AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Animaux - Oiseaux - le Kookaburra +autruche+flamant rose+kiwi

Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Animaux - Oiseaux - le Kookaburra +autruche+flamant rose+kiwi   Mar 23 Sep - 14:18

Animaux - Oiseaux - le Kookaburra -


Le kookaburra est un oiseau qui vit en Australie



Le kookaburra est un oiseau carnivore


On l'appelle aussi le Martin Chasseur Géant. Son dos est de couleur brune mais il a des petites plumes bleues sur ses ailes.


Son ventre, par contre est tout blanc.


Sa grandeur se compare à celle d'un petit chien. Sa tête est grosse en comparaison de son corps elle est blanche et il a des bandes noires sur les yeux. Son bec est solide et puissant.


[size=16][/size]


Le kookaburra habite en Australie et il est carnivore. Il se nourrit de grenouilles, d'insectes, de lézards, de serpents, de souris et de sauterelles. Il attaque parfois des serpents assez gros. Il lui tape la tête sur des roches pour le tuer ou il s'envole et le laisse tomber sur les rochers. Il peut aussi bien se régaler de sandwiches ou autre nourriture laissée par les campeurs.


Le kookaburra affectionne les forêts d'eucalyptus de la côte de l'Australie mais les fermiers apprécient sa présence car il chasse les serpents alentour de leurs fermes. Le soir ces oiseaux dorment en groupe et c'est pendant ce temps qu'ils renvoient par leur bec tout ce qui n'a pas été digéré dans la journée, soit, les plumes, les os, etc....tout ceci s'accumule en buttes au pied de leurs perchoirs.


 
 

Le couple Kookaburra est fidèle pour la vie. Au mois d'août il se met à la recherche d'un nid, un trou dans un arbre, une ancienne termitière ou un nid de l'année précédente.


[size=16]
[/size]
Après l'accouplement, la femelle pond 3-4 oeufs dont l'incubation dure 25 jours. Elle y consacre 50% de son temps puis le mâle et ses filles de l'année précédente prennent la relève. Pendant deux mois, les parents et leurs aides se relaient pour les nourrir.




Même si après 35 jours les petits sont devenus autonomes on continue de les nourrir pendant encore environ 6 semaines.
Il a très peu de prédateurs sauf lorsque les petits sont laissés seuls au nid. C'est un oiseau qui est capable de se défendre car il est robuste.


La durée de vie du kookaburra est de 15 ans.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[size=24]Animaux - Oiseaux - L'autruche -

[/size]


L’autruche (Struthio camelus) est le plus grand et le plus gros des oiseaux vivants et pourtant cette infatigable marcheuse est inapte au vol.



En effet, l’autruche est un oiseau aptère. Rivée au sol, l'autruche a su pallier cette incapacité à voler par d’autres atouts.





Pourquoi l’autruche ne vole t-elle pas ?





L’autruche fait partie d’un groupe d’oiseaux, les Ratites, qui sont tous inaptes au vol. Ces oiseaux coureurs sont rangés dans l’ordre des Struthioniformes. Cet ordre comprend plusieurs familles proches de l’autruche :



 
Les Rhéidés : Nandou

 
Les Dromaiidés: Emeu

 
Les Casuaiidés: Casoar

 
Les Aptérygidés: Kiwi







Squelette autruche.





Si l’autruche et les autres oiseaux coureurs ne volent pas, c’est parce que ces oiseaux possèdent certaines caractéristiques morphologiques spécifiques :





Le sternum ne possède pas de bréchet. Nécessaire au vol, le bréchet est l’excroissance osseuse du sternum où vient s’ancrer la masse musculaire permettant le battement des ailes.



Par voie de conséquence, d’autres organes liés au vol sont atrophiés chez l’autruche, notamment les muscles pectoraux et les clavicules.








Autruche mâle. image Mgiefleries





La structure du plumage est différente : les barbules constituant les plumes ne disposent pas de crochets les maintenant en rangs serrés. C’est pourquoi le plumage a un aspect ébouriffé.


Les glandes uropygiennes sont absentes : les sécrétions de ces glandes permettent d’imperméabiliser le plumage. Donc, même si elle le pouvait, l’autruche ne pourrait voler par temps de pluie.





Ne fait pas l’autruche !




La croyance selon laquelle l’autruche plonge la tête dans le sable en cas de danger est fausse. Par contre, il lui arrive de s’aplatir au ras du sol, le cou allongé au maximum, afin de se dissimuler aux regards.





Une autruche peut-elle avaler n'importe quoi ?




Le système digestif de l'autruche n'est pas spécialisé et il lui arrive effectivement d'avaler les objets les plus hétéroclites. Son goût et son odorat sont peu développés. Son intestin mesure 14 mètres de long !









Le mâle a un plumage d'un noir soutenu. Le plumage de la femelle est gris-brun. image Picture Taker 2





Une autruche du zoo de Londres avait réussi à avaler un réveil, une pellicule photo, un mouchoir, une corde de 91 cm, une chambre à air, un stylo, trois gants, un peigne et des pièces de monnaie.





L’autruche : Quatre sous-espèces





Struthio camelus, unique espèce d’autruche, était autrefois répandue à travers toute l’Afrique et au Proche-Orient.



Mais, l’assèchement du Sahara l’obligea à migrer. La chasse intensive éradiqua totalement la sous-espèce arabique (Struthio camelus syriacus) il y a une quarantaine d’années.









Zoom sur la tête d'une autruche. image Vshioshvili





Aujourd’hui, quatre sous-espèces vivent dans les steppes et savanes africaines :





  • L’autruche d’Afrique du Nord (Struthio camelus camelus) qui vit au Sahel, en Ethiopie, au Soudan et au Sénégal
  • L’autruche des Masaïs (Struthio camelus massaicus) qui vit au Kenya et en Tanzanie
  • L’autruche des Somalis (Struthio camelus molybdophanes) qui vit à l’est de l’Afrique tropicale
  • L’autruche d’Afrique du Sud (Struthio camelus australis) qui vit en Afrique du Sud, en Namibie et au Botswana notamment et bien sûr en Australie où elle a été introduite à la fin du 19e siècle.



 


Bien adaptée à son environnement, l’autruche n’a pas de grands besoins en eau. Les fibres aqueuses des plantes grasses l’aident à passer la saison sèche.





De plus, sa physionomie interne lui permet de retenir l’eau en évitant d’en perdre et sa transpiration est minimale.



L'autruche est le seul oiseau qui élimine l'urine et les excréments séparément.



Son plumage joue un rôle d’isolant ce qui lui permet de supporter les variations climatiques de 40°C à moins de O°C.





L’autruche : le plus gros des oiseaux





Mesurant jusqu’à 2,75 mètres de haut, l’autruche a développé des armes pour survivre. Son long cou flexible, une tête mobile et de gros yeux à la vue perçante lui permettent d’anticiper toute menace.


Ses yeux mesurent 50 mm de diamètre. L’ouie est excellente bien que l’oreille soit réduite à un trou auriculaire.









L'autruche possède un cou très flexible. image Lildude





Contrairement à la plupart des oiseaux, l’autruche évacue l’urine séparément des excréments.





Ses pattes puissantes, aux pieds terminés par deux orteils (fait unique chez les oiseaux) lui permettent d’atteindre 70 km/h. L’un des orteils est armé d’une griffe acérée dépassant 6 cm de long. C’est une véritable dague qui rend dangereux les coups de pied de cet animal.








Patte d'autruche. image Nagyman





L’autruche est l’oiseau le plus lourd avec un poids maximum de 150 kilos. Une autruche vit entre 12 et 20 ans en liberté.





La vie sociale de l’autruche





Au fil de l’évolution, l’autruche a adopté un mode de vie grégaire. Le groupe remplit un rôle protecteur pour chaque membre.


Les relations entre individus sont soumises à une hiérarchie stricte.


L’organisation sociale s’établit sur la base d’une communication gestuelle et auditive.







Groupe d'autruches. image Just Tom




La structure d’une population d’autruches varie en fonction des conditions alimentaires locales. En effet, l’autruche est omnivore.


Son menu est surtout composé de matières végétales : racines, feuilles, fleurs et graines. Cette base alimentaire est complétée par des insectes divers et de petits invertébrés comme les lézards et également des tortues.




Dans les régions les plus désertiques, elle n’hésite pas à parcourir plusieurs dizaines de kilomètres par jour pour trouver sa nourriture.







Autruche en pleine course. image Swh




La famille typique a pour base un mâle territorial, une femelle dominante et plusieurs autres femelles.


Il arrive qu’une famille adopte des juvéniles d’autres familles. Parfois, les mâles conduisent des groupes « éducatifs » d’autruchons en les emmenant errer avec eux plusieurs jours en voyage d’apprentissage.




Pour les populations isolées où la nourriture est rare, les individus sont plutôt monogames.




La communication de l’autruche




Avant même l’éclosion, les autruchons établissent avec leurs parents des contacts sonores. Plus tard, ils traduiront par des sons variés leur humeur du moment.







Couple d'autruches et ses bébés. image Picture Taker 2




L’autruche accompagne ses contacts sociaux de toute une gamme de sons : sifflements, grognements, bruits gutturaux, claquements de becs, gargouillis d’estomac.


Ce langage vient à l’appui des postures et parades. En général, les postures agressives consistent en des déploiements arrogants de plumes et des battements d’ailes.




En période de reproduction, le mâle émet un cri caractéristique qui résonne et qu’il répète tandis que le cou se gonfle et se colore.




L’attitude la plus remarquable est celle de la posture de diversion. Quand une couvée est attaquée, l’autruche mime l’oiseau blessé. Aile pendante, elle fait mine de s’enfuir en zigzagant. Le prédateur, intrigué, la suit. Dès qu’ils sont à bonne distance des jeunes, l’autruche se redresse et se met à courir.




La reproduction de l’autruche




Selon la richesse du biotope, l’autruche varie sa stratégie de reproduction. Lors du rut, le mâle devient très territorial et sillonne son territoire de 2 à 15 km² en poussant son fameux cri.


Le mâle possède un pénis exsertile : l’organe est interne et doit se dérouler hors du cloaque. Les mâles paradent pour attirer les femelles mais ces dernières sont libres d’accepter ou non.


Chez l’autruche, les nouveau-nés sont couvés à la fois par le mâle et la femelle. Ils bénéficient d’une surveillance attentive de la part des deux parents.







Autruche et ses oeufs. image Picture Taker 2




La femelle dominante possède son propre nid préparé par le mâle territorial. Elle y pond un œuf tous les deux jours pendant deux semaines. Par contre, les autres femelles qui s’accouplent pondent dans des nids différents mais généralement ne couvent pas. Ces dernières n’ont pas de partenaire stable et elles espèrent que leurs œufs seront protégés par la femelle dominante. Celle-ci écarte les œufs ne lui appartenant pas car elle ne peut couver plus de 25 œufs.







Autruchon. image Nagyman




Les œufs d’autruche mesurent environ 16 cm de haut et 13 cm de large avec une coquille épaisse de 2 mm. Ils pèsent environ 1,5 kilo.



La femelle couve le jour et le mâle la relie la nuit. Au bout de 6 semaines, tous les œufs éclosent en même temps. Ils semblent stimulés par les vocalises de la mère.







Oeuf d'autruche comparé à des oeufs de poule. image Drplokta




Il faut plusieurs jours aux poussins pour s’extraire de leur coquille. A la naissance, ils sont recouverts d’un duvet.


Vers l’âge de trois mois, ils acquièrent un plumage juvénile gris cendré. La croissance est rapide ; à 4 ou 5 mois, ils ont atteint la moitié de la taille d’un adulte. La maturité sexuelle intervient vers 3 ou 4 ans.







Autruchon. image Nagyman




La mortalité infantile est importante. Félins, hyènes ou lycaons profitent de la nuit pour attaquer les oiseaux en les mordant au cou afin de sectionner les veines vitales. On estime à moins de 10% la proportion des couvées parvenant à la fin de la période d’incubation et à 15% le nombre d’autruches qui atteindront un an.




L’autruche et l’homme




Longtemps chassé à l’excès, notamment pour ses plumes, la seule espèce survivante d’autruche a grand besoin de protection.


Avant que la chasse n’extermine certaines populations, on a découvert qu’elles pouvaient être mise en élevage pour leur chair et leurs œufs. La première ferme d’élevage vit le jour en Afrique du Sud en 1838.

Cet élevage s’est développé jusque dans les années 30 puis les plumes passèrent de mode et les autrucheries fermèrent.








Elevage d'autruches. image Stacyk




Aujourd’hui, on comptabilise encore au moins 90 000 autruches en Afrique du Sud élevés pour leur viande et la production de cuir.


On assiste également à un renouveau des fermes d’élevage en Floride, à vocation plut
--------------------------------------------------------------------------------------------------

Animaux - Oiseaux - Le flamant rose -


Flambant, tel était le nom donné autrefois au flamant rose (Phoenicopterus ruber) qui est l’espèce la plus répandue parmi les flamants.


Cet échassier recherche avant tout la tranquillité des marécages et des grands lacs. Le flamant rose est célèbre pour sa "pose repos" sur une patte.



Les différentes espèces de flamants roses




Il existe une controverse sur le nombre d’espèces. Pour certains, il existe 6 espèces de flamants roses dans le monde. Pour d’autres, Phoenicopterus ruber est réparti en deux sous-espèces :
Phoenicopterus ruber roseus : Ce flamant rose vit essentiellement en Afrique. On trouve quelques colonies autour de la Méditerranée et de la Caspienne. Ce flamant vit également dans le Golfe Persique jusqu’en Inde occidentale.


Phoenicopterus ruber ruber : Ce flamant vit en Amérique centrale.


Il existe des variantes de couleur chez les flamants en fonction de l’espèce. Phoenicopterus ruber roseus est blanc rosâtre avec des ailes cramoisies aux bords noirs. Le bec est rose pâle à pointe noire. Les pattes sont roses.


Phoenicopterus ruber ruber est rose et le reste du corps est identique à l’autre sous-espèce.




Flamant rose au repos. image putneymark


En Afrique orientale, il existe une autre espèce très répandue de flamants : le flamant nain (Phoenicopterus minor). Son plumage duveteux est blanc. Le blanc de ses ailes est taché de rouge carmin. On le trouve également en Asie.
Les autres espèces de flamants roses sont :

  • Le flamant du Chili (Phoenicopterus chilensis) d’Amérique du Sud

  • Le flamant de James (Phoenicopterus jamesi)

  • Le flamant des Andes (Phoenicopterus andinus)


Les deux dernières espèces évoluent dans les lacs des plateaux élevés des Andes en Amérique du Sud.




Flamant des Andes.


Parmi les flamants, sur les lagunes des côtes d’Amérique centrale, les oiseaux sont quasiment rouges, tandis qu’ils sont presque blancs en Europe, et d’une couleur entre ces deux extrêmes en Afrique.


Le flamant connu en Camargue niche en Tunisie et en Afrique du Sud. L'espèce qui est observée en France est une sous-espèce du flamant des Caraïbes, Phoenicopterus ruber ruber, de couleur rouge vif.


Portrait du flamant rose




Le flamant rose mesure 125 à 145 cm de long. Sa hauteur varie entre 1,25 et 1,45 m pour un poids de 2 à 4 kg.
L'envergure varie de 140 à 165 cm. Les femelles sont en principe plus petites que les mâles. Les jeunes, très pâles, presque blancs ont des pattes sombres.




Silhouette gracieuse du flamant rose.


Mais, ce qui caractérise le plus les flamants, c’est leur bec recourbé garni de lamelles qui filtrent l’eau et la vase des marécages riches en algues, crustacés et mollusques dont cet oiseau se régale.


Lorsqu’il recherche sa nourriture, la tête penchée, son bec se trouve complètement renversé. Sa courbure est telle que la mandibule supérieure se retrouve en position inférieure.




Flamants roses qui filtrent l'eau.


Les aliments sont retenus par les lamelles. L’eau est rejetée, ainsi que le sable et la vase, grâce aux mouvements de la grosse langue.

Il filtre donc l’eau au fur et à mesure qu’il avance dans l’eau.
Le flamant rose a un régime alimentaire très spécialisé. Il se nourrit surtout d'une espèce de crevette, l'Artémia salina. Celle-ci contient un pigment, un caroténoïde, responsable de la coloration rose de l'oiseau. Il consomme également des algues microscopiques et divers petits invertébrés.




Artémia salina est responsable de la coloration rose du flamant.


Les flamants roses nichent en colonies de milliers d’individus, toujours à proximité de l’eau. Les plus grandes colonies comptent jusqu’à 2 millions de flamants.




En Camargue, on observe des immenses colonies de flamants roses.


A terre, dans les marécages où il établit ses colonies, le flamant rose est, parmi tous les oiseaux, celui dont le cou et les pattes sont le plus longs par rapport au corps.


Cet échassier possède des pattes terminées par des pieds palmés.


Les principaux prédateurs du flamant rose sont les pygargues, les hyènes, les guépards ou les crocodiles.
Les flamants migrent pour la reproduction de l’Asie et de l’Europe vers l’Afrique.




Migration de flamants roses.


On a longtemps chassé le flamant rose pour sa langue qu’on mangeait lors des grandes occasions. On le chassait également pour ses plumes.


En Europe, les belles plumes roses ont failli être la cause d'une chasse destructrice. Mais, ces plumes perdent leur couleur et les coquettes ont dû abandonner l'idée d'orner leur chapeau de plumes de flamant et heureusement pour l'espèce.




Un mâle qui exhibe son beau plumage.


Le cri du flamant rose est grave et rauque et ressemble à celui de l’oie.


La longévité du flamant rose est d'environ 13 ans.


Aire de distribution et migration




Le flamant rose niche presque exclusivement en Europe. Il hiverne dans tout le bassin méditerranéen et en Afrique.
Cependant, de nombreux flamants qui nichent en France y restent pendant la saison froide.




Le flamant rose est un grand migrateur.


Le flamant rose vit le long du littoral maritime. Il aime les eaux salées et saumâtres des étangs, des estuaires ou des deltas des fleuves comme celui du Rhône.


La sous-espèce Phoenicopterus ruber roseus nidifie essentiellement en France, en espagne et localement en Asie du Sud-Ouest ou en Afrique.


Dès le mois de juillet, les migrateurs présents en France vont hiverner en Espagne, en Afrique du Nord et même au Sénégal.




En France, le flamant rose se reproduit presque exclusivement en Camargue.


Ils reviendront en mars pour nidifier. Près de la moitié de la population nicheuse en France (15 000 à 20 000 couples environ au total), restent sur le territoire pour hiverner. Cependant, les hivers peuvent être très rudes, même dans le Sud de la France et peuvent donc faire de nombreuses victimes. Ce fut le cas en 1985 et l'hiver fit plus de 3000 victimes.


Reproduction du flamant rose




La parade amoureuse du flamant rose est un très joli spectacle. Le mâle et la femelle enlacent langoureusement leurs cous.

La maturité sexuelle intervient vers 5 ans. Chaque année, les couples changent.




Parade nuptiale d'un flamant rose.


Pour accueillir ses petits, le flamant rose installe son nid peu avant la ponte. Il est constitué d’un tas de boue et de détritus de végétaux.

Large de 50 cm à la base, c’est un cône haut de 40 cm.
La femelle ne pond qu’un seul œuf (exceptionnellement deux) après une incubation de 28 à 31 jours. Les deux partenaires couvent avec les pattes recourbées sous le corps.




Flamant rose et son petit.


Le petit est d’abord nourri avec une sécrétion rouge vif de l’œsophage parental. Cette sécrétion du tube digestif contient beaucoup de protéines et de graisse.

A la naissance, le petit est gris.
Son bec est droit et ne se courbe que vers l’âge de deux mois. A ce moment là, il peut commencer à se nourrir seul.




Recherche d'une partenaire pour ce flamant rose


Progressivement recouverts d’un duvet brunâtre, les jeunes se rassemblent dans des crèches gardées par les adultes.
Les plumes vont progressivement devenir rosées. Le petit flamant rose sait voler vers l'âge de 10 à 11 semaines. Bientôt, il partira pour sa première migration vers les terres d'Afrique du Nord.


Classification




Règne : Animalia 
Embranchement : Chordata 
Classe : Aves 
Ordre : Phoenicopteriformes
Famille : Phoenicopteridae 
Genre : Phoenicopterus

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Animaux - Oiseaux - le Kiwi -



Nettement différent des autres oiseaux inaptes au vol, le kiwi (Genre Apteryx) fait partie des rares oiseaux ayant un bon odorat. Forestier et nocturne, le kiwi n’a pour seule défense que sa discrétion.




Le kiwi est l’emblème national de la Nouvelle-Zélande et a donné son nom au fruit.




Parmi les différentes espèces de kiwis, certaines sont très menacées d’extinction.




Les différentes espèces




Jusqu’en 1995, on comptabilisait trois espèces de kiwis. Mais, une recherche génétique, débutée dans les années 1980, a modifié la classification.


Aujourd’hui, le nombre d’espèces est passé à cinq. Cela pourrait encore changer dans les années à venir car l’étude génétique continue.







Miss Rogue




Les cinq espèces de kiwis sont :


  • Kiwi austral (Apteryx australis)
  • Kiwi brun de l'île du nord (Apteryx mantelli)
  • Kiwi d'Okarito (Apteryx rowi)
  • Kiwi d'Owen (Apteryx owenii)
  • Kiwi roa (Apteryx haastii)

 

Portrait du kiwi




Cet oiseau est totalement sans défense. Sa survie ne dépend que de la volonté humaine.


Le kiwi fait partie d’un groupe d’oiseaux, les Ratites, qui sont inaptes au vol. Ces oiseaux dits " coureurs " possèdent un sternum plat qui est dépourvu de l'arête proéminente qui orne le bréchet des oiseaux volants.
Le ratite le plus connu est l’autruche.



Les kiwis sont classés dans la famille des Apterygidae.


Le kiwi ne se rencontre à l’état sauvage qu’en Nouvelle-Zélande.









Petit animal forestier, il fuit la lumière pour fouiller discrètement le sol des forêts de son long bec effilé. Doté d’un excellent odorat, le kiwi détecte les invertébrés dont il se nourrit à l’aide de ses narines, situées à l’extrémité de son long bec.




Les narines sont très sensibles. Leur menu est essentiellement composé d’insectes, de vers et d’invertébrés. Il est complété par quelques baies tombées sur le sol.







Kiwi brun de l'île du nord (Apteryx mantelli)




Ces oiseaux possèdent des ailes vestigiales et sont dépourvus de queue. Les kiwis sont de tailles plutôt moyennes et ne dépassent pas 65 cm. La femelle est plus grande que le mâle.


Pendant la journée, les kiwis restent cachés dans des trous ou des terriers qu'ils creusent avec leurs pattes puissantes.




Reproduction du Kiwi




Les kiwis vivent généralement en couples monogames. La femelle pond un œuf qui est souvent couvé par son partenaire  pendant 2 ou 3 mois.




Le kiwi est le seul ratite dont on puisse retrouver les nids ailleurs que dans des endroits découverts : sous des racines, des touffes d’herbe ou des rochers.







Miss Rogue .




Pendant les premiers jours qui suivent l’éclosion, les petits ne quittent pas le nid et y sont nourris par leur père.
Celui-ci doit redoubler d’attention car le développement des jeunes kiwis est lent. Ils n’atteignent la maturité sexuelle qu’à l’âge de 5 ou 6 ans.





Ils peuvent espérer vivre environ 30 ans.




L’activité humaine : un vrai fléau pour le Kiwi




Les prédateurs carnivores n’étant arrivé dans cette île qu’avec la colonisation des colons européens, le sol fut longtemps aussi sûr que les arbres.


Les oiseaux purent développer des mœurs terrestres et, à l’arrivée de l’homme, des espèces géantes aptères y vivaient : le Dinornis maximus devait mesurer plus de 4,50 mètres de haut.
Emblème de la Nouvelle-Zélande, totalement protégé par la loi, le kiwi reste pourtant très menacé par l’extension des activités humaines.


Il a beaucoup souffert de l’introduction, au milieu du 19e siècle, de prédateurs comme les félins et les mustélidés. Il a également souffert du déboisement intensif.




Même si les grandes espèces de kiwis (Apteryx australis et Apteryx haastii) voient leur habitat reculer, leur survie n’est pas vraiment menacée. Quelques populations arrivent à survivre dans des biotopes transformés en grandes réserves forestières.


En revanche, l’espèce la plus vulnérable, le petit kiwi tacheté (Apteryx owenii) aurait disparu sans l’introduction réussie de quelques individus dans la petite île de Kapiti. Il y réside maintenant la seule population viable de l’espèce, soit seulement 1 000 oiseaux environ.






Classification




Règne: Animalia 
Embranchement: Chordata 
Classe: Aves 
Ordre: Struthioniformes 
Famille: Apterygidae
Genre: Apteryx

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonne après midi 1     Ninnenne    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geoffeey
Invité



MessageSujet: Renseignements   Mar 31 Juil - 16:48

Bonjour, je m'appelle Geoffrey je souhaite faire une demande de détention de kookaburra et je souhaiterais avec des informations sur l'élevage en captivité de cet oiseaux (taille de la volière, nourrissage, mode vie en captivité)
Merci d'avance
Revenir en haut Aller en bas
Josiane
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 7815
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 69
Localisation : Aquitaine

MessageSujet: Re: Animaux - Oiseaux - le Kookaburra +autruche+flamant rose+kiwi   Mer 1 Aoû - 7:50

bonjour Geoffrey,


je vous souhaite la bienvenue sur le forum -
je pense que vous pouvez trouver ces informations sur Internet -
amicalement -
Josiane

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Animaux - Oiseaux - le Kookaburra +autruche+flamant rose+kiwi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Animaux - Oiseaux - le Kookaburra +autruche+flamant rose+kiwi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les flamant rose de Paradisio 2009
» L'oeil du flamant rose
» Envol de flamant rose
» Flamant Rose
» Flamant rose par dmode

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Sauter vers: