AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26724
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres   Lun 28 Déc - 14:19

mythologie 8 Zeus le lutin

1 ZEUS NEMESIS



Némésis apparait peu dans les mythes. Dans les tragédies grecques, Némésis apparaît principalement comme la déesse vengeresse qui punit les crimes liés à l'hybris.
D'après une légende rapportée par Callimaque, elle serait la mère d'Hélène.
Zeus s'éprit de Némésis. Cette dernière ne souhaitant pas l'avoir pour amant, elle tenta de lui échapper en métamorphosant en divers animaux (y compris un poisson) mais cela ne découragea pas Zeus qui pouvait en faire tout autant.
Finalement, alors que Némésis avait revêtu la forme d'une oie sauvage, Zeus se transforma en cygne et réussit à l'approcher seul ou sans doute avec la complicité d'Aphrodite qui, transformée en aigle, fit mime de pourchasser le pauvre cygne. Ce dernier trouva naturellement refuge auprès de Némésis qui, naïve, l'enveloppa tendrement dans ses ailes et s'endormit.
Zeus abusa de son sommeil et l'oie-Némésis pondit quelques temps plus tard un oeuf qu'elle déposa du coté de Sparte où il fut donné par un paysan ou par Hermès à Léda, la femme de Tyndare. Ici on retrouve la légende classique d'Hélène.
Némésis châtia Aura (Brise) l'orgueilleuse nymphe chasseresse qui avait offensé Artémis en se moquant de sa virginité. Toutefois, par souci de justice, la punition fut moins dure que ce que la déesse avait souhaité en voulant la changer en statue de pierre (Nonnos)


1 ZEUS UN AMANT REDOUTABLE !!!


Le symbole † indique les mortelles.
 
Aega
 
Aegipan (Hygin, Fables 155)
 
Alcmène† séduite par Zeus qui avait pris l'apparence d'Amphitryon
 
 
Ananké
 
Les Moires
 
Antiope† séduite par Zeus déguisé en Satyre
 
 
Anaxithée †
 
Olénos
 
Aphrodite
 
Tyché(?)
 
Astéropé l'Océanide
 
Acragas
 
Calliope
 
Les Corybantes (mais aussi fils d'Apollon et de Thalie)
 
Callisto† séduite par Zeus qui avait pris l'apparence d'Artémis
 
Arcas
 
Calycé† fille d'Éole (fils d'Hellen) et d'Énarété,
 
Endymion, Ethlios (son fils ou son frère)
 
Carmé† fille d'Euboulos ou de Phoenix
 
Britomartis
 
Cassiopé† de Crète
 
Atymnios
 
Danaé† séduite par Zeus métamorphosé en pluie d'or.
 
 
Déméter
 
Perséphone
 
Dia†, princesse d'Argos et fille d'Éionée, séduite par Zeus métamorphosé en cheval.
 
Pirithoos, roi des Lapithes.
 
Dino
 
Orséis, Cyllène (?), les naïades (?), Scamandre (?)
 
Dioné ou Thalassa (?)
 
Aphrodite
 
Dorippé ou Pyrrha
 
Hellen
 
Egine, nymphe enlevée par Zeus transformé en aigle
 
 
Elara †, princesse d'Orchomène
 
Tityos
 
Electre² †une des Pléiades
 
Dardanos, Émathion, Iasion, et selon certains, une fille, Harmonie.
 
Eos
 
Hersé
 
Eris (?)
 
Até, Tyché et les Lites
 
Eunomie, Héra, Aphrodite ou Eurynomé
 
Hégémone
 
Europe † fille d'Agénor, séduite par Zeus métamorphosé en taureau blanc.
 
 
Euryméduse séduite par Zeus métamorphosé en fourmi.
 
Myrmidon
 
Eurynomé, fille d'Océan
 
 
Gaïa
 
Tityos, Manès
 
Himalia †
 
Cronios, Spartaios, Cytos
 
Hybris, Thymbris ou Callisto
 
Pan
 
Io † séduite par Zeus métamorphosé en nuée
 
Epaphos et Keroessa
 
Iodamé †
 
Thébé
 
Isonoé †
 
Orchoménos
 
Lamia †, reine de Libye
 
Herophile et Achilleus
 
Laodamie †, fille de Bellérophon.
 
 
Léda † séduite par Zeus métamorphosé en cygne
 
deux fils : Castor et Pollux et deux filles : Clytemnestre, et Hélène.
 
Léto
 
Apollon, Artémis
 
Lysithoé
 
Héraclès (Cicéron De natura deorum, III, 16)
 
 
Maïa, une des Pléiades
 
 
Méra †
 
Locre
 
Métis
 
Athéna
 
Mnémosyne, la déesse de la Mémoire, accueillit en Pierie pendant neuf nuits de suite, Zeus déguisé en simple berger.
 
Les trois Muses ou les neuf Muses.
 
Niobé³ † fille de Phoronée
 
Argos¹ et Pélasgos.
 
Olympias †, reine historique de Macédoine
 
Alexandre le Grand
 
Pandore †, fille de Deucalion
 
Latinos et Graikos
 
Perséphone, séduite par Zeus métamorphosé en serpent.
 
Zagrée et Mélinoé
 
Phthia † fille de l'Aegion qui fut séduite par Zeus métamorphosé en pigeon.
 
?
 
Plouto † fille d'Himas
 
 
Podarge †
 
Xanthe et Balios
 
Protogénie †
 
Éthlios et Étolos
 
Séléné
 
Hersé, Pandia et le lion de Némée (?)
 
 
 
Taygète †
 
Lacédémon, fondateur de Sparte.
 
Thalie (Nymphe) ou Arémosyne (?)
 
Les jumeaux Paliques, divinités chtoniennes de la Sicile.
 
Thémis
 
Les Heures, les Moires, Astrée, Némésis
 
Thémisto † une des cinquante Néréides ou fille du dieu-fleuve Inachos
 
Ister (le Danube)
 
Thyia † descendante de Deucalion
 
Macédon et Magnès
 
Torrhebia, nymphe de Lydie
 
Carios
 
 
 

2 PRESENTATION



3 LES ENFANTS




QUELQUES AMOURS DE ZEUS







C'est alors que le calme revenu, vint pour Zeus le temps de prendre épouse (s).
 



 Mètis Et Zeus, le roi des dieux, prit pour première épouse Mètis, la sagesse rusée, qui en sait plus que les dieux et les hommes mortels.
  Mais quand fut venu le temps de l'enfantement d'Athéna, Zeus avala Mètis car il fut avisé que si un enfant mâle, lui venait de son épouse, celui-ci à nouveau lui reprendrait lepouvoir. Ainsi Zeus déjouait la malédiction mais de surcroit "faisait sienne" la sagesse
 
 
 
 Thémis  Zeus ensuite épousa la brillante Thémis, la loi, 




  
  
  
  


 Eurynomé  
   Puis Eury
nomé, la fille d'Océan à la beauté très aimée, donna trois filles à Zeus :
   les Grâces aux belles joues, Aglaé, Euphrosyne et Thalie qui inspire l'amour.
 
   qui mit au monde les Saisons (les Heures)

 
 


 Déméter  
   Puis il vint dans le lit de Déméter, la nourricière,
   celle-ci enfanta Perséphone aux bras blancs . . .

 
 
             Mnémosyne
 

   Il s'éprit encore de Mnémosyne aux beaux cheveux, au cours de neuf nuits
   et celle-ci mit au monde les neuf Muses au bandeau d'or qui prennent plaisir aux banquets et aux délices du chant.                                                                               



AA mythologie 7 Les Olympiens

2 LES OLYMPIENS ROMAINS EGYPTIEN


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Une partie du Panthéon grec  , romain , égyptien
Sur l'image attribution de chaque Olympien grec
Liste non exhaustive
 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26724
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres   Lun 28 Déc - 14:20

1 LES OLYMPIENS 


On appelle "les Olympiens" les douze grands dieux qui résidaient en général sur l'Olympe mais ils avaient aussi sur la terre des endroits privilégies où ils aimaient venir et où se situaient leur principal temple. Les dieux étaient immortels et conservaient une éternelle jeunesse en se nourrissant d'ambroisie et de nectar.
Dans cette liste [size=16]Dionysos (Bacchus) a remplacé Hestia (Vesta), la déesse du foyer, qui lui avait cédé sa place. 
Hadès (Pluton) n'y figure pas car il ne venait jamais sur l'Olympe. 
Déméter ne fait pas toujours partie de cette liste. 
Sous l'empire romain on ajouta aussi Hélios qui avait pris une place importante.[/size]
Ces douze grands dieux forment une sorte de conseil (les romains les nommeront Dii consentes, les "dieux qui sont ensemble") et régissent les divers aspects de la vie des mortels avec l'aide de divinités secondaires. En retour ils demandent des sacrifices et des libations et les pauvres mortels qui s'y soustraieraient sont durement punis.
 












 
GREC / LATIN
ATTRIBUTIONS
LIEU
ANIMAL
ATTRIBUT
 Aphrodite 
Vénus
Déesse de l'amour, du désir et de la beauté.Chypre, CythèreColombeMiroir
 ApollonDieu des arts, de la devination et de la musique.Délos, DelphesDauphin
Corbeau
Arc,
lyre, 
laurier
 Arès 
Mars
Dieu de la guerre.ThraceChien, vautourCasque, 
armes
 Artémis
Diane
Déesse de la chasse et de la nature.Arcadie, DelphesBicheCroissant de lune, 
arc
 Athéna
Minerve
Déesse de la sagesse.AthènesChouetteEgide, 
olivier,
casque
 Déméter
Cérès
Déesse de la végétation et de la fertilité de la terre.EleusisSerpent, truieFaucille, 
gerbe
 Héphaïstos
Vulcain
Dieu du feu terrestre et des forgerons.Lemnos, EtnaCaillePinces, marteau
 Héra
Junon
Déesse du mariage et des femmes.ArgosPaonDiadème,
grenade,
sceptre
 Hermès
Mercure
Dieu du commerce, des voyageurs, des voleurs, 
et messager des dieux.
Crète, ArcadieBélier, tortueSandales et 
casque ailés, 
caducée, pétasse
  
Dionysos
Bacchus
Dieu de la vigne et du vin.ArcadieBouc
Panthère
thyrse, lierre
pomme de pin 
raisin, vigne
 Poséidon
Neptune
Dieu des mers et des océans.Mers et océanCheval,
taureau
Trident
 Zeus
Jupiter
Dieu du ciel, Maître des dieux et des hommes.OlympeAigleSceptre, 
foudre,
chêne
 
 
 
 

5 a ATHENA


Minerve, fille de Jupiter, était la déesse de la sagesse, de la guerre, des sciences et des arts. Jupiter, après avoir dévoré Métis ou la Prudence, se sentant un grand mal de tête, eut recours à Vulcain qui, d'un coup de hache, lui fendit la tête. De son cerveau sortit Minerve tout armée, et dans un âge qui lui permit de secourir son père dans la guerre des géants où elle se distingua par sa vaillance. Un des traits les plus fameux de l'histoire de Minerve est son différend avec Neptune pour donner son nom à la ville d'Athènes. Les douze grands dieux, choisis pour arbitres, décidèrent que celui des deux qui produirait la chose la plus utile à la ville lui donnerait son nom. Neptune, d'un coup de trident, fit sortir de terre un [size=16]cheval, Minerve en fit sortir un olivier, ce qui lui assura la victoire.[/size]
 
La chaste Minerve resta vierge ; cependant, elle ne craignit pas de disputer le prix de la beauté à Junon et à Vénus. Afin de l'emporter sur ses rivales, elle offrit à leur juge, Pâris, le savoir et la vertu. Ses offres furent vaines, et elle en conçut un grand dépit.
 
Cette déesse était la fille privilégiée du maître de l'Olympe ; il lui avait accordé plusieurs de ses prérogatives suprêmes. Elle donnait l'esprit de prophétie, prolongeait à son gré les jours des mortels, procurait le bonheur après la mort ; tout ce qu'elle autorisait d'un signe de tête était irrévocable ; tout ce qu'elle promettait arrivait infailliblement. Tantôt elle conduit Ulysse dans ses [size=16]voyages, tantôt elle daigne enseigner aux filles de Pandare l'art d'exceller dans les travaux qui conviennent aux femmes, à représenter des fleurs et des combats dans des ouvrages de tapisserie. C'est elle encore qui embellit de ses mains le manteau de Junon. Enfin c'est elle qui fait construire le vaisseau des Argonautes d'après son dessin, et qui place à la proue le bois parlant, coupé dans la forêt de Dodone, lequel dirigeait leur route, les avertissait des dangers, et leur indiquait les moyens de les éviter. Sous ce langage figuré, il est aisé de reconnaître le gouvernail du vaisseau.[/size]
 
Beaucoup de villes se mirent sous la protection de Minerve, mais la ville entre toutes favorisée par la déesse fut Athènes, à laquelle elle avait donné son nom. Là, son culte était en honneur perpétuel : elle y avait ses autels, ses plus belles statues, ses fêtes solennelles, et surtout un temple d'une remarquable architecture, le temple de la Vierge, le Parthénon. Ce temple, reconstruit sous Périclès, avait cent pieds en tous sens. La statue, d'or et d'ivoire, haute de trente-neuf pieds, était l'œuvre de Phidias.
 
Aux Panathénées, fêtes solennelles de Minerve, tous les peuples de l'Attique accouraient à Athènes. Ces fêtes, à l'origine, ne duraient qu'un jour, mais ensuite leur durée se prolongea. On distinguait les grandes et les petites Panathénées ; les grandes se célébraient tous les cinq ans, et les petites tous les ans. À ces fêtes, se disputaient trois sortes de prix, ceux de la course, de la lutte et de la [size=16]poésie ou de lamusique. Aux grandes Panathénées, on promenait dans Athènes un navire orné du péplum, ou voile de Minerve, chef-d'œuvre de broderie exécuté par les dames athéniennes.[/size]
 
Dans ses statues et ses images, on lui donne une beauté simple, négligée, modeste, un air grave, empreint de noblesse, de force et de majesté. Elle a ordinairement le casque en tête, une pique d’une main, un bouclier de l'autre, et l'égide sur la poitrine. Le plus souvent la déesse est assise ; mais, quand elle est debout, elle a toujours, avec l'attitude résolue d'une guerrière, l'air méditatif et le regard porté vers de hautes conceptions.
 
Les animaux consacrés à Minerve étaient la chouette et le dragon. On lui sacrifiait de grandes victimes ; ainsi, aux grandes Panathénées, chaque tribu de l'Attique lui immolait un bœuf, dont la chair était ensuite distribuée au peuple par les sacrificateurs.
 
On considère habituellement Minerve (Athéna) et Pallas comme la même divinité. Les Grecs même associent les deux noms Pallas-Athèna. Cependant, d'après certains poètes, ces deux divinités ne sauraient être confondues. Pallas, appelée la Tritonienne aux yeux pers, fille de Triton, avait été chargée de l'éducation de Minerve. Toutes deux se plaisaient aux exercices des armes. Un jour, elles se portèrent un défi et en vinrent aux mains. Minerve allait être blessée si Jupiter n'eût mis l'égide devant sa fille ; Pallas en fut épouvantée, et, tandis qu'elle reculait en regardant cette égide, Minerve la blessa mortellement. Elle en éprouva un profond chagrin, et, pour se consoler, elle fit faire une image de Pallas ayant l'égide sur sa poitrine. C'est, dit-on, cette image ou statue qui plus tard devint le fameux Palladium de Troie.
 
Dans Homère, Minerve couvre ses épaules de l'immortelle égide où est gravée la tête de la Gorgone Méduse, environnée de serpents, et de laquelle pendent des rangs de franges d'or. Autour de cette égide étaient la Terreur, la Dissension, la Force, la Guerre, etc. L'égide se prend quelquefois pour la cuirasse de Minerve, plus rarement pour son bouclier. Les seules divinités portant l'égide sont Minerve, Mars et Jupiter. L'égide de Jupiter était faite avec la peau de la chèvre Amalthée, sa nourrice.

5 ATHENA DE BON CONSEIL


Athéna ou Athéné (en attique ????? / Athênâ ou en ionien ????? / Ath?nê) est une déesse de la mythologie grecque, identifiée à Minerve chez les Romains. Elle est également appelée « Pallas Athéna », déesse de la guerre, de la sagesse, de la stratégie militaire, des artisans1, des artistes et des maîtres d'école.



 

  • aux yeux pers, gris, brillants, ou aux yeux de chouette

     


                  de bon conseil
 

  • fille de Zeus porte-égide



 

 

  • Pallas (?????? / Pallás) : déesse de la sagesse, protectrice des arts et des sciences,



 

  • Tritogénie (??????????? / Tritogéneia)16,



 

  • Atrytoné (????????? / Atrutonès, l’« Infatigable », l’« Invincible »)17,



 

  • l'Alalcomènes (???????????? / Alalkomenís)18.



 
 
 

  • Ses attributs : l'égide (une arme merveilleuse, symbole de la souveraineté), l'olivier, la lance, le casque, le Gorgonéion (utilisé aussi généralement comme protection contre le mauvais œil).



 

 

  • Sanctuaires : culte important à Athènes, dans le Parthénon et dans l'Érechthéion qui abrite le Palladium ; culte reconnu à Tirynthe ; sanctuaire d'Athéna Khalkiokos(« à la Maison de Bronze ») à Sparte ; sanctuaire d'Athéna Aléa à Tégée ; sanctuaire d'Athéna à Lindos, dans l'île de Rhodes, un haut lieu de culte fondé par lesDoriens.



 

5 b ATHENA PALLAS


Chez Homère, le nom d'[size=16]Athéna est toujours associé à celui de Pallas. Par la suite le nom de Pallas fut souvent employé seul pour désigner Athéna. Il existe de nombreuses hypothèses pour expliquer la provenance de ce nom.[/size]
? On raconte qu'Athéna aurait, dans sa jeunesse, tué accidentellement sa compagne de jeu Pallas, fille de Triton, dont on avait la garde. Elle aurait pris le nom en souvenir d'elle. (Source : [size=16]Apollodore, Bibliothèque: III, 12, 3)[/size]
? On dit aussi que cette Pallas était en fait sa tutrice, qu'elle aurait tuée dans une querelle.
? Zeus, après la difficile naissance d'Athéna, la confia à Pallas, fils de Lycaon, pour qu'il l'élève. (Source : [size=16]Apollodore, Bibliothèque: III, 8, 1 et Pausanias, Périégèse: VIII,3,1)[/size]
? Ou encore que ce nom était celui de la ancienne déesse guerrière honorée à Mycènes avant Athéna.
? Pallas est aussi le nom d'un Titan, fils de Gaia, qui lutta contre les dieux. Athéna le tua, l'écorcha et recouvrit sa cuirasse avec la peau. Elle aurait associé le nom du Titan à son nom pour commémorer sa victoire. (Source : [size=16]Apollodore, Bibliothèque: I, 6, 1-2)[/size]
[size=16]- [size=13]See more at: http://mythologica.fr/grec/pallas.htm#sthash.X0WNGlfz.dpuf[/size][/size]


5 c Ses innombrables surnoms ....


Athéna (?????) est la grande désse olympienne aux sages conseils, elle est à la fois la déesse de la Guerre et la défense des cités, de la Sagesse, protectrice des héros et patronne des artisans et de l'artisanat (poterie, tissage,sculpture...) 
Elle fait partie des douze [size=16]Olympiens. Les Romains l'assimilèrent à Minerve. -
[/size]
 
Ses innombrables surnoms rappellent les circonstances de sa naissance, sa physionomie, ou ses attributions
  Agoraia (déesse de l'agora), 
• Coryphasia (née sur une hauteur),
• Ergané (la travailleuse), 
• Glaukôpis (aux yeux brillants), 
• Hippia (protectrice des chevaux), 
• Nikè (la victorieuse), 
• Pallas ou Parthénos (la jeune fille, la vierge), 
• Polias (gardienne de la ville), 
• Promachos (celle qui combat en premier, le rempart de la cité), 
• Pronoia (la prévoyante),
• Tritogéneia (née près du lac Tritonis),
ou des détails de son culte: Apatouria, Chalciaekos, Itonia, Pandrosos, Phratia, Skiras, etc.
L'épithète poétique Pallas, souvent accolée au nom d'Athéna, proviendrait soit de ???????, "frapper", soit, plus vraisemblablement, de ??????, "jeune fille". (Voir la fiche sur Pallas pour la légende
 

5 d NAISSANCE D'ATHENA


Zeus convoitait la Titanide, [size=16]Métis, qui se métamorphosait constamment pour lui échapper jusqu'à ce qu'elle fût prise et rendue enceinte. Un oracle de la Terre-Mère déclara alors que l'enfant serait une fille et que si Métis enfantait de nouveau, le fils qu'elle porterait détrônerait Zeus, de la même manière que Zeus avait lui-même détrôné Cronos et que Cronos avait détrôné Ouranos. 
C'est pourquoi après avoir entraîné Métis vers sa couche avec de douces paroles, Zeus ouvrit brusquement la bouche et l'avala, et ce fut la fin de Métis, bien qu'il affirmât par la suite qu'elle lui donnait des conseils de l'intérieur de son ventre. 
Au bout d'un certain temps, un jour, se promenant sur les rives du lac Triton, il fut pris d'un mal de tête si violent qu'il lui sembla que son crâne allait éclater et il se mit à pousser de tels cris que le firmament entier lui fit écho. Hermès arriva en courant, il avait immédiatement deviné la cause des douleurs de Zeus. 
Il persuada Héphaïstos, (ou, selon certains, Prométhée) de prendre son coin et son maillet et de faire une brèche dans le crâne de Zeus, d'où, poussant un cri puissant, jaillit Athéna tout armée. -[/size]
En Crète, on racontait que la déesse était cachée dans un nuage et que c'est en frappant ce nuage de sa tête que Zeus en avait fait sortir Athéna. Cet événement aurait eu lieu près de Cnosse, au bord d'un ruisseau, le Triton d'où l'épithète de Tritogéneia.
? La déesse passait aussi pour la fille de Poséidon et de Tritonis. (Pausanias, I, 14, 6)
? Certains enfin lui donnaient pour père le géant Pallas, qu'elle aurait tué parce qu'il avait voulu abuser d'elle. 
Athéna n'en demeura pas moins l'enfant préférée de Zeus. Il avait pour elle une prédilection marquée ; il lui témoignait une indulgence extrême, qui suscitait la jalousie des autres dieux comme le fait âprement remarquer Arès dans l'Iliade. 
De plus, cette naissance où elle n'était pas partie prenante, irrita au plus haut point Héra qui décida par représailles d'enfanter elle seule le monstre Typhon. Athéna se considérait comme la fille de Zeus seul. Ainsi, Eschyle, lui fait déclarer avec raison : « [size=16]Je n'ai pas eu de mère pour me donner la vie.
» -
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26724
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres   Lun 28 Déc - 14:28

40 NAISSANCE D'ARTEMIS ET APOLLON


En butte avec la jalousie d'Héra, [size=16]Léto, fille de Coios et de Phoebé, a beaucoup de mal à trouver un refuge pour mettre au monde les jumeaux Apollon et Artémis. Et même après l'accouchement leur mère fut persécutée. 
Une tradition le fait naitre en Lycie (Iliade IV,101), une autre à Délos (Hymne homérique à Apollon), une autre dans le bois sacré d'Ortygie, près d'Ephèse (Tacite, Annales III,61); une autre à Tégyre en Béotie, et une autre à Zoster dans l'Attique (Etienne de Byzance). 
L'hymne homérique les fait naître sur le mont Cynthus, non loin de la rivière Inopos. D'après la légende éphésienne, rapportée par Tacite (annales III, 61) Apollon et sa soeur naissent dans le bois sacré d'Ortygie, près d'Éphèse; l'Inopos est remplacé par le Cenchrius et le palmier par un olivier. 
La tradition la plus répandue est celle qui le fait venir au monde sur l'île de Délos, qui refusa d'abord, craignant que le dieu ne la méprise à cause de l'aridité du sol. Léto jura par le Styx que son fils y bâtirait son temple et l'île accepta finalement. L'île de Délos s'appelait d'abord Ortygie selon Hygin ou Astérie selon Callimaque. Elle prit le nom de Délos (la claire, la brillante), après la naissance d'Apollon et de flottante elle devint fixe, (Métamorphoses, VI, 333) au moyen de quatre colonnes qui s'élevèrent du fond de la mer pour la soutenir. [/size]


41 NAISSANCE D'ARTEMIS ET APOLLON


Léto qui n'avait pu trouver asile nulle part pour ses couches, put enfin terminer sa course errante et mettre au [size=16]monde deux jumeaux, d'abord Artémis qui aida sa mère à mettre au monde son frère Apollon.[/size]
Rhéa, Thémis, Dioné, Amphitrite et les autres déesses vinrent assister à sa délivrance; seules Héra aux bras blancs et Ilithye, la déesse des accouchements restèrent sur l'Olympe. Alors les déesses dépêchèrent Iris en catimini auprès d'Ilithye qui à force de promesses et le [size=16]cadeau d'un grand collier noué de fils d’or long de neuf coudées, la décida à venir s'occuper de la parturiente. 
Léto, après une attente de neuf jours, fut enfin délivrée. Elle noua ses bras autour du palmier, et elle ploya ses genoux sur la molle prairie, et la terre sourit au-dessous d’elle. Les jumeaux jaillirent à la lumière, et toutes les Déesses hurlèrent de joie.
Apollon naquit à sept mois, le septième jour du mois. C'est pourquoi le nombre sept lui fut consacré. De là aussi le surnom de Heptaménœos, "enfant né à sept mois", et de Hebdomagènès, "né le septième jour", ou plutôt Hebdomagétès, "celui auquel on sacrifie le septième jour de chaque mois".[/size]
Héra, qui était toujours résolue à exterminer sa rivale, envoya Python contre Léto, au moment de la naissance d'Apollon, mais Poséidon dissimula par les flots la retraite de Léto, qui fut ainsi préservée, et le serpent Python dut regagner son repaire, sur les pentes boisées du Parnasse.
Les déesses baignèrent le jeune dieu et l'enveloppèrent de  langes. Contrairement aux autres [size=16]enfants, Apollon ne fut pas nourri du lait maternel. Thémis déposa sur ses lèvres le nectar et la douce ambroisie. Aussitôt le nouveau-né rejeta ses langes et fut doué d'une vigueur virile, dont il allait user sans tarder contre le serpent Python. Il déclara «J'aimerai l'agréable cithare et l'arc recourbé, et j'annoncerai aux mortels les véritables desseins de Zeus.»[/size]
 http://mythologica.fr/grec/apollon.htm#sthash.zLQWVI9Y.dpuf

[size=24]LE MONT OLYMPE


[/size]
 Un  click sur les images .....
 
[size]

LE PAON DANS LA MYTHOLOGIE


[/size]
Dans la mythologie, le paon était l'animal préféré de la déesse grecque [size=16]Héra (Junon chez les Romains).[/size]
D'après la [size=16]mythologie grecque, les « yeux » visibles sur la queue du paon y furent placés par Héra pour commémorer son fidèle gardien, Argos, qui avait cent yeux (Ovide I, 625). Selon la légende, Argos fut engagé par Héra, jalouse de Io, une des nymphes courtisées par son époux Zeus (Jupiter), qu'elle soupçonnait d'adultère. Elle transforma la jeune femme en génisse et confia sa garde au géant pour espionner son époux. Argos possédait cent yeux et en gardait cinquante ouverts qui veillaient en permanence tandis que les cinquante autres dormaient, de sorte qu'il était impossible de tromper sa vigilance. Lorsque Zeus s'en rendit compte, il envoya alors Hermès le tuer, et délivrer Io. Héra décida de rendre hommage à la fidélité du géant Argos en mettant ses cent yeux dans la queue de son oiseau préféré, le paon.[/size]
image :http://benissa.over-blog.com/article-la-legende-du-paon-44626354.html
[size=16][/size]
[size]

un très grand nombre de dieux et,demi , déesses,, ou héros.



[/size]
La mythologie de l'antiquité classique comporte un très grand nombre de dieux, déesses, demi-dieux, ou héros.
Chaque puissance naturelle peut être représentée par une divinité. De plus il existe des sources multiples et divergentes sur l'histoire des divinités.
Comme l'a écrit Pausanias dans son Périégèse "Les histoires grecques ont en général plusieurs versions et ceci est particulièrement vrai pour la généalogie."
 
[size=16]Et ça ne facilite guére notre comprenote !!![/size]
 
Avant la titomanchie les olympiens observe les  adversaires
[size=16][/size]
 
 
[size=16][/size]
 
[size=16][/size]

bonne après midi 1    Ninnenne        blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
mythologie 8 Zeus le lutin +Les Olympiens + autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Série Percy Jackson et les Olympiens de Rick Riordan
» [Montardre, Hélène] Zeus à la conquête de l'Olympe
» Karen Blixen : Out of Africa ... Et autres oeuvres
» Mythologies grecque, latine, égyptienne et autres
» Contes (Perrault et autres)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: