AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Hasards et coincidences???+ autres?????

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 11:58

Hasards et coincidences

Coincidences curieuses





Les deux "Richter"

En 1915, deux soldats furent admis séparément à l'hôpital militaire de Katowice en Bohême. Tous deux avaient 19 ans, souffraient de pneumonie, étaient nés en Silésie, volontaires dans le Train des Equipages et s'appelaient Franz Richter. 
Le scarabée de Jung
Au cours de son traitement, une patiente de Jung lui raconte un rêve où elle recevait en cadeau un scarabée d'or. Au même moment, il entendit un bruit à la fenêtre provoqué par un insecte. Il le captura et constata qu'il s'agissait d'un scarabéïdé de la famille des lamellicornes, le plus proche du scarabée qu'il soit possible de trouver sous nos latitudes. 
Le chien
En 1955, Emile M. décida d'abattre son chien malade. Il l'attacha au fond du jardin et tira. La balle traversa la haie et tua une dame qui passait dans la rue. Il s'agissait de Mademoiselle Le Chien.



Une étrange rencontre (21 avril 1988)
Bien qu'habitant désormais Nice, je préfère me faire hospitaliser dans la région parisienne où réside ma famille. C'est ainsi que mon médecin traitant me dirige sur l'hôpital Necker. Le chirurgien consulté le 14 avril me fixe un rendez-vous le jeudi suivant 21 avril, pour une urographie intraveineuse. L'examen étant prévu à 8 h 45, je me suis présenté une demi-heure avant, soit vers 8 h 15. La préposée au service radiologique me dit que j'ai une demi-heure de retard, l'examen daprès elle devant avoir lieu à 7 h 45. Après avoir vu ma convocation qui indique 8 h 45, elle pense que sa collègue s'est trompée. Juste derrière moi arrive un homme, ayant à peu près mon âge. Il se présente en déclarant s'appeler Jean Moisset et s'excuse d'avoir une demi-heure de retard, car il avait rendez-vous à 7 h 45, comme pour moi, à la demande du service d'urologie, mais pour un examen différent, avec anesthésie. Le nom de Moisset n'est pas très répandu, la concordance de prénom, les circonstances de notre arrivée presque simultanée au service de radiologie, et le fait que nous étions envoyés tous les deux par le service d'urologie, font qu'il est peu probable qu'il sagisse dun simple hasard. En outre, en ce qui me concerne, cette coïncidence s'ajoute à beaucoup d'autres auxquelles je fus confronté au cours de ces derniers mois. 



Le numéro d'immatriculation

Ayant volé une voiture en région parisienne, un malfaiteur change le n° d'immatriculation et part dans le Sud-Est. A Avignon, il s'arrête prendre de I'essence. Une autre voiture vient se placer à côté de la sienne. Quelques minutes après, il est arrêté, le garagiste ayant prévenu la police après avoir remarqué que les n° d'immatriculation des deux voitures étaient identiques.




Les 6 Holden

En 1928, à Blackburn, un accident d'automobile permet l'étrange rencontre de six personnes dont le patronyme est Holden. Des deux voitures entrées en collision, l'une appartenait à un Holden, elle était conduite par un Holden qui avait auprès de lui un domestique nommé Holden. Lautre avait pour propriétaire un autre Holden et le chauffeur sappelait Holden. L'agent qui vint établir le procès-verbal sappelait lui aussi Holden. 


Le cas extraordinaire des deux Jim

Jim Lewis et Jim Springer, frères jumeaux nés en 1939 et séparés après leur naissance, furent très surpris de la similitude de leur vie lorsqu'ils se retrouvèrent à l'âge de 40 ans : 
- ils ont été prénommés Jim par leur famille adoptive; 
- le prénom de leur frère adoptif est Larry; 
- leur première épouse s'appelait Linda; 
- leur épouse en secondes noces se prénommait Betty; 
- ils eurent chacun un fils, l'un se prénommait James Allan, l'autre, James Alan; tous les deux se rongent les ongles; 
- ils avait chacun un chien appelé Toy; 
- tous les deux ont été adjoints de shérif, ont travaillé dans un restaurant Mac Donald ainsi que dans des stations services; 
- ils possédaient le même modèle de voiture Chevrolet bleue; 
- ils buvaient la même marque de bière et fumaient des cigarettes de la même marque; 
- leurs loisirs étaient semblables, notamment pour le bricolage et ils passaient leurs vacances sur une plage en Floride dans la même localité 


Le roi et son sosie

Le 28 juillet 1900, le roi Umberto 1er d'Italie se rendait à Monza où le lendemain il devait remettre des prix à l'occasion d'une compétition d'athlétisme. Le soir, il dîna dans un petit restaurant et remarqua que le patron lui ressemblait étrangement physiquement et d'allure. Au cours de la conversation avec lui, le roi fut complètement sidéré devant la fantastique série de coïncidences existant entre eux : 
- tous deux étaient nés le 14 mars 1844 dans la même localité 
- ils se prénommaient Umberto; 
- ils s'étaient mariés le 22 avril 1980 avec une femme appelée Margherita; 
- chacun avait un fils prénommé Vittorio; 
- Umberto avait ouvert son restaurant le jour du couronnement du roi Umberto 1er; 
- ils avaient été décorés chacun par deux fois pour actes de bravoure. 
Tous les deux eurent une fin tragique marquée par une ultime et étrange coïncidence.Venant d'apprendre que son sosie avait été tué dans un accident de chasse, le roi Umberto tombait quelques instants plus tard sous les balles de l'anarchiste Bresci mêlé à la foule. 

La bague de fiançailles

Peter Richardson voulait offrir une bague originale à sa fiancée Anne. Un jour, il se rendit à Birmingham, puis sans raison, traversant une rue, il pénétra dans une boutique à la vitrine opaque. Sa fiancée se trouvait à l'intérieur où elle examinait un diamant monté sur un anneau d'or qui semblait lui convenir parfaitement. Aussitôt, Peter l'acheta. Peu après, il s'aperçut que le bijou était gravé A 23 P, soit A pour Anne, 23 qui correspondait au jour prévu de leur mariage, et P pour Peter. 

Un paquebot victime de la loi des séries

Commencée en 1937 aux Pays-Bas, la construction de l'Achille Lauro, appelé provisoirement numéro 214, fut interrompue en 1941 à la suite de l'invasion de l'armée allemande. 
Le navire fut finalement lancé en 1946 et baptisé Willem Ruys . Son nom, à l'origine, devait être Ardjoena. Or, il existe une superstition selon laquelle le fait de changer le nom d'un bateau avant qu'il prenne la mer risque d'être de mauvaise augure pour la destinée de celui-ci. Un armateur italien, Achille Lauro, le rachète en 1966 et lui donne son nom. Après avoir été affecté à des transports d'immigrés, le navire est transformé en 1970 en paquebot de croisière. 
A partir de ce moment là, l'Achille Lauro connaît une longue série d'avaries, d'incidents et d'accidents divers dont voici un résumé. 
En 1971, le paquebot heurte un bateau de pêche napolitain ; un mort à déplorer. 
Alors qu'il est à quai dans le port de Gênes, en 1972, un incendie dû à un acte de malveillance se déclare à bord. Ensuite lors d'une croisière au cours de l'année 1975 dans les Dardanelles, l'Achille Lauro heurte un cargo libanais dont 4 marins sont portés disparus. 
En 1976, les douaniers italiens saisissent dans sa cargaison des machines à sous embarquées illégalement. 
Tout va bien jusqu'à 1981. Cette année là, un incendie se déclare à bord du navire au large des îles Canaries. Deux passagers pris de panique se jettent à l'eau et périssent noyés. Les autorités des îles Canaries saisissent le paquebot en 1982 à la requête de créanciers allemands. 
Au cours de l'été 1985, un commando de terroristes palestiniens détourne l'Achille Lauro et prend en otages son équipage et ses passagers. L'un de ces derniers, un touriste américain handicapé, est jeté à la mer dans son fauteuil roulant. 
L'année suivante, lors d'une croisière en Egypte, le paquebot s'échoue dans un banc de sable près d'Alexandrie et connaît ensuite une alerte à la bombe. 
En 1987, cinq ans après le décès de l'armateur Achille Lauro et par suite de la faillite de sa compagnie, les bateaux de sa flotte furent mis aux enchères, y compris le célèbre paquebot qui poursuivit sa carrière sous pavillon sud-africain jusqu'au début de 1991, puis ensuite parti en Australie. 
L'Achille Lauro joua son propre rôle en 1990 lors de la réalisation du film de télévision sur l'attaque des terroristes palestiniens. Le tournage se passa bien. Cependant, une actrice du téléfilm, Rebecca Schaeffer, fut assassinée peu de temps après son retour aux USA. 
L'année 1994 devait mettre fin à l'odyssée de l'Achille Lauro. Le 30 novembre, alors qu'il se trouvait au large de la Corne de l'Afrique, un incendie se déclara à bord. Les passagers furent évacués sur Djibouti. On déplora 2 morts par crise cardiaque et 8 blessés. Le navire coula le 2 décembre. 
Toutes ses tribulations ne découragèrent pas la clientèle. L'Achille Lauro connut de brillants succès dans quelques somptueuses croisières.



bonne après midi 1      Ninnenne     blog de partage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 12:33

Le saviez vous ?

Légende de la première coupe à champagne





Le champagne peut être bu dans des flûtes ou dans des coupes. La flûte est utilisée plus fréquemment (mais on dit toujours "je vous sers une coupe"), car elle conserve mieux l’arôme et les bulles du champagne.

La légende raconte que la première coupe à champagne a été moulée sur le sein de la marquise de Pompadour (1721-1764), qui était la maîtresse favorite de Louis XV. D’autres prétendent qu’elle a été moulée sur le sein de Marie-Antoinette (1755-1793), reine de France et épouse de Louis XVI.

Ces légendes étaient probablement colportées pour donner une image décadente de la marquise de Pompadour et de Marie-Antoinette. Elles ont peut-être aussi pour origine un cadeau que Louis XVI fit à la reine : un service de porcelaines pour boire le lait, qui comportait des bols inspirés d’un modèle grec de l’Antiquité, en forme de sein.



Mais qui est donc "John DOE"






Aux États-Unis, "John Doe" est un nom qui désigne une personne non identifiée. C’est l’équivalent de notre "Monsieur X". Ce nom aurait pour origine un document juridique anglais datant du règne du roi Édouard III (1312-1377).

"John Doe" est par exemple utilisé sur les fac-similés de papiers d’identité et de formulaires. C’est aussi le nom donné aux cadavres non identifiés. Ce terme est également employé dans les arrêts de justice, par exemple quand les maisons de disque poursuivent un individu inconnu pour piratage de morceaux de musique.

Le féminin de John Doe est Jane Doe.

Chaque pays possède un nom pour désigner une personne inconnue. C’est par exemple "Max Mustermann" en Allemagne, "Jan Jansen" aux Pays-Bas, "John Smith" au Royaume-Uni, "Fulano" au Brésil et en Espagne.


[size=24]Quest-ce que le Kopi Luwak ????

[/size]
[size]





Le kopi luwak est considéré comme l’un des meilleurs cafés. Produit en Indonésie, il vaut environ 250 euros le kilo, ce qui en fait l’un des cafés les plus chers au monde.

Ses grains sont récoltés dans les excréments d’une civette (le "luwak") photo ci-dessus, qui vit dans les caféiers et consomme les grains, mais sans les digérer. Avant d’être rejetés, ils sont fermentés dans le système digestif de l’animal, ce qui leur donne un goût particulier.

Seul le Luwak possède cette caractéristique étonnante, ce qui explique la rareté et le prix de ce café.



Un conseil : n'achetez jamais du café en provenance d'Indonésie loooool!!!!!



les radars ou l'habit ne fait pas le moine !!!

[/size]
[size]






Méfiez-vous des fromages et des vaches qui fleurissent le long de l'autoroute suisse, ce sont des radars !
Levez le pied si vous apercevez un emmental géant au bord d'une route helvétique : il s'agit probablement d'un radar installé par la police afin de détecter les excès de vitesse. 

À l'entrée de Genève, s'il arrive de Lausanne par l'autoroute, l'automobiliste aperçoit un imposant fromage jaunâtre aux trous de souris caractéristiques de l'emmental À y regarder de plus près, le fromage est doté d'une antenne et de petites vitres tout aussi caractéristiques de la cabine de radar, dont il a la forme et la taille réglementaires. Une dizaine de radars fixes ont ainsi été décorés par la police suivant différents thèmes qui fleurent bon l'Helvétie : la vache, la montre Swatch, le couteau suisse, la boîte aux lettres, le bouchon... 




Dans le canton de Zurich, à l'autre bout du pays, les policiers sont peut-être un peu moins bucoliques, mais tout aussi roublards les routes du canton le plus peuplé de Suisse sont parsemées de fausses cabines de radar. "La majorité des boîtiers sont vides : c'est juste pour faire peur", explique un responsable de la police cantonale. À quand le radar en forme de baguette et de bouteille de vin sur le périph’ ?



Le coup de foudre, un mystérieux phénomène ?? non !!! un simple petit nerf !!

[/size]
[size]



Un simple petit nerf



Heureux sont ceux qui ont connu le coup de foudre. Frappées par ce mystérieux phénomène, elles en gardent un souvenir inaltérable, autant par sa force que par son mystère. 

Récemment, des scientifiques ont fait une découverte qui pourrait bien expliquer cet énigmatique phénomène.



Un simple nerf!

Inutile de chercher dans vos livres de biologie ou de neurologie, car le grand responsable du coup de foudre était demeuré caché jusqu'à tout récemment.

Ce petit cachottier, s'appelle le nerf terminal ou nerf zéro. Il s'agit d'un petit nerf qui sort de la base du crâne et qui se termine dans le nez. Grand responsable de l'attraction sexuelle subliminale, il serait sensible à certaines phéromones et aurait un rôle capital dans nos réactions sexuelles. 

Ce petit nerf - le nerf terminal - était demeuré dans l'ombre, tantôt perçu comme un prolongement du nerf olfactif, tantôt comme une partie atrophiée de nos sens, car les scientifiques ne lui trouvaient aucune utilité. C'est en disséquant un dauphin que Douglas Field1 a pu faire la lumière sur le nerf zéro. Les dauphins n'ayant pas d'odorat, si le nerf terminal avait été une partie du système olfactif, il aurait dû être absent comme tout le reste du système olfactif chez les dauphins. Or, le petit nerf blanc en question, directement axé vers le cerveau du dauphin, y était intact après des années d'évolution sans sens de l'odorat. Ce qui signifie que le nerf terminal a définitivement un rôle distinct à jouer puisque le dauphin l'a conservé au fil de son évolution malgré qu'il ait abandonné l'odorat.


Mais que fait le nerf terminal?

Il semblerait que ce nerf - aussi présent chez les humains - soit sensible à certains messages transmis par les phéromones, messages qui nous indiqueraient que la personne qui les émet possède un ensemble de gènes propices à une reproduction efficace avec la personne qui les perçoit. De plus, ce nerf serait en mesure de déceler des messages hormonaux négatifs, suggérant que l'émetteur n'est pas compatible au récepteur, ses gênes étant trop semblables et risquant de provoquer une descendance qui aurait des anomalies congénitales. Alors, pourquoi le coup de foudre? Ces messages pourraient simplement nous faire préférer un partenaire plutôt qu'un autre. C'est que le nerf zéro ne passe pas par la moelle épinière comme la plupart des autres nerfs et que, en conséquence, ses informations atteignent le cerveau sans passer par le cortex cérébral où naît la conscience. Donc, l'information reçue par le nerf terminal n'est pas filtrée par la conscience, créant un impact foudroyant, nous faisant ainsi ... perdre la tête!



Etonnant !! la crevette pistolet

[/size]
[size]



L’Alpheus, ou crevette pistolet, a la particularité d’avoir une pince beaucoup plus grosse que l’autre, dont elle se sert comme d’un pistolet pour tuer de petits poissons. Elle referme sa pince très rapidement (à plus de 100 km/h), ce qui chasse l’eau brusquement en produisant un son de coup de feu. L’onde de pression peut étourdir ou tuer de petites proies.



Cette crevette a une autre particularité : elle vit en communauté (en "symbiose") avec un poisson, le gobie. Elle se charge de creuser et de maintenir le terrier en bon état, et le gobie, qui a une meilleure vue, surveille les environs. En cas de danger, le gobie donne l’alerte et les deux animaux se réfugient dans le terrier.

Il y a plusieurs centaines d’espèces de crevettes pistolets, qui mesurent entre 1 et 10 cm, et vivent dans la plupart des mers du globe.



[/size]
[size]

La première photographie en couleur

LA PREMIERE PHOTOGRAPHIE EN COULEUR


En 1861, le physicien écossais James Clerk Maxwell (connu comme l’un des savants les plus célèbres du 19e siècle pour ses recherches en électromagnétisme) réalise la première photographie en couleurs, représentant un ruban écossais.



[/size]
[size]




Il prend trois photos en plaçant une plaque photographique noir et blanc derrière une plaque en verre coloré successivement en rouge, en vert et en bleu (les trois couleurs primaires). En superposant les photos obtenues, il obtient une image en couleurs : c’est le principe de la trichromie.

Le cerveau, quel prodige !!!!

Prodigieux cerveau 

Pendant des années, on a comparé le cerveau humain à un ordinateur. Aujourd’hui, cependant, on s’aperçoit à la lumière de découvertes récentes que cette comparaison est loin de refléter la réalité. « comment se faire une petite idée du fonctionnement d’un organe qui possède quelque chose comme 50 milliards de neurones pour un million de milliards de synapses (connexions), et qui enregistre peut-être 10millions de milliards d’impulsions par seconde ? » demande le docteur Richard Restak. Et de répondre : « Le rendement des ordinateurs neuronaux les plus puissants […] représente environ un dix millième de la capacité mentale d’une mouche. » L’ordinateur ne soutient donc pas la comparaison avec le cerveau humain, qui lui est infiniment supérieur.

Quel ordinateur construit par l’homme est capable de se réparer tout seul, de réécrire son programme ou de s’améliorer avec les années ? Quand un système informatique a besoin d’une mise au point, un programmeur doit écrire et saisir de nouvelles instructions codées. Notre cerveau réalise cette opération automatiquement, et ce à tout âge. Il n’y a rien d’exagéré à dire que les ordinateurs les plus modernes sont vraiment primitifs, comparés au cerveau . Des scientifiques ont dit de lui qu’il est « la plus compliquée des structures connues » et « l’objet le plus complexe de l’univers ». Considérons quelques-unes des découvertes qui ont amenées de nombreuses personnes à la conclusion que le cerveau humain est l’œuvre d’un Créateur bienveillant.

Super ordinateur : niveau escargot

"Les ordinateurs actuels sont loin d'égaler les aptitudes d'un enfant de 4 ans pour ce qui est de voir , de parler , de se déplacer et de faire preuve de bon sens. C'est d’abord, évidemment, une simple question de puissance informatique. On estime en effet que la capacité de traitement de l'information du plus puissant des super ordinateurs est équivalent au système nerveux d'un escargot, autrement dit une fraction infime de la puissance du super ordinateur que nous avons sous le crâne." Steven Pinker, directeur du Centre des neurosciences cognitives au Massachusetts Institute of Technonlogy.



Saviez-vous que la baleine...................

[/size]
[size]



QUI FAIT MIEUX ?

La grande baleine bleue produit un peu plus de 400 litres de sperme quand elle éjacule, mais seulement 10% de cette quantité est utilisée pendant la fécondation avec la femelle. Donc, 360 litres sont perdus dans l'océan à chaque accouplement... 

et après cela , vous vous demandez pourquoi l'eau de mer a un goût salé...

Bonne baignade.

Je sais mantenant pourquoi le leader mondial du sel de table s'apelle "LA BALEINE"

(le petit paquet bleu que l'on a chez nous).



[/size]
[size]



Beurk!!!beurk! beurk!!!



Que représente cette image ?

[/size]
[size]





Connaissez-vous le nom de cet animal bien étrange ?


Réponse :

Un aye-aye bébé.

L’aye-aye est un primate très particulier, qui ne vit qu’à Madagascar. Il combine des incisives de rongeurs, des oreilles de chauve-souris et une queue d’écureuil. Son troisième doigt de la main, extrêmement allongé, lui sert à déloger les larves d’insectes des troncs d’arbres et à gratter la chair des fruits.

L’aye-aye ne sort que la nuit, et dort pendant la journée dans des nids de feuilles construits dans les arbres.

Cet animal est aujourd’hui menacé d’extinction, à cause de l’abattage des forêts pour l’agriculture.



[/size]
[size]



Aye-aye adulte 


Un peu de géographie ?

[/size]
[size]



Quelle est la différence entre l’Angleterre, le Royaume-Uni et la Grande-Bretagne ?



Réponse :

La Grande-Bretagne est le nom de l’île formée par les territoires d’Angleterre, du Pays de Galles et d’Écosse. C’est la plus grande île d’Europe et la 9e plus grande île au monde. 
Le Royaume-Uni (United Kingdom) est un État composé de 4 nations d’origine : 
L’Angleterre (England), dont la capitale est Londres (qui est aussi la capitale du Royaume-Uni) 
L’Écosse (Scotland), dont la capitale est Édimbourg 
Le pays de Galles (Wales), dont la capitale est Cardiff 
L’Irlande du Nord (Northern Ireland), dont la capitale est Belfast



[/size]
[size]



Les habitants du Royaume-Uni sont appelés les Britanniques.

Le "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande" est né en 1801, par l’union des royaumes de Grande-Bretagne et d’Irlande. Le Royaume de Grande-Bretagne avait été fondé en 1707, par l’union du Royaume d’Écosse et du Royaume d’Angleterre (qui avait lui-même annexé le pays de Galles au 13e siècle).

Après la sécession de la majeure partie de l’Irlande en 1922, le titre officiel du Royaume-Uni est devenu "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord".


[/size]
[size]



Le drapeau du Royaume-Uni (appelé "l’Union Jack") a la particularité d’être la juxtaposition des drapeaux anglais, écossais et irlandais
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 12:40

Pourquoi avons nous un nom et un prénom ??





Pourquoi a-t-on un prénom et un nom ?

À l’époque romaine, les gens avaient trois noms : le prénom, le nom du clan et le surnom. Ce système fut appliqué dans tout l’Empire romain (dont la Gaule) jusqu’à la chute de l’Empire au 5e siècle.




César avait pour nom "Caius Julius Caesar" : Caius était son prénom, Julius était le nom de sa famille, et Caesar était son surnom (dont l’origine est mal connue)

Par la suite, et jusqu’au 11e siècle, les gens ne portaient qu’un seul nom. À partir du 11e siècle, on prit l’habitude d’ajouter des surnoms aux noms, pour pouvoir les distinguer. Ces surnoms désignaient par exemple le nom du père, un lieu, un titre, un métier, ou encore une particularité physique. Ils étaient souvent transmis de père en fils, et devinrent peu à peu les noms de famille que nous connaissons.

En France, l’attribution des noms et prénoms a été réglementée à plusieurs reprises. Par exemple, en 1474, Louis XI interdit de changer de nom sans une autorisation royale. En 1539, François Ier rendit obligatoire la tenue de registres de naissance, et cette tâche fut confiée aux curés. L’Église donna pour consigne qu’on attribut à chaque nouveau-né le prénom d’un saint, qui lui servirait de modèle ou de protecteur.

Aujourd’hui, et depuis la loi de 1993, les parents français peuvent choisir tout type de prénom pour leur enfant, à condition de ne pas lui porter préjudice



Pourquoi le dollar ................................


Pourquoi le dollar est-il représenté par un S barré et non pas par un D ?
Le signe $ a probablement pour origine le blason de l’Espagne, qui figurait sur les pièces utilisées par les Espagnols sur le continent 






Pièces espagnoles de 1739 et 1821

Ce blason est composé de deux hémisphères qui symbolisent l’Ancien Monde (l’Europe) et le Nouveau Monde (les Amériques), encadrés par les colonnes d’Hercule et par la devise "PLVS VLTR[A]". Le "S" du symbole $ représente la banderole portant la devise, et les deux barres représentent les colonnes.

Les colonnes d’Hercule étaient le nom donné dans l’Antiquité aux falaises qui longeaient le détroit de Gibraltar. Ces colonnes marquaient la limite du monde tel qu’il était connu à l’époque




Le détroit de Gibraltar

La devise "Plus ultra" avait pour origine la phrase latine "Nec plus ultra" (il n’y a rien au-delà), qui indiquait que le détroit de Gibraltar marquait la fin du monde connu. Cette devise fut changée en "Plus Ultra" (au-delà) suite à la découverte du continent américain par Christophe Colomb en 1492.

Quand les États-Unis adoptèrent le dollar comme monnaie en 1785, le symbole "$" était déjà utilisé par les marchands.

Le symbole avait à l’origine deux barres verticales, mais il a par la suite été simplifié. On le représente aujourd’hui généralement avec une seule barre.


Le saviez-vous ?




(un clic sur l'image pour l'agrandir)



statue de la liberté formée par 18000 soldats a été prise en juillet 1918, à Camp Dodge, Iowa, dans le cadre d'action promotion planifiée. Campagne visant à vendre des obligations de guerre pendant la première guerre mondiale.


La conception du tableau vivant a été aménagée à la Place d'Armes au Camp Dodge, située dans la magnifique vallée de la rivière des Moines. Des milliers de mètre de ruban blanc ont été fixés au sol et formés les contours sur lesquels 18000 officiers et hommes marchaient sur leurs positions respectives.

Dans ce corps de soldats des centaines d'hommes d'origine étrangère, .

Le jour où la photo a été prise il faisait extrèmement chaud et la chaleur a été intensifiée par la formation massive des hommes. La caméra a été placée sur une haute tour. (De la position la plus proche de la caméra occupée par le colonel Newman et son personnel, jusqu'au dernier homme au sommet de la torche dressée sur le terrain), la hauteur est de 1235 pieds, soit envirion un quart de mile. 

Proportions des mesures sur le terrain :

base à épaule : 150 pieds

bras droit : 340 pieds

Plus large partie des bras de maintien de la flamme : 12 - 1/2 pieds

droit pouce : 35 pieds

partie la plus épaisse du corps : 29 pieds

Main gauche (longueur) : 30 pieds

comprimé dans la main gauche : 27 pieds

visage : 60 pieds

nez : 21 pieds

pointe la plus longue du morceau de tête : 70 pieds

flamme sur la torche : 600 pieds

Torche et la flamme combinées ; 980 pieds

nombre d'hommes dans la flamme de la torche : 12000

Nombre d'hommes au chalumeau : 2800

nombre d'hommes dans le bras droit : 1200

nombre d'hommes dans le corps, la tête et l'équilibre du visage, seulement 2000

total 18000



Extraordinaire !!!



Origine du Porte-jarretelles







Objet de fantasme chez l’homme, moyen de séduction pour la femme, la jarretelle est un ruban boutonné à un corset, une guêpière ou à une ceinture porte-jarretelles qui maintient le bas grâce à une attache, l’empêchant ainsi de retomber sur le genou.


La jarretelle trouve son origine dans la jarretière, dont l’étymologie renvoie au mot « jarret » (partie de la cuisse située derrière le genou). La jarretière était alors portée par les hommes pour maintenir les bas ou chaussettes sur la cuisse.


Une légende, lancée par l'écrivain et dessinateur Jacques Lob dans le magazine Pilote puis plus tard dans L'Écho des savanes, en attribue la paternité des porte-jarretelles à Gustave Eiffel.

En réalité, c'est en 1876 que Féréol Dedieu, corsetier, tente de remettre au goût du jour un système d'attache des bas en vogue sous Louis XIV. L’objectif est médical, éviter les problèmes de circulation sanguine dues aux élastiques que les femmes mettaient pour maintenir leurs bas qui leurs compressaient les cuisses. D’abord jugé inesthétique, il fut tout simplement boudé.

Lorsque la mode imposa le corset qui s’ornait de jarretelles pour soutenir les bas, ce furent tout d’abord les Anglaises qui l’adoptèrent à partir de 1893.

Paul Poiret, grand couturier français des années 1930, contribuera à donner au porte-jarretelles ses lettres de noblesse. Dentelle, satin, ruban. Il devient un outil de séduction.

L’affiche du film L'Ange bleu 






sur laquelle on voit Marlène Dietrich vêtue d’un porte-jarretelles dans une pose provocante contribua également à lancer cette pièce de lingerie.

Mais les privations de la Seconde Guerre mondiale portent un coup d’arrêt à son développement. Après la guerre, les Américains répandent les bas nylons. Marcel Rochas crée la guêpière. La mode change et le porte-jarretelles a mauvaise réputation, devenant le signe de reconnaissance de la prostituée.


Jusque dans les années 1960, avant l’apparition du collant, le porte-jarretelles a une fonction pratique. La femme porte des jarretelles par utilité et non par esthétisme.

Dans les années 1970, Chantal Thomass, entre autres, réintroduisit la lingerie sexy et sophistiquée pour les femmes élégantes.

Les années 1980 sont celles du redémarrage. Il est devenu un symbole de féminité, les femmes le portent dans un but de séduction, de charme et d’élégance. Il devient source de fantasmes, de désir, voire même de fétichisme.
On peut citer Lunes de fiel 






dans lequel Emmanuelle Seigner apparaît en talons aiguilles, bas et porte-jarretelles sous un imperméable. Ou encore Talons aiguilles où les hommes qui se travestissent en femme commencent toujours par mettre un porte-jarretelles.



Le saviez-vous ?








L’origine du mot Grève 


Le mot français "grève" tire son nom de la place de Grève à Paris (actuelle place de l’Hôtel-de-Ville).
Située en bord de Seine, cette place fut nommée ainsi en raison de la nature même du site, la grève étant un espace d'échouage en bord de mer ou d'un cours d'eau fait de sable et de gravier.






Ce terrain plat d'où il était facile de décharger des marchandises, se transforma rapidement en port (qui deviendra par la suite le plus important de Paris) : le bois, le blé, le vin, le foin y sont déchargés, facilitant ainsi l’installation d’un marché. C’est autour de ce port que va ainsi se développer sur la rive droite, un quartier très dense. L'Hôtel de Ville ne va pas tarder à s'y installer, devant laquelle s'étendait la "place de Grève" (un quart plus petite que l'actuelle place de l'Hôtel de Ville). 


Les ouvriers sans travail vont prendre l'habitude de s'y regrouper à l'aube à la recherche d'un employeur. Il s'agissait d'une main-d'œuvre sous-qualifiée et instable qui échappait au système des métiers réglés. Ainsi, la place de Grève est à l'origine du mot "gréviste", sur la base d'un contresens : il s'agissait de concentrations d'ouvriers qui ne travaillaient pas, mais qui étaient à la recherche d'un travail. Ils allaient en Grève (d'où l'expression : se mettre en grève).


Sous l'Ancien Régime, cette place servit aussi aux exécutions et aux supplices publics : Robert François Damiens, François Ravaillac entre autres y furent écartelés.





[size=24]Le saviez-vous ?






N°5 de Chanel est un parfum créé en 1921 pour la couturière Coco Chanel qui désirait un parfum épuré en accord avec sa mode : 

- « Un parfum artificiel, je dis bien artificiel comme une robe, c'est-à-dire fabriqué. Je suis un artisan de la couture. Je ne veux pas de parfum à odeur de rose, de muguet, je veux qu'il soit composé ».

C’est à Ernest Beaux, alors créateur de parfum à la cour des tsars de Russie, qu’elle confie la création de son premier parfum.

Beaux présenta à Chanel deux séries d'échantillons numérotés de 1 à 5 et de 20 à 24.

Elle choisit l'échantillon 5. 

À la question

- « quel nom allez-vous lui donner ? »,

elle répondit :

- « je lance ma collection le 5 mai, cinquième mois de l'année, laissons lui le numéro qu'il porte et ce numéro 5 lui portera chance ».


On distingue difficilement ce qui est vrai et ce qui fait parti de la légende ; ce qui est sûr, c’est qu’il s’agissait bien de l’échantillon N°5 et que le 5 était l’un des numéros favoris de Coco Chanel.

Il s’agit là du premier parfum de couturier.

Son flacon est également symbole de rupture.

Coco Chanel affirmait que ce qui était à l'intérieur était beaucoup plus important que le flacon lui-même.

Elle choisira donc un flacon tout simple en verre épuré et l'estampillera d'une étiquette noire et blanche.

L'avant-gardisme artistique est tel, que l'objet sera exposé à New York en 1959 au musée d'Art moderne et inspirera Andy Warhol dans une sérigraphie pop art. 




[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 12:50

Le saviez-vous ?




Le dimanche 20 août 1911, le musée du Louvre était, comme d'habitude, envahi par la foule, et comme c'est toujours le cas aujourd'hui, les gens se pressaient dans le Salon Carré pour admirer la Joconde. Parmi les visiteurs, il y avait trois Italiens : Vincenzo Peruggia






et les frères Lancellotti. Le premier avait déjà travaillé dans le musée : avec d'autres artisans, il avait été chargé de réaliser une vitrine pour protéger le tableau. 

Au Louvre travaillaient également des copistes, qui venaient étudier et s'exercer à reproduire les chefs-d'œuvre du passé. Pour ranger leur matériel, sans devoir l'apporter tous les jours au musée, ils disposaient d'un petit débarras. C'est dans un de ces cagibis que Vincenzo Peruggia et ses complices attendirent le lendemain.

Le lundi, le Louvre était en effet fermé pour des travaux d'entretien. Le matin, les trois compères sortirent de leur cachette, déguisés en nettoyeurs. Au moment voulu, Peruggia se dirigea vers le Salon Carré, décrocha la Joconde et, profitant d'un concours de circonstances, il réussit à sortir du musée, le tableau sous le bras. Chose inimaginable : personne ne s'aperçut du vol avant le mardi après-midi. Il est vrai qu'à l'époque, les œuvres étaient souvent décrochées pour être photographiées ou étudiées, de sorte que leur absence dans les salles n'attirait pas nécessairement l'attention.

Quand l'alarme fut enfin donnée, près de soixante inspecteurs et plus de cent gendarmes accoururent au Louvre.

Pendant une semaine, l'équipe passa le musée au peigne fin, salle par salle, étage par étage. Mais la Joconde était introuvable. Et dire que l'année précédente, Théophile Homolle, directeur des musées de France, avait déclaré :

- " Voler Monna Lisa ? C'est comme penser que quelqu'un puisse voler la tour de la cathédrale Notre-Dame. " 

La nouvelle du vol causa un choc dont tous les journaux se firent l'écho. Qui pouvait bien avoir commis ce vol insensé ? Quelqu'un qui travaillait au musée, un membre du personnel de nettoyage ou un gardien mal payé ? Et pourquoi pas un personnage haut placé ? Il y eut des sanctions, des têtes tombèrent, mais la Joconde ne fut pas retrouvée. 

À la réouverture du Louvre, une semaine plus tard, une grande foule se rassembla, comme pour des funérailles, pour aller voir dans le Salon Carré le vide laissé par le tableau volé. L'émotion était telle que ceux qui n'avaient jamais vu l'œuvre se rendirent au musée pour contempler la place qu'elle occupait, devant laquelle un visiteur déposa un bouquet de fleurs. Alors que le public se précipitait sur les cartes postales, la disparition du tableau faisait les choux gras des journaux et des théâtres, suscitant plaisanteries et sarcasmes en tout genre. 







(Dessin humoristique inspiré par le retour de la Joconde, que Léonard de Vinci lui-même reconduit en France en passant par Milan.)


Pendant deux ans, la Joconde fut introuvable. Et pourtant, elle n'était pas loin : à deux pas du Louvre, dans le misérable logement de Vincenzo Peruggia. Mais pour le compte de qui l'artisan et ses complices avaient-ils travaillé ? Si des accusations absurdes furent portées contre Picasso et contre Apollinaire, c'est probablement un faussaire argentin, Eduardo de Valfierno, qui fut l'instigateur du vol. Son intention aurait été de vendre six copies du tableau, exécutées avant le vol avec la complicité du restaurateur Yves Chaudron, à autant d'acheteurs américains, convaincus d'acquérir l'original.

Une fois la vente conclue, Valfierno n'aurait plus eu aucun intérêt à se faire livrer la Joconde par Peruggia. L'œuvre était donc restée chez l'artisan italien, qui décida de regagner sa patrie pour essayer de la vendre. 





( Une image de la parade organisée à Paris, en 1912, où l'on voit, sur un char, la Joconde quitter le Louvre en avion)


C'est ainsi que, le 10 décembre 1913, Peruggia prit contact à Florence avec un célèbre antiquaire, Alfredo Geri ; dans la chambre de son hôtel (baptisé plus tard " hôtel Gioconda "), il lui montra le tableau, qui était caché dans une valise, sous le lit. Trois jours plus tard, Peruggia était arrêté. À son procès, il déclara avoir agi par patriotisme : il voulait rendre la Joconde à la terre de son auteur. Le tribunal le condamna à un peu plus d'un an de prison.

Quant à la Joconde, elle retrouva sa place au Louvre le 4 janvier 1914. 





Le saviez vous ?





Tout le monde connaît le célèbre et non moins délicieux chocolat Toblerone.

En 1867, Jean Tobler ouvre son premier magasin, la Confiserie spéciale, à la Mittelstrasse (dans le quartier Länggasse) de Berne. Dès 1899, la demande des produits en chocolat Tobler prend de telles dimensions que Jean Tobler décide d'ouvrir sa propre fabrique de chocolat. Avec ses fils, il ouvre la fabrique de chocolat Berne, Tobler & Cie.


C'est en 1908 que les chocolatiers Theodor Tobler (fils de Jean) et Emil Baumann inventent le Toblerone.


Le Mont Cervin est représenté sur l'emballage. Les pics caractéristiques de cette confiserie rappellent l'identité montagnarde de la Suisse.

Mais aviez-vous déjà remarqué l'ours caché dans la montagne ??????????
(en clair, au centre et en position debout)

L'ours est en effet le symbole connu et reconnu de la ville de Berne. Le duc Bertold V de Zähringen qui fonda la ville en 1191, la nomma d'après le nom de l'ours (Bär en allemand) qu'il y tua.



Le saviez-vous ?


L’origine du Papier d’Arménie 

L'histoire du Papier d'Arménie débute à la fin du XIXe siècle. Auguste Ponsot, en voyage dans l'Empire Ottoman, se rend en Arménie, appartenant alors au gigantesque empire. Il découvre que les habitants parfument et désinfectent leurs maisons en faisant brûler du Benjoin.

Réputé depuis l’Antiquité pour ses propriétés antiseptiques, cicatrisantes et expectorantes, le baume de benjoin servait autrefois, en usage externe, pour traiter l’asthme, la toux et les enrouements. On lui attribue des forces purifiantes, dont le principal effet est d’éliminer toutes les émotions et pensées impures et grossières.


Auguste va « adopter » cette coutume en France avec Henri Rivier, pharmacien. Ce dernier dissout le Benjoin dans de l’alcool à 90º, mélangé avec un support de papier buvard.

L’« alchimie » qu’a réalisée Henri Rivier va se révéler très utile : le papier d’Arménie est couronné de succès pendant l’exposition d’hygiène de 1888 et de 1889.

Au cours de celle-ci, convaincus de l'efficacité et du caractère antiseptique du papier, les deux inventeurs placèrent deux morceaux de viande sous deux cloches, faisant brûler dans l'une d’entre elles du Papier d'Arménie. Au bout d'une semaine, la viande ayant "respiré" les effluves du papier était encore consommable, alors que l'autre était faisandée. Une expérience qui a marqué les esprits...!


Plus récemment, le papier d’Arménie avait été mis en accusation après que des présences quantifiées de benzène et de formaldéhyde avaient été détectées selon une étude portant sur les désodorisants d’intérieurs conduite par le magazine Que Choisir. Dans la même publication, il aurait fallu préciser que sur les soixante-douze produits testés, le papier d’Arménie est le produit ayant le taux le plus faible.


Aujourd’hui, ce produit est présenté comme un parfum d’intérieur ou parfum d’ambiance, sans gaz propulseur. C’est également un anti-mite, un parfum efficace contre les odeurs de cuisine et notamment de friture, de fumée de cigarette, d’animaux.

Il est produit à Montrouge, en France, depuis 1885. Sa formule « secrète » reste inchangée.
Seul le véritable Papier d’Arménie a le droit de porter imprimé sur chaque lamelle la signature d’A. PONSOT.




"Laisser brûler
Les p'tits papiers
Papier de riz
Ou d'Arménie
Qu'un soir ils puissent
Papier maïs
Vous réchauffer"



Le saviez vous ?







L'origine de l'expression "Etre un cordon bleu" 


Un "Cordon bleu" était, sous l'ancien Régime le surnom donné à l'insigne que portait un chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit. Il désigne aujourd'hui un fin cuisinier.


Institué en 1578 par Henri III pendant les guerres de Religion afin de regrouper les principaux chefs du parti catholique contre les protestants, l'ordre du Saint-Esprit était l'ordre de chevalerie le plus prestigieux de la monarchie française.

Les chevaliers de cet ordre portaient comme insigne une croix de Malte. Elle était suspendue à un large ruban de couleur moirée bleu ciel, d'où le surnom de cordon bleu aux chevaliers qui la portaient.

Aboli à la Révolution, le cordon bleu constitua pendant deux siècles la distinction suprême dans l'aristocratie française. Il fut remplacé par la Légion d’Honneur.

La locution pouvait donc s'appliquer par métaphore à tout ce qui est d'une rare élévation. Ainsi un poète du XVIIe siècle qui souhaitait se faire admettre à l'Académie française déclara que cette assemblée était « le cordon bleu des beaux esprits » : il fut élu.

Cependant, selon d'autres sources, l'application culinaire est fondée sur des faits plus précis : certains seigneurs de haut parage, tous dignitaires du Saint-Esprit et porteurs du cordon de l'ordre, avaient pris l'habitude de se réunir en une sorte de club gourmand pour cultiver l'art du bien-boire et du bien-manger.

Leurs déjeuners devinrent célèbres et l'on employa un temps l'expression « faire un repas de cordons bleus ». Façon de parler qui a passé des gourmands tombés dans l'oubli aux préparateurs des plats eux-mêmes, tous cuisiniers et cuisinières de haute volée.

En 1895, une journaliste prénommée Marthe Distel publie le premier journal de cuisine La Cuisinière Cordon Bleu. Au vu du succès du journal, elle se lance dans des démonstrations culinaires.

Depuis, des écoles Le Cordon Bleu ont été créées à travers le monde afin de répandre la culture et l'art de vivre à la française. 



Le saviez-vous ?







L'origine de l'abribus 


En 1955, Jean-Claude Decaux décida, alors qu’il n’a que 18 ans, de créer une société spécialisée dans les placards publicitaires d’autoroutes, JCDecaux. Ceux-ci étant frappés d’une taxation exorbitante par une loi de 1964, il s’orienta vers l’affichage urbain.

Il eut alors l'idée d'offrir gratuitement aux communes des aubettes (éléments de mobilier urbain permettant aux usagers des transports en commun d'attendre l'arrivée du véhicule dans un abri les protégeant des intempéries) sous la marque Abribus en échange d'annonces publicitaires.



Le premier projet fut testé en 1964 avec la municipalité de Lyon et s’étendit rapidement aux villes de Grenoble, d’Angers et de Poitiers. Pendant les premières années la société se heurta aux réticences des annonceurs sceptiques sur l’impact de ces affiches relativement petites. Mais l’idée fit son chemin et l’entreprise décolla au début des années soixante-dix.

Dans un contexte où la possibilité de créer de nouveaux emplacements publicitaires était limitée, ce concept a assuré la fortune de son créateur et une position de quasi-monopole pour sa société. Aujourd’hui, JCDecaux est n°1 mondial du Mobilier Urbain avec 378 000 faces publicitaires.


Il s’agit là d’un cas typique d’antonomase, qui consiste à employer un nom propre pour signifier un nom commun. Certaines antonomases courantes finissent par se lexicaliser et figurent dans les dictionnaires usuels – comme c’est le cas pour l’abribus.

On dit ainsi couramment : un kleenex (« mouchoir en papier »), un klaxon (« avertisseur sonore »), un frigidaire (« réfrigérateur »), du scotch (« bande adhésive »), un solex (« motocyclette »), une mobylette, etc.


[size=24]Le saviez-vous ?

[/size]
[size]






Tout le monde connaît le célèbre panneau HOLLYWOOD (Hollywood Sign en anglais) érigé sur le Mont Lee surplombant le quartier du même nom, dans la ville californienne de Los Angeles, aux États-Unis.

Devenu symbole de la Cité des Anges et de l’industrie cinématographique américaine, il est à l’origine un simple panneau publicitaire, érigé en 1923 par des promoteurs immobiliers. Le panneau original, « HOLLYWOODLAND », 



[/size]
[size]



qui était laissé à l'abandon, a été restauré en 1949 par la Chambre de Commerce d'Hollywood et a perdu à cette occasion ses quatre dernières lettres.

Une tradition romanesque poussa quelques artistes, qui se sentaient maudits et broyés par le système médiatique, à se jeter du haut du panneau Hollywood, face à la cité des anges. L’année 1932 vit ainsi le premier suicide d’une aspirante à la célébrité, Peg Entwistle, qui se jeta du haut de la lettre H. 



Le saviez-vous ?


Combien de saveurs notre langue peut-elle distinguer ? 

Notre langue est recouverte de 3 000 à 4 000 papilles, qui sont des petits reliefs.
Ces papilles gustatives sont responsables de la perception des goûts.

Salé, sucré, acide et amer, voici les quatre saveurs que nos papilles gustatives reconnaissent d’amblée. Et pour le reste ? La banane, le café, la vanille, …

En réalité ce ne sont pas des goûts. Seuls le sucré, le salé, l'acide et l'amer sont susceptibles d'être perçus par les bourgeons du goût.

Pour le reste des goûts, c'est du côté du nez et de l'odorat que ça se passe. En mangeant, vous respirez et votre odorat permet d’identifier de quel type d’aliment il s’agit.

Si vous doutez, demandez à quelqu’un (un proche de préférence) de vous donner à manger un aliment. Fermez les yeux et bouchez-vous le nez. Il vous sera bien difficile de dire ce que c’est ! 




[/size]
[size]




Qu’est ce qu’un point exclarrogatif !? 

Le point exclarrogatif ‽ (interrobang en anglais) est un signe de ponctuation anglophone qui combine les fonctions de point d'interrogation et de point d'exclamation. Le caractère typographique est la superposition de ces deux signes de ponctuations. Il est d'un usage rare.


C'est l'Américain Martin K. Speckter qui inventa le point exclarrogatif en 1962.

À la tête d'une agence de publicité, Speckter pensait qu'un tel signe donnerait plus d'impact à ses publicités. C'est après la publication d'un article dans le magazine TYPEtalks que le signe prit son nom anglais interrobang (du latin interrogatio pour question et de l'anglais bang qui signifie en jargon d'imprimeur point d'exclamation) ainsi que son design.

C'est en 1966 qu'il fut pour la première fois inclus dans une police de caractères, la police Americana. En 1968, le point exclarrogatif était disponible sur certaines machines à écrire de la marque Remington. L'interrobang fut en vogue aux États-Unis pendant à la fin des années 1960, alors que le mot interrobang faisait son apparition dans quelques dictionnaires et que le signe lui-même était utilisé dans certains magazines ou journaux.

Jamais il ne devint un signe de ponctuation standard. La plupart des polices ne l'incluent pas. Mais il n'a pas disparu pour autant : par exemple Microsoft fournit plusieurs versions du caractère dans le panel des caractères de Wingdings 2 disponible avec Microsoft Office ; il l’est également avec les polices Lucida Sans Unicode et Arial Unicode MS ; il fait bien sûr partie de l'Unicode (U+203D).

Le point exclarrogatif peut servir à ponctuer une phrase qui est interrogative et exclamative à la fois, sans prédominance. Il peut alors remplacer l'usage des deux signes de ponctuation successifs ?! ou !?, qui sont parfois utilisés en littérature moderne. 

En outre, il existe une nuance entre ?! et !? :

!? peut être employé pour une question rhétorique,

tandis que ?! marque un réel questionnement.

Michel Vaillant réplique ainsi dans Le Fantôme des 24 heures : "Comment veux-tu que je le sache ?! Que peut-il se passer dans la tête d'un pareil bonhomme ?!" ;

Pour l'évaluation des coups aux échecs "!?" représente le coup intéressant et "?!" représente le coup douteux, en notation algébrique.



[/size]
[size]







Qu’est ce qu’un idiotisme 


Un idiotisme est une construction ou une locution particulière à une langue. En général, elle est intraduisible mot à mot, et il peut être difficile voire impossible de la rendre fidèlement dans une autre langue.


Couper l'herbe sous le pied ou mettre la clé sous la porte sont des expressions totalement incompréhensibles si elles sont traduites mot à mot dans une langue étrangère.

De même, un anglophone proposant qu'on se "secoue les mains" au lieu de se "serrer la main" commettra un anglicisme en calquant ce qu'il doit dire avec l'expression idiomatique anglaise to shake hands.

Il existe toute une variété d’idiotisme :

- Idiotisme animalier (ex: la bête à Bon Dieu pour la coccinelle ou faire une queue de poisson, ...)

- Idiotisme botanique (ex : l'arbre cache la forêt, avoir un cœur d'artichaut, …)

- Idiotisme chromatique (ex : avoir une peur bleue, broyer du noir, …)

- Idiotisme corporel (ex : se creuser la cervelle, prendre ses jambes à son cou, …)

- Idiotisme gastronomique (ex : ne pas être sorti de l'auberge, avoir du bol, …)

- Idiotisme du langage érotique (ex : avoir des cornes pour être cocu, monter au septième ciel, …)

- Idiotisme numérique (ex : les deux font la paire, jamais deux sans trois, …)

- Idiotisme toponymique (ex : filer à l'anglaise, On n'est pas rendu à Loches, …)

- Idiotisme vestimentaire (ex : lâcher les baskets, se faire remonter les bretelles, …)





[/size]
[size]





A la mort de Degas, en 1917, on trouva dans son atelier 150 sculptures en cire ou en terre. Du vivant de l'artiste, l'ensemble était demeuré à peu près inconnu du public, à l'exception de la Danseuse de 14 ans, que Degas montra à l'exposition impressionniste de 1881. 

Colorée au naturel, coiffée de vrais cheveux, vêtue d'un tutu et de véritables chaussons, elle témoigne d'un hyperréalisme, d'un vérisme poussés à l'extrême. Présentée dans une vitrine à la manière d'un spécimen de museum, elle révèle un Degas presque anthropologue ou naturaliste.

Les critiques ne s'y trompèrent pas : 

l'oeuvre fut violemment accusée de représenter la fillette de manière bestiale ; on la compara à un singe ou un aztèque ; on lui trouva un visage "où tous les vices impriment leurs détestables promesses, marque d'un caractère particulièrement vicieux".

Degas poussait ainsi à bout la logique du réalisme, si en vogue par ailleurs, en dépeignant sans fard ni hypocrisie, de manière quasi scientifique, la société de son temps. L'édition en bronze qui fut faite après sa mort, dont la statuette du musée d'Orsay est un exemplaire, tenta de préserver au mieux les caractéristiques de la cire. La cage de verre est le seul élément voulu par Degas lui-même, affirmant le statut d'oeuvre d'art de la Danseuse.

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 12:55







L'origine de l'arobase


L’ « @ » serait né vers le VIe siècle provenant du mot latin ad qui signifie « à », « vers ».

C'est au Moyen Âge, à l’époque où l’imprimerie n’existait pas encore, que les moines copistes l'auraient utilisée pour la première fois. Au fil des copies, les moines auraient entouré le d autour du a. 

Son nom, arobase, vient quant à lui de l'arroba, unité de mesure de masse et de capacité en usage en Espagne et au Portugal . Ce terme vient lui-même de l'arabe signifiant « le quart ».

Plus tard, au XIIe siècle, on retrouve des traces de ce signe chez les commerçants florentins et est utilisé les siècles suivants dans les écritures commerciales.

C’est au XIXe siècle, aux Etats-Unis que son utilisation va réellement se répandre. 
Au lieu d’écrire « deux tables à 10 dollars », on écrivait « 2 tables @ $ 10 ». Se prononçant « at », cet usage est resté dans la langue anglaise.

Le symbole se développa et il fit tout naturellement son apparition sur le clavier des premières machines à écrire. Un siècle plus tard, il était toujours présent sur les claviers d’ordinateur en ayant complètement perdu son sens.

En 1972, Ray Tomlinson, l'inventeur du courrier électronique, eut en premier l'idée d'utiliser ce signe ne figurant dans aucun nom propre.

Afin de définir l'adresse d'envoi, il aura besoin de séparer dans celle-ci la partie indiquant l'utilisateur de celle indiquant l'ordinateur sur lequel se trouve la boîte de réception : L'arobase @. En montrant son invention à son collègue Jerry Burchfiel, il lui dit "N'en parle à personne. Nous ne sommes pas censé travailler là-dessus".








Origine des œufs de Pâques :


Dimanche matin nous fêterons Pâques en cachant des œufs en chocolat un peu partout dans la maison ou le jardin, pour que nos enfants s’amusent à les trouver.

Gageons même que sans nos chères têtes blondes, de nombreux adultes se feront aussi plaisir en se réservant quelques œufs à savourer.

Finalement, Pâques sans œufs nous paraît impossible. Mais savez-vous d’où provient cette tradition ?

Si l’on regarde plus près les origines de Pâques, on s’aperçoit que c’est une fête religieusecommémorant le passage de la Mer Rouge pour la religion juive et la résurrection de Jésus pour la religion chrétienne. Pas de trace d’un quelconque œuf ici…


En France, il faut attendre le XVe siècle et aller en Alsace pour retrouver les premières traces de cette délicieuse tradition dans les écritures.

Comme tout rituel ancien, les origines sont un peu confuses. Cependant, il semblerait que nous devions nos chers œufs à l’église elle-même qui, au IV siècle, pendant la pénitence du carême, proscrivait leur consommation. A la fin de cette période « d’abstinence », il a été alors coutume de consommer les œufs qui s’étaient accumulés durant les quarante jours que dure le carême sous forme d’omelette. Ceux qui ne pouvaient plus être mangés étaient alors décorés par les enfants.


Aujourd’hui dans la plupart de nos foyers, ces œufs sont désormais en chocolat, pour notre plus grand plaisir…







Une cabine téléphonique nouvelle génération, avec un accès internet, est testée depuis vendredi 9 avril à Paris


La première cabine a été inaugurée sur les Champs Elysées. D'ici quelques jours, 12 seront mises en service dans des lieux touristiques ou commerçants de la capitale Les nouvelles cabines téléphoniques.




[size]




par France Télécom qui pourrait ensuite en installer dans d'autres grandes villes, des millions de personnes utilisant encore chaque année ces "publiphones" malgré l'essor des portables.

La première du genre a été inaugurée vendredi sur les Champs Elysées par le groupe de téléphonie mobile, la ville de Paris et la société d'affichage et de mobilier urbain JC Decaux, qui en a développé le design. D'ici quelques jours, 12 en tout seront mises en service dans des lieux touristiques ou commerçants de la capitale, près de la tour Eiffel ou de la gare Montparnasse par exemple.


Dotée d'un écran tactile de 17 pouces, cette cabine permettra bien sûr de téléphoner mais aussi, nouveauté, de naviguer sur internet.


L'usage généralisé du portable n'a pas eu raison en effet de la cabine téléphonique, qui compte encore entre 6 et 7 millions d'utilisateurs en France, selon France Télécom.

[/size]


[size=24]Le saviez-vous ?

[/size]
[size]






D’après plusieurs recherches scientifiques, la méduse nutricula de Turritopsis serait le seul animal pouvant être immortel. En effet, cette méduse serait capable de remonter le temps, passant d’une phase de vie avancée à une phase de vie plus jeune. 


Les nutricula de Turritopsis sont une espèce de méduses bien spécifique. En effet, ils pourraient être les seuls animaux dans le monde à avoir découvert le secret d’une jeunesse et d’une vie éternelle, une véritable avancée dans le monde scientifique. Cette méduse serait ainsi capable de se rajeunir, une fois une certaine phase de vie dépassée, ne donnant ainsi aucune limite à leur durée de vie. Les scientifiques expliquent ainsi que la méduse hydrozoaire est le seul et unique animal dans le monde à pouvoir inverser son vieillssement pour revenir dans le temps et régénérer sa structure entière afin de revenir à l’état de polype, c'est-à-dire lors de sa première phase de vie.


Ce processus s’expliquerait notamment par le phénomène de trans-différentiation, ce qui signifie qu’un type de cellule se transforme en un autre type de cellule. Seuls quelques animaux dans le monde peuvent provoquer une trans-différentiation, mais celle-ci est toujours limitée, comme la salamandre par exemple, qui peut refaire “pousser” sa queue lorsqu’elle la perd. La méduse nutricula de Turritopsis a la particularité de régénérer l’ensemble de son corps, et cela de façon infinie. Plusieurs chercheurs et équipes scientifiques étudient attentivement cette espèce afin de déterminer de quelle façon il est possible de reproduire ce processus de vieillissement/rajeunissement.


Évoluant souvent en eaux profondes, et puisqu’elles ne peuvent peu ou pas mourir, ces méduses sont en train de développer leur présence dans les eaux du monde entier, et non plus seulement dans les eaux des Caraïbes où elles étaient à l’origine. Et le Docteur Maria Miglietta de l’institut marin tropical de Smithsonien d’expliquer : “Nous attestons à une invasion silencieuse mondiale“. 



Le saviez-vous ?

[/size]
[size]



L'ÉPAVE DE PLOUMANAC'H

Située à cinq milles des côtes, face à Perros-Guirec (Côte d'Armor), l'épave de Ploumanac'h gît par 10 mètres de fond, dans une zone où la houle et le courant n'ont pas facilité les recherches.
Expertisée par le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) en 1983, l'épave présente une importance archéologique certaine, notamment par son chargement de lingots de plomb, témoignage matériel du commerce maritime des matières premières en Manche dans l'Antiquité


Inscription sur un des lingots en plomb. 



[/size]
[size]



Ces lingots, de forme rustique, ne répondent pas à une typologie rigoureuse, mais portent diverses estampilles s'apparentant à trois catégories d'inscription : des noms, des chiffres, et des symboles.
L'étude épigraphique des inscriptions a permis à la fois de reconnaître avec quelque vraisemblance les noms de tribus celtiques de Grande-Bretagne et de dater l'épave du Haut-Empire ou du Bas-Empire romain (entre le IIe et le IVe siècle 


Cuve de traitement par électrolyse pour traiter les lingots de plomb. 



[/size]
[size]



Afin de pouvoir être examinés, les lingots ont dû suivre un traitement de nettoyage et de stabilisation par électrolyse au moyen d'une cuve installée à proximité du site. Le minerai a ensuite fait l'objet d'une étude métallographique poussée ; une analyse isotopique conduira peut-être à déterminer la provenance minière du plomb.


[/size]
[size]






Après les 7 Merveilles du Monde

voici les 7 Merveilles de la Nature :




[/size]
[size]


aurores polaires




[/size]
[size]


baie de Rio




[/size]
[size]


Chutes Victoria




[/size]
[size]


Everest




[/size]
[size]


Grand Canyon




[/size]
[size]


Volcan Paricutin
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 13:08

Le saviez-vous ?




Une île mystérieuse, perdue dans l’Atlantique SUD…!? 


Une île mystérieuse au bout du monde, perdue dans l’Atlantique… 


L'île de Lost se trouverait-elle dans l'Atlantique Sud ? 


L'île Tristan da Cunha aurait-elle inspirée les créateurs de la série télévisée Lost ? 


Les amateurs de la télésérie Lost (Perdus) se rappelleront que leur île préférée abrite une mystérieuse anomalie magnétique.



Peut-être inspirée d'une véritable île qui, dans l'océan Atlantique Sud, abrite effectivement une anomalie magnétique -sauf que cette dernière a pour particularité d'être moins forte que le champ magnétique terrestre normal. 

Le gouvernement danois a inauguré sur l'île Tristan da Cunha une station d'observation géomagnétique, destinée à mesurer les variations du champ magnétique toutes les trois secondes, dans l'espoir de découvrir un rythme qui permettrait de résoudre ce mystère. 


Source : Agence Science Presse 


Voyons un peu ce que l’on nous raconte sur cette île un peu Mystérieuse : 




En 1958, durant la guerre froide, la marine américaine fit l’essai d’une bombe atomique-hémisphérique non loin de l’archipel. 




L’essai faisait partie d’une opération secrète et avait comme nom « Operation Argus. » Les gens se doutaient depuis fort longtemps que quelque chose s’était produit, mais ni les États-Unis, ni la Grande-Bretagne ne voulaient reconnaître quoi que ce soit. 



En mai 2006, suite à des décennies de rumeurs, les autorités ont admis la réalité de cet essai. Malheureusement, les habitants attendent toujours pour savoir s'ils auront droit à des examens médicaux approfondis, afin de déterminer s’ils ont été victimes des effets de la retombée des radiations. 




En 1961, la soufrière s’éveilla pour la première fois depuis la colonisation du pays. 


Avant l’éruption, les gens font état de séismes en essaim, qui avaient provoqué des éboulements de terrains tout au long des escarpements. 




Vers octobre, l’évacuation des habitants est entreprise : ils se réfugient dans un premier temps à l’île de Nightingale, avant d’être expédiés au Cap. Finalement, les Tristanais furent transportés en Grande-Bretagne, où ils furent abrités sur une ancienne base militaire nommé Pendell Army Camp, près de Mersham-Surrey, en Angleterre. 




Ils furent ensuite regroupés à la base abandonnée de Calshot, nom qu’ils retiendront pour désigner leur nouveau port d'attache à leur retour chez eux, de la Royal Air Force, près de Southampton en Angleterre. Pour la plupart d’entre eux, ils éliront domicile sur un chemin qui est toujours nommé Tristan Close. 



En 1962, la Royal Society organise une expédition pour connaître l’ampleur des dégâts causés par l’éruption et pour étudier les conséquences qu'elle aurait pu avoir sur la faune et la flore locale. Les chercheurs découvrent le bourg d’Édimbourg presque intact – l’éruption s’était arrêtée à seulement 300 mètres de la colonie…



Mais les autorités ne voulaient pas rapatrier les insulaires, prétendant qu’ils étaient mieux là où ils étaient. Alors les Tristanais commencèrent l’entreprise d’organiser leur propre rapatriement. Et c’est à ce moment que les autorités revinrent sur leur décision et firent toutes le nécessaire pour venir en aide aux habitants.




En 1963, mené par Willie Repetto (le chef de l'île) et d’Allan Crawford (un ancien agent de santé posté sur l’archipel), les Tristanais regagnent leur pays, sauf cinq qui en avaient décidé autrement, et cinq des leurs qui sont décédés lors de leur séjour en Angleterre. Mais la population s'était accrue de huit nouveau-nés. 




Pour des raisons de logistiques, un code postal est attribué aux Tristanais, le TDCU 1ZZ, en 2005, pour leurs transactions sur Internet. 




En 2006 survint un événement des plus étranges…




Une compagnie maritime remorquait une plate-forme pétrolière « The Turtle » dans l’océan Austral, en route pour Taiwan en provenance du Brésil. La superstructure de plus de 6000 tonnes s’est désamarrée du navire remorqueur et la plateforme fut perdue de vue. 



Une compagnie maritime remorquait une plate-forme pétrolière « The Turtle » dans l’océan Austral, en route pour Taiwan en provenance du Brésil. La superstructure de plus de 6000 tonnes s’est désamarrée du navire remorqueur et la plateforme fut perdue de vue. 




Elle dériva, sans qu'on pù la localiser pendant près de neuf mois, et finalement échoua sur un récif dans la baie de Tripot, dans le sud de l’île de Tristan, en juin 2006. Tout fut essayé pour la déloger, mais rien n'y fit et, en janvier-février 2007, la décision fut prise de saborder le bâtiment. 


En décembre 2007, un virus responsable d'une épidémie d'asthme occasionna des malaises parmi plusieurs habitants. Le gouvernement britannique dépêcha les médicaments nécessaires pour freiner la transmission du virus. 




En février 2008, la conserverie de homards est la proie des flammes, tout est perdu. La conserverie sera reconstruite, mais ne sera pas opérationnelle avant 2009. Pour le moment les Tristanais devront se contenter des revenus provenant de la vente des timbres-poste et des quelques touristes qui passent. 




En février, les ingénieurs de l’armée britannique commencent des travaux d’infrastructure, un nouveau port ne sera pas construit, mais l’ancien sera réhabilité. 



La population actuelle de Tristan est de 290 âmes,







et la colonie moderne comprend l’hôtel du gouvernement (la Maison blanche), une école, un hôpital, un magasin général, un bureau de poste, une salle communautaire/taverne, un petit musée, une boutique artisanale et une piscine. 


Il n'est pas facile de visiter Tristan, car les bateaux sont principalement utilisés pour les habitants. Certains scientifiques sont de passage quelquefois, ou des amoureux des voyages du bout du monde.. 



L’Île Tristan da CUNHA et l’archipel qui l’entoure sont situés dans la moitié sud de l’océan atlantique, à 2.816 km du continent le plus proche, ce qui fait d’elle l’île la plus isolée du monde !






[size=24]Le saviez-vous ?







Ptérodactyle ou véritable monstre… 


Une découverte d'une grande importance scientifique a été faite à Culmont (Haute-Marne). Des ouvriers occupés à creuser un tunnel qui doit permettre la liaison des voies ferrées de Saint-Dizier et de Nancy, venaient de faire sauter un énorme bloc de pierre et étaient en train de le briser en morceaux lorsque, d'une cavité qui s'y trouvait, ils virent soudain sortir un être vivant d'une forme monstrueuse.


Cette créature, qui appartient à une classe d'animaux jusqu'ici considérés comme disparus, possède un très long cou et une gueule garnie de dents pointues. Elle se tient sur quatre longues pattes qui sont réunies par deux membranes, sans doute destinées à porter l'animal dans l'air, et sont terminées par quatre doigts armés de longues griffes crochues. 


Sa forme générale ressemble à celle d'une chauve-souris, et n'en diffère que par sa taille, qui est celle d'une grosse oie. Ses ailes membraneuses, étalées, atteignent une envergure de 3,20 m. Sa couleur est d'un noir plombé, sa peau est nue, épaisse et huileuse ; ses intestins ne contenaient qu'un liquide incolore comme de l'eau claire. 


En arrivant à la lumière, ce monstre donna quelques signes de vie en remuant ses ailes, mais il expira bientôt après, en poussant un cri rauque. 


Cette étrange créature, à laquelle peut être donné le nom de fossile vivant, a été amenée à Gray, où un naturaliste très versé dans l'étude de la paléontologie l'a immédiatement reconnu comme appartenant au genre Pterodactylus anas dont beaucoup de restes fossiles ont été retrouvés dans les couches que les géologues désignent sous le nom de Lias. 


La roche dans laquelle ce monstre fut découvert appartient précisément à cette formation dont le dépôt est si ancien que les géologues le font remonter à plus d'un million d'années. La cavité dans laquelle l'animal était logé forme un moule exact de son corps, ce qui indique qu'il fut complètement enveloppé par le dépôt sédimentaire




Brrrrrrr!!!!! ça fait peur !!!!!!!!!


Le saviez-vous ?





Orange et GotWind n’ont pas oublié le festival anglais Glastonbury 2010 pour concocter un nouveau produit original visant à produire de l’énergie de façon écologique, des bottes en caoutchouc, les Orange Power Wellies .


Pour cette édition 2010, et comme le veut la tradition depuis plusieurs années maintenant, l’opérateur Orange et GotWind vont proposer aux visiteurs du festival Glastonbury des bottes en caoutchouc très spéciales. Elles ont la faculté de produire de l’énergie grâce à la chaleur des pieds. Il devient alors simple de recharger un petit appareil nomade comme un téléphone portable.


Le procédé se nomme l’effet Seebeck. La semelle de la botte dispose d’une thermopile prise en sandwich entre deux fines plaques de céramiques. L’idée est alors d’exploiter la différence de température entre la plaque du haut (en contact avec le pied) et la plaque du bas (en contact avec le sol) pour produire de l’électricité. 







Le rendement ne semble pas encore très haut puisqu’il faut porter environ 12 heures ces bottes pour obtenir une heure de conversation téléphonique. Toutefois les choses peuvent être améliorées en augmentant la chaleur. Pour les plus pressés, courrir, sauter, danser seront synonymes d’une meilleure production.



Que représente cette image ?





Un dauphin entraîné par l’armée américaine à détecter l’emplacement de mines marines. Le dauphin porte une balise qui sert à le repérer lorsqu’il n’est pas visible. 


La Marine américaine a créé un programme d’entraînement de mammifères marins (dauphins et otaries), appelé le U.S. Navy Marine Mammal Program, et basé à San Diego en Californie. Les animaux du NMMP ont participé aux opérations militaires pendant la guerre du Viêt Nam et la guerre en Irak.


Les dauphins ont un sonar naturel dont la précision est inégalée par les technologies modernes. Il leur permet de repérer des objets à travers la vase, ou dans des fonds rocheux et profonds.






Un dauphin détecte une mine et marque sont emplacement en y attachant une balise









Une taxe sur les vélos jusqu’en 1959



Une loi d’avril 1893 instaura une taxe annuelle sur les vélos en France ! Mise en application à compter du 1er juin 1893, cette loi fixait à 10 francs français la redevance pour la possession d’un “vélocipède ou appareil analogue”.


Les possesseurs de bicyclette devaient ainsi se faire enregistrer auprès de la mairie de leur commune. Une plaque métallique mentionnant l’année de perception de la taxe indiquait que le propriétaire du vélo s’était bien acquité de l’impôt. À certaines périodes, ces plaques furent néanmoins valables plusieurs années, la perception demeurant annuelle.







À partir de 1943, la plaque de vélo fut remplacée par un timbre fiscal.


L’impôt sur les vélocipèdes sera définitivement supprimé en 1959 par un arrêté de décembre 1958





Le saviez-vous ?








La commune française au nom le plus court :

Avec une simple et unique lettre, la commune de France au nom le plus court est sans conteste Y, dans le département de la Somme. Le nom se prononce “i” mais la centaine d’habitant a droit à un gentilé d’inspiration helléniste : les Ypsiloniennes et Ypsiloniens.

Le village aurait été jumelé avec Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch (Pays-de-Galles), la commune au nom le plus long (58 lettres) du Royaume-Uni.

Avec la notoriété viennent aussi parfois les ennuis. Il y a quelques années, le maire d’Y avait finit par porter plainte… contre X ! Les panneaux d’entrée dans le village était en effet régulièrement volés par des indélicats collectionneurs (d’anecdotes ?).








-----



La commune française au nom le plus long :

Et le prix de la commune de France au nom le plus long est attribué à Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson, dans le département de la Marne ! Le nom de ce village d’environ 600 habitants contient en effet 45 signes (38 lettres et 7 tirets).

Située dans le bocage champenois, la commune de Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson est en fait née en 1836, de la réunion de trois villages dont elle reprend tout simplement les noms :

Saint-Remy-en-Bouzemont 
Saint-Genest 
Isson 
Le village bat d’ailleurs de peu Saint-Germain-de-Tallevende-la-Lande-Vaumont dans le Calvados (44 signes) et Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur en Haute-Saône (43 signes). Pourtant ces trois communes comptent en fait chacune 38 lettres : Saint-Remy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson est donc sauvée par ses tirets !






(source : Wikipédia)



Le saviez-vous ?






9 Islandais sur 10 n’ont pas de nom de famille !

L’Islande a essentiellement conservé un système de nom patronymique. Ainsi, 9 Islandais sur 10 n’ont pas de nom de famille à proprement parler, mais portent un patronyme (parfois un matronyme) à la suite de leur prénom, qui ne se transmet pas à leurs enfants. 

Ce nom islandais est formé à partir du prénom du père ou de la mère au génitif, suivi d’un suffixe de filiation : son si l’enfant est un garçon, dóttir si c’est une fille.

Deux exemples :

la chanteuse Björk s’appelle Björk Guðmundsdóttir1. Elle est la fille de Guðmundur. 

l’explorateur viking islandais Leifur Eiriksson, qui découvrit l’Amérique du Nord au Xème siècle, était le fils du viking norvégien Erik le rouge (Eiríkr Rauði). 

Cette quasi-absence de noms de famille en Islande fait que les abonnés au téléphone sont classés dans l’annuaire par leur prénom, au lieu de l’être par leur nom !



source : Wikipédia











Des trous impressionnants















Le Big Hole de Kimberley – Afrique du Sud (17ha de surface, 463m de profondeur) : le plus grand trou jamais creusé par l’homme. Ce trou fut creusé par 50 000 mineurs, à la recherche de diamants, de 1871 à 1914.


















La mine Mirny – Russie (525m de profondeur, 1,2km de diamètre) : mine de diamants à ciel ouvert, aujourd’hui fermée à cause d’accidents.


















L’évacuateur du barrage Monticello – Etats-Unis (22m de diamètre) : ce trou particulièrement photogénique permet d’évacuer 1370 mètres cube d’eau à la seconde.























La mine Bingham Canyon – Etats-Unis (7,7m2 de surface, 1,2km de profondeur) : plus grande mine à ciel ouvert du monde.













Le cénote Zacatón – Mexique (335m de profondeur) : le plus profond puits naturel au monde.


















La mine de diamants Diavik – Canada : située à quelques kilomètres du Pôle Nord, cette mine possède est reliée par une route de glace, et possède son propre aéroport.













Le Grand Trou Bleu – Belize (300m de diamètre, 120m de profondeur) : rendu célèbre par Jacques-Yves Cousteau qui l’a déclaré comme l’un des dix principaux emplacements de plongée dans le monde.













Chand Baori – Inde (30m de profondeur) : puits construit au 11ème siècle de plus de 3500 marches d’escaliers sur 13 niveaux.












Le trou géant de Guatemala City – Guatemala (100m de profondeur) : tragique effondrement en 2007 survenu lors d’un concert de la tournée internationale de Régine.



[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   Lun 15 Mai - 13:11

Le saviez-vous ?




Caristales »
La Rivière multicolore 


La rivière figurant sur les photographies est la Caristales,
qui est située près de la ville de La Macarena en Colombie, Amérique du Sud.

Le fleuve, mondialement célèbre pour son affichage en couleurs, 
a été appelé "la rivière qui s'est enfuie au paradis",
"Le fleuve Le plus beau du monde" et "Le fleuve de cinq couleurs"!



Pendant la saison humide de la Colombie, 
l'eau coule rapidement et en profondeur. 
Cela dissimule le fond de la rivière.

Mais pendant un bref laps de temps,
entre les saisons sèches et humides,
lorsque le niveau d'eau est juste à fleur d'eau,
les nombreuses variétés d'algues et de mousse 
font une démonstration éclatante de couleurs.











Taches d'Amarillo, bleu, vert, noir et rouge,
et mille nuances que la rivière se pare .







La partie de la rivière où les fleurs colorées se dessinent est assez isolée
et n'est pas accessible par la route.

Cependant les touristes aventureux,
peuvent maintenant voler dans La Macarena,
puis se diriger vers le site de la rivière à pied dans le cadre de visites guidées.

Admirez ces superbes images de la rivière!























Le site a été fermé aux touristes pendant plusieurs années
en raison de l'activité des guérillas de la région ainsi que des préoccupations
concernant l'impact de la fréquentation touristique non règlementée.
Cependant, le site a été ré-ouvert aux visiteurs en 2009.











Jusqu'ici, près de 1000 personnes ont visité Caristales,
dont quelques 100 touristes étrangers.





bonne après midi 1     Ninnenne     blog de partage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hasards et coincidences???+ autres?????   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hasards et coincidences???+ autres?????
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Contes (Perrault et autres)
» [Big Brother] Périclès espionne (entre autres) FaceBook
» Shinobi, le jeu : discussions et autres blablas
» Moi je, etc ... et autres bd de filles

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: