuthidé Adorabilis", car ils sont vraiment très mignons» dit-elle. Une idée "poulpesque" qui séduit.
Tous les médias ont relayé l'information. Des spécimens ont été collectés depuis 1990. Mais pour les plongeurs, il existe peu de chances de croiser cette pieuvre «Adorable» dans son milieu naturel.
Elle vit à 450 mètres de profondeur.

Némertes




C’est quoi cette bête avec une effrayante coulée gluante? La vidéo a été publiée par un internaute taiwanais, Wei Cheng Jian, qui est tombé par hasard sur ce « monstre ».
Alors qu’il pêchait dans le port de Penghu, il a fait cette étrange découverte, qui semble être une espèce de ver ruban… Normalement, ces animaux vivent dans les eaux tropicales très profondes, mais certaines espèces pourraient survivre sur terre.
Appelé Némertes (Nemertea ou Némertiens), ces vers aquatiques trochozoaires prennent des aspects forts différents, parfois fluos comme ici ou rouges à lignes comme des serpents, parfois de couleur terre ou sable, où ils se nichent d’ailleurs le plus volontiers à l’abri des regards.
Certains Némertiens se meuvent toutefois en eaux douces ou dans la terre humide, voire à la surface de l’eau. Mais principalement dans les régions (sub)tropicales.
Outre leur couleur, c’est leur allure dévertébrée peu ragoûtante qui suscite l’attention. Certains ressemblent fortement à des morceaux d’intestins emmêlés mais ces carnassiers deviennent encore plus effrayants lorsque, comme dans le cas qui nous occupe, ils partent à la recherche de proies qu’ils saisissent à l’aide de ce qui ressemble à une langue rose détachable, mais est en réalité une trompe dévaginable qui semble se dérouler à l’infini.
Cet appendice de succion leur permet de happer leur nourriture en dégageant d’abord une colle paralysante sur la proie.

surprise

Surprises au fond de la mer. Les urocordati, petits organismes marins équipés de larves planctoniche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Sam 8 Avr - 12:09

espece bizarroide

Le poisson pacu, le poisson mangeur de testicules mais aussi cousin du piranha

espece bizarroide

Le cochon de mer est une espèce de concombres de mer qui se situe dans les grands fonds

espèces bizarroides

e requin-lutin, l'alien des profondeurs, un spécimen rare de requin

[size=24]nature



murene



poissons

[/size]

La Mer Rouge, qui s'étend de la péninsule du Sinaï jusqu'au Yémen est l'un des plus grands réservoirs de biodiversité dans le monde.Phosphorescence dans les eaux de mer rouge
[size]


Marée Noire


Je Croyais Voir Une Marée Noire, mais j'ai Été Abasourdi quand ils ont Zoomé. L’océan regorge de choses dangereuses et surprenantes, et celle-ci ne fait pas exception.

méduses


[/size]
haïlande: un petit Français de 5 ans succombe à une piqûre de méduse..
Un petit Français de cinq ans a succombé samedi en Thaïlande à une piqûre de méduse-boîte, une des créatures les plus venimeuses de la planète.
En vacances avec sa famille sur l'île touristique de Koh Phangan (sud), l'enfant se baignait en mer quand il a été piqué. Conduit à l'hôpital de l'île, il est mort dans la soirée.
«Des examens préliminaires ont montré que le garçon était mort de la piqûre d'une méduse-boîte, a dit le lieutenant Saengroj Somrotrat, précisant que le corps de l'enfant devait être rapatrié sous peu. Son identité et sa région d'origine n'ont pas été précisées. Les autorités de l'île ont lancé un appel à la prudence aux touristes qui séjournent nombreux sur cette île paradisiaque du golfe de Thaïlande. Des panneaux d'avertissement aux méduses venimeuses ont été installés près des hôtels situés en bord de mer et des trousses de premiers soins distribuées en cas de piqûres selon le journal The Phuket News.
VIDEO. La méduse-boîte : une des créatures les plus dangereuses de la planète (attention images qui peuvent heurter la sensibilité de certains)
Redoutée des baigneurs des océans Indien et Pacifique, la méduse-boîte possède de fines tentacules (jusqu'à une quinzaine) pouvant atteindre trois mètres de long. Sa piqûre provoque une vive douleur.
[size]

cochon

[/size]

Les cochons des mers sont aussi connu sous le nom de scotoplane. Cette holothurie ou concombre de mer est un animal invertébré, au corps mou et oblong, à la peau rugueuse, possédant un cercle de tentacules autour de la bouche.


bon week-end       Ninnenne     blog de partage   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Ven 14 Avr - 12:06

Des Milliers de poissons se regroupent


Ce qui s’est passé juste après cette photo est stupéfiant. Etonnant
 Il n’y aura bien sur à jamais qu’un seul Jacques Cousteau mais son héritage est éternel. Son amour pour les océans et les fonds marins est partagé par le photographe Octavio Aburto.
Octavio, en plus d’être photographe marin, est un chercheur et plongeur émérite. Un jour, lors d une plongée au large du parc national de Cabo Pulmo au Mexique, il a croisé sur son chemin un banc de poisson.
Des Milliers de poissons se regroupent et forment une mini tornade Le photographe a pu capturer ce moment rare ou les poissons forment un tourbillon
Le general donne ses ordres à ses troupes
Nez à nez avec le banc de poissons Un exceptionnel gros plan sur les poissons Un phénomène naturel qu’Octavio observe depuis 3 ans déjà.

chaetopterus

Cet incroyable animal n'est pas un extra-terrestre débarquant des profondeurs de l'espace, mais un ver marin du genre Chaetopterus, qui prend cette couleur sous une certaine lumière et crache de la bave bleue fluorescente lorsqu'on le dérange. On connaît plusieurs espèces qui produisent des secrétions bioluminescentes mais cette couleur est inhabituelle. Elle a intrigué des chercheurs qui ont découvert que ce mucus servirait à appâter des proies ou à dissuader des prédateurs et que la molécule responsable était la riboflavine, aussi appelée vitamine B

méduse

 Une méduse d'1,50 mètre de diamètre s'est échouée sur une plage de l'île de Tasmanie.
Ces animaux prolifèrent actuellement dans les eaux du sud de l'Australie.
Hobart (Australie), jeudi.
Une méduse d'1,50 mètre de diamètre s'est échouée sur une plage de l'île de Tasmanie. Une méduse géante, d'un type non encore répertorié, s'est échouée cette semaine sur une plage australienne.
L'animal, une grosse masse visqueuse de 1,5 m de diamètre, a été découvert par une famille sur l'île de Tasmanie.
Selon la biologiste Lisa Gershwin, elle est apparentée à la méduse à crinière de lion, une espèce qui peut atteindre deux mètres. «Nous connaissons cette espèce mais elle n'a pas encore été classée», a expliqué la scientifique, précisant qu'une prolifération de grandes méduses était observée depuis quelques semaines dans les eaux de Tasmanie.

Le mystère du poisson lanterne

Le poisson Lanterne –
Myctophidae Myctophidae, ou poisson lanterne est une espèce de poisson avec la particularité, à part d’être très moche, de porter une lanterne devant les yeux, ce qui lui permet de chasser en eau profonde là où aucune lumière ne traverse, et là où les petits êtres, curieux d’y voir une lueur brillante, se jettent profondément dans la gueule de ce poisson…
Je vous l’avais bien dit… c’est moche.
Une espèce de poisson qui se fait piéger par hasard dans les filets des pécheurs, parce qu’en plus d’être laid, c’est pas bon.
Cette espèce à la particularité de ne comporter que des femelles dans leurs individus.
Cette caractéristique a longtemps interrogé les chercheurs, et ont cherchés à savoir si une espèce de vertébré avait réussi ce que les femmes aimeraient toutes : procréer sans les hommes. Et ne faire aucun garçon.
Et vous, qu’en pensez-vous ?
Commençons l’enquête.
Après la dissection d’une femelle de cette espèce, nous avons aperçu plusieurs sortes de « tumeurs », des ganglions à la surface épidermique de la femelle, et cela à plusieurs endroit et sur plusieurs spécimens. Dans ces ganglions, les chercheurs ont retrouvé des gonades mâles ressemblant étroitement à ce que pourraient être les testicules du mâle de cette espèce.
Avoir des gonades mâles « greffées » dans des sortes de « bourses » à la surface de la femelle, c’est déjà du sensationnel. Avoir des gonades mâles fonctionnelles, s’en est une autre ! Et c’est le cas chez cette espèce de poisson !
Alors les chercheurs se sont posé une tout autre question : les femelles naissent-elles directement avec ces gonades mâles à leur surface et leurs propres gonades femelles aussi fonctionnelles ? Pour répondre à cette question, les chercheurs ont récupéré un spécimen vivant, et l’ont gardé en captivité et ont tenté une reproduction grâce au sperme recueilli dans ces gonades et réinjecté sur les ovules que la femelle a largué dans l’eau.
Lors de l’éclosion des œufs, les chercheurs étaient stupéfaits : dans les sujets, il y avait autant de mâles et de femelles et les femelles ne portaient aucunes gonades mâles à leur surface. Comment se faisait-il que les pécheurs ne capturaient que des femelles avec de telles caractéristiques ?
Les chercheurs ont pu observer autre chose : seules les femelles possédaient la tige lumineuse sur leur tête, les mâles n’en ayant pas. Les chercheurs se sont alors penché sur la biologie de l’espèce directement dans son habitat naturel : les eaux profondes, tellement profonde qu’aucune lumière n’y passe. Et ils ne s’attendaient pas du tout à ce qu’ils allaient observer….
En effet, même en conditions normales, les éclosions observées ont été les mêmes que celles observées en captivité. Ils savaient alors qu’ils se passaient quelque chose après l’éclosion. Les femelles naissent directement avec une lanterne fonctionnelle, alors que les mâles n’en ont pas. Dans ces eaux profondes, les mâles sont attirés par la lumière émise par les femelles, et vont les suivre.
Dans les premiers moments de leur vie, les femelles vont pouvoir avoir accès à la nourriture alors que les mâles ne pourront pas, ne pouvant attirer les proies. Une fois que la femelle aura bien mangé et bien grossie, quelques mâles vont pouvoir se greffer sur elle. S’ensuit alors un processus complexe de fusion.
Tandis que les mâles profitent de la nourriture offerte par la femelle, par la mise place d’un réseau sanguin similaire à un placenta et un cordon ombilical comme dans la gestation chez les Hommes, les mâles vont de plus en plus fusionner avec la femelles, n’étant réduit qu’à de simples corps avec des nageoires, puis n’étant plus que de simples amas cellulaires puis n’étant plus que de simples gonades mâles.
Le reste est complètement fusionné ou disparu dans l’organisme de la femelle. Voilà pourquoi l’on ne retrouve que des sujets femelles et qu’elles possèdent les caractéristiques des sujets mâles.
Encore une preuve que les femelles/femmes veulent dominer le monde toutes seules !

LE POISSON-PERROQUET BLEU

Quand nous étions petits, nos parents nous montraient dans les [size=13]livres ou dans la nature différents animaux pour nous apprendre à les reconnaitre. Comme cela, on a pu découvrir le chien, le chat, la vache, l'écureuil ou encore le particulièrement flippant croisé caniche-bergé-allemand de ma voisine. Mais il faut savoir que dans la nature, il existe également de nombreux animaux particulièrement étranges. On sait que la nature recèle de merveilles, il faut également se rendre compte que des créatures pas spécialement très belles peuplent également notre planète. Alors pour étayer au maximum votre culture des animaux bizarres et incroyables dont on ne soupçonnait même pas l'existant[/size]

limace

Cest Glaucus atlanticus, une limace de mer vivant dans les eaux tropicales > > > > et tempérées un peu partout dans le monde.

crabe

Avant de devenir ces gros crustacés à la carapace si dure, les crabes passent par plusieurs mues. A leur naissance, ils sont assimilables à du plancton, c'est-à-dire minuscules et sans carapace. La différence de taille est saisissante.

crevette

La crevette mante-religieuse

poisson

Le poisson chauve-souris
Il s'agit d'un type de poisson vivant dans les eaux profondes (entre 200 et 1000 mètres). Il est relativement aplati et possède un prolongement au bout de la tête semblable à un nez. L'espèce en photo est l'Ogcocephalus parvus.

nudibranche

Je ne connaissais pas du tout !! Juste sublime On dirait qu'il a une couronne lol
 Chromodoris Willani Nudibranch. Ce nudibranche d'une taille maximum de 3 centimètres1, possède une marge de manteau blanc et 2 lignes noirs, l'une autour du corps et l'autre est médiane. Les rhinophores et les panaches possèdent de nombreux points blancs. Il vit dans l'Océan Pacifique tropical, à Bornéo, en Micronésie, à Okinawa. On peut aussi le retrouver en Australie, en Nouvelle-Calédonie, aux Îles Fidji et aux Îles Tonga. On les retrouve dans les récifs, les pentes externes et des tombants, entre 15 et 60 m de profondeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Ven 14 Avr - 12:19

Chromodoris reticulata

Comme si sa vie sexuelle n'était pas déjà assez mouvementée, une limace de mer hermaphrodite pousse l'originalité jusqu'à se séparer de son pénis après avoir copulé. Mais c'est pour mieux s'en faire pousser un nouveau et recommencer de plus belle.

Ce sont des chercheurs japonais qui mettent ce fait en lumière dans une étude qu'ils ont consacrée à cette limace baptisée Chromodoris reticulata et publiée dans la revue «Biology Letters» de l'Académie des sciences britannique.
«Aucun autre animal n'est connu pour copuler à plusieurs reprises à l'aide de tels pénis jetables écriventces biologistes qui expliquent que ce mollusque rouge et blanc n'a pas besoin de plus de 24 heures entre deux accouplements pour dérouler un «pénis juvénile» comprimé à l'intérieur de son corps, et remplacer l'ancien appendice usagé. Et d'expliquer que leurs observations conduites auprès de spécimens capturés en mer et placés en aquarium ont permis d'étaboir que la limace de mer peut rééditer cet exploit au moins trois fois d'affilée.

Il repousse en une journée

Longue comme le pouce, la Chromodoris reticulata qui vit sur des récifs peu profonds et se nourrit notamment de coraux mous ou d'éponges, est hermaphrodite, autrement dit elle est dotée à la fois d'organes sexuels mâle et femelle. Lorsque deux limaces se reproduisent, elles assurent simultanément les deux rôles: chacune donne son sperme et reçoit en retour celui de son partenaire, qu'elle stocke pour une insémination ultérieure.

Après chaque accouplement, d'une durée variant de quelques dizaines de secondes à quelques minutes,les cehercheurs ont noté que chaque limace se débarrassait de son pénis, un organe en forme de filament situé sur le côté de l'animal et projeté dans le vagin du partenaire.

Un examen microscopique de ces pénis jetables a mis en évidence une structure en spirale qui semble pousser pour former un pénis de remplacement, un peu à la manière d'une bobine de fil qu'on déroule. L'étude indique qu'elle n'aurait besoin qu'à peu près d'un seul jour pour être prête à la copulation.Les chercheurs ont également découvert que le pénis de la Chromodoris était recouvert de petites épines, orientées vers l'arrière comme sur un harpon. Cela rendrait difficile l'extraction du pénis une fois la copulation accomplie, expliquant peut-être pourquoi cet organe est détachable.

Les scientifiques japonais soulignent en tout cas que si de nombreux animaux sont capables de se séparer d'une partie de leur corps - la queue chez les lézards, la peau même chez certaines souris -, bien peu renoncent ainsi à leur pénis.

[size=24]mer

[/size]
[size]
La mer est son royaume. Son cœur est innocence dans son monde aquatique. Un bouclier d'argent, une collerette d'or, un manteau d'écaille, il cherche sa compagne en lieux tenus secrets. Dans la forêt marine. Sur le clavier des eaux quelques notes en bulles résonneront au loin cristallines et pures. Douces et légères pour sa belle princesse.

Physalie

[/size]
[size]
Physalie ou Galère portugaise au large des côtes de Ténérife, aux îles Canaries. Malgré les apparences, cet organisme n'est pas une méduse mais un siphonophore. C'est en fait une colonie de polypes soutenue en surface par un flotteur. Ses filaments, pouvant atteindre plusieurs dizaines de mètres, sont extrêmement urticants

barracuda

[/size]
[size]
Barracuda et plongeur immortalisés par le photographe Aaron Wong. Colloques et forums ont apporté une caution scientifique à l'événement. A l'instar de Jean-Michel Cousteau, de nombreuses personnalités ont fait l'honneur de leur présence :

crabe

[/size]
[size]
Le crabe Yéti, maître des profondeurs glacées. Le crabe yéti ( appelé aussi la galathée yéti, ou encore Kiwa hirsuta)
.Découverts en 2005,par des scientifiques britanniques dans l'océan Antarctique, cette espèce est aussi présente ailleurs dans l'océan, mais les chercheurs jusque-là ignoraient qu'il y en avait également dans cette partie du globe.
Lecrabe yéti cultive des bactéries sur ses long bras comme principale source de nourriture,élégamment habillés de soie blanche qui, apparemment, abriterait toutes sortes de bactérie sûrement utiles au bon fonctionnement de leur évolution, mais également de leur environnement.
Ils sont carnivores et se délectent de petits cadavres qui tapissent les profondeurs de l'océan glacé. Le crustacé peut atteindre une quinzaine de centimètres. Les chercheurs suggèrent maintenant, que le balancement de leur long bras aide les nutriments à recouvrir les bactéries pour essentiellement les fertiliser.
L’examen de ces bactéries a révélé qu’elles tiraient leur énergie du méthane et du sulfure d’hydrogène issus des suintements froids.Une incertitude demeure, à savoir si les appendices du crabe Yéti poilu,pourraient l’aider à détecter les courants dans l’eau. Si oui, les appendices pourraient aider les crabes à identifier les sources de nutriments qui assurent la culture de leurs microbes.
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=r3fJAHWTNpc
Une Vidéo prise par un sous-marin (ci-dessous) a ensuite révélé que les crabes récoltent leurs cultures en utilisant des appendices poilus hautement spécialisés au niveau de leur bouche, qui raclent les bactéries de leurs bras.
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=SLI3Ad-M3iM
Ils se reproduisent en masse et le mot est faible,le nombre de crabes au mètre carré est stupéfiant, ils sont des milliers entassés les uns sur les autres et semblent évoluer dans cet amas a leur aise. Leurs colonies sont énormes. La profondeur de 2500 mètres ne semble pas les déranger.
L`environnement volcanique du crabe Yéti: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=k0QsEpjLwPE#!
[/size]

axolotl

L’axolotl (Ambystoma mexicanum) est un urodèle originaire du Mexique. Le terme axolotl (ou axolote en espagnol mexicain) est d'origine nahuatl ; il se compose de « atl » signifiant eau et de « xolotl » pour chien. Il a aussi pour origine le nom du dieu de la mort aztèque nommé Xolotl, qui selon la légende prit la forme de cet amphibien afin d'échapper à l'exil et fut tué pendant sa tentative.
L’Axolotl (Ambystoma mexicanum) est une espèce d'urodèles de la famille des Ambystomatidae. Il fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l'état larvaire sans jamais se métamorphoser en adulte (on parle de néoténie), et donc de se reproduire à l'état larvaire (pédogenèse). Il est de ce fait très étudié en biologie animale. Pendant longtemps, on l'a confondu avec Ambystoma tigrinum (ou salamandre tigrée) dont on pensait qu'il s'agissait de la forme adulte.
La salamandre tigrée n'est qu'occasionnellement néoténique, alors que l'axolotl l'est généralement dans la nature. Une autre des particularités qui ont fait la célébrité de l'axolotl est sa capacité à régénérer des organes endommagés ou détruits.
L'axolotl est non seulement capable de reconstituer par exemple un œil manquant, mais il peut aussi recréer certaines parties de son cerveau si elles ont été détruites. Sa tolérance aux greffes est également exceptionnelle.
L 'axolotl est un animal qui semble avoir un maximum d'activité au lever et au coucher du soleil. À la fin de sa croissance, vers l'âge de 18 ou 24 mois, l'axolotl mesure entre 15 et 33 cm, bien que la taille moyenne se situe plutôt aux alentours de 25 cm. Les spécimens atteignant plus de 30 cm ne sont observés que rarement. En aquarium, on y trouve la plupart du temps des individus mesurant dans les 20 cm. On note la présence de sillons costaux chez la larve et l'adulte. À l'état larvaire, ils possèdent des yeux sans paupières ainsi que des branchies à la forme très particulière de fougères, réparties habituellement en deux groupes de 3 houppes branchiales, de part et d'autre de la tête. Celles-ci ne sont pas internalisées (comme elles le sont chez les poissons ou tétards).
L'axolotl possède également des poumons et peut se servir de sa peau pour respirer. Il existe différentes pigmentations, dont une forme normale sombre (présence de mélanine) qui va du noir à différentes variantes de gris en passant par des bruns et couleurs « bronze », et une forme dépigmentée (pas de mélanine mais yeux noirs, particularité appelée leucistisme), et même une forme albinos (absence de mélanine). Les formes albinos et dépigmentées n'existent qu'en captivité. Cette dernière (individus atteints de leucistisme) provient d'un même individu rapporté à Paris en 1863 dans un chargement à destination du Jardin des Plantes. La forme véritablement albinos est couramment utilisée dans les laboratoires et les magasins animaliers. Elle fut créée par un laboratoire américain dans les années 1950 grâce au croisement avec une salamandre tigre albinos.
Aucun des axolotls vendus actuellement dans le commerce n'est capturé dans le milieu naturel, cette pratique étant interdite. La plupart descendent de spécimens utilisés pour la recherche, même ceux disponibles dans les animaleries. Ambystoma mexicanum, forme sauvage Les axolotls sont très proches des salamandres tigrées, leurs formes adultes comportent de nombreuses similitudes, étayant un peu plus la théorie selon laquelle les axolotls seraient issus d'une ramification de cette espèce. La métamorphose de la larve axolotl en adulte se traduit par l'atrophie de ses branchies, le développement de ses poumons (rachitiques à l'état larvaire), et par une série de transformations de son corps lui permettant de quitter son milieu exclusivement aquatique. Cette métamorphose est très rare dans des conditions naturelles. Elle est parfois provoquée par une baisse radicale du niveau des eaux accompagnée d'un réchauffement important. En captivité et avec un axolotl en pleine forme, il suffirait de le déplacer d'un milieu purement aquatique vers un vivarium dans lequel on réduirait progressivement le niveau de l'eau. Menacé d'assèchement, il arrêterait alors d'utiliser ses branchies et privilégierait ses poumons. Ainsi sur plusieurs semaines, il se métamorphoserait petit à petit en adulte. Une précaution à prendre est de maintenir une atmosphère humide dans le vivarium, en y vaporisant de l'eau par exemple (via un brumisateur). De façon artificielle, une stimulation chimique de la thyroïde peut être utilisée pour déclencher cette transformation, ceci par le biais d'injections d'« iodine » ou d'hormones de type « thyroxine ». La perte de la capacité à produire d'eux-mêmes les hormones nécessaires à cette transformation résulte du caractère néoténique de cet animal. De plus, ce changement réduit considérablement l'espérance de vie de l'axolotl, si tant est qu'il y survive. Un axolotl au stade néoténique peut vivre de 10 à 15 ans (bien qu'un individu observé à Paris aurait vécu jusqu'à l'âge de 25 ans). Un individu au stade adulte, lui, ne dépassera guère les 5 ans.

méduse

La Rochelle (France), les méduses sont nombreuses et variées. Cette photo met parfaitement en lumière leur constitution, à majorité d'eau (95%).

raies

Les raies sont-elles venimeuses ?
En fait, elles ne le sont pas toutes. Contrairement aux idées reçues, les diables de mer et les mantas ne sont pas dangereuses, mais il existe quelques espèces comme les magnifiques pastenagues qui portent un dard épineux. Elles ne sont pas agressives, mais plutôt amicales. Toutefois, attention à vos pieds lorsque vous nagez dans des régions où les raies venimeuses se tapissent sur le sol : elles pourraient vous piquer simplement pour se défendre, et il parait que c'est très douloureux

poulpe

L'incroyable faune de la Méditerranée est très bien représentée au pied des Calanques, dans la partie du parc national entièrement marine. Poulpes, gorgones, herbier de Posidonie mais aussi nombreux poissons se partagent la vedette des fonds marins.

corail

Magnifique, le corail rouge disparait peu à peu de la Méditerranée. Mais le parc national des Calanques comprend un immense territoire marin qui sera encore mieux protégé : une chance pour cet animal dont l'aspect végétal ravit les amoureux de la mer

corail

Le corail et l'anémone : de fausses fleurs, mais véritables prédateurs Souvent confondu avec un minéral parce qu'il en est très chargé, le corail éblouit à l'état naturel par ses couleurs et son aspect étrange. Difficile de croire que cet animal en forme de plante se nourrisse d'autres animaux ! Immobile, il les attire à lui et les absorbe grâce à des cellules spécialisées. Ses proies les plus courantes sont généralement de tout petits animaux marins. Sa voisine l'anémone avale elle aussi des animaux aquatiques. Elle reste la principale prédatrice de la méduse, avec la tortue.

huitre

La leçon de l'huître perlière
"Si vous savez observer la nature, vous verrez qu'elle ne cesse de nous présenter des méthodes pour résoudre nos problèmes.
Par exemple: comment l'huître s'y prend-elle pour fabriquer une perle?
À l'origine, il y a un grain de sable qui est tombé dans sa coquille, et ce grain de sable est une difficulté pour elle, il l'irrite. «Ah, se dit-elle, comment m'en débarrasser ? Il me gratte, il me démange, que faire?» Elle commence à réfléchir, elle se concentre… elle médite ! Et un jour elle commence à sécréter une matière spéciale avec laquelle elle enveloppe ce grain de sable tellement irritant, de façon à ce qu'il devienne lisse, poli, velouté. Et quand elle y a réussi, elle est contente, elle se dit: «J'ai vaincu une difficulté, je l'ai transformée!» Alors, voilà la leçon de l'huître perlière : elle vous apprend que par la pensée vous pouvez envelopper vos ennuis, vos contrariétés d'une matière lumineuse, irisée, et ainsi vous amassez des richesses inouïes au-dedans de vous. Le véritable spiritualiste est celui qui sait travailler sur ses difficultés pour en faire des perles précieuses.

Les siphonophores

Derrière ce nom compliqué se cache probablement l'animal le plus grand du monde. Il pourrait atteindre 40 m de long ! Le siphonophore est un long rideau de matière molle transparente et gélatineuse (comme les méduses) composé de milliers d'individus minuscules indispensables à la survie de l'ensemble. Chaque individu a une forme précise et est spécialisé dans une tache bien spécifique comme la reproduction, les mouvements, la prédation, la digestion, la production de lumière... Les scientifiques pensent donc qu'il s'agit d'un superorganisme unique, voilà pourquoi on estime qu'il serait le plus grand animal du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Ven 14 Avr - 12:34

Les calamars géants

Les calamars géants sont sûrement le cas le plus connu de gigantisme abyssal et celui qui a a alimenté, alimente et alimentera toujours les fantasmes des hommes sur les créatures des profondeurs. Il faut toutefois distinguer deux familles de calamars qui peuvent atteindre ou dépasser les 10 m : le calamar géant et le calamar colossal. Le plus grand des deux serait le calamar colossal qui fréquente les eaux antarctiques. Selon des estimations, il pourrait mesurer jusqu'à 14 m. Encore plus impressionnant, la taille de ses yeux, les plus gros du règne animal : entre 30 et 40 cm de diamètre ! De plus, le calamar colossal possèdent des photophores dans les yeux. De vraies phares de voitures pour attraper ses proies ! Ses proies justement seraient bien plus petites que ce que l'ont pourrait croire. Il se nourrirait essentiellement de grand poissons des profondeurs et de calamars plus petits. Pas de baleine à son menu, c'est lui qui est au menu des cachalots et des requins dormeurs du pacifique.

Les calamars bijoux

Les calamars de cette famille ont non seulement des chromatophores (les cellules de leur peau qui leur permettent de changer de couleur) particulièrement actifs mais possèdent également de très nombreux photophores. Ces calamars peuvent grâce à ces cellules spécialisées briller de mille feux dans le noir des abysses. La couleur des invertébrés tranche avec les tons tristes de la plupart des habitants vertébrés (poissons) de ces profondeurs qui souvent sont très foncés.

Les poissons aux yeux en forme de barils

Non seulement ces poissons qui vivent entre 500 et 1000 m de profondeur ont des yeux tubulaires énormes mais le dessus de leur crâne est transparent ! Ils peuvent donc voir au dessus de leur tête sans bouger en tournant leurs yeux vers le haut. Détecter des proies ou des prédateurs ? La raison pour laquelle cette famille a développé ces yeux uniques n'est encore qu'au stade de l'hypothèse.

régalec

Le régalec est un poisson étonnant. Un corps en forme de ruban, très long et plat, dont on ne connait pas la longueur maximum. Les plus gros sépcimen capturés ou observés mesuraient 11 ou 12 mètres. Une longue nageoire rouge vif sur le dos qui ondule sur toute sa longueur et qui se termine par deux longues "antennes". Il est tellement long que les scientifiques pensent qu'il peut se séparer de sa queue, voire d'une partie de son corps. En réduisant sa longueur, il pourrait se déplacer plus facilement. Sa queue n'a d'ailleurs jamais été observée dans son intégralité sur un spécimen adulte. Les rares rencontres avec le régalec ont eu lieu le plus souvent en surface avec un individu qui venait mourir sur une plage ou des rochers. Depuis la fin des années 2000, les scientifiques ont réussi à le filmer. La dernière fois qu'on l'a aperçu, c'était à 829 m de profondeur non loin d'une plate-forme pétrolière dans le Golfe du Mexique. Le spécimen semblait flotter à la verticale, la tête vers le haut (photo).

Le nautile

Cet étrange escargot survivant, lui aussi, de l'époque préhistorique est de la même famille que les calamars, les seiches et les poulpes. Il est relativement courant dans les eaux est-autraliennes et autour de certaines îles du Pacifique entre 250 et 500 m de profondeur. Il se sert de ses 90 tentacules pour se nourrir quand il remonte la nuit à de plus faibles profondeurs.

L'isopode géant

Pour se rendre compte plus précisément de ce à quoi peut bien ressembler bathynome géant, il suffit d'imaginer un cloporte gris avec des reflets rosés nourri aux hormones de croissance... Avec ses 55 cm et 1,7 kg (pour le plus gros spécimen découvert), il se ballade sur le fond de la mer jusqu'à 2140 m des Caraïbes au Brésil ou de l'Inde à la mer Rouge. Principalement charognard, il ne fait toutefois pas la fine bouche face à des crevettes ou des éponges. Il se goinfre en fait tout de ce qui se présente au point de ne presque plus pouvoir bouger. Des pêcheurs qui le prennent parfois dans leurs filets affirment que, même pris au piège, il continue à dévorer les poissons qui se trouvent dans les mailles du filet autour de lui.

Le crabe yéti

15 cm de long et des yeux atrophiés pas de quoi susciter la peur... mais ses longues soies (des poils) sur les pattes et un teint immaculé lui ont fait gagner son nom effrayant après sa découverte en 2005. On rencontre ce yéti des grands fonds dans le Pacifique sud à 2 500 mètres de profondeur près des sources hydrothermales

crabe

Ce crabe titanesque peut atteindre 3,50 m d'envergure et peser 20 kg ! Présent jusqu'à 600 mètres dans les eaux pacifiques japonaises, c'est un nettoyeur qui se nourrit de matière organique en décomposition comme par exemple des cadavres de poissons ou de mammifères marins tombés au fond de l'océan. Sa grande taille anormale en comparaison aux autres crabes qui vivent moins profond constitue un cas de ce que les scientifiques appelle le gigantisme abyssal

Les poissons-vipères

Des dents impressionnantes et un comportement de prédateur aussi pour les 9 espèces de poisson-vipère vivant jusqu'à 2 500 mètres de pronfondeur. Ces poissons qui pourraient vivre jusqu'à 40 ans ne peuvent peut-être même pas fermer la gueule. Ils seraient les principaux prédateurs des poissons-dragons mais aussi parfois des proies pour les dauphins et les requins la nuit quand ils quittent les abysses pour chasser

Les poissons-ogres

Ce poisson de 16 centimètres vit à 5 kilomètres de profondeur aspire ses proie et les saisit avec ses dents gigantesques. Il possèderait d'ailleurs les plus grandes dents du règne animal par rapport à sa taille. Au contraire des autres espèces de la plupart des poissons des grandes profondeurs, il n'attend pas sa proie. C'est un véritable prédateur.

Les poissons-dragons

Cette familles regroupe des espèces à l'allure plus ou moins effrayante au corps allongé et à la bouche énorme hérissée de dents aussi effilées que des aiguilles. Au contraire de la baudroie abyssale, le poisson-dragon porte son ou ses leurres lumineux sous la tête

Le Caulophryne Jordani

Le Caulophryne est sans doute le membre le plus affreux des baudroies abyssales. En plus du long leurre lumineux sur le front, il arbore de longs filaments partout sur le corps... Charmant.

baudroies ou dragons des abysses

Cette famille de poissons des grands fonds se rencontrent entre 1 000 et 3 000 mètres de profondeur. Cette famille de poissons au corps arrondi a la particularité de posséder un long leurre lumineux devant la gueule pour attirer leur proies. Les femelles de cette famille ont une tête et une bouche énorme par rapport au reste de leur corps. Elles peuvent avaler des proies quasiment aussi grosses qu'elles. Les mâles sont beaucoup plus petits que les femelles. Les possibilités d'accouplement sont tellement rares dans l'immensité sombre des océans que quand un mâle rencontre un femelle, il s'y accroche jusqu'à ce que son corps fusionne avec celui de sa bien-aimée. Le tout petit mâles dont les organes s'atrophient devient une sorte de parasite de la femelle.

méduse

A partir de 200 mètres de profondeur, la lumière du soleil venue de la surface n'est plus suffisante pour la photosynthèse et à partir de 1 000 mètres, les organismes vivants évoluent dans une totale obscurité. Ou presque. La lumière que les scientifiques aperçoivent parfois n'est pas celle du soleil mais est d'origine animale. A cette profondeur un grand nombre d'animaux sont capables de produire de la lumière grace à des organes spéciaux. Méduses, calamars, poulpes, poissons émettent des flashs, des nuages, des ondes lumineuses pour échapper à un prédateur ou pour attirer une proie.

créature fond marin

Mêmes si les pêcheurs remontaient parfois des créatures étranges dans leurs filets, avant que les hommes ne puissent plonger jusqu'au fond des océans, les scientifiques pensaient qu'il n'y avait pas de vie dans les abysses. Depuis la fin du XIXe et le début du XXe siècle et le développement de l'océanographie, les scientifiques ne cessent de découvrir et de décrire de nouvelles espèces. Sur les 15 800 espèces de poissons de mer officiellement recensées, il y en aurait au moins 2 000 dans les abysses

calamar

Comme toute espèce vivant dans les profondeurs marines, le calamar géant est difficile à étudier. À ce jour, il reste cependant le plus gros mollusque du monde : en 2002, un spécimen de 250 kg, avec des tentacules de 15 m de long, s'est échoué en Tasmanie. Mais il pourrait y en avoir de plus gros : des tentacules retrouvées dans l'estomac d'un cachalot pourraient avoir appartenu à un calamar de 50 mètres de long !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   Ven 14 Avr - 12:42

copepode

Ce copépode Gaetanus brevispinus (crustacé) se retrouve dans tous les océans du monde. Mais il est plus souvent récolté par les scientifiques dans les eaux polaires, où son habitat naturel (une eau très froide) se situe plus près de la surface que dans les eaux plus chaudes. Dans celles-ci, il élit domicile en profondeur, jusqu'à 3 000 m

mimonecte

Mimonectes sphaericus est un amphipode commensal, c'est-à-dire qui vit aux dépens d'un autre organisme. En l'occurence, le crustacé vit sur une méduse et sa famille. Les larges antennes ressemblant à des lames n'apparaissent que chez les mâles

krill

Le krill arctique Thysanoessa raschii a été découvert en grande quantité sous la glace dans les eaux arctiques

[size=24]ange

[/size]

Un ange des mers ? Un fantôme aquatique ? Cet animal (3 cm) est en fait un Platybrachium antarcticum. Il nage dans les eaux profondes de l'Antarctique, chassant les ptéropodes
Cet animal de 3 centimètres de long a des allures de fantôme ou d’ange des mers (ghost-like sea-angel). Scientifiquement dénommé Platybrachium antarcticum, cet escargot semi-transparent « vole » dans les profondeurs de l’Antarctique, chassant les ptéropodes (d’autres escargots) pour se nourrir.
[size]

poux

[/size]
[size]
Des poux de mer sous la glace dans la mer de Beaufort (océan Arctique). Ces amphipodes sont la principale nourriture des cabillauds qui, à leur tour, sont chassés par les phoques

chasseur

[/size]
[size]
Le nemertean Pelagonemertes rollestoni, mesurant environ 3 cm, chasse le zooplancton, qu'il harponne avec un dard lové dans sa langue. Son estomac orange se tend pour nourrir toutes les parties de son corps. Il a été photographié dans l'Antarctique

dumbo

[/size]
[size]
Entre 1 000 et 3 000 m de profondeur, sur une arête au milieu de l'océan Atlantique, les chercheurs ont découvert plusieurs specimen d'un animal rare et primitif ressemblant à une pieuvre. Ils sont surnommés "Dumbos" car, pour nager, ils font de grands mouvements avec leurs larges oreilles... Dans les filets des scientifiques : un "jumbo Dumbo" long de 2 mètres et lourd de 6 kg (le plus grand des rares dumbos jamais capturé) et un "nouveau Dumbo" (photo), inconnu jusqu'alors de la science.

limacina

[/size]
[size]
Ce ptéropode sans coquille (organisme marin à corps mou appartenant à la famille des gastéropodes, c'est-à-dire des escargots) peut mesurer jusqu'à 4 cm de long. Trouvé à la fois dans les eaux arctiques et antarctiques, le Clione limacina s'attaque uniquement à ses compagnons ptéropodes avec coquille,

meduse

[/size]
[size]
Cette hydromedusae, appelée Calycopsis borchgrevinky, est l'une des plus répandues dans les eaux de l'Antarctique.

fond marin

[/size]
[size]
Depuis 9 ans, des centaines de chercheurs participent à l'opération "Census of Marine Life", afin de recenser les espèces des fonds marins. Voici les "petits nouveaux" de la faune aquatique, découverts en 2009. 
Les pous de mer, comme l'hyperoche capucinus, nagent dans les eaux polaires. Ce specimen, de la taille d'un doigt humain,

bon week-end      C'est terminé             Ninnenne      blog de partage   [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)   

Revenir en haut Aller en bas
 
animaux creatures des fonds marins(photos et parfois textes??)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La destruction des fonds marins
» Vos animaux + photos
» Ciels marins du 2 et 3 juillet
» pan pastel animaux
» Une cité sous marine!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: