AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

  FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???

Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???   Dim 8 Oct - 11:32

Et c'est avec les plus beaux des oeufs, ceux de FABERGE (1846-1920), bijoutier des tsars de Russie, que je viens vous fêter la Pâque, en ce matin du 4 avril 2010


Fabergé a créé de véritables oeuvres d'art sculptées et ciselées
Pierre-Karl Fabergé était le joaillier des Romanov, la famille impériale de Russie
L'oeuf du 15ième anniversaire du couronnement du Tsar Nicolas II (1911)
Oeuf d'inspiration maritime : "Mémoire d'Azov"
L'oeuf au carrosse
L'oeuf d'Alexandre III, équestre (réalisé en 1904)
L'oeuf des Muguets de la Madone créé en 1899 pour le Tsar Nicolas II de Russie
 
 
La maison de joaillerie FABERGE renaît:
Quatre-vingt-douze ans après sa disparition sous la révolution bolchevique, la plus célèbre maison de joaillerie russe ressuscite et présente une première collection envoûtante.
bon week-end    marileine   blog de partage(j'espère que les photos seront toujours là???)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???   Dim 8 Oct - 11:46

La légende de la ville d'YS


Voici l'histoire du Roi Gradlon et de la ville d'Ys. Le Roi Gradlon habitait en Cornouaille. Il possédait une flotte de nombreux bateaux qu'il aimait opposer a ses ennemis, souvent dans des pays lointains ou il faisait très froid. Il était excellent marin et stratège et gagnait souvent ses combats, pillant alors les navires ennemis et remplissant ainsi ses coffres d'or et de trophées.
Un jour ses marins, fatigués de se battre dans ces pays froids, se rebellèrent, refusant de monter à l'assaut d'un château-fort qui leur était pourtant promis. Beaucoup d'entre eux étaient morts durant l'hiver. Ils décidèrent de regagner leurs navires et de mettre le cap vers leur terre, la Bretagne, pour y retrouver femmes et enfants et y vivre au calme. Le Roi Gradlon les laissa partir et se retrouva seul, dans une nuit froide. Il était vaincu par ses propres hommes et, après l'exaltation des combats et des victoires, connaissait maintenant une profonde tristesse.

Tout à coup le roi sentit une présence autour de lui. Il leva la tête et aperçut, blanche dans le clair de lune et vêtue d'une cuirasse ruisselant de la lumière de l'astre, une femme aux longs cheveux roux. C'était Malgven, la Reine du Nord, souveraine boréale régnant sans partage sur les pays froids. Elle dit au Roi Gradlon: "Je te connais, tu es courageux et adroit au combat. Mon mari est vieux, son épée est rouillée. Toi et moi allons le tuer. Ensuite, tu m'emmèneras dans ton pays de Cornouaille." Ils tuèrent le vieux roi du Nord, remplirent un coffre d'or et, comme Gradlon n'avait plus de bateau, enfourchèrent Morvarc'h, le cheval magique de Malgven. Morvarc'h veut dire "cheval de mer", il était noir comme la nuit et soufflait du feu par ses naseaux. Le cheval galopait sur la crête des vagues et ils rejoignirent vite les bateaux du roi qui avaient pris la fuite et regagnaient la Cornouaille. Une violente tempête et un orage éclatèrent alors, éparpillant les bateaux sur l'océan.
 
Gradlon et Malgven restèrent une année entière sur la mer. Un jour, sur un bateau, Malgven donna naissance a un enfant, une fille qu'ils appelèrent Dahut. Heals, la reine resta malade et mourut. Le Roi Gradlon et sa fille Dahut rentrèrent en Cornouaille. Mais le roi était si triste qu'il ne sortait plus jamais de son château. Dahut grandissait, elle était très belle, comme sa mère Malgven. Le Roi Gradlon aimait jouer avec les boucles de ses longs cheveux. Dahut aimait beaucoup la mer. Un jour elle demanda à son père qu'il lui construise une ville, une ville au bord de la mer.
Gradlon adorait sa fille et accepta. Plusieurs milliers d'ouvriers furent mis au travail et construisirent une ville qui semblait sortir de la mer. Pour la défendre des hautes vagues et des tempêtes, il fut construit une très haute digue encerclant la ville, avec une unique porte de bronze qui y donnait accès. Le Roi Gradlon seul en possédait la clé. On l'appela ville d'Ys.

Les pêcheurs, chaque soir, voyaient sur la plage un femme qui chantait très fort, peignant ses longs cheveux blonds. C'était la princesse Dahut. Elle disait "Océan, bel Océan bleu, roule moi sur le sable, je suis ta fiancée, Océan, bel Océan bleu. Je suis née sur la mer, dans les vagues et l'écume, quand j'étais enfant je jouais avec toi. Océan, bel Océan bleu, roule moi sur le sable, je suis ta fiancée, Océan, bel Océan bleu. Océan, toi qui retourne comme tu le veux bateaux et hommes, donne moi les navires somptueux des naufrages et leurs richesses, or et trésors. Fais venir dans ma ville de beaux marins que je pourrai regarder. Ne sois pas jaloux, je te les rendrai l'un après l'autre. Océan, bel Océan bleu, roule moi sur le sable, je suis ta fiancée, Océan, bel Océan bleu."
La ville d'Ys devint alors un endroit où l'on s'amusait, la ville s'emplit de marins. Chaque jour voyait de nouveaux festins, des jeux, des danses.
 
Chaque jour, la princesse Dahut avait un nouveau fiancé. Le soir, elle lui mettait un masque noir sur le visage, il restait avec elle jusqu'au matin. Des que le chant de l'alouette se faisait entendre, le masque se resserrait sur la gorge du jeune homme et étouffait le fiancé de la nuit. Un cavalier prenait alors le corps sur son cheval pour aller le jeter dans l'Océan, au delà de la  baie de Trépassés. Ainsi, tous les fiancés de Dahut mouraient au matin et étaient jetés à la mer.
Un jour de printemps, un chevalier étrange arriva dans la ville d'Ys. Il était habillé de rouge, ses mains étaient longues et fines, ses ongles pointus et recourbés. Dahut lui sourit, le chevalier ne la regarda pas. Un soir cependant, il accepta de venir auprès d'elle. Il passa longuement ses longues mains aux ongles pointus dans les beaux cheveux  de la princesse. Soudain, un grand bruit s'éleva du côté de la mer et un terrible coup de vent heurta les murailles de la ville d'Ys. "Que la tempête rugisse, les portes de la ville sont solides et c'est le Roi Gradlon, mon père, qui en possède l'unique clé, attachée à son cou", dit Dahut. "Ton père le roi dort, tu peux maintenant t'emparer facilement de cette clé", répliqua le chevalier.
La princesse Dahut entra dans la chambre de son père, s'approcha doucement de lui et prit la clé, attachée à une chaîne autour de son cou. Aussitôt, une énorme vague, plus haute qu'une montagne, s'écroula sur Dahut. Son père se réveilla et elle lui dit: "Père, vite, prenons le cheval Morvarc'h, la mer a renversé les digues". Le roi prit sa fille sur le cheval, la mer était dechaînee. Le cheval se cabrait sur l'eau qui montait à gros bouillons. Dahut se serrait contre son père et lui dit: "Sauvez-moi, mon père!" Il y eut alors un grand éclair dans la tempête et on entendit une voix qui allait de rocher en rocher et disait "Gradlon, lâche la princesse".
 
 
 
Une forme pâle comme un cadavre apparut, enveloppée dans un grand vêtement brun. C'était Saint Guénolé, qui dit à la princesse: "Malheur à toi, tu as voulu voler la clé de la ville d'Ys!" Dahut répondait: "Sauvez-moi, emportez-moi au bout du monde!" Mais le cheval Morvarc'h ne bougeait plus et les eaux en furie gagnaient sur eux. Saint Guénolé répéta son ordre à Gradlon "Lâche la princesse!", les vagues énormes étaient à leurs pieds. Dahut glissa à terre et le Roi Gradlon, furieux, poussa sa fille dans la mer. Les vagues se refermèrent sur la princesse. La mer engloutit alors la ville d'Ys, dont tous les habitants périrent noyés.

Le cheval du roi repartit, bondissant sur les plages puis au travers des prés et des collines, galopant toute la nuit. Gradlon arriva enfin dans la ville où deux rivières se rejoignent entre sept collines, Quimper. Il décida d'en faire sa capitale et y vécut le restant de ses jours. A sa mort, on sculpta sa statue dans du granit. Cette statue est aujourd'hui élevée entre les deux tours de la cathédrale Saint Corentin à Quimper. Elle représente le Roi Gradlon, à cheval, regardant en direction de la ville disparue.
Et à Argol, la superbe statue du roi  GRADLON sur son cheval MORVAC'H trône majestueusement  sur la place du village
Certains racontent que Dahut, après sa mort, devint une sirène et qu'elle apparaît aux pêcheurs les soirs de lune, peignant sa longue chevelure d'or. Ils disent aussi que par temps très calme on peut entendre sonner les cloches de la cité disparue.

La légende rapporte que la ville d'Ys s'élevait dans la baie de Douarnenez. Le lieu-dit Pouldavid, quelques kilomètres à l'est de la ville de Douarnenez, est la forme francisée de "Poul Dahut", le "trou de Dahut" en breton, et indique l'endroit où la princesse fut engloutie par les flots.
On dit aussi que la ville d'Ys était la plus belle capitale du monde et que Lutèce fut baptisée Paris car "Par Ys" en breton signifie "pareille a Ys". Deux proverbes populaires bretons en témoignent:
Abaoue ma beuzet Ker Is
[size=18]N'eus kavet den par da Baris[/size]
Depuis que fut noyée la ville d'Ys
[size=18]on n'en a point trouvé d'égale à Paris[/size]
[size=18]Pa vo beuzet Paris[/size]
[size=18]Ec'h adsavo Ker Is[/size]
[size=18]Quand Paris sera englouti[/size]
[size=18]Resurgira la ville d'Ys[/size]
[size=18]bon week-end   marileine  blog de partage 
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???   Dim 8 Oct - 13:06

LA TULIPE EST UNE FLEUR D'AVRIL

Plus de 5 600 variétés de Tulipes sont répertoriées dans le registre officiel international des noms de Tulipes édités par l’association des horticulteurs hollandais. La dernière en date : la Tulipe ‘Bernadette’ qui a été baptisée en avril dernier par Madame Bernadette Chirac à l’occasion de la fête nationale des Pays-Bas.
[size=13][size=16]La Tulipe apporte ses couleurs franches et vives aux massifs et parterres des parcs, jardins, balcons… dès le début du printemps. Elle sait s’accommoder de toutes les expositions : le froid n’est pas un obstacle à son développement, excepté les gels intenses (-13 ou -14°C) qui sont très rares en France. La plupart des types de sols peuvent convenir à sa culture, pourvu qu’ils soient drainants et pas trop compacts.[/size][/size]
[size=16][/size]
La Tulipe, selon sa variété commence à fleurir dès le mois de février et ce jusqu’à la fin du mois de juin et mesure généralement entre 20 et 60 cm. Il est préférable de la mettre en terre à une profondeur égale à deux fois la hauteur et espacées les unes des autres de 10 cm. Après avoir planté les bulbes en octobre, c’est dès le début du mois de février que certaines variétés de Tulipes commencent à fleurir, et apportent une touche de lumière dans les jardins et sur les terrasses.

La tulipe est une plante dite « vivace bulbeuse à tige solitaire ». Elle possède six pétales de taille plus ou moins équivalente (Les pétales externes étant parfois un peu plus petits) et des feuilles charnues et peu nombreuses. La plupart des espèces sont cultivées comme plantes ornementales, contribuant ainsi à la création de milliers de variétés supplémentaires.


bonne après midi 1     marileine   blog de partage  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???   Lun 9 Oct - 12:21

les trains mythiques!!!

L'ORIENT-EXPRESS :

LE TRANSSIBERIEN :
LE ROVOS RAIL en Afrique du Sud :

LE CALIFORNIA ZEPHYR :

Bonne visite
bonne après midi 1  marileine  blog de partage 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???   

Revenir en haut Aller en bas
 
FABERGE (1846-1920), (les oeufs de Faberge) et autres articles???
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AU PAYS DES TSARS LES OEUFS DA FABERGE
» Gâteau au chocolat sans oeufs
» Recherche biscuits secs sans oeufs et sans farine de blé
» CONSERVER DES JAUNES D'OEUFS FRAIS JUSQU'A 5 JOURS
» Oeufs au lait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Sauter vers: