AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 ANTARCTIQUE(GEORGIE DU SUD+A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18844
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: ANTARCTIQUE(GEORGIE DU SUD+A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE.....   Dim 20 Sep - 10:49

ANTARCTIQUE

GEORGIE DU SUD : EXPEDITION AUX PORTES DE L'ANTARTIQUE

 
Les îlots des cormorans.
 
Photographe de profession, Pascal Coccoa eu la chance exceptionnelle de se rendre en Géorgie du sud. Le temps d'une expédition de plus d'un mois, il a arpenté les paysages sauvages et rares de cette île britannique méconnue du grand public, située aux confins de l'Atlantique Sud.
C'est là, aux portes de l'Antarctique, à 2.000 kilomètres au large de la Terre de Feu, que Pascal a découvert une[size=24]nature uniqueépoustouflantemagique. Un havre de paix isolé du reste du monde et qui abrite une faune extraordinaire, entre albatros hurleursmanchots royauxet éléphants de mer.[/size]
« La Géorgie du sud est un paradis pour les photographes. Au cœur de cette nature préservéel'animal est roi. J'ai ramené de ce voyage intense des souvenirs inoubliables et, je l'espère, des clichés qui illustrent au mieux ces lieux superbes ».
 
Photos : Pascal Cocco (Reportage : Géo).

 
L'île aux grands albatros.
 
Officiellement découverte par le célèbre explorateur britannique James Cook en 1775, la Géorgie du sud futainsi nommée en hommage au roi George III.
Utilisée du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe sièclecomme base de la chasse à la baleine et au phoque en Atlantique Sud, l'île fut progressivement délaissée suite àl'arrêt de cette industrie dans les années 1960.
Si, aujourd'hui, la Géorgie du sud ne compte aucun résident permanent, le territoire accueille régulièrement des expéditions scientifiques ou à but médiatique.
L'activité touristique, quant à elle, y reste limitée et très encadrée, les visiteurs devant se munir d'un permis spécialafin d'être autorisés à visiter l'île. Une démarche obligatoire afin d'accéder à des paysages somptueux, comme ici, sur l'île Prion.
Située au nord de la Géorgie du sud, cette petite île protégée abrite notamment une importante population de grands albatros. Au cœur d'une nature montagneuse spectaculaire, les éléments se bousculent en un violent chaos. Merveilleux.



 
Jeune albatros.
 
Très présent dans l'imaginaire marin, et rendu célèbre dans la poésie française par Baudelairele grand albatros(aussi nommé albatros hurleur) est un des oiseaux les plus imposants au monde.
Son envergure peut dépasser les trois mètres, ce qui luipermet de voler avec aisance et majesté, même par vent violent.
A terre cependant, l'albatros a beaucoup de difficultés à se déplacer. Ce jeune individu de l'île Prion, encore pourvu de son plumage noir, semble en savoir quelque chose ! Il adéployé ses ailes à plusieurs reprises sans jamais réussir à décoller. Le premier envol du grand albatros survient en moyenne à l'âge de huit mois.
Considérés comme faisant partie d'une espèce fragile et vulnérable, ces mythiques volatiles trouvent encore enGéorgie du sud un havre de paix où vivre et se reproduire: les quelque 3.000 individus qui nichent dans l'archipelreprésentent environ 20% de la population mondiale de grands albatros.

[size=24]GEORGIE DU SUD : EXPEDITION AUX PORTES DE L'ANTARTIQUE

[/size]

 
Les manchots royaux.
 
En descendant le littoral nord de la Géorgie du sud, arrêtà Port d'Or («Gold Harbour»), au sud-est de l'île, entre la baie Royale et la baie Cooper.
Cet endroit est considéré comme étant l'un des plus pittoresques de Géorgie du sud. En raison de ses paysages de plages bordées de végétation mixte, d'une part, mais peut-être surtout grâce à la colonie de manchots royaux qui y vit.
On estime la population de ces grands oiseaux à environ800.000 individus sur l'île de Géorgie du sud. Un chiffre qui pourrait rapidement diminuer si le réchauffement climatique venait à s'accentuer dans la région antarctique.
Cette [size=24]photo fut une de mes premières émotions lors de monvoyage. Une scène touchante entre un adulte donnant la becquée à son petit, déjà bien enveloppé.[/size]
Lorsque les parents partent en mer pour pêcher, lespoussins sont laissés à eux-mêmes sur le rivage, rassemblés en un immense groupe de jeunes manchots royaux attendant patiemment le moment du repas.



 
Le manchot papou.
 
Ces drôles d'oiseaux qui se dandinent gaiement portent le doux nom de manchots papous. Difficile, avec une telle silhouette, de traverser la petite rivière : tous les manchots sont tombés l'un derrière l'autre, bec dans le sable !
Aussi magnifiques que maladroits, ces petits volatiles quimesurent moins d'un mètre de haut se trouventprincipalement sur l'île Bird, au nord de l'archipel de Géorgie du sud.
Si l'on estime à 200.000 le nombre de manchots papousvivant sur ce territoire subantarctique majoritairementrecouvert de glaciers, il semble que la population décroisse rapidement depuis quelques années. Le réchauffement climatique et la surpêche pourraientexpliquer cette tendance inquiétante.



 
Près de l'iceberg.
 
Véritable oasis de [size=24]vie animale émergeant au beau milieu d'un océan aux eaux glaciales, la Géorgie du sud est,depuis sa découverte, une source inépuisable de rêve pourles grands voyageurs.[/size]
C'est d'ailleurs sur ce territoire aux allures de toundra insulaire que l'Irlandais Ernest Shackleton, grandexplorateur de l'Antarctique entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe sièclerepose pour l'éternité.
En navigant sur ces eaux peu hospitalières, on peine à imaginer quelles furent les conditions de voyage de ces hommes avides de conquêteperdus en territoire inconnu.
Un iceberg peut passer parfois très près de la coque, comme ici sur la photo. Notre vaillant capitaine et son équipe en état d'alerte ont su heureusement le contourner sans danger.



 
Jeunes éléphants de mer.
 
Parfois comparé aux îles Galapagos en raison de sonécosystème d'une richesse exceptionnellel'archipel de Géorgie du sud n'est pas seulement reconnu pour sa diversité ornithologique.
Les mammifères marins font partie intégrante de la faune des ces îles de glace, et le maître incontesté des plages subantarctiques est sans aucun doute l'éléphant de[size=24]mer du sud (à différencier de son cousin du Pacifique nord).[/size]
Ces créatures étonnantes appartenant à la famille des phoques trouvent en Géorgie du sud le lieu idéal pourinterrompre leur périple annuel dans les eaux australeset se reproduire sur la terre ferme.
Quelque 400.000 éléphants de mer peuvent ainsi se rassembler sur l'archipel, organisés en différents harems de femelles dirigés par les mâles dominants.
Les jeunes individus (ici à l'image) doivent apprendre peu à peu à nager, avant de rejoindre les grandes profondeursoù ils passeront 80% de leur existence.
Ces deux éléphants de [size=24]mer mâles s'entraînent déjà à se défier et à se battre.[/size]
[size]


GEORGIE DU SUD : EXPEDITION AUX PORTES DE L'ANTARTIQUE

[/size]

 
Renne solitaire.
 
Bien que la Géorgie du sud ne possède aucune espèce endémique de mammifère terrestre, certains animaux ont été introduits par l'homme sur l'archipel.
Le renne en est l'exemple le plus majestueux. Au XXe siècle, plusieurs cervidés ont en effet été lâchés sur la côte nord de la Géorgie du sud afin d'amorcer la[size=24]création d'un troupeau qui devait être source de viande fraîche pour les pêcheurs à la baleine vivant sur place.[/size]
Cependant, l'arrêt de cette industrie et le départ des hommes ont conduit à une explosion démographique de la population de rennes sur l'île.
Jusqu'à récemment, environ 2.500 de ces animaux vivaient en Géorgie du sud, causant de grands dommages à l'écosystème. C'est pourquoi une politique d'éradicationa été entreprise, conduisant à l'élimination de 1.900 rennes.
Les rats, qui ont infesté l'île depuis l'arrivée des premiers bateaux d'explorateurs, représentent égalementun danger pour la nature de Géorgie du sud : les rongeursse nourrissent principalement des œufs des oiseaux nichant au sol.



 
Mastodonte marin.
 
Loin de partager l'image attendrissante du petit phoque blanchon ou du gracieux phoque commun, l'éléphant de [size=24]merest un mastodonte à l'allure assez inquiétante.[/size]
Le mâle adulte, qui peut peser jusqu'à quatre tonnes, possède une courte trompe qui lui permet de produire un râle très sonore en période de reproduction.
C'est d'ailleurs cette excroissance nasale qui, rappelant celle de l'éléphant, a valu son nom à ce géant des océans.
Mieux vaut faire très attention lorsqu'on tente de s'approcher d'une de ces créatures remarquables. A la foislourd et agilemalgré un corps peu propice aux déplacements terrestresun éléphant de [size=24]mer qui s'affaisse peut facilement écraser une personne de taille humaine.[/size]
En voyant cet individu sortir de l'eau, je l'ai attendu ventre au sol, afin de pouvoir le prendre en [size=24]photo de face. Je pouvais sentir son souffle, tandis qu'il me scrutaitavec un certain agacement dans le regard. Il s'est d'ailleurs relevé pour me suggérer de partir.[/size]
[size]

GEORGIE DU SUD : EXPEDITION AUX PORTES DE L'ANTARTIQUE

[/size]

 
Colonie de manchots.
 
Photographier cette gigantesque colonie de manchots royaux était un rêve d’enfant. Un rêve enfin réalisé.
Au bord de la baie de St. Andrews, sur la côte nord de la Géorgie du sud, ces dizaines de milliers d'oiseauxrassemblés forment une masse si compacte qu'il estdifficile de les distinguer les uns des autres. Une cohue innommableaussi bruyante qu'odorante, et un moment qui pour [size=24]moi fut à la fois émouvant et inoubliable.[/size]
L'organisation sociale des manchots royaux est étonnante : les parents élèvent leur petit en coupleà tour de rôlel'un surveillant le poussin pendant quel'autre part pêcher.
Puis, lorsque les nouveaux-nés de la colonie commencent à nécessiter plus de nourritureles adultes les rassemblent au sein d'une vaste crèche avant de partir pêcher.
Se tenant côte à côte, les jeunes manchots se tiennent chaud et intimident les prédateurs par leur nombre.



 
Monument de glace.
 
Située au nord d'un continent de glace plus grand que l'Europe, la Géorgie du sud possède un climat polaire qui explique ses paysages de glaciers et de plaines continuellement enneigées.
L'archipel se trouve juste au-dessous de la ligne de convergence antarctique, où se rencontrent les eaux froides antarctiques et les eaux subantarctiques plus chaudes. Une zone de courants particulièrement riche en plancton et en [size=24]vie marine.[/size]
Sur ces eaux proches du pôle Sud dérivent d'énormes blocs de glace. Ces icebergs, dont la quasi totalité du volume se trouve sous la surface de l'eau, sontpotentiellement très dangereux lorsqu'ils se désagrègentou se renversent, provoquant ainsi de mini tsunamis.
Mais le spectacle rare de ces colosses de glace n'en est pas moins grandiose.



 
Nature fragile.
 
On se rend compte, en voyant la taille de l'oiseau en vol, des proportions incommensurables de cet iceberg. Cevoyage unique à la découverte d'une île aussi belle, et encore en partie sauvage, nous fait prendre conscience de l'importance de la protection de la planète.
Si le gouvernement de la Géorgie du sud et les îles Sandwich du sud régulent encore fermement le tourisme sur place, cette activité très lucrative reste néanmoins une grande tentation.
En outre, la Géorgie du sud est encore aujourd'hui une source de tension diplomatique entre le Royaume-Uni et l'Argentine, qui revendique depuis longtemps ces territoires. Le dernier conflit qui vit s'opposer les deux grandes nations fut la guerre des Malouines, remportée par le Royaume-Uni en 1982.
[size]


A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE

[/size]

Un navire de glace silencieux que nous saluons respectueusement au passage.

Passionné d'espaces préservés, Laurent Hizette décide, accompagné de son amie, de passer une quinzaine de jours sur la banquise de l’Antarctique.
En bateau ou à pied, il approche de très près les nombreuses colonies de manchots qu’il croise sur son passage.
Autre moment fort : la rencontre avec un léopard de mer observé à quelques mètres du zodiac.
A bord du navire « Le Diamant », nous parcourons les archipels de l’Antarctique : les îles Shetland, la péninsule Tabarin, le canal Lemaire…
Sur notre route, nous croisons de nombreux manchots dont ces manchots papou à Neko Harbour, dans la baie d’Andvord.
 
D'après les scientifiques, la fonte des glaces s'est accélérée, et les pôles Nord et Sud risquent de disparaître d'ici 20 ou 30 ans. Regardons-les et gardons-en un souvenir... puisque l'homme est assez fou pour tout détruire, car vous imaginez bien les conséquences sur le monde entier...



Signe de bienvenue, une baleine à bosse, reine du canal, plonge à l’approche de notre bateau. La queue typique de la baleine à bosse permet son identification.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 18844
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: ANTARCTIQUE(GEORGIE DU SUD+A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE.....   Dim 20 Sep - 11:00

A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE

Regard amusé d’un manchot Adélie sur un navire où des curieux passionnés lui rendent visite en respectant les règles strictes d’observation et d’approche.

Lors d’une balade en zodiac près de Pleneau Island, le dégradé de bleu des icebergs adoucit la taille de la masse.
Les manchots « marsouinent » et semblent jouer avec le zodiac. Ils nagent comme des dauphins, en sautant hors de l’eau. Observez les énormes griffes des pattes !
Les manchots Adélie sont les plus nombreux des manchots antarctiques et les mieux étudiés. Doit-on y voir la raison de leur fuite ?
Il est 21h30, la lumière rosée de la fin du jour couvre chaudement les glaciers.
Au cours d’une navigation paisible en zodiac en mer de Weddell, nous contemplons, silencieux, les immenses glaciers colonisés par le cormoran impérial.
Accueil surnaturel par ce manchot Adélie qui se met à poser très naturellement devant notre appareil photo !
Dans la baie qui borde la base brésilienne de Ferraz, nous croisons ce phoque crabier qui nous salue du haut de son iceberg. Nous lui disons avec certitude un « au revoir », un glaçon au coin de l’œil…
Pertermann Island est située à l’ouest de la terre de Graham à une courte distance de l’île Booth et du canal Lemaire. Couchés sur un iceberg flottant, les phoques crabiers sont en pleine digestion. Les manchots Adélie marchent prudemment sur la pointe des griffes afin de ne pas les déranger.
Le canal Lemaire est un étroit passage entre le mont Cloos à gauche (Terre de Graham) et le mont Wandel à droite (île Booth). Les icebergs disséminés rappellent le navire à la vigilance tels des feux de signalisation.
Paradise Bay nous réserve de belles surprises. Le léopard de mer (Hydrurga leptonyx) doit son nom aux petites taches sombres qui couvrent son corps, et à sa vie de prédateur. Ce mammifère carnivore de la famille des phocidés est la seule espèce de phoque à se nourrir essentiellement d’animaux à sang chaud (manchot Adélie, phoque crabier, jeune éléphant de mer...).

A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE

A Paradise Bay, nez à nez avec ce bonhomme des glaces sorti de nul part. Ces yeux bleus au ras de l’eau nous hypnotisent. Son nez fin semble nous humer. Que faisons-nous ? fuir ? Il est trop tard !
A Neko Harbour, les manchots papou profitent du soleil. Certains s’adonnent à l’observation. D’autres font un brin de toilette pendant que les petits papou déjeunent en toute tranquillité.
Situé dans la baie d’Andvord, Neko Harbour fut découvert par l'explorateur belge Adrien de Gerlache lors de son expédition de 1897 à 1899. L’origine du nom Neko provient de celui donné au bateau usine norvégien qui opérait dans la région.
Aux abords de Devil Island, nous passons à quelques mètres de ce glacier à la dérive. Ces sculptures gigantesques de glace immaculée au reflet bleuté invitent à la prudence lors de la navigation.
Débarquement à Devil Island, une île étroite de 2 km de long et située au nord de Vega Island (Péninsule Antarctique). Un manchot Adélie protège son poussin au duvet brun-gris foncé. Le nid se compose d’un monticule de petits galets.
Le cormoran impérial est un oiseau de mer que l’on trouve entre la Patagonie et la péninsule Antarctique. Long de 75 cm, il possède un dos noir, et toute sa partie ventrale jusqu'à son cou et sa tête sont de couleur blanche. Ses pieds sont bien palmés, ce qui en fait un nageur véloce. Son dos sombre contraste avec la blancheur immaculée de la glace.

Débarquement en zodiac à Paulet Island située au large de l’extrême nord de la Péninsule Antarctique, une île circulaire de 1,6 km de diamètre composée exclusivement de roches volcaniques. Une colonie de 200.000 manchots Adélie vit ici. Une vingtaine de « Red Pinguins » respectueux et impressionnés se trouvent rapidement encerclés.
L’origine du nom du manchot Adélie se trouve dans le nom scientifique Pygoscelis adeliae. Pygoscelis signifie « avec la queue à pinceau ». Le nom Adélie a été donné en l’honneur de l’épouse Adèle de Jules Sébastien César Dumont d’Urville (1790-1842), navigateur et explorateur français qui mena de nombreuses expéditions et découvrit la terre Adélie.
Nous sommes à Brown Bluff (côte est de la péninsule Tabarin sur la côte sud-ouest de l’Antarctic Sound). Nous rencontrons une autre espèce de manchot : le manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) d’une hauteur de 75 cm et d’un poids variant de 3,5 à 6,5 kg. Caractérisé par une tête noire et un ventre blanc, le manchot Adélie se nourrit essentiellement de crustacés (krill).
Nous quittons le navire « Le Diamant » pour monter à bord d’un zodiac qui nous débarque à Yankee Harbour au sud-ouest de l'île Greenwich (archipel des Îles Shetland du Sud). Premiers pas sur la banquise, cette terre des extrêmes, où nous sommes émerveillés face à l’accueil chaleureux de ses habitants dont la population est estimée à environ 4.000 couples de manchots papou (Pygoscelis papua). Leur taille varie entre 75 et 90 cm pour un poids compris entre 4,5 et 8,5 kg. Avec leur bec et leurs pattes de couleur rouge corail, ils sont les plus timides de tous les manchots !

bon week-end     Ninnenne     blog de partage  lilasjade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ANTARCTIQUE(GEORGIE DU SUD+A LA DÉCOUVERTE DE L'ANTARCTIQUE.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANTARCTIQUE:GEORGIE DU SUD+
» Une découverte surprenante
» sous la glace de l'Antarctique, depuis la nuit des temps!
» Découverte du Luxembourg (Mersch)
» Votre plus belle découverte 2009

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: images et PPS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: