AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
ninnenne
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Lara Eden
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Villes étrangères -Jérusalem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninnenne
moderateur
moderateur


Messages : 19003
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Villes étrangères -Jérusalem   Mer 27 Aoû - 14:28

 
Au cœur des monts de Judée se dresse Jérusalem, un haut lieu historique déchiré par les luttes religieuses.
En effet, Jérusalem est la capitale d’Israël mais également la cité de David où vécut le Christ et aussi la troisième ville sainte des musulmans.
Depuis 1948, année de la proclamation de l’Etat d’Israël, Jérusalem est au cœur du conflit israélo-palestinien.
Morcelé entre deux peuples, Jérusalem concentre les hauts lieux spirituels des trois principales religions du monde.
 
Géographiquement, Jérusalem est construite sur une arête montagneuse à l'ouest de la mer Morte et en bordure du désert de Judée. La ville culmine à 760 m, surplombant les vallées du Cédron et de l'Hinnom. 

Jérusalem à l’époque biblique jusqu’à Alexandre le Grand

La ville apparaît dans l’histoire vers 2000-1900 avant J.-C. Elle porte alors le nom de Urushalem (« fondée par le dieu Shalem »).
C’est alors une cité d’importance moyenne qui compte environ 15 000 habitants au moment de la pérégrination d’Abraham.
La fondation biblique de Jérusalem remonte à l’époque cananéenne.

[url=http://acoeuretacris.a.c.pic.centerblog.net/o/jerusalem-120-20d8f81.jpg::Agrandir l'image de acoeuretacris.centerblog.net][/url]
[size=18]
[/size]
Montagnes de Judée. Image Upyernoz


Vers l’an 1000 avant J.-C, Joab, général de David, occupe la ville qui est appelée cité de David.
Le roi en fait le ciment de l’unité du peuple hébreu et y transfère l’Arche d’alliance. Jérusalem devient bientôt le centre religieux de tout Israël.


[size=18]


La tour de David - Image Lapidim

Désigné par David, son père, Salomon, va régner 40 ans de 970 à 930 avant J.-C. A Jérusalem, sur le mont Moria, là où Abraham aurait accepté de sacrifier Isaac, Salomon fait édifier le Temple.
Le Temple devient le centre national et liturgique du peuple hébreu et à partir de  622 avant J.-C., le lieu de culte exclusif.



Maquette du Temple au 1er siècle - Image Hoyasmeg

Le pays des Hébreux est scindé en deux après la mort de Salomon, à la fin du Xe siècle av. J.-C. D’un côté le royaume d’Israël et de l’autre le royaume de Juda dont Jérusalem fait partie. Le royaume de Juda, après une ère d’expansion, devient vassal de l’Egypte avant de tomber en 586 avant J.-C, sous les coups de Nabuchodonosor II, qui détruit le Temple et emmène le peuple en captivité à Babylone.



Ruines de Babylone en 1932

En 538 avant J.-C., libéré par la conquête perse, le peuple Hébreux rentre d’exil et entreprend de reconstruire le Temple mais de manière beaucoup plus modeste.L’invasion de la Syrie par Alexandre le Grand (332 avant J.-C.) met fin à l’hégémonie perse et fait passer Jérusalem sous la domination des diadoques et de leurs successeurs. 

Jérusalem sous l’empire Romain

Au IIe siècle avant J.-C., le Proche-Orient est sous domination romaine. La culture grecque envahit Jérusalem et les Juifs s’hellénisent rapidement. Par exemple, les jeux du cirque s’installent à Jérusalem, le Temple est consacré à Zeus et la circoncision est interdite. Mais, une famille de Jérusalem se lève pour défendre le particularisme juif. Dès décembre 164 avant J.-C., Les Maccabées libèrent Jérusalem et purifient le Temple.[/size]
 

[size=18]

Jérusalem. Vieille Ville. Image Hoyasmeg 

Jérusalem redevint alors pour quatre-vingts ans la capitale d’un État juif florissant.En 37 avant J.-C., les légions romaines à la solde d’Hérode le Grand reprennent le royaume de Juda et bien sûr Jérusalem.
C’est dans un pays en pleine effervescence que l’idée de l’avènement du Messie prend tout son rôle contestataire. Face à une administration romaine qui contrôle le pays, les sectes juives répondent par l’attente de l’arrivée du Messie-roi, fils de David.
[/size]
 

[size=18]

Le Mont des Oliviers. Image David 55 King 

Jésus-Christ, le messie tant attendu,  sera crucifié à Jérusalem  le vendredi 7 avril 30, sous l’ordre de Ponce Pilate et l’appui du Conseil des Juifs.



Porte d'Hérode. Image Hoyasmeg 

La révolte qui couvait depuis le début du siècle éclate sous Néron.  En 66, Menahem, troisième fils de Judas le Galiléen, chasse les Romains de la ville et met le feu aux archives du Temple afin de rendre impossible l’acquittement des impôts.



Vue du désert de Judée depuis Massada. Image Hoyasmeg 

En 68, le nouveau chef zélote, Simon Bar-Giora, proclame la libération générale des esclaves juifs. 
La réaction romaine se fait alors plus violente. Selon Flavius Josèphe, chroniqueur de l’époque, 25 000 soldats tinrent tête dans la ville pendant trois ans à une armée romaine quatre fois plus forte. Après la chute de la ville en 70, la résistance se poursuivit dans la ville haute, puis dans la forteresse de Massada.



Rampe romaine à Massada. Image Michael Panse Mdl 


Après un second soulèvement sous Trajan (117), qui fut maté, l’empereur Hadrien (117-138), décide de faire de Jérusalem une ville romaine. La création de cette colonie, sous le nom d’Aelia Capitolina, provoque un nouveau sursaut de la conscience nationale autour du prince et général juif Bar-Kokhba (ou Bar-Kochba, « fils de l’étoile »). Les Romains doivent évacuer la ville, et pendant deux ans (132-134) la souveraineté juive est restaurée. Mais la réaction impériale est impitoyable. Elle procède à un échange de populations et implante des colons païens venus de tout l’Empire.[/size]


[size=18]

Station balnéaire au bord de la mer Morte. Image H@rpoon

La communauté juive ne retrouvera un statut légal dans le pays qu’à la fin du IIe s. 


Jérusalem : cité chrétienne et musulmane

Avec l’instauration de l’empire chrétien (325), Jérusalem, ville sainte du christianisme, devient un centre de pèlerinages. Jusqu’en 632, Jérusalem est l’objet de nombreux conflits, des églises sont construites puis détruites.
On interdit ou on autorise tour à tour aux Juifs l’accès à la ville.
[/size]
 

[size=18]

L'Eglise du Saint-Sépulcre a été batie sur le lieu de la mort et de la résurrection de Jésus. Image Upyernoz 

En 632 apparaissent sur la scène des conquérants aux forces neuves, les Arabes, récemment unifiés par le message de Mahomet, qui se réclamait à la fois d’Abraham et de Jésus. En 638, le calife Umar Ier se présenta devant Jérusalem et le patriarche Sophronius opte pour une reddition sans combat.
Umar Ier promulgue alors un édit de tolérance à l’égard des « gens du Livre ». Les chrétiens demeurent dans la ville, et des juifs peuvent commencer à venir s’y installer.
[/size]
 

[size=18]

Eglise luthérienne. Image Hoyasmeg 

Sur l’esplanade du Temple, qui prend le nom de Haram al-Charif et ou, selon la croyance musulmane, doit se dérouler le jugement dernier, Umar ne fait dresser qu’une minuscule mosquée de bois, semblable à celles des premiers disciples du prophète. Mais le calife Abd al-Malik (685-705), mû par de nouvelles conceptions, veut faire de Jérusalem un centre de pèlerinage islamique comparable à La Mecque et entreprend la construction de la Coupole du Rocher.[/size]
 

[size=18]

La Coupole du Rocher se dresse sur l'esplanade des mosquées, là où Mahomet aurait effectué son ascension. Imge Papalars 

À côté de la Coupole, une mosquée est bâtie. La tradition musulmane identifia par la suite cet édifice avec la « mosquée la lointaine » (al-Aqsa), où Mahomet eut son « ascension nocturne » (surate XII, 1). Plusieurs fois endommagée par les tremblements de terre, la mosquée al-Aqsa a été remaniée à de nombreuses reprises. La dynastie des Omeyyades (de 661 à 750) respecte la politique de tolérance instaurée par Umar. Mais avec la prise de pouvoir des califes abbassides, juifs et chrétiens subissent un certain nombre de tracasseries.[/size]
 

[size=18]

Mosquée al-Aqsa. image Hoyasmeg 


A partir du IXe siècle, la situation entre Arabes, Chrétiens et Juifs s’aggrave. Les Chrétiens de Jérusalem cherchent appui à l’extérieur..
Charlemagne signe un accord avec le calife Harun al-Rachid. . Mais l’alliance entre l’islam et l’Empire carolingien ne durera pas au-delà du Xe s.
 En 996, le calife Hakim instaure une politique d’élimination des chrétiens et fait détruire le Saint-Sépulcre.
En 1077, les Turcs Seldjoukides entrent dans la ville, y semant la désolation. Les pèlerinages cessèrent. Les académies rabbiniques se replient sur Tyr. Les chrétiens s’enfuient. Cette situation désastreuse déclenchera la réaction des croisades.
 

Jérusalem et les croisades

Les croisés mettent vingt années pour arriver à la prise de Jérusalem (15 juillet 1099). Au lieu de se battre seulement contre les oppresseurs turcs pour en délivrer la ville, les croisés se livrent à un massacre tant des juifs que des musulmans.[/size]
 

[size=18]

La Via Dolorosa aurait été le chemin emprunté par le Christ portant sa croix jusqu'au Golgotha. Image Annemarieangelo 

La courte présence des Francs marque profondément le visage de Jérusalem. Le Saint-Sépulcre est rebâti, de nombreuses églises de style roman sont édifiées. Un chemin de croix est inauguré sur la Via dolorosa.


L’occupation mamelouke (1260-1517)

Après une occupation mongole (1244-1260), les Mamelouks d’Égypte rétablissent l’ordre à Jérusalem. Un accord est signé avec les Francs d’Acre.
Les chrétiens doivent accepter de partager les sanctuaires.
 Les Lieux saints sont placés sous la juridiction des trois confessions et cela perdure toujours aujourd’hui.[/size]
 
[size=18]


Dômes de l'église du Saint-Sépulcre. image Hoyasmeg[/size]
 

C’est à cette époque que Jérusalem devient, pour la première fois, une ville à prédominance musulmane et est dotée d’un rôle administratif véritable. L’arrivée de nombreux immigrants juifs européens créé un lien qui ne sera jamais interrompu entre la communauté juive de Jérusalem et celles de l’Europe. 

L’occupation ottomane (1517-1917)

Le 30 décembre 1516, Sélim Ier fit son entrée à Jérusalem. Son fils Soliman II, dit le Magnifique (1520-1566), pourvoit la ville d’aqueducs, de portes et de murs, tels qu’on peut les voir aujourd’hui.
 
[size=18]


Marché de la Vieille ville. Image Phogel[/size]
 

Soliman signe en outre avec François Ier un accord qui accorde à la France, à côté de certains avantages politiques, la protection des chrétiens. Mais cette situation d’équilibre s’achève avec la mort de Soliman. 

Jérusalem et la Russie

Les pèlerinages latins se raréfient et la communauté grecque orthodoxe, dont les sujets sont ottomans, acquiert une position plus forte dans les Lieux saints. En 1555, Charles Quint obtient de reconstruire la chapelle du Saint-Sépulcre.
Un conflit déclaré s’installe alors entre Grecs et Latins. 
Au début du XVIIe s., la Russie tsariste donne aux orthodoxes de Géorgie les moyens d’acquérir des droits à Jérusalem.
 

[size=18]

Une rue de la Vieille ville. Image Elvvia 

Dans la seconde moitié du XIXe s., la situation de plus en plus précaire des communautés juives dans l’empire tsariste amène un réveil national et la formation de divers mouvements.


Jérusalem  jusqu’en 1947

Après la Première guerre mondiale, la Grande-Bretagne décide de favoriser la reconstitution d’un Foyer national juif en Palestine. La Société des Nations, en confiant en 1922 à la Grande-Bretagne le mandat sur la Palestine, ratifie implicitement ce projet.[/size]
 

[size=18]

Les manuscrits de la mer Morte sont exposés dans le Sanctuaire du Livre. Image Hoyasmeg 

Sous le mandat britannique, entre 1922 et 1947, Jérusalem se modernise avec la construction de nouveaux quartiers.
L’implantation juive avec l’arrivée croissante d’immigrants provoque de nombreux conflits avec la population arabe.
Le haut-commissaire anglais Herbert Samuel freine d’ailleurs l’immigration juive. 



Carte postale datant probablement de la première moitié du 20e siècle de la place Mea Shearim. Image Ahron de Leeuw 

La montée du nazisme (1933) et la multiplication des réfugiés juifs d’Europe centrale incite la Grande-Bretagne à effectuer un partage du pays. 
Jérusalem se trouve alors sur la ligne frontière.



Le Mur des Lamentations est le dernier vestige du Temple de Salomon et constitue un lieu sacré du judaïsme. Image Beggs 

Après la Seconde guerre mondiale et les atrocités commises par les nazis, de nombreux rescapés juifs des camps hitlériens s’installent en Palestine.
La Grande-Bretagne tente de limiter cette immigration et en parallèle, les revendications arabes deviennent de plus en plus vives.



Mémorial de la Shoah Yad Vashem en hommage aux victimes des nazis. Image Hoyasmeg 

La tension contre le gouvernement anglais monte rapidement aussi bien du côté arabe que juif. Les Nations unies, appelées par les Anglais à intervenir, nomment une commission qui préconise le partage de la Palestine et l’internationalisation de Jérusalem.
L’Assemblée des Nations unies vote le projet le 29 novembre 1947. La résolution est acceptée par les Juifs et rejetée par les États arabes, qui s’y opposent aussitôt par la force. La ville est alors le centre de durs combats.
 


Le drapeau de Jérusalem reprend les bandes du drapeau d'Israël qui évoquent le châle de prière juif. L'inscription en hébreu mentionne le nom de la ville. Le lion est le blason de la tribu de Juda.

Le 14 mai 1948, la Grande-Bretagne met fin à son mandat. L’État d’Israël est proclamé le jour même.


Jérusalem au cœur du conflit israélo-palestinien

Depuis la naissance de l’Etat d’Israël, les conflits n’ont jamais cessé. La Transjordanie avait annexé une partie de la Palestine ainsi que  la vieille ville de Jérusalem  en mai 1948. Le partage de Jérusalem entre Israéliens et Palestiniens avait rendu inaccessible aux Juifs la vieille ville et ses Lieux saints. Lors de la « guerre des six jours » (5-10 juin 1967), la vieille ville de Jérusalem tombe, presque intacte, aux mains des troupes israéliennes. La ville est aussitôt réunifiée et administrée comme partie intégrante de son territoire par Israël. 
Le Parlement israélien adopte, le 30 juillet 1980, une loi fondamentale proclamant « Jérusalem réunifiée capitale éternelle d’Israël ».
[/size]
 
[size=18]


Le Knesset est le siège du Parlement israélien. Joshua Paquin 


Les Palestiniens revendiquent la ville sainte comme capitale historique. Cette ligne baptisée « ligne verte » partage la ville en deux grandes zones : Jérusalem-est,  initialement sous contrôle palestinien Jérusalem-Ouest aux mains des IsraéliensUne clôture de sécurité a été construite par les Israéliens en Cisjordanie. Son objectif est d’empêcher les attentats-suicides par les terroristes Palestiniens. Cet édifice (security fence), également appelé mur de la honte ou mur de l’apartheid fait environ 700 km.
A Jérusalem, le mur est haut de 8 mètres. Il traverse plusieurs quartiers et notamment les quartiers arabes.
 Les déplacements des travailleurs palestiniens sont sous haut contrôle entre les deux zones.[/size]

Jérusalem qui signifie en hébreu « la paix viendra » répondra peut-être un jour à la promesse de son nom.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonne après midi 1   Ninnenne  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Villes étrangères -Jérusalem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les villes étrangères - Cités impériales du Maroc - 1 -2
» Les villes étrangères - New York -
» Villes étrangères - la Nouvelle Orléans - Chiang Mai-
» Mes dernières arrivées en bières étrangères
» VTX: Liste des prochaines villes (régions) dégroupées

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: images et PPS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: