AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE

poemes videos creas humour
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Meilleurs posteurs
marileine
 
Josiane
 
lemesle jc
 
cecelle64
 
marianne
 
judithe
 
HADA
 
cocochanel
 
caline
 
Reine
 

Partagez | 
 

 Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   Lun 20 Nov - 13:44

Minceur : halte aux idées reçues !
Minceur : halte aux idées reçues !
En matière de minceur, les idées reçues sont nombreuses. Entre produits allégés ou aliments « brûle-graisses », il est difficile de s’y retrouver. Nous faisons le point sur ces grands principes de la minceur…

1. Les produits allégés ou light font maigrir


FAUX - Les produits allégés sont souvent le résultat d’opérations marketing. Les produits qui portent la mention faible teneur en gras ou allégés en sucres ont certes, une teneur en gras et en sucres moins importante que celle des produits normaux mais sont parfois tout aussi caloriques. De plus, nous pouvons être poussés, sans nous en rendre compte, à consommer plus d’aliments allégés parce qu’on pense qu’ils sont moins caloriques, ce qui n’est pas toujours mieux car ces gras et sucres sont remplacés par des substituts industriels.
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

2. Pour maigrir, je dois manger moins


FAUX - Pour perdre du poids, réduire les quantités n’est pas toujours la solution, sauf quand les quantités ingérées sont déjà importantes. Si vous avez l’habitude de manger des portions normales (75g de viande, 125ml de légumes et 125ml de féculents1) sans vous resservir, diminuer les quantités ne servira qu’à accroître le sentiment de frustration que peut engendrer un régime, ce qui entraînera souvent des petits craquages. L’idéal est de modifier progressivement son alimentation. Privilégiez les viandes maigres comme les volailles, les légumes à la cuisson vapeur et les féculents à grains entiers dont l’index glycémique est plus faible et dont les fibres aideront à mieux rassasier et faciliteront le transit intestinal. En revanche, il est impératif de limiter le grignotage entre les repas.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

3. Boire beaucoup d’eau fait maigrir


FAUX - L’eau, bien qu’elle soit essentielle à la vie, n’a aucun impact sur la minceur. A partir d’1,5 L d’eau par jour, elle permet l’élimination des toxines. Néanmoins, en buvant à petites gorgées, l’estomac se remplit lentement et atténue la faim, ce qui limite souvent les envies de grignotage. Attention : cette astuce permet de contourner les petits craquages sur des produits gras ou sucrés, souvent responsables de l’échec d’un régime. Elle ne doit pas être un prétexte pour sauter un repas. Autorisez-vous quand même une petite collation saine en milieu d’après-midi (fruit, yaourt sans sucres ajoutés, etc…) selon votre faim.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

4. Le champagne ne fait pas grossir


VRAI ET FAUX - Le champagne est certes l’un des alcools les moins caloriques avec 120 kcals pour une coupe de 16 cl. Mais cela n’en reste pas moins une quantité importante si vous en consommez plusieurs verres. De manière générale, l’alcool reste relativement calorique et il est conseillé d’en consommer de façon modérée dans le cadre d’un régime pour perdre du poids ou même tout simplement, pour être en bonne santé.
 
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

5. Le pain ne fait pas grossir


VRAI ET FAUX - Une fois de plus, tout est une question de quantité et de type de pain consommé. Une tranche de pain qu’il soit blanc ou complet contient environ 100 kcals, sachant qu’on recommande un apport d’environ 2000 kcals par jour pour une femme et de 2700 kcals pour un homme. Le pain, comme la majorité des autres aliments, doit être consommé modérément. Il est conseillé de préférer les pains complets aux pains raffinés, riches en fibres qui favoriseront la satiété et le transit intestinal.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]

6. L’huile d’olive est moins calorique que les autres huiles


FAUX - L’huile d’olive est tout aussi calorique que les autres huiles : 10g (environ 1 c. à soupe ou à table) d’huile d’arachide, de tournesol, de noix ou d’olive, équivaut à 90 kcals. Néanmoins, l’huile d’olive possède des propriétés nutritionnelles plus intéressantes que certaines autres huiles. Composée à 75% d’acides gras monoinsaturés, elle protège des maladies cardiovasculaires et elle permet de faire baisser le taux de mauvais cholestérol (LDL) et cholestérol total. En matière de nutrition, ces huiles restent à privilégier face aux beurres ou margarines.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]

7. Je brûle les graisses au bout de 30 minutes d’exercice intense


VRAI ET FAUX - On dit souvent qu’il est essentiel d’associer une activité physique à un régime pour perdre du poids. De la même façon, on dit aussi qu’on ne commencerait à brûler les graisses qu’après 30 minutes d’activité intense. Cette idée reçue est à nuancer. Il est vrai que lors des premières minutes d’exercice, le corps brûle de l’énergie qui ne correspond pas aux « stocks » de graisses plus profonds, mais à l’énergie mise à la disposition des muscles pour permettre leur bon fonctionnement, soit le glycogène.

Par conséquent, c’est bien au bout de 30 minutes au minimum de sport intense qu’on pourra commencer à brûler les réserves de graisses stockées. Ce mécanisme est également valable lors d’un effort plus modéré en misant en même temps sur la régularité, pour entraîner le corps à puiser dans les graisses plus profondes lors d’une activité sportive.

[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

8. Pour maigrir, il faut dire adieu au(x) gras…


FAUX - Tout est une question de « type » de gras. Il est conseillé de réduire sa consommation de gras saturés et d’éliminer celle des trans pour une meilleure santé. En revanche, pas question de supprimer les gras essentiels que l’organisme ne peut synthétiser lui-même et qui doivent être apportés par l’alimentation. Il s’agit des Oméga-3 (dont le poisson ou la graine de lin sont d’excellentes sources) et des Oméga-6. Appelés acides gras polyinsaturés, ils jouent également un rôle protecteur contre les maladies cardiovasculaires.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]

9. Il faut manger plus léger le soir


VRAI ET FAUX - On entend souvent dire que le repas du matin et du midi doivent être plus conséquents que celui du soir. Il est vrai qu’il est plus favorable de manger au moins 60% de ses calories au courant de la journée puisque c’est le moment où nous sommes le plus en activité. Pourtant, il n’est pas non plus déconseillé de prendre un repas beaucoup plus léger le soir. Tout dépend du degré de faim que l’on a et du type de repas que l’on prend. Un repas sain et équilibré, pris en famille et éloigné du coucher ne fera pas systématiquement stocker plus qu’un repas très léger. En matière de nutrition, le conseil primordial sera d’être à l’écoute de son corps et de ses besoins.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
 

10. Pour perdre du poids il faut miser sur des aliments « brûle-graisse »


FAUX - Des aliments comme l’ananas sont connus pour être des brûle graisses. Mais en terme de nutrition, ce type d’aliments n’existe pas. Certes, l’ananas contient de la broméline, un enzyme qui possède certaines actions bénéfiques sur le système circulatoire et cardiovasculaire, qui améliore la digestion des protéines, mais qui ne brûle pas les graisses. En revanche, l’ananas possède un pouvoir de satiété important étant donné sa bonne teneur en fibres : il peut être consommé en collation accompagné d’une source de protéines comme les noix.
[/size]
Halte aux idées reçues sur les régimes !
Un régime serait difficile à suivre, inefficace, avec des plats insipides ? Avec Kitchendiet, c’est tout le contraire : découvrez nos plats minceur savoureux.
[size]
  bonne après midi 1   passeportSANTE.net      Marileine[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   Lun 20 Nov - 13:52

8 conseils pour éviter le grignotage cet hiver !

Durant l'hiver, le corps a besoin de beaucoup plus d'énergie. L'organisme s'acclimate mais pour résister au froid, il puise dans ses réserves de glucides et de lipides. Le grignotage est un comportement fréquent en hiver, car il donne une fausse impression de réconfort. Pour ne pas tomber dans cette mauvaise habitude, PasseportSanté vous a préparé 8 conseils afin d'éviter le grignotage compulsif cet hiver !
Pour ne pas grignoter, ne sautez pas de repas !

L’organisme possède une horloge biologique qui se règle entre autres, au moment des repas. Ainsi, l’organisme a bien enregistré que le corps a besoin d’un apport énergétique le matin, le midi et le soir.
Ne sautez aucun des 3 repas recommandés par les nutritionnistes même si vous n’avez pas très faim ou si vous n’avez pas un grand appétit : diminuez plutôt les quantités. Les nutriments sont nécessaires à l’approvisionnement du corps en énergie ; prendre des repas équilibrés et réguliers évite de ressentir de grosses sensations de faim ou de céder à des tentations peu saines, comme une barre chocolatée ou une viennoiserie.
En prenant vos repas aux heures précises, vous assurez à votre horloge biologique d’être réglée et vous éviterez ainsi de ressentir la faim à tout moment de la journée.
 

Prenez des repas équilibrés !

Un célèbre diction affirme : « Mangez comme un roi le matin, comme un prince le midi et comme un pauvre le soir », alors qu’en réalité il faudrait dire : « Mangez surtout équilibré et à votre faim ».

Qu’est-ce qu’un repas équilibré ?

Le matin, cela peut être un bol de céréales complètes (= à grains entiers), ou un café avec des biscottes ou des tartines, toujours à grains complets, et une portion de matière grasse. Pensez également à ajouter un produit laitier et un fruit.
Le midi ou le soir, votre repas peut se composer d’une portion de légumes, d’une portion  féculents (riz ou pâtes à grains complets, pommes de terre), d’une portion de viande, de poisson ou de 2 œufs. En dessert, pensez à consommer un produit laitier  (fromage blanc, fromage léger) et un fruit.1 L’eau sera la meilleure des boissons pour accompagner ces repas.
Pour éviter le grignotage, il est nécessaire de se sentir rassasié après avoir pris un repas : il est possible de manger à sa faim, tout en mangeant équilibré !
Prenez soin de bien dormir et de dormir assez

Lorsque vous dormez, votre corps fait le plein d’énergie pour mieux démarrer le lendemain.
L’organisme fonctionne comme une batterie qui peut très vite s’user si on ne la recharge pas : bien dormir, c’est bien récupérer ! Régulièrement, les hormones de l’appétit (= ghréline) et de la satiété (= leptine) sont sécrétées.
Or, un manque de sommeil entraîne un déséquilibre hormonal. C’est la raison pour laquelle on a souvent une faim de loup quand on est fatigué. Pour éviter ces  gros creux, il faut mieux se détendre, se reposer et faire de bonnes nuits complètes. Pour un adulte, la durée moyenne du sommeil est de 7H30, mais cette durée varie selon les individus.
Autorisez vous un en-cas ou une collation entre les repas

Ne plus grignoter ne signifie pas ne plus manger entre les repas ! Le risque du grignotage est de doubler les portions recommandées chaque jour pour être en bonne santé, mais également de consommer des produits gras, salés ou sucrés.
Si vous n’arrivez pas à contenir votre faim entre les repas, vous pouvez vous autoriser une collation ou un en-cas qui n’est pas forcément synonyme de tarte à la crème : ce peut être un laitage ou un fromage à faible teneur en matières grasses, combiné avec un fruit, afin d’obtenir l’apport en protéines et en glucides nécessaire à votre organisme.
Les nutritionnistes conseillent de prendre 2 collations par jour, une le matin et une l’après-midi. Bien sûr, ce n’est pas obligatoire. Si vous n’avez pas faim entre les repas, ne vous forcez pas à manger un en-cas.
 

Evitez la restauration rapide

N’avez-vous jamais remarqué qu’à la suite d’un repas pourtant conséquent dans une enseigne de restauration rapide, la faim revenait rapidement après avoir mangé ? Pourquoi ?
La réponse est simple : c’est à cause de la rapidité.

Vous avez tendance à manger rapidement et votre cerveau n’a pas le temps de l’enregistrer. Le temps moyen afin que l’estomac transmette au cerveau l’information de satiété est de 20 minutes. Or, la durée moyenne d’un repas dans un fast food est inférieure à 10 minutes.
De plus, l’alimentation proposée en restauration rapide n’est pas complète, il n’y a pas l’ensemble des nutriments nécessaires à l’organisme.
Par opposition au concept de la restauration rapide, il existe le Slow Food qui est un mouvement « éco-gastronomique » pour redécouvrir le plaisir de partager de belles tables avec des repas équilibrés et des personnes que l’on apprécie.
Adoptez un nouveau geste alimentaire

Pour arrêter de grignoter, il faut changer ses réflexes et ses habitudes alimentaires.
Plutôt que d’avoir à portée de main une armoire à biscuits, il vaut mieux laisser à disposition des fruits appréciés de tous, comme les bananes ou les pommes qui permettent d’accéder rapidement à satiété (= ne plus avoir faim).
Tout repose sur le geste alimentaire : il est 11H30, mais vous ne pouvez plus tenir, vous avez trop faim, plutôt que de se ruer vers le distributeur de sucreries, mangez cette pomme posée sur votre bureau : elle saura contenir votre faim sans frustration jusqu’à l’heure du repas.
Il est 15h30, votre ventre gargouille, pour tenir, rien de mieux qu’une banane !

N’oubliez pas, les fruits valent mieux que les biscuits !
Occupez vous l'esprit : bougez !

Fini la sédentarité, place à l’activité ! 
Le manque d’occupations et l’ennui influent sur l’envie de grignoter. Il est important de s’occuper l’esprit. Par exemple, vous pouvez profiter de votre temps libre pour faire des promenades en forêt.
L’activité physique ne doit pas impérativement être intensive, la marche est un très bon exemple car elle préviendrait, en la pratiquant chaque jour 30 minutes, l’hypertension artérielle.

 
Au contraire, s’installer devant la télévision ou l’écran d’ordinateur pendant une longue durée peut inciter au grignotage et est nocif pour la santé : selon l’Inserm, « le risque de décès prématuré est moindre chez les personnes physiquement actives que chez les autres »1. Il existe d’autres activités enrichissantes comme la lecture, la peinture, la couture ou le jeu avec les enfants qui occupent l’esprit et épanouissent.
 

Ne craquez pas !

Les bonnes résolutions ne valent le coup que si nous nous y tenons !
Au quotidien, tous ces conseils sont simples et faciles à mettre en pratique. Seule la volonté permet de s’y tenir.
Petite astuce : chaque jour, vous pouvez noter sur un carnet ou un journal de bord ce que vous avez réussi à mettre en pratique et ce que vous n’avez pas réussi. Ainsi, vous pourrez avoir un regard sur votre évolution : félicitez vos capacités et réajustez ce qui a vous semblé difficile d’effectuer.

Il y a des jours où nous nous sentons beaucoup plus motivés que d’autres, mais il est possible de garder une certaine constante. Faire appel à son courage, sa motivation et garder son but en tête sont des moyens pour y arriver.

passeportSANTE.net       bonne après midi 1    marileine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   Lun 20 Nov - 13:58

8 conseils pour éviter le grignotage cet hiver !

Durant l'hiver, le corps a besoin de beaucoup plus d'énergie. L'organisme s'acclimate mais pour résister au froid, il puise dans ses réserves de glucides et de lipides. Le grignotage est un comportement fréquent en hiver, car il donne une fausse impression de réconfort. Pour ne pas tomber dans cette mauvaise habitude, PasseportSanté vous a préparé 8 conseils afin d'éviter le grignotage compulsif cet hiver !
Pour ne pas grignoter, ne sautez pas de repas !

L’organisme possède une horloge biologique qui se règle entre autres, au moment des repas. Ainsi, l’organisme a bien enregistré que le corps a besoin d’un apport énergétique le matin, le midi et le soir.
Ne sautez aucun des 3 repas recommandés par les nutritionnistes même si vous n’avez pas très faim ou si vous n’avez pas un grand appétit : diminuez plutôt les quantités. Les nutriments sont nécessaires à l’approvisionnement du corps en énergie ; prendre des repas équilibrés et réguliers évite de ressentir de grosses sensations de faim ou de céder à des tentations peu saines, comme une barre chocolatée ou une viennoiserie.
En prenant vos repas aux heures précises, vous assurez à votre horloge biologique d’être réglée et vous éviterez ainsi de ressentir la faim à tout moment de la journée.
 

Prenez des repas équilibrés !

Un célèbre diction affirme : « Mangez comme un roi le matin, comme un prince le midi et comme un pauvre le soir », alors qu’en réalité il faudrait dire : « Mangez surtout équilibré et à votre faim ».

Qu’est-ce qu’un repas équilibré ?

Le matin, cela peut être un bol de céréales complètes (= à grains entiers), ou un café avec des biscottes ou des tartines, toujours à grains complets, et une portion de matière grasse. Pensez également à ajouter un produit laitier et un fruit.
Le midi ou le soir, votre repas peut se composer d’une portion de légumes, d’une portion  féculents (riz ou pâtes à grains complets, pommes de terre), d’une portion de viande, de poisson ou de 2 œufs. En dessert, pensez à consommer un produit laitier  (fromage blanc, fromage léger) et un fruit.1 L’eau sera la meilleure des boissons pour accompagner ces repas.
Pour éviter le grignotage, il est nécessaire de se sentir rassasié après avoir pris un repas : il est possible de manger à sa faim, tout en mangeant équilibré !
 

Prenez soin de bien dormir et de dormir assez

Lorsque vous dormez, votre corps fait le plein d’énergie pour mieux démarrer le lendemain.
L’organisme fonctionne comme une batterie qui peut très vite s’user si on ne la recharge pas : bien dormir, c’est bien récupérer ! Régulièrement, les hormones de l’appétit (= ghréline) et de la satiété (= leptine) sont sécrétées.
Or, un manque de sommeil entraîne un déséquilibre hormonal. C’est la raison pour laquelle on a souvent une faim de loup quand on est fatigué. Pour éviter ces  gros creux, il faut mieux se détendre, se reposer et faire de bonnes nuits complètes. Pour un adulte, la durée moyenne du sommeil est de 7H30, mais cette durée varie selon les individus.
Autorisez vous un en-cas ou une collation entre les repas

Ne plus grignoter ne signifie pas ne plus manger entre les repas ! Le risque du grignotage est de doubler les portions recommandées chaque jour pour être en bonne santé, mais également de consommer des produits gras, salés ou sucrés.
Si vous n’arrivez pas à contenir votre faim entre les repas, vous pouvez vous autoriser une collation ou un en-cas qui n’est pas forcément synonyme de tarte à la crème : ce peut être un laitage ou un fromage à faible teneur en matières grasses, combiné avec un fruit, afin d’obtenir l’apport en protéines et en glucides nécessaire à votre organisme.
Les nutritionnistes conseillent de prendre 2 collations par jour, une le matin et une l’après-midi. Bien sûr, ce n’est pas obligatoire. Si vous n’avez pas faim entre les repas, ne vous forcez pas à manger un en-cas.
Evitez la restauration rapide

N’avez-vous jamais remarqué qu’à la suite d’un repas pourtant conséquent dans une enseigne de restauration rapide, la faim revenait rapidement après avoir mangé ? Pourquoi ?
La réponse est simple : c’est à cause de la rapidité.

Vous avez tendance à manger rapidement et votre cerveau n’a pas le temps de l’enregistrer. Le temps moyen afin que l’estomac transmette au cerveau l’information de satiété est de 20 minutes. Or, la durée moyenne d’un repas dans un fast food est inférieure à 10 minutes.
De plus, l’alimentation proposée en restauration rapide n’est pas complète, il n’y a pas l’ensemble des nutriments nécessaires à l’organisme.
Par opposition au concept de la restauration rapide, il existe le Slow Food qui est un mouvement « éco-gastronomique » pour redécouvrir le plaisir de partager de belles tables avec des repas équilibrés et des personnes que l’on apprécie.
Adoptez un nouveau geste alimentaire

Pour arrêter de grignoter, il faut changer ses réflexes et ses habitudes alimentaires.
Plutôt que d’avoir à portée de main une armoire à biscuits, il vaut mieux laisser à disposition des fruits appréciés de tous, comme les bananes ou les pommes qui permettent d’accéder rapidement à satiété (= ne plus avoir faim).
Tout repose sur le geste alimentaire : il est 11H30, mais vous ne pouvez plus tenir, vous avez trop faim, plutôt que de se ruer vers le distributeur de sucreries, mangez cette pomme posée sur votre bureau : elle saura contenir votre faim sans frustration jusqu’à l’heure du repas.
Il est 15h30, votre ventre gargouille, pour tenir, rien de mieux qu’une banane !

N’oubliez pas, les fruits valent mieux que les biscuits !
Occupez vous l'esprit : bougez !

Fini la sédentarité, place à l’activité ! 
Le manque d’occupations et l’ennui influent sur l’envie de grignoter. Il est important de s’occuper l’esprit. Par exemple, vous pouvez profiter de votre temps libre pour faire des promenades en forêt.
L’activité physique ne doit pas impérativement être intensive, la marche est un très bon exemple car elle préviendrait, en la pratiquant chaque jour 30 minutes, l’hypertension artérielle.

 
Au contraire, s’installer devant la télévision ou l’écran d’ordinateur pendant une longue durée peut inciter au grignotage et est nocif pour la santé : selon l’Inserm, « le risque de décès prématuré est moindre chez les personnes physiquement actives que chez les autres »1. Il existe d’autres activités enrichissantes comme la lecture, la peinture, la couture ou le jeu avec les enfants qui occupent l’esprit et épanouissent.
Ne craquez pas !

Les bonnes résolutions ne valent le coup que si nous nous y tenons !
Au quotidien, tous ces conseils sont simples et faciles à mettre en pratique. Seule la volonté permet de s’y tenir.
Petite astuce : chaque jour, vous pouvez noter sur un carnet ou un journal de bord ce que vous avez réussi à mettre en pratique et ce que vous n’avez pas réussi. Ainsi, vous pourrez avoir un regard sur votre évolution : félicitez vos capacités et réajustez ce qui a vous semblé difficile d’effectuer.

Il y a des jours où nous nous sentons beaucoup plus motivés que d’autres, mais il est possible de garder une certaine constante. Faire appel à son courage, sa motivation et garder son but en tête sont des moyens pour y arriver.
passeportSANTE.net      bonne après midi 1  marileine   a demain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   Lun 20 Nov - 14:41

3 leçons (scientifiques) de bonheur

Quel est le secret d'une vie réussie ? Le psychiatre Robert Waldinger de l'Université d'Harvard a scruté la vie de plus de 700 américains pour obtenir la réponse. Dans une conférence en ligne, il nous donne 3 leçons simples mais essentielles pour être heureux au quotidien.
Comment apprendre à être heureux ?

Pour réussir sa vie, il faut… Devenir célèbre ? Travailler plus pour gagner plus ? Cultiver un potager ? Quels sont les choix de vie qui nous rendent heureux ? Le Pr Robert Waldinger de l’Université Harvard (Massachusetts) en a une idée assez précise. Fin 2015, il dévoilait au cours d’une conférence TED visionnée par plusieurs millions d’internautes les conclusions d’une étude exceptionnelle.
Pendant 75 ans, plusieurs générations de chercheurs ont analysé la vie de 724 hommes aux Etats-Unis. « L'étude d'Harvard sur le Développement adulte est peut-être la plus longue étude sur la vie adulte jamais réalisée » avance le Pr Waldinger.
Tout commence en 1938, quand deux groupes d’adolescents et jeunes adultes de Boston sont sélectionnés. L’un est constitué d’étudiants de la célèbre université d’Harvard, tandis que l’autre vient des quartiers très défavorisés de la ville. « Ces adolescents ont grandi […] ils sont devenus ouvriers, avocats, maçons, docteurs, l'un d'eux Président des États-Unis [John F. Kennedy]. Certains sont devenus alcooliques. Quelques-uns schizophrènes. Certains ont grimpé l'échelle sociale du bas jusqu'au sommet, et d'autres ont fait le chemin dans l'autre sens » relate le scientifique.

« Quelles sont les leçons qui ressortent des dizaines de milliers de pages d'informations que nous avons recueillies sur ces vies ? Eh bien, les leçons ne portent pas sur la richesse, ou la célébrité, ou le travail. » Non. Selon les conclusions de l’étude, avoir une vie épanouie est à la portée de tous.  

Leçon 1 : S’entourer

Vivre heureux, c’est avant tout privilégier les rapports sociaux « les personnes qui sont plus connectées socialement à leur famille, leurs amis, leur communauté, sont plus heureuses, sont physiquement en meilleure santé, et vivent plus longtemps que celles qui sont moins bien connectés. » explique le chercheur. En 2008, l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) affirmait d’ailleurs dans un rapport que la vie de couple influençait positivement le bien-être tout au long de la vie. 
A contrariose sentir seul au quotidien serait « toxique ». Les personnes isolées s’avèrent non seulement plus malheureuses, mais leur santé et leurs capacités cognitives déclinent aussi plus vite. En résumé « La solitude tue ». Et de fait, d’après les neuroscientifiques, l’expérience de l’isolation sociale active les mêmes zones du cerveau… que la douleur physique1.
Donne et tu recevras
Les chercheurs ont montré qu’adopter un comportement tourné vers l’autre augmente le bien-être chez les enfants et les adultes, quel que soit le groupe social. Se souvenir d’un cadeau qu’ils avaient fait rendait par exemple les participants d’une étude plus heureux. Ils étaient plus à même de dépenser de l’argent à nouveau dans un cadeau, après cette expérience2.
Dans une autre étude, les chercheurs ont scruté à l’imagerie le cerveau de personnes qui donnaient de l’argent à une organisation caritative3. Résultat : que l’on donne ou que l’on reçoive de l’argent, c’est la même zone du cerveau qui s’active ! Pour être plus précis, la zone en question s’activait même plus quand les sujets donnaient de l’argent que quand ils en recevaient. De quelle partie du cerveau parle-t-on ? Du striatum ventral, une région sous-corticale associée à la récompense et au plaisir chez les mammifères.

Leçon 2 : Entretenir de bonnes relations

Il ne suffit pas d’être entouré pour être heureux, encore faut-il l’être des bonnes personnes. « Ce n'est pas seulement le nombre d'amis que vous avez, ou que vous soyez ou non engagé dans une relation, mais c'est la qualité de vos relations proches qui compte » résume Robert Waldinger.
Vous pensiez être à l’abri de la solitude avec vos 500 amis Facebook ? Une étude menée en 2013 par Ethan Kross et ses collègues de l’université du Michigan suggérait que plus les sujets se connectaient au réseau social, plus ils étaient tristes4. Une conclusion qui avait valu au géant de Palo Alto d’être qualifié de réseau « anti-social » dans différents médias. On sait depuis 2015 que la réalité est plus subtile. Les mêmes chercheurs ont déterminé que c’était la passivité sur Facebook qui est associée à une baisse de l’humeur. Pas de risque de déprime quand on interagit avec ses amis sur le réseau donc.
Mieux vaut être seul que mal accompagné
Robert Waldinger insiste sur un autre aspect essentiel des relations, l’absence de conflits « les mariages conflictuels par exemple, sans beaucoup d'affection, sont très mauvais pour notre santé, peut-être même plus que le divorce ». Pour vivre heureux et en bonne santé, mieux vaut être seul que mal accompagné.
Pour vérifier si la sagesse populaire dit vrai, une équipe de recherche s’est appuyée sur l’une des caractéristiques du bonheur5. On sait que les personnes heureuses ont une capacité plus importante que les personnes déprimées à conserver une émotion positive. Les chercheurs ont donc placé sur le visage de 116 volontaires des électrodes afin de mesurer la durée de leurs sourires suite à un stimuli positif. Schématiquement, si les électrodes révèlent un sourire qui dure plus longtemps, on peut penser que le sujet présente un niveau de bien-être plus important, et vice-versa. Les résultats ont montré que les personnes exposées à des conflits fréquents au sein du couple présentaient des réponses plus brèves aux émotions positives. Leur niveau de bien-être était, de fait, plus faible.

Leçon 3 : être heureux pour mieux vieillir

Le Pr Waldinger a découvert la troisième « leçon de vie » en regardant de plus près les dossiers médicaux des hommes de l’étude suivis depuis 75 ans. Avec son équipe, ils ont cherché les facteurs qui pouvaient prédire un vieillissement heureux et en bonne santé. « Ce n'était pas leur taux de cholestérol à cet âge qui a prédit comment ils allaient vieillir » résume le chercheur. « Les gens qui étaient les plus satisfaits dans leurs relations à 50 ans étaient ceux en meilleure santé à 80 ans. »
Non seulement les bonnes relations nous rendent plus heureux, mais elles ont un véritable effet protecteur sur la santé. En améliorant la tolérance à la douleur par exemple « nos couples d'hommes et de femmes les plus heureux ont rapporté, vers 80 ans, que les jours où la douleur physique était la plus forte, leur humeur restait tout aussi heureuse. Mais les gens qui étaient malheureux dans leurs relations, les jours où ils signalaient le plus de douleur physique, elle était aggravée par plus de douleur émotionnelle. »
Les relations complices ne protègent pas uniquement nos corps, ajoute le psychiatre « elles protègent aussi nos cerveaux ». Parmi les 724 participants de l’étude, ceux qui étaient dans une relation épanouie avaient une mémoire « aiguisée » plus longtemps. A l’inverse « ceux qui étaient dans une relation avec le sentiment de ne pas pouvoir compter l’un sur l’autre voyaient leur mémoire décliner plus précocement. » 
 
Nous savons depuis la nuit des temps que le bonheur se partage. Alors pourquoi avons-nous tant de difficulté à l’appliquer au quotidien ? « Eh bien, nous sommes humainsCe qu'on aimerait, c'est une solution facile, quelque chose qu'on peut obtenir qui rendrait nos vies belles. Les relations sont désordonnées et compliquées, et s'accrocher à la famille et aux amis, ce n'est ni sexy ni glamour. »
Pour finir, le psychiatre a choisi de citer l’écrivain Mark Twain qui disait dans une lettre destinée à une amie, en 1886 « On n’a pas le temps – si brève est la vie – pour les chamailleries, les excuses, l’animosité et les règlements de compte. On a que le temps d'aimer et qu'un instant, pour ainsi dire, pour le faire. »


passeportSANTE.net     bonne  journée00   marileine  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marileine
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 27475
Date d'inscription : 08/03/2012
Localisation : belgique

MessageSujet: Re: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   Lun 20 Nov - 14:46

Le complexe d'infériorité : pourquoi, comment ?
« Je suis inutile et nulle par rapport aux autres ». Voilà une phrase type que l'on peut entendre chez une personne souffrant d'un complexe d'infériorité. Ses échecs et ses complexes prennent toute la place et la comparaison avec autrui est sytématique. Explications.


Lorsque l'on parle de complexe d'infériorité, on ne fait pas référence à la simple jalousie passagère. Ce sentiment de se sentir perpétuellement moins bien, moins beau, moins intelligent rend la vie infernale. On peut s'en sortir. 

De quoi parle t-on exactement ?

Le professeur autrichien Alfred Adler a mis le premier des mots sur ce mal-être. Pour le fondateur de la psychologie individuelle, le sentiment d'infériorité trouve son origine dans l'enfance. En effet, un bébé est tellement dépendant des adultes et de ses parents en particulier, que ce sentiment est naturel. Le problème survient quand on ne parvient pas à dépasser ce stade. Ce sont souvent les parents qui ont mis la barre trop haute, qui ont donné des défis trop difficiles à atteindre par l'enfant ou, au contraire, qui l'ont dévalorisé. La personne dénigre alors ses qualité et est obnubilée par ses faiblesses et ses défauts.

Un complexe ou des complexes ? 

Dans le Manuel de psychiatrie, J.M Sutter définit de son côté ce sentiment comme « l'impression pénible d'être inférieur à la normale, ou a un désir idéal désiré, soit dans un secteur déterminé, soit dans tous les domaines ». Les personnes sont souvent victimes de pressions qu'elles se mettent elles-mêmes pour atteindre un objectif. Ceci ne fait que renforcer ce déséquilibre et leur croyance. Car il s'agit parfois de véritables lacunes, de manques (cultures, aisance sociale), mais aussi d'idées fausses, notamment sur tout ce qui touche l'aspect physique. On peut souffrir d'un aspect de sa personnalité, ou de son être de manière globale.

Comment se traduit ce sentiment au quotidien? 

Dans la vie de tous les jours, les personnes qui souffrent profondément de ce complexe se sentent sans cesse moins bien, moins intelligents, moins beaux, moins forts ou encore moisn cultivés que les autres qui sont, eux, surestimés en tout. On se trouve dans une vision très négative de soi. Cela entraîne un manque total d'assurance, de confiance en soi, une dévalorisation systématique et parfois un retrait de la vie de groupe. Si l'on se sent incapable de prendre la parole en public par peur de bafouiller, de rougir et d'être jugé, on s'interdira catégoriquement ce genre d'exercice. Le manque de confiance empêche toute prise de risques dans la vie professionnelle, sociale ou amoureuse. 

Peut-on s'en sortir ? 

Avant même de penser à consulter, il faut procéder de manière très scolaire. Établissez une liste de vos forces et de nos faiblesses. Il est normal d'avoir des défauts car personne n'est parfait, il faut en être convaincu. Mais n'oubliez pas de voir et de reconnaître les traits positifs qui vous caractérisent : vous êtes doux, joviale, énergique, entrepreneur, drôle, minutieux etc. Cessez de vous dévaloriser, vous passez à côté du meilleur de votre personnalité et donc de votre personne. Et au lieu de vous comparer avec votre entourage, reconnaissez leurs points forts, mais n'oubliez pas qu'ils ont aussi leurs faiblesses. Ne les surévaluez pas. Et surtout, sachez rire de vos défauts !
Maylis Choné



passeportSANTE.net        bonne après midi 1 a demain   marileine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???   

Revenir en haut Aller en bas
 
Minceur : halte aux idées reçues ! (passeportSANTE.net) + autres???
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» halte Saharienne
» Halte, contrôle de douane
» halte à la débauche
» HALTE à la surconsommation
» HALTE à la surconsommation !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU PETIT KIOSQUE DE LA POESIE :: ici on parle de tous-
Sauter vers: