AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26649
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....    Ven 21 Avr - 9:50

coryza


Le CORYZA
Maladie très contagieuse, d'origine virale caractérisée par une rhinite, une conjonctivite et une glossite (inflammation de la langue).
Les virus responsables sont le calicivirus, l'herpésvirus et le réovirus.
1) La transmission de la maladie
La transmission naturelle se réalise lorsque que le chat malade éternue et répand des sécrétions oculaires et nasales. Le virus pénètre par voie nasale, orale et conjonctivale.
Pour le calicivirus, il y a une excrétion continue pendant 24 à 30 mois avec une bonne résistance de ce virus dans le milieu extérieur. Pour l'herpésvirus, il existe des porteurs latents, mais celui-ci peu résistant dans le milieu extérieur.
 
2)Les symptômes (voir le tableau)
* Incubation: 2 à 4 jours Au 1er stade, il y a des écoulements séreux nasale (rhinite) et oculaire. Le chat est abattu, triste, la température atteint 40°. Les éternuements sont fréquent et procédant par crises. Au 2éme stade, il est atteint. Vers le 6éme jour: les sécrétions mucopurulentes, obstruent les narines et collent les paupières.
On constate souvent une stomatite ulcéreuse: l'inflammation de la muqueuse buccale s'accompagne d'ulcérations sur le haut et le bord de la langue. Dés lors, l'ingestion de liquide devient impossible. S'il s'agit d'un chaton de moins de 3 mois, le pronostic est très sombre.
 
3) L'évolution
La guérison peut se faire en 8 à 10 jours. Les complications: kérato-conjonctivite ulcéreuse ( inflammation de la cornée et de la conjonctive avec présence d’ulcères sur la cornée), pneumonie. La maladie peut évoluer vers la chronicité donnant le coryza chronique du chat. La rhinite et la sinusite peuvent entraîner des nécroses des cornets nasaux.
 
4) Le traitement de la maladie
*Sérothérapie: injection de sérum équine contre le coryza; Sérocat (peu utilisé en pratique courante).
* Sois locaux: ils sont très importants, il faut nettoyer les yeux et le nez, installation de gouttes nasales et de collyre antibiotique. Il est important de lutter contre la déshydratation par voie veineuse ou sous-cutanée. L'alimentation peut-être réalisée par tubage gastrique chez des animaux souvent anorexiques.
* Antibiothérapie: par voie générale ou en aérosol: séance de 20 à 30 minutes par jour pendant 10 jours, il s'agit d'une thérapeutique de choix. L'antibiothérapie permet de lutter contre les infections qui pourrait s'ajouter au coryza.
* La lysine: c'est une acide aminée qui joue un rôle anti-virale. elle remplace l'inteféron, c'est un avantage au niveau du prix. Cette maladie se soigne très bien chez les chats adultes mais les chatons, il y a plus de difficultés car ils sont plus fragiles.
 
5) La prophylaxie
* Prophylaxie sanitaire: désinfection des chatteries et des locaux.
* Prophylaxie medicale: on utilise des vaccins à virus vivants modifiés ou virus inacivés. Le protocole:
* Primo-vaccination: à partir de l'âge de 8 semaines, 2 injections à 3 semaines d'intervalle.
* Rappel: tous les ans ou tous les 6 mois chez les animaux isolés.

voyager

Voyager zen en voiture
En voiture, la vigilance s’impose pour faire voyager nos animaux dans de bonnes conditions et en toute sécurité.
30millionsdamis.fr fait le point sur les bons réflexes à adopter pour que ce trajet se déroule, quelle que soit sa durée, dans la sérénité.
Le trajet jusqu’à la destination des vacances peut parfois être une épreuve, y compris pour nos animaux de compagnie.
Chiens, chats et NAC peuvent supporter difficilement le voyage, la durée et la chaleur ne facilitant pas toujours les choses.
Pourtant, il suffit d’un peu de bons sens pour rendre ce voyage en voiture tout à fait supportable. Et il est important que votre animal soit transporté dans les conditions les plus sûres pour lui-même… mais aussi pour vous. Avec des solutions adaptée à la race, la taille et au caractère de votre chien ou de votre chat.
SÉCURITÉ POUR TOUS
Pour les félins, mieux vaut les placer dans un panier de transport fermé. Idem pour les petits chiens un peu nerveux, qui ont tendance à ne pas tenir en place. Pour un gros chien, l’idéal est de séparer le coffre - sans plage arrière - et la banquette arrière au moyen d’un filet ou d’une grille afin d’isoler l’animal.
Il s’agit d’une question de sécurité, tant pour l’animal que pour le conducteur ! Si le code de la route ne donne aucune règle explicite au sujet des animaux domestiques en voiture, il est communément admis qu’ils ne doivent pas voyager en liberté dans l’habitacle, mais être attachés.
Si l’attache est parfois mal vécue par les animaux - qui n’hésitent en général pas à donner de la voix, stressant parfois le conducteur - elle est souvent nécessaire notamment en cas d’accident. La cage de transport, bien calée aux pieds des sièges à l’arrière, reste dans ce cas le moyen le plus sûr pour protéger votre animal.
Habituer si possible son animal dès son plus jeune âge à la voiture, et ne pas hésiter à lui parler doucement pendant le voyage : entendre votre voix le rassurera. Attention : ne jamais faire voyager son animal dans un coffre fermé, et ne jamais prendre son animal sur les genoux, c’est dangereux pour vous… et pour lui ! Un choc pourrait lui être fatal.
LA CHALEUR, PRINCIPAL DANGER
Quelle que soit la longueur du trajet, ne pas hésiter à faire des pauses fréquentes. Ne sortez pas votre toutou de la voiture sans lui avoir mis sa laisse, question de sécurité. Les chiens pourront se dégourdir les pattes et se rafraîchir.
N’oubliez pas de prévoir une gamelle et des bouteilles d’eau. Vous pouvez également utiliser un brumisateur, toujours apprécié dans les moments de fortes chaleurs…
Sans oublier les petits sacs plastiques pour ramasser les déjections lorsque vous emmènerez votre chien faire ses besoins. Pour les chats, c’est plus compliqué : un chat qui sort d’une voiture risque fort de s’échapper, apeuré par le bruit et la circulation.
Préférer une laisse ou lui faire prendre l’air sans le faire sortir de son panier de transport. Le plus souvent, celui-ci dispose d’une ouverture aérée.
Attention : ne jamais laisser un animal dans une voiture ! Même si celle-ci est à l’ombre, et même si un ou plusieurs fenêtres sont entrouvertes…
Le soleil tourne et la température dans l’habitacle peut en effet dépasser les 40°C et l’animal décéder en moins de 10 minutes. Si la route est très exposée au soleil, l’achat de pare-soleil - à l’instar de ceux prévus pour les enfants - peut se révéler judicieux.

[size=24]PREMIERS SOINS

[/size]

LES PREMIERS SOINS VIS-À-VIS DE SON CHIEN EN CAS D’URGENCE.
Si votre chien est blessé ou victime d’une urgence médicale, réagissez rapidement. Dans certaines situations, faire le bon geste peut tout simplement sauver la vie de votre animal.
 
Ayez toujours une trousse de premiers soins à votre disposition.
 
Agissez avec prudence. Un chien effrayé ou accidenté peut mordre même les personnes qu’il connaît et apprécie.
 
Les petits chiens qui ne souffrent d’aucune fracture peuvent être enveloppés douillettement dans une vieille serviette.
 
En cas de saignement, appliquez des compresses ou un bandage de compression autour des membres. En général, les garrots ne sont pas recommandés car ils peuvent couper la circulation du sang, s’ils ne sont pas correctement posés.
 
Ne déplacez pas votre chien sans raison. S’il est blessé et incapable de marcher, au besoin, soulevez-le à l’aide d’une planche ou d’une couverture.
 
Maintenez votre chien au chaud, surtout s’il est inconscient, trempé ou en état de choc à la suite d’une hémorragie ou d’autres traumatismes.
 
Si votre chien ne semble pas respirer, pratiquez une réanimation cardio-respiratoire (RCR). Dans le cas d’un petit chien, la respiration artificielle est pratiquée en effectuant des compressions au centre de la poitrine. Chez un plus grand chien, vous pouvez insuffler de l’air dans son museau, tout en fermant sa gueule avec vos mains. Tandis que votre chien est couché sur le côté, des compressions sur le cœur peuvent également être efficaces. Attention, une RCR vigoureuse peut être dangereuse si votre chien respire ou que son cœur bat. Vérifiez bien avant de tenter cette opération.
Cas particuliers
Coup de chaleur ou épuisement : rendez-vous immédiatement dans une clinique vétérinaire. Au cours du trajet, aspergez d’eau fraîche le corps de l’animal ou enveloppez-le dans un linge humide. Blessures à l’œil : dans ce cas, humidifiez le globe oculaire affecté, couvrez-le doucement et, si nécessaire, appliquez des compresses pour arrêter le saignement. Consultez vite votre vétérinaire, les lésions oculaires requièrent des soins immédiats.
Diabète : si votre chien est diabétique et qu’il est victime d’une crise d’hypoglycémie (tout en étant conscient), mettez-lui sans arrêt de l’eau sucrée ou du miel sur la langue jusqu’à ce que vous arriviez chez le vétérinaire et que celui-ci puisse mesurer le niveau de glucose dans le sang.
Crise : aussi brève soit-elle, appelez votre vétérinaire qui vous indiquera si vous devez lui amener votre chien ou si c’est trop risqué de le transporter. Des crises de plus d’une minute ou brèves mais répétées constituent une urgence médicale et requièrent des soins immédiats. Si votre chien est pris d’une attaque
 
Maintenez la distance car certains chiens peuvent mordre s’ils sont opprimés et effrayés et il vaut mieux ne pas augmenter leur stress.
 
Enlevez tous les objets potentiellement dangereux.
Éteignez toutes les sources de stimuli, telles que la radio, la TV et les lumières ; créez un environnement paisible, calme et sombre.
 
Téléphonez à votre vétérinaire pour obtenir des conseils.
[size]

vacances

[/size]

Partir en vacances avec son animal Chien, chat, lapin ou furet...
Partir en vacances avec son animal de compagnie est plus facile qu’on ne croit.
La Fondation 30 Millions d’Amis a pensé à tout et met à disposition de chacun de nombreux outils pour mieux préparer son départ.
AVANT DE PARTIR, CE QU'IL FAUT SAVOIR
Sur le plan pratique, préparez bien la valise de votre compagnon :
brosse, traitement anti-parasitaire
- les balades dans la nature estivales vont amener votre animal à rencontrer différents parasites, parmi lesquels l’aoûta
- gamelle et croquettes... sans oublier quelques objets familiers. Pensez à amener son carnet de santé, bien utile en cas de pépin. Quelle que soit la race de votre animal, pensez à acquérir un sac ou une valise de transport adaptée à la taille de ce dernier.
Vous partez avec votre rongeur ?
Hamster ou souris, il s'agit d'animaux fragiles, et les changements d’habitude représentent un grand bouleversement. La vigilance s’impose donc tout au long du voyage et ce quelque soit le mode de transport !
Si vous partez en France, vérifiez que l'hébergement que vous avez choisi est susceptible d'accueillir votre animal de compagnie...
Même une location saisonnière peut s'avérer être un véritable casse-tête ! Si vous partez à l'étranger, renseignez-vous bien sur les conditions d'accueil mis en place par le pays où vous vous rendez, ainsi que sur les modalités de transport : avion, bateau, ou même train.
NOS OUTILS POUR DES VACANCES SEREINES
La Fondation met à votre disposition la toute dernière édition du Kit « Vacances pas Bêtes » : des conseils, des adresses, des astuces...
tout ce dont vous avez besoin pour bien préparer la période estivale. Liste des lieux acceptant les animaux, formalités à accomplir et papiers importants à emporter, questions santé, conseils pour le voyage...
Des chiens aux chats en passant par les NAC, une mine d’infos indispensables dans ce guide disponible gratuitement. Cette année, un Dico vous donnera tous les conseils de A à Z et les bonnes définitions de vacances réussies :
28 mots indispensables, des pictos pour repérer les bonnes informations, un quiz et même des jeux pour apprendre et s'amuser en même temps.
Grâce à la carte interactive des « Vacances pas Bêtes », accédez en quelques clics à plus de 20 000 lieux de villégiature qui vous accepteront en compagnie de votre animal ; tous les types d’hébergements y sont répertoriés, campings, hôtels, chambres d’hôtes... sans oublier les établissements labellisés Gîtes de France®.
Une carte de plages acceptant les animaux est également disponible. Autre « must have » de l’été, le sticker « Animal à bord », revisité pour l'occasion. C’est l’autocollant indispensable sur la route des vacances qui alertera les secours sur la présence d’animaux à bord du véhicule, en cas d’accident.
Il permet également d'afficher fièrement son choix de partir en vacances avec son animal. Quatre cartes postales originales sont également offertes, ainsi que des stickers à coller pour les personnaliser.
Mais la grande nouveauté 2014, c'est... un bandana aux couleurs de la Fondation 30 Millions d'Amis : le signe distinctif de tous les amoureux des animaux!
[size]

privilégier un harnais, pourquoi

[/size]

Pas de collier, mais privilégier un harnais, pourquoi ?
Colliers plats les conséquences Les chiens qui tirent = conséquences 
• Ils ont une grosse musculature du cou
• Ecrasement des carotides
• Tension oculaire
• Hyper tension intracrânienne et mauvaise oxygénation du cerveau
• Compression de la nuque et du larynx et respiration entravée
• Paralysie du larynx-pharynx
• Déplacement des cervicales Un collier plat (collier d'attache) : sert à tenir les médailles du chien.
Pour l'éducation avec une laisse ce collier n'est pas recommandé, le harnais est à privilégier. Car si l’humain donne un léger coup sur le collier, il va créer chez son chien un réflexe d'opposition dans plus de 90% des cas.
[size]

collier

[/size]

LUMMI ® EST UN COLLIER PHOSPHORESCENT POUR CHIEN QUI PERMET DE TOUJOURS REPÉRER SON COMPAGNON DANS LA NUIT
FABRICATION FRANÇAISE
Pour le maître
Limite les risques de perte du chien 
Repérage du chien le jour grâce aux couleurs orange et jaune fluo, noir
Repérage du chien la nuit grâce à la phosphorescence
Pas de risque de confusion avec du gibier pendant la chasse
Longévité :
Le collier est très solide, il résiste aux chocs, à la traction, à l'humidité, au froid (-20°C)
Facile à nettoyer
Boucles et attaches en métal soudées
Surface lisse pour inscription du nom et/ou des coordonnées
Peut être facilement adapté à la bonne dimension
Pour le chien
Extra léger, souple et peu encombrant le collier est confortable pour l'animal Conseils d'utilisation
Pour bien utiliser Lummi ® :
Lummi est un collier photo luminescent, c'est-à-dire qu'il absorbe la lumière et la restitue dans la pénombre.
Il fonctionne sans pile. Pour une bonne utilisation de Lummi, exposez-le à la lumière artificielle ou naturelle pendant 30 minutes minimum.
Collier Lummi lumineux
Exemple de collier phosphorescent dans la nuit
Caractéristiques techniques
Tailles disponibles
M (45 cm)
L (55 cm)
XL (65 cm)
Largeur 25 mm
Epaisseur 2,5 mm
Poids moyen 100 grammes environ
Matière Très haute résistance
Temps de charge minimum à la lumière artificielle ou naturelle 30 minutes
Couleurs Orange et jaune fluo, noir
Boucles, passants et dés Métalliques nickelé, haute résistance, soudés
Surface lisse pour inscriptions du nom et/ou des coordonnées
Oui Resistance aux UV
Oui Résistance eau, gel, écarts de température (jusqu’à -20°C)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26649
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....    Ven 21 Avr - 10:00

oiseaux

Vous avez trouvé un oiseaux en détresse, sauvé des griffes d'un chat, blessé ou tout simplement incapable de reprendre son envole du à un premier vole raté ou à un incident.. voilà les gestes simples qui peuvent lui sauver la vie.
- Avant tout gardez votre calme !
- Assurez-vous d’abord que l’oiseau est bien en situation de détresse prenez le temps de l’observer, de regarder l’environnement dans lequel vous l’avez trouvé. (Pour les rapaces et échassiers)
- Protégez-vous ! Faites bien attention aux serres des rapaces et aux coups de bec des échassiers. Utilisez des gants et soyez vigilant aux mouvements de votre tête et de celle de l’oiseau !
- Capturez-le avec prudence, précautions et sans précipitation, à l’aide d’un tissu épais (serviette, vêtement…). Dans l’obscurité, l’oiseau se calmera. Maintenez-lui les ailes collées au corps et la tête cachée. Ne jamais bloquer ou fermer le bec d’un oiseau avec un élastique ou du ruban adhésif ! (certains oiseaux respirent par l'intérieur de la bouche en leur bloquant le bec il s'étoufferont)) (pour tout oiseaux)
- Veillez à ne jamais l’exhiber, ce stress supplémentaire risquerait d’aggraver son état.
- Ne lui donnez ni à manger ni à boire. Vous risqueriez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.
- Placez-le dans un carton, ne le mettez pas en cage, il risquerait de se blesser davantage. Isolez-le en attendant de le transférer vers une structure habilitée. Placez-le au calme dans une pièce tempérée.
- Contactez le centre LPO le plus proche de chez vous. Pour la Savoie : Tel 09 52 52 30 52 / 04 69 96 95 85
Fax 09 57 52 30 52
LPO Savoie Les Pervenches 197 rue Curé Jacquier 73290 La Motte-Servolex
Pour la Haute-Savoie: Ligue pour la Protection des [size=13]Oiseaux association locale[/size]
Haute-Savoie 24 rue de la Grenette 74370 METZ-TESSY
Tél. 04 50 27 17 74
Permanence du lundi au vendredi de 13h à 17h

chaleur

Que faire si vous voyez un animal seul dans une voiture.
Il faut d’abord s’assurer de la température qui règne à l’extérieur. Si en hiver, un animal peut rester quelques dizaine de minutes dans une voiture, il n’en est pas de même en été : il est impératif de veiller à ne pas laisser son animal enfermé dans une voiture, même si celle-ci est à l’ombre, et même si un ou plusieurs fenêtres sont entrouvertes.
Le soleil tourne ! Idem pour un laps de temps très court : la température dans l’habitacle peut en effet atteindre et dépasser les 40°C en moins de 10 minutes et être fatale pour l’animal qui s’y retrouve prisonnier.
CE QUE DIT LA LOI
Alors que faire si l’on est témoin d'une situation où un animal est enfermé dans une voiture au soleil ?
Avertir la police ou la gendarmerie locale. En effet, l'article 20 de la loi du 6 janvier 1999 [codifié sous l'article 214-23 (3°) du Code rural,  vous permet de faire procéder à l'ouverture du véhicule stationné en plein soleil lorsque la vie de l'animal est en danger, en présence d'un gendarme ou d'un policier.
Quant à l’article 122-7 du Nouveau Code de procédure pénale, il précise que « n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien ».
Mais cette bonne action engageant votre responsabilité, le propriétaire du véhicule peut se retourner contre vous et porter plainte pour « effraction ».
La difficulté résidera alors dans la preuve du « danger actuel ou imminent » que vous devrez apporter devant le juge. Mieux vaut donc être accompagné d'un agent assermenté dans une telle situation.

[size=24]Votre animal doit-il voir un comportementaliste ?

[/size]

Votre animal doit-il voir un comportementaliste ?
Dix signes qui mettent la puce à l'oreille Votre chat ou votre chien est agressif et fait ses besoins n'importe où ?
Il miaule ou aboie de façon intempestive ? Il est peut-être temps de consulter un spécialiste. Vous rencontrez des problèmes avec votre chien ou votre chat ?
Peut-être est-il nécessaire de consulter un spécialiste du comportement des animaux . Francetv info liste dix signes à surveiller, avec les précisions de Valérie Dramard, vétérinaire-comportementaliste, auteure des ouvrages Le comportement du chat de A à Z et Le comportement du chien de A à Z (éditions Ulmer).
 
 
Il est agressif Il faut être vigilant lorsque l'agressivité de votre animal est injustifiée ou qu'elle est trop forte par rapport à une situation donnée. Un animal qui se montre agressif lorsqu'un inconnu tente de pénétrer chez vous, c'est normal. "Mais s'il grogne ou montre des signes d'agacement alors que vous, son maître, le caressez, ce n'est pas normal", indique Valérie Dramard. La fréquence de ces sursauts agressifs doit aussi mettre la puce à l'oreille.
 
2 Il mord Comme cela est indiqué plus haut, un chien ou un chat qui réagit de façon disproportionnée exprime un mal-être certain : la consultation d'un comportementaliste est évidemment nécessaire si cette agressivité se traduit par une voire plusieurs morsures. Un animal qui tente de mordre alors qu'il est blessé et que l'on tente de l'approcher, c'est normal. S'il mord une personne sans raison précise, il faut ouvrir l'œil.
 
3 Il fait ses besoins n'importe où Les cas de malpropreté ne sont pas à confondre avec des accidents : un animal peut manger un aliment inapproprié qui lui donne la diarrhée. Ou il arrive qu'un chien fasse ses besoins à l'intérieur car il est exceptionnellement resté quinze heures tout seul à la maison sans sortir. Mais il faut se poser des questions quand les cas de malpropreté deviennent quotidiens ou répétés dans la semaine. "Normalement, un chien ou un chat ne fait pas ses besoins là où il vit parce que sa mère lui a appris que c'est sale et que cela ne se fait pas", explique Valérie Dramard. Dans tous les cas, il faut consulter le vétérinaire car les troubles peuvent avoir une origine médicale : troubles digestifs ou infection urinaire, par exemple. Si cela est écarté, il s'agit d'un trouble du comportement.
 
4 Il dégrade des meubles à la maison Un chat a besoin de faire ses griffes sur un objet spécialement réservé pour cela, comme un griffoir. Mais les griffades à répétition à des endroits non prévus sont un signal d'anxiété, de stress. Pour un chien, des destructions peuvent signifier qu'il est nerveux et qu'il a du mal à s'apaiser. "Si les événements surviennent lorsqu'il est seul, cela peut vouloir dire qu'il ne supporte pas la solitude, et cela traduit alors des crises d'angoisse importantes. Si les dégradations se concentrent autour d'une issue, cela révèle qu'il veut sortir absolument de la pièce où il se trouve", explique Valérie Dramard. Un professionnel peut vous aider à déterminer l'origine du problème et à le traiter.
 
5 Il a un comportement différent "Si le changement survient du jour au lendemain et que rien n'a changé dans l'environnement, il s'agit peut-être d'un trouble physique et/ou médical et non pas d'un trouble du comportement", avertit Valérie Dramard. En revanche, si cela survient après un bouleversement comme un déménagement, des travaux, le départ du domicile d'un membre de la famille, le décès d'un proche ou encore l'arrivée d'un bébé, c'est probablement un trouble lié à ce changement. L'intervention d'un comportementaliste est nécessaire si cela dure plus de quelques jours.
 
6 Il semble déprimé Lorsqu'un animal se sent bien, des signaux ne trompent pas. Outre leurs mimiques faciales parfois très expressives, il existe plusieurs indicateurs : par exemple, un chat ronronne, se frotte à son maître, ou le regarde fixement en fermant doucement les yeux. De son côté, un chien remue la queue ou invite son maître à jouer. "Il faut s'alerter lorsque ces signes sont inexistants ou trop rares", prévient la spécialiste. S'ils sont trop timides ou absents depuis plusieurs semaines, il faut réagir.
 
7 Il miaule ou aboie de façon intempestive Il faut y voir un problème quand ces manifestations ne sont pas adaptées à la situation, lorsqu'elles sont systématiques et qu'elles durent trop longtemps. Il n'est pas normal qu'un chien continue systématiquement à aboyer un quart d'heure après que le facteur soit parti ou que votre chat miaule seul pendant une heure chaque jour. C'est une nuisance sonore pour les maîtres et le voisinage, mais "c'est aussi une souffrance pour les animaux. Ce n'est pas agréable d'être tout le temps sur ses gardes", estime Valérie Dramard.
 
8 Il ne s'entend pas avec les autres animaux de la maison Nous parlons d'animaux domestiques (chiens et chats), pas d'animaux sauvages recueillis : les premiers ont des aptitudes à vivre ensemble. "Ils apprennent à se connaître, ils se jaugent, ils sont plus ou moins amis. Mais lorsqu'ils ne s'entendent pas du tout, lorsque le conflit est permanent, il faut agir", selon Valérie Dramard. Même si les animaux ne s'entendent pas toujours à merveille, ils parviennent à cohabiter, à s'arranger. S'ils n'y arrivent pas, c'est qu'il y a un trouble plus profond, et il est nécessaire de consulter. Par exemple, ils peuvent se tolérer et vivre ensemble en s'ignorant. Mais si cela vire au pugilat à chaque fois qu'ils se croisent, il faut réagir.
 
9 Il se lèche ou se gratte jusqu'à perdre des poils Un chat qui se lèche de façon frénétique jusqu'à entraîner des lésions sur sa peau et son pelage est le signe d'un animal "extrêmement stressé", d'après la spécialiste. Comme chez le chat, l'hypersensibilité, l'angoisse et le stress sont susceptibles de provoquer chez le chien un léchage excessif qui provoque une chute des poils par irritation. Généralement, cela concerne la base de la queue et les pattes avant
 
10Il fait des fugues à répétition Cela concerne les chiens. "Un animal qui fugue est un animal qui sort de son territoire. Autrement dit, il n'existe pas, selon lui, de motivation assez importante pour y rester et le défendre", explique Valérie Dramard. Reste à trouver les causes de cette désaffection avec un professionnel.
[size]

peur

[/size]

5 conseils pour rassurer un chat qui a peur de l'orage Les fortes chaleurs de ces derniers jours pourraient bien être annonciatrices d'orages...
Tonnerre et éclairs effraient certains matous (et toutous), comme les feux d'artifices. Mais il existe heureusement des moyens de les aider à apaiser leur stress. Quelques conseils pour aider un chat qui a peur de l'orage :
1. Ne le laissez pas dehors Si votre chat a l'habitude d'aller se balader dans la nature, assurez-vous qu'il puisse bien rentrer chez vous. Le laisser à l'extérieur en plein orage peut-être dangereux.
 
2. Laissez votre chat se cacher Un chat, ou un chien, effrayé aura tendance à vouloir s'abriter dans un endroit qu'il juge rassurant, sous un lit ou dans un placard par exemple. Laissez-le faire, ne cherchez pas à le déloger de son petit coin où il se sent en sécurité.
 
3. Restez calme et détendu Votre chat doit comprendre qu'il n'a rien à craindre. Et c'est à vous de le lui faire savoir en gardant l'attitude la plus calme et normale possible. Si vous êtes inquiet à l'idée qu'il ait peur, ou si vous-même n'êtes pas rassuré par les intempéries, prenez sur vous pour qu'il ne le ressente pas. Pourquoi ne pas détourner son attention, et la vôtre par la même occasion, en jouant avec lui ?
 
4.Les fleurs de Bach Certaines fleurs de Bach sont très efficaces pour apaiser les chats stressés. Ces produits naturels ne doivent pas être administrés au hasard. N'hésitez donc pas à demander conseil à votre vétérinaire avant de les utiliser.
 
5. Rassurer son chat ou non ? Prendre son matou dans ses bras, le couvrir de câlins et de caresses au moment où l'orage éclate n'est pas la meilleure des idées. Cela risque bien plutôt de le conforter dans sa peur. Mais cela ne signifie pas qu'il faut le priver de tendresse. Une fois l'orage passé, vous pourrez tout de même le câliner ! Le saviez-vous ? Grâce à leur ouïe très fine et aux variations de pression de l'air lors de changements climatiques, les chats pressentent l'arrivée des orages avant qu'ils n'éclatent. Il est donc normal que votre matou se montre nerveux avant même que le premier grondement n'ait résonné au-dessus de vous.

[size]

malade

[/size]

Comment savoir si votre chien est malade ?
Votre chien ne mange plus, il se cache, son poil est piqué, il ne boit plus, il recherche votre affection tout en étant irritable ?
Il est peut être affecté par l'une des principales maladies du chien, pour le savoir :
Le rapport à la douleur des animaux n’est pas le même :
un chien ou un chat aura tendance à vous cacher qu’il a mal, c’est un grand principe de l’instinct de survie. En effet dans la nature un animal qui montre qu’il est blessé est une proie de choix pour un prédateur.
Dans le cas d’une douleur brutale (comme lorsque vous lui marchez sur la queue ou la patte), l’animal saura vous faire comprendre par un cri que vous lui avez fait mal, mais dans le cas d’une douleur chronique (permanente), l’animal saura tout à fait rester silencieux et stoïque. Chien à air coupable.
pour le savoir :
Prenez sa température. Utilisez un thermomètre digital, enduisez-le de gras, introduisez-le dans le rectum car, sinon, la température n’est pas exacte (la température normale est de 38,5 °C). Regardez les muqueuses.
Tirez sur la paupière inférieure de l’œil. Si elle est blanche ou jaune, il y a quelque chose d’anormal. Si elle est blanche, le chien manque de globules rouges, si elle est jaune, il est malade du foie.
Le chien a une troisième paupière, si elle est visible, il a sûrement des vers digestifs ou une affection intestinale.
Palpez l’abdomen. Mettez une main de chaque côté du ventre : la palpation ne doit pas être douloureuse. S’il est dur, le chien risque d’être constipé. S’il est gros, il a sûrement des vers.
Contrôlez les déjections. Si la couleur de l’urine est trouble ou foncée, recueillez-la sur du coton pour la faire analyser par le vétérinaire. Pour recueillir les selles dans le même but, vous pouvez utiliser du Sopalin.
Examinez la peau : Le pli de peau. Par un geste simple (saisissez la peau du cou, puis relâchez-la), vous pouvez détecter un signe de déshydratation. Si la peau reprend sa place, le chien n’est pas déshydraté, si le pli reste, le chien est déshydraté.
L’état de la dentition et la mauvaise haleine est aussi un révélateur de la santé du chien.
Les signes de douleur chez l’animal:
Quand un animal est malade, il y a des signes qui ne trompent pas. Physiologiquement, la respiration est plus forte, les pupilles sont dilatées, la fréquence cardiaque est plus rapide…
Mais quels sont les signes comportementaux qui indiquent que l’animal a mal?
L’agressivité est souvent le premier signe de douleur chez le chat ou le chien. Il peut parfois devenir extrêmement violent et asocial du jour au lendemain s’il souffre. D’autres signes doivent attirer votre attention :
- Il devient moins expressif et semble dépressif
 
- Il se met volontairement à l’écart ou se cache et rechigne à se déplacer
 
- Il mange moins ou arrête de se nourrir
 
- Il est constamment dans l’inconfort et ne se sent jamais à l’aise
 
- Il arrête de faire sa toilette
 
- Il est moins actif il n`a plus le gout de jouer
 
- Il devient agressif sans raison apparente.
 
- Il secou la tête et les oreilles
Comment soulager l’animal ?
Il est aujourd’hui connu et reconnu de tous les professionnels du monde animalier que la douleur de l’animal doit être soulagée. En effet, si cela n’est pas le cas, les séquelles psychologiques de l’animal peuvent être très graves.
Un animal qui a eu une anesthésie au cours d’une opération reprend le cours de sa vie bien plus vite qu’un animal qui n’en a pas eu. Cela dit, vous devez laisser un professionnel comme le vétérinaire prendre en charge la douleur de votre animal, lui saura comment l’atténuer.
Saviez-vous qu’il y a encore 20 ans la majorité des vétérinaires pensaient, à cause de ce comportement, que l’animal de compagnie souffrait moins que nous, voire pas du tout ?
Ainsi l’anesthésie de l’animal n’était pas la priorité du vétérinaire.
[size]

creuser

[/size]

Pourquoi les chiens creusent-ils des trous?
Creuser des trous est un comportement normal pour les chiens. Mais il y a plusieurs raisons qui motivent un chien à creuser:
Parce qu’il veut se rafraîchir, en effet la plupart des chiens savent que le sol en profondeur apporte de la fraîcheur lorsqu`il fait chaud..
Pour chasser des petits rongeurs ou des insectes, les chiens ont un odorat très développé et peuvent les sentir à travers le sol.
Parce qu’il a déjà trouvé des choses intéressantes à manger (les chiens aiment manger un peu n’importe quoi) ou pour jouer (branches, racines, etc.).
Parce qu’il manque d’exercice physique, de stimulations mentales ou parce qu’il a un surplus d’énergie. Les chiots creusent parfois pour découvrir leur environnement.
Solutions:
Je ne recommande pas de le gronder pendant qu’il creuse, car cela n’arrêtera pas le comportement, peut-être sur le coup, mais il recommencera à la prochaine occasion. Voici donc des solutions plus efficaces:
-Procurez-lui un endroit frais.
 
-Faites un carré de sable juste pour lui où vous pourrez enterrer des os, des croquettes, des biscuits, ses jouets. Pour que son carré de sable devienne plus intéressant que vos plates-bandes.
 
-Laissez-lui un kong remplie de nourriture.
 
-Faites-lui un « Popsicle » en remplissant un contenant vide de crème glacé avec le l’eau,-ses jouets favoris, ses croquettes, des biscuits, etc. Faites-le geler au congélateur puis mettez ce gros « Popsicle » sur le gazon, cela risque d’être plus intéressant que de creuser un trou.
 
-Éparpillez ou cachez sa portion de croquettes sur votre terrain, cela l’occupera un certain temps.
 
-Faites lui faire plus d’exercice.
 
-Ne le laissez pas sans supervision dans la cour. Dans cet article je vous propose quelques solutions pour changer ce comportement.
Toutefois, si ce n’était pas assez, il pourrait être possible que votre chien et vous ayez besoin d’une consultation à domicile.
[size]

orages

[/size]

Orages et tornades: attention à vos animaux, ils peuvent en avoir très peur
Les conditions météo des derniers jours ont fait peur à de nombreuses personnes, mais aussi aux animaux. Les orages et les forts coups de vent peuvent jouer sur le stress des petites et grosses bêtes. Les prévisions météo sont à nouveau à la pluie et aux orages.
Des conditions météo qui ont aussi une influence sur le comportement des animaux. Pour les petits animaux, comme les chiens, la météo peut avoir des influences sur le comportement de ceux qui n'ont pas été habitués.
Ils peuvent être complètement effrayés, essayer de se sauver, ou encore respirer de manière inquiétante. Ils entrent dans une vraie situation de peur.
Les habituer à des bruits similaires Les chiens qui ont des peurs des coups de tonnerre en ont aussi pour des bruits similaires (une grosse moto qui passe, un gros objet qui tombe).
Ce qui est important, c'est travailler avec lui avant que la situation ne se présente.
L'habituer de manière progressive aux bruits. Dédramatiser pendant l'événement Pendant l'événement, pour rassurer une bête qui a peur, il faut faire différentes choses.
Tout d'abord, le mettre dans un endroit dont il ne pourra pas se sauver. Éventuellement, lui passer une laisse. Le rassurer, créer une situation de plaisir autour de lui. Il faut beaucoup dédramatiser. Si on ne le fait qu'un petit peu, il pourrait mal comprendre et croire qu'il a raison d'avoir peur.
Et les plus gros animaux?
Pour les gros animaux, l'influence est moins mesurée. Certaines vaches/chevaux peuvent avoir peur. Les conséquences sont parfois graves: le bétail peut aller se réfugier sous un arbre pendant l'orage et la foudre peut alors tomber sur l'arbre, et donc sur le bétail...
On ne peut pas vraiment rassurer du gros bétail. Par contre, il est bienvenu de le rentrer à l'étable. S'il y a des box dans la pâture, le bétail sentira l'orage et rentrera de son propre chef avant les premières gouttes. Il n'y a pas de conséquences internes (le lait des vaches ne tourne pas à cause de la peur du tonnerre). Pour les cochons, réputés au cœur fragile, l'homme et la génétique sont passés par là.
À force de croisement, on n'élève désormais que des cochons 'stress négatif' qui ne sont pas affectés.
[size]

Déménager avec son animal

[/size]

Déménager avec son animal
 Changer de lieu de vie n’est pas un acte anodin pour nos compagnons. Avec quelques précautions et une dose d’anticipation, chien et chat vivront ce changement dans la plus grande sérénité. Déménager avec son animal en toute tranquillité 
Selon les "Artisans déménageurs", la majorité des déménagements s'effectuent entre mi-avril et début septembre. Mais attention, changer de lieu d'habitation n’est pas seulement stressant pour les maîtres. C’est également un bouleversement pour nos animaux de compagnie, qui - au même titre que les humains - ont pris certaines habitudes.
Un animal qui n’a pas été préparé montrera des signes de mal-être, alors qu’il existe des astuces très simples pour le préparer… tout en prenant en compte les particularités de chaque espèce. Un chien et un chat ne réagiront pas de la même façon : l’un est un animal social, dont le bien-être est assuré par le groupe ; le second est un animal territorial… et le moindre changement dans son lieu de vie - à l’instar d’un meuble que l’on déplace - constitue un véritable séisme dans son petit univers.
VÉCU DIFFÉRENT
Déménager avec un chien est relativement simple, surtout si celui-ci est correctement sociabilisé et éduqué. Appréciant par dessus tout la compagnie de son maître, il ne doit pas être traumatisé par le changement de son environnement.
Le mieux est de ne pas perturber sa routine : avant et après le jour J, conservez le même horaire pour la promenade et l’heure du repas. Ces petits signes le rassureront. Pourquoi ne pas lui faire découvrir son nouveau quartier un peu en avance, en le baladant une fois par semaine près de son futur domicile ?
Pour le chat, c’est une autre paire de manche. Un félin passe sa journée à répandre des phéromones dans l’appartement ou la maison. Lorsqu’il change d’environnement, il perd tous ses repères.
Les jours précédant le déménagement, il est préférable de lui laisser le plus longtemps possible ses objets familiers : litière, gamelle, arbre à chat, griffoir. Pour le familiariser avec son nouveau territoire, faites-lui découvrir son nouveau logement pièce par pièce de préférence. A savoir : il doit pouvoir se cacher en cas d’urgence, pensez à lui aménager un endroit où lui seul aura accès (sous un fauteuil, en haut d’une étagère…).
CONSEILS
Si votre animal se montre distant les premiers jours, ne pas céder à la panique. Il a tout simplement besoin d’un temps d’adaptation. Ne pas le forcer à aller dans certains endroits, le laisser découvrir à son rythme ! Certains félins restent plusieurs heures, voire plusieurs jours, sous le lit ou derrière la machine à laver.
Ils sortent lorsque la faim les tenaille. Veillez à ne pas changer de marque de croquettes ou de type de nourriture durant les premiers mois. Les chiens et les chats peuvent être perturbés par le fait d’emménager dans un endroit plus petit. Dans ce cas, il serait judicieux de multiplier les promenades pour le chien, et de stimuler votre chat par le jeu.
L’ennui n’en sera qu’amoindri. Si les signes d’anxiété ne disparaissent pas, une visite chez le vétérinaire est indispensable. Celui-ci prescrira éventuellement un traitement homéopathique. Pour les félins, des diffuseurs de phéromones, aux vertus apaisantes, existent.
Ne pas hésiter à se renseigner sur les vétérinaires du secteur, notamment lorsqu’on possède un NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie). Certains praticiens en ont fait leur spécialité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26649
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....    Ven 21 Avr - 10:37

bonne après midi 1     à suivre       Ninnenne     blog de partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 26649
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....    Ven 21 Avr - 10:48

Eviter les tracas de l’été

Eviter les tracas de l’été
Soleil, chaleur et autres inconvénients peuvent affecter nos compagnons en vacances. Petite revue des tracas fréquemment rencontrés en période estivale et des précautions à prendre pour les éviter. Comment éviter les petits tracas de l’été ? Les vacances bouleversent les habitudes de nos compagnons.
Environnement différent, habitudes modifiées, horaires chamboulés…
Toutes ces perturbations peuvent avoir des conséquences gênantes, comme l’apparition de parasites, voire de maladies plus graves. Pour éviter les soucis, nombre de précautions sont identiques à celles que le maître doit prendre… pour lui-même !
LES PIÈGES DE DAME NATURE
Les vacances sont souvent synonyme de grand air. Les balades dans la nature vont amener votre animal à rencontrer différents parasites, parmi lesquels l’aoûta. Cette larve d’acarien de couleur orange, qui apparaît comme son nom l’indique en août, aime par-dessus-tout le sang de votre animal…
Il faut surveiller en priorité les pattes, les oreilles, les aisselles ou encore l’aine, à savoir les endroits facilement accessibles. Les puces seront également présentes et au rythme où elles se transmettent et se prolifèrent - elles pondent 50 œufs par jour - il ne faut pas les prendre à la légère !
Comme la puce, la tique réapparaît avec la hausse des températures, notamment en forêt. Ne pas hésiter à administrer des traitements préventifs avant les vacances, car ils permettent de limiter les dégâts. Shampoings, colliers antipuce ou traitement oral : demandez conseil à votre vétérinaire.
A savoir :
les animaux d’intérieur ne sont pas épargnés. Les puces dites « de parquet » attendent que la chaleur s’installe pour sortir de leur cachette. Autre désagrément : les petits corps végétaux, comme les épillets, qui s’accrochent au pelage et se logent parfois dans les yeux et les oreilles… aux conséquences parfois sévères. Un brossage quotidien est fortement conseillé, ainsi qu’une inspection du pelage après chaque promenade notamment pour les chiens et les chats dotés de poils longs.
SOLEIL ET CHALEUR
Le soleil, et la chaleur qui l’accompagne, sont extrêmement dangereux pour tous nos animaux de compagnie. L’été, nombreux sont les maîtres inconscients des risques encourus : comme ils ne peuvent pas réguler sa température interne, l’animal est aussi fragile qu’un jeune enfant ! Hors de questions donc de les laisser en plein soleil, même un court instant.
Quant à les laisser dans la voiture, c’est à proscrire : la température dans l’habitacle peut en effet atteindre et dépasser les 40°C. en moins de 10 minutes. Même en promenade, penser à emporter une bouteille d’eau avec soi. Sur le lieu de villégiature, une gamelle d’eau fraîche - non glacée - doit, en permanence, être à disposition du chien ou du chat.
Au cours d’une promenade, les chiens peuvent être en contact avec l’asphalte et se brûler les coussinets. Car la température du bitume peut atteindre 50 C° au sol et plus de 40°C à 15 centimètres de hauteur. Les sorties en fin de journée, ou très tôt dans la matinée, sont à privilégier.
Même principe pour la plage, à éviter aux heures les plus chaudes de la journée. Prévoir un parasol afin que l’animal puisse se reposer à l’ombre. Les jeunes animaux, les « doyens » et les chiens brachycéphales - boxer, bouledogues, boston terrier ou encore carlin - sont extrêmement sensibles au coup de chaleur et présentent dans ce cas de grandes difficultés pour respirer.
La vigilance est de mise.

destruction

Mon animal détruit Un chien peut causer des dégâts matériels, parfois sur les biens d’un tiers. Que dit la loi ? Qui est responsable ? 30millionsdamis.fr fait le point sur ce que prévoit la législation française en la matière.
CE QUE DIT LA LOI
Si un propriétaire ne peut pas interdire à un locataire d'héberger un animal de compagnie dans l'appartement ou la maison qu'il lui loue - même si une clause inscrite dans le bail prévoit une telle interdiction - l'animal ne doit pas causer de dégâts dans le logement loué ni dans les parties communes de l'immeuble en copropriété, ni provoquer de « troubles de jouissance » aux autres occupants. En cas de dégâts, c’est le propriétaire de l'animal est responsable des dommages qu'il cause, même s'il s'est échappé ou s'est égaré. La responsabilité de celui qui a la garde de l’animal peut également être retenue : le chien des voisins que l’on garde pendant les vacances par exemple, l’animal confié à un vétérinaire ou à une pension également. Pour être indemnisée, la victime doit prouver qu'elle a subi des dommages dus à l'animal. Ces derniers sont généralement couverts par la garantie « responsabilité civile » de l’assurance contractée par le maître. Une franchise peut cependant rester à sa charge. Attention : pour les chiens de 1re et 2e catégories, une assurance spécifique est obligatoire. Pour rappel, « le propriétaire d’un animal, ou celui qui en a la garde, pendant qu’il est à son usage, est responsable du dommage que l’animal a causé, soit que l’animal fût sous sa garde, soit qu’il futégaré ou échappé » (article 1385 du Code civil).
ET AU NIVEAU COMPORTEMENTAL ?
Au niveau comportemental, un chien qui détruit tout est avant tout animal qui a un problème. Voici quatre raisons qui poussent un chien à détruire : l’ennui. Il faut alors lui fournir le plus de jouets possibles ; le manque d'exercice. Le chien a naturellement besoin d'exercices, certaines races plus que d'autres. Il faut donc lui proposer des sorties régulières au cours desquelles il pourra courir et se défouler ; le fait qu’il soit jeune : un chiot passe toujours par une phase d’exploration par le bouche.
Il n’a pas d’autre moyen pour découvrir les objets que de les prendre dans sa gueule. Les mâchonner lui permet aussi de tester leur degré de dangerosité des choses qui se trouvent à sa portée ; l’anxiété de séparation : l’animal angoisse après le départ de son maître parce qu’il ne sait pas comment réagir : doit-il protéger la maison ? Son maître va-t-il revenir ?
Le comportement du maître doit faire comprendre au chien que c’est lui qui est en charge de la responsabilité de la maison, qu’il n’a pas à se soucier de sécuriser le lieu. Mais aussi que les allées et venues font partie de la vie courante.
Concrètement : lorsque le maître part, il faut être le plus neutre possible : ne pas courir ou crier. Il faut donner l’impression que tout va bien, qu’il n’y a aucun danger ni pour la maison, ni pour lui.
Astuces :
laisser la radio en fond sonore pendant l’absence ; laisser un vêtement imprégné de l’odeur du maître ; laisser de préférence le chien dans un petit espace où il se sentira plus en sécurité et fera moins de dégâts ; ne surtout pas réprimander l’animal au retour du maître : cela l'exciterait et renforcerait l'anxiété ; enlever de sa vue tous les objets susceptibles de se transformer en « bêtises » ; attendre 5 minutes après être rentré à la maison pour aller le caresser…

sevrage

Le sevrage psychosocial du chaton, c'est quoi ?
Si l'on parle beaucoup du sevrage du chaton en matière d'alimentation, beaucoup ignorent qu'il existe un autre type de sevrage chez les jeunes chats : le sevrage psychosocial.
Mais de quoi s'agit-il ?
A quel moment intervient-il, et pourquoi est-il extrêmement important ?
Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, nous l'explique :
Dans la tête de la plupart des gens, le chaton est sevré quand il mange et va seul à la litière, vers 8 semaines. Si on fait un comparatif humain, comme j’aime en faire souvent pour aider à mieux cerner nos amis à 4 pattes, on se dit qu’on ne laisserait jamais son enfant de 10 ans, sous prétexte qu’il sait se nourrir seul et se laver seul, vivre seul, dans un appart à lui, avec CB et voiture!
On aurait très vite un scénario catastrophe… Pour le chaton, c’est pareil !
2 phases d'apprentissage pour le chaton
Le chaton apprend en 2 phases divisées en 3 parties de 1 mois (oui, j’ai bien dit 2 phases en 3 fois un mois !)
Au cours du premier mois, le chaton n’apprend rien, ou presque. Il tète, il dort. Sa mère lui fait sa toilette.
Vers 4 semaines, il sort du nid, et là commence la première phase : la phase dite de vicariance (ou mimétisme). Il observe sa mère, et les chats adultes qu’il peut croiser. Et il refait ce qu’il a vu. Se toiletter, manger, aller au bac et gratter, entre autre choses. Il apprend tout ce que la chatte va faire, et elle en profite pour se mettre en scène. Les petits refont, et la chatte reprend les erreurs commises par les chatons.
Vers 8 semaines, le chaton devient indépendant pour les tâches essentielles.
Là, la 2ème phase va commencer.C’est là que le chaton va se socialiser et se sociabiliser (apprendre à vivre avec les chats, et avec les autres espèces, notamment humaine). Mais surtout, il va apprendre les limites, les us et coutumes du savoir vivre félin, en quelque sorte.
> La socialisation du chaton Les limites lors d’un câlin : on ne doit pas mordre ou griffer. Les limites du jeu : on ne doit pas faire mal. Les limites de la chasse : on doit honorer sa proie en la faisant souffrir. Les limites de la bagarre : le respect de la hiérarchie, mais le fait aussi qu’il n’y a pas de limites quand on a un adversaire qui empiète sur notre territoire !
Là encore, la chatte se met en scène, et reprend les chatons dès qu’une chose n’est pas faite correctement. Elle va aussi apprendre aux petits à faire face à toutes les situations possibles et envisageables.
Selon l’éducation de la chatte faite par sa mère, le savoir de la chatte et les situations qu’elle a pu rencontrer, elle va pouvoir apprendre plus ou moins de choses à ses petits. Une chatte de rue a plus à apprendre à ses chatons qu’une chatte de race vivant en intérieur.
Malgré tout, l’instinct est là et permet à la chatte d’apprendre des choses auxquelles elle n’a jamais été confrontée. Quand la chatte rejette ses petits Suivant le nombre de chatons, leur facilité d’apprentissage, les méthodes de la chatte, cette période prend fin entre 11 et 14 semaines.
En général, on estime à 13 semaines cette fin de « scolarisation » obligatoire.
La chatte ayant tout appris à ses chatons, veut reprendre le cours de sa vie, elle va donc repousser (plus ou moins violement) ses chatons. A partir de ce moment, la chatte ne reconnaît plus les chatons comme étant ses petits, mais elle les considère comme des « intrus » dans sa vie.
Ceci explique la difficulté de faire cohabiter sur le long terme une chatte et un de ses petits. C'est cette phase qui est appelée sevrage psychosocial. Un sevrage indispensable Il faut savoir que sans cette phase, le chaton reste puéril toute sa vie, n’ayant pas eu le top départ de sa mère.
Et un chat même âgé de 18 ans attend encore ce moment ! Il ne s’estimera jamais prêt à vivre en adulte sinon. Il peut aussi mordre quand on le caresse ou encore griffer. Faire pipi, à cause d’une mauvaise gestion face à un stress peut être couramment observé.
Il peut aussi y avoir des complications côté maman : mammites, infections diverses et variées, et autres joyeusetés, mais aussi déprime, voir dépression face à la perte de ses petits. Et un chat en dépression est un chat condamné, on peut sauver un chat stressé, angoissé ou en pré dépression, mais en dépression, c’est impossible : aucun médicament, aucune thérapie ne peut plus agir. Le chat se laisse mourir de faim, et refuse de faire sa toilette.
Il va de soi que le chaton aussi peut se laisser mourir, voir déclencher des maladies auto-immunes prématurément (je pense à la PIF, le stress est un élément déclencheur connu).
Bien sûr, il y a toujours les exceptions qui confirment la règle : un chat de 2 mois qui se comporte parfaitement toute sa vie sans souffrir de ce manque (enfin, en apparence !) Mais ils sont rares, et cela concerne surtout les chatons séparés vers 10 semaines, ceux qui ont eu un début d’apprentissage.
Toutefois, une thérapie comportementale permet de pallier ce sevrage. Il faut juste que les maîtres tiennent bon, c’est une phase difficile à vivre pour les parents humains. Il est donc indispensable que la chatte garde ses petits 13 semaines afin de finir leur éducation.

vaccins

Les protocoles de vaccination chez les chiens et chats aux USA
Le protocole de vaccination du Dr Dodd est maintenant adopté par les 27 écoles vétérinaires d'Amérique du Nord.
Il est fortement recommandé de lire ce qui suit, de le sauvegarder, et de le transmettre à toute personne susceptible d'être concernée.
Certaines organisations ont mis au point un compromis politique suggérant la vaccination tous les 3 ans pour apaiser ceux qui craignent des pertes de revenus ainsi que ceux qui sont préoccupés par des effets secondaires potentiels.
La politique, les traditions, ou le bien-être économique des vétérinaires ne devraient pas jouer de rôle dans les décisions médicales.
Nouveaux principes d'immunologie Les systèmes immunitaires des chiens et des chats sont entièrement matures à l'âge de 6 mois. Si un vaccin vivant atténué est donné après l'âge de 6 mois, il produit une immunité qui est bonne pour toute la vie du chien (par exemple : la maladie de Carré chez le chien, la Parvovirose, la Panleucopénie féline).
Si un autre vaccin vivant atténué est donné un an plus tard, les anticorps du premier vaccin neutralisent les antigènes du second vaccin et il y a peu ou pas d'effet. Le titrage n'est pas "boosté" et il n'y a pas plus de celles de mémoire induites.
Non seulement les rappels annuels de vaccins sont inutiles, mais ils exposent l'animal à des risques potentiels de réactions allergiques et d'anémie hémolytique à médiation immunitaire (AIHA).
"Il n'y a pas de documentation scientifique appuyant les conseils disant qu'il faut administrer annuellement des vaccins vivants atténués."
Les chiots et les chatons reçoivent des anticorps via le lait maternel. Cette protection naturelle peut durer 8 à 14 semaines. Les chiots et les chatons ne devraient PAS être vaccinés A MOINS DE 8 semaines.
En cas de vaccin avant l'âge de 8 semaines, l'immunité maternelle neutralisera le vaccin et peu de protection (de 0 à 38 %) sera produite.
La vaccination à l'âge de 6 semaines retardera la synchronisation du premier vaccin vraiment efficace. Les vaccins administrés à 2 semaines d'intervalle suppriment plutôt que de stimuler le système immunitaire.
Une série de vaccins doit commencer à 8 semaines et être administrée à 3-4 semaines d'intervalle jusqu'à l'âge de 16 semaines.
Ensuite une autre vaccination après l'âge de 6 mois (habituellement à l'âge d'un an et 4 mois) donnera une immunité à vie.
Recommandations actuelles pour les chiens Maladie de Carré et Parvovirose "Selon le Dr. Schultz, AVMA, 8-15-95, quand une série de vaccins vivants atténués est administrée à l'âge de 2, 3 et 4 mois, et ensuite à un an, les chiots et les chatons programment des cellules de mémoire qui survivent à vie, fournissant une immunité pour la vie entière."
Le Dr Carmichael de l'Université Cornell et le Dr Schultz ont des études montrant que l'immunité dure jusqu'à 10 ans pour la maladie de Carré, et 4 ans pour le Parvovirus. Des études sur une plus longue durée sont en cours.
Il n'y a pas de nouvelles formes de parvovirus comme certains voudraient le faire croire. Le vaccin parvovirose fournit une immunité pour tous les types.
L'hépatite (Adenovirus) est un des agents connus pour être la cause de la toux de chenil. Seuls les vaccins Canine Adenovirus de type 2 devraient être utilisés car les vaccins Adenovirus de type 1 comportent le risque de réactions "oeil bleu de l'hépatite" et de problèmes rénaux.
Bordatella Parainfluenza Communément appelé "Toux de Chenil".
Recommandé seulement pour les chiens qui vont en pension, en exposition , ou qui sont confrontés à un grand nombre de chiens pour toute autre raison.
Le vaccin intranasal fournit une immunité plus complète et plus rapide, avec le moins de risques de réactions. L'immunité est effective après 72 heures et ne protège pas pour toutes les souches de toux de chenil. L'immunité est de courte durée (de 4 à 6 mois).
Rage
Il n'y a pas eu de cas rapportés de chiens ou chats enragés à Harris, Montogomery ou Ft Bend Counties (Texas), mais il y a eu des moufettes et ? enragés, donc le risque potentiel existe. Il s'agit d'un vaccin tué, il doit être effectué tous les ans. La maladie de Lyme
Maladie transmise par les tiques qui peut causer des boiteries;
des insuffisances rénales et des problèmes cardiaques chez les chiens. Les tiques peuvent également transmettre la maladie aux humains.
Le vaccin original de Ft Dodge (vaccin tué) a été prouvé le plus efficace. La meilleure prévention de la maladie de Lyme est de retirer les tiques le plus tôt possible.
Les colliers à l'Amitraz sont plus efficaces que le Top Spot, car l'Amitraz paralyse la mâchoire des tiques en prévenant la transmission de la maladie.
Vaccins non recommandés De nombreux composants présents dans les vaccins se concurrencent entre eux pour le système immunitaire et donnent pour résultat moins d'immunité pour chaque maladie individuelle, tout en augmentant le risque de réaction.
Le Corona Viruscanin touche seulement les chiots. C'est un maladie rare qui se limite elle-même (les chiens se rétablissent en 3 jours sans aucun traitement).
Les universités Cornell & Texas A&M ont chacune diagnostiqué un seul cas dans les 7 dernières années. Le Corona Virus ne cause pas de maladie chez les chiens adultes.
Le vaccin contre la Leptospirose cause souvent des effets indésirables chez les chiens. La plupart des cas cliniques de Leptospirose chez des chiens aux Etats-Unis sont causés par les types "grippotyphosa" et "bratsilvia".
Le vaccin contient différents types de "eanicola" et "ictohemorragica". Il ne couvre donc pas tout et la protection est de courte durée. Le vaccin Lepto est immunosuppressif chez les chiots âgés de moins de 16 semaines.
Nouvelles recommandations pour les chats L'inflammation parfois causée par les vaccins contre la rage et la leucémie peut provoquer chez les chats un type de cancer fatal appelé Fibrosarcome.
On pense que ce cancer affecte un chat vacciné sur 10.000. Les vaccins avec adjuvant à l'aluminium, un ingrédient inclus pour stimuler le système immunitaire comportent le plus de risques.
Nous recommandons maintenant un vaccin antirabique sans adjuvant pour les chats. Les tests du Dr Macy, Etat du Colorado, ont montré que ce vaccin donne le moins de réaction des tissus et bien qu'il n'y ait aucune garantie qu'un sarcome provoqué par le vaccin ne se développe, le risque sera beaucoup plus faible qu'avec les autres vaccins.
Le "Program" (produit préventif anti-puces) en injection pour les chats donne beaucoup de réaction des tissus et est donc susceptible de provoquer un fibrosarcome à l'endroit de l'injection.
Si votre chats développe une grosseur à l'endroit de l'injection, nous recommandons de la faire retirer le plus tôt possible, dans les 3 à 12 semaines. Vaccin contre le virus de la leucémie féline (FeLV) Ce virus est le plus meurtrier chez les chats.
Les sujets les plus à risque sont les jeunes chats d'extérieur, les chats d'intérieur qui sortent à l'extérieur, et tous les chats exposés aux sujets précédents.
Les chats d'intérieur qui ne sont pas exposés à des sujets potentiellement infectés ont très peu de risques d'être un jour atteints.
Tous les chats devraient être testés avant d'être vaccinés. Les chats âgés de plus d'un an sont naturellement immunisés contre le FeLV, qu'ils aient été vaccinés ou non, par conséquent la vaccination annuelle des sujets adultes est INUTILE.
La période d'incubation du FeLV peut être de plus de 3 ans, donc si votre chat est en période d'incubation avant d'être vacciné, le vaccin n'évitera pas la maladie.
Vaccin contre le virus de la Panleucopénie Féline
Aussi connue sous le nom de Distemper, il s'agit d'une maladie virale très contagieuse et mortelle qui touche les chatons. C'est un virus extrêmement tenace, qui résiste aux extrêmes de température et à la plupart des désinfectants disponibles sur le marché.
Bien qu'un protocole de traitements efficace soit disponible, il s'agit d'une maladie coûteuse à soigner à cause de sa gravité et de la présence constante du virus dans l'environnement. La vaccination est recommandée pour les chatons.
Les chats vaccinés à l'âge de 6 mois ou plus, que ce soit avec un vaccin mort ou un vaccin vivant atténué, auront une immunité à vie.
Les chats adults N'ONT PAS BESOIN de ce vaccin. Vaccins contre le Feline Calici Virus (FCV)/ Feline Herpes Virus (FHV) Le Calici Virus (Coryza) est responsable dans 80 à 90 % des infections des voies respiratoires supérieures chez le chat.
Les vaccins injectables actuellement disponibles minimiseront la gravité de l'infection, bien qu'aucun d'entre eux n'évitera la maladie dans certains cas.
Les vaccins par voie intranasale sont les plus efficaces pour éviter complètement la maladie. Ne vous tracassez pas si votre chat éternue durant quelques jours.
Etant donné que les vaccins intranasaux donnent une immunité de plus courte durée, la vaccination annuelle est recommandée. Vaccins non recommandés Chlamydiose ou Pneumonitis Le vaccin produit une courte (2 mois) durée d'immunité et compte pour moins de 5 % des infections respiratoires chez les chats. Les inconvénients dépassent les avantages.
Péritonite Infectieuse Féline (PIF)
Un vaccin controversé. La plupart des chatons qui contractent la PIF sont infectés durant les 3 premiers mois de leur vie. Les indications sur l'étiquette conseillent une utilisation à l'âge de 16 semaines.
A l'unanimité, les 27 écoles vétérinaires ne recommandent pas ce vaccin. Bordatellose Féline Un nouveau vaccin vient d'être présenté. Le Dr Wolfe de l'Université Texas A&M dit que le Bordetella fait partie de la flore normale et ne cause pas de maladie chez les chats adultes.
Le Dr Lappin de l'Etat du Colorado dit que les rapports médicaux de l'Etat du Colorado ne révèlent aucun cas diagnostiqué en 10 ans. Nouveau développements Le Giardia est le parasite intestinal le plus courant chez les humains en Amérique du Nord. 30 % ou plus des chiens et des chats en sont également infectés.
Il a maintenant été prouvé que les humains peuvent transmettre le Giardia aux chiens et chats et inversement. A Houston, un médicament préventif contre le ver du coeur (heartworm) doit être administré tous les ans.
Les nouveaux vaccins en cours de développement incluent : Vaccin contre le virus de l'immunodéficience féline (FIV) ou la maladie des griffes de chat (cat scratch fever) chez les chats ainsi que contre l'Ehrlichiose (une autre maladie transmise par les tiques, bien pire que la maladie de Lyme) chez les chiens.
Les aspects financiers La plupart des vétérinaires recommandent des rappels annuels, et la plupart des gérants de pensions les exigent. Depuis des années, les tarifs et procédés des vétérinaires ont trompé les clients en leur faisant penser que la valeur inhérente à une visite annuelle était dans les vaccins.
Ils n'ont pas souligné l'importance d'un examen clinique pour la détection précoce des maladies curables. J'ai l'espoir que les vétérinaires continueront à conseiller la vaccination contre la rage et la toux de chenil, et que vous insisterez sur l'importance d'un examen vétérinaire récent.
J'espère aussi que vous accepterez les nouveaux protocoles et que vous considérerez ces animaux comme en ordre de vaccination. Les vétérinaires qui tiendront compte de ces nouveaux protocoles de vaccinations peuvent gagner de nouveaux clients qui auront renoncé à leur vétérinaire réfractaire au changement.
Conclusion
Les chiens et les chats n'ont plus besoin d'être vaccinés annuellement contre la maladie de Carré, la Parvovirose, la Leucémie féline, la Panleucopénie Féline.
Une fois que les séries initiales de vaccins chiots / chatons ainsi que le premier rappel annuel ont été administrés, l'immunité donnée par les vaccins vivants atténués est valable à vie.
Il a été prouvé que les chats âgés de plus d'un an sont immunisés contre la Leucémie Féline, qu'ils aient été vaccinés ou pas. Imaginez l'argent que vous économiserez, sans oublier que vous éviterez ainsi les effets indésirables.
Le vaccin antirabique PCR (polymerase chain reaction), parce qu'il n'est pas adjuvé, comporte moins de risques d'Anémie Hémolytique à médiation auto-immune (AIHA).
L'usage moins fréquent des vaccins ainsi que l'absence d'utilisation de vaccins inutiles (comme le vaccin K9 Corona Virus et le vaccin Chlamidiose chez le chat) et de vaccins inefficaces (tels que le vaccin Leptospirose et PIF) réduisent les risques de réactions allergiques. Le vaccin intranasal contre la Rhinotrachéite et le Calici Virus, 2 virus touchant les voies respiratoires supérieures chez le chat) donneront une protection plus complètes que les vaccins injectables, avec moins de risques de réactions graves.
L'AAHA (American Animal Hospital Association) et toutes les 27 écoles vétérinaires d'Amérique du Nord représentent nos plus importantes approbations pour ces nouveaux protocoles.
Dr Bob Rogers, DVM Protocoles Chiens Séries initiales de vaccins chiots :
 
1. Maladie de Carré, Hépatite, Parvovirose, Parainfluenza:
3 injections à un mois d'intervalle entre l'âge de 8 et 16 semaines (donc à 8, 12 et 16 semaines)
 
2. Rage :
A partir de l'âge de 4 mois (mais recommandé plus tardivement) 3. Toux de chenil tous les 4 à 6 mois (uniquement pour les sujets "à risque") Premier rappel annuel (habituellement à l'âge d'1 an et 4 mois, soit 1 an après le dernier vaccin "chiot")
1. Maladie de Carré, Hépatite, Parvovirose, Parainfluenza, Rage
2. Toux de chenil tous les 4 à 6 mois (uniquement pour les sujets "à risque")
Ensuite : 1. Rappel annuel pour la rage
2. Toux de chenil tous les 4 à 6 mois (uniquement pour les sujets "à risque")
3. Maladie de Carré, Hépatite, Parvovirose, Parainfluenza : rappels annuels non nécessaires Recommandé : Examen clinique annuel pour les maladies contagieuses et état général (check up). Chats Série initiale de vaccins chatons
1. Panleucopénie Féline (ou Distemper), Rhino Calicivirus (Coryza), Leucémie Féline (FeLV) - 3 injections à un mois d'intervalle entre l'âge de 8 et 16 semaines (donc à 8, 12 et 16 semaines) 2. Rage à partir de 16 semaines Premier rappel annuel (habituellement à l'âge d'1 an et 4 mois, soit 1 an après le dernier vaccin "chaton")
1. Panleucopénie Féline (ou Distemper), Rhino Calicivirus (Coryza), Rage Ensuite : 1. Rappel annuel pour la rage 2. Rappel annuel pour le Rhino Calicivirus (Coryza) 3. Panleucopénie Féline (ou Distemper) et Leucémie Féline (FeLV) : rappels annuels non nécessaires Recommandé : Examen clinique pour l'état général (check up), test FeLV / FIV, examen fécal pour le Giardia

[size=24]prévention



bonne après midi 1      Ninnenne         blog de partage     [/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....    

Revenir en haut Aller en bas
 
.animaux ...les maladies..habitude de vie (suite).....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» suite fanart kaamelott
» Animaux sauvages à Amnéville (suite)
» Les maladies et les minéraux
» Les films qui n'auraient jamais dû avoir de suite
» Les animaux des "Drôles de petites bêtes"

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: histoire d'animaux-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: