AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres

Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   Lun 23 Oct - 12:59

Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais


 
Saint Patrick (Santus Patricius en latin, Padraig Naomh en rlandais) est né sous le prénom de  Maewyn Succat au environ de 385 (certains disent en 387 ou 389...) en Grande Bretagne à Bannaven Taberniae (ou Banna Venta Berniae), un lieu inconnu, probablement situé près de Carlisle en Cumbrie.
Son père, Calpurnius, était diacre et son grand-père, Potinus, était prètre. A cette époque les membres du clergé n'étaient pas soumis aux voeux de célibat (pourquoi n'en ont-ils pas le droit aujourd'hui ?...). Sa grand-mère était originaire de Touraine, en France.
 
En 405, il aurait été enlevé par des pirates venus d'Irlande qui le vendirent comme esclave. Il le fut durant 6 années. Il aurait "été logé" dans une cage et était berger pour le compte d'un chef de clan irlandais. Il aurait vécu près du bois de Fochoill, Comté de Mayo. On dit aussi que c'était à Slemish dans le Comté d'Antrim.
 
 
Comme on peut le constater les débuts de son existence comportent de nombreuses variantes.
On en connait les grandes lignes et après c'est un peu le "flou artistique", chacun y allant de sa version et de son histoire.
N'ayant pas de livre sur ce personnage, et oui, sur Internet  j'ai rencontré différentes versions de sa vie et ce ne fut pas aisé de mettre de l'ordre dans tous ces écrits.
 
L'Irlande est, à cette période de son histoire, un pays celtique avant tout druidique et qui pratiquaient des rites paiens pour les catholiques.
Les romains sont maitres en Gaule et un peu partout sur le continent.
 
Pendant sa capture, il rencontra Dieu et devint un chrétien plein de foi.
 
En 411, il s'échappe et rêve de Dieu qui lui "laisse" un message.
Rejoignant la côte, il s'embarque pour l'Angleterre, puis la France ou plutôt la Gaule, où il devient prêtre.
 
Vers l'âge de 31 ou 32 ans, il décide de retourner vers sa famille.
 
Ici, terrassant les serpents.
 
 
Et de nouveau, il a des visions ou/et entend de voix. Alors il repart et rejoint les iles de Lérins(que j'ai visité car en plus de Saint Patrick, le masque de Fer y fut quelques années retenu en captivité et qui plus est c'est un lieu enchanteur), près de Cannes et s'installe au monastère Saint-Honorat où il poursuit ses études théologiques.
Il sera très attirée par la forme architecturale de la chapelle de la Sainte Trinité. elle présentait une nef et 3 chapelles circulaires, proche du trèfle.
Il part pour Auxerre, auprès de Saint Germain et y devient diacre puis évèque.
Il prendra alors le nom de Patricius en latin et Padraig en gaélique.
 
Le "Croagh Patrick", dans le comté de mayo, lieu de pélerinage. En 441, Saint Patrick y aurait jeuné pendant 40 jours et batti une église. je ferais un article sur ce lieu grandiose.
 
En 432, il retourne en Irlande et commence à évangéliser l'ile. Son "siège" se serait trouvé à Armagh en Irlande du nord.
Il parcout  toute l'Irlande y prêchant, évangélisant, construisant églises, monastères et écoles. Il formait ses "successeurs".
Il avait courage, grande foi, humilité, et bonté, ce qui sied à un futur saint.
C'e serait au Rock de Cashel, lors d'un sermon, qu'il utilisa pour la 1ère fois la feuille de trèfle ou Chamrock.
 
 
Il associat le trèfle à la Sainte Trinité : le Père, le Fils et le saint-Esprit.
C'est ainsi que le trèfle deviendra l'emblème national de l'Irlande.
Quand à la couleur verte, elle vient du trèfle qui est vert et de la couleur du printemps irlandais. Ne dit-on pas la verte Irlande.
Bien sur tout ne fut pas facile, l'opposition au christianisme était forte. Mais il réussit, après de longues années, à évangéliser la nation irlandaise.
 
Selon, la "reconstruction" des vieilles annales irlandaises, il se serait retiré à DownPatrick, aujourd'hui haut lieu de pélérinage (j'y reviendrais) où il serait mort le 17 mars 461 (la Saint Patrick se fête ce jour là et c'est l'anniversaire de mon frère....). ci-dessous, sa tombe.
 
 
Lorsqu'il meurt l'Irlande est donc devenue chrétienne sans violence, ni martyr.
Il serait enterré au coté de Sainte Brigitte et Saint Columcille, autres patrons de l'Irlande.
Saint Patrick a très peu écrit sauf : "une confession de Saint-Patrick" et les "lettres à Coroticus". On lui attribue la prière "Faed Fiada" ou "Canon de saint Patrick.
 
Pour les catholiques, Saint Patrick est le saint patron de l'Irlande et des ingénieurs. patronage confirmé par un décret de la "Congrégation pontificale pour les sacrements" du 3 décembre 1962. ci-dessous, la cathédrale Saint Patrick à Dublin.
 
 
Le 11 avril 1961, il fut désigné comme le 2ème saint patron du Nigéria, la 1ère étant la Vierge Marie.
Le 15 octobre 1994, Jean-Paul II confirma son patronage sur le diocèse de Boston (USA) par lettre apostholique.
 
Voila comment je pourrais résumer la vie de Saint Patrick.
Mais tous ces articles sur lui sont un vrai "fouilli" où chacun écrit qu'il a la vérité. Pour ma part, mon article n'est certainement pas "la vérité", mais il suit une ligne conductrice et directive à peu près proche d'une certaine croyance.
Je n'ai aucune prétention sur l'article que je viens de faire.
La vérité, personne ne semble la posséder réèllement, tellement les annales sont lointaines, les écritures souvent peu évidentes a décripter, certains témoignages peu fiables ou exagérés avec le temps qui a coulé sous les pond, comme nous le disons souvent, presque 600 ans c'est écoulé....
Je terminerais par les voeux de la saint Patrick:
"Puissiez-vous avoir
Une maison contre le vent
un toit contre la pluie
L'amour d'une famille unie
 
Puissiez vous toujours être entourés
De gens joyeux et d'éclats de rire
de tout ceux que vous aimez
Puissiez vous avoir
Tout ce que votre coeur désire."
 
Je ferais des articles sur les hauts lieux de pélerinage ayant trait à Saint Patrick. Des lieux d'ont seule l'Irlande à le secrêt.
bonne après midi 1     marileine  blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   Mar 24 Oct - 11:08

Le Connemara

 
Le site le plus connu d’Irlande (avec la « Giants Causeway » ou la « Chaussée des Géants » en Irlande du nord) est certainement le « Connemara » ou «Conmaicne Mara » en celtique.
Personne n’a oublié la chanson de Michel Sardou ?
Il se situe dans la Province de Connacht, Comté de Galway.
 Le Connemara est bordé par la baie de Galway au sud, l’océan atlantique à l’ouest, le Conté de Mayo au nord, les « Lough Corrib et Mask » à l’est.
 
 
 
Le Connemara est un de ces lieux dont l’Irlande a le secret : il est mystérieux, enchanteur, magique.
 
Ci-dessous :le "Lough Corrib".
 
[size=16][/size]
 
 
Sa beauté sauvage, «inquiétante » et « désertique » est a coupée le souffle.
 
 
Ci-dessous : Lough Mask. 
[size=16][/size]
 
 
Il est fascinant par ses nombreuses collines ou montagnes (les « Twelve Ben », les « Maumturk »), les  lacs et étangs multiples, les tourbières, les petits sentiers, ses minuscules champs conquis sur la pierre, ses landes désolées, le tout niché sous un enchevêtrement de nuages, de vent, de pluie qui font que les couleurs changent constamment entre ciel et terre.
 
Ci-dessous : "Maumturk Montains".
 
 
 
La météo y est des plus capricieuse, mais j’adore, toutes les saisons en une journée ce n’est pas commun…. Touler disait : Le Connemara « où le ciel à l’air de pleurer de joie »…..
 
[size=16][/size]
 
 
Il est le domaine de la faune (nos traditionnels moutons entre autre et les fameux poneys du Connemara, ci-dessous), de la flore.
 
 
 
 
C’est la Terre, la nature à l’état brut, un diamant pur, et qui n’existe que par elle-même.
 
Ruine au bord du "Lough Corrib". 
[size=16][/size]
 
 
Par un de ses nombreux jours capricieux, j’ai parcouru le Connemara accompagné d’un rouge-gorge très sociable, disparaissant quelques minutes et revenant me faire conversations ou se moquer de moi (plusieurs fois j’ai glissé dans la boue). Je me rappelle être rentrée couverte de gadoue, trempée jusqu’aux os, frigorifiée, mais heureuse au-delà du possible…. Le mieux est que j’étais seule (j’ai du rencontrer 4 à 5 personnes maximum) et radieuse dans ce lieu unique (j’y allais hors saison touristique, je n’aime pas la foule).
 
[size=16][/size]
 
 
Encore une fois, je ne trouve pas le mot adéquat pour écrire et décrire comment était mon esprit.
 
Ci-dessous : "Maumturk Montains". 
[size=16][/size]
 
 
C’est en Irlande que, pour la seule et unique fois de ma vie, j’ai pleuré de joie. Ca ne s’oublie jamais.
Ci-dessous : "Lough Corrib".
[size=16][/size]
 
 
J’étais libre, libre d’être moi.
Même avec mon anglais approximatif, j’ai su me débrouiller, tenir des conversations avec des irlandais merveilleux.
Ci-dessous : "the Twelve Ben Mountains".
[size=16][/size]
 
 
Dans le « bed and breakfast » de Galway, la propriétaire, super sympa, m’a dit, à mon départ « don’t change ». Elle avait été « interpellée » par ma façon de concevoir la vie et ma vie et comment je lui racontais mes balades, je voyais son pays et combien j’en étais « tombée amoureuse » et mes rencontres avec les moutons, les biches, la Terre et mon parcourt du Connemara avec l’oiseau, mes retours de « promenades » où j’irradiais le bonheur, comme elle disait, dans son accent français.
 
[size=16][/size]
 
 
Ca m’a mis du baume au cœur, enfin quelqu’un qui m’aimait bien telle que j’étais, c’est si rare….
 
Ah si je pouvais y vivre. Mais au moins j’y serais enterrée…
 
C’est un monde à part où selon Ireton, gendre de Cromwell, on ne pouvait trouver « Assez d’eau pour noyer un homme, ni de bois pour le pendre, ni de terre pour l’enfouir » (?).
 
[size=16][/size]
 
 
C’est une terre de légendes, où l’abbaye de Kylemore côtoie  des donjons et cottages éventrés envahis de lierres. Des Vikings à aujourd’hui, c’est un site qui a peu changé.
 
[size=16] [/size]
 
 
L’irrémédiable stérilité de la plupart des sols fit de cet endroit le plus misérable du pays. Au XIXème siècle, la famine frappa durement le Connemara, décimant la population qui partit pour les Amériques où l’Angleterre.
 
[size=16][/size]
 
 
Cela dit et faits, les touristes y « affluent ». Les pécheurs aussi. Pourtant les routes y sont peu nombreuses et étroites. Chacun doit côtoyer l’autre avec respect.
 
[size=16][/size]
 
 
Je me le suis promis, je reverrais cette Terre vivante et même handicapée.
 
[size=16][/size]
 
 
Les photos sont prises sur Internet. Je n'arrive pas à scanner les miennes à partir de mon imprimante....
 
[size=16][/size]
 
 
La photo du haut est le "Lough Corrib".

bonne après midi 1   marileine  blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   Mar 24 Oct - 12:14

Ceide Fields

 
Les "Ceide Fields" (Achaidh Cheide en celtique) se situe au nord du Comté de Mayo, (Province de Connacht), sur la cote ouest  de l'Irlande, non loin de Ballycastle. Les falaises tombent en un à pic impressionnant dans l'océan atlantique.
 
 
C'est l'un des sites archéologiques le plus connu et surtout le plus vaste (plusieurs milliers d'hectare) au monde (préparez vous à marcher...). 
Les "Ceide Fields" représentent un paysage unique, datant du néolithique, et qui change notre approche et regard sur nos ancètres de l'âge de pierre.
 
 
Son musée, très original, se trouve en bord de falaise et la visite est fort instructive et passionnante pour ceux qui s'interessent à leurs "racines".
 
Le site fut découvert dans les années 1930 par un instituteur, Patrick Caulfield, du petit village de Belderrig (ou Belderg).
Cet homme, venu ramasser de la tourbe, possédait un esprit curieux de sa Terre. Il avait remarqué des tas de pierres sous celle-ci. Il était intrigué par ces piles dont la configuration n'était pas naturelle. Les murs et autres restes lui semblaient avoir été aménagé par des humains.
 
 
De plus, pour découvrir ces pierres, il avait du creuser la tourbe, ce qui signifiait une origine très anciennne. La tourbière c'était amassée sur le site au fil de ces milliers d'années.
 
Mais la mise à jour de ce lieu ne commença vraiment qu'avec Seamus Caulfield, le fils du précédant, devenu archéologue et fasciné par la découverte de son père.
Il découvrit un ensemble de champs clos de murs, maisons, et tombes mégalithiques.
Lors de la datations, il fut découvert que la création de ce site remontait à plus de 5 000 ans.
 
Les "Ceides Fields" racontent l'Histoire et la vie quotidienne d'un peuple agricole, à la société organisée et avec des croyances spirituelles.
Ils montrent aussi le combat que fut le leur contre un environnement en perpétuel mutation, du, selon les spécialistes, à des changements de climat.
Ces hommes et femmes travaillaient, ensemble, sur des centaines d'hectare de forêts.....(si vous y allez, il n'y a pas un arbre, que des terres arides et inutilisables). Cette communauté, pacifiste, avait pour principale activité économique l'élevage. Mais elle était aussi composée d'artisans qualifiés et batisseurs. Leur foi était profonde aux vues des nombreuses pierres tombales.
 
 
Ces agriculteurs utilisaient des charrues, de bois et de pierres acérées pour mieux retourner les terres, tirées par des bovins (il n'y avait pas de chevaux en Irlande au néolithique).
Leurs maisons étaient rondes (environ 6 mètres de diamètre) ou vivait une seule famille.
 
 
Quand aux murs ils ne semblaient pas avoir été construit à des fins défensives. Ils étaient peu élevés, d'ou il fut déduit que ce peuple devait être pacifique.
A leur époque le climat était plus chaud.
Ces gens ont vécu et prospéré sur ces terres fertiles et riches en forêts et champs avant qu'un bouleversement climatique ne change la donne, de l'avis des experts. Pour les archéologues et autres spécialistes, la communauté aurait disparu au cause de la "météo".
Les sols des "Ceides Fields" ont toujours été en butte aux conflit de temps.
Lorsque j'y suis allée, ça soufflait assez fort, et la terre ondulait comme un océan agité.... c'était grandiose.
 
 
En 1989, Le docteur Seamus Caulfield et le professeur Martin Downes, aidé d'un comité local, voulant préserver et surtout trouver des fonds pour continuer leurs recherches, ont fait construire un centre. Ce dernier fut tranformé en musée en mai 1993. Il est géré par l'OPW (Office of Public Works) d'Irlande.
Ce site attire de nombreux touristes, séduits par les "Ceides Fields" mais aussi par les falaises et la flore si diversifiée de la tourbière. On y trouvent des mousses, des bruyères, des rossolis mangeurs d'insectes (ci-dessous).... Et à chaque saison sa couleur.....
 
 
Le musée propose des spectacles audio-visuels, des expositions, des reconstitutions.
Le plus impressionnant est l'entrée avec un pin sylvestre vieux de 4000 ans environ, découvert dans la tourbière.
 
 
Le musée ne dénature pas trop le paysage avec sa forme pyramidale.
Ce centre a reçu la médaille d'or du RIAI (Promoting and Supporting Regulating Architecture in Ireland).
 
 
Une fois encore la magie de l'Irlande verte n'a cessé, ne cesse et ne cessera jamais de me surprendre. C'est pour cela que j'aime et aimerais éternellement cette Terre.
bonne après midi 1    marileine  blog de partage 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   Jeu 26 Oct - 11:46

Le fort de Dunbeg, Irlande


Le fort de Dunbeg, Dun Beag en gaélique, est situé dans la péninsule de Dingle, Comté de Kerry, Province de Munster.
Pour le trouver il faut suivre la "Slea head road" (R559), à partir de la ville de Dingle. La route longe la cote. Il est construit sur la zone dite de  Fahan, en plein champs, non loin du village de Ventry. A l'ouest, se trouve le Mont Eagle, dont il est à la base et à l'est l'océan atlantique. Ce petit fort est positionné sur le promontoire d'une falaise qui tombe à pic dans l'océan, il ne faut pas avoir le vertige.
Sa vue est grandiose, j'avais l'impression de dominer le monde, avec ce vent et cet air iodé, son isolement (seule une petite pancarte indique son endroit sur le bas-coté de la route) et le peu de touristes qu'il y avait au moment où j'y suis allée. Je me sentais si libre, si "bien", respirant à plein poumon, caressant les pierres, l'herbe, parlant aux oiseaux, moutons,.... Et cette vue, impériale sur la baie de Dingle, sur l'immensité de l'océan et je me disais "de l'autre coté il y a le Canada, les Etats-Unis".... Et ce temps évoluant à chaque seconde qui passait d'un rayon de soleil à la pluie, du froid au brouillard.... Tout cet espace, rien qu'à moi, en cet instant.... Les gens me regardais avec curiosité, en souriant gentillement. Heureusement le ridicule ne tue pas.... 
J'ai toujours et encore du mal à trouver le mot juste pour exprimer ce que je ressens pour cette Terre irlandaise, que j'aime passionnément. Elle me manque tant et tant, mais je me suis promis de la revoir avant de mourir et  j'y serais enterrée. 
Mais revenons au fort de Dunbeg, dont la visite est gratuite d'ailleurs.
C'est un petit site archéologique des plus spectaculaires. L'ouvrage daterait de l'âge de fer. Cet âge fait partie de la Protohistoire caractérisée par l'utilisation de la metallurgie du fer et suivant l'âge de bronze (certain archéologue pense qu'il serait de cet âge là). En effet la limite chronologique entre ses 2 âges varie selon l'aire culturelle et géographique. Comme vous voyez, la datation exacte est problématique.
Ce fort serait un ouvrage défensif, mais les théories divergent, certains parlant d'avant-poste (mais le lieu où il est battit, me fait penser que non. Qui attaquerait de cet endroit en devant d'abord escalader cette falaise si abrupte ? mais ça n'engage que moi).
La position de Dunbeg est très exposé aux intempéries et l'érosion a causé beaucoup de dégats, des parties de la falaise chutant dans l'océan ont entrainé des morceaux du fort.
Dunbeg s'agence sous la forme d'un fort circulaire, appelé "ringfort", construit avec des pierres sêches. Le mur d'enceinte mesure 1 mètre de haut pour 3 d'apaisseur. Il protège une hutte-ruche ronde ou "clochan"  où l'intérieur est carré. La hutte n'a plus de toit, dont on pense qu'il était en bois. Entre ces 2 structures se trouvent des fossés et des tertres.
L'entrée est couverte et flanquée de 2 chambres de garde.
Sous le fort il y a des souterrains, dont l'un part de l'entrée à la ruche. Il est fait de grandes dalles de pierre. Il devait servir d'abri pour les hommes et la nourriture. Quand j'y suis allée, on ne pouvait pas les visiter, peut-être que les choses ont changé depuis.
Les spécialistes pensent qu'il n'y aurait pas eu d'occupations permanentes du site. Aujourd'hui encore le fort fait poser beaucoup de questions aux archèologues et autres spécialistes.
La photo représente l'entrée du fort de Dunbeg.
La petite pancarte qui signale le site.
Fossés et tertres, face à l'océan.
Le "clochan", hutte-ruche ronde et carré à l'intérieur.
Vue sur la droite du fort.
Vue sur la gauche du fort.
bonne après midi 1    marileine   blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   Jeu 26 Oct - 12:15

Le mouton irlandais

Avec le trèfle, la harpe, la bière, le Whisky, le rugby.... le mouton est un autre symbole fort de l'Irlande. Ils sont présents dans chaque recoin de cette terre bénie des Dieu.
Comme vous le savez, le mouton est un mammifère domestique herbivore. Il fait parti de la famille des bovidés, de la sous-famille des caprinés et du genre ovins. Ce sont des ruminants, ongulés marchant sur 2 doigts.
la racine du mot a de mutiples origines dont "molt" en Irlande ou "Maout" en Breton. Mais elle est issue aussi d'autres pays.
Comme vous le savez aussi, le mâle est le bélier qui blatère (comme le chameau!!!!), la femelle, la brebis et le petit, l'agneau. Le mouton, qui lui bèle, est soit un mâle chatré ou l'espèce.
Il existe de nombreuses races de moutons, ici, se sont, en générale, des "Scottish Blackface", qui est aussi l'espèce la plus répandu en Angleterre où la plus commune est la variété de "Larnack". L'Irlande, indépendante depuis 1922, a donc de très nombreux moutons issus de leurs descendances. Ils sont à têtes noires, blancs "crasseux", avec des pattes blanches ou mouchetées et ce sont des bétes à cornes..... Mais il en existe d'autres lignées, naturelles ou croisées.
Pour la reproduction, les femelles sont fécondées le plus souvent par un seul mâle. Les brebis peuvent avoir leurs 1ers petits vers 6-8 mois, ont des saisons de reproduction du au rapport jour/nuit et ont des cycles menstruelles de 17 jours. Elle porte son agneau durant 5 mois et ont un ou deux petits. Certaines (tout dépend de la race) peuvent en avoir plus.
Peu après leurs naissances tous les moutons sont marqués : une tache, une couleur, un propriètaire.
Ils sont une des bases importantes de l'économie irlandaise.
D'abord, ils sont économiques en entretien et nourriture, ils ont tout l'espace qu'il leur faut, paissant en toute liberté dans les vastes prairies, collines où tourbières du pays. D'ailleurs lorsque l'on visite l'Irlande, il faut prendre garde à chaque tournant de ne pas tomber sur l'un d'eux, bien "affalés", sur ces petites routes. La terre est leur domaine et leur appartient, aux touristes de faire attention et de rouler "très" lentement et de profiter.... 
Qui visite l'Irlande, achète les fameux pulls ou vètements de tweed, issus de leur laine, qui peut aussi servir de matériau d'isolation pour les maisons.
Il est triste de savoir que leur viande est parait-il fort bonne. Avec leur peau, on fait des vètements, des chaussures et même des instruments de musique comme le "Bodhran".
Et naturellement, il ya les traditionnelles foires et concours auxquels, ces charmantes petites bêtes participent.
Le mouton est roi en son pays, il en profite et il a bien raison.
bonne après midi 1    marileine  blog de partage 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Saint Patrick : Saint patron de l'Irlande et des irlandais + autres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POur la Saint-Patrick
» saint patrick's day
» Eglise Saint-Simon Saint-Jude
» Médaille de Saint Pierre / Saint Paul - Médaille du XVIIIè de Notre Dame d' Einsiedin
» Avis de marché - Périgny sur Yerres (94) - restauration de l'église communale Saint Leu-Saint Gilles - lot 6: restauration peintures décoratives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Sauter vers: